100%.png

Balaoo/Livre II/Chapitre 2

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Éditions Jules Tallandier (p. 143-153).

CHAPITRE II

la robe de l’impératrice


Il devait y avoir veillée ce soir-là chez Mme Roubion, au Soleil Noir ; car on avait repris les veillées dans le village depuis qu’on avait arrêté les Trois Frères et que les rues, la nuit, étaient redevenues à peu près sûres. À neuf heures, Mme Mûre, une petite vieille à bonnet qui habitait la troisième maison sur le chemin conduisant à la gare, glissa dans son cabas son nécessaire à broder, puis des têtes de pavots qu’elle écraserait et dont elle mangerait les graines au cours de la soirée, enfin des noix à éplucher dont elle savait Mlle Franchet gourmande (Mlle Franchet à laquelle elle ne parlait pas depuis cinq ans et qui regarderait les autres se régaler des noix de Mme Mûre). Le cabas rempli, Mme Mûre poussa avec précaution sa porte. L’heure sonnait à l’église. D’autres portes, du côté du Cours National, s’entr’ouvrirent. D’autres petites vieilles montrèrent leur bonnet sous la lune, hésitant à franchir le seuil, ayant perdu l’habitude de sortir après la soupe. Certes ! on était à peu près tranquille en ce moment que ces affreux frères Vautrin se trouvaient si bien à l’ombre des prisons de l’État et prêts à payer leur dette à la société, mais on ne pouvait tout de même abandonner toute prudence du jour au lendemain.

— Ou hou ! Ou hou ! Des ombres sur la route, brinqueballant des lanternes : c’est M. Roubion et ses domestiques qui passent, appelant les brodeuses pour la veillée de la robe de l’Impératrice de Russie.

Des petites portes s’entr’ouvrent davantage ; les petits bonnets blancs se risquent, le cabas à un bras, la coffiette (la chaufferette) pendue à l’autre. Ah ! elles n’auraient garde, par ce temps sec, d’oublier leurs coffiettes qui leur brûlent si bien la peau des jambes depuis tant d’années et d’années que certaines, bien sûr, ne doivent plus avoir, sous leurs jupes, que deux tisons noircis.

— Ou hou !… Ou hou !… elles galochent, elles accourent, après avoir fermé à clef les portes. Ah ! c’est la dernière veillée de la robe de l’Impératrice de Russie ! Elles n’y manqueraient pas pour tout l’Empire des Tsars. Deux heures d’ouvrage et ce sera fini ; on dit que l’entrepreneur doit venir le lendemain à Saint-Martin pour prendre livraison. Du moins, la mère commère qui a traité avec l’entrepreneur (la mère Toussaint) l’a affirmé, peut-être pour stimuler leur zèle.

Le cortège va trottinant, galochant dans la rue Neuve. Des volets battent contre les murs sur son passage. Plus d’une voudrait être invitée à aller voir la robe de l’Impératrice et ne dort pas qui devrait être couchée.

Le grand Roubion presse le pas. Personne ne voudrait traîner la jambe. On galoche, on galoche. Il fait froid, elles ont rabaissé la cape de la capuche sur le bonnet, et frissonnant des épaules, moins de froid que de peur quand même, à cause du souvenir des Trois Frères qui accourt dans toutes les ombres de la nuit.

Au coin de la ruelle du cimetière, il y a une lumière sous une porte. On passe vite. Là habite la mère Pâques qui dit la bonne aventure pour trois sous. Son seul voisinage les épouvante, parce qu’elle leur a raconté qu’un soir qu’elles travaillaient toutes autour de l’âtre, les brodeuses étaient allées au sabbat sans s’en apercevoir. Mais elle, qui était là, la mère Pâques, s’en était bien aperçue ! Elle leur avait parlé et elles, les brodeuses, ne lui avaient pas répondu. Alors, elle les avait touchées du doigt les unes après les autres, sur leurs escabeaux, et tous leurs vêtements s’étaient affalés, étaient tombés, vidés des corps qu’ils habillaient ordinairement : parce que les corps n’étaient plus là. Ce n’est qu’à une heure du matin sonnant que les vêtements s’étaient redressés sur les escabeaux, preuve que les corps étaient revenus. Et, dame, comme elles s’étaient quasi endormies sur l’ouvrage entre minuit et une heure, les commères étaient effrayées naturellement de ce qu’elles avaient bien pu faire chez le diable pendant ce temps-là ! et on n’avait plus jamais invité à la veillée la mère Pâques, à cause de cette histoire qu’après tout elle n’avait peut-être pas inventée.

Il y a grande chambrée au complet chez Mme Roubion pour la dernière veillée de la robe de l’Impératrice. C’est dans la vaste salle à manger d’été, réservée dans la belle saison à MM. les voyageurs de commerce, condamnée l’hiver, que les brodeuses travaillent. La robe merveilleuse est étalée tout au large sur les rallonges de la table d’hôte, et chaque ouvrière prend sa place. Il y en a deux qui font les œillets, une autre les pois, une autre achève une rosace, une autre travaille aux festons et deux « mêmes mains » font une application de vieilles dentelles. Mme Toussaint, la mère commère, veille à tout et houspille toutes. Mme Roubion, tête énorme déposée sur une poitrine formidable, ne s’occupe que de ses invitées. Le cabaret fermé, on a vu arriver M. le Maire et Mme Jules, son épouse ; M. Sagnier notaire, et Madame qui a de si belles perles fausses ; M. Valentin, le pharmacien, et Madame qui est la seule femme du pays qui se farde — et comment ! — et qui est aussi la seule femme du pays pouvant se vanter d’avoir eu une aventure, l’automne dernier, aux grandes manœuvres, avec un officier de cavalerie. Tout ce beau monde est venu admirer « le chef-d’œuvre de l’industrie française », prêt à partir pour la Cour de Russie.

Mais ces dames quittèrent peu à peu la salle d’été pour aller rejoindre, au cabaret, leurs maris qui, en dégustant une vieille bouteille, parlaient, autour de l’âtre, de l’affaire Vautrin. Ah ! on avait parlé de cette affaire-là depuis l’arrestation ! Mais il semblait qu’elle fût toujours nouvelle. Maintenant qu’ils allaient être guillotinés, et qu’on n’avait plus à les craindre, on était comme fier d’avoir eu si peur !

Personne cependant ne voulait convenir de ses transes, au contraire. C’était à qui avait dénoncé les Vautrin à la « vindicte publique » ! Par la porte entr’ouverte, les brodeuses qui ne pensaient, elles aussi, qu’aux Trois Frères, écoutaient le pharmacien et le notaire se vanter de leur propre courage en Cour d’Assises où ils avaient accablé de leurs témoignages les bandits. Il est vrai qu’alors la condamnation était certaine, et cette certitude n’avait certainement pas été étrangère à l’attitude héroïque de MM. Valentin et Sagnier et de l’excellent docteur Honorât qui s’était particulièrement distingué.

— C’est le docteur qui les a fait condamner à mort, proclame le Maire avec autorité et, je le répète, il l’a fait avec courage, car, aussi longtemps que je vivrai, je verrai Siméon se lever au banc des accusés et dire, en montrant le poing au docteur Honorât : « Toi ! tiens-toi bien ! car, si jamais j’en réchappe !… ma première visite t’appartient !!! » C’était à vous donner le frisson.

Tes deux autres se récrièrent :

— Et nous ? Est-ce que nous n’avons pas été menacés ? Élie et Hubert nous ont dit : « Vous êtes des menteurs et, la prochaine fois que nous vous rencontrerons, nous vous casserons la gueule !… » Textuellement !…

— Moi, j’en ai été malade pendant quinze jours, déclara Mme Valentin.

— Moi aussi, fit Mme Sagnier.

— C’est pas tout ça ! interrompit la grosse Mme Roubion en faisant le tour de la société avec ses bols de vin chaud à la cannelle, il n’y a pas besoin de perdre son temps à discuter, puisque leur affaire est faite. Quand est-ce qu’on leur coupe la tête ? On aurait dû la leur couper ici ; mais, puisque c’est entendu que la chose aura lieu à Riom, est-ce que M. le Maire a pensé à retenir une fenêtre ?

— Écoutez, répondit brutalement M. Jules, j’aime mieux parler d’autre chose.

Et, pendant cinq minutes, on ne parla plus de rien du tout. Chacun était à sa pensée et tous avaient la même : « On ne serait vraiment tranquille que lorsque les Trois Frères auraient trépassé. On n’avait qu’une crainte, celle que le Président de la République fît grâce à l’un d’eux, car enfin, il n’est point rare que l’on s’échappe du bagne !… Est-ce qu’on sait jamais ?… »

Mme Roubion fit un effort nouveau pour chasser l’image des Vautrin :

— Vous savez, dit-elle, que Mlle Madeleine Coriolis va bientôt se marier ?

— Ah bah ! demanda Mme Valentin… et avec qui ?

— Mais avec M. Patrice Saint-Aubin, son cousin de Clermont.

— Le bruit en avait couru, dit Mme Sagnier, mais il n’y a pas de temps de perdu. Il est encore bien jeune.

— Bien jeune ! Il a vingt-quatre ans, reprit Mme Roubion, et il vient d’être reçu docteur en droit. Enfin, le père est pressé de lui passer son étude. Il veut le voir installé, marié et derrière ses dossiers de la rue de l’Écu avant sa fin qu’il croit prochaine. |

— Il a raison, déclara le pharmacien. On ne prend jamais trop de précautions. On ne sait ni qui vit ni qui meurt.

— On dit le fils Saint-Aubin riche pour deux, émit Mme Valentin. Est-ce que la petite Madeleine a une dot ?

Toute l’assemblée fut d’avis qu’elle n’en avait pas. Le docteur Coriolis, un vieil original, qui avait été consul à Batavia, aurait pu faire fortune en Malaisie ; mais l’opinion générale lui reprochait d’être revenu de là-bas avec une funeste passion pour « la plante à pain » qui devait lui manger ses derniers écus. A-t-on idée d’une folie pareille ? Vouloir remplacer, avec une seule plante, le pain, le lait, le beurre, la crème, les asperges, et même les choux de Bruxelles qu’il prétendait pouvoir fabriquer avec des déchets ! Et, depuis des années, il vivait avec cette lubie, au fond de son immense jardin entouré de hauts murs derrière lesquels il travaillait dans un isolement quasi complet, ne recevant point, ne voulant être aidé que par son jardinier, un gamin qu’il avait ramené de là-bas et qui lui paraissait, du reste, fort dévoué : un gentil garçon, du reste, ce Noël, un peu timide, qui ne parlait à personne, mais qui saluait tout le monde avec tant de civilité… Quand il traversait la rue où son maître l’envoyait parfois en commission, il avait presque toujours le chapeau à la main, comme s’il vivait dans la crainte de « faire des avanies à quiconque ».

— Il n’est pas beau ! émit M. Roubion.

— Il n’est pas laid non plus, fit Mme Valentin ; seulement il a la figure un peu plate.

Dans la salle d’été, les brodeuses, autour de la robe de l’Impératrice, avaient cessé d’écouter la conversation de ces messieurs et dames, du moment qu’ils avaient fini de parler des Trois Frères. Eux seuls avaient le don d’intéresser Mme Toussaint, Mlle Franchet, Mme Boche et Mme Mûre et, sur ce sujet, elles étaient intarissables, trouvant toujours des choses nouvelles à dire ou même rabâchant les anciennes, sans se fatiguer.

La certitude où elles étaient d’en être à jamais débarrassées, leur permettaient de libres propos, à elles aussi.

Elles reprenaient goût à la vie.

C’est dans ce moment où les différents hôtes de l’auberge du Soleil Noir exprimaient leur satisfaction d’une quiétude dont ils s’étaient déshabitués qu’on entendit sur les pavés pointus de la rue Neuve un galop effréné.

Ce galop était accompagné d’un bruit de char léger et tapageur qui appartenait en propre au tilbury du docteur Honorat. Tous le reconnurent, à preuve que tous crièrent : « C’est le docteur Honorat !… »

Mais qu’était-il arrivé ? Pourquoi ce tumulte ? cette précipitation ? Est-ce que son cheval avait pris le mors aux dents ? Est-ce que le docteur avait perdu les guides ?

Mlle Franchet cria : « On l’a peut-être assassiné ! »

Mais tout le monde fut dans l’instant rassuré, tout au moins sur l’existence du docteur Honorat, car on entendit sa voix rauque qui criait : « Ouvrez !… Ouvrez vite !… »

Aussitôt, M. Jules (le Maire), M. Roubion, MM. Sagnier et Valentin tirèrent de leur poche leurs revolvers qui ne les quittaient plus depuis longtemps ; et toutes ces dames, voyant sortir ces armes dangereuses, se mirent à trembler, ne pouvant plus prononcer une parole.

Seulement, Mme Roubion dit gravement : « N’ouvrez pas ! »

— Qu’est-ce qu’il y a ? demanda Roubion qui se pencha derrière la porte.

— Mais ouvrez donc ! Ouvrez donc ! C’est moi, le docteur Honorat ! Ouvrez, Roubion !

— Vous êtes seul ? demanda encore le prudent Roubion.

— Oui ! Oui ! je suis seul, ouvrez !

— Tu ne peux pas laisser le docteur à la porte, déclara Mme Roubion, ouvre !

Aussitôt chacun recula, pendant que les brodeuses, abandonnant leur ouvrage, se montraient pleines d’angoisse sur le seuil de la porte qui faisaient communiquer la salle d’été avec le cabaret.

Roubion ouvrit la porte.

Le docteur Honorat, qui avait attaché son cheval, dont on entendait le souffle haletant, à l’anneau de la muraille se rua dans la pièce comme une trombe. Roubion avait refermé la porte au verrou, et tout le monde fut autour du docteur qui s’était laissé tomber sur une chaise. Il était d’une pâleur mortelle. Il pouvait à peine parler. Ses yeux étaient hagards. Il parvint à gémir :

— Les Vautrin !… Les Vautrin !…

— Quoi ? Quoi ? les Vautrin ?…

— Les Vautrin sont ici !…

Tous poussèrent des cris. La peur souffla son vent de démence, soulevant les bras en gestes insensés, secouant l’assemblée qui tourna, tourbillonna ; on eût dit que soudain tous avaient perdu l’équilibre : Hein ?… Quoi ?… Où ?… Les Vautrin ?… Qu’est-ce qu’il a dit ?… Il est fou !… Où les avez-vous vus ?…

— Chez eux ! râla le docteur !… Chez eux !… Dans leur maison !…

— Il a rêvé !… Pour sûr ?… Il a rêvé !…

Le pharmacien et le notaire étaient maintenant aussi pâles que le docteur. Ils ne le croyaient pas. Ils ne pensaient pas qu’une chose pareille fût possible ; mais tout de même, dès qu’il eut seulement exprimé une telle abomination irréalisable, ils en restèrent comme abrutis, les bras et les jambes cassés, le gosier sec, le cœur en folie.

La terreur sans nom peinte sur leur visage sembla ragaillardir quelque peu M. le Maire qui, lui, faisant rapidement son examen de conscience, estimait qu’il avait su, dans toute cette affaire, conserver une attitude suffisamment prudente pour n’avoir rien à redouter de la vengeance des Trois Frères. Il montra ce sang-froid qui ne doit jamais abandonner le premier magistrat du pays devant ses administrés. Il fit taire les gémissements stupides des brodeuses et les questions mal coordonnées de ces dames.

— Voyons, docteur, dit-il, ne perdez pas ainsi la tête. Êtes-vous bien sûr de les avoir vus ?

— Comme je vous vois !

— Dans leur maison du bord de la route ?

— Dans leur maison. Ils n’avaient même pas tiré les rideaux des fenêtres. Je passais sur la route, revenant de ma tournée, au petit trot de ma jument. J’aperçois une carriole devant la porte des Vautrin, et de la lumière aux fenêtres, et il me semble entendre des voix. J’ai comme le pressentiment que je vais assister à quelque chose d’inouï. Je ne m’étais pas trompé. Je passais juste en face de la porte quand la porte s’est ouverte, et j’ai vu, comme je vous vois, Élie, Siméon, Hubert, qui transportaient tranquillement dans la carriole une caisse. Aussitôt, je donne un grand coup de fouet à ma jument qui détale. Mais ils m’avaient vu et reconnu ! Ils m’ont crié : « À bientôt, docteur ». J’ai cru que j’allais devenir fou !… Ah ! je les croyais derrière moi, nous avons filé un train d’enfer ! J’étais perdu si je n’arrivais pas à Saint-Martin avant eux ! Car ils vont venir !… Ils vont venir !…

— Taisez-vous donc, docteur, interrompit M. le Maire, de sa voix la plus grave. Si ce sont eux, c’est qu’ils se sont sauvés de la prison, et ils n’oseront jamais venir jusqu’ici !

— Je vous dis qu’ils vont venir. Ils me l’ont promis à la Cour d’Assises ! Je suis un homme mort !…

Disant cela, M. Honorat, un brave homme de docteur, qui, avant cette funeste rencontre, avait pris, peut-être, au cours de sa tournée une vieille bouteille de plus qu’il ne fallait (car, à l’ordinaire, c’était un bon vivant), le docteur Honorat, disons-nous, aperçut les deux figures de , cire de M. Sagnier et de M. Valentin, et il eut la satisfaction de se rappeler qu’eux aussi avaient été menacés en Cour d’Assises ; et cette satisfaction, il l’exprima :

— Et vous aussi, monsieur Sagnier !… et vous aussi, monsieur Valentin, vous êtes des hommes morts !

M. Sagnier secoua la tête et dit d’une voix expirante :

— Ça n’est pas vrai ce que vous dites là, ça n’est pas possible !…

M. Valentin était de cet avis. Il susurra :

— Comment voulez-vous qu’ils se soient sauvés de la prison de Riom ? Ça n’est pas possible !

Décidément, c’était le mot de la situation, et tout le monde répéta :

— Non ! Non ! ça n’est pas possible !

M. le Maire souriait en regardant des gens qui avaient si peur !

— Allons, fit-il, mesdames, remettons-nous. Ce brave docteur a eu la berlue ! Madame Roubion, donnez-lui donc un verre de vin chaud à la cannelle, ça lui fera du bien !

— Je ne veux rien, dit le docteur, et il promena sur l’assemblée des yeux de plus en plus hagards.

M. le Maire haussa les épaules, et voyant, autour de lui, pareilles à des poules qui cherchent refuge sous l’aile de leur coq : Mme Toussaint, Mme Mure, Mme Boche et Mlle Franchet, il les renvoya à leur ouvrage. Elles s’en retournèrent dans la salle d’été avec des gloussements d’inquiétude ; mais, aussitôt qu’elles y furent, elles firent entendre de tels cris que ce fut au tour de ceux qui étaient restés dans la salle du cabaret d’aller les rejoindre. Mme Toussaint, la mère Commère étaient en train de se livrer à une attaque de nerfs en règle : la robe de l’Impératrice avait disparu !…