Bible Sacy/I de Saint Jean

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher



Chapitres   1.   2.   3.   4.   5.   Livres



PREMIÈRE ÉPITRE


DE


SAINT JEAN.
________




NOUS vous annonçons la Parole de vie, qui était dès le commencement, que nous avons entendue, que nous avons vue de nos yeux, que nous avons regardée avec attention, et que nous avons touchée de nos mains :

2 car la Vie même s’est rendue visible ; nous l’avons vue, nous en rendons témoignage, et nous vous l’annonçons cette Vie éternelle qui était dans le Père, et qui est venue se montrer à nous.

3 Nous vous prêchons, dis-je, ce que nous avons vu et ce que nous avons entendu ; afin que vous entriez vous-mêmes en société avec nous, et que notre société soit avec le Père, et avec son Fils Jésus-Christ.

4 Et nous vous écrivons ceci, afin que vous en ayez de la joie, mais une joie pleine et parfaite.

5 Or ce que nous avons appris de Jésus-Christ, et ce que nous vous enseignons, est, que Dieu est la lumière même, et qu’il n’y a point en lui de ténèbres ;

6 de sorte que si nous disons que nous avons société avec lui, et que nous marchions dans les ténèbres, nous mentons, et nous ne pratiquons pas la vérité.

7 Mais si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous avons ensemble une société mutuelle, et le sang de Jésus-Christ, son Fils, nous purifie de tout péché.

8 Si nous disons que nous sommes sans péché, nous nous séduisons nous-mêmes, et la vérité n’est point en nous.

9 Mais si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste, pour nous les remettre, et pour nous purifier de toute iniquité.

10 Si nous disons que nous n’avons point de péché, nous le faisons menteur, et sa parole n’est point en nous.



MES petits enfants, je vous écris ceci, afin que vous ne péchiez point : si néanmoins quelqu’un pèche, nous avons pour avocat envers le Père, Jésus-Christ qui est juste.

2 Car c’est lui qui est la victime de propitiation pour nos péchés ; et non-seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux de tout le monde.

3 Or ce qui nous assure que nous le connaissons véritablement, est si nous gardons ses commandements.

4 Celui qui dit, qu’il le connaît, et qui ne garde pas ses commandements, est un menteur, et la vérité n’est point en lui ;

5 mais si quelqu’un garde ce que sa parole nous ordonne, l’amour de Dieu est vraiment parfait en lui. C’est par là que nous connaissons que nous sommes en lui.

6 Celui qui dit, qu’il demeure en Jésus-Christ, doit marcher lui-même comme Jésus-Christ a marché.

7 Mes très-chers frères, je ne vous écris point un commandement nouveau, mais le commandement ancien que vous avez reçu dès le commencement ; et ce commandement ancien est la parole que vous avez entendue.

8 Et néanmoins je vous dis que le commandement dont je vous parle, est nouveau : ce qui est vrai en Jésus-Christ et en vous ; parce que les ténèbres sont passées, et que la vraie lumière commence déjà à luire.

9 Celui qui prétend être dans la lumière, et qui néanmoins hait son frère, est encore dans les ténèbres.

10 Celui qui aime son frère, demeure dans la lumière, et rien ne lui est un sujet de chute et de scandale.

11 Mais celui qui hait son frère, est dans les ténèbres ; il marche dans les ténèbres, et il ne sait où il va, parce que les ténèbres l’ont aveuglé.

12 Je vous écris, mes petits enfants, parce que vos péchés vous sont remis au nom de Jésus-Christ.

13 Je vous écris, pères, parce que vous avez connu celui qui est dès le commencement. Je vous écris, jeunes gens, parce que vous avez vaincu le malin esprit.

14 Je vous écris, petits enfants, parce que vous avez connu le Père. Je vous écris, jeunes gens, parce que vous êtes forts, que la parole de Dieu demeure en vous, et que vous avez vaincu le malin esprit.

15 N’aimez ni le monde, ni ce qui est dans le monde. Si quelqu’un aime le monde, l’amour du Père n’est point en lui.

16 Car tout ce qui est dans le monde, est ou concupiscence de la chair, ou concupiscence des yeux, ou orgueil de la vie ; ce qui ne vient point du Père, mais du monde.

17 Or le monde passe, et la concupiscence du monde passe avec lui ; mais celui qui fait la volonté de Dieu, demeure éternellement.

18 Mes petits enfants, c’est ici la dernière heure ; et comme vous avez entendu dire que l’Antechrist doit venir, il y a dès maintenant plusieurs antechrists : ce qui nous fait connaître que nous sommes dans la dernière heure.

19 Ils sont sortis d’avec nous, mais ils n’étaient pas d’avec nous : car s’ils eussent été d’avec nous, ils seraient demeurés avec nous ; mais ils en sont sortis, afin qu’ils fussent reconnus, parce que tous ne sont pas d’avec nous.

20 Quant à vous, vous avez reçu l’onction du Saint, et vous connaissez toutes choses.

21 Je ne vous ai pas écrit comme à des personnes qui ne connussent pas la vérité, mais comme à ceux qui la connaissent, et qui savent que nul mensonge ne vient de la vérité.

22 Qui est menteur, si ce n’est celui qui nie que Jésus soit le Christ ? Celui-là est un antechrist, qui nie le Père et le Fils.

23 Quiconque nie le Fils, ne reconnaît point le Père ; et quiconque confesse le Fils, reconnaît aussi le l’ère.

24 Faites donc en sorte que ce que vous avez appris dès le commencement, demeure toujours en vous. Si ce que vous avez appris dès le commencement, demeure toujours en vous, vous demeurerez aussi dans le Fils et dans le Père.

25 Et c’est ce que lui-même nous a promis, en nous promettant la vie éternelle.

26 Voilà ce que j’ai cru devoir vous écrire touchant ceux qui vous séduisent.

27 Mais pour vous autres, l’onction que vous avez reçue du Fils de Dieu demeure en vous, et vous n’avez pas besoin que personne vous enseigne ; mais comme cette même onction vous enseigne toutes choses, et qu’elle est la vérité exempte de tout mensonge, vous n’avez qu’à demeurer dans en qu’elle vous enseigne.

28 Maintenant donc, mes petits enfants, demeurez dans cette onction, afin que lorsque le Fils de Dieu paraîtra dans son avènement, nous ayons de la confiance devant lui, et que nous ne soyons pas confondus par sa présence.

29 Si vous savez que Dieu est juste, sachez que tout homme qui vit selon la justice, est né de lui.



CONSIDÉREZ quel amour le Père nous a témoigné, de vouloir que nous soyons appelés, et que nous soyons en effet enfants de Dieu. C’est pour cela que le monde ne nous connaît pas, parce qu’il ne connaît pas Dieu.

2 Mes bien-aimés, nous sommes déjà enfants de Dieu ; mais ce que nous serons un jour ne paraît pas encore. Nous savons que lorsque Jésus-Christ se montrera dans sa gloire, nous serons semblables à lui, parce que nous le verrons tel qu’il est.

3 Et quiconque a cette espérance en lui, se sanctifie, comme il est saint lui-même.

4 Tout homme qui commet un péché, commet aussi un violement de la loi : car le péché est le violement de la loi.

5 Vous savez qu’il s’est rendu visible pour abolir nos péchés, et qu’il n’y a point en lui de péché.

6 Quiconque demeure en lui, ne pèche point ; et quiconque pèche, ne l’a point vu, et ne l’a point connu.

7 Mes petits enfants, que personne ne vous séduise. Celui qui fait les œuvres de justice, c’est celui-là qui est juste, comme Jésus-Christ est juste.

8 Celui qui commet le péché, est enfant du diable, parce que le diable pèche dès le commencement. Et c’est pour détruire les œuvres du diable, que le Fils de Dieu est venu dans le monde.

9 Quiconque est né de Dieu, ne commet point de péché, parce que la semence de Dieu demeure en lui ; et il ne peut pécher, parce qu’il est né de Dieu.

10 C’est en cela que l’on connaît ceux qui sont enfants de Dieu, et ceux qui sont enfants du diable. Tout homme qui n’est point juste, n’est point de Dieu, non plus que celui qui n’aime point son frère.

11 Car ce qui vous a été annoncé, et que vous avez entendu dès le commencement, est que vous vous aimiez les uns les autres ;

12 loin de faire comme Caïn, qui était enfant du malin esprit, et qui tua son frère. Et pourquoi le tua-t-il ? Parce que ses actions étaient méchantes, et que celles de son frère étaient justes.

13 Ne vous étonnez pas, mes frères, si le monde vous hait.

14 Nous reconnaissons, à l’amour que nous avons pour nos frères, que nous sommes passés de la mort à la vie. Celui qui n’aime point, demeure dans la mort.

15 Tout homme qui hait son frère, est un homicide ; et vous savez que nul homicide n’a la vie éternelle résidante en lui.

16 Nous avons reconnu l’amour de Dieu envers nous, en ce qu’il a donné sa vie pour nous ; et nous devons donner aussi notre vie pour nos frères.

17 Si quelqu’un a des biens de ce monde, et que voyant son frère en nécessité, il lui ferme son cœur et ses entrailles, comment l’amour de Dieu demeurerait-il en lui ?

18 Mes petits enfants, n’aimons pas de parole ni de langue, mais par œuvres et en vérité.

19 Car c’est par là que nous connaissons que nous sommes enfants de la vérité, et que nous en persuaderons notre cœur en la présence de Dieu.

20 Si notre cœur nous condamne, que ne fera point Dieu, qui est plus grand que notre cœur, et qui connaît toutes choses ?

21 Mes bien-aimés, si notre cœur ne nous condamne point, nous avons de la confiance devant Dieu.

22 Et quoi que ce soit que nous lui demandions, nous le recevrons de lui, parce que nous gardons ses commandements, et que nous faisons ce qui lui est agréable.

23 Et le commandement qu’il nous a fait, est de croire au nom de son Fils Jésus-Christ, et de nous aimer les uns les autres, comme il nous l’a commandé.

24 Or celui qui garde les commandements de Dieu, demeure en Dieu, et Dieu en lui : et c’est par l’Esprit qu’il nous a donné, que nous connaissons qu’il demeure en nous.



MES bien-aimés, ne croyez point à tout esprit, mais éprouvez si les esprits sont de Dieu. Car plusieurs faux prophètes se sont élevés dans le monde.

2 Voici à quoi vous reconnaîtrez qu’un esprit est de Dieu : Tout esprit qui confesse que Jésus-Christ est venu dans une chair véritable, est de Dieu :

3 et tout esprit qui divise Jésus-Christ, n’est point de Dieu ; et c’est là l’Antechrist, dont vous avez entendu dire qu’il doit venir ; et il est déjà maintenant dans le monde.

4 Mes petits enfants, vous l’avez vaincu, vous qui êtes de Dieu ; parce que celui qui est en vous, est plus grand que celui qui est dans le monde.

5 Ils sont du monde ; c’est pourquoi ils parlent selon l’esprit du monde, et le monde les écoute.

6 Mais pour nous, nous sommes de Dieu : celui qui connaît Dieu, nous écoute ; celui qui n’est point de Dieu, ne nous écoute point. C’est par là que nous connaissons l’Esprit de vérité et l’esprit d’erreur.

7 Mes bien-aimés, aimons-nous les uns les autres : car l’amour et la charité est de Dieu ; et tout homme qui aime, est né de Dieu, et il connaît Dieu.

8 Celui qui n’aime point, ne connaît point Dieu : car Dieu est amour.

9 C’est en cela que Dieu a fait paraître son amour envers nous, en ce qu’il a envoyé son Fils unique dans le monde, afin que nous vivions par lui.

10 Et cet amour consiste en ce que ce n’est pas nous qui avons aimé Dieu, mais que c’est lui qui nous a aimés le premier, et qui à envoyé son Fils afin qu’il fût la victime de propitiation pour nos péchés.

11 Mes bien-aimés, si Dieu nous a aimés de cette sorte, nous devons aussi nous aimer les uns les autres.

12 Nul homme n’a jamais vu Dieu. Si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous, et son amour est parfait en nous.

13 Ce qui nous fait connaître que nous demeurons en lui, et lui en nous, est qu’il nous a rendus participants de son Esprit.

14 Nous avons vu de nos yeux, et nous en rendons témoignage, que le Père a envoyé son Fils pour être le Sauveur du monde.

15 Quiconque donc aura confessé que Jésus est le Fils de Dieu, Dieu demeure en lui, et lui en Dieu.

16 Et nous avons connu et cru par la foi l’amour que Dieu a pour nous. Dieu est amour ; et ainsi quiconque demeure dans l’amour, demeure en Dieu, et Dieu demeure en lui.

17 La perfection de notre amour envers Dieu consiste à nous remplir de confiance pour le jour du jugement, parce que nous sommes tels en ce monde, que Dieu est lui-même.

18 La crainte ne se trouve point avec la charité ; mais la charité parfaite chasse la crainte : car la crainte est accompagnée de peine ; et celui qui craint, n’est point parfait dans la charité.

19 Aimons donc Dieu, puisque c’est lui qui nous a aimés le premier.

20 Si quelqu’un dit, J’aime Dieu, et ne laisse pas de haïr son frère, c’est un menteur. Car comment celui qui n’aime pas son frère qu’il voit, peut-il aimer Dieu qu’il ne voit pas ?

21 Et c’est de Dieu même que nous avons reçu ce commandement : Que celui qui aime Dieu, doit aussi aimer son frère.



QUICONQUE croit que Jésus est le Christ, est né de Dieu ; et quiconque aime celui qui a engendré, aime aussi celui qui en a été engendré.

2 Nous connaissons que nous aimons les enfants de Dieu, quand nous aimons Dieu, et que nous gardons ses commandements :

3 parce que l’amour que nous avons pour Dieu consiste à garder ses commandements ; et ses commandements ne sont point pénibles.

4 Car tous ceux qui sont nés de Dieu, sont victorieux du monde ; et cette victoire par laquelle le monde est vaincu, est l’effet de notre foi.

5 Qui est celui qui est victorieux du monde, sinon celui qui croit que Jésus est le Fils de Dieu ?

6 C’est ce même Jésus-Christ qui est venu avec l’eau et avec le sang ; non-seulement avec l’eau, mais avec l’eau et avec le sang. Et c’est l’Esprit qui rend témoignage que Jésus-Christ est la vérité.

7 Car il y en a trois qui rendent témoignage dans le ciel, Le Père, le Verbe, et le Saint-Esprit ; et ces trois sont une même chose.

8 Et il y en a trois qui rendent témoignage dans la terre. L’esprit, l’eau, et le sang ; et ces trois sont une même chose.

9 Si nous recevons le témoignage des hommes, celui de Dieu est plus grand. Or ce témoignage de Dieu qui est plus grand, est celui qu’il a rendu au sujet de son Fils.

10 Celui qui croit au Fils de Dieu, a dans soi-même le témoignage de Dieu. Celui qui ne croit pas au Fils, fait Dieu menteur ; parce qu’il ne croit pas au témoignage que Dieu a rendu de son Fils.

11 Et ce témoignage est, que Dieu nous a donné la vie éternelle, et que c’est en son Fils que se trouve cette vie.

12 Celui qui a le Fils, a la vie ; celui qui n’a point le Fils, n’a point la vie.

13 Je vous écris ces choses afin que vous sachiez que vous avez la vie éternelle, vous qui croyez au nom du Fils de Dieu.

14 Et ce qui nous donne de la confiance envers Dieu, c’est qu’il nous écoute en tout ce que nous lui demandons qui est conforme à sa volonté.

15 Car nous savons qu’il nous écoute en tout ce que nous lui demandons ; nous le savons, dis-je, parce que nous avons déjà reçu l’effet des demandes que nous lui avons faites.

16 Si quelqu’un voit son frère commettre un péché qui ne va pas à la mort, qu’il prie ; et Dieu donnera la vie à ce pécheur, si son péché ne va point à la mort. Mais il y a un péché qui va à la mort ; et ce n’est pas pour ce péché-là, que je vous dis de prier.

17 Toute iniquité est péché ; mais il y a un péché qui va à la mort.

18 Nous savons que quiconque est né de Dieu, ne pèche point ; mais la naissance qu’il a reçue de Dieu, le conserve pur, et le malin esprit ne le touche point.

19 Nous savons que nous sommes nés de Dieu, et que tout le monde est sous l’empire du malin esprit.

20 Et nous savons encore que le Fils de Dieu est venu, et qu’il nous a donné l’intelligence, afin que nous connaissions le vrai Dieu, et que nous soyons en son vrai Fils. C’est lui qui est le vrai Dieu et la vie éternelle.

21 Mes petits enfants, gardez-vous des idoles. Amen !