Ballade Mercier

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher





Ballade


DE LA JOIE QUE MANIFESTENT QUELQUES MILITAIRES À LA
PROCLAMATION DE LA GLOIRE DE MERCIER


Que le beau Le Rond se pavane
En dolman bourré d’édredon ;
Que, sous la lampe diaphane
De quoi Gribelin lui fit don,
Cuignet chantonne un gai fredon ;
Que le cul de Lauth proémine
Et se pare d’un grand cordon ?
Mercier est roi de la vermine.

Billot joyeux brandit sa canne ;
Zurlinden est plein d’abandon.
Son monocle brille et ricane ;
Gonse tape sur le bedon
De Roget, l’illustre dindon :
Cavaignac reprend bonne mine
Et Boisdeffre repense au Don.
Mercier est roi de la vermine.

Du Paty laisse la tisane.
Oh, qu’Arthur, raide d’amidon,
Tandis que Margot, courtisane
Aimable, danse un rigaudon,
Que Judet broute un vieux chardon
Et que Rochefort illumine,
De son bidet fasse un bidon !
Mercier est roi de la vermine.

Envoi


Uhlan, de Tyr ou de Sidon
Reviens : ton exil se termine.
Sois plein de grâce et de pardon.
Mercier est roi de la vermine.


A.-Ferdinand Herold