Bible Sacy/Daniel (deutérocanonique)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche



Chapitres   1.   2.   3.   4.   5.   6.   7.   8.   9.   10.   11.   12.   13.   14.   Livres


DANIEL.




Daniel. Ananias, Misaël et Azarias choisis pour servir à la cour de Nabuchodonosor. Ils ne veulent point se souiller en mangeant des viandes de le table du roi. Dieu les remplit de lumières.


1. La troisième année du règne de Joachim, roi de Juda, Nabuchodonosor, roi de Babylone, vint mettre le siége devant la ville de Jérusalem ;

2. Et le Seigneur livra entre ses mains Joachim, roi de Juda, et une partie des vases de la maison de Dieu, qu'il emporta au pays de Sennaar, dans la maison de son dieu ; et il mit les vases dans la maison du trésor de son dieu.

3. Alors le roi dit à Asphénez, chef des eunuques, de prendre entre les enfants d'Israël, et de la race des rois et des princes, de jeunes hommes,

4. En qui il n'y eut aucun défaut, qui fussent bien faits, instruits dans tout ce qui regarde la sagesse, habiles dans les sciences et dans les arts, afin qu'ils demeurassent dans le palais du roi, et qu'il leur apprit à écrire et à parler la langue des Chaldéens.

5. Et le roi ordonna de plus qu'on leur servit chaque jour des viandes qu'on servoit devant lui, et du vin dont il buvait lui-même, afin qu'avant été nourris pendant trois ans de cette sorte, ils pussent paroître ensuite, et demeurer en la présence du roi.

6. Entre ces jeunes gens, il s'en trouva quatre qui étoient des enfants de Juda; Daniel, Ananias, Misaël et Azarias.

7. Et le chef des eunuques leur donna des noms, appelant Daniel Baltassar ; Ananias, Sidrach ; Misaël, Misach ; et Azarias, Abdénago.

8. Or Daniel résolut dans son cœur de ne point se souiller en mangeant de ce qui venait de la table du roi, et en buvant du vin dont il buvait et il pria le chef des eunuques de lui permettre de ne point manger de ces viandes, qui l'auraient rendu impur.

9 Dieu fit en même temps que Daniel se concilia les bonnes grâces et la bienveillance du chef des eunuques.

10 Alors le chef des eunuques dit à Daniel : Je crains le roi, mou seigneur, qui a ordonné qu'on vous servît des viandes et du vin de sa table ; car s'il voit vos visages plus maigres que ceux des autres jeunes hommes de votre âge, vous serez cause que le roi me fera perdre la tête.

11 Daniel répondit à Malasar, à qui le chef des eunuques avait ordonné de prendre soin de Daniel, d'Ananias, de Misaël et d'Azarias :

12 Éprouvez, je vous prie, vos serviteurs pendant dix jours, et qu'on ne nous donne que des légumes à manger, et que de l'eau à boire ;

13 Ensuite regardez nos visages, et les visages des jeunes hommes qui mangent des viandes du roi ; et vous traiterez vos serviteurs selon ce que vous aurez vu vous-même.

14 Ayant entendu ces paroles, il les éprouva pendant dix jours.

15 Et après les dix jours, leur visage parut meilleur et plus florissant que celui de tous les jeunes hommes qui mangeaient des viandes du roi.

16 Malasar prenait donc les viandes, et le vin qu'on leur donnait pour boire, et leur donnait des légumes.

17 Or Dieu donna à ces jeunes hommes la science et la connaissance de tous les livres et de toute la sagesse ; et il communiqua en particulier à Daniel l'intelligence de toutes les visions et de tous les songes.

18 Le temps étant donc passé, après lequel le roi avait commandé que l'on fit paraître ces jeunes hommes devant lui, le chef des eunuques les présenta devant Nabuchodonosor.

19 Et le roi, s'étant entretenu avec eux, trouva qu'il n'y en avait point parmi tous les autres jeunes hommes qui égalassent Daniel, Ananias, Misaël et Azarias ; et ils demeurèrent pour servir à la chambre du roi.

20 Quelque question que le roi leur fit touchant la sagesse et l'intelligence des choses, il trouva en eux dix fois plus de lumières qu'il n'en avait trouvé dans tous les devins et les mages qui étaient dans tout son royaume.

21 Or Daniel vécut jusqu'à la première année du roi Cyrus.



Songe de Nabuchodonosor ; statue composée de quatre métaux. Les devins de Chaldée ne peuvent faire connaître au roi ce songe qu'il avait oublié. Daniel le lui fait connaître et le lui explique. Honneurs que Nabuchodonosor fait à Daniel.


1 La seconde année du règne de Nabuchodonosor, ce prince eut un songe dont son esprit fut extrêmement effrayé, et ensuite il l'oublia entièrement.

2 Le roi commanda en même temps qu'on fit assembler les devins, les mages, les enchanteurs et les Chaldéens, pour lui déclarer quel avait été son songe. Ils vinrent donc, et se présentèrent devant lui.

3 Et le roi leur dit : J'ai eu un songe, et je ne sais ce que j'ai vu, parce que rien ne m'en est resté dans l'esprit qu'une idée confuse.

4 Les Chaldéens répondirent au roi en langue syriaque : O roi, vivez à jamais ! dites à vos serviteurs le songe que vous avez eu, et nous l'interpréterons.

5 Le roi répondit aux Chaldéens : Mon songe m'est sorti de la mémoire ; si vous ne me déclarez ce que j'ai songé, et ce que mon songe signifie, vous périrez tous, et vos maisons seront confisquées.

6 Mais si vous me dites mon songe, et ce qu'il signifie, je vous ferai des dons et des présents, et je vous élèverai à de grands honneurs. Dites-moi donc, et interprétez-moi ce que j'ai songé.

7 Les Chaldéens lui répondirent pour la seconde fois : S'il plaît au roi de déclarer son songe à ses serviteurs, nous lui en donnerons l'interprétation.

8 Le roi leur répondit : Je vois bien que vous ne cherchez qu'à gagner du temps, parce que vous savez que j'ai oublié mon songe.

9 Que si vous ne me pouvez dire ce que j'ai songé, c'est une marque que si je vous l'avois dit, vous lui euriez donné une interprétation trompeuse et pleine d'illusion, pour m'entretenir de paroles jusqu'à ce qu'il se fût passé beaucoup de temps. Dites-moi donc quel a été mon songe, afin que je sache que l'interprétation que vous lui donnerez sera aussi véritable.

10 Les Chaldéens répondirent au roi : Seigneur, il n'y a point d'homme sur la terre qui puisse faire ce que vous nous commandez ; et il n'y a point de roi, quelque grand et puissant qu'il sait, qui ait jamais exigé une telle chose des devins, des magiciens et des Chaldéens.

11 Car ce que vous nous demandez, ô roi, est si difficile, qu'il ne se trouvera personne qui puisse vous en donner l'explication, excepté les dieux, qui n'ont point de commerce avec les hommes.

12 A cette réponse, le roi entra en fureur, et dans son extrême colère il commanda qu'on fit mourir tous les sages de Babylone.

13 Cet arrêt ayant été prononcé, on allait faire mourir les sages ; et on cherchait Daniel et ses compagnons, pour les faire périr avec les autres.

14 Alors Daniel, voulant savoir qu'elle était cette loi et cette ordonnance, s'en informa auprès d'Arioch, général des armées du roi, qui se préparait à faire mourir les sages de Babylone ;

15 Et comme c'était lui qui avait reçu cet ordre du roi, Daniel lui demanda quel sujet avait pu porter le roi à prononcer une sentence si cruelle. Arioch ayant dit toute l'affaire à Daniel.

16 Daniel se présenta devant le roi, et le supplia de lui accorder quelque temps pour lui donner l'éclaircissement qu'il désirait.

17 Et étant entré dans sa maison, déclara ce qui se passait à ses compagnons, Ananias, Misaël et Azarias,

18 Afin qu'ils implorassent la miséricorde du Dieu du ciel pour la révélation de ce secret, et que Daniel et ses compagnons ne périssent pas avec les autres sages de Babylone.

19 Alors ce mystère fut découvert à Daniel dans une vision pendant la nuit ; et il bénit le Dieu du ciel, et dit :

20 Que le nom du Seigneur soit béni dans tous les siècles comme il l'a été dès le commencement, parce que la sagesse et la force sont à lui !

21 C'est lui qui change les temps et les siècles, qui transfère et établit les royaumes, et qui donne la sagesse aux sages, et la science à ceux qui ont l'intelligence et la lumière.

22 C'est lui qui révèle les choses les plus profondes et les plus cachées, qui connaît ce qui est dans les ténèbres ; et c'est en lui que se trouve la vraie lumière.

23 Je vous rends grâces et je vous bénis, ô Dieu de nos pères, parce que vous m'avez donné la sagesse et la force, et que vous m'avez fait voir ce que nous vous avons demandé, en nous découvrant ce que le roi désire de nous. 24 Daniel alla ensuite trouver Arioch, à qui le roi avait ordonné de faire mourir les sages de Babylone, et il lui dit : Ne faites point mourir les sages de Babylone ; conduisez-moi près du roi, et je lui donnerai l'éclaircissement qu'il désire.

25 Arioch aussitôt présenta Daniel au roi, et lui dit : J'ai trouvé un homme d'entre les captifs des enfants de Juda, qui donnera au roi l'éclaircissement qu'il demande.

26 Le roi répondit en se tournant vers Daniel, surnommé Baltassar : Croyez-vous me pouvoir dire véritablement ce que j'ai vu dans mon songe, et m'en donner l'interprétation ?

27 Daniel répondit au roi : Les sages, les mages, les devins et les augures ne peuvent le découvrir au roi le mystère dont il est en peine.

28 Mais il y a au ciel un Dieu qui révèle les mystères ; c'est lui qui vous a montré, ô roi, les choses qui doivent arriver dans les derniers temps. Voici donc quel a été votre songe, et les visions qui vous ont passé dans l'esprit, lorsque vous étiez dans votre lit.

29 Vous pensiez, ô roi, étant dans votre lit, à ce qui devait arriver après ce temps-ci ; et celui qui révèle les mystères vous a découvert les choses à venir.

30 Ce secret m'a aussi été particulièrement révélé, non par une sagesse naturelle que j'aie, et qui ne se trouve pas dans le reste des hommes, mais afin que le roi sût l'interprétation de son songe, et que les pensées de son esprit lui fussent connues.

31 Voici donc, ô roi, ce que vous avez vu. Il vous a paru comme une grande statue : cette statue, grande et extraordinairement haute, se tenait debout devant vous, et son regard était effroyable.

32 La tête de cette statue était d'un or très-pur, la poitrine et les bras étaient d'argent, le ventre et les cuisses étaient d'airain ;

33 Les jambes étaient de fer, et une partie des pieds était de fer, et l'autre d'argile.

34 Vous étiez attentif à cette vision, lorsqu'une pierre se détacha d'elle‑même, et sans la main d'aucun homme, de la montagne, et frappant la statue à ses pieds de fer et d'argile, elle les mit en pièces.

35 Alors le fer, l'argile, l'airain, l'argent et l'or se brisèrent tout ensemble, et devinrent comme la menue paille que le vent emporte hors de l'aire pendant l'été, et ils disparurent sans qu'il s'en trouvât plus rien en aucun lieu ; mais la pierre qui avait frappé la statue devint une grande montagne qui remplit toute la terre.

36 Voilà votre songe, ô roi ; et nous l'interpréterons aussi devant vous.

37 Vous êtes le roi des rois, et le Dieu du ciel vous a donné le royaume, la force, l'empire et la gloire ;

38 Il vous a assujetti les enfants des hommes et les bêtes de la campagne, en quelque lieu qu'ils habitent ; il a mis en votre main les oiseaux mêmes du ciel et il a soumis toutes choses à votre puissance : c'est donc vous qui êtes la tête d'or.

39 Il s'élèvera après vous un autre royaume moindre que le vôtre, un royaume d'argent, et ensuite un troisième royaume, qui sera d'airain, et qui commandera à toute la terre,

40 Le quatrième royaume sera comme le fer : il brisera, et il réduira tout en poudre, comme le fer brise et dompte toutes choses.

41 Mais comme vous avez vu que les pieds de la statue, et les doigts pieds étaient en partie d'argile partie de fer, le royaume, quoique prenant son origine du fer, sera divisé, comme vous avez vu que le fer était mêlé avec la terre et l'argile. 42 Et comme les doigts des pieds étaient en partie de fer et en partie de terre, le royaume aussi sera ferme en partie, et en partie faible et fragile.

43 Et comme vous avez vu que le fer était mêlé avec la terre et l'argile, ils se mêleront aussi par des alliances humaines ; mais ils ne demeureront point unis, comme le fer ne peut se lier ni s'unir avec l'argile.

44 Dans le temps de ces royaumes, le Dieu du ciel suscitera un royaume qui ne sera jamais détruit, un royaume qui ne passera point dans un autre peuple ; qui renversera, et réduira en poudre tous ces royaumes, et qui subsistera éternellement.

45 Selon que vous avez vu que la pierre qui avait été arrachée de la montagne sans la main d'aucun homme, a brisé l'argile, le fer, l'airain, l'argent et l'or, le grand Dieu a fait voir au roi ce qui doit arriver à l'avenir ; le songe est véritable, et l'interprétation en est très-certaine.

46 Alors le roi Nabuchodonosor se prosterna le visage contre terre, et adora Daniel ; et il commanda que l'on fit venir des victimes et de l'encens, et qu'on lui sacrifiât.

47 Et le roi, parlant ensuite à Daniel, lui dit : Votre Dieu est véritablement le Dieu des dieux, et le Seigneur des rois, et celui qui révèle les mystères, puisque vous avez pu découvrir un mystère si caché.

48 Alors le roi éleva en honneur Daniel, et lui fit beaucoup de grands et de magnifiques présents ; il lui donna le gouvernement de toutes les provinces de Babylone, et l'éleva au-dessus de ceux qui possédaient les première dignités.

49 Et le roi ordonna, selon que Daniel le lui avait demandé, que Sidrach, Misach et Abdénago auraient l'intendance des affaires de la provinces de Babylone ; mais Daniel était toujours dans le palais et près de la personne du roi.



Statue d'or dressée par Nabuchodonosor. Les trois compagnons de Daniel refusent d'adorer cette statue ; ils sont jetés dans une fournaise ardente. Dieu les y conserve. Prière d'Azarias et de ses compagnons. Ordonnance de Nabuchodonosor en faveur de la religion des Juifs.


1 Le roi Nabuchodonosor fit faire une statue d'or qui avait soixante coudées de haut et six de large, et il la fit placer dans la campagne de Dura, qui était de la province de Babylone.

2 Il envoya ensuite un ordre pour faire assembler les satrapes, les magistrats, les juges, les officiers de l'armée, les intendants, ceux qui possédaient les premières charges, et tous les gouverneurs de provinces, afin qu'ils se trouvassent au jour où on dédierait la statue qu'il avait élevée.

3 Alors les satrapes, les magistrats, les juges, les officiers de l'armée, les intendants, les seigneurs qui étaient établis dans les premières charges, et tous les gouverneurs de provinces, s'assemblèrent pour assister à la dédicace de la statue que le roi Nabuchodonosor avait élevée. Ils se tenaient debout devant la statue que le roi Nabuchodonosor avait fait dresser ;

4 Et le héraut criait à haute voix : Peuples et tribus de toutes langues, on vous ordonne,

5 Qu'au moment où vous entendrez le son de la trompette, de la flûte, de la harpe, du hautbois, de la lyre, et des concerts de toute sorte de musiciens, vous vous prosterniez en terre, et que vous adoriez la statue d'or que le roi Nabuchodonosor a dressée.

6 Que si quelqu'un ne se prosterne pas, et n'adore point cette statue, il sera jeté sur l'heure au milieu des flammes de la fournaise. 7 Aussitôt donc que tous les peuples entendirent le son de la trompette, de la flûte, de la harpe, du hautbois, de la lyre, et des concerts de toute sorte de musiciens, tous les hommes, de quelque nation, de quelque tribu et de quelque langue qu'ils fussent, adorèrent la statue d'or que Nabuchodonosor avait dressée.

8 Aussitôt, et dans le même moment, des Chaldéens s'approchèrent et accusèrent des Juifs,

9 En disant au roi Nabuchodonosor : O roi, vivez à jamais !

10 Vous avez fait une ordonnance, ô roi, que tout homme, au moment où il entendrait le son de la trempette, de la flûte, de la harpe, du hautbois, de la lyre, et des concerts de toute sorte de musiciens, se prosternât en terre, et adorât la statue d'or ;

11 Et que si quelqu'un ne se prosternait pas, et ne l'adorait point, il serait jeté au milieu des flammes de la fournaise.

12 Cependant ceux des Juifs à qui vous avez donné l'intendance des affaires de la province de Babylone, Sidrach, Misach et Abdénago, méprisent, ô roi, votre ordonnance ; ils n'honorent point vos dieux, et ils n'adorent point la statue d'or que vous avez élevée.

13 Alors Nabuchodonosor, plein de furie et de colère, commanda qu'on amenât devant lui Sidrach, Misach et Abdénago, qui furent amenés aussitôt devant le roi.

14 Et le roi Nabuchodonosor leur dit ces paroles : Est-il vrai, Sidrach, Misach et Abdénago, que vous n'honorez point mes dieux, et que vous n'adorez point la statue d'or que j'ai dressée ?

15 Maintenant donc si vous êtes prêts à m'obéir, au moment où vous entendrez le son de la trompette, de la flûte, de la harpe, du hautbois, de la lyre, et des concerts de toute sorte de musiciens, prosternez-vous en terre, et adorez la statue que j'ai faite. Que si vous ne l'adorez pas, vous serez jetés au même moment au milieu des flammes de la fournaise. Et quel est le Dieu qui vous puisse arracher d'entre mes mains ?

16 Sidrach, Misach et Abdénago répondirent au roi Nabuchodonosor : Il n'est pas besoin, ô roi, que nous répondions sur ce sujet ;

17 Car notre Dieu, le Dieu que nous adorons, peut certainement nous retirer du milieu des flammes de la fournaise, et nous délivrer, ô roi, d'entre vos mains.

18 Que s'il ne veut pas le faire, nous vous déclarons, ô roi, que nous n'honorons point vos dieux, et que nous n'adorons point la statue d'or que vous avez fait élever.

19 Alors Nabuchodonosor fut rempli de fureur ; il changea de visage, et il regarda d'un œil de colère Sidrach, Misach et Abdénago ; il commanda que le feu de la fournaise fût sept fois plus ardent qu'il n'avait accoutumé d'être.

20 Il donna ordre aux plus forts soldats de ses gardes de lier les pieds à Sidrach, Misach et Abdénago, et de les jeter ainsi au milieu de la fournaise.

21 En même temps ces trois hommes furent liés et jetés au milieu des flammes de la fournaise, avec leurs chausses, leurs tiares, leurs souliers, et leurs vêtements ;

22 Car le commandement du roi était pressant. Et comme la fournaise était extraordinairement embrasée, les flammes du feu firent mourir les hommes qui y avaient jeté Sidrach, Misach et Abdénago.

23 Cependant ces trois hommes, Sidrach, Misach et Abdénago, tombèrent tous liés au milieu des flammes de la fournaise.


Ce qui suit jusqu'au verset 91 ne se trouve pas dans l'hébreu, et a été pris de l'édition de la Bible de Théodotion. (Cette remarque est de saint Jérôme.)


24 Ils marchaient au milieu de la flamme, louant Dieu, et bénissant le Seigneur.

25 Mais Azarias se tenant debout fit cette prière, et ouvrant sa bouche au milieu du feu, il dit :

26 Soyez béni, Seigneur, Dieu de nos pères, et que votre nom soit loué et glorifié dans tous les siècles !

27 Parce que vous êtes juste dans tout ce que vous nous avez fait, que toutes vos œuvres sont fondées sur l'équité, que vos voies sont droites, et que tous vos jugements sont véritables.

28 Vos jugements ont été très-équitables dans tous les maux que vous avez fait venir sur nous, et sur Jérusalem, la cité sainte de nos pères, parce que vous nous avez envoyé tous ces châtiments dans la vérité et dans la justice, à cause de nos péchés.

29 Car nous avons péché, et nous sommes tombés dans l'iniquité en nous retirant de vous, et nous avons manqué en toutes choses ;

30 Nous n'avons point écouté vos ordonnances, nous ne les avons point observées, et nous ne les avons point gardées comme vous nous l'aviez commandé, afin que nous fussions heureux.

31 Ainsi c'est avec une justice très-véritable que vous nous avez envoyé ces châtiments, que vous nous avez fait tous ces maux,

32 Et que vous nous avez livrés entre les mains de nos ennemis, qui sont des injustes, des scélérats et des prévaricateurs de votre loi, et entre les mains d'un roi qui est le plus injuste et le plus méchant qui soit sur la terre.

33 Et maintenant nous n'osons pas ouvrir la bouche ; et nous sommes devenus un sujet de confusion et de honte à vos serviteurs et à ceux qui vous adorent.

34 Ne nous abandonnez pas pour jamais, à cause de votre nom, nous vous en conjurons : ne détruisez pas votre alliance ;

35 Et ne retirez pas de nous votre miséricorde, à cause d'Abraham, votre bien-aimé, d'Isaac, votre serviteur, et d'Israël, votre saint,

36 Auxquels vous avez promis que vous multiplieriez leur race comme les étoiles du ciel, et comme le sable qui est sur le rivage de la mer ;

37 Car nous sommes au contraire réduits à un plus petit nombre que toutes les autres nations, et nous sommes aujourd'hui humiliés par toute la terre à cause de nos péchés.

38 Et il n'y a plus maintenant parmi nous ni prince, ni chef, ni prophète, ni holocauste, ni sacrifice, ni oblation, ni encens, ni lieu pour vous offrir nos prémices,

39 Afin que nous puissions avoir part à votre miséricorde. Mais recevez-nous, Seigneur, dans un cœur contrit et dans un esprit humilié ;

40 Que notre sacrifice se consomme aujourd'hui devant vous, et qu'il vous soit agréable comme si nous vous offrions des holocaustes de béliers et de taureaux, et mille agneaux gras, parce que ceux qui mettent leur confiance en vous ne tomberont point dans la confusion.

41 Et maintenant nous vous suivons de tout notre cœur ; nous vous craignons, et nous recherchons votre face.

42 Ne nous confondez pas, mais traitez-nous selon votre douceur, et selon la multitude de vos miséricordes.

43 Délivrez-nous par les merveilles de votre puissance, et donnez, Seigneur, gloire à votre nom ;

44 Que tous ceux qui font souffrir des maux à vos serviteurs soient confondus, qu'ils soient confondus par votre toute-puissance, que leur force soit réduite en poudre,

45 Et qu'ils sachent que c'est vous seul qui êtes le Seigneur, le Dieu et le Roi de gloire sur toute la terre.

46 Cependant les serviteurs du roi, qui avaient jeté ces trois jeunes homme : dans le feu, ne cessaient point d'allumer la fournaise avec du bitume, de l'étoupe, de la poix, et du sarment ;

47 Et la flamme s'élevait de quarante-neuf coudées au-dessus de la fournaise ;

48 Et elle s'élança dehors, et dévora les Chaldéens qu'elle trouva les plus proches de la fournaise.

49 Or l'ange du Seigneur descendit vers Azarias et ses compagnons dans la fournaise ; et écartant les flammes,

50 Il avait formé au milieu de la fournaise un vent frais et une douce rosée ; et le feu ne les toucha on aucune façon, et ne les incommoda point, et ne leur fit aucune peine.

51 Alors ces trois hommes louaient Dieu dans la fournaise, et le glorifiaient et le bénissaient d'une même bouche, en disant :

52 Vous êtes béni, Seigneur, Dieu de nos pères ; vous êtes digne de toutes louanges, vous êtes plein de gloire, et élevé au-dessus de tout dans tous les siècles ; le saint nom de votre gloire est béni ; il est digne de toutes louanges, et élevé au-dessus de tout dans tous les siècles.

53 Vous êtes béni dans le temple saint de votre gloire, et élevé au-dessus de toute louange et de toute gloire dans tous les siècles.

54 Vous êtes béni dans le trône de votre royaume, et élevé au-dessus de toute louange et au-dessus de toute gloire dans tous les siècles.

55 Vous êtes béni, vous qui voyez le fond des abîmes, et qui êtes assis sur les chérubins ; et vous êtes digne de toute louange, et élevé au-dessus de toute gloire dans tous les siècles.

56 Vous êtes béni dans le firmament du ciel, et vous êtes digne de toute louange et de toute gloire dans tous les siècles.

57 Ouvrages du Seigneur, bénissez tous le Seigneur ; louez-le, et relevez sa souveraine grandeur dans tous les siècles.

58 Anges du Seigneur, bénissez le Seigneur ; louez-le, et relevez sa souveraine grandeur dans tous les siècles.

59 Cieux, bénissez le Seigneur ; louez-le, et relevez sa souveraine grandeur dans tous les siècles.

60 Eaux qui êtes au dessus des cieux, bénissez toutes le Seigneur ; louez-le, et relevez sa souveraine grandeur dans tous les siècles.

61 Puissances et vertus du Seigneur, bénissez toutes le Seigneur ; louez-le, et relevez sa souveraine grandeur dans tous les siècles.

62 Soleil et lune, bénissez le Seigneur ; louez-le, et relevez sa souveraine grandeur dans tous les siècles.

63 Étoiles du ciel, bénissez le Seigneur ; louez-le, et relevez sa souveraine grandeur dans tous les siècles.

64 Pluies et rosées, bénissez toutes le Seigneur ; louez-le, et relevez sa souveraine grandeur dans tous les siècles.

65 Vents et souffles de Dieu, bénissez tous le Seigneur ; louez-le, et relevez sa souveraine grandeur dans tous les siècles.

66 Feux et chaleurs de l'été, bénissez le Seigneur ; louez-le, et relevez sa souveraine grandeur dans tous les siècles.

67 Froids et rigueurs de l'hiver, bénissez le Seigneur ; louez-le, et relevez sa souveraine grandeur dans tous les siècles.

68 Rosées et bruines, bénissez le Seigneur ; louez-le, et relevez sa souveraine grandeur dans tous les siècles.

69 Gelées et froidures, bénissez le Seigneur ; louez-le, et relevez sa souveraine grandeur dans tous les siècles.

70 Glace, et neiges, bénissez le Seigneur ; louez-le, et relevez sa souveraine grandeur dans tous les siècles.

71 Nuits et jours, bénissez le Seigneur ; louez-le, et relevez sa souveraine grandeur dans tous les siècles.

72 Lumière et ténèbres bénissez le Seigneur ; louez-le, et relevez sa souveraine grandeur dans tous les siècles.

73 Éclairs et nuages, bénissez le Seigneur ; louez-le, et relevez sa souveraine grandeur dans tous les siècles.

74 Que la terre bénisse le Seigneur ; qu'elle loue et qu'elle célèbre sa souveraine grandeur dans tous les siècles.

75 Montagnes et collines, bénissez le Seigneur ; louez-le, et relevez sa souveraine grandeur dans tous les siècles.

76 Plantes qui naissez de la terre, bénissez toutes le Seigneur ; 1ouez-le, et relevez sa souveraine grandeur dans tous les siècles.

77 Fontaines, bénissez le Seigneur ; louez-le, et relevez sa souveraine grandeur dans tous les siècles.

78 Mers et fleuves, bénissez le Seigneur ; louez-le, et relevez sa souveraine grandeur dans tous les siècles.

79 Baleines et poissons qui vivez dans les eaux, bénissez tous le Seigneur ; louez-le, et relevez sa souveraine grandeur dans tous les siècles.

80 Oiseaux du ciel, bénissez tous le Seigneur ; louez et relevez sa souveraine grandeur dans tous les siècles.

81 Bêtes, ou privées ou sauvages, bénissez toutes le Seigneur ; louez-le, et relevez sa souveraine grandeur dans tous les siècles.

82 Enfants des hommes, bénissez le Seigneur ; louez-le, et relevez sa souveraine grandeur dans tous les siècles.

83 Qu'Israël bénisse le Seigneur ; qu'il le loue, et qu'il célèbre sa souveraine grandeur dans tous les siècles.

84 Prètres du Seigneur, baissez le Seigneur ; louez-le, et relevez sa souveraine grandeur dans tous les siècles.

85 Serviteurs du Seigneur, bénissez le Seigneur ; louez-le, et relevez sa souveraine grandeur dans tous les siècles.

86 Esprits et âmes des justes, bénissez le Seigneur ; louez-le, et relevez sa souveraine grandeur dans tous les siècles.

87 Vous qui êtes saints et humbles de cœur, bénissez le Seigneur, louez-le, et relevez sa souveraine grandeur dans tous les siècles.

88 Ananias, Azarias et Misael, bénissez le Seigneur ; louez-le, et relevez sa souveraine grandeur dans tous les siècles, parce qu'il nous a tirés de l'enfer, qu'il nous a sauvés de la puissance de la mort, qu'il nous a délivrés du milieu des flammes ardentes, et nous a tirés du milieu du feu.

89 Rendez grâces au Seigneur, parce qu'il est bon, parce que sa miséricorde s'étend dans tous les siècles.

90 Vous qui êtes religieux et craignant Dieu, bénissez le Seigneur, le Dieu des dieux ; louez-le, et rendez-lui des actions de gràces, parce que sa miséricorde s'étend dans la suite de tous les siècles.

91 Alors le roi Nabuchodonosor fut frappé d'étonnement : il se leva tout d'un coup, et dit aux grands de sa cour : N'avons-nous pas jeté trois hommes liés au milieu du feu ? Ils répondirent au roi : Oui, seigneur.

92 Nabuchodonosor leur dit : J'en vois quatre néanmoins qui marchent sans être liés au milieu du feu, qui sont incorruptibles dans les flammes, et dont le quatrième est semblable au Fils de Dieu.

93 Alors Nabuchodonosor, s'étant approché de la porte de la fournaise ardente, dit : Sidrach. Misach et Abdénago, serviteurs du Dieu très-haut, sortez et venez. Aussitôt Sidrach, Misach et Abdénago sortirent du milieu du feu ;

94 Et les satrapes, les premiers officiers, les juges, et les grands de la cour du roi, regardaient attentivement ces jeunes hommes, voyant que le feu n'avait eu aucun pouvoir sur leur corps, que pas un seul cheveu de leur tête n'en avait été brûlé, qu'il n'en paraissait aucune trace sur leurs vêtements, et que l'odeur même du feu n'était pas venue jusqu'à eux.

95 Alors Nabuchodonosor, comme hors de lui-même, s'écria : Béni soit leur Dieu, le Dieu de Sidrach, de Misach et d'Abdénago, qui a envoyé son ange, et a délivré ses serviteurs qui ont cru en lui, qui ont résisté au commandement du roi, et qui ont abandonné leur corps pour ne se point rendre esclaves, et pour n'adorer aucun autre dieu que le seul Dieu qu'ils adorent !

96 Voici donc l'ordonnance que je fais : Que tout homme, de quelque peuple, de quelque tribu, et de quelque langue qu'il puisse être, qui aura proféré un blasphème contre le Dieu de Sidrach, de Misach et d'Abdénago, périsse, et que sa maison soit détruite ; parce qu'il n'y a point d'autre Dieu qui puisse sauver que celui-là.

97 Alors le roi éleva en dignité Sidrach, Misach et Abdénago dans la province de Babylone.

98 Le roi Nabuchodonosor : A tous les peuples et à toutes les nations, quelque langue qu'elles parlent dans toute la terre ; que la paix s'établisse en vous de plus en plus !

99 Le Dieu très-haut a fait des prodiges et des merveilles dans mon royaume.

100 J'ai donc résolu de publier ses prodiges, parce qu'ils sont grands ; et ses merveilles, parce qu'elles sont étonnantes ; car son royaume est un royaume éternel, et sa puissance s'étend dans la suite de tous les siècles.



Songe de Nazbuchodonosor; arbre abattu. Daniel lui explique ce songe. Ce songe s'accomplit. Nabuchodonosor est réduit pendant sept ans au rang des bêtes. Il reconnaît la main de Dieu, et est rétabli dans son royaume.


1 Moi Nabuchodonosor étant en paix dans ma maison, et plein de gloire dans mon palais,

2 J'ai vu un songe qui m'a effrayé ; et étant dans mon lit, mes pensées et les images qui se présentaient à mon imagination m'épouvantèrent.

3 C'est pourquoi je publiai une ordonnance pour faire venir devant moi tous les sages de Babylone, afin qu'ils me donnassent l'explication de mon songe.

4 Alors les devins, les mages, les Chaldéens et les augures étant venus devant moi, je leur racontai mon songe. et ils ne purent me l'expliquer ;

5 Enfin Daniel. notre collègue, parut devant nous, lui à qui j'ai donné le nom de Baltassar, qui est le nom de mon Dieu, et qui a en lui-même l'esprit des dieux saints. Je lui racontai mon songe, et je lui dis :

6 Baltassar, prince des devins, comme je sais que vous avez en vous l'esprit des dieux saints, et qu'il n'y a point de secret que vous ne puissiez pénétrer, dites-moi ce que j'ai vu en songe, et donnez-m'en l'explication.

7 Voici ce qui m'a été représenté en vision lorsque j'étais dans mon lit : Il me semblait que je voyais, au milieu de la terre, un arbre qui était excessivement haut.

8 C'était un arbre grand et fort, dont la hauteur allait jusqu'au ciel, et qui paraissait s'étendre jusqu'aux extrémités du monde.

9 Ses feuilles étaient très-belles, et il était chargé de fruits capables de nourrir toutes choses ; les bêtes privées et les bêtes sauvages habitaient dessous, les oiseaux du ciel demeuraient sur ses branches, et tout ce qui avait vie y trouvait de quoi se nourrir.

10 J'eus cette vision étant sur mon lit ; alors celui qui veille, et qui est saint, descendit du ciel,

11 Et cria d’une voix forte : Abattez l'arbre par le pied, coupez-en les branches, faites-en tomber les feuilles, et répandez-en les fruits ; que les bêtes qui étaient dessous s'enfuient, et que les oiseaux s'envolent de dessus ses branches.

12 Laissez-en néanmoins en terre la tige avec ses racines, qu'elle soit liée avec des chaînes de fer et d'airain parmi les herbes des champs, qu'elle soit mouillée de la rosée du ciel, et qu'elle paisse avec les bêtes sauvages l'herbe de la terre.

13 Qu'on lui ôte son cœur d'homme, et qu'on lui donne un cœur de bête, et que sept ans se passent sur elle.

14 C'est ce qui a été ordonné par ceux qui veillent, c'est la parole et la demande des saints, jusqu'à ce que les vivants connaissent que c'est le Très-Haut qui a la domination sur les royaumes des hommes, qui les donne à qui il lui plaît, et qui établit roi, quand il veut, le dernier d'entre les hommes.

15 Voilà le songe que j'ai eu, moi Nabuchodonosor, roi. Hâtez-vous donc, Baltassar, de m'en donner l’explication ; car tous les sages de mon royaume n'ont pu me l'interpréter ; mais pour vous, vous le pouvez, parce que l'esprit des dieux saints est en vous.

16 Alors Daniel, surnommé Baltassar, commença à penser en lui-même sans rien dire, pendant près d'une heure ; et les pensées qui lui venaient lui jetaient le trouble dans l'esprit. Mais le roi prenant la parole lui dit : Baltassar, que ce songe et l'interprétation que vous avez à lui donner ne vous troublent point. Baltassar lui répondit : Seigneur, que le songe retourne sur ceux qui vous haïssent, et son interprétation sur vos ennemis !

17 Vous avez vu un arbre qui était très-grand et très-fort, dont la hauteur allait jusqu'au ciel, qui semblait s'étendre sur toute la terre ;

18 Ses branches étaient très-belles, il était chargé de fruits, et tous y trouvaient de quoi se nourrir ; les bêtes de la campagne habitaient dessous, et les oiseaux du ciel se retiraient sur ses branches.

19 Cet arbre, ô roi, c'est vous-même qui êtes devenu si grand et si puissant ; car votre grandeur s'est accrue et élevée jusqu'au ciel, votre puissance s'est étendue jusqu'aux extrémités du monde.

20 Vous avez vu ensuite, ô roi, que celui qui veille et qui est saint est descendu du ciel, et qu'il a dit : Abattez cet arbre, coupez-en les branches, réservez-en néanmoins en terre la tige avec les racines ; qu'il soit lié avec le fer et l'airain parmi les herbes des champs, qu'il soit mouillé par la rosée du ciel, et qu'il paisse avec les bêtes sauvages, jusqu'à ce que sept ans soient passés sur elle.

21 Et voici l'interprétation de la sentence du Très-Haut, qui a été prononcée contre le roi, mon seigneur :

22 Vous serez chassé de la compagnie des hommes, et vous habiterez avec les animaux et les bêtes sauvages ;vous mangerez du foin comme un bœuf, vous serez trempé de la rosée du ciel ; sept ans se passeront sur vous, jusqu'à ce que vous reconnaissiez que le Très-Haut tient sous sa domination les royaumes des hommes, et qu'il les donne à qui il lui plait. 23 Quant à l'ordre de réserver la tige de l'arbre avec ses racines, cela vous marque que votre royaume vous demeurera, après que vous aurez reconnu que toute puissance vient du ciel.

24 C'est pourquoi suivez, ô roi, le conseil que je vous donne ; rachetez vos péchés par les aumônes, et vos iniquités par les oeuvres de miséricorde envers les pauvres ; peut-être le Seigneur vous pardonnera-t-il vos offenses.

25 Toutes ces choses arrivèrent depuis au roi Nabuchodonosor.

26 Douze mois après, il se promenait dans le palais de Babylone ;

27 Et il commença à dire : N'est-ce pas là cette grande Babylone dont j'ai fait le siége de mon royaume, que j'ai bâtie dans la grandeur de ma puissance, et dans l'éclat de ma gloire ?

28 A peine le roi avait prononcé cette parole, qu'on entendit cette voix du ciel : Voici ce qui vous est annoncé, ô Nabuchodonosor, roi : Votre royaume passera en d'autres mains ;

29 Vous serez chassé de la compagnie des hommes, vous habiterez avec les animaux et les bêtes sauvages ; vous mangerez du foin comme un bœuf, et sept ans passeront sur vous, jusqu'à ce que vous reconnaissiez que le Très-Haut a un pouvoir absolu sur les royaumes des hommes, et qu'il les donne à qui il lui plait.

30 Cette parole fut accomplie à la même heure en la personne de Nabuchodonosor ; il fut chassé de la compagnie des hommes, il mangea du foin comme un bœuf, son corps fut trempé de la rosée du ciel, en sorte que les cheveux lui crûrent comme les plumes d'un aigle, et que ses ongles devinrent comme les griffes des oiseaux.

31 Après que le temps marque de Dieu eut été accompli, moi, Nabuchodonosor, j'élevai les yeux au ciel ; le sens et l'esprit me furent rendus ; je bénis le Très-Haut, je louai et glorifiai celui qui vit éternellement parce que sa puissance est une puissance éternelle, et que son royaume s'étend dans la succession de tous les siècles.

32 Tous les habitants de la terre sont devant lui comme un néant ; il fait tout ce qu'il lui plaît, soit dans les vertus célestes, soit parmi ceux qui sont sur la terre ; et nul ne peut résister à sa main puissante, ni lui dire : Pourquoi avez-vous fait ainsi ?

33 En ce même temps le sens me revint, et je recouvrai tout l'éclat et toute la gloire de la dignité royale ; ma première forme me fut rendue ; les grands de ma cour et mes principaux officiers me vinrent chercher ; je fus rétabli dans mon royaume, et je devins plus grand que jamais.

34 Maintenant donc, moi, Nabuchodonosor, je loue le Roi du ciel, et je publie sa grandeur et sa gloire, parce que toutes ses oeuvres sont fondées sur la vérité, que toutes ses voies sont pleines de justice. et qu'il peut humilier les superbes quand il lui plaît.



Festin sacrilège du roi Baltassar. Apparition d'une main qui écrit sur la muraille. Les sages de Babylone ne peuvent lire et expliquer cette écriture. Daniel la lit et l'explique. Mort de Baltassar. Darius le Mède lui succède.


1 Le roi Baltassar fit un grand festin à mille des principaux de sa cour, et chacun buvait selon son âge.

2 Le roi étant donc déjà plein de vin, commanda qu'on apportât les vases d'or et d'argent que son père Nabuchodonosor avait emportés du temple de Jérusalem, afin que le roi bût dedans avec ses femmes, ses concubines, et les grands de sa cour.

3 On apporta donc aussitôt les vases d'or et d'argent qui avaient été transportés du temple de Jérusalem, et le roi but dedans avec ses femmes, ses concubines, et les grands de sa cour.

4 Ils buvaient du vin, et ils louaient leurs dieux d'or et d'argent, d'airain et de fer, de bois et de pierre.

5 Au même moment on vit paroître des doigts, et comme la main d'un homme qui écrivait près du chandelier sur la muraille de la salle du roi ; et le roi voyait le mouvement des doigts de le main qui écrivait,

6 Alors le visage du roi s'altéra, son esprit fut saisi d'un grand trouble, ses reins se relâchèrent, et dans son tremblement ses genoux se choquaient l'un l'autre.

7 Le roi jeta donc un grand cri, et ordonna qu'on fit venir les mages, les Chaldéens et les augures ; et le roi dit aux sages de Babylone : Quiconque lira cette écriture, et me l'interprétera, sera revêtu de pourpre, aura un collier d'or au cou, et sera la troisième personne de mon royaume.

8 Mais tous les sages du roi étant venus devant lui ne purent ni lire cette écriture, ni lui en donner l'interprétation ;

9 Ce qui redoubla encore le trouble du roi Baltassar ; son visage en fut tout changé ; et les grands de sa cour en furent épouvantés comme lui.

10 Mais la reine, touchée de ce qui était arrivé au roi, et aux grands qui étaient près de lui, entra dans la salle du festin, et lui dit : O roi, vivez à jamais ! que vos pensées ne vous troublent point, et que votre visage ne s'altère point !

11 Il y a dans votre royaume un homme qui a en lui-même l'esprit des dieux saints, en qui on a trouvé plus de science et de sagesse qu'en aucun autre sous le règne de votre père c'est pourquoi le roi Nabuchodonosor, votre père, l'établit chef des mages, des enchanteurs, des Chaldéens et des augures : votre père, dis-je, ô roi, l'établit au-dessus d'eux tous ;

12 Parce qu'on reconnut que cet homme appelé Daniel, à qui le roi donna le nom de Baltassar, avait reçu une plus grande étendue d'esprit qu'aucun autre, plus de prudence et d'intelligence pour interpréter les songes, découvrir les secrets, et expliquer les choses les plus obscures et les plus embarrassées. Qu'on fasse donc maintenant venir Daniel, et il interprétera cette écriture.

13 Aussitôt on fit venir Daniel devant le roi ; et le roi lui dit : Etes-vous Daniel, l'un des captifs des enfants de Juda, que le roi, mon père, avait emmenés de Judée ?

14 On m'a dit de vous que vous avez l’esprit des dieux, et qu'il s'est trouvé en vous plus de science, d'intelligence et de sagesse qu'en aucun autre.

15 Je viens de faire venir devant moi les sages et les mages pour lire cette écriture, et m'en donner l'interprétation, et ils n'ont pu me dire ce que ces lettres signifient.

16 Mais pour vous, on m'a rapporté que vous pouvez expliquer les choses les plus obscures, et développer les plus embarrassées ; si donc vous pouvez donc lire cette écriture, et m'en donner l'interprétation, vous serez vêtu de pourpre, vous porterez au cou un collier d'or, et vous serez le troisième d'entre les princes de mon royaume.

17 Daniel répondit à ces paroles du roi, et lui dit : Que vos présents, ô roi, soient pour vous, et faites part à un autre des honneurs de votre maison ; je ne laisserai pas de vous lire cette écriture, et de vous dire ce qu'elle signifie.

18 Le Dieu très-haut, ô roi, donna à Nabuchodonosor, votre père, le royaume, la grandeur, la gloire et l'honneur ;

19 Et à cause de cette grande puissance que Dieu lui avait donnée, tous les peuples et toutes les nations, de quelque langue qu'elles fussent, le respectaient et tremblaient devant lui : il faisait mourir ceux qu'il voulait, il détruisait ceux qu'il lui plaisait, il élevait ou il abaissait les uns ou les autres, selon sa volonté.

20 Mais après que son coeur se fut élevé, et que son esprit se fut affermi dans son orgueil, il fut chassé du trône, il perdit son royaume, et sa gloire lui fut ôtée ;

21 Il fut retranché de la société des enfants des hommes ; son cœur devint semblable à celui des bêtes, il demeura avec les ânes sauvages ; et il mangea l'herbe des champs, comme un bœuf, et son corps fut trempé de la rosée du ciel, jusqu'à ce qu'il reconnût que le Très-Haut a un souverain pouvoir sur les royaumes des hommes, et qu'il établit sur le trône qui il lui plaît.

22 Et vous, Baltassar, qui êtes son fils, vous-même n'avez point humilié votre cœur, quoique vous sussiez toutes ces choses ;

23 Mais vous vous êtes élevé contre le Dominateur du ciel ; vous avez fait apporter devant vous les vases de sa maison sainte, et vous avez bu dedans, vous, vos femmes et vos concubines, avec les grands de votre cour ; vous avez loué en même temps vos dieux d'argent et d'or, d'airain et de fer, de bois et de pierre, qui ne voient point, qui n'entendent point, et qui ne sentent point ; et vous n'avez point rendu gloire au Dieu qui tient dans sa main votre âme et tous les moments de votre vie.

24 C'est pourquoi Dieu a envoyé les doigts de cette main qui a écrit ce qui est marqué sur la muraille.

25 Or voici ce qui est écrit : MANÉ, THECEL, PHARÈS.

26 Et en voici l'interprétation : MANÉ, Dieu a compté les jours de votre règne, et il en a marqué l'accomplissement.

27 THECEL, vous avez été pesé dans la balance, et on vous a trouvé trop léger.

28 PHARÈS, votre royaume a été divisé, et il a été donné aux Mèdes et aux Perses.

29 Alors Daniel fut vêtu de pourpre par l'ordre du roi ; on lui mit au cou un collier d'or, et on fit publier qu'il aurait la puissance dans le royaume, comme en étant la troisième personne.

30 Cette même nuit, Baltassar, roi des Chaldéens, fut tué.

31 Darius, qui était Mède, lui succéda au royaume, étant âgé de soixante et deux ans.



Daniel élevé en bonheur par Darius le Mède. Jalousie des satrapes contre lui. Ordonnance qu'ils obtiennent du prince. Accusations qu'ils forment contre Daniel. Daniel est jeté dans la fosse aux lions ; il en sort sans être blessé. Édit de Darius en faveur de la religion des Juifs.


1 Darius fit un édit, et établit six-vingts satrapes sur son royaume, afin qu'ils eussent l'autorité dans toutes les provinces de son État.

2 Mais il mit au-dessus d'eux trois princes, dont Daniel était un, afin que ces satrapes leur rendissent compte, et que le roi fût déchargé de tout soin.

3 Daniel surpassait donc en autorité tous les princes et tous les satrapes, parce qu'il était plus rempli de l'esprit de Dieu.

4 Et comme le roi pensait à l'établir sur tout son royaume, les princes et les satrapes cherchaient un sujet de l'accuser dans ce qui regardait les affaires du roi ; mais ils ne purent trouver aucun prétexte pour le rendre suspect, parce qu'il était très-fidèle, et qu'on ne pouvait faire tomber sur lui le soupçon de la moindre faute.

5 Ils dirent donc entre eux : Nous ne trouverons point d'occasion d'accuser Daniel, si nous ne la faisons naître de la loi de son Dieu.

6 Alors les princes et les satrapes surprirent le roi en cette manière, et lui dirent : O roi, vivez éternellement !

7 tous les princes de votre royaume, les principaux officiers, les satrapes, les sénateurs et les juges, sont d'avis qu'il se fasse un édit par votre puissance impériale qui ordonne que tout homme qui, durant l'espace de trente jours, demandera quoi que ce soit à quelque dieu ou à quelque homme que ce puisse être, sinon à vous seul, ô roi, soit jeté dans la fosse aux lions.

8 Confirmez donc maintenant, ô roi, cet avis, et faites cet édit, afin qu'il demeure ferme comme ayant été établi par les Mèdes et par les Perses, et qu'il ne soit permis à personne de le violer.

9 Le roi Darius fit donc publier cet édit et cette défense.

10 Daniel, ayant appris que cette loi avait été faite, entra dans sa maison ; et ouvrant les fenêtres de sa chambre du côté de Jérusalem, il fléchissait les genoux chaque jour à trois différentes heures, et il adorait son Dieu, et lui rendait ses actions de grâces, comme il avait coutume de faire auparavant.

11 Ces hommes donc, qui épiaient avec grand soin toutes les actions de Daniel, le trouvèrent qui priait et qui adorait son Dieu.

12 Et ils vinrent aussitôt auprès du roi pour lui représenter son édit, et lui dirent : O roi, n'avez-vous pas ordonné que, pendant l'espace de trente jours, tout homme qui ferait quelque prière à quelqu'un des dieux ou des hommes, sinon à vous seul, ô roi, serait jeté dans la fosse aux lions ? Le roi leur répondit : Ce que vous dites est vrai, et c'est une ordonnance des Perses et des Mèdes, qu'il n'est permis à personne de violer.

13 Alors ils dirent au roi : Daniel, un des captifs d'entre les enfants de Juda, sans avoir égard à votre loi ni à l'édit que vous avez fait, prie son Dieu chaque jour à trois heures différentes.

14 Ce que le roi ayant entendu, il fut extrêmement affligé, il prit en lui-même la résolution de délivrer Daniel, et jusqu'au soleil couché il fit ce qu'il put pour le sauver.

15 Mais ces personnes, voyant bien quelle était l'intention du roi, lui dirent : O roi, sachez que c'est une loi des Mèdes et des Perses, qu'il n'est permis de rien changer à tous les édits que le roi a faits.

16 Alors Daniel fut emmené par le commandement du roi, et ils le jetèrent dans la fosse aux lions. Et le roi dit à Daniel : Votre Dieu, que vous adorez sans cesse, vous délivrera.

17 En même temps on apporta une pierre qui fut mise à l'entrée de la fosse, et scellée du sceau du roi, et du sceau des grands de sa cour, de peur qu'on ne fît quelque chose contre Daniel.

18 Le roi rentra dans sa maison, et se mit au lit sans avoir soupé ; on ne servit point de viandes devant lui, et il ne put pas même dormir.

19 Le lendemain il se leva dès le point du jour, et alla en diligence à la fosse aux lions ;

20 Et étant près de la fosse, il appela Daniel avec une voix triste et entrecoupée de soupirs, et lui cria : Daniel, serviteur du Dieu vivant, votre Dieu que vous servez sans cesse, aurait-il bien pu vous délivrer de la gueule des lions ?

21 Daniel lui répondit : O roi, vivez éternellement !

22 Mon Dieu a envoyé son ange, qui a fermé la gueule des lions, et ils ne m'ont fait aucun mal, parce que j'ai été trouvé juste devant lui ; et je n'ai rien fait non plus devant vous, ô roi, qui puisse me rendre coupable.

23 Alors le roi fut transporté de joie, et il commanda qu'on fît sortir Daniel de la fosse aux lions ; Daniel fut donc retiré de la fosse, et on ne trouva sur son corps aucune blessure, parce qu'il avait cru eu son Dieu.

24 En même temps le roi commanda qu'on fît venir ceux qui avaient accusé Daniel, et ils furent jetés dans la fosse aux lions avec leurs femmes et leurs enfants ; et avant qu'ils fussent venus jusqu'au pavé de la fosse, les lions les saisirent entre leurs dents, et leur brisèrent tous les os.

25 Alors Darius envoya cette ordonnance à tous les peuples et à toutes les nations, de quelque langue qu'elles fussent, qui habitaient dans toute la terre : Que la paix s'affermisse parmi vous de plus en plus !

26 J'ordonne par cet édit que, dans tout mon empire et mon royaume, tous mes sujets révèrent le Dieu de Daniel avec crainte et tremblement ; car c'est lui qui est le Dieu vivant, l'Éternel qui vit dans tous les siècles ; son royaume ne sera jamais détruit, et sa puissance passera jusque dans l'éternité.

27 C'est lui qui est le Libérateur et le Sauveur, qui fait des prodiges et des merveilles dans le ciel et sur la terre, qui a délivré Daniel de la fosse aux lions.

28 Or Daniel fut toujours en dignité jusqu'au règne de Darius, et au règne de Cyrus, roi de Perse.



Vision des quatre bêtes qui représentent quatre empires. Caractères particuliers de la quatrième bête. Puissance ennemie des saints. Jugement du Seigneur. Règne du Fils de l'homme ; règne des saints.



1 La première année de Baltassar, roi de Babylone, Daniel eut une vision en songe ; il eut cette vision étant dans son lit ; et ayant écrit son songe, il le recueillit en peu de mots, et en marqua ainsi les principaux points :

2 J’eus, dit-il, cette vision pendant la nuit : il me semblait que les quatre vents du ciel se combattaient l'un l'autre sur une grande mer,

3 Et que quatre grandes bêtes fort différentes les unes des autres montaient hors de la mer.

4 La première était comme une lionne, et elle avait des ailes d'aigle ; et comme je la regardais, ses ailes lui furent arrachées ; elle fut ensuite relevée de terre, et elle se tint sur ses pieds comme un homme, et il lui fut donné un cœur d'homme.

5 Et à côté parut une autre bête qui ressemblait à un ours ; elle avait trois rangs de dents dans la gueule, et il y en avait qui lui disaient : Levez-vous, et rassasiez-vous de carnage.

6 Après cela comme je regardais, j'en vis une autre qui était comme un léopard ; et elle avait au-dessus de soi quatre ailes comme les ailes d'un oiseau ; cette bête avait quatre têtes, et la puissance lui fut donnée.

7 Je regardais ensuite dans cette vision que j'avais pendant la nuit, et je vis paraître une quatrième bête qui était terrible et étonnante ; elle était extraordinairement forte ; elle avait de grandes dents de fer ; elle dévorait, elle mettait en pièces, et foulait aux pieds ce qui restait ; elle était fort différente des autres bêtes que j'avais vues avant elle, et elle avait dix cornes.

8 Je considérais ces cornes, et je vis une petite corne qui sortait du milieu des autres ; trois de ses premières cornes furent arrachées de devant elle ; cette corne avait des yeux comme les yeux d'un homme, et une bouche qui disait de grandes choses.

9 J'étais attentif à ce que je voyais, jusqu'à ce que des trônes furent placés, et que l'ancien des jours s'assit. Son vêtement était blanc comme la neige, et les cheveux de sa tête étaient comme la laine la plus blanche et la plus pure ; son trône était des flammes ardentes, et les roues de ce trône un feu brûlant.

10 Un fleuve de feu et très-rapide, sortait de devant sa face ; un million d'anges le servaient, et mille millions assistaient devant lui. Le jugement se tint, et les livres furent ouverts.

11 Je regardais attentivement, à cause du bruit des grandes paroles que cette corne prononçait ; et je vis que la bête avait été tuée, que son corps était détruit, et qu'il avait été livré au feu pour être brûlé ;

12 Je vis aussi que la puissance des autres bêtes leur avait été ôtée, et que la durée de leur vie leur avait été marquée jusqu'à un temps et un temps.

13 Je considérais ces choses dans une vision de nuit, et je vis comme le Fils de l'homme qui venait avec les, nuées du ciel, qui s'avança jusqu'à l'ancien des jours. Ils le présentèrent devant lui,

14 Et il lui donna la puissance, l'honneur et le royaume, et tous les peuples, et toutes les tribus, et toutes les langues le serviront ; sa puissance est une puissance éternelle qui ne lui sera point ôtée, et son royaume ne sera jamais détruit.

15 Mon esprit fut saisi d'étonnement ; moi, Daniel, je fus épouvanté par ces choses, et ces visions qui m'étaient représentées me troublèrent.

16 Je m'approchai d'un de ceux qui étaient présents, et je lui demandai la vérité de toutes ces choses ; et il m'interpréta ce qui se passait, et me l'enseigna.

17 Ces quatre grandes bêtes sont quatre royaumes qui s'élèveront de la terre.

18 Mais les saints du Dieu très-haut entreront en possession du royaume, et ils régneront jusqu'à la fin des siècles, et dans les siècles des siècles.

19 J'eus ensuite un grand désir d'apprendre ce qu'était la quatrième bête, qui était très-différente de toutes les autres, et effroyable au delà de ce qu'on peut dire : ses dents et ses ongles étaient de fer ; elle dévorait et mettait en pièces, et elle foulait aux pieds ce qui avait échappé à sa violence ;

20 Je voulus m'enquérir aussi des dix cornes qu'elle avait à la tête, et d'une autre qui lui vint de nouveau, devant laquelle trois de ces cornes étaient tombées ; et de cette corne qui avait des yeux, et une bouche qui prononçait de grandes choses ; et cette corne était plus grande que les autres.

21 Et comme je regardais attentivement, je vis que cette corne faisait la guerre contre les saints, et avait l'avantage sur eux,

22 Jusqu'à ce que l'ancien des jours parut ; alors il donna aux saints du Très-Haut la puissance de juger ; et, le temps étant accompli, les saints entrèrent en possession du royaume.

23 Sur quoi il me dit : La quatrième bête est le quatrième royaume qui dominera sur la terre, et il sera plus grand que tous les autres royaumes : il dévorera toute la terre, la foulera aux pieds, et la réduira en poudre.

24 Les dix cornes de ce même royaume sont dix rois qui y régneront ; il s'en élèvera un autre après eux, qui sera plus puissant que ceux qui l'auront devancé, et il abaissera trois rois.

25 Il parlera insolemment contre le Très-Haut, il foulera aux pieds les saints du Très-Haut, et il s'imaginera qu'il pourra changer les temps et les lois ; et ils seront livrés entre ses mains jusqu'à un temps, deux temps, et la moitié d'un temps.

26 Le jugement se tiendra ensuite, afin que la puissance soit ôtée à cet homme, qu'elle soit entièrement détruite, et qu'il périsse pour jamais ;

27 Et qu'en même temps le royaume, la puissance, et l'étendue de l'empire de tout ce qui est sous le ciel, soit donné au peuple des saints du Très-Haut ! car son royaume est un royaume éternel auquel tous les rois seront assujettis avec une entière soumission.

28 Ce fut la fin de ce qui me fut dit. Moi Daniel, je fus fort troublé ensuite dans mes pensées, mon visage en fut tout changé ; et je conservai ces paroles dans mon cœur.



Vision d'un bélier qui représente la monarchie des Perses et des Mèdes, et d'un bouc qui représente la monarchie des Grecs. Grande corne de ce bouc, à laquelle quatre autres succèdent ; autre corne qui sort de l'une de ces quatre, et représente un prince cruel et impie.


1 La troisième année du règne du roi Baltassar, j'eus une vision. Moi Daniel, après ce que j'avais vu au commencement,

2 Je vis dans une vision, lorsque j'étais au château de Suse, qui est au pays d'Élam, et il me parut dans cette vision que j'étais à la porte d'Ulaï.

3 Je levai les yeux, et je vis un bélier qui se tenait devant les marais ; il avait les cornes élevées, et l'une l’était plus que l'autre, et croissait peu à peu.

4 Après cela, je vis que ce bélier donnait des coups de corne contre l'occident, contre l'aquilon et contre le midi, et toutes les bêtes ne lui pouvaient résister, ni se délivrer de sa puissance ; il fit tout ce qu'il voulut, et il devint fort puissant.

5 J'étais attentif à ce que je voyais ; et en même temps un bouc vint de l'occident sur la face de toute la terre, sans qu'il touchât néanmoins la terre ; et ce bouc avait une corne fort grande entre les deux yeux.

6 Il vint jusqu'à ce bélier qui avait des cornes, que j'avais vu se tenir devant la porte ; et s'élançant avec une grande impétuosité, il courut à lui de toute sa force.

7 Lorsqu'il fut venu près du bélier, il l'attaqua avec furie, et le perça de coups ; il lui rompit les deux cornes, sans que le bélier lui pût résister ; et l'ayant jeté par terre, il le foula aux pieds, et personne ne put délivrer le bélier de sa puissance.

8 Le bouc ensuite devint extraordinairement grand ; et, lorsqu'il eut crû, sa grande corne se rompit, et il se forma quatre cornes au-dessous vers les quatre vents du ciel.

9 Mais de l'une de ces quatre cornes il en sortit une petite qui s'agrandit fort vers le midi, vers l'orient, et vers les peuples les plus forts.

10 Il éleva sa grande corne jusqu'aux armées du ciel, et il fit tomber les plus forts et ceux, qui étaient comme des étoiles, et il les foula aux pieds.

11 Il s'éleva même jusqu'au prince des forts, il lui ravit son sacrifice perpétuel, et il déshonora le lieu de son sanctuaire.

12 La puissance lui fut donnée contre le sacrifice perpétuel, à cause des péchés des hommes ; et la vérité sera renversée sur la terre ; il entreprendra tout, et tout lui réussira.

13 Alors j'entendis un des saints qui parlait ; et un saint dit à un autre, que je ne connaissais point, et qui lui parlait : Jusqu'à quand durera cette vision, touchant la violation du sacrifice perpétuel, et le péché qui causera cette désolation ? jusqu'à quand le sanctuaire et le pouvoir de Dieu seront-ils foulés aux pieds ?

14 Et il lui dit : Jusqu'au soir et au matin, il se passera deux mille trois cents jours ; et le sanctuaire sera purifié.

15 Moi Daniel, lorsque j'avais cette vision, et que j'en cherchais l'intelligence, il se présenta devant moi comme une figure d'homme ;

16 Et j'entendis la voix d'un homme à la porte d'Ulaï, qui cria, et, qui dit : Gabriel, faites-lui entendre cette vision.

17 En même temps Gabriel vint, et se tint au lieu où j'étais ; et lorsqu'il fut venu à moi, je tombai le visage contre terre, tout tremblant de crainte, et il me dit : Comprenez bien, fils de l'homme, parce que cette vision s'accomplira à la fin, en son temps.

18 Et lorsqu'il parlait encore à moi, je tombai le visage contre terre ; alors il me toucha, et m'ayant fait tenir debout,

19 Il me dit : Je vous ferai voir ce qui doit arriver au dernier jour de la malédiction, parce que le temps s'accomplira enfin.

20 Le bélier que vous avez vu ayant des cornes, est le roi des Perses et des Mèdes.

21 Le bouc est le roi des Grecs ; et la grande corne qu'il avait entre les deux yeux, est le premier de leurs rois.

22 Les quatre cornes qui se sont élevées après que la première a été rompue, sont les quatre rois qui s'élèveront, de sa nation, mais non avec sa force et sa puissance ;

23 Et après leur règne, lorsque les iniquités se seront accrues, il s'élèvera un roi qui aura l'impudence sur le front, qui entendra les paraboles et les énigmes.

24 Sa puissance s'établira, mais non par ses forces ; et il fera un ravage étrange et au delà de toute créance ; il réussira dans tout ce qu'il aura entrepris. Il fera mourir, selon qu'il lui plaira, les plus forts et le peuple des saints ;

25 Il conduira avec succès tous ses artifices et toutes ses tromperies ; son cœur s'enflera de plus en plus, et se voyant comblé de toutes sortes de prospérités, il en fera mourir plusieurs ; il s'élèvera contre le prince des princes, et il sera enfin réduit en poudre sans la main des hommes.

26 Cette vision du soir et du matin qui vous a été représentée, est véritable ; scellez donc vous-même cette vision, parce qu'elle n'arrivera qu'après beaucoup de ours.

27 Et moi, Daniel, je tombai dans la langueur, et je fus malade pendant quelques jours ; et m'étant levé, je travaillais aux affaires du roi, et j'étais dans l'étonnement en pensant à cette vision, sans trouver personne qui pût me l'interpréter.



Daniel implore la miséricorde du Seigneur pour son peuple. L'ange Gabriel lui annonce le temps précis de la venue du Messie.


1 La première année de Darius, fils d'Assuérus, de la race des Mèdes, qui régna dans l'empire des Chaldéens ;

2 La première année de son règne, moi, Daniel, j'eus, par la lecture des livres saints, l'intelligence du nombre d'années que devait durer la désolation de Jérusalem, dont le Seigneur a parlé au prophète Jérémie, qui était de soixante et dix ans.

3 J'arrêtai mes yeux et mon visage sur le Seigneur mon Dieu, pour le prier et le conjurer dans les jeûnes, le sac et la cendre.

4 Je priai le Seigneur mon Dieu, je lui confessai mes fautes, et je lui dis : Écoutez ma prière, ô Seigneur, Dieu grand et terrible, qui gardez votre alliance et votre miséricorde envers ceux qui vous aiment et qui observent vos commandements !

5 Nous avons péché, nous avons commis l'iniquité, nous avons fait des actions impies, nous nous sommes détournés de la voie de vos préceptes et de vos ordonnances.

6 Nous n'avons point obéi à vos serviteurs les prophètes, qui ont parlé en votre nom à nos rois, à nos princes, à nos pères, et à tout le peuple de la terre.

7 La justice est à vous, ô Seigneur ! et à nous la confusion du visage, qui couvre aujourd'hui les hommes de Juda, les habitants de Jérusalem, et tous les enfants d'Israël, et ceux qui sont prêts, et ceux qui sont éloignés dans tous les pays où vous les avez chassés, à cause des iniquités qu'ils ont commises contre vous.

8 Il ne nous reste, Seigneur, que la confusion de notre visage ; à nous, à nos rois, à nos princes, et à nos pères, qui ont péché.

9 Mais à vous, qui êtes le Seigneur notre Dieu, appartient la miséricorde et la grâce de la réconciliation ; car nous nous sommes retirés de vous,

10 Et nous n'avons point écouté la voix du Seigneur notre Dieu, pour marcher dans la loi qu'il nous avait prescrite par ses serviteurs les prophètes.

11 Tout Israël a violé votre loi, ils se sont détournés pour ne point écouter votre voix ; et cette malédiction et cette exécration qui est décrite dans la loi de Moïse serviteur de Dieu, est tombée sur nous, parce que nous avons péché contre vous.

12 Le Seigneur a accompli ses oracles, qu'il a prononcés contre nous et contre nos princes, qui nous ont jugés, pour faire fondre sur nous ces grands maux qui ont accablé Jérusalem, tels qu'on n'en a jamais vu de semblables sous le ciel.

13 Tous ces maux sont tombés sur nous, selon qu'il est écrit dans la loi de Moise ; et nous ne nous sommes point présentés devant votre face pour vous prier, ô Seigneur notre Dieu, de nous retirer de nos iniquités, et de nous appliquer à la connaissance de votre vérité.

14 Ainsi l'œil du Seigneur a été ouvert et attentif aux maux, et il les a fait fondre sur nous. Le Seigneur notre Dieu est juste dans toutes les œuvres qu'il a faites, parce que nous n'avons point écouté sa voix.

15 Et maintenant, ô Seigneur notre Dieu, qui avez tiré votre peuple de l'Égypte avec une main puissante, et qui vous êtes acquis alors un nom qui dure encore aujourd'hui, je confesse que nous avons péché, que nous avons commis l'iniquité.

16 Mais je vous conjure, selon toute votre justice, Seigneur, que votre colère et votre fureur se détournent de votre cité de Jérusalem et de votre montagne sainte ; car Jérusalem et votre peuple sont aujourd'hui en opprobre à toutes les nations qui nous environnent, à cause de nos péchés, et des iniquités de nos pères.

17 Écoutez donc maintenant, Seigneur, les vœux et les prières de votre serviteur ; faites reluire votre face sur votre sanctuaire, qui est désert, et faites-le pour vous-même.

18 Abaissez, mon Dieu, votre oreille jusqu'à nous, et nous écoutez ; ouvrez les yeux, et considérez notre désolation et la ruine de cette ville qui a eu la gloire de porter votre nom ; car ce n'est point par la confiance en notre propre justice que nous vous offrons nos prières en nous prosternant devant vous, mais c'est dans la vue de la multitude de vos miséricordes.

19 Exaucez-nous, Seigneur, Seigneur, apaisez votre colère, jetez les yeux sur nous, et agissez ; ne différez plus, mon Dieu, pour l'amour de vous-même, parce que cette ville et ce peuple sont à vous, et ont la gloire de porter votre nom !

20 Lorsque je parlais encore, et que je priais, et que je confessais mes péchés et les péchés d'Israël, mon peuple, et que, dans un profond abaissement, j'offrais mes prières en la présence de mon Dieu pour sa montagne sainte ;

21 Je n'avais pas encore achevé les paroles de ma prière. et voici que Gabriel, que j'avais vu au commencement dans la vision, vola tout à coup vers moi, et me toucha au temps du sacrifice du soir.

22 Il m'instruisit, il me parla, et me dit : Daniel, je suis venu maintenant pour vous enseigner, et pour vous donner l'intelligence.

23 Dès le commencement de votre prière j'ai reçu cet ordre ; et je suis venu pour vous découvrir toutes choses, parce que vous êtes un homme rempli de désirs ; soyez donc attentif à ce que je vais vous dire, et comprenez cette vision.

24 Dieu a abrégé et fixé le temps à soixante et dix semaines en faveur de votre peuple et de votre ville sainte, afin que ses prévarications soient abolies, que le péché trouve sa fin, que l'iniquité soit effacée, que la justice éternelle vienne sur la terre, que les visions et les prophéties soient accomplies, et que le saint des saints reçoive l'onction de l'huile sacrée.

25 Sachez donc ceci, et gravez-le dans votre esprit : Depuis l'ordre qui sera donné pour rebâtir Jérusalem, jusqu'au Christ, chef de mon peuple, il y aura sept semaines et soixante et deux semaines ; et les places et les murailles de la ville seront bâties de nouveau en des temps fâcheux et difficiles.

26 Et après soixante et deux semaines le Christ sera mis à mort ; et le peuple qui le doit renier ne sera point son peuple. Un peuple avec son chef qui doit venir détruira la ville et le sanctuaire ; elle finira par une ruine entière, et la désolation qui lui a été prédite arrivera après la fin de la guerre.

27 Il confirmera son alliance avec plusieurs dans une semaine ; et à la moitié de la semaine, les hosties et les sacrifices seront abolis, l'abomination de la désolation sera dans le temple, et la désolation durera jusqu'à la consommation et jusqu'à la fin.



Vision de Daniel sur le Tigre. Le prince du royaume des Perses résiste à l'ange Gabriel. Le prince des Grecs vient se joindre au prince des Perses contre Gabriel.


1 La troisième année du règne de Cyrus, roi des Perses, une parole fut révélée à Daniel, surnommé Baltassar, une parole véritable, et une grande vertu ; il comprit ce qui lui fut dit ; car on a besoin d'intelligence dans les visions.

2 En ce temps-là, moi, Daniel, je fus dans les pleurs tous les jours pendant trois semaines ;

3 Je ne mangeai d'aucun pain agréable au goût ; ni chair ni vin n'entra dans ma bouche, et je ne me servis d'aucune huile, jusqu'à ce que ces trois semaines fussent accomplies.

4 Le vingt-quatrième jour du premier mois, j'étais près du grand fleuve du Tigre ;

5 Et ayant levé les yeux, je vis tout à coup un homme qui était vêtu de lin, dont les reins étaient ceints d'une ceinture d'or très-pur ;

6 Son corps était comme la pierre de chrysolithe, son visage brillait comme les éclairs, et ses yeux paraissaient une lampe ardente ; ses bras, et tout le reste du corps jusqu'aux pieds, étaient comme d'un airain étincelant ; et le son de sa voix comme le bruit d'une multitude d'hommes.

7 Moi, Daniel, je vis seul cette vision ; et ceux qui étaient avec moi ne la virent point ; mais ils furent saisis d'horreur et d'épouvante, et ils s'enfuirent dans des lieux obscurs.

8 Étant donc demeuré seul, j'eus cette grande vision ; la vigueur de mon corps m'abandonna, mon visage fut tout changé, je tombai en foiblesse, et il ne me demeura aucune force.

9 Et j'entendis le bruit de sa voix ; et l'entendant, j'étais couché sur le visage dans une extrême frayeur, et mon visage était collé à la terre.

10 Alors une main me toucha, et me fit lever sur mes genoux et sur mes mains.

11 Et il me dit : Daniel, homme de désirs, entendez les paroles que je viens vous dire, et tenez-vous debout ; car je suis maintenant envoyé vers vous. Après qu'il m'eut dit cela, je me tins debout, étant tout tremblant.

12 Et il me dit : Daniel, ne craignez point ; car dès le premier jour que, vous affligeant en la présence de votre Dieu, vous avez appliqué votre cœur à l'intelligence, vos paroles ont été exaucées, et vos prières m'ont fait venir ici.

13 Le prince du royaume des Perses m'a résisté vingt et un jours ; mais Michel, le premier d'entre les premiers princes, est venu à mon secours ; et cependant j'ai demeuré là près du roi des Perses.

14 Je suis venu pour vous apprendre ce qui doit arriver à votre peuple aux derniers jours, car cette vision ne s'accomplira qu'après bien du temps.

15 Lorsqu'il me disait ces paroles, je baissais le visage contre terre, et je demeurais dans le silence.

16 Et en même temps celui qui avait la ressemblance d'un homme me toucha les lèvres ; et ouvrant la bouche, je parlai, et je dis à celui qui se tenait debout devant moi : Mon seigneur, lorsque je vous ai vu, tout ce qu'il y a en moi de nerfs et de jointures s'est relâché, et il ne m'est resté aucune force ;

17 Et comment le serviteur de mon seigneur pourra-t-il parler avec mon seigneur ? je suis demeuré sans aucune force, et je perds même la respiration.

18 Celui donc que je voyais sous la figure d'un homme me toucha encore, me fortifia, et me dit :

19 Ne craignez point, Daniel, homme de désirs ; la paix soit avec vous ! reprenez vigueur, et soyez ferme. Lorsqu'il me parlait encore, je me trouvai plein de force, et je lui dis : Parlez, mon seigneur, parce que vous m'avez fortifié.

20 Alors il me dit : Savez-vous pourquoi je suis venu à vous ? Je retourne maintenant pour combattre contre le prince des Perses. Lorsque je sortais, le prince des Grecs est venu à paraître.

21 Mais je vous annoncerai présentement ce qui est marqué dans l'Écriture de la vérité ; et nul ne m'assiste dans toutes ces choses, sinon Michel, qui est votre prince.



Empire des Perses ruiné par le roi des Grecs. Successeurs de ce prince. Guerres entre les rois du midi et du septentrion. Roi impie ; ses expéditions contre l'Egypte et contre la Judée ; sa fin malheureuse.


1 Dès la première année du règne de Darius, de la race des Mèdes, j'ai travaillé pour l'aider à s'établir et à se fortifier dans son royaume.

2 Mais maintenant je vous annoncerai la vérité. Il y aura encore trois rois en Perse ; le quatrième s'élèvera par la grandeur de ses richesses et de sa puissance au-dessus de tout ; et lorsqu'il sera devenu puissant et riche, il animera tous les peuples contre le royaume des Grecs.

3 Mais il s'élèvera un roi vaillant, qui dominera avec une grande puissance, et qui fera ce qu'il lui plaira.

4 Et après qu'il se sera affermi, son royaume sera détruit, et il se partagera vers les quatre vents du ciel ; il ne passera point à sa postérité, et son royaume ne conservera point la même puissance qu'avait eue ce premier roi ; car son royaume sera déchiré, et il passera à des princes étrangers, outre ces quatre plus grands.

5 Le roi du midi se fortifiera ; l'un de ses princes sera plus puissant que lui ; il dominera sur beaucoup de pays, car son empire sera grand.

6 Quelques années après ils feront alliance ensemble, et la fille du roi du midi viendra épouser le roi de l'aquilon pour faire amitié ensemble ; mais elle ne s'établira point par un bras fort, et sa race ne subsistera point ; elle sera livrée elle-même avec les jeunes hommes qui l'avaient emmenée, et qui l'avaient soutenue en divers temps.

7 Mais il sortira un rejeton de la même tige du roi du midi ; il viendra avec une grande armée, il entrera dans les provinces du roi de l'aquilon, il y fera de grands ravages, et il s'en rendra le maître.

8 Il emmènera en Égypte leurs dieux captifs, leurs statues, et leurs vases d'argent et d'or les plus précieux ; et il remportera toutes sortes d'avantages sur le roi de l'aquilon.

9 Le roi du midi entrera dans son royaume, et il reviendra ensuite en son pays.

10 Les enfants du roi du septentrion, animés par tant de pertes, lèveront de puissantes armées, et l'un d'eux marchera avec une grande vitesse comme un torrent qui déborde ; il reviendra ensuite, et étant plein d'ardeur il combattra contre les forces de l'Égypte.

11 Le roi du midi étant attaqué se mettra en campagne, et combattra contre le roi de l'aquilon ; il lèvera une grande armée, et des troupes nombreuses lui seront livrées entre les mains.

12 Il en prendra un très-grand nombre, et son cœur s'élèvera ; il en fera passer plusieurs milliers au fil de l’épée, mais il ne pourra se saisir de son ennemi ;

13 Car le roi de l'aquilon viendra de nouveau ; il assemblera encore plus de troupes qu'auparavant ; et après un certain nombre d'années, il s'avancera en grande hâte avec une armée nombreuse et une grande puissance.

14 En ces temps-là plusieurs s'élèveront contre le roi du midi ; les enfants de ceux de votre peuple qui auront violé la loi du Seigneur s'élèveront aussi pour accomplir une prophétie, et ils tomberont.

15 Le roi de l'aquilon viendra, il fera des terrasses et des remparts, il prendra les villes les plus fortes ; les bras du midi n'en pourront soutenir l'effort, les plus vaillants d'entre eux s'élèveront pour lui résister, et ils se trouveront sans force.

16 Il fera contre le roi du midi tout ce qu'il lui plaira, et il ne se trouvera personne qui puisse subsister devant lui ; il entrera dans cette terre célèbre, et elle sera abattue sous sa puissance.

17 Il s'affermira dans le dessein de venir s'emparer de tout le royaume du roi du midi ; il feindra de vouloir agir de bonne foi avec lui, il lui donnera en mariage sa fille d'une excellente beauté afin de le perdre ; mais son dessein ne lui réussira pas, et elle ne sera point pour lui.

18 Il se tournera contre les îles, et il en prendra plusieurs ; il arrêtera d'abord le prince qui doit le couvrir d'opprobre ; et la honte dont il couvrait les autres retombera sur lui.

19 Il reviendra de nouveau dans les terres de son empire, où il trouvera un piège ; il tombera enfin, et il disparaîtra pour jamais. 20 Un homme très-méprisable et indigne du nom de roi prendra sa place ; et il périra en peu de jours, non par une mort violente, ni dans un combat.

21 Un prince méprisé lui succédera, à qui on ne donnera point d'abord le titre de roi ; il viendra en secret, et il se rendra maître du royaume par sa dissimulation et par ses artifices.

22 Un prince combattant contre lui fuira devant lui, et ses grandes forces seront détruites ; comme aussi le chef de l'alliance.

23 Et après avoir fait amitié avec lui, il le trompera, il s'avancera dans l'Égypte, et l'assujettira avec peu de troupes.

24 Il entrera dans les villes les plus grandes et les plus riches ; il fera ce que ne firent jamais ses pères, ni les pères de ses pères : il amassera un grand butin de leurs dépouilles, et il pillera toutes leurs richesses ; il formera des entreprises contre leurs villes les plus fortes ; mais cela ne durera qu'un certain temps.

25 Sa force se réveillera, son cœur s'animera contre le roi du midi, qui l'attaquera avec une grande armée ; et le roi du midi opposera à cette provocation hostile de grands secours et de fortes troupes, qui ne demeureront pas fermes, parce qu'ils feront des entreprises contre lui.

26 Et étant à table avec lui, ils le ruineront, son armée sera accablée, et un grand nombre des siens seront mis à mort.

27 Ces deux rois auront le cœur attentif à se faire du mal l'un à l'autre ; étant assis à la même table, ils diront des paroles pleines de mensonges, et ils ne viendront pas à bout de leurs desseins, parce que le temps n'en sera pas encore venu.

28 Antiochus retournera en son pays avec de grandes richesses ; son cœur se déclarera contre l'alliance sainte ; il fera beaucoup de mal, et retournera en son pays.

29 Il retournera au temps prescrit, et reviendra vers le midi ; et son dernier état ne sera pas semblable au premier.

30 Les Romains viendront contre lui sur des vaisseaux ; il sera abattu, il retournera, et il concevra une grande indignation contre l'alliance du sanctuaire ; il retournera encore, et il entreprendra contre ceux qui avaient abandonné l'alliance du sanctuaire.

31 Des hommes puissants soutiendront son parti, et ils souilleront le sanctuaire du Dieu fort ; ils feront cesser le sacrifice perpétuel, et ils placeront dans le temple l'abomination de la désolation.

32 Et les impies violateurs de la sainte alliance useront de déguisement et de fiction ; mais le peuple qui connaîtra Dieu s'attachera fermement à la loi, et fera ce qu'elle ordonne.

33 Ceux qui seront savants parmi le peuple en instruiront plusieurs ; et ils seront tourmentés par l'épée, par la flamme, par la captivité, et par des brigandages qui dureront de longs jours.

34 Au milieu de ces ruines, ils seront un peu soulagés par un petit secours, et plusieurs se joindront à eux par une alliance feinte.

35 Il y en aura parmi ceux qui seront savants, qui tomberont en de grands maux, afin qu'ils passent par le feu, et qu'ils deviennent purs et blancs de plus en plus jusqu'au temps prescrit, parce qu’il y aura encore un autre temps.

36 Le roi agira selon son bon plaisir ; il s'élèvera, et il portera le faste de son orgueil contre tout dieu ; il parlera insolemment contre le Dieu des dieux ; il réussira jusqu'à ce que la colère de Dieu soit accomplie, parce qu'il a été ainsi arrêté.

37 Il n'aura aucun égard au Dieu de ses pères, il se livrera à la passion des femmes, il ne se souciera de quelque dieu que ce soit, parce qu'il s'élèvera contre toutes choses.

38 Il révérera le dieu Maozim, dans le lieu qu'il lui aura choisi ; et il honorera avec l'or, l'argent, les pierres précieuses, et tout ce qu'il y a de plus beau, un dieu que ses pères ont ignoré.

39 Il fortifiera les citadelles par le culte du dieu étranger qu'il a connu, il en élèvera les adorateurs à une grande gloire, il leur donnera beaucoup de puissance, et il partagera la terre gratuitement.

40 Le roi du midi combattra contre lui au temps qui a été marqué ; et le roi d'aquilon marchera contre lui comme une tempête, avec une multitude de chariots et de gens de cheval, et avec une grande flotte ; il entrera dans ses terres, il ravagera tout, et il passera au travers de son pays.

41 Il entrera ensuite dans le pays de gloire, et plusieurs provinces seront ruinées. Ceux-ci seuls seront sauvés de ses mains : Édom, Moab, et les premières terres des enfants d'Ammon.

42 Il étendra sa main contre les provinces, et le pays d'Égypte n'échappera point.

43 Il se rendra maître des trésors d'or et d'argent, et de tout ce qu'il y a de plus précieux dans l'Égypte ; il passera au travers de la Libye et de l'Éthiopie.

44 Il sera troublé par des nouvelles qui lui viendront de l'orient et de l'aquilon ; et il viendra avec de grandes troupes pour perdre tout, et pour faire un grand carnage.

45 Il dressera les tentes de son palais entre les mers, sur la montagne célèbre et sainte ; et il montera jusqu'au haut de la montagne, et il ne se trouvera personne pour le secourir.



Délivrance du peuple de Dieu. Résurrection. Gloire des saints. Terme de la durée de la grande désolation.


1 En ce temps-là Michel, le grand prince, s'élèvera, lui qui est le protecteur des enfants de votre peuple ; et il viendra un temps tel qu'on n'en aura jamais vu un semblable jusqu'alors, depuis que les peuples ont été établis. En ce temps-là tous ceux de votre peuple qui seront trouvés écrits dans le livre seront sauvés.

2 Et toute cette multitude de ceux qui dorment dans la poussière de la terre se réveilleront, les uns pour la vie éternelle, et les autres pour un opprobre éternel qu'ils auront toujours devant les yeux.

3 Or ceux qui auront été savants brilleront comme les feux du firmament ; et ceux qui en auront instruit plusieurs dans la voie de la justice luiront comme des étoiles dans l'éternité.

4 Mais pour vous, Daniel, tenez ces paroles fermées, et mettez le sceau sur ce livre jusqu'au temps marqué ; car plusieurs le parcourront, et la science se multipliera.

5 Alors, moi Daniel, je vis comme deux autres hommes qui étaient debout : l'un était en deçà sur le bord du fleuve, et l'autre au delà sur le bord du même fleuve.

6 Et je dis à l'homme vêtu de lin qui se tenait debout sur les eaux du fleuve : Quand sera-ce que l'accomplissement de ces prodiges arrivera ?

7 Et j'entendis cet homme vêtu de lin, et qui se tenait debout sur les eaux du fleuve, qui, élevant au ciel la main droite et la main gauche, jura par celui qui vit dans l'éternité, que ce serait dans un temps, deux temps, et la moitié d'un temps ; et que toutes ces choses seraient accomplies lorsque la dispersion de l’assemblée du peuple saint serait achevée.

8. J’entendis ce qu’il disait, mais je ne le compris pas, et je lui dis : Mon seigneur, qu’arrivera-t-il après cela ?

9. Et il me dit : Allez, Daniel, car ces paroles sont fermées et sont scellées jusqu’au temps qui a été marqué.

10. Plusieurs seront élus, seront rendus blancs et purs, et seront éprouvés comme par le feu : les impies agiront avec impunité, et tous les impies n’auront point l’intelligence ; mais ceux qui seront instruits comprendront.

11. Depuis le temps que le sacrifice perpétuel aura été aboli, et que l’abomination de la désolation aura été établie, il se passera mille deux cent quatre-vingt-dix jours.

12. Heureux celui qui attend, et qui arrive jusqu’à mille trois cent trente-cinq jours !

13. Mais pour vous, allez jusqu’au temps qui a été marqué, et vous serez en repos, et vous demeurerez dans l’état ou vous êtes jusqu’à la fin de vos jours.


Ce qui a été mis jusqu’ici de Daniel se trouve dans l'hébreu. Ce qui suit jusqu’à la fin du livre, a été traduit de l'édition de Théodotion. (Ces paroles sont de saint Jérôme.)





Histoire de Susanne injustement accusée et condamnée. Daniel la délivre.


1. Il y avait un homme qui demeurait dans Babylone, et son nom était Joachim :

2. Il épousa une femme nommée Susanne, fille d’Helcias, qui était parfaitement belle, et qui craignait Dieu ;

3. Car comme son père et sa mère étaient justes, ils avaient instruit leur fille selon la loi de Moise.

4. Or Joachim était fort riche, et il avait un jardin fruitier près de sa maison ; et les Juifs allaient souvent chez lui, parce qu’il était le plus considérable de tous.

5. On avait établi pour juges cette année-là deux vieillards d’entre le peuple, dont le Seigneur a parlé lorsqu’il a dit : Que l’iniquité est sortie de Babylone par des vieillards qui étaient juges, et qui semblaient conduire le peuple.

6. Ces vieillards allaient d’ordinaire à la maison de Joachim, et tous ceux qui avaient des affaires à juger venaient les y trouver.

7. Sur le midi, lorsque le peuple s’en était allé, Susanne entrait et se promenait dans le jardin de son mari.

8. Ces vieillards l’y voyaient entrer et se promener tous les jours ; et ils conçurent une ardente passion pour elle ;

9. leurs sens en furent pervertis, et ils détournèrent leurs yeux pour ne point voir le ciel, et pour ne se point souvenir des justes jugements.

10. Ils étaient donc tous deux blessés de l’amour de Susanne, et néanmoins ils ne s’entre-dirent point le sujet de leurs peines ;

11. Car ils rougissaient de se découvrir l’un à l’autre leur passion criminelle, ayant dessein séparément de corrompre cette femme ;

12. Et ils observaient tous les jours avec grand soin le temps ou ils la pourraient voir. Un jour l’un dit à l’autre :

13. Allons-nous-en chez nous, parce qu’il est temps de dîner ; et étant sortis, ils se séparèrent l’un de l’autre.

14. Mais revenant aussitôt, ils se rencontrèrent ; et après s’en être demandé la raison l’un à l’autre, ils s’entr’avouèrent leur passion ; et alors ils convinrent de prendre le temps ou ils pourraient trouver Susanne seule.

15. Lorsqu’ils observaient un jour propre pour leur dessein, il arriva que Susanne entra dans le jardin selon sa coutume, étant accompagnée de deux filles seulement, et qu’elle voulut se baigner, parce qu’il faisait chaud.

16. Et il n’y avait alors personne que les deux vieillards qui s’étaient cachés, et qui la regardaient.

17. Alors Susanne dit à ses filles : Apportez—moi de l’huile de parfum, et des pommades, et fermez les portes du jardin, afin que je me baigne.

18. Ses filles firent ce qu’elle leur avait commandé ; elles fermèrent les portes du jardin , et elles sortirent par une porte de derrière pour apporter ce que Susanne leur avait dit ; et elles ne savaient point que les vieillards fussent cachés au dedans du jardin.

19. Aussitôt que les filles furent sorties, les deux vieillards accoururent à Susanne, et lui dirent :

20. Les portes du jardin sont fermées, personne ne nous voit, et nous brûlons de passion pour vous : rendez-vous donc à notre désir, et faites ce que nous voulons.

21. Que si vous ne le voulez pas, nous porterons témoignage contre vous, et nous dirons qu’il y avait un jeune homme avec vous, et que c'est pour cela que vous avez renvoyé vos filles.

22. Susanne jeta un profond soupir, et leur dit : Je ne vois que péril et qu’angoisse de toutes parts ; car si je fais ce que vous désirez, je suis morte ; et si je ne le fais point, je n’échapperai pas de vos mains.

23. Mais il m’est meilleur de tomber entre vos mains, sans avoir commis le mal, que de pécher en la présence du Seigneur.

24. Susanne aussitot jeta un grand cri ; et les vieillards crièrent aussi contre elle.

25. Et l’un d’eux courut à la porte du jardin, et l'ouvrit.

26. Les serviteurs de Ia maison ayant entendu crier dans le jardin, y coururent par la porte de derrière pour voir ce que c’était.

27. Et les vieillards le leur ayant dit, ces serviteurs en furent extrêmement surpris, parce qu’on n’avait jamais rien dit de semblable de Susanne.

28. Le lendemain le peuple étant venu en la maison de Joachim son mari, les deux vieillards y vinrent aussi, pleins de la résolution criminelle qu’ils avaient formée contre Susanne pour lui faire perdre la vie.

29. Et ils dirent devant le peuple : Envoyez quérir Susanne, fille d’Helcias, femme de Joachim.

30. On y envoya aussitôt ; et elle vint accompagnée de son père et de sa mère, de ses enfants et de toute sa famille.

31. Susanne avait une délicatesse dans le teint, et une beauté tout extraordinaire.

32. Et comme elle avait alors le visage couvert d’un voile, ces méchants commandérent qu’on le lui ôtat, afin qu’ils se satisfissent au moins en cette manière par la vue de sa beauté.

33. Tous ses parents répandaient des larmes, et tous ceux qui l’avaient connue auparavant.

34. Alors ces deux vieillards se levant au milieu du peuple, mirent leurs mains sur la tête de Susanne,

35. qui leva en pleurant les yeux au ciel, parce que son cœur avait une ferme confiance au Seigneur.

36. Et ces vieillards dirent : Lorsque nous nous promenions seuls dans le jardin, cette femme est venue avec deux filles ; et ayant fait fermer les portes du jardin elle a renvoyé ses filles.

37. Et un jeune homme qui était caché, est venu, et a commis le crime avec elle.

38. Nous étions alors dans un coin du jardin ; et voyant cette méchante action, nous sommes courus à eux, et nous les avons vus dans cette infamie.

39. Nous n’avons pu prendre le jeune homme parce qu’il était plus fort que nous, et qu’ayant ouvert la porte il s’est sauvé,

40. mais pour elle, l’ayant prise, nous lui avons demandé quel était ce jeune homme, et elle n’a point voulu nous le dire. C’est de quoi nous sommes témoins.

41. Toute l’assemblée les crut, comme étant anciens et juges du peuple ; et ils condamnèrent Susanne à la mort.

42. Alors Susanne jeta un grand cri , et elle dit : Dieu éternel, qui pénétrez ce qui est le plus caché, et qui connaissez toutes choses avant même qu’elles soient faites,

43. vous savez qu’ils ont porté contre moi un faux témoignage ; et cependant je meurs sans avoir rien fait de tout ce qu’ils ont inventé si malicieusement contre moi.

44. Le Seigneur exauça sa prière,

45. et lorsqu’on la conduisait à la mort, il suscita l’esprit saint d’un jeune enfant nommé Daniel,

46. qui cria a haute voix : Je suis innocent du sang de cette femme.

47. Tout le peuple se tourna vers lui, et lui dit : Que vent dire cette parole que vous venez de prononcer ?

48. Daniel se tenant debout au milieu d’eux, leur dit : Etes-vous si insensés, enfants d’Israël, que d’avoir ainsi, sans juger et sans connaitre la vérité, condamné une fille d’Israël ?

49. Retournez pour la juger de nouveau, parce qu’ils ont porté un faux témoignage contre elle.

50. Le peuple retourna donc en grande hâte, et les vieillards dirent a Daniel : Venez, et prenez votre place au milieu de nous, et instruisez-nous, parce que Dieu vous a donné l’honneur de la vieillesse.

51. Daniel dit an peuple : Séparez-les l’un de l’autre, et je les jugerai.

52. Ayant donc été séparés l’un de l’autre, Daniel appela l’un d’eux, et lui dit : Homme qui avez vieilli dans le mal, les péchés que vous avez commis autrefois sont retombés maintenant sur vous ;

53. vous qui rendiez des jugements injustes, qui opprimiez les innocents, et qui sauviez les coupables, quoique le Seigneur ait dit : Vous ne ferez point mourir l’innocent et le juste ;

54. Maintenant donc, si vous avez surpris cette femme, dites sous quel arbre vous les avez vus parler ensemble ? Il lui répondit : Sous un lentisque.

55. Daniel lui dit : C’est justement que votre mensonge va retomber sur votre tête ; car voila l’ange qui sera l’exécuteur de l’arrêt que le Seigneur a prononcé contre vous, et qui vous coupera en deux.

56. Après l’avoir fait retirer, il commanda qu’on fit venir l’autre : et il lui dit : Race de Chanaan, et non de Juda, la beauté vous a surpris, et la passion vous a perverti le cœur.

57. C’est ainsi que vous traitiez les filles d’Israël ; et elles, ayant peur de vous, vous parlaient ; mais la fille de Juda n’a pu souffrir votre iniquité.

58. Maintenant donc, dites—moi sous quel arbre vous les avez surpris lorsqu’ils se parlaient ? Il lui répondit: Sous un chêne.

59. Daniel lui dit : C’est justement que votre mensonge va retomber maintenant sur votre tête ; car l’ange du Seigneur est tout prêt, et tient l’épée pour vous couper par le milieu du corps, et pour vous faire mourir tous deux.

60. Aussitôt tout le peuple jeta un grand cri ; et ils bénirent Dieu qui sauve ceux qui espèrent en lui ;

61. Et ils s’élevèrent contre les deux vieillards, parce que Daniel les avait convaincus par leur propre bouche d’avoir porté un faux témoignage ; et ils leur firent souffrir le mal qu’ils avaient voulu faire à leur prochain,

62. pour exécuter la loi de Moise. Ainsi ils les firent mourir, et le sang innocent fut sauvé en ce jour-là.

63. Helcias et sa femme rendirent grâces A Dieu pour Susanne, leur fille, avec Joachim, son mari, et tous ses parents, de ce qu’il ne s’était trouvé rien en elle qui blessât l'honnêteté.

64. Quant à Daniel, depuis ce jour-là et dans la suite du temps, il devint grand devant le peuple.

65. Et le roi Astyages ayant été réuni à ses pères par la mort, Cyrus de Perse lui succéda au royaume.



Daniel découvre l'imposture des prêtres de Bel, fait mourir un dragon adoré par les Babyloniens, est jeté dans la fosse aux lions, et en est délivré.


1. Daniel mangeait à la table du roi, et le roi l’avait élevé en honneur au-dessus de tous ceux qui étaient aimés de lui.

2. Les Babyloniens avaient alors une idole nommée Bel, pour laquelle on sacrifiait tous les jours douze mesures de farine du plus pur froment, quarante brebis, et six grands vases de vin.

3. Le roi honorait aussi cette idole, et il allait tous les jours l’adorer. Mais Daniel adorait son Dieu ; et le roi lui dit : Pourquoi n’adorez-vous point Bel ?

4. Daniel répondit au roi : Parce que je n’adore point les idoles qui sont faites de la main des hommes, mais le Dieu vivant qui a créé le ciel et la terre, et qui tient en sa puissance tout ce qui a vie.

5. Le roi dit à Daniel : Croyez-vous que Bel ne soit pas un dieu vivant ? Ne voyez-vous pas combien il mange et combien il boit chaque jour ?

6. Daniel lui répondit en souriant : O roi, ne vous y trompez pas ; ce Bel est de boue au dedans et d’airain au dehors, et il ne mangea jamais.

7. Alors le roi entrant en colère appela les prêtres de Bel, et leur dit : Si vous ne me dites qui est celui qui mange tout ce qui s’emploie pour Bel, vous mourrez.

8. Mais si vous me faites voir que c’est Bel qui mange toutes ces viandes, Daniel mourra, parce qu’il a blasphémé contre Bel. Daniel dit au roi : Qu’il soit fait selon votre parole.

9. Or il y avait soixante et dix prêtres de Bel, sans leurs femmes, leurs enfants, et leurs petits-enfants. Le roi alla avec Daniel au temple de Bel ;

10. et les prêtres de Bel lui dirent : Nous allons sortir dehors ; et vous, ô roi, faites mettre les viandes et servir le vin ; fermez la porte du temple, et la scellez de votre anneau ;

11. et demain au matin, lorsque vous entrerez, si vous ne trouvez que Bel aura tout mangé, nous mourrons tous, ou bien Daniel mourra, pour avoir rendu un faux témoignage contre nous.

12. Ils parlaient ainsi avec mépris, et se tenaient assurés, parce qu’ils avaient fait sous la table de l’autel une entrée secrète par laquelle ils venaient toujours, et mangeaient ce qu’on avait servi pour Bel.

13. Après donc que les prêtres furent sortis, le roi mit les viandes devant Bel ; et Daniel commanda à ses gens d’apporter de la cendre, et il la répandit par tout le temple devant le roi, la faisant passer par un crible. Ils sortirent ensuite, et fermèrent la porte du temple ; et l’ayant scellée du cachet du roi, ils s’en allèrent.

14. Les prêtres entrèrent durant la nuit, selon leur coutume, avec leurs femmes et leurs enfants, et mangèrent et burent tout ce qui avait été servi.

15. Le roi se leva des la pointe du jour, et Daniel avec lui.

16. Le roi lui dit : Daniel, le sceau est-il en son entier ? Daniel répondit : 0 roi, le sceau est tout entier.

17. Aussitôt le roi ayant ouvert la porte, et voyant la table de l’autel, jeta un grand cri, en disant : Vous êtes grand, ô Bel, et il n’y a point en vous de tromperie !

18. Daniel commença à rire, et retenant le roi afin qu’il n’avançât pas plus avant, il lui dit : Voyez le pavé ; considérez de qui sont ces traces de pieds.

19. Je vois, dit le roi, des traces de pieds d’hommes, de femmes et de petits enfants. Et il entra dans une grande colère.

20. Il fit alors arrêter les prêtres, leurs femmes et leurs enfants ; et ils lui montrèrent les petites portes secrètes par on ils entraient, et venaient manger tout ce qui était sur la table.

21. Le roi les fit donc mourir, et il livra l’idole de Bel en la puissance de Daniel, qui la renversa avec son temple.

22. Il se trouva aussi en ce lieu-là un grand dragon que les Babyloniens adoraient ;

23. et le roi dit à Daniel : Vous ne pouvez pas dire présentement que celui-ci ne soit un dieu vivant : Adorez-le donc.

24. Daniel lui répondit : J’adore le Seigneur mon Dieu, parce que c’est lui qui est un Dieu vivant ; mais celui-ci n’est point un Dieu vivant.

25. Que s’il vous plait, ô roi, de me le permettre, je tuerai ce dragon sans me servir ni d’épée ni de bâton. Le roi lui dit : Je vous le permets.

26. Daniel prit donc de la poix, de la graisse, et du poil ; et ayant fait cuire tout cela ensemble, il en fit des masses qu’il jeta dans la gueule du dragon ; et le dragon creva. Et Daniel dit : Voila celui que vous adoriez.

27. Les Babyloniens ayant appris ceci en conçurent une extrême colère ; et s’étant assemblés contre le roi, ils dirent : Le roi est devenu juif ; il a renversé Bel, il a tué le dragon, et il a fait mourir les prêtres.

28. Étant donc venus trouver le roi, ils lui dirent : Abandonnez-nous Daniel, ou autrement nous vous ferons mourir avec toute votre maison.

29. Le roi voyant qu’ils le pressaient avec tant de violence, et étant contraint par la nécessité, leur abandonna Daniel.

30. Ils le jetèrent aussitôt dans la fosse des lions ; et il y demeura six jours.

31. Il y avait dans la fosse sept lions, et on leur donnait chaque jour deux corps avec deux brebis ; mais on ne leur en donna point alors, afin qu’ils dévorassent Daniel.

32. En ce même temps le prophête Habacuc était en Judée ; et ayant apprêté du potage, il le mit avec du pain trempé dans un vase, et l’allait porter dans le champ à ses moissonneurs.

33. L’ange du Seigneur dit à Habacuc : Portez à Babylone le dîner que vous avez, pour le donner à Daniel qui est dans la fosse des lions.

34. Habacuc répondit : Seigneur, je n’ai jamais été à Babylone, et je ne sais on est la fosse.

35. Alors l’ange du Seigneur le prit par le haut de la tête, et le tenant par les cheveux, il le porta dans l’impétuosité de son esprit jusqu’à Babylone, où il le mit au-dessus de la fosse des lions.

36. Et Habacuc dit avec un grand cri : Daniel, serviteur de Dieu, recevez le dîner que Dieu vous a envoyé !

37. Daniel répondit : 0 Dieu, vous vous êtes souvenu de moi, et vous n’avez point abandonné ceux qui vous aiment.

38. Et se levant il mangea. Mais l’ange du Seigneur remit aussitôt Habacuc dans le même lieu ou il l’avait pris.

39. Le septiéme jour le roi vint pour pleurer Daniel ; et s’étant approché de la fosse, il regardait dedans, et il vit Daniel qui était assis au milieu des lions.

40. Il jeta aussitôt un grand cri, et il dit : Vous êtes grand, ô Seigneur Dieu de Daniel ! et il le fit tirer de la fosse des lions.

41. En même temps il y fit jeter ceux qui avoient voulu perdre Daniel ; et les lions les dévorèrent devant lui en un moment.

42. Alors le roi dit : Que tous ceux qui sont dans toute la terre révèrent avec frayeur le Dieu de Daniel, parce que c’est lui qui est le Sauveur qui fait des prodiges et des merveilles sur la terre, et qui a délivré Daniel de la fosse des lions.


◄   Baruch sommaire I Machabées   ►