Bible Sacy/Genèse

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche



Chapitres   1.   2.   3.   4.   5.   6.   7.   8.   9.   10.   11.   12.   13.   14.   15.   16.   17.   18.   19.   20.   21.   22.   23.   24.   25.   26.   27.   28.   29.   30.   31.   32.   33.   34.   35.   36.   37.   38.   39.   40.   41.   42.   43.   44.   45.   46.   47.   48.   49.   50.   Livres



GENÈSE.


________





AU commencement Dieu créa le ciel et la terre.

2 La terre était informe et toute nue ; les ténèbres couvraient la face de l’abîme ; et l’Esprit de Dieu était porté sur les eaux.

3 Or Dieu dit : Que la lumière soit faite. Et la lumière fut faite.

4 Dieu vit que la lumière était bonne, et il sépara la lumière d’avec les ténèbres.

5 Il donna à la lumière le nom de Jour, et aux ténèbres le nom de Nuit. Et du soir et du matin se fit le premier jour.

6 Dieu dit aussi : Que le firmament soit fait au milieu des eaux, et qu’il sépare les eaux d’avec les eaux.

7 Et Dieu fit le firmament ; et il sépara les eaux qui étaient sous le firmament, d’avec celles qui étaient au-dessus du firmament. Et cela se fit ainsi.

8 Et Dieu donna au firmament le nom de Ciel. Et du soir et du matin se fit le second jour.

9 Dieu dit encore : Que les eaux qui sont sous le ciel se rassemblent en un seul lieu, et que l’élément aride paraisse. Et cela se fit ainsi.

10 Dieu donna à l’élément aride le nom de Terre, et il appela Mers toutes ces eaux rassemblées. Et il vit que cela était bon.

11 Dieu dit encore : Que la terre produise de l’herbe verte qui porte de la graine, et des arbres fruitiers qui portent du fruit chacun selon son espèce, et qui renferment leur semence en eux-mêmes pour se reproduire sur la terre. Et cela se fit ainsi.

12 La terre produisit donc de l’herbe verte qui portait de la graine selon son espèce, et des arbres fruitiers qui renfermaient leur semence en eux-mêmes, chacun selon son espèce. Et Dieu vit que cela était bon.

13 Et du soir et du matin se fit le troisième jour.

14 Dieu dit aussi : Que des corps de lumière soient faits dans le firmament du ciel, afin qu’ils séparent le jour d’avec la nuit, et qu’ils servent de signes pour marquer les temps et les saisons, les jours et les années :

15 qu’ils luisent dans le firmament du ciel, et qu’ils éclairent la terre. Et cela se fit ainsi.

16 Dieu fit donc deux grands corps lumineux, l’un plus grand pour présider au jour, et l’autre moindre pour présider à la nuit : il fit aussi les étoiles.

17 Et il les mit dans le firmament du ciel pour luire sur la terre,

18 pour présider au jour et à la nuit, et pour séparer la lumière d’avec les ténèbres. Et Dieu vit que cela était bon.

19 Et du soir et du matin se fit le quatrième jour.

20 Dieu dit encore : Que les eaux produisent des animaux vivants qui nagent dans l’eau, et des oiseaux qui volent sur la terre sous le firmament du ciel.

21 Dieu créa donc les grands poissons, et tous les animaux qui ont la vie et le mouvement, que les eaux produisirent chacun selon son espèce, et il créa aussi tous les oiseaux selon leur espèce. Il vit que cela était bon.

22 Et il les bénit, en disant : Croissez et multipliez-vous, et remplissez les eaux de la mer; et que les oiseaux se multiplient sur la terre.

23 Et du soir et du matin se fit le cinquième jour.

24 Dieu dit aussi : Que la terre produise des animaux vivants chacun selon son espèce, les animaux domestiques, les reptiles et les bêtes sauvages de la terre selon leurs différentes espèces. Et cela se fit ainsi.

25 Dieu fit donc les bêtes sauvages de la terre selon leurs espèces, les animaux domestiques et tous les reptiles chacun selon son espèce. Et Dieu vit que cela était bon.

26 Il dit ensuite : Faisons l’homme à notre image et à notre ressemblance, et qu’il commande aux poissons de la mer, aux oiseaux du ciel, aux bêtes, à toute la terre, et à tous les reptiles qui se meuvent sur la terre.

27 Dieu créa donc l’homme à son image ; il le créa à l’image de Dieu, et il les créa mâle et femelle.

28 Dieu les bénit, et il leur dit : Croissez et multipliez-vous ; remplissez la terre, et vous l’assujettissez, et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tous les animaux qui se meuvent sur la terre.

29 Dieu dit encore : Je vous ai donné toutes les herbes qui portent leur graine sur la terre, et tous les arbres qui renferment en eux-mêmes leur semence chacun selon son espèce, afin qu’ils vous servent de nourriture,

30 et à tous les animaux de la terre, à tous les oiseaux du ciel, à tout ce qui se meut sur la terre, et qui est vivant et animé, afin qu’ils aient de quoi se nourrir. Et cela se fit ainsi.

31 Dieu vit toutes les choses qu’il avait faites ; et elles étaient très-bonnes. Et du soir et du matin se fit le sixième jour.




LE ciel et la terre furent donc ainsi achevés avec tous leurs ornements.

2 Dieu termina au septième jour tout l’ouvrage qu’il avait fait ; et il se reposa le septième jour, après avoir achevé tous ses ouvrages.

3 Il bénit le septième jour, et il le sanctifia, parce qu’il avait cessé en ce jour de produire tous les ouvrages qu’il avait créés.

4 Telle a été l’origine du ciel et de la terre ; et c’est ainsi qu’ils furent créés au jour que le Seigneur Dieu fit l’un et l’autre,

5 et qu’il créa toutes les plantes des champs avant qu’elles fussent sorties de la terre, et toutes les herbes de la campagne avant qu’elles eussent poussé. Car le Seigneur Dieu n’avait pas encore fait pleuvoir sur la terre ; et il n’y avait point d’homme pour la labourer.

6 Mais il s’élevait de la terre une fontaine qui en arrosait toute la surface.

7 Le Seigneur Dieu forma donc l’homme du limon de la terre, il répandit sur son visage un souffle de vie, et l’homme devint vivant et animé.

8 Or le Seigneur Dieu avait planté dès le commencement un jardin délicieux, dans lequel il mit l’homme qu’il avait formé.

9 Le Seigneur Dieu avait aussi produit de la terre toutes sortes d’arbres beaux à la vue, et dont le fruit était agréable au goût, et l’arbre de vie au milieu du paradis, avec l’arbre de la science du bien et du mal.

10 Dans ce lieu de délices il sortait de la terre un fleuve pour arroser le paradis ; et de là ce fleuve se divise en quatre canaux :

11 L’un s’appelle Phison, et c’est celui qui coule tout autour du pays de Hévilath, où il vient de l’or ;

12 et l’or de cette terre est très-bon. C’est là aussi que se trouve le bdellium et la pierre d’onyx.

13 Le second fleuve s’appelle Géhon, et c’est celui qui coule tout autour du pays d’Ethiopie.

14 Le troisième fleuve s’appelle le Tigre, qui se répand vers les Assyriens. Et l’Euphrate est le quatrième de ces fleuves.

15 Le Seigneur Dieu prit donc l’homme, et le mit dans le paradis de délices, afin qu’il le cultivât et qu’il le gardât.

16 Il lui fit aussi ce commandement, et lui dit : Mangez de tous les fruits des arbres du paradis.

17 Mais ne mangez point du fruit de l’arbre de la science du bien et du mal. Car au même temps que vous en mangerez, vous mourrez très-certainement.

18 Le Seigneur Dieu dit aussi : Il n’est pas bon que l’homme soit seul ; faisons-lui une aide semblable à lui.

19 Le Seigneur Dieu ayant donc formé de la terre tous les animaux terrestres, et tous les oiseaux du ciel, il les amena devant Adam, afin qu’il vît comment il les appellerait. Et le nom qu’Adam donna à chacun des animaux est son nom véritable.

20 Adam appela donc tous les animaux d’un nom qui leur était propre, tant les oiseaux du ciel que les bêtes de la terre. Mais il ne se trouvait point d’aide pour Adam, qui lui fût semblable.

21 Le Seigneur Dieu envoya donc à Adam un profond sommeil ; et lorsqu’il était endormi, il tira une de ses côtes, et mit de la chair à la place.

22 Et le Seigneur Dieu forma la femme de la côte qu’il avait tirée d’Adam, et l’amena à Adam.

23 Alors Adam dit : Voilà maintenant l’os de mes os, et la chair de ma chair. Celle-ci s’appellera d’un nom qui marque l’homme, parce qu’elle a été prise de l’homme.

24 C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils seront deux dans une seule chair.

25 Or Adam et sa femme étaient alors tous deux nus, et ils n’en rougissaient point.




OR le serpent était le plus fin de tous les animaux que le Seigneur Dieu avait formés sur la terre. Et il dit à la femme : Pourquoi Dieu vous a-t-il commandé de ne pas manger du fruit de tous les arbres qui sont dans le paradis ?

2 La femme lui répondit : Nous mangeons du fruit de tous les arbres qui sont dans le paradis :

3 mais pour ce qui est du fruit de l’arbre qui est au milieu du paradis, Dieu nous a commandé de n’en point manger, et de n’y point toucher, de peur que nous ne fussions en danger de mourir.

4 Le serpent repartit à la femme : Assurément vous ne mourrez point.

5 Mais c’est que Dieu sait, qu’aussitôt que vous aurez mangé de ce fruit, vos yeux seront ouverts, et vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal.

6 La femme considéra donc que le fruit de cet arbre était bon à manger ; qu’il était beau et agréable à la vue. Et en ayant pris, elle en mangea, et en donna à son mari, qui en mangea aussi.

7 En même temps leurs yeux furent ouverts à tous deux : ils reconnurent qu’ils étaient nus ; et ils entrelacèrent des feuilles de figuier, et s’en firent de quoi se couvrir.

8 Et comme ils eurent entendu la voix du Seigneur Dieu qui se promenait dans le paradis après midi, lorsqu’il s’élève un vent doux, ils se retirèrent au milieu des arbres du paradis, pour se cacher de devant sa face.

9 Alors le Seigneur Dieu appela Adam, et lui dit : Où êtes-vous ?

10 Adam lui répondit : J’ai entendu votre voix dans le paradis, et j’ai eu peur, parce que j’étais nu : c’est pourquoi je me suis caché.

11 Le Seigneur lui repartit : Et d’où avez-vous su que vous étiez nu, sinon de ce que vous avez mangé du fruit de l’arbre dont je vous avais défendu de manger ?

12 Adam lui répondit : La femme que vous m’avez donnée pour compagne, m’a présenté du fruit de cet arbre ; et j’en ai mangé.

13 Le Seigneur Dieu dit à la femme : Pourquoi avez-vous fait cela ? Elle répondit : Le serpent m’a trompée ; et j’ai mangé de ce fruit.

14 Alors le Seigneur Dieu dit au serpent : Parce que tu as fait cela, tu es maudit entre tous les animaux et toutes les bêtes de la terre : tu ramperas sur le ventre, et tu mangeras la terre tous les jours de ta vie.

15 Je mettrai une inimitié entre toi et la femme, entre sa race et la tienne. Elle te brisera la tête, et tu tâcheras de la mordre par le talon.

16 Dieu dit aussi à la femme : Je vous affligerai de plusieurs maux pendant votre grossesse ; vous enfanterez dans la douleur : vous serez sous la puissance de votre mari, et il vous dominera.

17 Il dit ensuite à Adam : Parce que vous avez écouté la voix de votre femme, et que vous avez mangé du fruit de l’arbre dont je vous avais défendu de manger, la terre sera maudite à cause de ce que vous avez fait, et vous n’en tirerez de quoi vous nourrir pendant toute votre vie qu’avec beaucoup de travail.

18 Elle vous produira des épines et des ronces, et vous vous nourrirez de l’herbe de la terre.

19 Vous mangerez votre pain à la sueur de votre visage, jusqu’à ce que vous retourniez en la terre d’où vous avez été tiré : car vous êtes poudre, et vous retournerez en poudre.

20 Et Adam donna à sa femme le nom d’Eve, qui signifie la vie, parce qu’elle était la mère de tous les vivants.

21 Le Seigneur Dieu fit aussi à Adam et à sa femme des habits de peaux dont il les revêtit.

22 Et il dit : Voilà Adam devenu comme l’un de nous, sachant le bien et le mal. Empêchons donc maintenant qu’il ne porte sa main à l’arbre de vie, qu’il ne prenne aussi de son fruit, et que mangeant de ce fruit il ne vive éternellement.

23 Le Seigneur Dieu le fit sortir ensuite du jardin de délices, afin qu’il allât travailler à la culture de la terre dont il avait été tiré.

24 Et l’en ayant chassé, il mit des chérubins devant le jardin de délices, qui faisaient étinceler une épée de feu, pour garder le chemin qui conduisait à l’arbre de vie.



OR Adam connut Eve, sa femme, et elle conçut et enfanta Caïn, en disant : Je possède un homme par la grâce de Dieu.

2 Elle enfanta de nouveau, et mit au monde son frère Abel. Or Abel fut pasteur de brebis, et Caïn s’appliqua à l’agriculture.

3 Il arriva longtemps après, que Caïn offrit au Seigneur des fruits de la terre.

4 Abel offrit aussi des premiers-nés de son troupeau, et de ce qu’il avait de plus gras. Et le Seigneur regarda favorablement Abel et ses présents.

5 Mais il ne regarda point Caïn, ni ce qu’il lui avait offert. C’est pourquoi Caïn entra dans une très-grande colère, et son visage en fut tout abattu.

6 Et le Seigneur lui dit : Pourquoi êtes-vous en colère, et pourquoi paraît-il un si grand abattement sur votre visage ?

7 Si vous faites bien, n’en serez-vous pas récompensé ? Et si vous faites mal, ne porterez-vous pas aussitôt la peine de votre péché ? Mais votre concupiscence sera sous vous, et vous la dominerez.

8 Or Caïn dit à son frère Abel : Sortons dehors. Et lorsqu’ils furent dans les champs, Caïn se jeta sur son frère Abel, et le tua.

9 Le Seigneur dit ensuite à Caïn : Où est votre frère Abel ? Il lui répondit : Je ne sais : suis-je le gardien de mon frère ?

10 Le Seigneur lui repartit : Qu’avez-vous fait ? La voix du sang de votre frère crie de la terre jusqu’à moi.

11 Vous serez donc maintenant maudit sur la terre qui a ouvert sa bouche, et qui a reçu le sang de votre frère, lorsque votre main l’a répandu.

12 Quand vous l’aurez cultivée, elle ne vous rendra point son fruit. Vous serez fugitif et vagabond sur la terre.

13 Caïn répondit au Seigneur : Mon iniquité est trop grande pour pouvoir en obtenir le pardon.

14 Vous me chassez aujourd’hui de dessus la terre, et j’irai me cacher de devant votre face. Je serai fugitif et vagabond sur la terre. Quiconque donc me trouvera, me tuera.

15 Le Seigneur lui répondit : Non, cela ne sera pas ; mais quiconque tuera Caïn, en sera puni très-sévèrement. Et le Seigneur mit un signe sur Caïn, afin que ceux qui le trouveraient, ne le tuassent point.

16 Caïn s’étant retiré de devant la face du Seigneur, fut vagabond sur la terre, et il habita vers la région orientale d’Eden.

17 Et ayant connu sa femme, elle conçut et enfanta Hénoch. Il bâtit ensuite une ville qu’il appela Hénoch, du nom de son fils.

18 Hénoch engendra Irad, Irad engendra Maviaël, Maviaël engendra Mathusaël, et Mathuaaël engendra Lamech,

19 qui eut deux femmes, dont l’une s’appelait Ada, et l’autre Sella.

20 Ada enfanta Jabel, qui fut père de ceux qui demeurent dans des tentes, et des pasteurs.

21 Son frère s’appelait Jubal ; et il fut le père de ceux qui jouent de la harpe et de l’orgue.

22 Sella enfanta aussi Tubalcaïn, qui eut l’art de travailler avec le marteau, et qui fut habile en toutes sortes d’ouvrages d’airain et de fer. Noéma était la sœur de Tubalcaïn.

23 Or Lamech dit à ses femmes Ada et Sella : Femmes de Lamech, entendez ma voix, écoutez ce que je vais dire : J’ai tué un homme l’ayant blessé : j’ai assassiné un jeune homme d’un coup que je lui ai donné.

24 On vengera sept fois la mort de Caïn, et celle de Lamech septante fois sept fois.

25 Adam connut encore sa femme, et elle enfanta un fils qu’elle appela Seth, c’est-à-dire, substitué, en disant : Le Seigneur m’a donné un autre fils au lieu d’Abel que Caïn a tué.

26 Il naquit aussi un fils à Seth, qu’il appela Enos. Celui-là commença d’invoquer le nom du Seigneur.



VOICI le dénombrement de la postérité d’Adam. Au jour que Dieu créa l’homme, Dieu le fit à sa ressemblance.

2 Il les créa mâle et femelle ; il les bénit, et il leur donna le nom d’Adam, c’est-à-dire, terrestre, au jour qu’ils furent créés.

3 Adam ayant vécu cent trente ans, engendra un fils à son image et à sa ressemblance, et il le nomma Seth.

4 Après qu’Adam eut engendré Seth, il vécut huit cents ans ; et il engendra des fils et des filles.

5 Et tout le temps de la vie d’Adam ayant été de neuf cent trente ans, il mourut.

6 Seth aussi ayant vécu cent cinq ans, engendra Enos.

7 Et après que Seth eut engendré Enos, il vécut huit cent sept ans ; et il engendra des fils et des filles.

8 Et tout le temps de la vie de Seth ayant été de neuf cent douze ans, il mourut.

9 Enos ayant vécu quatre-vingt-dix ans, engendra Caïnan.

10 Depuis la naissance de Caïnan il vécut huit cent quinze ans ; et il engendra des fils et des filles.

11 Et tout le temps de la vie d’Enos ayant été de neuf cent cinq ans, il mourut.

12 Caïnan ayant aussi vécu soixante et dix ans, engendra Malaléel.

13 Après avoir engendré Malaléel, il vécut huit cent quarante ans ; et il engendra des fils et des filles.

14 Et tout le temps de la vie de Caïnan ayant été de neuf cent dix ans, il mourut.

15 Malaléel ayant vécu soixante-cinq ans, engendra Jared.

16 Après avoir engendré Jared, il vécut huit cent trente ans ; et il engendra des fils et des filles.

17 Et tout le temps de la vie de Malaléel ayant été de huit cent quatre-vingt-quinze ans, il mourut.

18 Jared ayant vécu cent soixante-deux ans, engendra Hénoch.

19 Après avoir engendré Hénoch, il vécut huit cents ans ; et il engendra des fils et des filles.

20 Et tout le temps de la vie de Jared ayant été de neuf cent soixante-deux ans, il mourut.

21 Or Hénoch ayant vécu soixante-cinq ans, engendra Mathusala.

22 Hénoch marcha avec Dieu : et après avoir engendré Mathusala, il vécut trois cents ans ; et il engendra des fils et des filles.

23 Et tout le temps qu’Hénoch vécut sur la terre, fut de trois cent soixante-cinq ans.

24 Il marcha avec Dieu, et il ne parut plus, parce que Dieu l’enleva.

25 Mathusala ayant vécu cent quatre-vingt-sept ans, engendra Lamech,

26 Après avoir engendré Lamech, il vécut sept cent quatre-vingt-deux ans ; et il engendra des fils et des filles.

27 Et tout le temps de la vie de Mathusala ayant été de neuf cent soixante-neuf ans, il mourut.

28 Lamech ayant vécu cent quatre-vingt-deux ans, engendra un fils,

29 qu’il nomma Noé, c’est-à-dire, repos ou soulagement, en disant : Celui-ci nous soulageant parmi nos travaux et les œuvres de nos mains, nous consolera dans la terre que le Seigneur a maudite.

30 Lamech après avoir engendré Noé, vécut cinq cent quatre-vingt-quinze ans ; et il engendra des fils et des filles.

31 Et tout le temps de la vie de Lamech ayant été de sept cent soixante et dix-sept ans, il mourut. Or Noé ayant cinq cents ans, engendra Sem, Cham et Japheth.



APRÈS que les hommes eurent commencé à se multiplier sur la terre, et qu’ils eurent engendré des filles,

2 les enfants de Dieu voyant que les filles des hommes étaient belles, prirent pour leurs femmes celles d’entre elles qui leur avaient plu.

3 Et Dieu dit : Mon esprit ne demeurera pas pour toujours avec l’homme, parce qu’il n’est que chair ; et le temps de l’homme ne sera plus que de six vingts ans.

4 Or il y avait des géants sur la terre en ce temps-là. Car depuis que les enfants de Dieu eurent épousé les filles des hommes, il en sortit des enfants qui furent des hommes puissants et fameux dans le siècle.

5 Mais Dieu voyant que la malice des hommes qui vivaient sur la terre était extrême, et que toutes les pensées de leur cœur étaient en tout temps appliquées au mal,

6 il se repentit d’avoir fait l’homme sur la terre. Et étant touché de douleur jusqu’au fond du cœur,

7 il dit : J’exterminerai de dessus la terre l’homme que j’ai créé ; j’exterminerai tout, depuis l’homme jusqu’aux animaux, depuis tout ce qui rampe sur la terre jusqu’aux oiseaux du ciel : car je me repens de les avoir faits.

8 Mais Noé trouva grâce devant le Seigneur.

9 Voici les enfants qu’engendra Noé : Noé fut un homme juste et parfait au milieu des hommes de son temps : il marcha avec Dieu ;

10 et il engendra trois fils, Sem, Cham et Japheth.

11 Or la terre était corrompue devant Dieu, et remplie d’iniquité.

12 Dieu voyant donc cette corruption de la terre (car la vie que tous les hommes y menaient était toute corrompue),

13 il dit à Noé : J’ai résolu de faire périr tous les hommes. Ils ont rempli toute la terre d’iniquité, et je les exterminerai avec la terre.

14 Faites-vous une arche de pièces de bois aplanies. Vous y ferez de petites chambres, et vous l’enduirez de bitume dedans et dehors.

15 Voici la forme que vous lui donnerez : Sa longueur sera de trois cents coudées ; sa largeur, de cinquante ; et sa hauteur, de trente.

16 Vous ferez a l’arche une fenêtre. Le comble qui la couvrira sera haut d’une coudée ; et vous mettrez la porte de l’arche au côté : vous ferez un étage tout en bas, un au milieu, et un troisième.

17 Je vais répandre les eaux du déluge sur la terre, pour faire mourir toute chair qui respire, et qui est vivante sous le ciel. Tout ce qui est sur la terre sera consumé.

18 J’établirai mon alliance avec vous ; et vous entrerez dans l’arche, vous et vos fils, votre femme et les femmes de vos fils avec vous.

19 Vous ferez entrer aussi dans l’arche deux de chaque espèce de tous les animaux, mâle et femelle, afin qu’ils vivent avec vous.

20 De chaque espèce des oiseaux vous en prendrez deux ; de chaque espèce des animaux terrestres, deux ; de chaque espèce de ce qui rampe sur la terre, deux. Deux de toute espèce entreront avec vous dans l’arche, afin qu’ils puissent vivre.

21 Vous prendrez aussi avec vous de tout ce qui se peut manger, et vous le porterez dans l’arche, pour servir à votre nourriture, et à celle de tous les animaux.

22 Noé accomplit donc tout ce que Dieu lui avait commandé.



LE Seigneur dit ensuite à Noé : Entrez dans l’arche, vous et toute votre maison ; parce qu’entre tous ceux qui vivent aujourd’hui sur la terre, j’ai reconnu que vous seul étiez juste devant moi.

2 Prenez sept mâles et sept femelles de tous les animaux purs ; et deux mâles et deux femelles des animaux impurs.

3 Prenez aussi sept mâles et sept femelles des oiseaux du ciel : afin d’en conserver la race sur la face de toute la terre.

4 Car je n’attendrai plus que sept jours, et après cela je ferai pleuvoir sur la terre durant quarante jours et quarante nuits, et j’exterminerai de dessus la terre toutes les créatures que j’ai faites.

5 Noé fit donc tout ce que le Seigneur lui avait commandé.

6 Il avait six cents ans, lorsque les eaux du déluge inondèrent toute la terre.

7 Noé entra dans l’arche, et avec lui ses fils, sa femme, et les femmes de ses fils, pour se sauver des eaux du déluge.

8 Les animaux purs et impurs, et les oiseaux, avec tout ce qui se meut sur la terre,

9 entrèrent aussi dans l’arche avec Noé, deux à deux, mâle et femelle, selon que le Seigneur l’avait commandé à Noé.

10 Après donc que les sept jours furent passés, les eaux du déluge se répandirent sur toute la terre.

11 L’année six cent de la vie de Noé, le dix-septième jour du second mois de la même année, toutes les sources du grand abîme des eaux furent rompues, et les cataractes du ciel furent ouvertes ;

12 et la pluie tomba sur la terre pendant quarante jours et quarante nuits.

13 Aussitôt que ce jour parut, Noé entra dans l’arche avec ses fils Sem, Cham et Japheth, sa femme, et les trois femmes de ses fils.

14 Tous les animaux sauvages selon leur espèce y entrèrent aussi avec eux, tous les animaux domestiques selon leur espèce ; tout ce qui se meut sur la terre selon son espèce ; tout ce qui vole chacun selon son espèce, tous les oiseaux, et tout ce qui s’élève dans l’air ;

15 tous ces animaux entrèrent avec Noé dans l’arche deux à deux, mâle et femelle, de toute chair vivante et animée.

16 Ceux qui y entrèrent étaient donc mâles et femelles et de toute espèce, selon que Dieu l’avait commandé à Noé ; et le Seigneur l’y enferma par dehors.

17 Le déluge se répandit sur la terre pendant quarante jours ; et les eaux s’étant accrues, élevèrent l’arche en haut au-dessus de la terre.

18 Elles inondèrent tout, et couvrirent toute la surface de la terre : mais l’arche était portée sur les eaux.

19 Les eaux crurent et grossirent prodigieusement au-dessus de la terre, et toutes les plus hautes montagnes qui sont sous toute l’étendue du ciel furent couvertes.

20 L’eau ayant gagné le sommet des montagnes, s’éleva encore de quinze coudées plus haut.

21 Toute chair qui se meut sur la terre en fut consumée, tous les oiseaux, tous les animaux, toutes les bêtes, et tout ce qui rampe sur la terre.

22 Tous les hommes moururent, et généralement tout ce qui a vie et qui respire sur la terre.

23 Toutes les créatures qui étaient sur la terre, depuis l’homme jusqu’aux bêtes, tant celles qui rampent que celles qui volent dans l’air, tout périt de dessus la terre : il ne demeura que Noé seul, et ceux qui étaient avec lui dans l’arche.

24 Et les eaux couvrirent toute la terre pendant cent cinquante jours.



MAIS Dieu s’étant souvenu de Noé, de toutes les bêtes sauvages, et de tous les animaux domestiques qui étaient avec lui dans l’arche, fit souffler un vent sur la terre, et les eaux commencèrent à diminuer.

2 Les sources de l’abîme furent fermées, aussi bien que les cataractes du ciel, et les pluies qui tombaient du ciel furent arrêtées.

3 Les eaux étant agitées de côté et d’autre, se retirèrent, et commencèrent à diminuer après cent cinquante jours.

4 Et le vingt-septième jour du septième mois, l’arche se reposa sur les montagnes d’Arménie.

5 Cependant les eaux allaient toujours en diminuant jusqu’au dixième mois, au premier jour duquel le sommet des montagnes commença à paraître.

6 Quarante jours s’étant encore passés, Noé ouvrit la fenêtre qu’il avait faite dans l’arche, et laissa aller un corbeau,

7 qui étant sorti ne revint plus, jusqu’à ce que les eaux de la terre fussent séchées.

8 Il envoya aussi une colombe sept jours après le corbeau, pour voir si les eaux avaient cessé de couvrir la terre.

9 Mais la colombe n’ayant pu trouver où mettre le pied, parce que la terre était toute couverte d’eaux, elle revint à lui, et Noé étendant la main, la prit et la remit dans l’arche.

10 Il attendit encore sept autres jours, et il envoya de nouveau la colombe hors de l’arche.

11 Elle revint à lui sur le soir, portant dans son bec un rameau d’olivier, dont les feuilles étaient toutes vertes. Noé reconnut donc que les eaux s’étaient retirées de dessus la terre.

12 Il attendit néanmoins encore sept jours ; et il envoya la colombe, qui ne revint plus à lui.

13 Ainsi l’an de Noé cent un, au premier jour du premier mois, les eaux qui étaient sur la terre se retirèrent entièrement. Et Noé ouvrant le toit de l’arche, et regardant de là, il vit que la surface de la terre s’était séchée.

14 Le vingt-septième jour du second mois la terre fut toute sèche.

15 Alors Dieu parla à Noé, et lui dit :

16 Sortez de l’arche, vous et votre femme, vos fils et les femmes de vos fils.

17 Faites-en sortir aussi tous les animaux qui y sont avec vous, de toutes sortes d’espèces, tant des oiseaux que des bêtes, et de tout ce qui rampe sur la terre ; et entrez sur la terre : croissez-y, et vous y multipliez.

18 Noé sortit donc de l’arche avec ses fils, sa femme, et les femmes de ses fils.

19 Toutes les bêtes sauvages en sortirent aussi, les animaux domestiques, et tout ce qui rampe sur la terre, chacun selon son espèce.

20 Or Noé dressa un autel au Seigneur ; et prenant de tous les animaux et de tous les oiseaux purs, il les lui offrit en holocauste sur cet autel.

21 Le Seigneur reçut ce sacrifice comme on reçoit une odeur très-agréable ; et il dit : Je ne répandrai plus ma malédiction sur la terre à cause des hommes ; parce que l’esprit de l’homme et toutes les pensées de son cœur sont portées au mal dès sa jeunesse. Je ne frapperai donc plus de mort, comme j’ai fait, tout ce qui est vivant et animé.

22 Tant que la terre durera, la semence et la moisson, le froid et le chaud, l’été et l’hiver, la nuit et le jour, ne cesseront point de s’entre-suivre.



ALORS Dieu bénit Noé et ses enfants, et il leur dit : Croissez et multipliez-vous, et remplissez la terre.

2 Que tous les animaux de la terre et tous les oiseaux du ciel soient frappés de terreur et tremblent devant vous, avec tout ce qui se meut sur la terre. J’ai mis entre vos mains tous les poissons de la mer.

3 Nourrissez-vous de tout ce qui a vie et mouvement : je vous ai abandonné toutes ces choses, comme les légumes et les herbes de la campagne.

4 J’excepte seulement la chair mêlée avec le sang, dont je vous défends de manger.

5 Car je vengerai votre sang de toutes les bêtes qui l’auront répandu, et je vengerai la vie de l’homme de la main de l’homme, et de la main de son frère qui l’aura tué.

6 Quiconque aura répandu le sang de l’homme, sera puni par l’effusion de son propre sang : car l’homme a été créé à l’image de Dieu.

7 Croissez donc vous autres, et multipliez-vous ; entrez sur la terre, et la remplissez.

8 Dieu dit encore à Noé, et à ses enfants aussi bien qu’à lui :

9 Je vais faire alliance avec vous, et avec votre race après vous,

10 et avec tous les animaux vivants qui sont avec vous, tant les oiseaux que les animaux, ou domestiques, ou de la campagne, qui sont sortis de l’arche, et avec toutes les bêtes de la terre.

11 J’établirai mon alliance avec vous ; et toute chair qui a vie ne périra plus désormais par les eaux du déluge ; et il n’y aura plus à l’avenir de déluge qui extermine toute la terre.

12 Dieu dit ensuite : Voici le signe de l’alliance que j’établis pour jamais entre moi et vous, et tous les animaux vivants qui sont avec vous :

13 Je mettrai mon arc dans les nuées, afin qu’il soit le signe de l’alliance que j’ai faite avec la terre.

14 Et lorsque j’aurai couvert le ciel de nuages, mon arc paraîtra dans les nuées ;

15 et je me souviendrai de l’alliance que j’ai faite avec vous et avec toute âme qui vit et anime la chair ; et il n’y aura plus à l’avenir de déluge qui fasse périr dans ses eaux toute chair qui a vie.

16 Mon arc sera dans les nuées, et en le voyant je me souviendrai de l’alliance éternelle qui a été faite entre Dieu et toutes les âmes vivantes qui animent toute chair qui est sur la terre.

17 Dieu dit encore à Noé : Ce sera là le signe de l’alliance que j’ai faite avec toute chair qui est sur la terre.

18 Noé avait donc trois fils qui sortirent de l’arche, Sem, Cham et Japheth. Or Cham est le père de Chanaan.

19 Ce sont là les trois fils de Noé, et c’est d’eux qu’est sortie toute la race des hommes qui sont sur la terre.

20 Noé s’appliquent à l’agriculture, commença à labourer et à cultiver la terre, et il planta une vigne ;

21 et ayant bu du vin, il s’enivra, et parut nu dans sa tente.

22 Cham, père de Chanaan, le trouvant en cet état, et voyant que ce que la pudeur obligeait de cacher en son père était découvert, sortit, et vint le dire à ses deux frères.

23 Mais Sem et Japheth ayant étendu un manteau sur leurs épaules, marchèrent en arrière, et couvrirent en leur père ce qui devait y être caché. Ils ne virent rien en lui de ce que la pudeur défendait de voir, parce qu’ils tinrent toujours leur visage tourné d’un autre côté.

24 Noé s’éveillant après cet assoupissement que le vin lui avait causé, et ayant appris de quelle sorte l’avait traité son second fils,

25 il dit : Que Chanaan soit maudit ! qu’il soit à l’égard de ses frères l’esclave des esclaves !

26 Il dit encore : Que le Seigneur, le Dieu de Sem, soit béni, et que Chanaan soit son esclave !

27 Que Dieu multiplie la postérité de Japheth, et qu’il habite dans les tentes de Sem ; et que Chanaan soit son esclave !

28 Or Noé vécut encore trois cent cinquante ans depuis le déluge.

29 Et tout le temps de sa vie ayant été de neuf cent cinquante ans, il mourut.



VOICI le dénombrement des fils de Sem, Cham et Japheth, enfants de Noé ; et ces fils naquirent d’eux après le déluge :

2 Les fils de Japheth furent Gomer, Magog, Madaï, Javan, Thubal, Mosoch et Thiras.

3 Les fils de Gomer furent Ascenez, Riphath et Thogorma.

4 Les fils de Javan furent Elisa, Tharsis, Cetthim et Dodanim.

5 Ils partagèrent entre eux les îles des nations, s’établissant en divers pays, où chacun eut sa langue, ses familles, et son peuple particulier.

6 Les fils de Cham furent Chus, Mesraïm, Phuth et Chanaan.

7 Les fils de Chus furent Saba, Hévila, Sabatha, Regma et Sabatacha. Les fils de Regma furent Saba et Dadan.

8 Or Chus engendra Nemrod, qui commença à être puissant sur la terre.

9 Il fut un violent chasseur devant le Seigneur. De là est venu ce proverbe : Violent chasseur devant le Seigneur, comme Nemrod.

10 La ville capitale de son royaume fut Babylone, outre celles d’Arach, d’Achad, et de Chalanné, dans la terre de Sennaar.

11 Assur sortit de ce même pays, et il bâtit Ninive, et les rues de cette ville, et Chalé.

12 Il bâtit aussi la grande ville de Résen, entre Ninive et Chalé.

13 Mais Mesraïm engendra Ludim, Anamim, Laabim, Nephthuim,

14 Phétrusim et Chasluim, d’où sont sortis les Philistins et les Caphtorins.

15 Chanaan engendra Sidon, qui fut son fils aîné, Héthéus,

16 Jébuséus, Amorrhéus, Gergéséus,

17 Hévéus, Aracéus, Sinéus,

18 Aradius, Samaréus et Amathéus ; et c’est par eux que les peuples des Chananéens se sont répandus depuis en divers endroits.

19 Les limites de Chanaan furent depuis le pays qui est en venant de Sidon à Gérara jusqu’à Gaza, et jusqu’à ce qu’on entre dans Sodome, dans Gomorrhe, dans Adama et dans Séboïm, jusqu’à Lésa.

20 Ce sont là les fils de Cham selon leurs alliances, leurs langues, leurs familles, leurs pays et leurs nations.

21 Sem, qui fut le père de tous les enfants d’Heber, et le frère aîné de Japheth, eut aussi divers fils.

22 Et ces fils de Sem furent Elam, Assur, Arphaxad, Lud et Aram.

23 Les fils d’Aram furent Us, Hul, Géther et Mès.

24 Or Arphaxad engendra Salé, dont est né Héber.

25 Héber eut deux fils : l’un s’appela Phaleg, c’est-à-dire, division, parce que la terre fut divisée de son temps en des nations et des langues différentes ; et son frère s’appelait Jectan.

26 Jectan engendra Elmodad, Saleph, Asarmoth, Jaré,

27 Aduram, Uzal, Décla,

28 Ebal, Abimaël, Saba,

29 Ophir, Hévila et Jobab. Tous ceux-ci furent enfants de Jectan.

30 Le pays où ils demeurèrent s’étendait depuis la sortie de Messa jusqu’à Séphar, qui est une montagne du côté de l’orient.

31 Ce sont là les fils de Sem selon leurs familles, leurs langues, leurs régions et leurs peuples.

32 Ce sont là les familles des enfants de Noé selon les diverses nations qui en sont sorties. Et c’est de ces familles que se sont formés tous les peuples de la terre après le déluge.



LA terre n’avait alors qu’une seule langue et qu’une même manière de parler.

2 Et comme ces peuples étaient partis du côté de l’orient, ayant trouve une campagne dans le pays de Sennaar, ils y habitèrent ;

3 et ils se dirent l’un à l’autre : Allons, faisons des briques, et cuisons-les au feu. Ils se servirent donc de briques comme de pierres, et de bitume comme de ciment.

4 Ils s’entre-dirent encore : Venez, faisons-nous une ville et une tour qui soit élevée jusqu’au ciel ; et rendons notre nom célèbre avant que nous nous dispersions par toute la terre.

5 Or le Seigneur descendit pour voir la ville et la tour que bâtissaient les enfants d’Adam,

6 et il dit : Ils ne sont tous maintenant qu’un peuple, et ils ont tous le même langage ; et ayant commencé à faire cet ouvrage, ils ne quitteront point leur dessein qu’ils ne l’aient achevé entièrement.

7 Venez donc, descendons en ce lieu, et confondons-y tellement leur langage, qu’ils ne s’entendent plus les uns les autres.

8 C’est en cette manière que le Seigneur les dispersa de ce lieu dans tous les pays du monde, et qu’ils cessèrent de bâtir cette ville.

9 C’est aussi pour cette raison que cette ville fut appelée Babel, c’est-à-dire, dans la confusion, parce que c’est là que fut confondu le langage de toute la terre. Et le Seigneur les dispersa ensuite dans toutes les régions du monde.

10 Voici la généalogie des enfants de Sem : Sem avait cent ans lorsqu’il engendra Arphaxad, deux ans apres le déluge ;

11 et Sem, après avoir engendré Arphaxad, vécut cinq cents ans ; et il engendra des fils et des filles.

12 Arphaxad ayant vécu trente-cinq ans, engendra Salé ;

13 et Arphaxad, après avoir engendré Salé, vécut trois cent trois ans ; et il engendra des fils et des filles.

14 Salé ayant vécu trente ans, engendra Héber ;

15 et Salé, après avoir engendré Héber, vécut quatre cent trois ans ; et il engendra des fils et des filles.

16 Héber ayant vécu trente-quatre ans, engendra Phaleg ;

17 et Héber, après avoir engendré Phaleg, vécut quatre cent trente ans ; et il engendra des fils et des filles.

18 Phaleg ayant vécu trente ans, engendra Réu ;

19 et Phaleg, après avoir engendré Réu, vécut deux cent neuf ans ; et il engendra des fils et des filles.

20 Réu ayant vécu trente-deux ans, engendra Sarug ;

21 et Réu, après avoir engendré Sarug, vécut deux cent sept ans ; et il engendra des fils et des filles.

22 Sarug ayant vécu trente ans, engendra Nachor ;

23 et Sarug, après avoir engendré Nachor, vécut deux cents ans ; et il engendra des fils et des filles.

24 Nachor ayant vécu vingt-neuf ans, engendra Tharé ;

25 et Nachor, après avoir engendré Tharé, vécut cent dix-neuf ans ; et il engendra des fils et des filles.

26 Tharé ayant vécu soixante et dix ans, engendra Abram, Nachor et Aran.

27 Voici les enfants qu’eut Tharé : Tharé engendra Abram, Nachor et Aran. Or Aran engendra Lot.

28 Et Aran mourut avant son père Tharé au pays où il était né, dans Ur en Chaldée.

29 Mais Abram et Nachor prirent des femmes. La femme d’Abram s’appelait Saraï, et celle de Nachor s’appelait Melcha, fille d’Aran, qui fut père de Melcha et père de Jescha.

30 Or Saraï était stérile, et elle n’avait point d’enfants.

31 Tharé ayant donc pris Abram, son fIls, Lot, son petit-fils, fils d’Aran, et Saraï, sa belle-fille, femme d’Abram, son fils, les lit sortir d’Ur en Chaldée, pour aller avec lui dans le pays de Chanaan ; et étant venus jusqu’à Haran, ils y habitèrent.

32 Et Tharé, après avoir vécu deux cent cinq ans, mourut à Haran.



LE Seigneur dit ensuite à Abram : Sortez de votre pays, de votre parenté, et de la maison de votre père, et venez en la terre que je vous montrerai.

2 Je ferai sortir de vous un grand peuple ; je vous bénirai ; je rendrai votre nom célèbre, et vous serez béni.

3 Je bénirai ceux qui vous béniront, et je maudirai ceux qui vous maudiront ; et TOUS LES PEUPLES DE LA TERRE SERONT BÉNIS EN VOUS.

4 Abram sortit donc comme le Seigneur le lui avait commandé, et Lot alla avec lui. Abram avait soixante et quinze ans lorsqu’il sortit de Haran.

5 Il prit avec lui Saraï, sa femme, et Lot, fils de son frère, tout le bien qu’ils possédaient, avec toutes les personnes dont ils avaient augmenté leur famille à Haran ; et ils en sortirent pour aller dans le pays de Chanaan. Lorsqu’ils y furent arrivés,

6 Abram passa au travers du pays jusqu’au lieu appelé Sichem, et jusqu’à la vallée Illustre. Les Chananéens occupaient alors ce pays-là.

7 Or le Seigneur apparut à Abram, et lui dit : Je donnerai ce pays à votre postérité. Abram dressa en ce lieu-là un autel au Seigneur, qui lui était apparu.

8 Etant passé de là vers une montagne qui est à l’orient de Béthel, il y tendit sa tente, ayant Béthel à l’occident, et Haï à l’orient. Il dressa encore en ce lieu-là un autel au Seigneur, et il invoqua son nom.

9 Abram alla encore plus loin, marchant toujours et s’avançant vers le midi.

10 Mais la famine étant survenue en ce pays-là, Abram descendit en Egypte pour y passer quelque temps, parce que la famine était grande dans le pays qu’il quittait.

11 Lorsqu’il était près d’entrer en Egypte, il dit à Saraï, sa femme : Je sais que vous êtes belle ;

12 et que quand les Egyptiens vous auront vue, ils diront : C’est la femme de cet homme-là ; et ils me tueront, et vous réserveront pour eux.

13 Dites donc, je vous supplie, que vous êtes ma sœur : afin que ces gens-ci me traitent favorablement à cause de vous, et qu’ils me conservent la vie en votre considération.

14 Abram étant entré ensuite en Egypte, les Egvptiens virent que cette femme était très-belle.

15 Et les premières personnes du pays en ayant donné avis à Pharaon, et l’ayant fort louée devant lui, elle fut enlevée et menée au palais du roi.

16 Ils en usèrent bien à l’égard d’Abram à cause d’elle ; et il reçut des brebis, des bœufs, des ânes, des serviteurs et des servantes, des ânesses et des chameaux.

17 Mais le Seigneur frappa de très-grandes plaies Pharaon et sa maison, à cause de Saraï, femme d’Abram.

18 Et Pharaon ayant fait venir Abram, lui dit : Pourquoi avez-vous agi avec moi de cette sorte ? Que ne m’avez-vous averti qu’elle était votre femme ?

19 D’où vient que vous avez dit qu’elle était votre sœur, pour me donner lieu de la prendre pour ma femme ? Voilà donc votre femme que je vous rends présentement ; prenez-la, et vous en allez.

20 Et Pharaon ayant donné ordre à ses gens de prendre soin d’Abram, ils le conduisirent jusque hors de l’Egypte avec sa femme et tout ce qu’il possédait.



ABRAM étant donc sorti de l’Egypte avec sa femme et tout ce qu’il possédait, et Lot avec lui, alla vers la terre de Chanaan du côté du midi.

2 Il était très-riche, et il avait beaucoup d’or et d’argent.

3 Il retourna par le même chemin qu’il était venu, et remonta du midi à Béthel, jusqu’au lieu où il avait auparavant dressé sa tente, entre Béthel et Haï,

4 où était l’autel qu’il avait bâti avant son départ ; et il invoqua en ce lieu le nom du Seigneur.

5 Lot, qui était avec Abram, avait aussi des troupeaux de brebis, des troupeaux de bœufs, et des tentes.

6 Le pays ne leur suffisait pas pour pouvoir demeurer l’un avec l’autre, parce que leurs biens étaient fort grands, de sorte qu’ils ne pouvaient subsister ensemble.

7 C’est pourquoi il s’excita une querelle entre les pasteurs d’Abram et ceux de Lot. En ce temps-là les Chananéens et les Phérézéens habitaient en cette terre.

8 Abram dit donc à Lot : Qu’il n’y ait point, je vous prie, de dispute entre vous et moi, ni entre mes pasteurs et les vôtres, parce que nous sommes frères.

9 Vous voyez devant vous toute la terre. Retirez-vous, je vous prie, d’auprès de moi. Si vous allez à la gauche, je prendrai la droite ; si vous choisissez la droite, j’irai à la gauche.

10 Lot levant donc les yeux, considéra tout le pays situé le long du Jourdain, qui s’étendait de ce lieu-là jusqu’à ce qu’on vienne à Ségor, et qui avant que Dieu détruisît Sodome et Gomorrhe, paraissait un pays très-agréable, tout arrosé d’eau comme un jardin de délices, et comme l’Egypte qui est arrosée des eaux du Nil.

11 Et il choisit sa demeure vers le Jourdain, en se retirant du côté de l’orient. Ainsi les deux frères se séparèrent l’un de l’autre.

12 Abram demeura dans la terre de Chanaan, et Lot dans les villes qui étaient aux environs du Jourdain : et il habita dans Sodome.

13 Or les habitants de Sodome étaient devant le Seigneur des hommes perdus de vice ; et leur corruption était montée à son comble.

14 Le Seigneur dit donc à Abram, après que Lot se fut séparé d’avec lui : Levez vos yeux, et regardez du lieu où vous êtes, au septentrion et au midi, à l’orient et à l’occident.

15 Je vous donnerai à vous et à votre postérité pour jamais, tout le pays que vous voyez.

16 Je multiplierai votre race comme la poussière de la terre. Si quelqu’un d’entre, les hommes peut compter la poussière de la terre, il pourra compter aussi la suite de vos descendants.

17 Parcourez présentement toute l’étendue de cette terre dans sa longueur et dans sa largeur, parce que je vous la donnerai.

18 Abram levant donc sa tente, vint demeurer près de la vallée de Mambré, qui est vers Hébron ; et il dressa là un autel au Seigneur.



EN ce temps-là, Amraphel, roi de Sennaar, Arioch, roi du Pont, Chodorlahomor, roi des Elamites, et Thadal, roi des nations,

2 firent la guerre contre Bara, roi de Sodome, contre Hersa, roi de Gomorrhe, contre Sennaab, roi d’Adama, contre Séméber, roi de Séboïm, et contre le roi de Bala, qui est la même que Ségor.

3 Tous ces rois s’assemblèrent dans la vallée des Bois, qui est maintenant la mer Salée.

4 Ils avaient été assujettis à Chodorlahomor pendant douze ans ; et la treizième année ils se retirèrent de sa domination.

5 Ainsi l’an quatorzième Chodorlahomor vint avec les rois qui s’étaient joints à lui, et ils détirent les Raphaïtes dans Astarothcarnaïm, les Zuzites qui étaient avec eux, les Emites dans Savé-Cariathaïm,

6 et les Chorréens, ou Horréens, dans les montagnes de Séir, jusqu’aux campagnes de Pharan, qui est dans la solitude.

7 Etant retournés, ils vinrent à la fontaine de Misphat, qui est le même lieu que Cadès ; et ils ravagèrent tout le pays des Amalécites, et défirent les Amorrhéens qui habitaient dans Asasonthamar.

8 Alors le roi de Sodome, le roi de Gomorrhe, le roi d’Adama, le roi de Séboïm, et le roi de Bala, qui est la même que Ségor, se mirent en campagne, et rangèrent leurs troupes en bataille dans la vallée des Bois contre ces princes ;

9 c’est-à-dire, contre Chodorlahomor, roi des Elamites, Thadal, roi des nations, Amraphel, roi de Sennaar, et Arioch, roi du Pont : quatre rois contre cinq.

10 Il y avait beaucoup de puits de bitume dans cette vallée des Bois. Le roi de Sodome et le roi de Gomorrhe furent mis en fuite ; leurs gens y périrent : et ceux qui échappèrent, s’enfuirent sur une montagne.

11 Les vainqueurs ayant pris toutes les richesses et les vivres de Sodome et de Gomorrhe, se retirèrent ;

12 et ils emmenèrent aussi Lot, fils du frère d’Abram, qui demeurait dans Sodome, et tout ce qui était à lui.

13 En même temps un homme qui s’était sauvé vint donner avis de ceci à Abram, Hébreu, qui demeurait dans la vallée de Mambré, Amorrhéen, frère d’Escol et frère d’Aner, qui tous trois avaient fait alliance avec Abram.

14 Abram ayant su que Lot, son frère, avait été pris, choisit les plus braves de ses serviteurs au nombre de trois cent dix-huit, et poursuivit ces rois jusqu’à Dan.

15 Il forma deux corps de ses gens et de ses alliés, et venant fondre sur les ennemis durant la nuit, il les défit, et les poursuivit jusqu’à Hoba, qui est à la gauche de Damas.

16 Il ramena avec lui tout le butin qu’ils avaient pris, Lot, son frère, avec ce qui était à lui, les femmes et tout le peuple.

17 Et le roi de Sodome sortit au-devant de lui, lorsqu’il revenait après la défaite de Chodorlahomor, et des autres rois qui étaient avec lui, dans la vallée de Save, appelée aussi la vallée du Roi.

18 Mais Melchisédech, roi de Salem, offrant du pain et du vin, parce qu’il était prêtre du Dieu très-haut,

19 bénit Abram, en disant : Qu’Abram soit béni du Dieu très-haut, qui a créé le ciel et la terre !

20 et que le Dieu très-haut soit béni, lui qui par sa protection vous a mis vos ennemis entre les mains ! Alors Abram lui donna la dîme de tout ce qu’il avait pris.

21 Or le roi de Sodome dit à Abram : Donnez-moi les personnes, et prenez le reste pour vous.

22 Abram lui répondit : Je lève la main et je jure par le Seigneur, le Dieu très-haut, possesseur du ciel et de la terre,

23 que je ne recevrai rien de tout ce qui est à vous, depuis le moindre fil jusqu’à un cordon de soulier ! afin que vous ne puissiez pas dire que vous avez enrichi Abram.

24 J’excepte seulement ce que mes gens ont pris pour leur nourriture, et ce qui est dû à ceux qui sont venus avec moi, Aner, Escol et Mambré, qui pourront prendre leur part du butin.



APRÈS cela le Seigneur parla à Abram dans une vision, et lui dit : Ne craignez point, Abram ; je suis votre protecteur, et votre récompense infiniment grande.

2 Abram lui répondit : Seigneur, mon Dieu ! que me donnerez-vous ? Je mourrai sans enfants ; et ce Damascus est le fils d’Eliézer, intendant de ma maison.

3 Pour moi, ajouta-t-il, vous ne m’avez point donné d’enfants : ainsi le fils de mon serviteur sera mon héritier.

4 Le Seigneur lui répondit aussitôt : Celui-là ne sera point votre héritier ; mais vous aurez pour héritier celui qui naîtra de vous.

5 Et après l’avoir fait sortir, il lui dit : Levez les yeux au ciel, et comptez les étoiles, si vous le pouvez. C’est ainsi, ajouta-t-il, que se multipliera votre race.

6 Abram crut à Dieu, et sa foi lui fut imputée à justice.

7 Dieu lui dit encore : Je suis le Seigneur qui vous ai tiré d’Ur en Chaldée, pour vous donner cette terre, afin que vous la possédiez.

8 Abram lui répondit : Seigneur, mon Dieu ! comment puis-je connaître que je dois la posséder ?

9 Le Seigneur lui répliqua : Prenez une vache de trois ans, une chèvre de trois ans, et un bélier qui soit aussi de trois ans, avec une tourterelle et une colombe.

10 Abram prenant donc tous ces animaux les divisa par la moitié, et mit les deux parties qu’il avait coupées vis-à-vis l’une de l’autre ; mais il ne divisa point la tourterelle ni la colombe.

11 Or les oiseaux venaient fondre sur ces bêtes mortes, et Abram les en chassait.

12 Lorsque le soleil se couchait, Abram fut surpris d’un profond sommeil, et il tomba dans un horrible effroi, se trouvant comme tout enveloppé de ténèbres.

13 Alors il lui fut dit : Sachez dès maintenant que votre postérité demeurera dans une terre étrangère, et qu’elle sera réduite en servitude et accablée de maux, pendant quatre cents ans.

14 Mais j’exercerai mes jugements sur le peuple auquel ils seront assujettis, et ils sortiront ensuite de ce pays-là avec de grandes richesses.

15 Pour vous, vous irez en paix avec vos pères, mourant dans une heureuse vieillesse.

16 Mais vos descendants reviendront en ce pays-ci après la quatrième génération, parce que la mesure des iniquités des Amorrhéens n’est pas encore remplie présentement.

17 Lors donc que le soleil fut couché, il se forma une obscurité ténébreuse ; il parut un four d’où sortait une grande fumée, et l’on vit une lampe ardente qui passait au travers de ces bêtes divisées.

18 En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant : Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d’Egypte, jusqu’au grand fleuve d’Euphrate :

19 tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens,

20 les Héthéens, les Phérézéens, les Raphaïtes,

21 les Amorrhéens, les Chananéens, les Gergéséens et les Jébuséens.



OR Saraï, femme d’Abram, ne lui avait point encore donné d’enfants ; mais ayant une servante égyptienne, nommée Agar,

2 elle dit à son mari : Vous savez que le Seigneur m’a mise hors d’état d’avoir des enfants : prenez donc, je vous prie, ma servante, afin que je voie si j’aurai au moins des enfants par elle. Et Abram s’étant rendu à sa prière,

3 Saraï prit sa servante Agar, qui était Egyptienne, et la donna pour femme à son mari, dix ans après qu’ils eurent commencé de demeurer au pays de Chanaan.

4 Abram en usa selon le désir de Saraï. Mais Agar voyant qu’elle avait conçu, commença à mépriser sa maîtresse.

5 Alors Saraï dit à Abram : Vous agissez avec moi injustement. Je vous ai donné ma servante pour être votre femme, et voyant qu’elle est devenue grosse, elle me méprise. Que le Seigneur soit juge entre vous et moi !

6 Abram lui répondit : Votre servante est entre vos mains, usez-en avec elle comme il vous plaira. Saraï l’ayant donc châtiée, Agar s’enfuit.

7 Et l’Ange du Seigneur la trouvant dans le désert auprès de la fontaine qui est le long du chemin de Sur, dans la solitude,

8 lui dit : Agar, servante de Saraï, d’où venez-vous, et où allez-vous ? Elle répondit : Je fuis de devant Saraï, ma maîtresse.

9 L’Ange du Seigneur lui repartit : Retournez à votre maîtresse, et humiliez-vous sous sa main.

10 Et il ajouta : Je multiplierai votre postérité de telle sorte, qu’elle sera innombrable.

11 Et continuant, il lui dit : Vous avez conçu, et vous enfanterez un fils ; et vous l’appellerez Ismaël, c’est-à-dire, Dieu a écouté, parce que le Seigneur a entendu le cri de votre affliction.

12 Ce sera un homme fier et sauvage, il lèvera la main contre tous, et tous lèveront la main contre lui ; et il dressera ses pavillons vis-à-vis de tous ses frères.

13 Alors Agar invoqua le nom du Seigneur qui lui parlait, et elle dit : Vous êtes le Dieu qui m’avez vue. Car il est certain, ajouta-t-elle, que j’ai vu ici par derrière celui qui me voit.

14 C’est pourquoi elle appela ce puits : Le puits de Celui qui est vivant et qui me voit. C’est le puits qui est entre Cadès et Barad.

15 Agar enfanta ensuite un fils à Abram, qui le nomma Ismaël.

16 Abram avait quatre-vingt-six ans lorsque Agar lui enfanta Ismaël.



ABRAM entrant déjà dans sa quatre-vingt-dix-neuvième année, le Seigneur lui apparut, et lui dit : Je suis le Dieu tout-puissant ; marchez devant moi, et soyez parfait.

2 Je ferai alliance avec vous, et je multiplierai votre race jusqu’à l’infini.

3 Abram se prosterna le visage contre terre.

4 Et Dieu lui dit : C’est moi qui vous parle : Je ferai alliance avec vous, et vous serez le père de plusieurs nations.

5 Vous ne vous appellerez plus Abram, c’est-à-dire, père élevé : mais vous vous appellerez Abraham, c’est-à-dire, père élevé de la multitude ; parce que je vous ai établi pour être le père d’une multitude de nations.

6 Je ferai croître votre race à l’infini, je vous rendrai le chef des nations, et des rois sortiront de vous.

7 J’affermirai mon alliance avec vous, et avec votre race après vous dans la suite de leurs générations, par un pacte éternel : afin que je sois votre Dieu, et le Dieu de votre postérité après vous.

8 Je vous donnerai, à vous et à votre race, la terre où vous demeurez maintenant comme étranger, tout le pays de Chanaan, afin que vos descendants le possèdent pour jamais ; et je serai leur Dieu.

9 Dieu dit encore à Abraham : Vous garderez donc aussi mon alliance, et votre postérité la gardera après vous de race en race.

10 Voici le pacte que je fais avec vous, afin que vous l’observiez, et votre postérité après vous : Tous les mâles d’entre vous seront circoncis.

11 Vous circoncirez votre chair, afin que cette circoncision soit la marque de l’alliance que je fais avec vous.

12 L’enfant de huit jours sera circoncis parmi vous ; et dans la suite de toutes les générations, tous les enfants mâles, tant les esclaves qui seront nés en votre maison, que tous ceux que vous aurez achetés, et qui ne seront point de votre race, seront circoncis.

13 Ce pacte que je fais avec vous sera marqué dans votre chair, comme le signe de l’alliance éternelle que je fais avec vous.

14 Tout mâle dont la chair n’aura pas été circoncise, sera exterminé du milieu de son peuple, parce qu’il aura violé mon alliance.

15 Dieu dit encore à Abraham : Vous n’appellerez plus votre femme Saraï, c’est-à-dire, ma princesse ; mais Sara, la princesse.

16 Je la bénirai, et je vous donnerai un fils né d’elle, que je bénirai aussi : il sera le chef des nations ; et des rois de divers peuples sortiront de lui.

17 Abraham se prosterna le visage contre terre, et il rit en disant au fond de son cœur : Un homme de cent ans aurait-il donc bien un fils ? Et Sara enfanterait-elle à quatre-vingt-dix ans ?

18 Et il dit à Dieu : Faites-moi la grâce qu’Ismaël vive.

19 Dieu dit encore à Abraham : Sara, votre femme, vous enfantera un fils que vous nommerez Isaac, c’est-à-dire, ris ; et je ferai un pacte avec lui, et avec sa race après lui, afin que mon alliance avec eux soit éternelle.

20 Je vous ai aussi exaucé touchant Ismaël : Je le bénirai, et je lui donnerai une postérité très-grande et très-nombreuse : douze princes sortiront de lui, et je le rendrai le chef d’un grand peuple.

21 Mais l’alliance que je fais avec vous s’établira dans Isaac, que Sara vous enfantera dans un an, en ce même temps.

22 L’entretien de Dieu avec Abraham étant fini, Dieu se retira.

23 Alors Abraham prit Ismaël, son fils, et tous les esclaves nés dans sa maison, tous ceux qu’il avait achetés, et généralement tous les mâles qui étaient parmi ses domestiques ; et il les circoncit tous aussitôt en ce même jour, selon que Dieu le lui avait commandé.

24 Abraham avait quatre-vingt-dix-neuf ans lorsqu’il se circoncit lui-même.

25 Et Ismaël avait treize ans accomplis lorsqu’il reçut la circoncision.

26 Abraham et son fils Ismaël furent circoncis en un même jour.

27 Et en ce même jour encore furent circoncis tous les mâles de sa maison, tant les esclaves nés chez lui, que ceux qu’il avait achetés, et qui étaient nés en des pays étrangers.



LE Seigneur apparut un jour à Abraham en la vallée de Mambré, lorsqu’il était assis à la porte de sa tente dans la plus grande chaleur du jour.

2 Abraham ayant levé les yeux, trois hommes lui parurent près de lui. Aussitôt qu’il les eut aperçus, il courut de la porte de sa tente au-devant d’eux, et se prosterna en terre.

3 Et il dit : Seigneur, si j’ai trouvé grâce devant vos yeux, ne passez pas la maison de votre serviteur sans vous y arrêter.

4 Je vous apporterai un peu d’eau pour laver vos pieds ; et cependant vous vous reposerez sous cet arbre,

5 jusqu’à ce que je vous serve un peu de pain pour reprendre vos forces, et vous continuerez ensuite votre chemin : car c’est pour cela que vous êtes venus vers votre serviteur. Ils lui répondirent : Faites ce que vous avez dit.

6 Abraham entra promptement dans sa tente, et dit à Sara : Pétrissez vite trois mesures de farine, et faites cuire des pains sous la cendre.

7 Il courut en même temps à son troupeau, et il y prit un veau très-tendre et fort excellent qu’il donna à un serviteur, qui se hâta de le faire cuire.

8 Ayant pris ensuite du beurre et du lait, avec le veau qu’il avait fait cuire, il le servit devant eux, et lui cependant se tenait debout auprès d’eux sous l’arbre où ils étaient.

9 Après qu’ils eurent mangé, ils lui dirent : Où est Sara, votre femme ? Il leur répondit : Elle est dans la tente.

10 L’un d’eux dit à Abraham : Je vous reviendrai voir dans un an, en ce même temps ; je vous trouverai tous deux en vie, et Sara, votre femme, aura un fils. Ce que Sara ayant entendu, elle se mit à rire derrière la porte de la tente.

11 Car ils étaient tous deux vieux et fort avancés en âge, et ce qui arrive d’ordinaire aux femmes avait cessé à Sara.

12 Elle rit donc secrètement, disant en elle-même : Après que je suis devenue vieille, et que mon seigneur est vieux aussi, penserais-je à user du mariage ?

13 Mais le Seigneur dit à Abraham : Pourquoi Sara a-t-elle ri, en disant : Serait-il bien vrai que je puisse avoir un enfant, étant vieille comme je suis ?

14 Y a-t-il rien de difficile à Dieu ? Je vous reviendrai voir, comme je vous l’ai promis, dans un an, en ce même temps ; je vous trouverai tons deux en vie, et Sara aura un fils.

15 Je n’ai point ri, répondit Sara ; et elle le nia, parce qu’elle était tout épouvantée. Non, dit le Seigneur, cela n’est pas ainsi ; car vous avez ri.

16 Ces hommes s’étant donc levés de ce lieu, ils tournèrent les yeux vers Sodome, et Abraham allait avec eux les reconduisant.

17 Alors le Seigneur dit : Pourrais-je cacher à Abraham ce que je dois faire,

18 puisqu’il doit être le chef d’un peuple très-grand et très-puissant, et que TOUTES LES NATIONS DE LA TERRE SERONT BÉNIES EN LUI ?

19 Car je sais qu’il ordonnera à ses enfants, et à toute sa maison après lui, de garder la voie du Seigneur, et d’agir selon l’équité et la justice, afin que le Seigneur accomplisse en faveur d’Abraham tout ce qu’il lui a promis.

20 Le Seigneur ajouta ensuite : Le cri des iniquités de Sodome et de Gomorrhe s’augmente de plus en plus, et leur péché est monté jusqu’à son comble.

21 Je descendrai donc, et je verrai si leurs œuvres répondent à ce cri qui est venu jusqu’à moi ; je descendrai pour savoir si cela est ainsi, ou si cela n’est pas.

22 Alors deux de ces hommes partirent de là, et s’en allèrent à Sodome : mais Abraham demeura encore devant le Seigneur.

23 Et s’approchant, il lui dit : Perdrez-vous le juste avec l’impie ?

24 S’il y a cinquante justes dans cette ville, périront-ils avec tous les autres ? Et ne pardonnerez-vous pas plutôt à la ville à cause de cinquante justes, s’il s’y en trouve autant ?

25 Non, sans doute, vous êtes bien éloigné d’agir de la sorte, de perdre le juste avec l’impie, et de confondre les bons avec les méchants. Cette conduite ne vous convient en aucune sorte ; et jugeant, comme vous faites, toute la terre, vous ne pourrez exercer un tel jugement.

26 Le Seigneur lui répondit : Si je trouve dans tout Sodome cinquante justes, je pardonnerai à cause d’eux à toute la ville.

27 Abraham dit ensuite : Puisque j’ai commencé, je parlerai encore à mon Seigneur, quoique je ne sois que poudre et que cendre.

28 S’il s’en fallait cinq qu’il n’y eût cinquante justes, perdriez-vous toute la ville, parce qu’il n’y en aurait que quarante-cinq ? Le Seigneur lui dit : Je ne perdrai point la ville, s’il s’y trouve quarante-cinq justes.

29 Abraham lui dit encore : Mais s’il y a quarante justes, que ferez-vous ? Je ne détruirai point la ville, dit le Seigneur, si j’y trouve quarante justes.

30 Je vous prie, Seigneur ! dit Abraham, de ne pas trouver mauvais si je parle encore : Si vous trouvez dans cette ville trente justes, que ferez-vous ? Si j’y en trouve trente, dit le Seigneur, je ne la perdrai point.

31 Puisque j’ai commencé, reprit Abraham, je parlerai encore à mon Seigneur : Et si vous en trouviez vingt ? Dieu lui dit : Je ne la perdrai point non plus, s’il y en a vingt.

32 Seigneur ! ajouta Abraham, ne vous fâchez pas, je vous supplie, si je parle encore une fois : Et si vous trouvez dix justes dans cette ville ? Je ne la perdrai point, dit le Seigneur, s’il y a dix justes.

33 Après que le Seigneur eut cessé de parler à Abraham, il se retira, et Abraham retourna chez lui.



SUR le soir deux anges vinrent à Sodome, lorsque Lot était assis à la porte de la ville. Les ayant vus, il se leva, alla au-devant d’eux, et s’abaissa jusqu’en terre.

2 Puis il leur dit : Venez, je vous prie, mes seigneurs, dans la maison de votre serviteur, et demeurez-y. Vous y laverez vos pieds, et demain vous continuerez votre chemin. Ils lui répondirent : Nous n’irons point chez vous ; mais nous demeurerons dans la rue.

3 Il les pressa de nouveau avec grande instance, et les força de venir chez lui. Après qu’ils furent entrés en sa maison, il leur fit un festin ; il fit cuire des pains sans levain ; et ils mangèrent.

4 Mais avant qu’ils se fussent retirés pour se coucher, la maison fut assiégée par les habitants de cette ville ; depuis les enfants jusqu’aux vieillards, tout le peuple s’y trouva.

5 Alors ayant appelé Lot, ils lui dirent : Où sont ces hommes qui sont entrés ce soir chez vous ? Faites-les sortir, afin que nous les connaissions.

6 Lot sortit de sa maison ; et ayant fermé la porte derrière lui, il leur dit :

7 Ne songez point, je vous prie, mes frères, ne songez point à commettre un si grand mal.

8 J’ai deux filles qui sont encore vierges ; je vous les amènerai : usez-en comme il vous plaira, pourvu que vous ne fassiez point de mal a ces hommes-là, parce qu’ils sont entrés dans ma maison comme dans un lieu de sûreté.

9 Mais ils lui répondirent : Retirez-vous. Et ils ajoutèrent : Vous êtes venu ici comme un étranger parmi nous, est-ce afin d’être notre juge ? Nous vous traiterons donc vous-même encore plus mal qu’eux. Et ils se jetèrent sur Lot avec grande violence. Lorsqu’ils étaient déjà près de rompre les portes,

10 ces deux hommes qui étaient au dedans, prirent Lot par la main, et l’ayant fait rentrer dans la maison, ils en fermèrent la porte,

11 et frappèrent d’aveuglement tous ceux qui étaient au dehors, depuis le plus petit jusqu’au plus grand, de sorte qu’ils ne purent plus trouver la porte de la maison.

12 Ils dirent ensuite à Lot : Avez-vous ici quelqu’un de vos proches, un gendre, ou des fils, ou des filles ? Faites sortir de cette ville tous ceux qui vous appartiennent :

13 car nous allons détruire ce lieu, parce que le cri des abominations de ces peuples s’est élevé de plus en plus devant le Seigneur, et il nous a envoyés pour les perdre.

14 Lot étant donc sorti, parla à ses gendres qui devaient épouser ses filles, et leur dit : Sortez promptement de ce lieu : car le Seigneur va détruire cette ville. Mais ils s’imaginèrent qu’il disait cela en se moquant.

15 A la pointe du jour, les anges pressaient fort Lot de sortir, en lui disant : Levez-vous, et emmenez votre femme, et vos deux filles, de peur que vous ne périssiez aussi vous-même dans la ruine de cette ville.

16 Voyant qu’il différait toujours, ils le prirent par la main : car le Seigneur voulait le sauver ; et ils prirent de même sa femme et ses deux filles.

17 L’ayant ainsi fait sortir de la maison, ils le conduisirent hors de la ville ; et ils lui parlèrent de cette sorte : Sauvez votre vie, ne regardez point derrière vous, et ne vous arrêtez point dans tout le pays d’alentour ; mais sauvez-vous sur la montagne, de peur que vous ne périssiez aussi vous-même avec les autres.

18 Lot leur répondit : Seigneur,

19 puisque votre serviteur a trouvé grâce devant vous, et que vous avez signalé envers lui votre grande miséricorde en me sauvant la vie, considérez, je vous prie, que je ne puis me sauver sur la montagne, étant en danger que le malheur ne me surprenne auparavant, et que je ne meure.

20 Mais voilà ici près une ville où je puis fuir ; elle est petite, je puis m’y sauver. Vous savez qu’elle n’est pas grande, et elle me sauvera la vie.

21 L’ange lui répondit : J’accorde encore cette grâce à la prière que vous me faites, de ne pas détruire la ville pour laquelle vous me parlez.

22 Hâtez-vous de vous sauver en ce lieu-là, parce que je ne pourrai rien faire jusqu’à ce que vous y soyez entré. C’est pour cette raison que cette ville fut appelée Ségor, c’est-à-dire, petite.

23 Le soleil se levait sur la terre au même temps que Lot entra dans Ségor.

24 Alors le Seigneur fit descendre du ciel sur Sodome et sur Gomorrhe une pluie de soufre et de feu,

25 et il perdit ces villes avec tous leurs habitants, tout le pays d’alentour avec ceux qui l’habitaient, et tout ce qui avait quelque verdeur sur la terre.

26 La femme de Lot regarda derrière elle, et elle fut changée en une statue de sel.

27 Or Abraham s’étant levé le matin, vint au lieu où il avait été auparavant avec le Seigneur,

28 et regardant Sodome et Gomorrhe, et tout le pays d’alentour, il vit des cendres enflammées qui s’élevaient de la terre comme la fumée d’une fournaise.

29 Lorsque Dieu détruisait les villes de ce pays-là, il se souvint d’Abraham, et délivra Lot de la ruine de ces villes où il avait demeuré.

30 Lot étant dans Ségor, eut peur d’y périr, s’il y demeurait. Il se retira donc sur la montagne avec ses deux filles, entra dans une caverne, et y demeura avec elles.

31 Alors l’aînée dit à la cadette : Notre père est vieux, et il n’est resté aucun homme sur la terre qui puisse nous épouser selon la coutume de tous les pays.

32 Donnons donc du vin à notre père, et enivrons-le, et dormons avec lui, afin que nous puissions conserver de la race de notre père.

33 Elles donnèrent donc cette nuit-là du vin à boire à leur père : et l’aînée dormit avec lui, sans qu’il sentît ni quand elle se coucha, ni quand elle se leva.

34 Le jour suivant l’aînée dit à la seconde : Vous savez que je dormis hier avec mon père ; donnons-lui encore du vin à boire cette nuit, et vous dormirez aussi avec lui, afin que nous conservions de la race de notre père.

35 Elles donnèrent donc encore cette nuit-là du vin à leur père, et sa seconde fille dormit avec lui, sans qu’il sentît non plus ni quand elle se coucha, ni quand elle se leva.

36 Ainsi elles conçurent toutes deux de Lot, leur père.

37 L’aînée enfanta un fils, et elle le nomma Moab, c’est-à-dire, engendré du père. C’est lui qui est le père des Moabites, qui sont encore aujourd’hui.

38 La seconde enfanta aussi un fils qu’elle appela Ammon, c’est-à-dire, le fils de mon peuple. C’est lui qui est le père des Ammonites que nous voyons encore aujourd’hui.



ABRAHAM étant parti de là pour aller du côté du midi, habita entre Cadès et Sur. Et étant allé à Gérara pour y demeurer quelque temps,

2 il dit, parlant de Sara, sa femme, qu’elle était sa sœur. Abimélech, roi de Gérara, envoya donc chez lui, et fit enlever Sara.

3 Mais Dieu pendant une nuit apparut en songe à Abimélech, et lui dit : Vous serez puni de mort à cause de la femme que vous avez enlevée, parce qu’elle a un mari.

4 Or Abimélech ne l’avait point touchée ; et il répondit : Seigneur ! punirez-vous de mort l’ignorance d’un peuple innocent ?

5 Cet homme ne m’a-t-il pas dit lui-même qu’elle était sa sœur ? Et elle-même aussi ne m’a-t-elle pas dit qu’il était son frère ? J’ai fait cela dans la simplicité de mon cœur, et sans souiller la pureté de mes mains.

6 Dieu lui dit : Je sais que vous l’avez fait avec un cœur simple ; c’est pour cela que je vous ai préserve, afin que vous ne péchassiez point contre moi, et que je ne vous ai pas permis de la toucher.

7 Rendez donc présentement cette femme à son mari, parce que c’est un prophète ; et il priera pour vous, et vous vivrez. Si vous ne voulez point la rendre, sachez que vous serez frappé de mort, vous et tout ce qui est à vous.

8 Abimélech se leva aussitôt, lorsqu’il était encore nuit, et ayant appelé tous ses serviteurs, il leur dit tout ce qu’il avait entendu, et ils furent tous saisis de frayeur.

9 Il manda aussi Abraham, et lui dit : Pourquoi nous avez-vous traités de la sorte ? Quel mal vous avions-nous fait, pour avoir voulu nous engager, moi et mon royaume, dans un si grand péché ? Vous avez fait assurément à notre égard ce que vous n’auriez point dû faire.

10 Et continuant encore ses plaintes, il ajouta : Qu’avez-vous envisagé en agissant ainsi avec moi ?

11 Abraham lui répondit : J’ai songé et j’ai dit en moi-même : Il n’y a peut-être point de crainte de Dieu en ce pays-ci ; et ils me tueront pour avoir ma femme.

12 D’ailleurs elle est véritablement ma sœur, étant fille de mon père, quoiqu’elle ne soit pas fille de ma mère : et je l’ai épousée.

13 Or depuis que Dieu m’a fait sortir de la maison de mon père, je lui ai dit : Vous me ferez cette grâce, dans tous les pays où nous irons, de dire que je suis votre frère.

14 Abimélech donna donc à Abraham des brebis, des bœufs, des serviteurs et des servantes ; il lui rendit Sara, sa femme ;

15 et il lui dit : Vous voyez devant vous toute cette terre, demeurez partout où il vous plaira.

16 Il dit ensuite à Sara : J’ai donné mille pièces d’argent à votre frère ; afin qu’en quelque lieu que vous alliez, vous ayez toujours un voile sur les yeux devant tous ceux avec qui vous serez, et souvenez-vous que vous avez été prise.

17 Abraham pria Dieu ensuite, et Dieu guérit Abimélech, sa femme et ses servantes, et elles enfantèrent ;

18 car Dieu avait frappé de stérilité toute la maison d’Abimélech, à cause de Sara, femme d’Abraham.



OR le Seigneur visita Sara, ainsi qu’il l’avait promis, et il accomplit sa parole.

2 Elle conçut et enfanta un fils en sa vieillesse, dans le temps que Dieu lui avait prédit.

3 Abraham donna le nom d’Isaac à son fils qui lui était né de Sara ;

4 et il le circoncit le huitième jour, selon le commandement qu’il en avait reçu de Dieu,

5 ayant alors cent ans ; car ce fut à cet âge-là qu’il devint père d’Isaac.

6 Et Sara dit alors : Dieu m’a donné un sujet de ris et de joie ; quiconque l’apprendra, s’en réjouira avec moi.

7 Et elle ajouta : Oui croirait qu’on aurait jamais pu dire à Abraham, que Sara nourrirait de son lait un fils qu’elle lui aurait enfanté lorsqu’il serait déjà vieux ?

8 Cependant l’enfant crût, et on le sevra ; et Abraham fit un grand festin au jour qu’il fut sevré.

9 Mais Sara ayant vu le fils d’Agar, Egyptienne, qui jouait avec Isaac, son fils, elle dit à Abraham :

10 Chassez cette servante avec son fils : car le fils de cette servante ne sera point héritier avec mon fils Isaac.

11 Ce discours parut dur à Abraham, à cause de son fils Ismaël.

12 Mais Dieu lui dit : Que ce que Sara vous a dit touchant votre fils et votre servante, ne vous paraisse point trop rude. Faites tout ce qu’elle vous dira, parce que c’est d’Isaac que sortira la race qui doit porter votre nom.

13 Je ne laisserai pas néanmoins de rendre le fils de votre servante chef d’un grand peuple, parce qu’il est sorti de vous.

14 Abraham se leva donc dès le point du jour, prit du pain et un vaisseau plein d’eau, le mit sur l’épaule d’Agar, lui donna son fils, et la renvoya. Elle étant sortie, errait dans la solitude de Bersabée.

15 Et l’eau qui était dans le vaisseau ayant manqué, elle laissa son fils couché sous un des arbres qui étaient là,

16 s’éloigna de lui d’un trait d’arc, et s’assit vis-à-vis, en disant : Je ne verrai point mourir mon enfant. Et élevant sa voix dans le lieu où elle se tint assise, elle se mit à pleurer.

17 Or Dieu écouta la voix de l’enfant ; et un ange de Dieu appela Agar du ciel, et lui dit : Agar, que faites-vous là ? Ne craignez point : car Dieu a écouté la voix île l’enfant du lieu où il est.

18 Levez-vous, prenez l’enfant, et tenez-le par la main : parce que je le rendrai chef d’un grand peuple.

19 En même temps Dieu lui ouvrit les yeux ; et ayant aperçu un puits plein d’eau, elle s’y en alla, y remplit son vaisseau, et en donna à boire à l’enfant.

20 Dieu assista cet enfant, qui crût et demeura dans les déserts, et il devint un jeune homme adroit à tirer de l’arc.

21 Il habita dans le désert de Pharan ; et sa mère lui fit épouser une femme du pays d’Egypte.

22 En ce même temps Abimélech, accompagné de Phicol qui commandait son armée, vint dire à Abraham : Dieu est avec vous dans tout ce que vous faites :

23 jurez-moi donc par le nom de Dieu, que vous ne me ferez point de mal, ni à moi, ni à mes enfants, ni à ma race ; mais que vous me traiterez, et ce pays dans lequel vous avez demeuré comme étranger, avec la bonté avec laquelle je vous ai traité.

24 Abraham lui répondit : Je vous le jurerai.

25 Et il fit ses plaintes à Abimélech, de la violence avec laquelle quelques-uns de ses serviteurs lui avaient ôté un puits.

26 Abimélech lui répondit : Je n’ai point su qui vous a fait cette injustice : vous ne m’en avez point vous-même averti ; et jusqu’à ce jour je n’en ai point entendu parler.

27 Abraham donna donc à Abimélech des brebis et des bœufs, et ils firent alliance ensemble.

28 Abraham ayant mis à part sept jeunes brebis qu’il avait tirées de son troupeau,

29 Abimélech lui demanda : Que veulent dire ces sept jeunes brebis que vous avez mises ainsi à part ?

30 Vous recevrez, dit Abraham, ces sept jeunes brebis de ma main, afin qu’elles me servent de témoignage, que c’est moi qui ai creusé ce puits.

31 C’est pourquoi ce lieu fut appelé Bersabée, c’est-à-dire, puits du jurement, parce qu’ils avaient juré là tous deux.

32 Et ils firent alliance près le puits du jurement.

33 Abimélech s’en alla ensuite avec Phicol, général de son armée ; et ils retournèrent au pays des Philistins. Mais Abraham planta un bois à Bersabée, et il invoqua en ce lieu-là le nom du Seigneur, le Dieu éternel.

34 Et il demeura longtemps au pays des Philistins.



APRÈS cela, Dieu tenta Abraham,et lui dit : Abraham ! Abraham ! Abraham lui répondit : Me voici, Seigneur !

2 Dieu ajouta : Prenez Isaac, Votre fils unique qui vous est si cher, et allez en la terre de Vision ; et là vous me l’offrirez en holocauste sur une des montagnes que je vous montrerai.

3 Abraham se leva donc avant le jour, prépara son âne, et prit avec lui deux jeunes serviteurs, et Isaac, son fils ; et ayant coupé le bois qui devait servir à l’holocauste, il s’en alla au lieu où Dieu lui avait commandé d’aller.

4 Le troisième jour levant les yeux en haut, il vit le lieu de loin ;

5 et il dit à ses serviteurs : Attendez-moi ici avec l’âne ; nous ne ferons qu’aller jusque-là, mon fils et moi ; et après avoir adoré, nous reviendrons aussitôt à vous.

6 Il prit aussi le bois pour l’holocauste, qu’il mit sur son fils Isaac ; et pour lui, il portait en ses mains le feu et le couteau. Ils marchaient ainsi eux deux ensemble,

7 lorsque Isaac dit à son père : Mon père. Abraham lui répondit : Mon fils, que voulez-vous ? Voilà, dit Isaac, le feu et le bois, où est la victime pour l’holocauste ?

8 Abraham lui répondit : Mon fils, Dieu aura soin de fournir lui-même la victime qui doit lui être offerte en holocauste. Ils continuèrent donc à marcher ensemble,

9 et ils vinrent au lieu que Dieu avait montré à Abraham. Il y dressa un autel, disposa dessus le bois pour l’holocauste, lia ensuite son fils Isaac, et le mit sur le bois qu’il avait arrangé sur l’autel.

10 En même temps il étendit la main, et prit le couteau pour immoler son fils.

11 Mais dans l’instant l’Ange du Seigneur lui cria du ciel : Abraham ! Abraham ! Il lui répondit : Me voici.

12 L’Ange ajouta : Ne mettez point la main sur l’enfant, et ne lui faîtes aucun mal. Car je connais maintenant que vous craignez Dieu, puisque pour m’obéir, vous n’avez point épargné votre fils unique.

13 Abraham levant les yeux, aperçut derrière lui un bélier qui s’était embarrassé avec ses cornes dans un buisson : et l’ayant pris, il l’offrit en holocauste au lieu de son fils.

14 Et il appela ce lieu d’un nom qui signifie, le Seigneur voit. C’est pourquoi on dit encore aujourd’hui : Le Seigneur verra sur la montagne.

15 L’Ange du Seigneur appela Abraham du ciel pour la seconde fois, et lui dit :

16 Je jure par moi-même, dit le Seigneur, que puisque vous avez fait cette action, et que pour m’obéir vous n’avez point épargné votre fils unique,

17 je vous bénirai, et je multiplierai votre race comme les étoiles du ciel et comme le sable qui est sur le rivage de la mer. Votre postérité possédera les villes de ses ennemis,

18 et TOUTES LES NATIONS RE LA TERRE SERONT BÉNIES DANS CELUI QUI SORTIRA DE VOUS ; parce que vous avez obéi à ma voix.

19 Abraham revint ensuite trouver ses serviteurs, et ils s’en retournèrent ensemble à Bersabée, où il demeura.

20 Après cela, on vint dire à Abraham que son frère Nachor avait eu de sa femme Melcha plusieurs fils :

21 Hus, son aîné ; Buz, son frère ; Camuel, père des Syriens ;

22 Cased, Azau, Pheldas, Jedlaph,

23 et Bathuel, dont Rebecca était fille. Ce sont là les huit fils que Nachor, frère d’Abraham, eut de Melcha, sa femme.

24 Sa concubine qui s’appelait Roma, lui enfanta aussi Tabée, Gaham, Tahas et Maacha.



SARA avant vécu cent vingt-sept ans,

2 mourut en la ville d’Arbée, qui est la même qu’Hébron, au pays de Chanaan. Abraham la pleura, et en fit le deuil.

3 Et s’étant levé, après s’être acquitté de ce devoir qu’on rend aux morts, il vint parler aux enfants de Heth, et il leur dit :

4 Je suis parmi vous comme un étranger et un voyageur, donnez-moi droit de sépulture au milieu de vous, afin que j’enterre la personne qui m’est morte.

5 Les enfants de Heth lui répondirent :

6 Seigneur, écoutez-nous : Vous êtes parmi nous comme un grand prince ; enterrez dans nos plus beaux sépulcres la personne qui vous est morte. Nul d’entre nous ne pourra vous empêcher de mettre dans son tombeau la personne qui vous est morte.

7 Abraham s’étant levé adora les peuples de ce pays-là, qui étaient les enfants de Heth ;

8 et il leur dit : Si vous trouvez bon que j’enterre la personne qui m’est morte, écoutez-moi, et intercédez pour moi envers Ephron, fils de Séor,

9 afin qu’il me donne sa caverne double, qu’il a à l’extrémité de son champ ; qu’il me la cède devant vous pour le prix qu’elle vaut, et qu’ainsi elle soit à moi pour en faire un sépulcre.

10 Or Ephron demeurait au milieu des enfants de Heth ; et il répondit à Abraham devant tous ceux qui s’assemblaient à la porte de la ville, et lui dit :

11 Non, mon seigneur, cela ne sera pas ainsi ; mais écoutez plutôt ce que je vais vous dire : Je vous donne le champ et la caverne qui y est, en présence des enfants de mon peuple : enterrez-y celle qui vous est morte.

12 Abraham fit une profonde révérence devant le peuple du pays,

13 et il dit à Ephron au milieu de tous : Ecoutez-moi, je vous prie : Je vous donnerai l’argent que vaut le champ ; recevez-le, et j’y enterrerai ensuite celle qui m’est morte.

14 Ephron lui répondit :

15 Mon seigneur, écoutez-moi : La terre que vous me demandez vaut quatre cents sicles d’argent. C’est son prix entre vous et moi : mais qu’est-ce que cela ? Enterrez celle qui vous est morte.

16 Ce qu’Abraham ayant entendu, il fit peser en présence des enfants de Heth l’argent qu’Ephron lui avait demandé, c’est-à-dire, quatre cents sicles d’argent en bonne monnaie, et reçue de tout le monde.

17 Ainsi le champ qui avait été autrefois à Ephron, dans lequel il y avait une caverne double qui regarde Mambré, fut livré à Abraham, tant le champ que la caverne, avec tous les arbres qui étaient autour,

18 et lui fut assuré comme un bien qui lui devint propre, en présence des enfants de Heth, et de tous ceux qui entraient dans l’assemblée à la porte de la ville.

19 Abraham enterra donc sa femme Sara dans la caverne double du champ qui regarde Mambré, où est la ville d’Hébron au pays de Chanaan.

20 Et le champ avec la caverne qui y était, fut livré en cette manière, et assuré à Abraham par les enfants de Heth, afin qu’il le possedât comme un sépulcre qui lui appartenait légitimement.



OR Abraham était vieux et fort avancé en âge, et le Seigneur l’avait béni en toutes choses.

2 Il dit donc au plus ancien de ses domestiques, qui avait l’intendance sur toute sa maison : Mettez votre main sous ma cuisse,

3 afin que je vous fasse jurer par le Seigneur, le Dieu du ciel et de la terre, que vous ne prendrez aucune des filles des Chananéens parmi lesquels j’habite, pour la faire épouser à mon fils ;

4 mais que vous irez au pays où sont mes parents, afin d’y prendre une femme pour mon fils Isaac.

5 Son serviteur lui répondit : Si la fille ne veut pas venir en ce pays-ci avec moi, voulez-vous que je remène votre fils au lieu d’où vous êtes sorti ?

6 Abraham lui répondit : Gardez-vous bien de remener jamais mon fils en ce pays-là.

7 Le Seigneur, le Dieu du ciel, qui m’a tiré de la maison de mon père et du pays de ma naissance, qui m’a parlé et qui m’a juré en me disant : Je donnerai ce pays à votre race ; enverra lui-même son ange devant vous, afin que vous preniez une femme de ce pays-là pour mon fils.

8 Si la fille ne veut pas vous suivre, vous ne serez point obligé à votre serment ; seulement ne remenez jamais mon fils en ce pays-là.

9 Ce serviteur mit donc sa main sous la cuisse d’Abraham, son maître, et s’engagea par serment à faire ce qu’il lui avait ordonné.

10 En même temps il prit dix chameaux du troupeau de son maître ; il porta avec lui de tous ses biens ; et s’étant mis en chemin, il alla droit en Mésopotamie, en la ville de Nachor.

11 Étant arrivé sur le soir près d’un puits hors de la ville, au temps où les filles avaient accoutumé de sortir pour puiser de l’eau, et ayant fait reposer ses chameaux, il dit à Dieu :

12 Seigneur Dieu d’Abraham, mon maître ! assistez-moi aujourd’hui, je vous prie, et faites miséricorde à Abraham, mon seigneur.

13 Me voici près de cette fontaine, et les filles des habitants de cette ville vont sortir pour puiser de l’eau.

14 Que la fille donc à qui je dirai : Baissez votre vaisseau afin que je boive ; et qui me répondra : Buvez, et je donnerai aussi à boire à vos chameaux ; soit celle que vous avez destinée à Isaac, votre serviteur ; et je connaîtrai par là que vous aurez fait miséricorde à mon maître.

15 A peine avait-il achevé de parler ainsi en lui-même, lorsqu’il vit paraître Rebecca, fille de Bathuel, fils de Melcha, femme de Nachor, frère d’Abraham, qui portait sur son épaule un vaisseau plein d’eau.

16 C’était une fille très-agréable, et une vierge parfaitement belle, et inconnue à tout homme ; elle était déjà venue à la fontaine ; et ayant rempli son vaisseau, elle s’en retournait.

17 Le serviteur allant donc au-devant d’elle, lui dit : Donnez-moi un peu de l’eau que vous portez dans votre vaisseau, afin que je boive.

18 Elle lui répondit : Buvez, mon seigneur. Et ôtant aussitôt son vaisseau de dessus son épaule, et le penchant sur son bras, elle lui donna à boire.

19 Après qu’il eut bu, elle ajouta : Je vais aussi tirer de l’eau pour vos chameaux, jusqu’à ce qu’ils aient tous bu.

20 Aussitôt ayant versé dans les canaux l’eau de son vaisseau, elle courut au puits pour en tirer d’autre, qu’elle donna ensuite à tous les chameaux.

21 Cependant le serviteur la considérait sans rien dire, voulant savoir si le Seigneur avait rendu son voyage heureux, ou non.

22 Après donc que les chameaux eurent bu, cet homme tira des pendants d’oreilles d’or, qui pesaient deux sicles, et autant de bracelets qui en pesaient dix.

23 Et en les lui donnant, il lui dit : De qui êtes-vous fille ? Dites-le-moi, je vous prie. Y a-t-il dans la maison de votre père du lieu pour me loger ?

24 Elle répondit : Je suis fille de Bathuel, fils de Melcha et de Nachor, son mari.

25 Il y a chez nous, ajouta-t-elle, beaucoup de paille et de foin, et bien du lieu pour y demeurer.

26 Cet homme fit une profonde inclination, et adora le Seigneur,

27 en disant : Béni soit le Seigneur, le Dieu d’Abraham, mon maître, qui n’a pas manqué de lui faire miséricorde selon la vérité de ses promesses, et qui m’a amené droit dans la maison du frère de mon maître.

28 La fille courut donc à la maison de sa mère, et alla lui dire tout ce qu’elle avait entendu.

29 Or Rebecca avait un frère nommé Laban, qui sortit aussitôt pour aller trouver cet homme près de la fontaine.

30 Et ayant déjà vu les pendants d’oreilles et les bracelets aux mains de sa sœur, qui lui avait rapporté en même temps tout ce que cet homme lui avait dit, il vint à lui, lorsqu’il était encore près de la fontaine avec les chameaux ;

31 et il lui dit : Entrez, vous qui êtes béni du Seigneur : pourquoi demeurez-vous dehors ? J’ai prépare la maison, et un lieu pour vos chameaux.

32 Il le fit aussitôt entrer dans le logis ; il déchargea ses chameaux, leur donna de la paille et du foin ; et fit laver les pieds de cet homme, et de ceux qui étaient venus avec lui.

33 En même temps on lui servit à manger. Mais le serviteur leur dit : Je ne mangerai point, jusqu’à ce que je vous aie propose ce que j’ai à vous dire. Vous le pouvez faire, lui dit Laban.

34 Et il leur parla de cette sorte : Je suis serviteur d’Abraham.

35 Le Seigneur a comblé mon maître de bénédictions, et l’a rendu grand et riche. Il lui a donné des brebis, des bœufs, de l’argent, de l’or, des serviteurs et des servantes, des chameaux et des ânes.

36 Sara, la femme de mon maître, lui a enfanté un fils dans sa vieillesse, et mon maître lui a donné tout ce qu’il avait.

37 Et il m’a fait jurer devant lui en me disant : Promettez-moi que vous ne prendrez aucune des filles des Chananéens dans le pays desquels j’habite, pour la faire épouser à mon fils ;

38 mais que vous irez à la maison de mon père, et que vous prendrez parmi ceux de ma parenté une femme pour mon fils.

39 Et sur ce que je dis alors à mon maître : Mais si la fille ne voulait point venir avec moi ?

40 il me répondit : Le Seigneur devant lequel je marche, enverra son ange avec vous, et vous conduira dans votre chemin, afin que vous preniez pour mon fils une femme qui soit de ma famille, et de la maison de mon père.

41 Si étant arrivé chez mes parents, ils vous refusent ce que vous leur demanderez, vous ne serez plus obligé à votre serment.

42 Je suis donc arrivé aujourd’hui près de la fontaine, et j’ai dit à Dieu : Seigneur Dieu d’Abraham, mon maître ! si c’est vous qui m’avez conduit dans le chemin où j’ai marché jusqu’à présent ;

43 me voici près de cette fontaine, que la fille donc qui sera sortie pour puiser de l’eau, à qui je dirai : Donnez-moi un peu à boire de l’eau que vous portez dans votre vaisseau,

44 et qui me répondra : Buvez, et je vais en puiser aussi pour vos chameaux ; soit celle que le Seigneur a destinée pour être la femme du fils de mon maître.

45 Lorsque je m’entretenais en moi-même de cette pensée, j’ai vu paraître Rebecca, qui venait avec son vaisseau qu’elle portait sur son épaule, et qui étant descendue à la fontaine, y avait puisé de l’eau. Je lui ai dit : Donnez-moi un peu à boire.

46 Elle aussitôt ôtant son vaisseau de dessus son épaule, m’a dit : Buvez vous-même, et je vais donner aussi à boire à vos chameaux. J’ai donc bu ; et elle a fait boire aussi mes chameaux.

47 Je l’ai ensuite interrogée, et je lui ai demandé : De qui êtes-vous fille ? Elle m’a répondu qu’elle était fille de Bathuel, fils de Nachor et de Melcha, sa femme. Je lui ai donc mis ces pendants d’oreilles pour parer son visage, et lui ai mis ces bracelets aux bras.

48 Aussitôt me baissant profondément, j’ai adoré et béni le Seigneur, le Dieu d’Abraham, mon maître, qui m’a conduit par le droit chemin pour prendre la fille du frère de mon maître, et la donner pour femme à son fils.

49 C’est pourquoi si vous avez véritablement dessein d’obliger mon maître, dites-le-moi. Si vous avez résolu autre chose, faites-le-moi connaître, afin que j’aille chercher une fille ailleurs.

50 Laban et Bathuel répondirent : C’est Dieu qui parle en cette rencontre ; nous ne pouvons vous dire autre chose que ce qui paraît conforme à sa volonté.

51 Rebecca est entre vos mains ; prenez-la, et l’emmenez avec vous, afin qu’elle soit la femme du fils de votre maître, selon que le Seigneur s’en est déclaré.

52 Le serviteur d’Abraham ayant entendu cette réponse, se prosterna contre terre, et adora le Seigneur.

53 Il tira ensuite des vases d’or et d’argent, et de riches vêtements, dont il fit présent à Rebecca. Il donna aussi des présents à ses frères et à sa mère.

54 Ils firent ensuite le festin, ils mangèrent et burent, et demeurèrent ensemble ce jour-là. Le lendemain le serviteur s’étant levé le matin, leur dit : Permettez-moi d’aller retrouver mon maître.

55 Les frères et la mère de Rebecca lui répondirent : Que la fille demeure au moins dix jours avec nous, et après elle s’en ira.

56 Je vous prie, dit le serviteur, de ne me point retenir davantage, puisque le Seigneur m’a conduit dans tout mon chemin. Permettez-moi d’aller retrouver mon maître.

57 Ils lui dirent : Appelons la fille, et sachons d’elle-même son sentiment.

58 On l’appela donc ; et étant venue, ils lui demandèrent : Voulez-vous bien aller avec cet homme ? Je le veux bien, répondit-elle.

59 Ils la laissèrent donc aller accompagnée de sa nourrice, avec le serviteur d’Abraham et ceux qui l’avaient suivi ;

60 et souhaitant toutes sortes de prospérités à Rebecca, ils lui dirent : Vous êtes notre sœur ; croissez en mille et mille générations ; et que votre race se mette en possession des villes de ses ennemis.

61 Rebecca et ses filles montèrent donc sur des chameaux, et suivirent cet homme, qui s’en retourna en grande diligence vers son maître.

62 En ce même temps, Isaac se promenait dans le chemin qui mène au puits appelé le puits de Celui qui vit et qui voit ; car il demeurait au pays du midi.

63 Il était alors sorti dans le champ pour méditer, le jour étant sur son déclin. Et avant levé les yeux, il vit de loin venir les chameaux.

64 Rebecca ayant aussi aperçu Isaac, descendit de dessus son chameau ;

65 et elle dit au serviteur. Qui est cette personne qui vient le long du champ au-devant de nous ? C’est mon maître, lui dit-il. Elle prit aussitôt son voile, et se couvrit.

66 Le serviteur alla cependant dire à Isaac tout ce qu’il avait fait.

67 Alors Isaac la fit entrer dans la tente de Sara, sa mère, et la prit pour femme ; et l’affection qu’il eut pour elle fut si grande, qu’elle tempéra la douleur que la mort de sa mère lui avait causée.



ABRAHAM épousa ensuite une autre femme, nommée Cétura ;

2 qui lui enfanta Zamran, Jecsan, Madan, Madian, Jesboc et Sué.

3 Jecsan engendra Saba et Dadan. Les enfants de Dadan furent Assurim, Latusim et Loomim.

4 Les enfants de Madian furent Epha, Opher, Hénoch, Abida et Eldaa. Tous ceux-ci furent enfants de Cétura.

5 Abraham donna à Isaac tout ce qu’il possédait :

6 il fit des présents aux fils de ses autres femmes, et de son vivant il les sépara de son fils Isaac, les faisant aller dans le pays qui regarde l’orient.

7 Tout le temps de la vie d’Abraham fut de cent soixante et quinze ans.

8 Et les forces lui manquant, il mourut dans une heureuse vieillesse et un âge très-avancé, étant parvenu à la plénitude de ses jours ; et il fut réuni a son peuple.

9 Isaac et Ismaël, ses enfants, le portèrent en la caverne double, située dans le champ d’Ephron, fils de Séor, Héthéen, vis-à-vis de Mambré,

10 qu’il avait acheté des enfants de Heth. C’est là qu’il fut enterré aussi bien que Sara, sa femme.

11 Après sa mort, Dieu bénit son fils Isaac, qui demeurait près du puits nommé le puits de Celui qui vit et qui voit.

12 Voici le dénombrement des enfants d’Ismaël, fils d’Abraham et d’Agar, Egyptienne, servante de Sara ;

13 et voici les noms de ses enfants, selon que les ont portés ceux qui sont descendus d’eux : Le premier-né d’Ismaël fut Nabajoth ; les autres furent Cédar, Adbéel, Mabsam,

14 Masma, Duma, Massa,

15 Hadar, Théma, Jéthur, Naphis et Cedma.

16 Ce sont là les enfants d’Ismaël ; et tels ont été les noms qu’ils ont donnés à leurs châteaux et à leurs villes, ayant été les douze chefs de leurs peuples.

17 Le temps de la vie d’Ismaël fut de cent trente-sept ans ; et les forces lui manquant il mourut, et fut réuni à son peuple.

18 Le pays oh il habita fut depuis Hévila jusqu’à Sur, qui regarde l’Egypte lorsqu’on entre dans l’Assyrie : et il mourut au milieu de tous ses frères.

19 Voici quelle fut aussi la postérité d’Isaac, fils d’Abraham : Abraham engendra Isaac ;

20 lequel ayant quarante ans, épousa Rebecca, fille de Bathuel, Syrien de Mésopotamie, et sœur de Laban.

21 Isaac pria le Seigneur pour sa femme, parce qu’elle était stérile : et le Seigneur l’exauça, donnant à Rebecca la vertu de concevoir.

22 Mais les deux enfants dont elle était grosse s’entre-choquaient dans son sein, ce qui lui fit dire : Si cela devait m’arriver, qu’était-il besoin que je conçusse ? Elle alla donc consulter le Seigneur,

23 qui lui répondit : Deux nations sont dans vos entrailles, et deux peuples sortant de votre sein se diviseront l’un contre l’autre. L’un de ces peuples surmontera l’autre peuple, et l’aîné sera assujetti au plus jeune.

24 Lorsque le temps qu’elle devait accoucher fut arrivé, elle se trouva mère de deux enfants jumeaux.

25 Celui qui sortit le premier était roux, et tout velu comme une peau d’animal, et il fut nommé Esaü, c’est-à-dire, homme fait. L’autre sortit aussitôt, et il tenait de sa main le pied de son frère ; c’est pourquoi il fut nommé Jacob, c’est-à-dire, supplantateur.

26 Isaac avait soixante ans lorsque ces deux enfants lui naquirent.

27 Quand ils furent grands, Esaü devint habile à la chasse, et il s’appliquait à cultiver la terre : mais Jacob était un homme simple, et il demeurait retiré à la maison.

28 Isaac aimait Esaü, parce qu’il mangeait de ce qu’il prenait à la chasse : mais Rebecca aimait Jacob.

29 Un jour Jacob ayant fait cuire de quoi manger, Esaü retourna des champs étant fort las,

30 et il dit à Jacob : Donnez-moi de ce mets roux que vous avez fait cuire, parce que je suis extrêmement las. C’est pour cette raison qu’il fut depuis nomme Edom, c’est-à-dire, roux.

31 Jacob lui dit : Vendez-moi donc votre droit d’aînesse.

32 Esaü répondit : Je me meurs, de quoi me servira mon droit d’aînesse ?

33 Jurez-le-moi donc, lui dit Jacob. Esaü le lui jura, et lui vendit son droit d’aînesse.

34 Et ainsi ayant pris du pain et ce plat de lentilles, il mangea et but, et s’en alla, se mettant peu en peine de ce qu’il avait vendu son droit d’aînesse.



CEPENDANT il arriva une famine en ce pays-là, comme il en était arrivé une au temps d’Abraham ; et Isaac s’en alla à Gérara vers Abimélech, roi des Philistins.

2 Car le Seigneur lui avait apparu, et lui avait dit : N’allez point en Egypte, mais demeurez dans le pays que je vous montrerai.

3 Passez-y quelque temps comme étranger, et je serai avec vous, et vous bénirai ; car je vous donnerai, à vous et à votre race, tous ces pays-ci, pour accomplir le serment que j’ai fait a Abraham, votre père.

4 Je multiplierai vos enfants comme les étoiles du ciel, je donnerai à votre postérité tous ces pays que vous voyez ; et TOUTES LES NATIONS DE LA TERRE SERONT BÉNIES DANS CELUI QUI SORTIRA DE VOUS :

5 parce qu’Abraham a obéi à ma voix, qu’il a gardé mes préceptes et mes commandements, et qu’il a observé les cérémonies et les lois que je lui ai données.

6 Isaac demeura donc à Gérara.

7 Et les habitants de ce pays-là lui demandant qui était Rebecca, il leur répondit : C’est ma sœur. Car il avait craint de leur avouer qu’elle était sa femme, de peur qu’étant frappés de sa beauté, ils ne résolussent de le tuer.

8 Il se passa ensuite beaucoup de temps, et comme il demeurait toujours dans le même lieu, il arriva qu’Abimélech, roi des Philistins, regardant par une fenêtre, vit Isaac qui se jouait avec Rebecca, sa femme.

9 Et l’ayant fait venir, il lui dit : Il est visible que c’est votre femme ; pourquoi avez-vous fait un mensonge, en disant qu’elle était votre sœur ? Il lui répondit : J’ai eu peur qu’on ne me fît mourir à cause d’elle.

10 Abimélech ajouta : Pourquoi nous avez-vous ainsi imposé ? Quelqu’un de nous aurait pu abuser de votre femme, et vous nous auriez fait tomber dans un grand péché. Il fit ensuite cette défense à tout son peuple :

11 Quiconque touchera la femme de cet homme-là, sera puni de mort.

12 Isaac sema ensuite en ce pays-là, et il recueillit l’année même le centuple ; et le Seigneur le bénit.

13 Ainsi son bien s’augmenta beaucoup ; et tout lui profitant il s’enrichissait de plus en plus, jusqu’à ce qu’il devînt extrêmement puissant.

14 Car il possédait une grande multitude de brebis, de troupeaux de bœufs, de serviteurs et de servantes. Ce qui ayant excité contre lui l’envie des Philistins,

15 ils bouchèrent tous les puits que les serviteurs d’Abraham, son père, avaient creusés, et les remplirent de terre.

16 Et Abimélech dit lui-même à Isaac : Retirez-vous d’avec nous, parce que vous êtes devenu beaucoup plus puissant que nous.

17 Isaac s’étant donc retiré, vint au torrent de Gérara pour demeurer en ce lieu,

18 et il fit creuser de nouveau et déboucher d’autres puits que les serviteurs d’Abraham, son père, avaient creusés, et que les Philistins peu après sa mort avaient remplis de terre ; et il leur donna les mêmes noms que son père leur avait donnés auparavant.

19 Ils fouillèrent aussi au fond du torrent, et ils y trouvèrent de l’eau vive.

20 Mais les pasteurs de Gérara firent encore là une querelle aux pasteurs d’Isaac, en leur disant : L’eau est à nous. C’est pourquoi il appela ce puits, Injustice, à cause de ce qui était arrivé.

21 Ils en creusèrent encore un autre ; et les pasteurs de Gérara les ayant encore querellés, il l’appela, Inimitié.

22 Etant parti de là, il creusa un autre puits, pour lequel ils ne disputèrent point : c’est pourquoi il lui donna le nom de Largeur, en disant : Le Seigneur nous a mis maintenant au large, et nous a fait croître en biens sur la terre.

23 Isaac retourna de là à Bersabée ;

24 et la nuit suivante le Seigneur lui apparut, et lui dit : Je suis le Dieu d’Abraham, votre père ; ne craignez point, parce que je suis avec vous. Je vous bénirai, et je multiplierai votre race à cause d’Abraham, mon serviteur.

25 Il éleva donc un autel en ce lieu-là ; et ayant invoqué le nom du Seigneur, il y dressa sa tente, et il commanda à ses serviteurs d’y creuser un puits.

26 Abimélech, Ochozath, son favori, et Phicol, général de son armée, vinrent de Gérara le trouver en ce même lieu ;

27 et Isaac leur dit : Pourquoi venez-vous trouver un homme que vous haïssez, et que vous avez chassé d’avec vous ?

28 Ils lui répondirent : Nous avons vu que le Seigneur est avec vous ; c’est pourquoi nous avons résolu de faire avec vous une alliance, qui sera jurée de part et d’autre,

29 afin que vous ne nous fassiez aucun tort, comme nous n’avons touché à rien qui fût à vous, ni rien fait qui pût vous offenser, vous ayant laissé aller en paix, comblé de la bénédiction du Seigneur.

30 Isaac leur fit donc un festin ; et après qu’ils eurent mangé et bu avec lui,

31 ils se levèrent le matin, et l’alliance fut jurée de part et d’autre. Isaac les reconduisit étant en fort bonne intelligence avec eux, et les laissa s’en retourner en leur pays.

32 Le même jour les serviteurs d’Isaac vinrent lui dire, qu’ils avaient trouvé de l’eau dans le puits qu’ils avaient creusé.

33 C’est pourquoi il appela ce puits, Abondance : et le nom de Bersabée, c’est-à-dire, puits d’abondance, fut donné à la ville, et lui est demeuré jusqu’aujourd’hui.

34 Or Ésaü ayant quarante ans, épousa Judith, fille de Béer, Héthéen ; et Basémath, fille d’Élon, du même pays ;

35 qui toutes deux s’étaient mises mal dans l’esprit d’Isaac et de Rebecca.



ISAAC étant devenu fort vieux, ses yeux s’obscurcirent de telle sorte qu’il ne pouvait plus voir. Il appela donc Ésaü, son fils ainé, et lui dit : Mon fils. Me voici, dit Ésaü.

2 Son père ajouta : Vous voyez que je suis fort âgé, et que j’ignore le jour de ma mort.

3 Prenez vos armes, votre carquois et votre arc, et sortez ; et lorsque vous aurez pris quelque chose à la chasse,

4 vous me l’apprêterez comme vous savez que je l’aime ; et vous me l’apporterez, afin que j’en mange, et que je vous bénisse avant que je meure.

5 Rebecca entendit ces paroles ; et Ésaü étant allé dans les champs pour faire ce que son père lui avait commandé,

6 elle dit à Jacob, son fils : J’ai entendu votre père qui parlait à votre frère Ésaü, et qui lui disait :

7 Apportez-moi quelque chose de votre chasse, et préparez-moi de quoi manger, afin que je vous bénisse devant le Seigneur avant que je meure.

8 Suivez donc maintenant, mon fils, le conseil que je vais vous donner :

9 Allez-vous-en au troupeau, et apportez-moi deux des meilleurs chevreaux que vous trouverez, afin que j’en prépare a votre père une sorte de mets que je sais qu’il aime ;

10 et qu’après que vous le lui aurez présenté et qu’il en aura mangé, il vous bénisse avant qu’il meure.

11 Jacob lui répondit : Vous savez que mon frère Ésaü a le corps velu, et que moi je n’ai point de poil.

12 Si mon père vient donc à me toucher avec la main, et qu’il s’en aperçoive, j’ai peur qu’il ne croie que je l’ai voulu tromper, et qu’ainsi je n’attire sur moi sa malédiction au lieu de sa bénédiction.

13 Sa mère lui répondit : Mon fils, je me charge moi-même de cette malédiction que vous craignez : faites seulement ce que je vous conseille, et allez me quérir ce que je vous dis.

14 Il y alla, l’apporta, et le donna à sa mère, qui en prépara à manger à son père comme elle savait qu’il l’aimait.

15 Elle fit prendre ensuite à Jacob de très-beaux habits d’Ésaü, qu’elle gardait elle-même au logis.

16 Elle lui mit autour des mains la peau de ces chevreaux, et lui en couvrit le cou partout où il était découvert.

17 Puis elle lui donna ce qu’elle avait préparé à manger, et les pains qu’elle avait cuits.

18 Jacob porta le tout devant Isaac, et lui dit : Mon père. Je vous entends, dit Isaac : qui êtes-vous, mon fils ?

19 Jacob lui répondit : Je suis Ésaü, votre fils aîné : j’ai fait ce que vous m’avez commandé : levez-vous, mettez-vous sur votre séant, et mangez de ma chasse, afin que vous me donniez votre bénédiction.

20 Isaac dit encore à son fils : Mais comment avez-vous pu, mon fils, en trouver sitôt ? Il lui répondit : Dieu a voulu que ce que je désirais se présentât tout d’un coup à moi.

21 Isaac dit encore : Approchez-vous d’ici, mon fils, afin que je vous touche, et que je reconnaisse si vous êtes mon fils Ésaü, ou non.

22 Jacob s’approcha de son père ; et Isaac l’ayant tâté, dit : Pour la voix, c’est la voix de Jacob ; mais les mains sont les mains d’Ésaü.

23 Et il ne le reconnut point, parce que ses mains étant couvertes de poil parurent toutes semblables à celles de son aîné. Isaac le bénissant donc,

24 lui dit : Êtes-vous mon fils Ésaü ? Je le suis, répondit Jacob.

25 Mon fils, ajouta Isaac, apportez-moi à manger de votre chasse, afin que je vous bénisse. Jacob lui en présenta ; et après qu’il en eut mangé, il lui présenta aussi du vin qu’il but.

26 Isaac lui dit ensuite : Approchez-vous de moi, mon fils, et venez me baiser.

27 Il s’approcha donc de lui, et le baisa. Et Isaac aussitôt qu’il eut senti la bonne odeur qui sortait de ses habits, lui dit en le bénissant : L’odeur qui sort de mon fils est semblable à celle d’un champ plein de fleurs que le Seigneur a comblé de ses bénédictions.

28 Que Dieu vous donne une abondance de blé et de vin, de la rosée du ciel, et de la graisse de la terre !

29 Que les peuples vous soient assujettis, et que les tribus vous adorent ! Soyez le seigneur de vos frères, et que les enfants de votre mère s’abaissent profondément devant vous. Que celui qui vous maudira, soit maudit lui-même ; et que celui qui vous bénira, soit comblé de bénédictions !

30 Isaac ne faisait que d’achever ces paroles, et Jacob était à peine sorti, lorsque Esaü entra,

31 et que présentant à son père ce qu’il avait apprêté de sa chasse, il lui dit : Levez-vous, mon père ; et mangez de la chasse de votre fils, afin que vous me donniez votre bénédiction.

32 Isaac lui dit : Qui êtes-vous donc ? Esaü lui répondit : Je suis Esaü, votre fils aîné.

33 Isaac fut frappé d’un profond étonnement, et admirant au delà de tout ce qu’on peut croire ce qui était arrivé, il lui dit. Qui est donc celui qui m’a déjà apporté de ce qu’il avait pris à la chasse, et qui m’a fait manger de tout avant que vous vinssiez ? et je lui ai donné ma bénédiction, et il sera béni.

34 Esaü à ces paroles de son père jeta un cri furieux : et étant dans une extrême consternation, il lui dit : Donnez-moi aussi votre bénédiction, mon père.

35 Isaac lui répondit : Votre frère est venu me surprendre, et il a reçu la bénédiction qui vous était due.

36 C’est avec raison, dit Esaü, qu’il a été appelé Jacob, c’est-à-dire, supplantateur ; car voici la seconde fois qu’il m’a supplanté : il m’a enlevé auparavant mon droit d’aînesse ; et présentement il vient encore de me dérober la bénédiction qui m’était due. Mais, mon père, ajouta Esaü, ne m’avez-vous donc point réservé aussi une bénédiction ?

37 Isaac lui répondit : Je l’ai établi votre seigneur, et j’ai assujetti à sa domination tous ses frères ; je l’ai affermi dans la possession du blé et du vin ; et après cela, mon fils, que me reste-t-il que je puisse faire pour vous ?

38 Esaü lui repartit : N’avez-vous donc, mon père, qu’une seule bénédiction ? Je vous conjure de me bénir aussi. Il jeta ensuite de grands cris mêlés de larmes.

39 Et Isaac en étant touché, lui dit : Votre bénédiction sera dans la graisse de la terre et dans la rosée du ciel qui vient d’en haut :

40 vous vivrez de l’épée, vous servirez votre frère, et le temps viendra que vous secouerez son joug, et que vous vous en délivrerez.

41 Esaü haïssait donc toujours Jacob à cause de cette bénédiction qu’il avait reçue de son père ; et il disait en lui-même : Le temps de la mort de mon père viendra, et alors je tuerai mon frère Jacob.

42 Ce qui ayant été rapporté à Rebecca, elle envoya quérir son fils Jacob, et lui dit : Voilà votre frère Esaü qui menace de vous tuer.

43 Mais, mon fils, croyez-moi, hâtez-vous de vous retirer vers mon frère Laban, qui est à Haran.

44 Vous demeurerez quelques jours avec lui, jusqu’à ce que la fureur de votre frère s’apaise ;

45 que sa colère se passe, et qu’il oublie ce que vous avez fait contre lui. J’enverrai ensuite pour vous faire revenir ici. Pourquoi perdrai-je mes deux enfants en un même jour ?

46 Rebecca dit ensuite à Isaac : La vie m’est devenue ennuyeuse à cause des filles de Heth qu’Esaü a épousées. Si Jacob épouse une fille de ce pays-ci, je ne veux plus vivre.



ISAAC ayant donc appelé Jacob, le bénit, et lui fit ce commandement : Ne prenez point, lui dit-il, une femme d’entre les filles de Chanaan :

2 mais allez en Mésopotamie qui est en Syrie, en la maison de Bathuel, père de votre mère, et épousez une des filles de Laban, votre oncle.

3 Que le Dieu tout-puissant vous bénisse, qu’il accroisse et qu’il multiplie votre race ; afin que vous soyez le chef de plusieurs peuples.

4 Qu’il vous donne, et à votre postérité après vous, les bénédictions qu’il a promises à Abraham, et qu’il vous fasse posséder la terre où vous demeurez comme étranger, qu’il a promise à votre aïeul !

5 Jacob ayant pris ainsi congé d’Isaac, partit pour se rendre en Mésopotamie qui est en Syrie, chez Laban, fils de Bathuel, Syrien, frère de Rebecca, sa mère.

6 Mais Esaü voyant que son père avait béni Jacob, et l’avait envoyé en Mésopotamie de Syrie, pour épouser une femme de ce pays-là ; qu’après lui avoir donné sa bénédiction, il lui avait fait ce commandement : Vous ne prendrez point de femme d’entre les filles de Chanaan ;

7 et que Jacob obéissant à son père et à sa mère, était allé en Syrie ;

8 ayant vu aussi par expérience que les filles de Chanaan ne plaisaient point à son père,

9 il alla vers la maison d’Ismaël, et outre les femmes qu’il avait déjà, il épousa Mahéleth, fille d’Ismaël, fils d’Abraham, et sœur de Nabajoth.

10 Jacob étant donc sorti de Bersabée, allait à Haran ;

11 et étant venu en un certain lieu, comme il voulait s’y reposer après le coucher du soleil, il prit une des pierres qui étaient là, et la mit sous sa tête, et s’endormit dans ce même lieu.

12 Alors il vit en songe une échelle, dont le pied était appuyé sur la terre, et le haut touchait au ciel ; et des anges de Dieu montaient et descendaient le long de l’échelle.

13 Il vit aussi le Seigneur appuyé sur le haut de l’échelle, qui lui dit : Je suis le Seigneur, le Dieu d’Abraham, votre père, et le Dieu d’Isaac. Je vous donnerai et à votre race la terre où vous dormez.

14 Votre postérité sera nombreuse comme la poussière de la terre : vous vous étendrez à l’orient et à l’occident, au septentrion et au midi ; et Toutes LES NATIONS DE LA TERRE SERONT BÉNIES EN VOUS, et dans celui qui sortira de vous.

15 Je serai votre protecteur partout où vous irez, je vous ramènerai dans ce pays, et je ne vous quitterai point que je n’aie accompli tout ce que je vous ai dit.

16 Jacob s’étant éveillé après son sommeil, dit ces paroles : Le Seigneur est vraiment en ce lieu-ci, et je ne le savais pas.

17 Et dans la frayeur dont il se trouva saisi, il ajouta : Que ce lieu est terrible ! C’est véritablement la maison de Dieu et la porte du ciel.

18 Jacob se levant donc le matin, prit la pierre qu’il avait mise sous sa tête, et l’érigea comme un monument, répandant de l’huile dessus.

19 Il donna aussi le nom de Béthel, c’est-à-dire, maison de Dieu, à la ville qui auparavant s’appelait Luza.

20 Et il fit ce vœu en même temps, en disant : Si Dieu demeure avec moi, s’il me protège dans le chemin par lequel je marche, et me donne du pain pour me nourrir, et des vêtements pour me vêtir ;

21 et si je retourne heureusement en la maison de mon père, le Seigneur sera mon Dieu ;

22 et cette pierre que j’ai dressée comme un monument, s’appellera la maison de Dieu ; et je vous offrirai, Seigneur, la dîme de tout ce que vous m’aurez donné.



JACOB continua son chemin, et arriva au pays qui était vers l’orient.

2 Il entra dans un champ où il vit un puits, et trois troupeaux de brebis qui se reposaient auprès ; car c’était de ce puits qu’on abreuvait les troupeaux, et l’entrée en était fermée avec une grande pierre.

3 C’était la coutume de ne lever la pierre que lorsque tous les troupeaux étaient assemblés ; et après qu’ils avaient bu, on la remettait sur l’ouverture du puits.

4 Jacob dit donc aux pasteurs : Mes frères, d’où êtes-vous ? Ils lui répondirent : De Haran.

5 Jacob ajouta : Ne connaissez-vous point Laban, fils de Nachor ? Ils lui dirent : Nous le connaissons.

6 Se porte-t-il bien ? dit Jacob. Ils lui répondirent : Il se porte bien ; et voilà sa fille Rachel qui vient ici avec son troupeau.

7 Jacob leur dit : Il reste encore beaucoup de jour, et il n’est pas temps de remener les troupeaux dans l'étable : faites donc boire présentement les brebis, et ensuite vous les remènerez paître.

8 Ils lui répondirent : Nous ne pouvons le faire, jusqu’à ce que tous les troupeaux soient assemblés, et que nous ayons ôté la pierre de dessus le puits, pour leur donner à boire à tous ensemble.

9 Ils parlaient encore, lorsque Rachel arriva avec les brebis de son père : car elle menait paître elle-même le troupeau.

10 Jacob l’ayant vue, et sachant qu’elle était sa cousine germaine, et que ces troupeaux étaient à Laban, son oncle, ôta la pierre qui fermait le puits.

11 Et ensuite ayant fait boire son troupeau, il la baisa en haussant sa voix et en pleurant ;

12 car il lui avait dit qu’il était le frère de son père, et le fils de Rebecca. Rachel courut aussitôt le dire à son père ;

13 qui ayant appris que Jacob, fils de sa sœur, était venu, courut au-devant de lui, l’embrassa étroitement, et l’ayant baisé plusieurs fois, le mena en sa maison. Lorsqu’il eut su de lui-même le sujet de son voyage,

14 il lui dit : Vous êtes ma chair et mon sang. Et après qu’un mois se fut passé,

15 il dit à Jacob : Faut-il que vous me serviez gratuitement, parce que vous êtes mon frère ? Dites-moi donc quelle récompense vous désirez.

16 Or Laban avait deux filles, dont l’aînée s’appelait Lia, et la plus jeune Rachel.

17 Mais Lia avait les yeux chassieux ; au lieu que Rachel était belle et très-agréable.

18 Jacob ayant donc conçu de l’affection pour elle, dit à Laban : Je vous servirai sept ans pour Rachel, votre seconde fille.

19 Laban lui répondit : Il vaut mieux que je vous la donne qu’à un autre ; demeurez avec moi.

20 Jacob le servit donc sept ans pour Rachel : et ce temps ne lui paraissait que peu de jours, tant l’affection qu’il avait pour elle était grande.

21 Après cela il dit à Laban : Donnez moi ma femme, puisque le temps auquel je dois l’épouser est accompli.

22 Alors Laban fit les noces, ayant invité au festin ses amis qui étaient en fort grand nombre.

23 Et le soir il fit entrer Lia, sa fille, dans la chambre de Jacob,

24 et lui donna une servante pour la servir, qui s’appelait Zelpha. Jacob l’ayant prise pour sa femme, reconnut le matin que c’était Lia ;

25 et il dit à son beau-père : D’où vient que vous m’avez traité de cette sorte ? Ne vous ai-je pas servi pour Rachel ? Pourquoi m’avez-vous trompé ?

26 Laban répondit : Ce n’est pas la coutume de ce pays-ci, de marier les filles les plus jeunes avant les aînées.

27 Passez la semaine avec celle-ci ; et je vous donnerai l’autre ensuite, pour le temps de sept années que vous me servirez de nouveau.

28 Jacob consentit à ce qu’il voulait : et au bout de sept jours il épousa Rachel,

29 à qui son père avait donné une servante, nommée Bala.

30 Jacob ayant eu enfin celle qu’il avait souhaité d’épouser, il préféra la seconde à l’aînée dans l’affection qu’il lui portait, et servit encore Laban pour elle sept ans.

31 Mais le Seigneur voyant que Jacob avait du mépris pour Lia, la rendit féconde, pendant que sa sœur demeurait stérile.

32 Elle conçut donc, et enfanta un fils qu’elle nomma Ruben, c’est-à-dire, fils de la vision, en disant : Le Seigneur a vu mon humiliation ; mon mari m’aimera maintenant.

33 Elle conçut encore, et étant accouchée d’un fils, elle dit : Le Seigneur ayant connu que j’étais méprisée, il m’a donné ce second fils. C’est pourquoi elle le nomma Siméon, c’est-à-dire, d’un nom qui signifie, écouter.

34 Elle conçut pour la troisième fois, et étant encore accouchée d’un fils, elle dit ; Maintenant mon mari sera plus uni à moi, puisque je lui ai donne trois fils. C’est pourquoi elle le nomma Lévi, qui signifie, union.

35 Elle conçut pour la quatrième fois, et étant encore accouchée d’un fils, elle dit : Maintenant je louerai le Seigneur. C’est pourquoi elle lui donna le nom de Juda, qui signifie, louange ; et elle cessa pour lors d’avoir des enfants.



RACHEL voyant qu’elle était stérile, porta envie à sa sœur, et elle dit à son mari : Donnez-moi des enfants, ou je mourrai.

2 Jacob lui repondit en colère : Suis-je moi comme Dieu ? et n’est-ce pas lui qui empêche que votre sein ne porte son fruit ?

3 Rachel ajouta : J’ai Bala, ma servante ; allez à elle, afin que je reçoive entre mes bras ce qu’elle enfantera, et que j’aie des enfants d’elle.

4 Elle lui donna donc Bala pour femme.

5 Jacob l’ayant prise, elle conçut, et elle accoucha d’un fils.

6 Alors Rachel dit : Le Seigneur a jugé en ma faveur, et il a exauce ma voix en me donnant un fils. C’est pourquoi elle le nomma Dan, qui signifie, jugement.

7 Bala conçut encore, et étant accouchée d’un second fils,

8 Rachel dit de lui : Le Seigneur m’a fait entrer en combat avec ma sœur, et la victoire m’est demeurée. C’est pourquoi elle le nomma Nephthali, qui signifie, mon combat.

9 Lia voyant qu’elle avait cessé d’avoir des enfants, donna à son mari Zelpha, sa servante,

10 qui concut et accoucha d’un fils.

11 Et Lia dit : A la bonne heure ! C’est pourquoi elle le nomma Gad, c’est-à-dire, prospérité.

12 Zelpha ayant eu un second fils,

13 Lia dit : C’est pour mon bonheur : car les femmes m’appelleront bienheureuse. C’est pourquoi elle le nomma Aser, c’est-à-dire, bonheur.

14 Or Ruben étant sorti à la campagne, lorsque l’on sciait le froment, trouva des mandragores qu’il apporta à Lia, sa mère, à laquelle Rachel dit : Donnez-moi des mandragores de votre fils.

15 Mais elle lui répondit : N’est-ce pas assez que vous m’ayez enlevé mon mari, sans vouloir encore avoir les mandragores de mon fils ? Rachel ajouta : Je consens qu’il dorme avec vous cette nuit, pourvu que vous me donniez de ces mandragores de votre fils.

16 Lors donc que Jacob sur le soir revenait des champs, Lia alla au-devant de lui, et lui dit : Vous viendrez avec moi, parce que j’ai acheté cette grâce, en donnant à ma sœur les mandragores de mon fils. Ainsi Jacob dormit avec elle cette nuit-là.

17 Et Dieu exauça ses prières : elle conçut, et elle accoucha d’un cinquième fils,

18 dont elle dit : Dieu m’a récompensée, parce que j’ai donné ma servante à mon mari ; et elle lui donna le nom d’Issachar, c’est-à-dire, il y a récompense.

19 Lia conçut encore, et accoucha d’un sixième fils,

20 et elle dit : Dieu m’a fait un excellent don : mon mari demeurera encore cette fois avec moi, parce que je lui ai donné six fils. Et elle le nomma Zabulon, qui signifie, demeure.

21 Elle eut ensuite une fille, qu’elle nomma Dina, qui signifie, jugement.

22 Le Seigneur se souvint aussi de Rachel ; il l’exauça, et lui ôta sa stérilité.

23 Elle conçut, et elle accoucha d’un fils, en disant : Le Seigneur m’a tirée de l’opprobre où j’ai été.

24 Et lui donnant le nom de Joseph, qui signifie, accroissement, elle dit : Que le Seigneur me donne encore un second fils !

25 Joseph étant né, Jacob dit à son beau-père : Laissez-moi aller, afin que je retourne en mon pays, et au lieu de ma naissance.

26 Donnez-moi mes femmes et mes enfants pour lesquels je vous ai servi, afin que je m’en aille. Vous savez quel a été le service que je vous ai rendu.

27 Laban lui répondit : Que je trouve grâce devant vous : j’ai reconnu par expérience, que Dieu m’a béni à cause de vous ;

28 jugez vous-même de la récompense que vous voulez que je vous donne.

29 Jacob lui répondit : Vous savez de quelle manière je vous ai servi, et comment votre bien s’est accru entre mes mains.

30 Vous aviez peu de chose avant que je fusse venu avec vous, et présentement vous voilà devenu riche ; Dieu vous a béni aussitôt que je suis entré en votre maison. Il est donc juste que je songe aussi maintenant à établir ma maison.

31 Laban lui dit : Que vous donnerai-je ? Je ne veux rien, dit Jacob ; mais si vous faites ce que je vais vous demander, je continuerai à mener vos troupeaux, et à les garder.

32 Visitez tous vos troupeaux, et mettez à part pour vous présentement toutes les brebis dont la laine est de diverses couleurs : et à l’avenir tout ce qui naîtra d’un noir mêlé de blanc, ou tacheté de couleurs différentes, soit dans les brebis ou dans les chèvres, sera ma récompense.

33 Et quand le temps sera venu de faire cette séparation selon notre accord, mon innocence me rendra témoignage devant vous ; et tout ce qui ne sera point tacheté de diverses couleurs, ou de noir mêlé de blanc, soit dans les brebis ou dans les chèvres, me convaincra de larcin.

34 Laban lui répondit : Je trouve bon ce que vous me proposez.

35 Le même jour Laban mit à part les chèvres, les brebis, les boucs et les béliers tachetés et de diverses couleurs. Il donna à ses enfants la garde de tout le troupeau qui n’était que d’une couleur, c’est-à-dire, qui était ou tout blanc ou tout noir.

36 Et il mit l’espace de trois journées de chemin entre lui et son gendre qui conduisait ses autres troupeaux.

37 Jacob prenant donc des branches vertes de peuplier, d’amandier et de plane, en ôta une partie de l’écorce : les endroits d’où l’écorce avait été ôtée parurent blancs, et les autres qu’on avait laissés entiers, demeurèrent verts : ainsi ces branches devinrent de diverses couleurs.

38 Il les mit ensuite dans les canaux qu’on remplissait d’eau, afin que lorsque les troupeaux y viendraient boire, ils eussent ces branches devant les yeux, et qu’ils conçussent en les regardant.

39 Ainsi il arriva que les brebis étant en chaleur, et ayant conçu à la vue des branches, eurent des agneaux tachetés et de diverses couleurs.

40 Jacob divisa son troupeau ; et ayant mis ces branches dans les canaux devant les yeux des béliers, ce qui était tout blanc ou tout noir était à Laban, et le reste à Jacob : ainsi les troupeaux étaient séparés.

41 Lors donc que les brebis devaient concevoir au printemps, Jacob mettait les branches dans les canaux devant les yeux des béliers et des brebis, afin qu’elles conçussent en les regardant.

42 Mais lorsqu’elles devaient concevoir en automne, il ne les mettait point devant elles. Ainsi ce qui était conçu en automne fut pour Laban, et ce qui était conçu au printemps fut pour Jacob.

43 Il devint de cette sorte extrêmement riche ; et il eut de grands troupeaux, des serviteurs et des servantes, des chameaux et des ânes.



APRÈS cela Jacob entendit les enfants de Laban qui s’entre-disaient : Jacob a enlevé tout ce qui était à notre père, et il est devenu puissant en s’enrichissant de son bien.

2 Il remarqua aussi que Laban ne le regardait pas du même œil dont il le regardait auparavant.

3 Et de plus le Seigneur même lui dit : Retournez au pays de vos pères et vers votre famille, et je serai avec vous.

4 Il envoya donc quérir Rachel et Lia, et les fit venir dans le champ où il faisait paître ses troupeaux ;

5 et il leur dit : Je vois que votre père ne me regarde plus du même œil dont il me regardait ci-devant ; cependant le Dieu de mon père a été avec moi :

6 et vous savez vous-mêmes que j’ai servi votre père de toutes mes forces.

7 Il a même usé envers moi de tromperie, en changeant dix fois ce que je devais avoir pour récompense ; quoique Dieu ne lui ait pas permis de me faire tort.

8 Lorsqu’il a dit que les animaux de diverses couleurs seraient pour moi, toutes les brebis ont eu des petits de diverses couleurs. Et lorsqu’il a dit au contraire que tout ce qui serait blanc serait pour moi, tout ce qui est né des troupeaux a été blanc.

9 Ainsi Dieu a ôté le bien de votre père pour me le donner.

10 Car le temps où les brebis devaient concevoir étant venu, j’ai levé les yeux, et j’ai vu en songe que les mâles qui couvraient les femelles, étaient marquetés, tachetés et de diverses couleurs.

11 Et l’Ange de Dieu m’a dit en songe : Jacob ! Me voici, lui ai-je dit.

12 Et il a ajouté : Levez vos yeux, et voyez que tous les mâles qui couvrent les femelles, sont marquetés, tachetés et de couleurs différentes. Car j’ai vu tout ce que Laban vous a fait.

13 Je suis le Dieu de Béthel, où vous avez oint la pierre, et où vous m’avez fait un vœu. Sortez donc promptement de cette terre, et retournez au pays de votre naissance.

14 Rachel et Lia lui répondirent : Nous reste-t-il quelque chose du bien et de la part que nous devions avoir dans la maison de notre père ?

15 Ne nous a-t-il pas traitées comme des étrangères ? Ne nous a-t-il pas vendues, et n’a-t-il pas mangé ce qui nous était dû pour notre travail ?

16 Mais Dieu a pris les richesses de notre père, et nous les a données et à nos enfants : c’est pourquoi faites tout ce que Dieu vous a commandé.

17 Jacob fit donc monter aussitôt ses femmes et ses enfants sur des chameaux.

18 Et emmenant avec lui tout ce qu’il avait, ses troupeaux, et généralement ce qu’il avait acquis en Mésopotamie, il se mit en chemin pour s’en aller retrouver Isaac, son père, au pays de Chanaan.

19 Or Laban étant allé en ce temps-là faire tondre ses brebis, Rachel déroba les idoles de son père.

20 Et Jacob ayant résolu de se retirer si promptement,ne voulut point découvrir son dessein à son beau-père.

21 Lors donc qu’il s’en fut allé avec tout ce qui était à lui, comme il avait déjà passé le fleuve d’Euphrate, et qu’il marchait vers la montagne de Galaad,

22 Laban fut averti le troisième jour, que Jacob s’enfuyait.

23 Et aussitôt ayant pris avec lui ses frères, il le poursuivit durant sept jours, et le joignit à la montagne de Galaad.

24 Mais Dieu lui apparut en songe, et lui dit : Prenez garde de ne rien dire d’offensant à Jacob.

25 Jacob avait déjà tendu sa tente sur la montagne de Galaad ; et Laban l’y ayant joint avec ses frères, y tendit aussi la sienne.

26 Et il dit à Jacob : Pourquoi avez-vous agi de la sorte, en m’enlevant ainsi mes filles sans m’en rien dire, comme si c’étaient des prisonnières de guerre ?

27 Pourquoi avez-vous pris le dessein de vous enfuir sans que je le susse, et pourquoi ne m’avez-vous point averti que vous vouliez vous retirer, afin que j’allasse vous reconduire avec des chants de joie, au bruit des tambours et au son des harpes ?

28 Vous ne m’avez pas seulement permis de donner à mes filles et à mes fils le dernier baiser. Vous n’avez pas agi sagement. Et maintenant

29 je pourrais bien vous rendre le mal pour le mal ; mais le Dieu de votre père me dit hier : Prenez bien garde de ne rien dire d’offensant à Jacob.

30 Vous aviez peut-être envie de retourner vers vos proches, et vous souhaitiez de revoir la maison de votre père ; mais pourquoi m’avez-vous dérobé mes dieux ?

31 Jacob lui répondit : Ce qui m’a fait partir sans vous en avoir averti, c’est que j’ai eu peur que vous ne voulussiez me ravir vos filles par violence.

32 Mais pour le larcin dont vous m’accusez, je consens que quiconque sera trouvé avoir pris vos dieux, soit puni de mort en présence de nos frères. Cherchez partout, et emportez tout ce que vous trouverez à vous ici. En disant cela, il ne savait pas que Rachel avait dérobé ces idoles.

33 Laban étant donc entré dans la tente de Jacob, de Lia, et des deux servantes, ne trouva point ce qu’il cherchait. Il entra ensuite dans la tente de Rachel :

34 mais elle, ayant caché promptement les idoles sous la litière d’un chameau, s’assit dessus ; et lorsqu’il cherchait partout dans la tente sans y rien trouver,

35 elle lui dit : Que mon seigneur ne se fâche pas si je ne puis me lever maintenant devant lui, parce que le mal qui est ordinaire aux femmes vient de me prendre. Ainsi Rachel rendit inutile cette recherche qu’il faisait avec tant de soin.

36 Alors Jacob tout ému fit ce reproche à Laban : Quelle faute avais-je commise ? et en quoi vous avais-je offensé, pour vous obliger de courir après moi avec tant de chaleur,

37 et de fouiller et renverser tout ce qui est à moi ? Qu’avez-vous trouvé ici de toutes les choses qui étaient dans votre maison ? faites-le voir devant mes frères et devant les vôtres, et qu’ils soient juges entre vous et moi.

38 Est-ce donc pour cela que j’ai passé vingt années avec vous ? Vos brebis et vos chèvres n’ont point été stériles ; je n’ai point mangé les béliers de votre troupeau ;

39 je ne vous ai rien montré de ce qui avait été pris par les bêtes ; je prenais sur moi tout ce qui avait été perdu, et vous en tenais compte ; et vous exigiez de moi tout ce qui avait été dérobé ;

40 j’étais brûlé par la chaleur pendant le jour, et transi de froid pendant la nuit ; et le sommeil fuyait de mes yeux.

41 Je vous ai servi ainsi dans votre maison vingt ans : quatorze pour vos filles, et six pour vos troupeaux. Vous avez aussi changé dix fois ce que je devais avoir pour récompense.

42 Si le Dieu de mon père Abraham, et le Dieu que craint Isaac, ne m’eût assisté, vous m’auriez peut-être renvoyé tout nu de chez vous. Mais Dieu a regardé mon affliction et le travail de mes mains, et il vous a arrêté cette nuit par ses menaces.

43 Laban lui répondit : Mes filles et mes petits-fils, vos troupeaux et tout en que vous voyez est à moi. Que puis-je faire à mes filles et à mes petits-fils ?

44 Venez donc, et faisons une alliance qui serve de témoignage entre vous et moi.

45 Alors Jacob prit une pierre, et en ayant dressé un monument,

46 il dit à ses frères : Apportez des pierres. Et en ayant ramassé plusieurs ensemble, ils en firent un lieu élevé, et mangèrent dessus.

47 Laban le nomma d’un nom chaldéen qui signifie, Le monceau du témoin ; et Jacob, d’un nom hébreu qui signifie, Le monceau du témoignage, chacun selon la propriété de sa langue.

48 Et Laban dit : Ce lieu élevé sera témoin aujourd’hui entre vous et moi. C’est pourquoi on a appelé ce lieu Galaad, c’est-à-dire, Le monceau du témoin.

49 Et il ajouta : Que le Seigneur nous regarde et nous juge, lorsque nous nous serons retirés l’un de l’autre.

50 Si vous maltraitez mes filles, et si vous prenez encore d’autres femmes qu’elles, nul n’est témoin de nos paroles que Dieu, qui est présent et qui nous regarde.

51 Il dit encore à Jacob : Ce lieu élevé et cette pierre que j’ai dressée entre vous et moi,

52 nous serviront de témoin : ce lieu élevé, dis-je, et cette pierre porteront témoignage, si je passe au delà pour aller à vous, ou si vous passez vous-même dans le dessein de me faire quelque mal.

53 Que le Dieu d’Abraham et le Dieu de Nachor, que le Dieu de leur père soit notre juge. Jacob jura donc par le Dieu que craignait Isaac, son père ;

54 et après avoir immolé des victimes sur la montagne, il invita ses frères pour manger ensemble : et ayant mangé, ils demeurèrent là pour y coucher.

55 Mais Laban se levant avant qu’il fît jour, embrassa ses fils et ses filles, les bénit, et s’en retourna chez lui.



JACOB continuant son chemin, rencontra des anges de Dieu.

2 Et les ayant vus, il dit : Voici le camp de Dieu. Et il appela ce lieu-là, Mahanaïm, c’est-à-dire, le camp, ou les deux camps.

3 Il envoya en même temps des gens devant lui pour donner avis de sa venue à son frère Esaü en la terre de Séir, au pays d’Edom ;

4 et il leur donna cet ordre : Voici la manière dont vous parlerez à Esaü, mon seigneur : Jacob, votre frère, vous envoie dire ceci : J’ai demeuré comme étranger chez Laban, et j’y ai été jusqu’aujourd’hui.

5 J’ai des bœufs, des ânes, des brebis, des serviteurs et des servantes ; et j’envoie maintenant vers mon seigneur, afin que je trouve grâce devant lui.

6 Ceux que Jacob avait envoyés revinrent lui dire : Nous avons été vers votre frère Esaü, et le voici qui vient lui-même en grande hâte au-devant de vous avec quatre cents hommes.

7 A ces mots Jacob eut une grande peur ; et dans la frayeur dont il fut saisi, il divisa en deux bandes tous ceux qui étaient avec lui, et les troupeaux, les brebis, les bœufs et les chameaux,

8 en disant : Si Esaü vient attaquer une des troupes, l’autre qui restera sera sauvée.

9 Jacob dit ensuite : Dieu d’Abraham, mon père ! Dieu de mon père Isaac ! Seigneur qui m’avez dit : Retournez, dans votre pays, et au lieu de votre naissance, et je vous comblerai de bienfaits !

10 je suis indigne de toutes vos miséricordes, et de la vérité que vous avez gardée dans toutes les promesses que vous avez faites à votre serviteur. J’ai passé ce fleuve du Jourdain n’ayant qu’un bâton, et je retourne maintenant avec ces deux troupes.

11 Délivrez-moi, je vous prie, de la main de mon frère Esaü, parce que je le crains extrêmement, de peur qu’à son arrivée il ne passe au fil de l’épée la mère avec les enfants.

12 Souvenez-vous que vous m’avez promis de me combler de biens, et de multiplier ma race comme le sable de la mer, dont la multitude est innombrable.

13 Jacob ayant passé la nuit en ce même lieu, il sépara de tout ce qui était à lui, ce qu’il avait destiné pour en faire présent à Esaü, son frère :

14 deux cents chèvres, vingt boucs, deux cents brebis et vingt béliers ;

15 trente femelles de chameaux avec leurs petits, quarante vaches, vingt taureaux, vingt ânesses et dix ânons.

16 Il envoya séparément chacun de ces troupeaux qu’il fit conduire par ses serviteurs, et il leur dit : Marchez toujours devant moi, et qu’il y ait de l’espace entre un troupeau et l’autre.

17 Il dit à celui qui marchait le premier : Si vous rencontrez Esaü mon frère, et qu’il vous demande : A qui êtes-vous ? ou bien : Où allez-vous ? ou : A qui sont ces bêtes que vous menez ?

18 vous lui répondrez : Elles sont à Jacob, votre serviteur, qui les envoie pour présent à mon seigneur Esaü ; et il vient lui-même après nous.

19 Il donna aussi le même ordre au second, au troisième, et à tous ceux qui conduisaient les troupeaux, en leur disant : Lorsque vous rencontrerez Esaü, vous lui direz la même chose.

20 Et vous ajouterez : Jacob, votre serviteur, vient aussi lui-même après nous. Car Jacob disait : Je l’apaiserai par les présents qui vont devant moi ; et ensuite quand je le verrai, peut-être qu’il me regardera favorablement.

21 Les présents marchèrent donc devant Jacob, et pour lui il demeura pendant cette nuit dans son camp.

22 Et s’étant levé de fort bonne heure, il prit ses deux femmes et leurs deux servantes, avec ses onze fils, et passa le gué de Jaboc.

23 Après avoir fait passer tout ce qui était a lui,

24 il demeura seul en ce lieu-là. Et il parut en même temps un homme qui lutta contre lui jusqu’au matin.

25 Cet homme, voyant qu’il ne pouvait le surmonter, lui toucha le nerf de la cuisse, qui se sécha aussitôt :

26 et il lui dit : Laissez-moi aller, car l’aurore commence déjà à paraître. Jacob lui répondit : Je ne vous laisserai point aller que vous ne m’avez béni.

27 Cet homme lui demanda : Comment vous appelez-vous ? Il lui répondit : Je m’appelle Jacob.

28 Et le même homme ajouta : On ne vous nommera plus à l’avenir Jacob, mais Israël, c’est-à-dire, fort contre Dieu : car si vous avez été fort contre Dieu, combien le serez-vous davantage contre les hommes ?

29 Jacob lui fit ensuite cette demande : Dites-moi, je vous prie, comment vous vous appelez. Il lui répondit : Pourquoi demandez-vous mon nom ? Et il le bénit en ce même lieu.

30 Jacob donna à ce lieu-là le nom de Phanuel, ou Phéniel, c’est-à-dire, la face de Dieu, en disant : J’ai vu Dieu face à face, et cependant mon âme a été sauvée.

31 Aussitôt qu’il eut passé ce lieu qu’il venait de nommer Phanuel, il vit le soleil qui se levait ; mais il se trouva boiteux d’une jambe.

32 C’est pour cette raison que jusqu’aujourd’hui les enfants d’Israël ne mangent point du nerf de la cuisse des bêtes, se souvenant de celui qui fut touché en la cuisse de Jacob, et qui demeura sans mouvement.



JACOB levant ensuite les yeux, vit Esaü qui s’avançait avec quatre cents hommes, et il partagea les enfants de Lia, de Rachel, et des deux servantes.

2 Il mit à la tête les deux servantes avec leurs enfants, Lia et ses enfants au second rang, Rachel et Joseph au dernier.

3 Et lui s’avançant adora Esaü, et se prosterna sept fois en terre jusqu’à ce que son frère fût proche de lui.

4 Alors Esaü courut au-devant de son frère, l’embrassa, le serra étroitement, et le baisa en versant des larmes.

5 Et ayant levé les yeux, il vit les femmes et leurs enfants, et il dit à Jacob : Qui sont ceux-là ? Sont-ils à vous ? Jacob lui répondit : Ce sont les petits enfant que Dieu a donnés à votre serviteur.

6 Et les servantes s’approchant avec leurs enfants, le saluèrent profondément.

7 Lia s’approcha ensuite avec ses enfants, et l’ayant aussi adoré, Joseph et Rachel l’adorèrent les derniers.

8 Alors Esaü lui dit : Quelles sont ces troupes que j’ai rencontrées ? Jacob lui répondit : Je les ai envoyées pour trouver grâce devant mon seigneur.

9 Esaü lui répondit : J’ai des biens en abondance, mon frère ; gardez pour vous ce qui est à vous.

10 Jacob ajouta : N’en usez pas ainsi, je vous prie ; mais si j’ai trouvé grâce devant vous, recevez de ma main ce petit présent. Car j’ai vu aujourd’hui votre visage comme si je voyais le visage de Dieu. Soyez-moi donc favorable,

11 et recevez ce présent que je vous ai offert, et que j’ai reçu de Dieu qui donne toutes choses. Esaü, après ces instances de son frère, reçut avec peine ce qu’il lui donnait.

12 Et il lui dit : Allons ensemble, et je vous accompagnerai dans votre chemin.

13 Jacob lui répondit : Vous savez, mon seigneur, que j’ai avec moi des enfants fort petits, et des brebis et des vaches pleines : si je les lasse en les faisant marcher trop vite, tous mes troupeaux mourront en un même jour.

14 Que mon seigneur marche donc devant son serviteur, et je le suivrai tout doucement, selon que je verrai que mes petits pourront le faire, jusqu’à ce que j’arrive chez mon seigneur en Séir.

15 Esaü lui dit : Je vous prie qu’il demeure au moins quelques-uns des gens que j’ai avec moi pour vous accompagner dans votre chemin. Jacob lui répondit : Cela n’est pas nécessaire ; je n’ai besoin, mon seigneur, que d’une seule chose, qui est de trouver grâce devant vous.

16 Esaü s’en retourna donc le même jour en Séir, par le même chemin qu’il était venu.

17 Et Jacob vint à Socoth, où ayant bâti une maison et dressé ses tentes, il appela ce lieu-là Socoth, qui veut dire, les tentes.

18 Il passa ensuite jusqu’à Salem, qui est une ville des Sichimites,dans le pays de Chanaan, et il demeura près de cette ville depuis son retour de Mésopotamie qui est en Syrie.

19 Il acheta une partie du champ dans lequel il avait dressé ses tentes, et en paya cent agneaux aux enfants d’Hémor, père de Sichem.

20 Et ayant dressé là un autel, il y invoqua le Dieu très-fort d’Israël.



ALORS Dina, fille de Lia, sortit pour voir les femmes de ce pays-là.

2 Et Sichem, fils d’Hémor, Hévéen, prince du pays, l’ayant vue, conçut un grand amour pour elle, l’enleva, et dormit avec elle par force et par violence.

3 Son cœur demeura fortement attaché à cette fille ; et la voyant triste, il tâcha de la gagner par ses caresses.

4 Il alla ensuite trouver Hémor, son père, et il lui dit : Faites-moi épouser cette fille.

5 Jacob ayant été averti de cette violence, lorsque ses enfants étaient absents et occupés à la conduite de leurs troupeaux, il ne parla de rien jusqu’à ce qu’ils furent revenus.

6 Cependant Hémor, père de Sichem, vint pour lui parler.

7 En même temps les enfants de Jacob revinrent des champs ; et ayant appris ce qui était arrivé, ils entrèrent dans une grande colère, à cause de l’action honteuse que cet homme avait commise contre la maison d’Israël, en violant et traitant si outrageusement la fille de Jacob.

8 Hémor leur parla donc, et leur dit : Le cœur de mon fils Sichem est fortement attaché à votre fille. Donnez-la-lui donc, afin qu’il l’épouse.

9 Allions-nous réciproquement les uns avec les autres : donnez-nous vos filles en mariage, et prenez aussi les nôtres.

10 Habitez avec nous : la terre est en votre puissance : cultivez-la, trafiquez-y, et la possédez.

11 Sichem dit aussi au père et aux frères de la fille : Que je trouve grâce devant vous, et je vous donnerai tout ce que vous désirerez.

12 Faites monter ses droits aussi haut que vous voudrez, demandez des présents, et je vous donnerai de tout mon cœur ce que vous voudrez : donnez-moi seulement cette fille, afin que je l’épouse.

13 Les enfants de Jacob, transportés de colère à cause de l’outrage fait à leur sœur, répondirent frauduleusement à Sichem et à son père, et leur dirent :

14 Nous ne pouvons faire ce que vous demandez, ni donner notre sœur à un homme incirconcis, ce qui est une chose défendue et abominable parmi nous.

15 Mais nous pourrons bien faire alliance avec vous, pourvu que vous vouliez devenir semblables à nous, et que tous les mâles qui sont parmi vous soient circoncis.

16 Nous vous donnerons alors nos filles en mariage, et nous prendrons les vôtres : nous demeurerons avec vous, et nous ne ferons plus qu’un peuple.

17 Si vous ne voulez point être circoncis, nous reprendrons notre fille, et nous nous retirerons.

18 Cette offre plut à Hémor et à Sichem, son fils ;

19 et ce jeune homme ne différa pas davantage a exécuter ce qu’on lui avait proposé ; parce qu’il aimait cette fille avec passion. Or il était le plus considéré dans la maison de son père.

20 Etant donc entrés dans l’assemblée qui se tenait à la porte de la ville, ils parlèrent ainsi au peuple :

21 Ces personnes sont des gens paisibles, qui veulent habiter avec nous : permettons-leur de trafiquer dans cette terre et de la labourer, étant spacieuse et étendue comme elle est, et ayant besoin de gens qui s’appliquent à la cultiver : nous prendrons leurs filles en mariage, et nous leur donnerons les nôtres.

22 Il n’y a qu’une chose qui pourrait différer un si grand bien, qui est qu’auparavant nous devons circoncire tous les mâles parmi nous, pour nous conformer à la coutume de ce peuple ;

23 après cela leurs biens, leurs troupeaux, et tout ce qu’ils possèdent, sera à nous : donnons-leur seulement cette satisfaction, et nous demeurerons ensemble pour ne faire plus qu’un même peuple.

24 Ils s’accordèrent tous à cette proposition : et tous les mâles furent circoncis.

25 Mais le troisième jour d’après, lorsque la douleur des plaies de la circoncision est plus violente, deux des enfants de Jacob, Siméon et Levi, qui étaient frères utérins de Dina, entrèrent hardiment dans la ville l’épée à la main, tuèrent tous les mâles,

26 et entre autres Hémor et Sichem ; et ensuite ils emmenèrent de la maison de Sichem leur sœur Dina.

27 Après qu’ils furent sortis, les autres enfants de Jacob se jetèrent sur les morts, pillèrent toute la ville pour venger l’outrage fait à leur sœur ;

28 prirent les brebis, les bœufs, et les ânes des habitants, ruinèrent tout ce qui était dans les maisons et dans les champs,

29 et emmenèrent leurs femmes captives avec leurs petits enfants.

30 Après cette exécution si violente, Jacob dit à Siméon et à Lévi : Vous m’avez mis tout en désordre, et vous m’avez rendu odieux aux Chananéens et aux Phérézéens qui habitent ce pays. Nous ne sommes que peu de monde ; ils s’assembleront tous pour m’attaquer, et ils me perdront avec toute ma maison.

31 Ses enfants lui répondirent : Devaient-ils abuser ainsi de notre sœur comme d’une prostituée ?



CEPENDANT Dieu parla à Jacob, et lui dit : Allez promptement à Béthel ; demeurez-y, et y dressez un autel au Dieu qui vous apparut lorsque vous fuyiez Esaü, votre frère.

2 Alors Jacob ayant assemblé tous ceux de sa maison, leur dit : Jetez loin de vous les dieux étrangers qui sont au milieu de vous ; purifiez-vous, et changez de vêtements.

3 Venez, allons à Béthel pour y dresser un autel à Dieu qui m’a exaucé au jour de mon affliction, et qui m’a accompagné pendant mon voyage.

4 Ils lui donnèrent donc tous les dieux étrangers qu’ils avaient, et les pendants d’oreilles qui y étaient attachés : et Jacob les cacha dans la terre, sous un térébinthe qui est derrière la ville de Sichem.

5 S’étant mis alors en chemin, Dieu frappa de terreur toutes les villes voisines, et ils n’osèrent les poursuivre dans leur retraite.

6 Ainsi Jacob, et tout le peuple qui était avec lui, vint à Luza, surnommée Béthel, qui est dans le pays de Chanaan.

7 Il y bâtit un autel, et nomma ce lieu, La maison de Dieu ; parce que Dieu lui avait apparu en ce lieu-là lorsqu’il fuyait Esaü, son frère.

8 En ce même temps Débora, nourrice de Rebecca, mourut, et fut enterrée sous un chêne au pied de la montagne de Béthel ; et ce lieu fut nommé le Chêne des pleurs.

9 Or Dieu apparut encore à Jacob depuis son retour de Mésopotamie qui est en Syrie ; il le bénit,

10 et lui dit : Vous ne serez plus nommé Jacob, mais Israël sera votre nom ; et Dieu le nomma Israël.

11 Il lui dit encore : Je suis le Dieu tout-puissant, croissez et multipliez-vous : vous serez le chef des nations et d’une multitude de peuples, et des rois sortiront de vous.

12 Je vous donnerai, et à votre race après vous, la terre que j’ai donnée à Abraham et à Isaac.

13 Dieu se retira ensuite.

14 Et Jacob dressa un monument de pierre au même lieu où Dieu lui avait parlé ; il offrit du vin dessus, et y répandit de l’huile ;

15 et il appela ce lieu, Béthel, maison de Dieu.

16 Après qu’il fut parti de ce lieu-là, il vint au printemps sur le chemin qui mène à Ephrata, où Rachel étant en travail,

17 et ayant grande peine à accoucher, elle se trouva en péril de sa vie. La sage-femme lui dit : Ne craignez point ; car vous aurez encore ce fils.

18 Mais Rachel qui sentait que la violence de la douleur la faisait mourir, étant près d’expirer, nomma son fils Bénoni, c’est-à-dire, le fils de ma douleur ; et le père le nomma Benjamin, c’est-à-dire, le fils de la droite, ou le fils de la vieillesse.

19 Rachel mourut donc ; et elle fut ensevelie dans le chemin qui conduit à la ville d’Ephrata, appelée depuis Bethléem.

20 Jacob dressa un monument de pierres sur son sépulcre. C’est ce monument de Rachel que l’on voit encore aujourd’hui.

21 Apres qu’il fut sorti de ce lieu, il dressa sa tente au delà de la Tour du troupeau.

22 Et lorsqu’il demeurait en ce lieu-là, Ruben dormit avec Bala, qui était femme de son père ; et cette action ne put lui être cachée. Or Jacob avait douze fils :

23 Les fils de Lia étaient Ruben, l’aîné de tous, Siméon, Lévi, Juda, Issachar et Zabulon.

24 Les fils de Rachel sont Joseph et Benjamin.

25 Les fils de Bala, servante de Rachel, Dan et Nephthali.

26 Les fils de Zelpha, servante de Lia, Gad et Aser. Ce sont là les fils de Jacob qu’il eut en Mésopotamie qui est en Syrie, excepté Benjamin.

27 Jacob vint ensuite trouver Isaac, son père, en la plaine de Mambré, à la ville d’Arbée, appelée depuis Hébron, où Abraham et Isaac avaient demeuré comme étrangers.

28 Isaac avait alors cent quatre-vingts ans accomplis.

29 Et ses forces étant épuisées par son grand âge, il mourut. Ayant donc achevé sa carrière dans une extrême vieillesse, il fut réuni à son peuple : et ses enfants Esaü et Jacob l’ensevelirent.



VOICI le dénombrement des enfants d’Esaü, appelé aussi Edom.

2 Esaü épousa des femmes d’entre les filles de Chanaan : Ada, ou Basémath, fille d’Elon, Héthéen ; et Oolibama, ou Judith, fille d’Ann, qui était fille de Sébéon, Hévéen, ou Héthéen.

3 Il épousa aussi Basémath,ou Mahéleth, fille d’Ismaël et sœur de Nabajoth.

4 Ada enfanta Eliphaz ; Basémath fut mère de Rahuel.

5 Oolibama eut pour fils Jéhus, Ihélon et Coré. Ce sont là les fils d’Esaü qui lui naquirent au pays de Chanaan.

6 Or Esaü prit ses femmes, ses fils, ses filles, et toutes les personnes de sa maison, son bien, ses bestiaux, et tout ce qu’il possédait dans la terre de Chanaan, s’en alla en un autre pays, et se retira d’auprès de son frère Jacob.

7 Car comme ils étaient extrêmement riches, ils ne pouvaient demeurer ensemble ; et la terre où ils étaient comme étrangers, ne pouvait les contenir à cause de la multitude de leurs troupeaux.

8 Esaü, appelé aussi Edom, habita donc sur la montagne de Séir.

9 or voici les noms des petits-fils d'Esaü, père des Iduméens qui lui naquirent sur la montagne de Séir.

10 Voici les noms de ses enfants : Eliphaz fut fils d’Ada femme d’Esaü, et Rahuel fils de Basémath, qui fut aussi sa femme.

11. Les fils d’Eliphaz furent Théman, Omar, Sépho, Gatham et Cénez.

12 Eliphaz fils d’Esaü avait encore une femme nommée Thamna, qui lui enfanta Amalec. Ce sont là les petits-fils d’Ada, femme d’Esaü.

13 Les fils de Rahuel furent Nahath, Zara, Samma, et Méza. Ce sont là les petits-fils de Basémath, femme d’Esaü.

14 Jéhus, Ihélon et Coré, furent fils d’Oolibama, femme d’Esaü ; elle était fille d’Ana, et Ana fille de Sébéon.

15 Les princes d’entre les enfants d’Esaü, furent d'entre les fils d’Eliphaz, fils aîné d’Esaü ; le prince Théman, le prince Omar, le prince Sépho, le prince Cénez,

16 le prince Coré, le prince Gatham, le prince Amalech. Ce sont là les petits-fils d’Eliphaz, qui étaient dans le pays d’Edom, et les petits-fils d’Ada.

17 D’entre les enfants de Rahuel, fils d’Esaü, furent le prince Nahath, le prince Zara, le prince Samma, le prince Méza. Ce sont là les princes sortis de Rahuel au pays d’Edom, et ce sont les petits-fils de Basémath, femme d’Esaü.

18 D’entre les fils d’Oolibama, femme d’Esaü, furent le prince Jéhus, le prince Ihélon, le prince Coré. Ce sont là les princes sortis d’Oolibama, fille d’Ana et femme d’Esaü.

19 Voilà donc tous les fils d’Esaü appelé aussi Edom, et ceux d’entre eux qui ont été princes.

20 Les fils de Séir, Horréen, qui habitaient alors ce pays-là, sont Lotan, Sobal, Sébéon, Ana,

21 Dison, Eser et Disan. Ce sont là les princes horréens fils de Séir dans le pays d’Edom.

22 Les fils de Lotan furent Hori et Héman ; et ce Lotan avait une sœur nommée Thamna.

23 Les fils de Sobal furent Alvan, Manahat, Ebal, Sépho, et Onam.

24 Les fils de Sébéon furent Aïa et Ana. C’est cet Ana qui trouva des eaux chaudes dans la solitude, lorsqu’il conduisait les ânes de Sébéon son père.

25 Ana eut un fils nommé Dison, et une fille nommée Oolibama.

26. Les fils de Dison furent Hamdan, Eséban, Jéthram, et Charan.

27. Les fils d’Eser furent Balaan, Zavan, et Acan.

28. Les fils de Disan furent Hus et Aram.

29. Les princes des Horréens furent ceux qui suivent : le prince Lotan, le prince Sobal, le prince Sébéon, le prince Ana,

30 le prince Dison, le prince Eser, le prince Disan. Ce sont là les princes des Horréens qui commandèrent dans le pays de Séir.

31 Les rois qui régnèrent au pays d’Edom avant que les enfants d’Israël eussent un roi, furent ceux-ci :

32 Bêla, fils de Béor ; et sa ville s’appelait Dénaba.

33 Bêla étant mort, Jobab, fils de Zara, de Bosra, régna en sa place.

34 Après la mort de Jobab, Husam, qui était du pays des Thémanites, lui succéda au royaume.

35 Celui-ci étant mort, Adad, fils de Badad, régna après lui. Ce fut lui qui défit les Madianites au pays de Moab : sa ville s’appelait Avith.

36 Adad étant mort, Semla, qui était de Masréca, lui succéda au royaume.

37 Après la mort de Semla, Saül, qui était des environs du fleuve de Rohoboth, régna en sa place.

38 Saül étant mort, Balanan, fils d’Aehobor, lui succéda au royaume.

39 Après la mort de Balanan, Adar régna en sa place. Sa ville s’appelait Phaü, et sa femme se nommait Meétabel, fille de Matred, qui était fille de Mézaab.

40 Les noms des princes sortis d’Esaü, selon leurs familles, les lieux de leur demeure, et les peuples qui en ont été nommés, furent ceux-ci : Le prince Thamna, le prince Alva, le prince Jétheth,

41 le prince Oohbama, le prince Ela, le prince Phinon,

42 le prince Cénez, le prince Théman, le prince Mabsar,

43 le prince Magdiel et le prince Hiram. Ce sont là les princes sortis d’Edom, qui ont habité dans les terres de son empire. C’est cet Edom, appelé aussi Esaü, qui fut le père des Iduméens.



JACOB demeura dans le pays de Chanaan, où son père avait été comme étranger.

2 Et voici ce qui regarde sa famille : Joseph, âgé de seize ans, et n’étant encore qu’enfant, conduisait le troupeau de son père avec ses frères, et il était avec les enfants de Bala et de Zelpha, femmes de son père. Il accusa alors ses frères devant son père d’un crime énorme.

3 Israël aimait Joseph plus que tous ses autres enfants, parce qu’il l’avait eu étant déjà vieux, et il lui avait fait faire une robe de plusieurs couleurs.

4 Ses frères voyant donc que leur père l’aimait plus que tous ses autres enfants, le haïssaient, et ne pouvaient lui parler avec douceur.

5 Il arriva aussi que Joseph rapporte à ses frères un songe qu’il avait eu, qui fut encore la semence d’une plus grande haine.

6 Car il leur dit : Ecoutez le songe que j’ai eu :

7 Il me semblait que je liais avec vous des gerbes dans les champs ; que ma gerbe se leva et se tint debout, et que les vôtres étant autour de la mienne, l’adoraient.

8 Ses frères lui répondirent : Est-ce que vous serez notre roi, et que nous serons soumis à votre puissance ? Ces songes et ces entretiens allumèrent donc encore davantage l’envie et la haine qu’ils avaient contre lui.

9 Il eut encore un autre songe qu’il raconta à ses frères en leur disant : J’ai cru voir en songe que le soleil et la lune, et onze étoiles m’adoraient.

10 Lorsqu’il eut rapporté ce songe à son père et à ses frères, son père lui en fit réprimande, et lui dit : Que voudrait dire ce songe que vous avez eu ? Est-ce que votre mère, vos frères et moi, nous vous adorerons sur la terre ?

11 Ainsi ses frères étaient transportés d’envie contre lui : mais le père considérait tout ceci avec attention et dans le silence.

12 Il arriva alors que les frères de Joseph s’arrêtèrent à Sichem, où ils faisaient paître les troupeaux de leur père.

13 Et Israël dit à Joseph : Vos frères font paître nos brebis dans le pays de Sichem. Venez donc, et je vous enverrai vers eux.

14 Je suis tout prêt, lui dit Joseph. Jacob ajouta : Allez, et voyez si vos frères se portent bien, et si les troupeaux sont en bon état ; et vous me rapporterez ce qui se passe. Ayant donc été envoyé de la vallée d’Hébron, il vint à Sichem :

15 et un homme l’ayant trouvé errant dans la campagne, lui demanda ce qu’il cherchait.

16 Il lui répondit : Je cherche mes frères ; je vous prie de me dire où ils font paître leurs troupeaux.

17 Cet homme lui répondit : Ils se sont retirés de ce lieu ; et j’ai entendu qu’ils se disaient : Allons vers Dothaïn. Joseph alla donc après ses frères ; et il les trouva dans la plaine de Dothaïn.

18 Lorsqu’ils l’eurent aperçu de loin, avant qu’il se fût approché d’eux ils résolurent de le tuer ;

19 et ils se disaient l’un à l’autre : Voici notre songeur qui vient.

20 Allons, tuons-le, et le jetons dans cette vieille citerne : nous dirons qu’une bête sauvage l’a dévoré ; et après cela on verra à quoi ses songes lui auront servi.

21 Ruben les ayant entendus parler ainsi, tâchait de le tirer d’entre leurs mains, et il leur disait :

22 Ne le tuez point, et ne répandez point son sang ; mais jetez-le dans cette citerne qui est dans le désert, et conservez vos mains pures. Il disait ceci dans le dessein de le tirer de leurs mains, et de le rendre à son père.

23 Aussitôt donc que Joseph fut arrivé près de ses frères, ils lui ôtèrent sa robe de plusieurs couleurs, qui le couvrait jusqu’en bas ;

24 et ils le jetèrent dans cette vieille citerne qui était sans eau.

25 S’étant ensuite assis pour manger, ils virent des Ismaélites qui passaient, et qui venant de Galaad portaient sur leurs chameaux des parfums, de la résine et de la myrrhe, et s’en allaient en Egypte.

26 Alors Juda dit à ses frères : Que nous servira d’avoir tué notre frère, et d’avoir caché sa mort ?

27 Il vaut mieux le vendre à ces Ismaélites, et ne point souiller nos mains de son sang ; car il est notre frère et notre chair. Ses frères consentirent à ce qu’il disait.

28 L’ayant donc tiré de la citerne, et voyant ces marchands madianites qui passaient, ils le vendirent vingt pièces d’argent aux Ismaélites, qui le menèrent en Egypte.

29 Ruben étant retourné à la citerne, et n’y avant point trouvé l’enfant,

30 déchira ses vêtements, et vint dire à ses frères : L’enfant ne paraît plus, et que deviendrai-je ?

31 Après cela ils prirent la robe de Joseph ; et l’ayant trempée dans le sang d’un chevreau qu’ils avaient tué,

32 ils l’envoyèrent à son père, lui faisant dire par ceux qui la lui portaient : Voici une robe que nous avons trouvée, voyez si c’est celle de votre fils, ou non.

33 Le père l’ayant reconnue, dit : C’est la robe de mon fils ; une bête cruelle l’a dévoré, une bête a dévoré Joseph.

34 Et ayant déchiré ses vêtements, il se couvrit d’un cilice, pleurant son fils fort longtemps.

35 Alors tous ses enfants s’assemblèrent, pour tâcher de soulager leur père dans sa douleur : mais il ne voulut point recevoir de consolation, et il leur dit : Je pleurerai toujours jusqu’à ce que je descende avec mon fils au fond de la terre. Ainsi il continua toujours de pleurer.

36 Cependant les Madianites vendirent Joseph en Egypte à Putiphar, eunuque de Pharaon, et général de ses troupes.



EN ce même temps Juda quitta ses frères, et vint chez un homme d’Odollam, qui s’appelait Hira.

2 Et ayant vu en ce lieu la fille d’un homme chananéen, nommé Sué, il l’épousa, et vécut avec elle.

3 Elle conçut ensuite, et elle enfanta un fils qu’il nomma Her.

4 Ayant conçu une seconde fois, elle eut encore un fils qu’elle nomma Onan.

5 Et elle en enfanta encore un troisième, qu’elle nomma Séla, après lequel elle cessa d’avoir des enfants.

6 Juda fit épouser à Her, son fils aîné, une fille nommée Thamar.

7 Ce Her, fils aîné de Juda, fut un très-méchant homme ; et le Seigneur le frappa de mort.

8 Juda dit donc à Onan, son second fils : Epousez la femme de votre frère, et vivez avec elle, afin que vous suscitiez des enfants à votre frère.

9 Onan voyant la femme de son frère aîné, et sachant que les enfants qui naîtraient d’elle ne seraient pas à lui, empêchait, par une action exécrable, qu’elle ne devînt mère, de peur que ses enfants ne portassent le nom de son frère.

10 C’est pourquoi le Seigneur le frappa de mort, parce qu’il faisait une chose détestable.

11 Juda dit donc à Thamar, sa belle-fille : Demeurez veuve dans la maison de votre père, jusqu’à ce que mon fils Séla devienne grand ; car il avait peur que Séla ne mourût aussi comme ses autres frères. Ainsi Thamar retourna demeurer dans la maison de son père.

12 Beaucoup de temps s’étant passé, la fille de Sué, femme de Juda, mourut. Juda après l’avoir pleurée, et s’être consolé de cette perte, alla à Thamna, avec Hira, d’Odollam, le pasteur de ses troupeaux, pour voir ceux qui tondaient ses brebis.

13 Thamar ayant été avertie que Juda, son beau-père, allait à Thamna pour faire tondre ses brebis,

14 quitta ses habits de veuve, se couvrit d’un grand voile ; et s’étant déguisée, s’assit dans un carrefour sur le chemin de Thamna : parce que Séla étant en âge d’être marié, Juda ne le lui avait point fait épouser.

15 Juda l’ayant vue, s’imagina que c’était une femme de mauvaise vie, parce qu’elle s’était couvert le visage, de peur d’être reconnue.

16 Et s’approchant d’elle, il lui parla pour la faire consentir au mauvais désir qu’il avait ; car il ne savait pas que ce fût sa belle-fille. Elle lui répondit : Que me donnerez-vous pour ce que vous me demandez ?

17 Je vous enverrai, dit-il, un chevreau de mon troupeau. Elle repartit : Je consentirai à ce que vous voulez, pourvu que vous me donniez un gage en attendant que vous m’envoyiez ce que vous me promettez.

18 Que voulez-vous que je vous donne pour gage ? lui dit Juda. Elle lui répondit : Donnez-moi votre anneau, votre bracelet, et le bâton que vous tenez à la main. Ainsi elle conçut de lui,

19 et s’en alla aussitôt ; et ayant quitté l’habit qu’elle avait pris, elle se revêtit de ses habits de veuve.

20 Juda envoya ensuite le chevreau par son pasteur qui était d’Odollam, afin qu’il retirât le gage qu’il avait donné à cette femme. Mais ne l’ayant point trouvée,

21 il demanda aux habitants de ce lieu : Où est une femme qui était assise dans ce carrefour ? Tous lui répondirent, qu’il n’y avait point eu en cet endroit de femme débauchée.

22 Ainsi il retourna à Juda, et lui dit : Je ne l’ai point trouvée ; et même les habitants de ce lieu m’ont dit que jamais femme de mauvaise vie ne s’était assise en cet endroit.

23 Juda dit : Qu’elle garde ce qu’elle a ; elle ne peut pas au moins m’accuser d’avoir manqué à ma parole. J’ai envoyé le chevreau que je lui avais promis, et vous ne l’avez point trouvée.

24 Mais trois mois après on vint dire à Juda : Thamar, votre belle-fille, est tombée en fornication, car on commence à s’apercevoir qu’elle est grosse. Juda répondit : Qu’on la produise en public, afin qu’elle soit brûlée.

25 Et lorsqu’on la menait au supplice, elle envoya dire à son beau-père : J’ai conçu de celui à qui sont ces gages. Voyez à qui est cet anneau, ce bracelet, et ce bâton.

26 Juda ayant reconnu ce qu’il lui avait donné, dit : Elle a moins de tort que moi : parce que j’ai manqué en ne la faisant point épouser à Séla, mon fils. Il ne la connut point néanmoins depuis.

27 Comme elle fut sur le point d’accoucher, il parut qu’il y avait deux jumeaux dans son sein. Et lorsque ces enfants étaient près de sortir, l’un des deux passa sa main, à laquelle la sage-femme lia un ruban d’écarlate, en disant :

28 Celui-ci sortira le premier.

29 Mais cet enfant ayant retiré sa main, l’autre sortit. Alors la sage-femme dit : Pourquoi avez-vous ainsi rompu le mur qui vous divisait ? C’est pourquoi il fut nommé Pharès, c’est-à-dire, rupture ou division.

30 Son frère qui avait le ruban d’écarlate à la main, sortit ensuite, et on le nomma Zara, c’est-à-dire, orient.



JOSEPH ayant donc été mené en Egypte, Putiphar, Egyptien, eunuque de Pharaon, et général de ses troupes, l’acheta des Ismaélites qui l’y avaient amené.

2 Le Seigneur était avec lui, et tout lui réussissait heureusement. Il demeurait dans la maison de son maître,

3 qui savait très-bien que le Seigneur était avec lui, et qu’il le favorisait et le bénissait en toutes ses actions.

4 Joseph ayant donc trouvé grâce devant son maître, se donna tout entier à son service ; et ayant reçu de lui l’autorité sur toute sa maison, il la gouvernait, et prenait soin de tout ce qui lui avait été mis entre les mains.

5 Le Seigneur bénit la maison de l’Egyptien à cause de Joseph, et il multiplia tout son bien, tant à la ville qu’à la campagne :

6 en sorte que son maître n’avait d’autre soin que de se mettre à table et de manger, s’étant déchargé de tout sur Joseph. Or Joseph était beau de visage, et très-agréable.

7 Longtemps après, sa maîtresse jeta les yeux sur lui, et lui dit : Dormez avec moi.

8 Mais Joseph, ayant horreur de consentir à une action si criminelle, lui dit : Vous voyez que mon maître m’a confié toutes choses, qu’il ne sait pas même ce qu’il a dans sa maison :

9 qu’il n’y a rien qui ne soit en mon pouvoir, et que m’ayant mis tout entre les mains, il ne s’est réservé que vous seule qui êtes sa femme : comment donc pourrais-je commettre un si grand crime, et pécher contre mon Dieu ?

10 Cette femme continua durant plusieurs jours à solliciter Joseph par de semblables paroles, et lui à résistera son infâme désir.

11 Or il arriva un jour que Joseph étant entré dans la maison, et y faisant quelque chose sans que personne fût présent,

12 sa maîtresse le prit par son manteau, et lui dit encore : Dormez avec moi. Alors Joseph lui laissant le manteau entre les mains, s’enfuit, et sortit hors du logis.

13 Cette femme se voyant le manteau entre les mains, et dans la douleur d’avoir été méprisée,

14 appela les gens de sa maison, et leur dit en parlant de son mari : Il nous a amené ici cet Hébreu pour nous faire insulte ; il est venu à moi dans le dessein de me corrompre, et m’étant mise à crier,

15 lorsqu’il a entendu ma voix, il m’a laissé son manteau que je tenais, et s’en est enfui dehors.

16 Lors donc que son mari fut retourné en sa maison, elle lui montra ce manteau qu’elle avait retenu comme une preuve de sa fidélité,

17 et lui dit : Cet esclave hébreu que vous nous avez amené, est venu pour me faire violence :

18 et m’ayant entendu crier, il m’a laissé son manteau que je tenais, et s’en est enfui dehors.

19 Le maître de Joseph, trop crédule aux accusations de sa femme, entra à ces paroles dans une grande colère,

20 et fit mettre Joseph en la prison où l’on gardait ceux que le roi faisait arrêter. Il était donc renfermé en ce lieu-là.

21 Mais le Seigneur fut avec Joseph : il en eut compassion, et il lui fit trouver grâce devant le gouverneur de la prison,

22 qui lui remit le soin de tous ceux qui y étaient enfermés. Il ne se faisait rien que par son ordre.

23 Et le gouverneur lui ayant tout confié, ne prenait connaissance de quoi que ce fût ; parce que le Seigneur était avec Joseph, et qu’il le faisait réussir en toutes choses.



IL arriva ensuite que deux eunuques du roi d’Egypte, son grand échanson et son grand panetier, offensèrent leur seigneur.

2 Et Pharaon étant en colère contre ces deux officiers, dont l’un commandait à ses échansons, et l’autre à ses panetiers,

3 les fit mettre dans la prison du général de ses troupes, où Joseph était prisonnier.

4 Le gouverneur de la prison les mit entre les mains de Joseph, qui les servait et avait soin d’eux. Quelque temps s’étant passé, pendant lequel ils demeuraient toujours prisonniers,

5 ils eurent tous deux un songe en une même nuit, qui étant expliqué, marquait ce qui devait arriver a chacun d’eux.

6 Joseph entra le matin où ils étaient, et les ayant vus tristes,

7 il leur en demanda le sujet, et leur dit : D’où vient que vous avez le visage plus abattu aujourd’hui qu’à l’ordinaire ?

8 Ils lui répondirent : Nous avons eu cette nuit un songe, et nous n’avons personne pour nous l’expliquer. Joseph leur dit : N’est-ce pas à Dieu qu’il appartient de donner l’interprétation des songes ? Dites-moi ce que vous avez vu.

9 Le grand échanson lui rapporta le premier son songe en ces termes : Il me semblait que je voyais devant moi un cep de vigne,

10 on il y avait trois provins, qui poussaient peu à peu, premièrement des boutons, ensuite des fleurs, et à la fin des raisins mûrs ;

11 et qu’ayant dans la main la coupe de Pharaon, j’ai pris ces grappes de raisin, je les ai pressées dans la coupe que je tenais, et en ai donné à boire au roi.

12 Joseph lui dit : Voici l’interprétation de votre songe. Les trois provins de la vigne marquent trois jours,

13 après lesquels Pharaon se souviendra du service que vous lui rendiez : il vous rétablira dans votre première charge, et vous lui présenterez à boire selon que vous aviez accoutumé de le faire auparavant dans le rang que vous teniez.

14 Seulement souvenez-vous de moi, je vous prie, quand ce bonheur vous sera arrive ; et rendez-moi ce bon office, de supplier Pharaon qu’il daigne me tirer de la prison où je suis ;

15 parce que j’ai été enlevé par fraude et par violence du pays des Hébreux, et que l’on m’a renfermé ici étant innocent.

16 Le grand panetier, voyant qu’il avait interprété ce songe si sagement, lui dit : J’ai en aussi un songe. Il me semblait que je portais sur ma tête trois corbeilles de farine,

17 et qu’en celle qui était au-dessus des autres, il y avait de tout ce qui se peut apprêter avec la pâte pour servir sur une table, et que les oiseaux venaient en manger.

18 Joseph lui répondit : Voici l’interprétation de votre songe. Les trois corbeilles signifient que vous avez encore trois jours à vivre ;

19 après lesquels Pharaon vous fera couper la tête, et vous fera ensuite attacher à une croix, où les oiseaux déchireront votre chair.

20 Le troisième jour suivant étant celui de la naissance de Pharaon, il fit un grand festin à ses serviteurs, pendant lequel il se souvint du grand échanson et du grand panetier.

21 Il rétablit l’un dans sa charge, afin qu’il continuât à lui présenter la coupe pour boire ;

22 et il fit attacher l’autre à une croix : ce qui vérifia l’interprétation que Joseph avait donnée à leurs songes.

23 Cependant le grand échanson se voyant rentré en faveur après sa disgrâce, ne se souvint plus de son interprète.



DEUX ans après, Pharaon eut un songe. Il lui semblait qu’il était sur le bord du fleuve du Nil,

2 d’où sortaient sept vaches fort belles et extrêmement grasses, qui paissaient dans des marécages ;

3 qu’ensuite il en sortit sept autres toutes défigurées et extraordinairement maigres, qui paissaient aussi sur le bord du même fleuve, en des lieux pleins d’herbes ;

4 et que ces dernières dévorèrent les premières qui étaient si grasses et si belles. Pharaon s’étant éveillé,

5 se rendormit, et il eut un second songe. Il vit sept épis pleins de grain et très-beaux, qui sortaient d’une même tige.

6 Il en vit aussi paraître sept autres fort maigres, qu’un vent brûlant avait desséchés,

7 et ces derniers dévorèrent les premiers qui étaient si beaux. Pharaon s’étant éveillé,

8 fut saisi de frayeur ; et ayant envoyé dès le matin chercher tous les devins et tous les sages d’Egypte, il leur raconta son songe, sans qu’il s’en trouvât un seul qui pût l’interpréter.

9 Le grand échanson s’étant enfin souvenu de Joseph, dit au roi : Je confesse ma faute.

10 Lorsque le roi étant en colère contre ses serviteurs, commanda que je fusse mis avec le grand panetier dans la prison du général de ses troupes,

11 nous eûmes tous deux en une même nuit un songe, qui nous prédisait ce qui nous arriva ensuite.

12 Il y avait alors en cette prison un jeune homme hébreu, serviteur du même général de votre armée ; auquel ayant raconté chacun notre songe,

13 il nous dit tout ce que l’événement confirma depuis : car je fus rétabli dans ma charge, et le grand panetier fut pendu à une croix.

14 Aussitôt Joseph fut tiré de la prison par ordre du roi ; on le rasa, on lui fit changer d’habits, et on le présenta devant ce prince.

15 Alors Pharaon lui dit : J’ai eu des songes, et je ne trouve personne qui les interprète ; mais l’on m’a dit que vous aviez une grande lumière pour les expliquer.

16 Joseph lui répondit : Ce sera Dieu, et non pas moi, qui rendra au roi une réponse favorable.

17 Pharaon lui raconta donc ce qu’il avait vu : Il me semblait, dit-il, que j’étais sur le bord du fleuve,

18 d’où sortaient sept vaches fort belles et extrêmement grasses, qui paissaient l’herbe dans des marécages ;

19 et qu’ensuite il en sortit sept autres si défigurées et si prodigieusement maigres, que je n’en ai jamais vu de telles en Egypte.

20 Ces dernières dévorèrent et consumèrent les premières,

21 sans qu’elles parussent en aucune i sorte en être rassasiées ; mais au contraire elles demeurèrent aussi maigres et aussi affreuses qu’elles étaient auparavant. M’étant éveillé après ce songe, je me rendormis,

22 et j’en eus un second. Je vis sept épis pleins de grain et très-beaux, qui sortaient d’une même tige.

23 Il en parut en même temps sept autres fort maigres, qu’un vent brûlant avait desséchés,

24 et ces derniers dévorèrent les premiers qui étaient si beaux. J’ai dit mon songe à tous les devins, et je n’en trouve point qui me l’explique.

25 Joseph répondit : Les deux songes du roi signifient la même chose : Dieu a montré à Pharaon ce qu’il fera dans la suite.

26 Les sept vaches si belles, et les sept épis si pleins de grain, que le roi a vus en songe, marquent la même chose, et signifient sept années d’abondance.

27 Les sept vaches maigres et défaites, qui sont sorties du fleuve après ces premières ; et les sept épis maigres et frappés d’un vent brûlant, marquent sept années d’une famine qui doit arriver.

28 Et ceci s’accomplira de cette sorte :

29 Il viendra premièrement sept années d’une fertilité extraordinaire dans toute l’Egypte,

30 qui seront suivies de sept autres d’une si grande stérilité, qu’elle fera oublier toute l’abondance qui l’aura précédée (car la famine consumera toute la terre) ;

31 et cette fertilité si extraordinaire sera comme absorbée par l’extrême indigence qui doit la suivre.

32 Quant au second songe que vous avez eu, qui signifie la même chose, c’est une marque que cette parole de Dieu sera ferme, et qu’elle s’accomplira infailliblement et bientôt.

33 Il est donc de la prudence du roi, de choisir un homme sage et habile, à qui il donne le commandement sur toute l’Egypte ;

34 afin qu’il établisse des officiers dans toutes les provinces, qui pendant les sept années de fertilité qui vont venir, amassent dans les greniers publics la cinquième partie des fruits de la terre ;

35 que tout le blé ainsi amassé soit mis sous la puissance du roi, et qu’on le conserve dans les villes ;

36 afin qu’il soit tout préparé pour les sept années de la famine qui doit accabler l’Egypte, et que ce pays ne soit pas consumé par la faim.

37 Ce conseil plut à Pharaon et à tous ses ministres :

38 et il leur dit : Où pourrions-nous trouver un homme comme celui-ci, qui fût aussi rempli qu’il l’est de l’esprit de Dieu ?

39 Il dit donc à Joseph : Puisque Dieu vous a fait voir tout ce que vous avez dit, où pourrais-je trouver quelqu’un plus sage que vous, ou même semblable a vous ?

40 Ce sera donc vous qui aurez l’autorité sur ma maison. Quand vous ouvrirez la bouche pour commander, tout le peuple vous obéira : et je n’aurai au-dessus de vous que le trône et la qualité de roi.

41 Pharaon dit encore à Joseph : Je vous établis aujourd’hui pour commander à toute l’Egypte.

42 En même temps il ôta son anneau de sa main, et le mit en celle de Joseph ; il le fit revêtir d’une robe de fin lin, et lui mit au cou un collier d’or.

43 Il le fit ensuite monter sur l’un de ses chars, qui était le second après le sien, et fit crier par un héraut, que tout le monde eût à fléchir le genou devant lui, et que tous reconnussent qu’il avait été établi pour commander à toute l’Egypte.

44 Le roi dit encore à Joseph : Je suis Pharaon : nul ne remuera ni le pied ni la main dans toute l’Egypte que par votre commandement.

45 Il changea aussi son nom, et l’appela, en langue égyptienne, le Sauveur du monde. Et il lui fit ensuite épouser Aseneth, fille de Putipharé, prêtre d’Héliopolis. Après cela Joseph alla visiter l’Egypte :

46 (il avait trente ans lorsqu’il parut devant le roi Pharaon ;) et il fit le tour de toutes les provinces d’Egypte.

47 Les sept années de fertilité vinrent donc ; et le blé ayant été mis en gerbes, fut serré ensuite dans les greniers de l’Egypte.

48 On mit aussi en réserve dans toutes les villes cette grande abondance de grains.

49 Car il y eut une si grande quantité de froment, qu’elle égalait le sable de la mer, et qu’elle ne pouvait pas même se mesurer.

50 Avant que la famine vînt, Joseph eut deux enfants de sa femme Aseneth, fille de Putipharé, prêtre d’Héliopolis.

51 Il nomma l’aîne Manassé, qui signifie, oubli, en disant : Dieu m’a fait oublier tous mes travaux, et la maison de mon père.

52 Il nomma le second, Ephraïm, qui signifie, fructification, ou accroissement, en disant : Dieu m’a fait croître et fructifier dans la terre de mon affliction et de ma pauvreté.

53 Ces sept années de la fertilité d’Egypte étant donc passées,

54 les sept années de stérilité vinrent ensuite, selon la prédiction de Joseph : une grande famine survint dans tout le monde ; mais il y avait du blé dans toute l’Egypte.

55 Le peuple étant pressé de la famine, cria à Pharaon, et lui demanda de quoi vivre. Alors il leur dit : Allez trouver Joseph, et faites tout ce qu’il vous dira.

56 Cependant la famine croissait tous les jours dans toute la terre : et Joseph ouvrant tous les greniers, vendait du blé aux Egyptiens, parce qu’ils étaient tourmentés eux-mêmes de la famine.

57 Et on venait de toutes les provinces en Egypte pour acheter de quoi vivre, et pour trouver quelque soulagement dans la rigueur de cette famine.



CEPENDANT Jacob ayant ouï dire qu’on vendait du blé en Egypte, dit à ses enfants : Pourquoi négligez-vous ce qui regarde notre soulagement ?

2 J’ai appris qu’on vend du blé en Egypte ; allez y acheter ce qui nous est nécessaire, afin que nous puissions vivre, et que nous ne mourions pas de faim.

3 Les dix frères de Joseph allèrent donc en Egypte pour y acheter du blé ;

4 car Jacob retint Benjamin avec lui, ayant dit à ses frères qu’il craignait qu’il ne lui arrivât quelque accident dans le chemin.

5 Ils entrèrent dans l’Egypte avec les autres qui y allaient pour acheter du blé ; parce que la famine était dans le pays de Chanaan.

6 Joseph commandait dans toute l’Egypte, et le blé ne se vendait aux peuples que par son ordre. Ses frères l’ayant donc adoré,

7 il les reconnut ; et leur parlant assez rudement, comme à des étrangers, il leur dit : D’où venez-vous ? Ils lui répondirent : Nous venons du pays de Chanaan pour acheter ici de quoi vivre.

8 Et quoiqu’il connût bien ses frères, il ne fut pas néanmoins connu d’eux.

9 Alors se souvenant des songes qu’il avait eus autrefois, il leur dit : Vous êtes des espions, et vous êtes venus ici pour considérer les endroits les plus faibles de l’Egypte.

10 Ils lui répondirent : Seigneur, cela n’est pas ainsi ; mais vos serviteurs sont venus ici seulement pour acheter du blé.

11 Nous sommes tous enfants d’un seul homme, nous venons avec des pensées de paix, et vos serviteurs n’ont aucun mauvais dessein.

12 Joseph leur répondit : Non, cela n’est pas ; mais vous êtes venus pour remarquer ce qu’il y a de moins fortifié dans l’Egypte.

13 Ils lui dirent : Nous sommes douze frères, tous enfants d’un même homme dans le pays de Chanaan, et vos serviteurs. Le dernier de tous est avec notre père, et l’autre n’est plus au monde.

14 Voilà, dit Joseph, ce que je disais : Vous êtes des espions.

15 Je vais éprouver si vous dites la vérité. Vive Pharaon, vous ne sortirez point d’ici jusqu’à ce que le dernier de vos frères y soit venu.

16 Envoyez l’un de vous pour l’amener : cependant vous demeurerez en prison jusqu’à ce que j’aie reconnu si ce que vous dites est vrai ou faux ; autrement, vive Pharaon, vous êtes des espions.

17 Il les fit donc mettre eu prison pour trois jours.

18 Et le troisième jour il les fit sortir de prison, et leur dit : Faites ce que je vous dis, et vous vivrez : car je crains Dieu.

19 Si vous venez ici dans un esprit de paix, que l’un de vos frères demeure lié dans la prison ; et allez-vous-en, vous autres ; emportez en votre pays le blé que vous avez acheté,

20 et amenez-moi le dernier de vos frères, afin que je puisse reconnaître si ce que vous dites est véritable, et que vous ne mouriez point. Ils firent ce qu’il leur avait ordonné.

21 Et ils se disaient l’un à l’autre : C’est justement que nous souffrons tout ceci, parce que nous avons péché contre notre frère, et que voyant la douleur de son âme, lorsqu’il nous priait d’avoir compassion de lui, nous ne l’écoutâmes point : c’est pour cela que nous sommes tombés dans cette affliction.

22 Ruben, l’un d’entre eux, leur disait : Ne vous dis-je pas alors : Ne commettez point un si grand crime contre cet enfant ? Et cependant vous ne m’écoutâtes point. C’est son sang maintenant que Dieu nous redemande.

23 En s’entretenant ainsi, ils ne savaient pas que Joseph les entendît, parce qu’il leur parlait par un truchement.

24 Mais il se retira pour un peu de temps, et versa des larmes. Et étant revenu, il leur parla de nouveau.

25 Il fit prendre Siméon, et le fit lier devant eux ; et il commanda à ses officiers d’emplir leurs sacs de blé, et de remettre dans le sac de chacun d’eux l’argent qu’ils avaient donné, en y ajoutant encore des vivres pour se nourrir pendant le chemin : ce qui fut exécuté aussitôt.

26 Les frères de Joseph s’en allèrent donc, emportant leur blé sur leurs ânes.

27 Et l’un d’eux ayant ouvert son sac dans l’hôtellerie pour donner à manger à son àne, vit son argent à l’entrée du sac,

28 et il dit à ses frères : On m’a rendu mon argent ; le voici dans mon sac. Ils furent tous saisis d’étonnement et de trouble ; et ils s’entre-disaient : Quelle est cette conduite de Dieu sur nous ?

29 Lorsqu’ils furent arrivés chez Jacob, leur père, au pays de Chanaan, ils lui racontèrent tout ce qui leur était arrivé, en disant :

30 Le seigneur de ce pays-là nous a parlé durement, et il nous a pris pour des espions qui venaient observer le royaume.

31 Nous lui avons répondu : Nous sommes gens paisibles, et très-éloignés d’avoir aucun mauvais dessein.

32 Nous étions douze frères, tous enfants d’un même père. L’un n’est plus au monde, le plus jeune est avec notre père au pays de Chanaan.

33 Il nous a répondu : Je veux éprouver s’il est vrai que vous n’ayez que des pensées de paix. Laissez-moi donc ici l’un de vos frères ; prenez le blé qui vous est nécessaire pour vos maisons, et vous en allez ;

34 et amenez-moi le plus jeune de vos frères, afin que je sache que vous n’êtes point des espions ; que vous puissiez ensuite remener avec vous celui que je retiens prisonnier, et qu’il vous soit permis à l’avenir d’acheter ici ce que vous voudrez.

35 Après avoir ainsi parlé à leur père, comme ils jetaient leur blé hors de leurs sacs, ils trouvèrent chacun leur argent lié à l’entrée du sac, et ils en furent tous épouvantés.

36 Alors Jacob, leur père, leur dit : Vous m’avez réduit à être sans enfants. Joseph n’est plus au monde, Siméon est en prison, et vous voulez encore m’enlever Benjamin. Tous ces maux sont retombés sur moi.

37 Ruben lui répondit : Faites mourir mes deux enfants, si je ne vous le ramène. Confiez-le-moi, et je vous le rendrai certainement.

38 Non, dit Jacob, mon fils n’ira point avec vous. Son frère est mort, et il est demeuré seul. S’il lui arrive quelque malheur au pays où vous allez, vous accablerez ma vieillesse d’une douleur qui m’emportera dans le tombeau.



CEPENDANT la famine désolait extraordinairement tout le pays ;

2 et le blé que les enfants de Jacob avaient apporté d’Egypte étant consumé, Jacob leur dit : Retournez en Egypte pour nous acheter encore un peu de blé.

3 Juda lui répondit : Celui qui commande en ce pays-là nous a déclaré sa volonté avec serment, en disant : Vous ne verrez point mon visage à moins que vous n’ameniez avec vous le plus jeune de vos frères.

4 Si vous voulez donc l’envoyer avec nous, nous irons ensemble, et nous achèterons ce qui vous est nécessaire.

5 Si vous ne voulez pas, nous n’irons point : car cet homme, comme nous vous l’avons dit plusieurs fois, nous a déclaré que nous ne verrions point son visage, si nous n’avions avec nous notre jeune frère.

6 Israël leur dit : C’est pour mon malheur que vous lui avez appris que vous aviez encore un autre frère.

7 Mais ils lui répondirent : Il nous demanda par ordre toute la suite de notre famille : si notre père vivait ; si nous avions encore un frère : et nous lui répondîmes conformément à ce qu’il nous avait demandé. Pouvions-nous deviner qu’il nous dirait : Amenez avec vous votre jeune frère ?

8 Juda dit encore à son père : Envoyez l’enfant avec moi, afin que nous puissions partir et avoir de quoi vivre, et que nous ne mourions pas, nous et nos petits enfants.

9 Je me charge de cet enfant, et c’est à moi à qui vous en demanderez compte. Si je ne le ramène, et si je ne vous le rends, je consens que vous ne me pardonniez jamais cette faute.

10 Si nous n’avions point tant différé, nous serions déjà revenus une seconde fois.

11 Israël, leur père, leur dit donc : Si c’est une nécessité absolue, faites ce que vous voudrez. Prenez avec vous des plus excellents fruits de ce pays-ci, pour en faire présent à celui qui commande ; un peu de résine, de miel, de storax, de myrrhe, de térébenthine et d’amandes.

12 Portez aussi deux fois autant d’argent qu’au premier voyage, et reportez celui que vous avez trouvé dans vos sacs, de peur que ce ne soit une méprise.

13 Enfin menez votre frère avec vous, et allez vers cet homme.

14 Je prie mon Dieu, le Dieu tout-puissant, de vous le rendre favorable, afin qu’il renvoie avec vous votre frère qu’il tient prisonnier, et Benjamin que je vous confie : cependant je demeurerai seul, comme si j’étais sans enfants.

15 Ils prirent donc avec eux les présents, et le double de l’argent qu’ils avaient la première fois, avec Benjamin ; et étant partis ils arrivèrent en Egypte, où ils se présentèrent devant Joseph.

16 Joseph les ayant vus, et Benjamin avec eux, dit à son intendant : Faites entrer ces personnes chez moi ; niez des victimes, et préparez un festin : parce qu’ils mangeront à midi avec moi.

17 L’intendant exécuta ce qui lui avait été commandé, et les fit entrer dans la maison.

18 Alors étant saisis de crainte, ils s’entre-disaient : C’est sans doute à cause de cet argent que nous avons remporté dans nos sacs, qu’il nous fait entrer ici, pour faire retomber sur nous ce reproche, et nous opprimer en nous réduisant en servitude, et se saisissant de nos ânes.

19 C’est pourquoi étant encore à la porte, ils s’approchèrent de l’intendant de Joseph,

20 et lui dirent : Seigneur, nous vous supplions de nous écouter : Nous sommes déjà venus une fois acheter du blé :

21 et après l’avoir acheté, lorsque nous fûmes arrivés à l’hôtellerie, en ouvrant nos sacs, nous y trouvâmes notre argent, que nous vous rapportons maintenant au même poids.

22 Et nous vous en rapportons encore d’autre, pour acheter ce qui nous est nécessaire : mais nous ne savons en aucune sorte qui a pu remettre cet argent dans nos sacs.

23 L’intendant leur répondit : Ayez l’esprit en repos ; ne craignez point. Votre Dieu, et le Dieu de votre père, vous a donné des trésors dans vos sacs : car pour moi j’ai reçu l’argent que vous m’avez donné, et j’en suis content. Il fit sortir aussi Siméon de la prison, et le leur amena.

24 Après les avoir fait entrer en la maison, il leur apporta de l’eau, ils se lavèrent les pieds, et il donna à manger à leurs ânes.

25 Cependant ils tinrent leurs présents tout prêts, attendant que Joseph entrât sur le midi, parce qu’on leur avait dit qu’ils devaient manger en ce lieu-là.

26 Joseph étant donc entré dans sa maison, ils lui offrirent leurs présents qu’ils tenaient en leurs mains, et ils l’adorèrent en se baissant jusqu’en terre.

27 Il les salua aussi, en leur faisant bon visage, et il leur demanda : Votre père, ce bon vieillard dont vous m’aviez parlé, vit-il encore ? se porte-t-il bien ?

28 Ils lui répondirent : Notre père, votre serviteur, est encore en vie, et il se porte bien. Et en se baissant profondément, ils l’adorèrent.

29 Joseph levant les yeux, vit Benjamin, son frère, fils de Rachel, sa mère, et il leur dit : Est-ce là le plus jeune de vos frères dont vous m’aviez parlé ? Mon fils, ajouta-t-il, je prie Dieu qu’il vous conserve et vous soit toujours favorable.

30 Et il se hâta de sortir, parce que ses entrailles avaient été émues en voyant son frère, et qu’il ne pouvait plus retenir ses larmes. Passant donc dans une autre chambre, il pleura.

31 Et après s’être lavé le visage il revint, se faisant violence, et il dit à ses gens : Servez à manger.

32 On servit Joseph à part, et ses frères à part, et les Egyptiens qui mangeaient avec lui furent aussi servis à part (car il n’est pas permis aux Egyptiens de manger avec les Hébreux, et ils croient qu’un festin de cette sorte serait profane).

33 Ils s’assirent donc en présence de Joseph, l’aîné le premier selon son rang, et le plus jeune selon son âge. Et ils furent extrêmement surpris,

34 en voyant les parts qu’il leur avait données, de ce que la part la plus grande était venue à Benjamin : car elle était cinq fois plus grande que celle des autres. Ils burent ainsi avec Joseph, et firent grande chère.



OR Joseph donna cet ordre à l’intendant de sa maison, et lui dit : Mettez dans les sacs de ces personnes autant de blé qu’ils pourront en tenir, et l’argent de chacun à l’entrée du sac ;

2 et mettez ma coupe d’argent à l’entrée du sac du plus jeune, avec l’argent qu’il a donné pour le blé. Cet ordre fut donc exécuté.

3 Et le lendemain dès le matin on les laissa aller avec leurs ânes chargés.

4 Lorsqu’ils furent sortis de la ville, comme ils n’avaient fait encore que peu de chemin, Joseph appela l’intendant de sa maison, et lui dit : Courez vite après ces gens ; arrêtez-les, et leur dites : Pourquoi avez-vous rendu le mal pour le bien ?

5 La coupe que vous avez dérobée, est celle dans laquelle mon seigneur boit, et dont il se sert pour deviner. Vous avez fait une très-méchante action.

6 L’intendant fit ce qui lui avait été commandé ; et les ayant arrêtés, il leur dit tout ce qu’il lui avait été ordonné de leur dire.

7 Ils lui répondirent : Pourquoi mon seigneur parle-t-il ainsi à ses serviteurs, et les croit-il capables d’une action si honteuse ?

8 Nous vous avons rapporté du pays de Chanaan l’argent que nous trouvâmes à l’entrée de nos sacs. Comment donc se pourrait-il faire que nous eussions dérobé et enlevé de la maison de votre seigneur de l’or ou de l’argent ?

9 Que celui de vos serviteurs, quel qu’il puisse être, à qui l’on trouvera ce que vous cherchez, meure ; et nous serons esclaves de mon seigneur.

10 Il leur dit : Que ce que vous prononcez soit exécuté. Ou plutôt, que celui qui se trouvera avoir pris ce que je cherche, soit mon esclave ; pour vous, vous en serez innocents.

11 Ils déchargèrent donc aussitôt leurs sacs à terre, et chacun ouvrit le sien.

12 L’intendant les ayant fouillés, en commençant depuis le plus grand jusqu’au plus petit, trouva la coupe dans le sac de Benjamin.

13 Alors avant déchiré leurs vêtements et rechargé leurs ânes, ils revinrent à la ville.

14 Juda se présenta le premier avec ses frères devant Joseph,qui n’était pas encore sorti du lieu où il était ; et ils se prosternèrent tous ensemble à terre devant lui.

15 Joseph leur dit : Pourquoi avez-vous agi ainsi avec moi ? Ignorez-vous qu’il n’y a personne qui m’égale dans la science de deviner les choses cachées ?

16 Juda lui dit : Que répondrons-nous à mon seigneur ? Que lui dirons-nous, et que pouvons-nous lui représenter avec quelque ombre de justice pour notre défense ? Dieu a trouvé l’iniquité de vos serviteurs. Nous sommes tous les esclaves de mon seigneur, nous et celui à qui on a trouvé la coupe.

17 Joseph répondit : Dieu me garde d’agir de la sorte ! Que celui qui a pris ma coupe soit mon esclave ; et pour vous autres, allez en liberté retrouver votre père.

18 Juda s’approchant alors plus près de Joseph, lui dit avec assurance : Mon seigneur, permettez, je vous prie, à votre serviteur de vous adresser la parole, et ne vous mettez pas en colère contre votre esclave : car après Pharaon, c’est vous qui êtes

19 mon seigneur. Vous avez demandé d’abord à vos serviteurs : Avez-vous encore votre père ou quelque autre frère ?

20 Et nous vous avons répondu, mon seigneur : Nous avons un père qui est vieux, et un jeune frère qu’il a eu dans sa vieillesse, dont le frère qui était né de la même mère est mort : il ne reste plus que celui-là, et son père l’aime tendrement.

21 Vous dîtes alors à vos serviteurs : Amenez-le-moi, je serai bien aise de le voir.

22 Mais nous vous répondîmes, mon seigneur : Cet enfant ne peut quitter son père ; car s’il le quitte, il le fera mourir.

23 Vous dîtes a vos serviteurs : Si le dernier de vos frères ne vient avec vous, vous ne verrez plus mon visage.

24 Lors donc que nous fûmes retournés vers notre père, votre serviteur, nous lui rapportâmes tout ce que vous aviez dit, mon seigneur.

25 Et notre père nous ayant dit quelque temps après : Retournez en Egypte pour nous acheter encore un peu de blé ;

26 nous lui répondîmes : Nous ne pouvons y aller seuls. Si notre jeune frère y vient avec nous, nous irons ensemble : mais à moins qu’il ne vienne, nous n’osons nous présenter devant celui qui commande en ce pays-là.

27 Il nous répondit : Vous savez que j’ai eu deux fils de Rachel, ma femme.

28 L’un d’eux étant allé aux champs, vous m’avez dit qu’une bête l’avait dévoré, et il ne paraît point jusqu’à cette heure.

29 Si vous emmenez encore celui-ci, et qu’il lui arrive quelque accident dans le chemin, vous accablerez ma vieillesse d’une affliction qui la conduira dans le tombeau.

30 Si je me présente donc à mon père, votre serviteur, et que l’enfant n’y soit pas, comme sa vie dépend de celle de son fils,

31 lorsqu’il verra qu’il n’est point avec nous, il mourra, et vos serviteurs accableront sa vieillesse d’une douleur qui le mènera au tombeau.

32 Que ce soit donc plutôt moi qui sois votre esclave, puisque je me suis rendu caution de cet enfant, et que j’en ai répondu à mon père, en lui disant : Si je ne le ramène, je veux bien que mon père m’impute cette faute, et qu’il ne me la pardonne jamais.

33 Ainsi je demeurerai votre esclave, et je servirai mon seigneur en la place de l’enfant, afin qu’il retourne avec ses frères.

34 Car je ne puis pas retourner vers mon père sans que l’enfant soit avec nous, de peur que je ne sois moi-même témoin de l’extrême affliction qui accablera notre père.



JOSEPH ne pouvait plus se retenir ; et parce qu’il était environne de plusieurs personnes, il commanda que l’on fît sortir tout le monde, afin que nul étranger ne fût présent lorsqu’il se ferait connaître à ses frères.

2 Alors les larmes lui tombant des yeux, il éleva fortement sa voix, qui fut entendue des Egyptiens et de toute la maison de Pharaon.

3 Et il dit à ses frères : Je suis Joseph. Mon père vit-il encore ? Mais ses frères ne purent lui répondre, tant ils étaient saisis de frayeur.

4 Il leur parla donc avec douceur, et leur dit : Approchez-vous de moi. Et s’étant approchés de lui, il ajouta : Je suis Joseph, votre frère, que vous avez vendu à des marchands qui m’ont amené en Egypte.

5 Ne craignez point, et ne vous affligez point de ce que vous m’avez vendu pour être conduit en ce pays-ci : car Dieu m’a envoyé en Egypte avant vous pour votre salut.

6 Il y a déjà deux ans que la famine a commencé sur la terre, et il en reste encore cinq, pendant lesquels on ne pourra ni labourer ni recueillir.

7 Dieu m’a fait venir ici avant vous, pour vous conserver la vie, et afin que vous puissiez avoir des vivres pour subsister.

8 Ce n’est point par votre conseil que j’ai été envoyé ici, mais par la volonté de Dieu, qui m’a rendu comme le père de Pharaon, le grand maître de sa maison, et le prince de toute l’Egypte.

9 Hatez-vous d’aller trouver mon père, et dites-lui : Voici ce que vous mande votre fils Joseph : Dieu m’a rendu comme le maître de toute l’Egypte : venez me trouver, ne différez point.

10 Vous demeurerez dans la terre de Gessen, vous serez près de moi, vous et vos enfants, et les enfants de vos enfants ; vos brebis, vos troupeaux de bœufs, et tout ce que vous possédez.

11 Et je vous nourrirai là, parce qu’il reste encore cinq années de famine ; de peur qu’autrement vous ne périssiez avec toute votre famille et tout ce qui est à vous.

12 Vous voyez de vos yeux, vous et mon frère Benjamin, que c’est moi-même qui vous parle de ma propre bouche.

13 Annoncez à mon père quelle est la gloire dont je suis ici comblé, et tout ce que vous avez vu dans l’Egypte. Hâtez-vous de me l’amener.

14 Et s’étant jeté au cou de Benjamin, son frère, pour l’embrasser, il pleura ; et Benjamin pleura aussi en le tenant embrassé.

15 Joseph embrassa aussi tous ses frères, il pleura sur chacun d’eux ; et après cela ils se rassurèrent pour lui parler.

16 Aussitôt il se répandit un grand bruit dans toute la cour du roi, et on dit publiquement que les frères de Joseph étaient venus. Pharaon s’en réjouit avec toute sa maison.

17 Et il dit à Joseph, qu’il donnât cet ordre à ses frères : Chargez vos ânes de blé, et retournez en Chanaan ;

18 amenez de là votre père avec toute votre famille, et venez me trouver. Je vous donnerai tous les biens de l’Egypte, et vous serez nourris de ce qu’il y a de meilleur dans cette terre.

19 Ordonnez-leur aussi d’emmener des chariots de l’Egypte, pour faire venir leurs femmes et leurs petits enfants, et dites-leur : Amenez votre père, et hâtez-vous de revenir le plus tôt que vous pourrez,

20 sans rien laisser de ce qui est dans vos maisons, parce que toutes les richesses de l’Egypte seront à vous.

21 Les enfants d’Israël firent ce qui leur avait été ordonné. Et Joseph leur fit donner des chariots, selon l’ordre qu’il en avait reçu de Pharaon, et des vivres pour le chemin.

22 Il commanda aussi que l’on donnât deux robes à chacun de ses frères ; mais il en donna cinq des plus belles à Benjamin, et trois cents pièces d’argent.

23 Il envoya autant d’argent et de robes pour son père, avec dix ânes chargés de tout ce qu’il y avait de plus précieux dans l’Egypte, et autant d’ânesses qui portaient du blé et du pain pour le chemin.

24 Il renvova donc ainsi ses frères, et leur dit en partant : Ne vous mettez point en colère pendant le chemin.

25 Ils vinrent donc de l’Egypte au pays de Chanaan vers Jacob, leur père.

26 Et ils lui dirent cette grande nouvelle : Votre fils Joseph est vivant, et commande dans toute la terre d’Egypte. Ce que Jacob ayant entendu, il se réveilla comme d’un profond sommeil, et cependant il ne pouvait croire ce qu’ils lui disaient.

27 Ses enfants insistaient au contraire, en lui rapportant comment toute la chose s’était passée. Enfin ayant vu les chariots, et tout ce que Joseph lui envoyait, il reprit ses esprits ;

28 et il dit : Je n’ai plus rien à souhaiter, puisque mon fils Joseph vit encore : j’irai, et je le verrai avant que je meure.



ISRAEL partit donc avec tout ce qu’il avait, et vint au Puits du jurement ; et ayant immolé en ce lieu des victimes au Dieu de son père Isaac,

2 il l’entendit dans une vision pendant la nuit, qui l’appelait et qui lui disait : Jacob ! Jacob ! Il lui répondit : Me voici.

3 Et Dieu ajouta : Je suis le Très-Fort, le Dieu de votre père : ne craignez point, allez en Egypte, parce que je vous y rendrai le chef d’un grand peuple.

4 J’irai là avec vous, et je vous en ramènerai lorsque vous en reviendrez. Joseph aussi vous fermera les yeux de ses mains.

5 Jacob étant donc parti du Puits du jurement, ses enfants l’amenèrent avec ses petits enfants et leurs femmes, dans les chariots que Pharaon avait envoyés pour faire venir ce bon vieillard,

6 avec tout ce qu’il possédait au pays de Chanaan : et il arriva en Egypte avec toute sa race ;

7 ses fils, ses petits-fils, ses filles, et tout ce qui était né de lui.

8 Or voici les noms des enfants d’Israël qui entrèrent dans l’Egypte, lorsqu’il y vint avec toute sa race. Son fils aîné était Ruben.

9 Les fils de Ruben étaient Hénoch, Phalu, Hesron et Charmi.

10 Les fils de Siméon étaient Jamuel, ou Namuel, Jamin, Ahod, Jachin, Sohar, ou Zaré, et Saül fils d’une femme de Chanaan.

11 Les fils de Lévi étaient Gerson, Caath et Mérari.

12 Les fils de Juda : Her, Onan, Séla, Pharès et Zara. Her et Onan moururent dans le pays de Chanaan. Les fils de Pharès étaient Hesron et Hamul.

13 Les fils d’Issachar : Thola, Phua, Job, ou Jasub, et Semron, ou Semran.

14 Les fils de Zabulon : Sared, Élon et Jahélel, ou Jalel.

15 Ce sont là les fils de Lia qu’elle eut en Mésopotamie qui est en Syrie, avec sa fille Dina. Ses fils et ses filles étaient en tout trente-trois personnes.

16 Les fils de Gad étaient Séphion, ou Séphon, Haggi, Suni, Esebon, ou Ozni, Heri, Arodi et Aréli, ou Her, Arod et Ariel.

17 Les fils d’Aser : Jamné, ou Jemna, Jésua, Jessui, Béria, ou Brié, et Sara, leur sœur. Les fils de Béria étaient Héber et Melchiel.

18 Ce sont là les fils de Zelpha, que Laban avait donnée à Lia, sa fille, qui étaient aussi fils de Jacob, et qui faisaient seize personnes,

19 Les fils de Rachel, femme de Jacob, étaient Joseph et Benjamin.

20 Joseph étant en Egypte, eut deux fils de sa femme Aseneth, fille de Putipharé, prêtre d’Héliopolis, qui se nommaient Manassé et Ephraïm.

21 Les fils de Benjamin étaient Béla, Béchor, Asbel, Géra, Naaman, Echi, Ros, ou Ahiram, Mophim, ou Supham, Ophim, ou Hupham, et Ared.

22 Ce sont là les fils que Jacob eut de Rachel, qui sont en tout quatorze personnes.

23 Dan n’eut qu’un fils qui se nomma Husim, ou Suhana.

24 Les fils de Nephthali étaient Jasiel, ou Jésiel, Guni, Jéser, et Sallem, ou Sellem.

25 Ce sont là les fils de Bala, que Laban avait donnée à Rachel, sa fille, qui étaient aussi fils de Jacob, et qui faisaient en tout sept personnes.

26 Tous ceux qui vinrent en Egypte avec Jacob, et qui étaient sortis de lui, sans compter les femmes de ses fils, étaient en tout soixante-six personnes.

27 Il faut y joindre les deux enfants de Joseph qui lui étaient nés en Egypte, et Joseph lui-même. Ainsi toutes les personnes de la maison de Jacob qui vinrent en Egypte, furent au nombre de soixante et dix.

28 Or Jacob envoya Juda devant lui vers Joseph, pour l’avertir de sa venue, afin qu’il vînt au-devant de lui en la terre de Gessen.

29 Quand Jacob y fut arrivé, Joseph fit mettre les chevaux à son chariot, et vint au même lieu au-devant de son père : et le voyant, il se jeta à son cou, et l’embrassa en pleurant.

30 Jacob dit à Joseph : Je mourrai maintenant avec joie, puisque j’ai vu votre visage, et que je vous laisse après moi.

31 Joseph dit a ses frères, et à toute la maison de son père : Je vais dire à Pharaon, que mes frères et tous ceux de la maison de mon père sont venus me trouver de la terre de Chanaan où ils demeuraient :

32 que ce sont des pasteurs de brebis, qui s’occupent à nourrir des troupeaux, et qu’ils ont amené avec eux leurs brebis, leurs bœufs, et tout ce qu’ils pouvaient avoir.

33 Et lorsque Pharaon vous fera venir, et vous demandera : Quelle est votre occupation ?

34 vous lui répondrez : Vos serviteurs sont pasteurs depuis leur enfance jusqu’à présent, et nos pères l’ont toujours été comme nous. Vous direz ceci pour pouvoir demeurer dans la terre de Gessen ; parce que les Egyptiens ont en abomination tous les pasteurs de brebis.



JOSEPH étant donc allé trouver Pharaon, lui dit : Mon père et mes frères sont venus du pays de Chanaan, avec leurs brebis, leurs troupeaux, et tout ce qu’ils possèdent, et ils se sont arrêtés en la terre de Gessen.

2 Il présenta aussi au roi cinq de ses frères.

3 Et le roi leur ayant demandé : A quoi vous occupez-vous ? Ils lui répondirent : Vos serviteurs sont pasteurs de brebis, comme l’ont été nos pères.

4 Nous sommes venus passer quelque temps dans vos terres, parce que la famine est si grande dans le pays de Chanaan, qu’il n’y a plus d’herbe pour les troupeaux de vos serviteurs. Et nous vous supplions d’agréer que vos serviteurs demeurent dans la terre de Gessen.

5 Le roi dit donc à Joseph : Votre père et vos frères sont venus vous trouver.

6 Vous pouvez choisir dans toute l’Egypte ; faites-les demeurer dans l’endroit du pays qui vous paraîtra le meilleur, et donnez-leur la terre de Gessen. si vous connaissez qu’il y ait parmi eux des hommes habiles, donnez-leur l’intendance sur mes troupeaux.

7 Joseph introduisit ensuite son père devant le roi, et il le lui présenta. Jacob salua Pharaon, et lui souhaita toute sorte de prospérités.

8 Le roi lui ayant demandé quel âge il avait,

9 il lui répondit : Il y a cent trente ans que je suis voyageur, et ce petit nombre d’années, qui n’est pas venu jusqu’à égaler celui des années de mes pères, a été traversé de beaucoup de maux.

10 Et après avoir souhaité toute sorte de bonheur au roi, il se retira.

11 Joseph, selon le commandement de Pharaon, mit son père et ses frères en possession de Ramessès, dans le pays le plus fertile de l’Egypte.

12 Et il les nourrissait avec toute la maison de son père, donnant à chacun ce qui lui était nécessaire pour vivre.

13 Car le pain manquait dans tout le monde, et la famine affligeait toute la terre ; mais principalement l’Egypte et le pays de Chanaan.

14 Joseph ayant amassé tout l’argent qu’il avait reçu des Egyptiens et des Chananéens, pour le blé qu’il leur avait vendu, le porta au trésor du roi.

15 Et lorsqu’il ne restait plus d’argent à personne pour en acheter, tout le peuple de l’Egypte vint dire à Joseph : Donnez-nous du pain : pourquoi nous laissez-vous mourir faute d’argent ?

16 Joseph leur répondit : Si vous n’avez plus d’argent, amenez vos troupeaux, et je vous donnerai du blé en échange.

17 Ils lui amenèrent donc leurs troupeaux, et il leur donna du blé pour le prix de leurs chevaux, de leurs brebis, de leurs bœufs et de leurs ânes ; et il les nourrit cette année-là pour les troupeaux qu’il reçut d’eux en échange.

18 Ils revinrent l’année d’après, et lui dirent : Nous ne vous cacherons point, mon seigneur, que l’argent nous ayant manqué d’abord, nous n’avons plus aussi de troupeaux ; et vous n’ignorez pas, qu’excepté nos corps et nos terres, nous n’avons rien.

19 Pourquoi donc mourrions-nous à vos yeux ? nous nous donnons à vous, nous et nos terres : achetez-nous pour être les esclaves du roi, et donnez-nous de quoi semer, de peur que la terre ne demeure en friche, si vous laissez périr ceux qui peuvent la cultiver.

20 Ainsi Joseph acheta toutes les terres de l’Egypte, chacun vendant tout ce qu’il possédait, à cause de l’extrémité de la famine. Et il acquit de cette sorte à Pharaon toute l’Egypte,

21 avec tous les peuples, depuis une extrémité du royaume jusqu’à l’autre,

22 excepté les seules terres des prêtres qui leur avaient été données par le roi : car on leur fournissait une certaine quantité de blé des greniers publics ; c’est pourquoi ils ne furent point obligés de vendre leurs terres.

23 Après cela Joseph dit au peuple : Vous voyez que vous êtes à Pharaon, vous et toutes vos terres. Je vais donc vous donner de quoi semer, et vous sèmerez vos champs,

24 afin que vous puissiez recueillir des grains. Vous en donnerez la cinquième partie au roi ; et je vous abandonne les quatre autres pour semer les terres, et pour nourrir vos familles et vos enfants.

25 Ils lui répondirent : Notre salut est entre vos mains. Regardez-nous seulement, mon seigneur, d’un œil favorable, et nous servirons le roi avec joie.

26 Depuis ce temps-là jusqu’aujourd’hui, on paye aux rois dans toute l’Egypte la cinquième partie du revenu de toutes les terres, et ceci est comme passé en loi ; excepté la terre des prêtres, qui est demeurée exempte de cette sujétion.

27 Israël demeura donc en Egypte, c’est-à-dire, dans la terre de Gessen, dont il jouit comme de son bien propre, et où sa famille s’accrut et se multiplia extraordinairement.

28 Il y vécut dix-sept ans ; et tout le temps de sa vie fut de cent quarante-sept ans.

29 Comme il vit que le jour de sa mort approchait, il appela son fils Joseph, et lui dit : Si j’ai trouvé grâce devant vous, mettez votre main sous ma cuisse, et donnez-moi cette marque de la bonté que vous avez pour moi, de me promettre avec vérité, que vous ne m’enterrerez point dans l’Egypte ;

30 mais que je reposerai avec mes pères ; que vous me transporterez hors de ce pays, et me mettrez dans le sépulcre de mes ancêtres. Joseph lui répondit : Je ferai ce que vous me commandez.

31 Jurez-le-moi donc, dit Jacob. Et pendant que Joseph jurait, Israël adora Dieu, se tournant vers le chevet de son lit.



APRÈS cela on vint dire un jour à Joseph que son père était malade : alors prenant avec lui ses deux fils, Manassé et Ephraïm, il alla le voir.

2 On dit donc à Jacob : Voici votre fils Joseph qui vient vous rendre visite. Jacob reprenant ses forces, se mit sur son séant dans son lit.

3 Et il dit à Joseph lorsqu’il fut entré : Le Dieu tout-puissant m’a apparu à Luza qui est au pays de Chanaan, et m’ayant béni,

4 il m’a dit : Je ferai croître et je multiplierai beaucoup votre race : je vous rendrai le chef d’une multitude de peuples ; et je vous donnerai cette terre, et à votre race après vous, afin que vous la possédiez pour jamais.

5 C’est pourquoi vos deux fils Ephraïm et Manassé, que vous avez eus en Egypte avant que je vinsse ici avec vous, seront à moi ; et ils seront mis au nombre de mes enfants, comme Ruben et Siméon.

6 Mais les autres que vous aurez après eux, seront à vous, et ils porteront le nom de leurs frères dans les terres qu’ils posséderont.

7 Car lorsque je revenais de Mésopotamie, je perdis Rachel, qui mourut en chemin au pays de Chanaan : c’était au printemps, à l’entrée d’Ephrata, et je l’enterrai sur le chemin d’Ephrata, qui s’appelle aussi Bethléem.

8 Alors Jacob voyant les fils de Joseph, lui demanda : Qui sont ceux-ci ?

9 Joseph lui répondit : Ce sont mes enfants, que Dieu m’a donnés en ce pays. Approchez-les de moi, dit Jacob, afin que je les bénisse.

10 Car les yeux d’Israël s’étaient obscurcis à cause de sa grande vieillesse, et il ne pouvait bien voir. Les ayant donc fait approcher de lui, il les embrassa et les baisa ;

11 et il dit à son fils : Dieu a voulu me donner la joie de vous voir, et il y ajoute encore celle de voir vos enfants.

12 Joseph les ayant retirés d’entre les bras de son père, adora en se prosternant en terre.

13 Et ayant mis Ephraïm à sa droite, c’est-à-dire, à la gauche d’Israël, et Manassé à sa gauche, c’est-à-dire, à la droite de son père, il les approcha tous deux de Jacob ;

14 lequel étendant sa main droite, la mit sur la tête d’Ephraïm qui était le plus jeune, et mit sa main gauche sur la tête de Manassé qui était l’aîné, changeant ainsi de place ses deux mains.

15 Et bénissant les enfants de Joseph, il dit : Que le Dieu en la présence de qui ont marché mes pères Abraham et Isaac, le Dieu qui me nourrit depuis ma jeunesse jusqu’à ce jour ;

16 que l’Ange qui m’a délivré de tous maux, bénisse ces enfants ; qu’ils portent mon nom, et les noms de mes pères Abraham et Isaac, et qu’ils se multiplient de plus en plus sur la terre !

17 Mais Joseph voyant que son père avait mis sa main droite sur la tête d’Ephraïm, en eut de la peine ; et prenant la main de son père, il tâcha de la lever de dessus la tête d’Ephraïm, pour la mettre sur la tête de Manassé,

18 en disant à son père : Vos mains ne sont pas bien, mon père : car celui-ci est l’aîné : mettez votre main droite sur sa tête.

19 Mais refusant de le faire, il lui dit : Je le sais bien, mon fils, je le sais bien : celui-ci sera aussi chef de peuples, et sa race se multipliera ; mais son frère qui est le plus jeune sera plus grand que lui, et sa postérité se multipliera dans les nations.

20 Jacob les bénit donc alors, et dit : Israël sera béni en vous, et on dira : Que Dieu vous bénisse comme Ephraïm et Manassé ! Ainsi il mit Ephraïm devant Manassé.

21 Il dit ensuite à Joseph, son fils : Vous voyez que je vais mourir : Dieu sera avec vous, et il vous ramènera au pays de vos pères.

22 Je vous donne de plus qu’à vos frères cette part de mon bien que j’ai gagnée sur les Amorrhéens avec mon épée et mon arc.



OR Jacob appela ses enfants, et leur dit : Assemblez-vous tous, afin que je vous annonce ce qui doit vous arriver dans les derniers temps.

2 Venez tous ensemble, et écoutez, enfants de Jacob, écoutez Israël, votre père :

3 Ruben, mon fils aîné, vous étiez toute ma force, et vous êtes devenu la principale cause de ma douleur : vous deviez être le plus favorisé dans les dons, et le plus grand en autorité et en commandement.

4 Mais vous vous êtes répandu comme l’eau. Puissiez-vous ne point croître, parce que vous avez monte sur le lit de votre père, et que vous avez souillé sa couche.

5 Siméon et Lévi, frères dans le crime, instruments d’un carnage plein d’injustice.

6 À Dieu ne plaise que mon âme ait aucune part à leurs conseils, et que ma gloire soit ternie en me liant avec eux ; parce qu’ils ont signalé leur fureur en tuant des hommes, et leur volonté criminelle en renversant une ville.

7 Que leur fureur soit maudite, parce qu’elle est opiniâtre, et que leur colère soit en exécration, parce qu’elle est dure et inflexible ! Je les diviserai dans Jacob, et je les disperserai dans Israël.

8 Juda, vos frères vous loueront : votre main mettra sous le joug vos ennemis ; les enfants de votre père vous adoreront.

9 Juda est un jeune lion. Vous vous êtes levé, mon fils, pour ravir la proie. En vous reposant vous vous êtes couché comme un lion et comme une lionne : qui osera le réveiller ?

10 Le sceptre ne sera point ôté de Juda, ni le prince de sa postérité, jusqu’à ce que celui qui doit être envoyé soit venu ; et c’est lui qui sera l’attente des nations,

11 Il liera son ânon à la vigne ; il liera, ô mon fils ! son ânesse à la vigne. Il lavera sa robe dans le vin, et son manteau dans le sang des raisins.

12 Ses yeux sont plus beaux que le vin, et ses dents plus blanches que le lait.

13 Zabulon habitera sur le rivage de la nier, et près du port des navires, et il s’étendra jusqu’à Sidon.

14 Issachar, comme un âne fort et dur au travail, se tient dans les bornes de son partage.

15 Et voyant que le repos est bon, et que sa terre est excellente, il a baissé l’épaule sous les fardeaux, et il s’est assujetti à payer les tributs.

16 Dan gouvernera son peuple, aussi bien que les autres tribus d’Israël.

17 Que Dan devienne comme un serpent dans le chemin, et comme un céraste dans le sentier, qui mord le pied du cheval, afin que celui qui le monte tombe à la renverse.

18 Seigneur ! J’attendrai le salut que vous devez envoyer.

19 Gad combattra tout armé à la tête d’Israël, et il retournera ensuite couvert de ses armes.

20 Le pain d’Aser sera excellent, et les rois y trouveront leurs délices.

21 Nephthali sera comme un cerf qui s’échappe, et la grâce sera répandue sur ses paroles.

22 Joseph va toujours croissant et s’augmentant en vertu et en gloire. Son visage est beau et agréable, les filles ont couru sur la muraille pour le voir.

23 Mais ceux qui étaient armés de dards l’ont piqué avec des paroles aigres, l’ont querellé, et lui ont porté envie.

24 Il a mis son arc et sa confiance dans le Très-Fort, et les chaînes de ses mains et de ses bras ont été rompues par la main du tout-puissant Dieu de Jacob. Il est sorti de là pour être le pasteur et la force d’Israël.

25 Le Dieu de votre père sera votre protecteur, et le Tout-Puissant vous comblera des bénédictions du haut du ciel, des bénédictions de l’abîme des eaux d’en bas, des bénédictions du lait des mamelles et du fruit des entrailles.

26 Les bénédictions que vous donne votre père surpassent celles qu’il a reçues de ses pères ; elles dureront jusqu’à ce que le désir des collines éternelles soit accompli. Que ces bénédictions se répandent sur la tête de Joseph, et sur le haut de la tête de celui qui est comme un nazaréen entre ses frères.

27 Benjamin sera un loup ravissant ; il dévorera la proie le matin, et le soir il partagera les dépouilles.

28 Ce sont là les chefs des douze tribus d’Israël. Leur père leur parla de cette sorte, et il bénit chacun d’eux en leur donnant les bénédictions qui leur étaient propres.

29 Il leur fit aussi ce commandement, et leur dit : Je vais être réuni à mon peuple ; ensevelissez-moi avec mes pères dans la caverne double qui est dans le champ d’Ephron, Héthéen,

30 qui regarde Mambré au pays de Chanaan, et qu’Abraham acheta d’Ephron, Héthéen, avec tout le champ où elle est, pour y avoir sou sépulcre.

31 C’est là qu’il a été enseveli avec Sara, sa femme. C’est aussi où Isaac a été enseveli avec Rebecca, sa femme, et où Lia est encore ensevelie.

32 Après avoir achevé de donner ses ordres et ses instructions à ses enfants, il joignit ses pieds sur son lit, et mourut ; et il fut réuni avec son peuple.



JOSEPH voyant son père expiré, se jeta sur son visage, et le baisa en pleurant.

2 Il commanda aux médecins qu’il avait à son service, d’embaumer le corps de son père.

3 Et ils exécutèrent l’ordre qu’il leur avait donné ; ce qui dura quarante jours, parce que c’était la coutume d’employer ce temps pour embaumer les corps morts. Et l’Egypte pleura Jacob soixante et dix jours.

4 Le temps du deuil étant passé, Joseph dit aux principaux officiers de Pharaon : Si j’ai trouvé grâce devant vous, je vous prie de représenter au roi,

5 que mon père m’a dit en mourant : Vous voyez que je me meurs : promettez-moi avec serment que vous m’ensevelirez dans mon sépulcre que je me suis préparé au pays de Chanaan. J’irai donc avec l’agrément du roi, ensevelir mon père, et je reviendrai aussitôt.

6 Pharaon lui dit : Allez, et ensevelissez votre père selon qu’il vous y a engagé par serment.

7 Et lorsque Joseph y alla, les premiers officiers de la maison de Pharaon, et les plus grands de l’Egypte, l’y accompagnèrent tous ;

8 avec la maison de Joseph, et tous ses frères qui le suivirent, laissant au pays de Gessen leurs petits enfants et tous leurs troupeaux.

9 Il y eut aussi des chariots et des cavaliers qui le suivirent ; et il se trouva là une grande multitude de personnes.

10 Lorsqu’ils furent venus à l’aire d’Atad, qui est située au delà du Jourdain, ils y célébrèrent les funérailles pendant sept jours avec beaucoup de pleurs et de grands cris.

11 Ce que les habitants du pays de Chanaan ayant vu, ils dirent : Voilà un grand deuil parmi les Egyptiens. C’est pourquoi ils nommèrent ce lieu, le Deuil d’Egypte.

12 Les enfants de Jacob accomplirent donc ce qu’il leur avait commandé :

13 et l’ayant porté au pays de Chanaan, ils l’ensevelirent dans la caverne double qu’Abraham avait achetée d’Ephron, Héthéen, avec le champ qui regarde Mambré, pour en faire le lieu de son sépulcre.

14 Aussitôt que Joseph eut enseveli son père, il retourna en Egypte avec ses frères et toute sa suite.

15 Après la mort de Jaeob, les frères de Joseph eurent peur, et ils s’entre-dirent : Joseph pourrait bien présentement se souvenir de l’injure qu’il a soufferte, et nous rendre tout le mal que nous lui avons fait.

16 Ils lui envoyèrent donc dire : Votre père avant de mourir nous a commandé,

17 de vous dire de sa part : Je vous conjure d’oublier le crime de vos frères, et cette malice noire dont ils ont usé contre vous. Nous vous conjurons aussi de pardonner cette iniquité aux serviteurs du Dieu de votre père. Joseph pleura, ayant entendu ces paroles.

18 Et ses frères étant venus le trouver, se prosternèrent devant lui en l’adorant, et lui dirent : Nous sommes vos serviteurs.

19 Il leur répondit : Ne craignez point ; pouvons-nous résister à la volonté de Dieu ?

20 Il est vrai que vous avez eu dessein de me faire du mal : mais Dieu a changé ce mal en bien, afin de m’élever comme vous voyez maintenant, et de sauver plusieurs peuples.

21 Ne craignez donc point : je vous nourrirai vous et vos enfants. Et il les consola en leur parlant avec beaucoup de douceur et de tendresse.

22 Il demeura en Egypte avec toute la maison de son père, et il vécut cent dix ans. Il vit les enfants d’Ephraïm jusqu’à la troisième génération. Machir, fils de Manassé, eut aussi des enfants, qui furent élevés sur les genoux de Joseph.

23 Joseph dit ensuite à ses frères : Dieu vous visitera après ma mort, et il vous fera passer de cette terre à celle qu’il a juré de donner à Abraham, à Isaac et à Jacob.

24 Lorsqu’il leur eut dit : Dieu vous visitera, il ajouta : Transportez mes os avec vous hors de ce lieu, et promettez-le-moi avec serment.

25 Il mourut ensuite, âgé de cent dix ans accomplis ; et son corps ayant été embaumé, fut mis dans un cercueil en Egypte.


◄   sommaire Exode   ►