Bible Sacy/I aux Thessaloniciens

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher



Chapitres   1.   2.   3.   4.   5.   Livres


PREMIÈRE ÉPITRE DE SAINT PAUL


AUX


THESSALONICIENS.
_______




PAUL, Silvain, et Timothée : à l’Église de Thessalonique, qui est en Dieu le Père, et en Jésus-Christ notre Seigneur. Que la grâce et la paix vous soient données !

2 Nous rendons sans cesse grâces à Dieu pour vous tous, nous souvenant continuellement de vous dans nos prières ;

3 et nous représentant devant Dieu, qui est notre Père, les œuvres de votre foi, les travaux de votre charité, et la fermeté de l’espérance que vous avez en notre Seigneur Jésus-Christ.

4 Car nous savons, mes frères chéris de Dieu, quelle a été votre élection ;

5 la prédication que nous vous avons faite de l’Évangile, n’ayant pas été seulement en paroles, mais ayant été accompagnée de miracles, de la vertu du Saint-Esprit, d’une pleine abondance de ses dons. Et vous savez aussi de quelle manière j’ai agi parmi vous pour votre salut.

6 Ainsi vous êtes devenus nos imitateurs, et les imitateurs du Seigneur, ayant reçu la parole parmi de grandes afflictions avec la joie du Saint-Esprit ;

7 de sorte que vous avez servi de modèle à tous ceux qui ont embrassé la foi dans la Macédoine et dans l’Achaïe.

8 Car non-seulement vous êtes cause que la parole du Seigneur s’est répandue avec éclat dans la Macédoine et dans l’Achaïe ; mais même la foi que vous avez en Dieu est devenue si célèbre partout, qu’il n’est point nécessaire que nous en parlions :

9 puisque tout le monde nous raconte à nous-mêmes quel a été le succès de notre arrivée parmi vous, et comme ayant quitté les idoles, vous vous êtes convertis à Dieu, pour servir le Dieu vivant et véritable,

10 et pour attendre du ciel son Fils Jésus, qu’il a ressuscité d’entre les morts, et qui nous a délivrés de la colère à venir.



CAR vous savez vous-mêmes, mes frères, que notre arrivée vers vous n’a pas été vaine et sans fruit ;

2 mais après avoir beaucoup souffert auparavant, comme vous savez, et avoir été traités avec outrage dans Philippes, nous ne laissâmes pas, en nous confiant en notre Dieu, de vous prêcher hardiment l’Évangile de Dieu, parmi beaucoup de peines et de combats.

3 Car nous ne vous avons point prêché une doctrine d’erreur ou d’impureté ; et nous n’avons point eu dessein de vous tromper.

4 Mais comme Dieu nous a choisis pour nous confier son Évangile, nous parlons aussi, non pour plaire aux hommes, mais à Dieu, qui voit le fond de nos cœurs.

5 Car nous n’avons usé d’aucune parole de flatterie, comme vous le savez ; et notre ministère n’a point servi de prétexte à notre avarice, Dieu en est témoin ;

6 et nous n’avons point non plus recherché aucune gloire de la part des hommes, ni de vous, ni d’aucun autre ;

7 quoique nous eussions pu, comme apôtres de Jésus-Christ, vous charger de notre subsistance ; mais nous nous sommes conduits parmi vous avec une douceur d’enfant, comme une nourrice qui a soin de ses enfants.

8 Ainsi dans l’affection que nous ressentions pour vous, nous aurions souhaité de vous donner, non-seulement la connaissance de l’Évangile de Dieu, mais aussi notre propre vie, tant était grand l’amour que nous vous portions.

9 Car vous n’avez pas oublié, mes frères, quelle peine et quelle fatigue nous avons soufferte, et comme nous vous avons prêché l’Évangile de Dieu en travaillant jour et nuit, pour n’être à charge à aucun de vous.

10 Vous êtes témoins vous-mêmes, et Dieu l’est aussi, combien la manière dont je me suis conduit envers vous qui avez embrassé la foi, a été sainte, juste et irréprochable.

11 Et vous savez que j’ai agi envers chacun de vous comme un père envers ses enfants ;

12 vous exhortant, vous consolant, et vous conjurant de vous conduire d’une manière digne de Dieu, qui vous a appelés à son royaume et à sa gloire.

13 C’est pourquoi aussi, nous rendons à Dieu de continuelles actions de grâces, de ce qu’ayant entendu la parole de Dieu que nous vous prêchions, vous l’avez reçue, non comme la parole des hommes, mais comme étant, ainsi qu’elle l’est véritablement, la parole de Dieu, qui agit efficacement en vous qui êtes fidèles.

14 Car, mes frères, vous êtes devenus les imitateurs des Églises de Dieu qui ont embrassé la foi de Jésus-Christ dans la Judée, ayant souffert les mêmes persécutions de la part de vos concitoyens, que ces Églises ont souffertes de la part des Juifs ;

15 qui ont tué même le Seigneur Jésus, et leurs prophètes ; qui nous ont persécutés ; qui ne plaisent point à Dieu, et qui sont ennemis de tous les hommes ;

16 qui nous empêchent d’annoncer aux gentils la parole qui doit les sauver, pour combler ainsi la mesure de leurs péchés. Car la colère de Dieu est tombée sur eux, et y demeurera jusqu’à la fin.

17 Aussi, mes frères, ayant été pour un peu de temps séparés de vous, de corps, non de cœur, nous avons désiré avec d’autant plus d’ardeur et d’empressement de vous revoir.

18 C’est pourquoi nous avons voulu vous aller trouver ; et moi, Paul, j’en ai eu le dessein une et deux fois ; mais Satan nous en a empêches.

19 Et certes quelle est notre espérance, notre joie, et la couronne de notre gloire ? N’est-ce pas vous qui l’êtes devant le Seigneur Jésus-Christ, pour le jour de son avènement ? 20 Car vous êtes notre gloire et notre joie.



AINSI ne pouvant souffrir plus longtemps de n’avoir point de vos nouvelles, j’aimai mieux demeurer tout seul à Athènes ;

2 et je vous envoyai Timothée, notre frère, et ministre de Dieu dans la prédication de l’Évangile de Jésus-Christ, afin qu’il vous fortifiât, et qu’il vous exhortât à demeurer fermes dans votre foi ;

3 et que personne ne, fût ébranlé pour les persécutions qui nous arrivent : car vous savez que c’est à quoi nous sommes destines.

4 Dès lors même que nous étions parmi vous, nous vous prédisions que nous aurions des afflictions à souffrir ; et nous eu avons eu en effet, comme vous le savez.

5 Ne pouvant donc attendre plus longtemps, je vous l’ai envoyé pour reconnaître l’état de votre foi, ayant appréhendé que le tentateur ne vous eût tentés, et que notre travail ne devînt inutile.

6 Mais Timothée étant revenu vers nous après vous avoir vus, et nous ayant rendu un si bon témoignage de votre foi et de votre charité, et du souvenir plein d’affection que vous avez sans cesse de nous, qui vous porte à désirer de nous voir, comme nous avons aussi le même désir pour vous ;

7 il est vrai, mes frères, que dans toutes les afflictions et dans tous les maux qui nous arrivent, votre foi nous fait trouver notre consolation en vous.

8 Car nous vivons maintenant, si vous demeurez fermes dans le Seigneur.

9 Et certes quelles assez dignes actions de grâces pouvons-nous rendre à Dieu pour la joie dont nous nous sentons comblés devant lui à cause de vous ?

10 Ce qui nous porte à le conjurer jour et nuit avec une ardeur extrême de nous permettre d’aller vous voir, afin d’ajouter ce qui peut manquer encore à votre foi.

11 Que Dieu lui-même, notre Père, et Jésus-Christ notre Seigneur, nous conduise vers vous !

12 Que le Seigneur vous fasse croître de plus en plus dans la charité que vous avez les uns pour les autres, et envers tous, et qu’il la rende telle que la nôtre est envers vous !

13 Qu’il affermisse vos cœurs, en vous rendant irréprochables par la sainteté devant Dieu, notre Père, au jour que Jésus-Christ notre Seigneur paraîtra avec tous ses saints ! Amen !



AU reste, mes frères, nous vous supplions et vous conjurons par le Seigneur Jésus, qu’ayant appris de nous comment vous devez marcher dans la voie de Dieu pour lui plaire, vous y marchiez en effet de telle sorte, que vous vous y avanciez de plus en plus.

2 En effet, vous savez quels préceptes nous vous avons donnés de la part du Seigneur Jésus.

3 Car la volonté de Dieu est que vous soyez saints et purs ; que vous vous absteniez de la fornication ;

4 que chacun de vous sache conserver le vase de son corps saintement et honnêtement,

5 et non point en suivant les mouvements de la concupiscence, comme les païens qui ne connaissent point Dieu ;

6 et que surtout à cet égard nul ne passe les bornes, ni ne fasse tort à son frère : parce que le Seigneur est le vengeur de tous ces péchés, comme nous vous l’avons déjà déclaré et assuré de sa part.

7 Car Dieu ne nous a pas appelés pour être impurs, mais pour être saints.

8 Celui donc qui méprise ces règles, méprise non un homme, mais Dieu, qui nous a même donné son Saint-Esprit.

9 Quant à ce qui regarde la charité fraternelle, vous n’avez pas besoin que je vous en écrive, puisque Dieu vous a appris lui-même à vous aimer les uns les autres.

10 Et vraiment vous le faites à l’égard de tous nos frères qui sont dans toute la Macédoine ; mais je vous exhorte, mes frères, de vous avancer de plus en plus dans cet amour ;

11 de vous étudier à vivre en repos ; de vous appliquer chacun à ce que vous avez à faire ; de travailler de vos propres mains, ainsi que nous vous l’avons ordonné :

12 afin que vous vous conduisiez honnêtement envers ceux qui sont hors de l’Église, et que vous vous mettiez en état de n’avoir besoin de personne.

13 Or nous ne voulons pas, mes frères, que vous ignoriez ce que vous devez savoir, touchant ceux qui dorment du sommeil de la mort, afin que vous ne vous attristiez pas, comme font les autres hommes qui n’ont point d’espérance.

14 Car si nous croyons que Jésus est mort et ressuscité, nous devons croire aussi que Dieu amènera avec Jésus ceux qui se seront endormis en lui.

15 Ainsi nous vous déclarons, comme, l’ayant appris du Seigneur, que nous qui serons vivants et qui aurons été réservés pour son avènement, nous ne préviendrons point ceux qui seront dans le sommeil de la mort.

16 Car aussitôt que le signal aura été donné par la voix de l’archange, et par le son de la trompette de Dieu, le Seigneur lui-même descendra du ciel, et ceux qui seront morts en Jésus-Christ, ressusciteront d’abord.

17 Puis nous autres qui serons vivants, et qui aurons été réservés jusqu’alors, nous serons emportés avec eux dans les nuées, pour aller au-devant du Seigneur au milieu de l’air ; et ainsi nous serons pour jamais avec le Seigneur.

18 Consolez-vous donc les uns les autres par ces vérités.



OR pour ce qui regarde le temps et les moments, il n’est pas besoin, mes frères, de vous en écrire ;

2 parce que vous savez bien vous-mêmes, que le jour du Seigneur doit venir comme un voleur de nuit.

3 Car lorsqu’ils diront, Nous voici en paix et en sûreté, ils se trouveront surpris tout d’un coup par une ruine imprévue, comme l’est une femme grosse par les douleurs de l’enfantement, sans qu’il leur reste aucun moyen de se sauver.

4 Mais quant à vous, mes frères, vous n’êtes pas dans les ténèbres pour être surpris de ce jour comme d’un voleur.

5 Vous êtes tous des enfants de lumière et des enfants du jour ; nous ne sommes point enfants de la nuit, ni des ténèbres.

6 Ne dormons donc point comme les autres ; mais veillons, et gardons-nous de l’enivrement de l’âme.

7 Car ceux qui dorment, dorment durant la nuit ; et ceux qui s’enivrent, s’enivrent durant la nuit.

8 Mais nous qui sommes enfants du jour, gardons-nous de cette ivresse ; et aimons-nous en prenant pour cuirasse la foi et la charité, et pour casque l’espérance du salut.

9 Car Dieu ne nous a pas destinés à être les objets de sa colère, mais à acquérir le salut par notre Seigneur Jésus-Christ ;

10 qui est mort pour nous, afin que, soit que nous veillions, ou que nous dormions, nous vivions toujours avec lui.

11 C’est pourquoi consolez-vous mutuellement, et édifiez-vous les uns les autres, ainsi que vous le faites.

12 Or nous vous supplions, mes frères, de considérer beaucoup ceux qui travaillent parmi vous, qui vous gouvernent selon le Seigneur, et qui vous avertissent de votre devoir ;

13 et d’avoir pour eux une particulière vénération par un sentiment de charité, à cause qu’ils travaillent pour votre salut. Conservez toujours la paix avec eux.

14 Je vous prie encore, mes frères, reprenez ceux qui sont déréglés ; consolez ceux qui ont l’esprit abattu ; supportez les faibles ; soyez patients envers tous.

15 Prenez garde que nul ne rende à un autre le mal pour le mal ; mais cherchez toujours à faire du bien, et à vos frères, et à tout le monde.

16 Soyez toujours dans la joie.

17 Priez sans cesse.

18 Rendez grâces à Dieu en toutes choses : car c’est la ce que Dieu veut que vous fassiez tous en Jésus-Christ.

19 N’éteignez pas l’esprit.

20 Ne méprisez pas les prophéties.

21 Éprouvez tout, et approuvez ce qui est bon.

22 Abstenez-vous de tout ce qui a quelque apparence de mal.

23 Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même en toute manière : afin que tout ce qui est en vous, l’esprit, l’âme et le corps, se conservent sans tache pour l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ.

21 Celui qui vous a appelés est fidèle, et c’est lui qui fera cela en vous.

25 Mes frères, priez pour nous.

26 Saluez tous nos frères en leur donnant le saint baiser.

27 Je vous conjure par le Seigneur, de faire lire cette lettre devant tous les saints frères.

28 La grâce de notre Seigneur Jésus-Christ soit avec vous ! Amen !