Bible Sacy/Jonas

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher



Chapitres   1.   2.   3.   4.   Livres



JONAS
________




LE Seigneur adressa sa parole à Jonas, fils d'Amathi, et lui dit :

2 Allez présentement en la grande ville de Ninive, et y prêchez ; parce que la voix de sa malice s'est élevée jusqu'à moi.

3 Jonas donc se mit en chemin ; mais il résolut d’aller à Tharsis pour fuir de devant la face du Seigneur. Il descendit au rivage de Joppé, et ayant trouvé un vaisseau qui faisait voile à Tharsis, il y entra avec les autres, et paya son passage pour aller en cette ville, et fuir de devant la face du Seigneur.

4 Mais le Seigneur envoya sur la mer un vent furieux ; et une grande tempête s’étant excitée, le vaisseau était en danger d’être brisé.

5 La peur saisit les mariniers : chacun invoqua son dieu avec de grands cris ; et ils jetèrent dans la mer toute la charge du vaisseau pour le soulager. Cependant Jonas étant descendu au fond du navire, y dormait d’un profond sommeil.

6 Et le pilote s’approchant de lui, lui dit : Comment pouvez-vous ainsi dormir ? Levez-vous, invoquez votre Dieu ; et peut-être que Dieu se souviendra de nous, et ne permettra pas que nous périssions.

7 Ils se dirent ensuite l’un à l’autre : Allons, jetons le sort, pour savoir d’où ce malheur a pu nous venir. Et ayant jeté le sort, il tomba sur Jonas.

8 Ils lui dirent donc : Apprenez-nous quelle est la cause de ce péril où nous sommes. A quoi vous occupez-vous ? D’où êtes-vous ? Où allez-vous ? Et quel est votre peuple ?

9 Il leur répondit : Je suis Hébreu, et je sers le Seigneur, le Dieu du ciel, qui a fait la mer et la terre.

10 Alors ils furent saisis d’une grande crainte, et ils lui dirent : Pourquoi avez-vous fait cela ? Car ils avaient su de lui-même, qu’il fuyait de devant la face du Seigneur.

11 Ils lui dirent donc : Que vous ferons-nous pour nous mettre à couvert de la violence de la mer ? Car les vagues s’élevaient, et se grossissaient de plus en plus.

12 Jonas leur répondit : Prenez-moi, et me jetez dans la mer, et elle s’apaisera. Car je sais que c’est à cause de moi, que cette grande tempête est venue fondre sur vous.

13 Cependant les mariniers tâchaient de regagner la terre ; mais ils ne pouvaient : parce que la mer s’élevait de plus en plus, et les couvrait de ses vagues.

14 Ainsi ils crièrent au Seigneur, et lui dirent : Nous vous prions, Seigneur ! que la mort de cet homme ne soit pas cause de notre perte ; et ne faites pas retomber sur nous le sang innocent : parce que c’est vous-même, Seigneur ! qui faites en ceci ce que vous voulez.

15 Puis ayant pris Jonas, ils le jetèrent dans la mer, et elle s’apaisa aussitôt.

16 Alors ces hommes conçurent pour le vrai Dieu une frayeur pleine de respect. Ils immolèrent des hosties au Seigneur, et firent des vœux.



DIEU fit en même temps, qu’il se trouva là un grand poisson qui engloutit Jonas. Il demeura trois jours et trois nuits dans le ventre de ce poisson,

2 où adressant sa prière au Seigneur, son Dieu,

3 il lui dit : J’ai crié au Seigneur dans le fort de mon affliction, et il m’a exaucé ; j’ai crié du fond du tombeau, et vous avez entendu ma voix.

4 Vous m’avez jeté au milieu de la mer, jusqu’au fond des eaux ; j’en ai été inondé de toutes parts ; toutes vos vagues et tous vos flots ont passé sur moi ;

5 et j’ai dit en moi-même : Je suis rejeté de devant vos yeux ; mais néanmoins je verrai encore votre temple saint.

6 Je me suis vu à l’extrémité parmi les eaux qui m’environnaient ; l’abîme m’a enveloppé de toutes parts, les flots de la mer ont couvert ma tête.

7 Je suis descendu jusque dans les racines des montagnes ; je me vois comme exclu pour jamais de la terre, par les barrières qui m’enferment; et vous préserverez néanmoins ma vie de la corruption, ô Seigneur mon Dieu!

8 Dans la douleur profonde dont mon àme a été saisie, je me suis souvenu de vous, Seigneur ! que ma prière monte jusqu’à vous, jusqu’à votre temple saint.

9 Ceux qui s’attachent inutilement à la vanité, abandonnent la miséricorde qui les aurait délivrés.

10 Mais pour moi, je vous offrirai des sacrifices avec des cantiques de louanges ; je rendrai au Seigneur tous les vœux que j’ai faits pour mon salut.

11 Alors le Seigneur commanda au poisson de rendre Jonas, et il le jeta sur le bord.



LE Seigneur parla une seconde fois à Jonas, et lui dit :

2 Allez présentement en la grande ville de Ninive, et prêchez-y ce que je vous ordonne de leur dire.

3 Jonas partit aussitôt, et alla à Ninive, selon l’ordre du Seigneur : Ninive était une grande ville qui avait trois jours de chemin.

4 Et Jonas y étant entré, y marcha pendant un jour; et il cria en disant : Dans quarante jours Ninive sera détruite.

5 Les Ninivites crurent à la parole de Dieu ; ils ordonnèrent un jeûne public, et se couvrirent de sacs, depuis le plus grand jusqu’au plus petit.

6 Cette nouvelle ayant été portée au roi de Ninive, il se leva de son trône, quitta ses habits royaux, se couvrit d’un sac, et s’assit sur la cendre.

7 Ensuite il fit crier partout et publier dans Ninive cet ordre, comme venant de la bouche du roi et de ses princes : Que les hommes, les chevaux, les bœufs et les brebis ne mangent rien, qu’on ne les mène point aux pâturages, et qu’ils ne boivent point d’eau.

8 Que les hommes et les bêtes soient couverts de sacs, et qu’ils crient au Seigneur de toute leur force : que chacun se convertisse ; qu’il quitte sa mauvaise voie, et l’iniquité dont ses mains sont souillées.

9 Qui sait si Dieu ne se retournera point vers nous pour nous pardonner, s’il n’apaisera point sa fureur et sa colère, et s’il ne changera point l’arrêt qu’il a donné pour nous perdre ?

10 Dieu donc considéra leurs œuvres ; il vit qu’ils s’étaient convertis en quittant leur mauvaise voie ; et la compassion qu’il eut d’eux, l’empêcha de leur envoyer les maux qu’il avait résolu de leur faire.



ALORS Jonas fut saisi d’une grande affliction, et il se fâcha ;

2 et s’adressant au Seigneur, il lui dit : Seigneur ! n’est-ce pas là ce que je disais lorsque j’étais encore en mon pays ? C’est pour cela que j’ai pris d’abord la résolution de fuir vers Tharsis. Car je savais que vous êtes un Dieu clément, bon, patient, plein de miséricorde, et qui pardonnez les péchés des hommes.

3 Je vous conjure donc, Seigneur ! de retirer maintenant mon âme de mon corps ; parce que la mort m’est meilleure que la vie.

4 Le Seigneur lui dit : Croyez-vous que votre colère soit bien raisonnable ?

5 Jonas sortit ensuite de Ninive, et s’assit du côté de l’orient : il se fit là un petit couvert de feuillages où il se reposa à l’ombre, jusqu’à ce qu’il eût vu ce qui arriverait à la ville.

6 Le Seigneur Dieu fit naître alors un lierre qui s’éleva au-dessus de la tête de Jonas, pour lui faire ombre, et pour le mettre à couvert, parce qu’il était fort incommodé de la chaleur : ce qu’il reçut avec une extrême joie.

7 Le lendemain dès le point du jour le Seigneur envoya un ver qui, ayant piqué la racine de ce lierre, le rendit tout sec.

8 Le soleil ayant paru ensuite, le Seigneur fit lever un vent chaud et brûlant ; et les rayons du soleil donnant sur la tête de Jonas, il se trouva dans un étouffement et dans un abattement extrême ; et il souhaita de mourir en disant : La mort m’est meilleure que la vie.

9 Alors le Seigneur dit à Jonas : Pensez-vous avoir raison de vous fâcher pour ce lierre ? Jonas lui répondit : J’ai raison de me fâcher jusqu’à souhaiter la mort.

10 Le Seigneur lui dit ; Vous vous fâchez pour un lierre qui ne vous avait point coûté de peine, qui est crû sans vous, qui est né en une nuit, et qui est mort la nuit suivante :

11 et moi je ne pardonnerais pas à la grande ville de Ninive, où il y a plus de cent vingt mille personnes qui ne savent pas discerner leur main droite d’avec leur main gauche, et un grand nombre d’animaux ?


◄   Abdias sommaire Michée   ►