Bible Sacy/II de Saint Pierre

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche



Chapitres   1.   2.   3.   Livres


SECONDE ÉPITRE


DE


SAINT PIERRE.
________




SIMON-PIERRE, serviteur et apôtre de Jésus-Christ : à ceux qui ont reçu comme nous le précieux don de la foi, avec la justice de Jésus-Christ, notre Dieu et notre Sauveur.

2 Que la grâce et la paix croisse en vous de plus en plus par la connaissance de Dieu et de Jésus-Christ notre Seigneur !

3 Comme sa puissance divine nous a donné toutes les choses qui regardent la vie et la piété, en nous faisant connaître celui qui nous a appelés par sa propre gloire et par sa propre vertu,

4 et nous a ainsi communiqué les grandes et précieuses grâces qu’il avait promises, pour vous rendre par ces grâces participants de la nature divine, si vous fuyez la corruption de la concupiscence qui règne dans le siècle par le dérèglement des passions :

5 vous devez aussi de votre part apporter tout le soin possible pour joindre à votre foi la vertu ; à la vertu, la science ;

6 à la science, la tempérance ; à la tempérance, la patience ; à la patience, la piété ;

7 à la piété, l’amour de vos frères ; et à l’amour de vos frères, la charité.

8 Car si ces grâces se trouvent en vous, et qu’elles y croissent de plus en plus, elles feront que la connaissance que vous avez de notre Seigneur Jésus-Christ, ne sera point stérile et infructueuse.

9 Mais celui en qui elles ne sont point, est un aveugle qui marche à tâtons, et il a oublié de quelle sorte il a été purifié des péchés de sa vie passée.

10 Efforcez-vous donc de plus en plus, mes frères, d’affermir votre vocation et votre élection par les bonnes œuvres : car agissant de cette sorte vous ne pécherez jamais ;

11 et par ce moyen Dieu vous fera entrer au royaume éternel de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, avec une riche abondance de ses grâces.

12 C’est pourquoi j’aurai soin de vous faire toujours ressouvenir de ces choses ; quoique vous soyez déjà instruits et confirmés dans la vérité dont je vous parle ;

13 croyant qu’il est bien juste que pendant que je suis dans ce corps comme dans une tente, je vous réveille en vous en renouvelant le souvenir.

14 Car je sais que dans peu de temps je dois quitter cette tente, comme notre Seigneur Jésus-Christ me l’a fait connaître.

15 Mais j’aurai soin que même après mon départ de cette vie, vous puissiez toujours vous remettre ces choses en mémoire.

16 Au reste, ce n’est point en suivant des fables et des fictions ingénieuses, que nous vous avons fait connaître la puissance et l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ ; mais c’est après avoir été nous-mêmes les spectateurs de sa majesté.

17 Car il reçut de Dieu le Père un témoignage d’honneur et de gloire, lorsque, de cette nuée où la gloire de Dieu paraissait avec tant d’éclat, on entendit cette voix : Voici mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection : écoutez-le.

18 Et nous entendîmes nous-mêmes cette voix qui venait du ciel, lorsque nous étions avec lui sur la sainte montagne.

19 Mais nous avons les oracles des prophètes, dont la certitude est plus affermie, auxquels vous faites bien de vous arrêter comme à une lampe qui luit dans un lieu obscur, jusqu’à ce que le jour commence à paraître, et que l’étoile du matin se lève dans vos cœurs ;

20 étant persuadés avant toutes choses, que nulle prophétie de l’Écriture ne s’explique par une interprétation particulière.

21 Car ce n’a point été par la volonté des hommes que les prophéties nous ont été anciennement apportées ; mais ça été par le mouvement du Saint-Esprit, que les saints hommes de Dieu ont parlé.



OR comme il y a eu de faux prophètes parmi le peuple, il y aura aussi parmi vous de faux docteurs qui introduiront de pernicieuses hérésies, et renonçant au Seigneur qui les a rachetés, attireront sur eux-mêmes une soudaine ruine.

2 Leurs débauches seront suivies de plusieurs, qui exposeront la voie de la vérité à la médisance ;

3 et vous séduisant par des paroles artificieuses, ils trafiqueront de vos âmes pour satisfaire leur avarice : mais leur condamnation, qui est résolue il y a longtemps, s’avance à grands pas, et la main qui doit les perdre n’est pas endormie.

4 Car si Dieu n’a point épargné les anges qui ont péché, mais les a précipités dans l’abîme où les ténèbres leur servent de chaînes, pour être tourmentés, et tenus comme en réserve jusqu’au jugement ;

5 s’il n’a point épargné l’ancien monde, mais n’a sauvé que sept personnes avec Noé, prédicateur de la justice, en faisant fondre les eaux du déluge sur le monde des méchants ;

6 s’il a puni les villes de Sodome et de Gomorrhe en les ruinant de fond en comble, et les réduisant en cendres, et en a fait un exemple pour ceux qui vivraient dans l’impiété ;

7 et s’il a délivré le juste Lot, que ces abominables affligeaient et persécutaient par leur vie infâme,

8 ce juste qui demeurait parmi eux, étant tous les jours tourmenté dans son âme juste par leurs actions détestables qui offensaient ses yeux et ses oreilles :

9 il paraît par là que le Seigneur sait délivrer ceux qui le craignent, des maux par lesquels ils sont éprouvés, et réserver les pécheurs au jour du jugement pour être punis ;

10 principalement ceux qui pour satisfaire leurs désirs impurs, suivent les mouvements de la chair ; qui méprisent les puissances, qui sont fiers et audacieux, qui sont amoureux d’eux-mêmes, et qui blasphémant la saine doctrine, ne craignent point d’introduire de nouvelles sectes ;

11 au lieu que les anges, quoiqu’ils soient plus grands en force et en puissance, ne se condamnent point les uns les autres avec des paroles d’exécration et de malédiction.

12 Mais ceux-ci, semblables à des animaux sans raison qui ne suivent que le mouvement de la nature, et sont nés pour être la proie des hommes qui les font périr, attaquant par leurs blasphèmes ce qu’ils ignorent, ils périront dans les infamies où ils se plongent,

13 et recevront la récompense que mérite leur iniquité. Ils mettent la félicité à passer chaque jour dans les délices ; ils sont la honte et l’opprobre de la religion ; ils s’abandonnent a des excès de bouche dans les festins de charité qu’ils font avec vous.

14 Ils ont les yeux pleins d’adultère et d’un péché qui ne cesse jamais ; ils attirent à eux, par des amorces trompeuses, les âmes légères et inconstantes ; ils ont dans le cœur toutes les adresses que l’avarice peut suggérer : ce sont des enfants de malédiction.

15 Ils ont quitté le droit chemin, et se sont égarés en suivant la voie de Balaam, fils de Bosor, qui aima la récompense de son iniquité ;

16 mais qui fut repris de son injuste dessein, une ânesse muette, qui parla d’une voix humaine, ayant réprimé la folie de ce prophète.

17 Ce sont des fontaines sans eau, des nuées qui sont agitées par des tourbillons ; et de noires et profondes ténèbres leur sont réservées.

18 Car tenant des discours pleins d’insolence et de folie, ils amorcent, par les passions de la chair et les voluptés sensuelles, ceux qui peu de temps auparavant s’étaient retirés des personnes infectées d’erreur ;

19 leur promettant la liberté, quoique eux-mêmes soient esclaves de la corruption ; parce que quiconque est vaincu, est esclave de celui qui l’a vaincu.

20 Si après s’être retirés des corruptions du monde par la connaissance de Jésus-Christ, notre Seigneur et notre Sauveur, ils se laissent vaincre en s’y engageant de nouveau, leur dernier état est pire que le premier.

21 Car il leur eût été meilleur de n’avoir point connu la voie de la justice, que de retourner en arrière après l’avoir connue, et d’abandonner la loi sainte qui leur avait été donnée.

22 Mais ce qu’on dit d’ordinaire, par un proverbe véritable, leur est arrivé : Le chien est retourné à ce qu’il avait vomi ; et le pourceau, après avoir été lavé, s’est vautré de nouveau dans la boue.



MES bien-aimés, voici la seconde lettre que je vous écris ; et dans toutes les deux, je tâche de réveiller vos âmes simples et sincères par mes avertissements :

2 afin que vous vous souveniez des paroles des saints prophètes, dont j’ai déjà parlé, et des préceptes de ceux que le Seigneur et le Sauveur vous a donnés pour apôtres.

3 Sachez avant toutes choses, qu’aux derniers temps il viendra des imposteurs et des moqueurs qui suivront leurs propres passions,

4 et qui diront : Qu’est devenue la promesse de son avènement ? car depuis que les pères sont dans le sommeil de la mort, toutes choses demeurent au même état où elles étaient au commencement du monde.

5 Mais c’est par une ignorance volontaire qu’ils ne considèrent pas, que les cieux furent faits d’abord par la parole de Dieu, aussi bien que la terre, qui sortit du sein de l’eau, et qui subsiste au milieu de l’eau ;

6 et que ce fut par ces choses mêmes que le monde d’alors périt, étant submergé par le déluge des eaux.

7 Or les cieux et la terre d’à présent sont gardés avec soin par la même parole, et sont réservés pour être brûlés par le feu, au jour du jugement et de la ruine des impies.

8 Mais il y a une chose que vous ne devez pas ignorer, mes bien-aimés : c’est qu’aux yeux du Seigneur un jour est comme mille ans, et mille ans comme un jour.

9 Ainsi le Seigneur n’a point retardé l’accomplissement de sa promesse, comme quelques-uns se l’imaginent ; mais c’est qu’il exerce envers vous sa patience, ne voulant pas qu’aucun périsse, mais que tous retournent à lui par la pénitence.

10 Or comme un larron vient durant la nuit, aussi le jour du Seigneur viendra tout d’un coup ; et alors dans le bruit d’une effroyable tempête les cieux passeront, les éléments embrasés se dissoudront, et la terre sera brûlée avec tout ce qu’elle contient.

11 Puis donc que toutes ces choses doivent périr, quels devez-vous être, et quelle doit être la sainteté de votre vie et la piété de vos actions ?

12 attendant et comme hâtant par vos désirs l’avènement du jour du Seigneur, où l’ardeur du feu dissoudra les cieux, et fera fondre les éléments.

13 Car nous attendons, selon sa promesse, de nouveaux cieux et une nouvelle terre, dans lesquels la justice habitera.

14 C’est pourquoi, mes bien-aimés, vivant dans l’attente de ces choses, travaillez en paix : afin que Dieu vous trouve purs et irrépréhensibles.

15 Et croyez que la longue patience dont use Notre-Seigneur, est pour votre salut. Et c’est aussi ce que Paul, notre très-cher frère, vous a écrit selon la sagesse qui lui a été donnée ;

16 comme il fait aussi en toutes ses lettres, où il parle de ces mêmes choses, dans lesquelles il y a quelques endroits difficiles à entendre, que des hommes ignorants et légers détournent, aussi bien que les autres Écritures, à de mauvais sens pour leur propre ruine.

17 Vous donc, mes frères, qui connaissez toutes ces choses, prenez garde à vous, de peur que vous laissant emporter aux égarements de ces hommes insensés, vous ne tombiez de l’état ferme et solide où vous êtes établis.

18 Mais croissez de plus en plus dans la grâce, et dans la connaissance de Jésus-Christ, notre Seigneur et notre Sauveur. À lui soit gloire, et maintenant, et jusqu’au jour de l’éternité ! Amen !