Bible Sacy/Les Actes des Apôtres

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher



Chapitres   1.   2.   3.   4.   5.   6.   7.   8.   9.   10.   11.   12.   13.   14.   15.   16.   17.   18.   19.   20.   21.   22.   23.   24.   25.   26.   27.   28.   Livres

ACTES


DES


APÔTRES.
_________




J’ai parlé dans mon premier livre, ô Théophile, de tout ce que Jésus a fait et enseigné,

2 depuis le commencement jusqu’au jour où il fut élevé dans le ciel, après avoir instruit par le Saint-Esprit les apôtres qu’il avait choisis.

3 Il s’était aussi montré à eux depuis sa passion, et leur avait fait voir, par beaucoup de preuves, qu’il était vivant, leur apparaissant pendant quarante jours, et leur parlant du royaume de Dieu ;

4 et mangeant avec eux, il leur commanda de ne point partir de Jérusalem, mais d’attendre la promesse du Père, que vous avez, leur dit-il, entendue de ma bouche.

5 Car Jean a baptisé dans l’eau, mais dans peu de jours vous serez baptisés dans le Saint-Esprit.

6 Alors ceux qui se trouvèrent présents, lui demandèrent : Seigneur ! sera-ce en ce temps que vous rétablirez le royaume d’Israël ?

7 Et il leur répondit : Ce n’est pas à vous de savoir les temps et les moments que le Père a réservés à son souverain pouvoir.

8 Mais vous recevrez la vertu du Saint-Esprit qui descendra sur vous ; et vous me rendrez témoignage dans Jérusalem, et dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre.

9 Après qu’il eut dit ces paroles, ils le virent s’élever en haut, et il entra dans une nuée qui le déroba à leurs yeux.

10 Et comme ils étaient attentifs à le regarder monter au ciel, deux hommes vêtus de blanc se présentèrent soudain à eux,

11 et leur dirent : Hommes de Galilée, pourquoi vous arrêtez-vous à regarder au ciel ? Ce Jésus, qui en se séparant de vous s’est élevé dans le ciel, viendra de la même manière que vous l’y avez vu monter.

12 Ils partirent ensuite de la montagne, appelée des Oliviers, qui est éloignée de Jérusalem de l’espace du chemin qu’on peut faire le jour du sabbat ; et ils s’en retournèrent à Jérusalem.

13 Et étant entrés dans une maison, ils montèrent à une chambre haute, où demeuraient Pierre, Jean, Jacques, André, Philippe, Thomas, Barthélemy, Matthieu ; Jacques, fils d’Alphée ; Simon, appelé le Zélé ; et Jude, frère de Jacques ;

14 qui persévéraient tous dans un même esprit en prières avec les femmes, et Marie, mère de Jésus, et ses frères.

15 Pendant ces jours-là, Pierre se leva au milieu des frères, qui étaient tous ensemble environ cent vingt, et il leur dit :

16 Mes frères, il faut que ce que le Saint-Esprit a prédit dans l’Écriture, par la bouche de David, touchant Judas, qui a été le conducteur de ceux qui ont pris Jésus, soit accompli.

17 Il était dans le même rang que nous, et il avait été appelé aux fonctions du même ministère.

18 Et après avoir acquis un champ de la récompense de son péché, il s’est pendu, et a crevé par le milieu du ventre, et toutes ses entrailles se sont répandues.

19 Ce qui a été si connu de tous les habitants de Jérusalem, que ce champ a été nommé en leur langue, Haceldama, c’est-à-dire, le champ du sang.

20 Car il est écrit dans le livre des Psaumes : Que leur demeure devienne déserte ; qu’il n’y ait personne qui l’habite ; et qu’un autre reçoive son ministère, ou son épiscopat.

21 Il faut donc, qu’entre ceux qui ont été en notre compagnie pendant tout le temps que le Seigneur Jésus a vécu parmi nous,

22 à commencer depuis le baptême de Jean, jusqu’au jour où il est monté au ciel en nous quittant, on en choisisse un, qui soit avec nous témoin de sa résurrection.

23 Alors ils en présentèrent deux : Joseph, appelé Barsabas, surnommé le Juste ; et Matthias.

24 Et se mettant en prières, ils dirent : Seigneur ! vous qui connaissez les cœurs de tous les hommes, montrez-nous lequel de ces deux vous avez choisi ;

25 afin qu’il entre dans ce ministère, et dans l’apostolat, dont Judas est déchu par son crime, pour s’en aller en son lieu.

26 Aussitôt ils les tirèrent au sort ; et le sort tomba sur Matthias, et il fut associé aux onze apôtres.



QUAND les jours de la Pentecôte furent accomplis, les disciples étant tous ensemble dans un même lieu,

2 on entendit tout d’un coup un grand bruit, comme d’un vent impétueux, qui venait du ciel, et qui remplit toute la maison où ils étaient assis.

3 En même temps ils virent paraître comme des langues de feu, qui se partagèrent et s’arrêtèrent sur chacun d’eux.

4 Aussitôt ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et ils commencèrent à parler diverses langues, selon que le Saint-Esprit leur mettait les paroles en la bouche.

5 Or il y avait alors dans Jérusalem des Juifs religieux et craignant Dieu, de toutes les nations qui sont sous le ciel.

6 Après donc que ce bruit se fut répandu, il s’en assembla un grand nombre, qui furent épouvantée de ce que chacun d’eux les entendait parler en sa langue.

7 Ils en étaient tous hors d’eux-mêmes ; et dans cet étonnement ils s’entre-disaient : Ces gens-là qui parlent, ne sont-ils pas tous Galiléens ?

8 Comment donc les entendons-nous parler chacun la langue de notre pays ?

9 Parthes, Mèdes, Élamites, ceux d’entre nous qui habitent la Mésopotamie, la Judée, la Cappadoce, le Pont et l’Asie,

10 la Phrygie et la Pamphylie, l’Égypte et cette partie de la Libye qui est proche de Cyrène, et ceux qui sont venus de Rome,

11 Juifs aussi et prosélytes, Crétois et Arabes, nous les entendons parler, chacun en notre langue, des merveilles de Dieu.

12 Étant donc tous étonnés et dans la dernière admiration, ils s’entre-disaient : Que veut dire ceci ?

13 Mais d’autres s’en moquaient, et disaient : C’est qu’ils sont ivres et pleins de vin doux.

14 Alors Pierre se présentant avec les onze apôtres, éleva sa voix, et leur dit : Ô Juifs, et vous tous qui demeurez dans Jérusalem ! considérez ce que je vais vous dire, et soyez attentifs à mes paroles.

15 Ces personnes ne sont pas ivres, comme vous le pensez, puisqu’il n’est encore que la troisième heure du jour.

16 Mais c’est ce qui a été dit par le prophète Joël :

17 Dans les derniers temps, dit le Seigneur, je répandrai de mon Esprit sur toute chair : vos fils et vos filles prophétiseront ; vos jeunes gens auront des visions, et vos vieillards auront des songes.

18 En ces jours-là je répandrai de mon Esprit sur mes serviteurs et sur mes servantes, et ils prophétiseront.

19 Je ferai paraître en haut des prodiges dans le ciel, et en bas des signes extraordinaires sur la terre : du sang, du feu, et une vapeur de fumée.

20 Le soleil sera changé en ténèbres, et la lune en sang, avant que le grand jour du Seigneur arrive, et paraisse avec éclat ;

21 et pour lors, quiconque invoquera le nom du Seigneur, sera sauvé.

22 Ô Israélites ! écoutez les paroles que je vais vous dire : Vous savez que Jésus de Nazareth a été un homme que Dieu a rendu célèbre parmi vous, par les merveilles, les prodiges et les miracles qu’il a faits par lui au milieu de vous.

23 Cependant vous l’avez crucifié, et vous l’avez fait mourir par les mains des méchants, vous ayant été livré par un ordre exprès de la volonté de Dieu et par un décret de sa prescience.

24 Mais Dieu l’a ressuscité, en arrêtant les douleurs de l’enfer, étant impossible qu’il y fût retenu.

25 Car David dit en son nom : J’avais toujours le Seigneur présent devant moi ; parce qu’il est à ma droite, afin que je ne sois point ébranlé :

26 c’est pour cela que mon cœur s’est réjoui, que ma langue a chanté des cantiques de joie, et que ma chair même reposera en espérance ;

27 parce que vous ne laisserez point mon âme dans l’enfer, et vous ne permettrez point que votre Saint éprouve la corruption.

28 Vous m’avez fait connaître le chemin de la vie, et vous me remplirez de la joie que donne la vue de votre visage.

29 Mes frères, qu’il me soit permis de vous dire hardiment du patriarche David, qu’il est mort, qu’il a été enseveli, et que son sépulcre est parmi nous jusqu’a ce jour.

30 Comme il était donc prophète, et qu’il savait que Dieu lui avait promis avec serment, qu’il ferait naître de son sang un fils, qui serait assis sur son trône ;

31 dans cette connaissance qu’il avait de l’avenir, il a parlé de la résurrection du Christ, en disant, qu’il n’a point été laissé dans l’enfer, et que sa chair n’a point éprouvé la corruption.

32 C’est ce Jésus que Dieu a ressuscité, et nous en sommes tous témoins.

33 Après donc qu’il a été élevé par la puissance de Dieu, et qu’il a reçu l’accomplissement de la promesse que le Père lui avait faite d’envoyer le Saint-Esprit, il a répandu cet Esprit-Saint que vous voyez et entendez maintenant.

31 Car David n’est point monté dans le ciel ; or il dit lui-même : Le Seigneur a dit à mon Seigneur : Asseyez-vous à ma droite,

35 jusqu’à ce que j’aie réduit vos ennemis à vous servir de marchepied.

36 Que toute la maison d’Israël sache donc très-certainement, que Dieu a fait Seigneur et Christ ce Jésus que vous avez crucifié.

37 Ayant entendu ces choses, ils furent touchés de componction en leur cœur, et ils dirent à Pierre et aux autres apôtres : Frères, que faut-il que nous fassions ?

38 Pierre leur répondit : Faites pénitence, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, pour obtenir la rémission de vos péchés ; et vous recevrez le don du Saint-Esprit :

39 car la promesse vous regarde, vous et vos enfants, et tous ceux qui sont éloignés, autant que le Seigneur, notre Dieu, en appellera.

40 Il les instruisit encore par plusieurs autres discours, et il les exhortait, en disant : Sauvez-vous du milieu de cette race corrompue.

41 Ceux donc qui reçurent sa parole, furent baptisés ; et il y eut en ce jour environ trois mille personnes qui se joignirent aux disciples de Jésus-Christ.

42 Ils persévéraient dans la doctrine des apôtres, dans la communion de la fraction du pain, et dans les prières.

43 Or tous les esprits étaient frappés de crainte ; et il se faisait beaucoup de prodiges et de merveilles par les apôtres, dans Jérusalem ; et tous étaient remplis d’une grande crainte.

44 Ceux qui croyaient, étaient tous unis ensemble ; et tout ce qu’ils possédaient, était commun entre eux.

45 Ils vendaient leurs terres et leurs biens, et les distribuaient à tous, selon le besoin que chacun en avait.

46 Ils persévéraient aussi tous les jours dans le temple, unis de cœur et d’esprit entre eux ; et rompant le pain dans les maisons, ils prenaient leur nourriture avec joie et simplicité de cœur ;

47 louant Dieu, et étant aimés de tout le peuple. Et le Seigneur augmentait tous les jours le nombre de ceux qui devaient être sauvés dans l’unité d’un même corps.



VERS le même temps Pierre et Jean montaient au temple, pour assister à la prière de la neuvième heure.

2 Et il y avait un homme boiteux dès le ventre de sa mère, que l’on portait et qu’on mettait tous les jours à la porte du temple, qu’on appelle la Belle porte, afin qu’il demandât l’aumône à ceux qui entraient dans le temple.

3 Cet homme voyant Pierre et Jean, qui allaient entrer dans le temple, les priait de lui donner quelque aumône.

4 Et Pierre avec Jean, arrêtant sa vue sur ce pauvre, lui dit : Regardez-nous.

5 Il les regardait donc attentivement, espérant qu’il allait recevoir quelque chose d’eux.

6 Alors Pierre lui dit ; Je n’ai ni or, ni argent ; mais ce que j’ai, je vous le donne : Levez-vous au nom de Jésus-Christ de Nazareth, et marchez.

7 Et l’ayant pris par la main droite, il le souleva ; et aussitôt les plantes et les os de ses pieds s’affermirent.

8 Il se leva à l’heure même, se tint ferme sur ses pieds, et commença à marcher ; et il entra avec eux dans le temple, marchant, sautant, et louant Dieu.

9 Tout le peuple le vit marcher, et louer Dieu.

10 Et reconnaissant que c’était celui-là même qui avait accoutumé d’être assis à la Belle porte pour demander l’aumône, ils furent remplis d’admiration et d’étonnement de ce qui lui était arrivé.

11 Et comme il tenait par la main Pierre et Jean, tout le peuple étonné de cette merveille, courut à eux à la galerie qu’on nomme de Salomon.

12 Ce que Pierre voyant, il dit au peuple : Ô Israélites ! pourquoi vous étonnez-vous de ceci ? ou pourquoi nous regardez-vous, comme si c’était par notre vertu, ou par notre puissance, que nous eussions fait marcher ce boiteux ?

13 Le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob, le Dieu de nos pères, a glorifié son Fils Jésus que vous avez livré, et renoncé devant Pilate, qui avait jugé qu’il devait être renvoyé absous.

14 Vous avez renoncé le Saint et le Juste ; vous avez demandé qu’on vous accordât la grâce d’un homme qui était un meurtrier ;

15 et vous avez fait mourir l’auteur de la vie : mais Dieu l’a ressuscité d’entre les morts ; et nous sommes témoins de sa résurrection.

16 C’est par la foi en son nom, que sa puissance a raffermi les pieds de cet homme, que vous avez vu boiteux, et que vous connaissez ; et la foi qui vient de lui, a fait devant vous tous le miracle d’une si parfaite guérison.

17 Cependant, mes frères, je sais que vous avez agi en cela par ignorance, aussi bien que vos sénateurs.

18 Mais Dieu a accompli de cette sorte ce qu’il avait prédit par la bouche de tous ses prophètes, que son Christ souffrirait la mort.

19 Faites donc pénitence, et convertissez-vous, afin que vos péchés soient effacés,

20 quand les temps du rafraîchissement que le Seigneur doit donner par sa présence, seront venus, et qu’il aura envoyé Jésus-Christ, qui vous a été annoncé.

21 Il faut cependant que le ciel le reçoive, jusqu’au temps du rétablissement de toutes choses, que Dieu a prédit par la bouche de ses saints prophètes, depuis le commencement du monde.

22 Moïse a dit à nos pères : Le Seigneur, votre Dieu, vous suscitera d’entre vos frères un prophète comme moi ; écoutez-le en tout ce qu’il vous dira :

23 quiconque n’écoutera pas ce prophète, sera exterminé du milieu du peuple.

24 Tous les prophètes qui ont prophétisé de temps en temps depuis Samuel, ont prédit ce qui est arrivé en ces jours.

25 Vous êtes les enfants des prophètes, et de l’alliance que Dieu a établie avec nos pères, en disant à Abraham : Toutes les nations de la terre seront bénies en votre race.

26 C’est pour vous premièrement que Dieu a suscité son Fils ; et il vous l’a envoyé pour vous bénir, afin que chacun se convertisse de sa mauvaise vie.



LORSQU’ILS parlaient au peuple, les prêtres, le capitaine des gardes du temple et les saducéens survinrent,

2 ne pouvant souffrir qu’ils enseignassent le peuple, et qu’ils annonçassent la résurrection des morts en la personne de Jésus ;

3 et les ayant arrêtés, ils les mirent en prison jusqu’au lendemain ; parce qu’il était déjà tard.

4 Or plusieurs de ceux qui avaient entendu le discours de Pierre crurent ; et le nombre des hommes fut d’environ cinq mille.

5 Le lendemain les chefs du peuple, les sénateurs et les scribes s’assemblèrent dans Jérusalem,

6 avec Anne, le grand prêtre, Caïphe, Jean, Alexandre, et tous ceux qui étaient de la race sacerdotale.

7 Et ayant fait venir les apôtres au milieu d’eux, ils leur dirent : Par quelle puissance, ou au nom de qui, avez-vous fait cette action ?

8 Alors Pierre, rempli du Saint-Esprit, leur dit : Princes du peuple, et vous, sénateurs, écoutez :

9 Puisque aujourd’hui l’on nous demande raison du bien que nous avons fait à un homme perclus, et de la manière dont il a été guéri,

10 nous vous déclarons à vous tous, et à tout le peuple d’Israël, que c’est par le nom de notre Seigneur Jésus-Christ de Nazareth, lequel vous avez crucifié, et que Dieu a ressuscité d’entre les morts ; c’est par lui que cet homme est maintenant guéri, comme vous le voyez devant vous.

11 C’est lui qui est cette pierre que vous, architectes, avez rejetée, et qui cependant est devenue la principale pierre de l’angle :

12 et il n’y a point de salut par aucun autre : car nul autre nom sous le ciel n’a été donné aux hommes par lequel nous devions être sauvés.

13 Lorsqu’ils virent la constance de Pierre et de Jean, connaissant que c’étaient des hommes sans lettres et du commun du peuple, ils en furent étonnés. Ils savaient aussi qu’ils avaient été disciples de Jésus.

14 Et comme ils voyaient présent avec eux cet homme qui avait été guéri, ils n’avaient rien à leur opposer.

15 Ils leur commandèrent donc de sortir de l’assemblée, et se mirent à délibérer entre eux,

16 en disant : Que ferons-nous à ces gens-ci ? car ils ont fait un miracle qui est connu de tous les habitants de Jérusalem ; cela est certain, et nous ne pouvons pas le nier.

17 Mais afin que le bruit ne s’en répande pas davantage parmi le peuple, défendons-leur avec menaces, de parler à l’avenir en ce nom-là à qui que ce soit.

18 Et aussitôt les ayant fait appeler, ils leur défendirent de parler en quelque manière que ce fût, ni d’enseigner au nom de Jésus.

19 Mais Pierre et Jean leur répondirent : Jugez vous-mêmes s’il est juste devant Dieu, de vous obéir plutôt qu’à Dieu :

20 car pour nous, nous ne pouvons pas ne point parler des choses que nous avons vues et entendues.

21 Ils les renvoyèrent donc avec menaces ; ne trouvant point de moyen de les punir, à cause du peuple, parce que tous rendaient gloire à Dieu de ce qui était arrivé :

22 car l’homme qui avait été guéri d’une manière si miraculeuse, avait plus de quarante ans.

23 Après qu’on les eut laissés aller, ils vinrent trouver leurs frères, et leur racontèrent tout ce que les princes des prêtres et les sénateurs leur avaient dit.

24 Ce qu’ayant entendu, ils élevèrent tous leur voix à Dieu dans l’union d’un même esprit, et lui dirent : Seigneur ! c’est vous qui avez fait le ciel et la terre, la mer, et tout ce qu’ils contiennent ;

25 c’est vous qui avez dit par le Saint-Esprit, parlant par la bouche de notre père David, votre serviteur : Pourquoi les nations se sont-elles soulevées avec un grand bruit, et pourquoi les peuples ont-ils formé de vains desseins ?

26 Les rois de la terre se sont élevés, et les princes se sont unis ensemble, contre le Seigneur et contre son Christ.

27 Car Hérode et Ponce Pilate, avec les gentils et le peuple d’Israël, se sont vraiment unis ensemble dans cette ville contre votre saint Fils Jésus, que vous avez consacré par votre onction,

28 pour faire tout ce que votre puissance et votre conseil avaient ordonné devoir être fait.

29 Maintenant donc, Seigneur ! considérez leurs menaces, et donnez à vos serviteurs la force d’annoncer votre parole avec une entière liberté ;

30 en étendant votre main pour faire des guérisons miraculeuses, des merveilles et des prodiges, par le nom de votre saint Fils Jésus.

31 Lorsqu’ils eurent achevé leur prière, le lieu où ils étaient assemblés, trembla : ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et ils annonçaient la parole de Dieu avec hardiesse.

32 Toute la multitude de ceux qui croyaient, n’avait qu’un cœur et qu’une âme : et nul ne considérait ce qu’il possédait comme étant à lui en particulier ; mais toutes choses étaient communes entre eux.

33 Les apôtres rendaient témoignage avec une grande force, à la résurrection de notre Seigneur Jésus-Christ ; et la grâce était grande dans tous les fidèles.

34 Car il n’y avait aucun pauvre parmi eux ; parce que tous ceux qui possédaient des fonds de terre ou des maisons, les vendaient, et en apportaient le prix,

35 qu’ils mettaient aux pieds des apôtres ; et on le distribuait ensuite à chacun, selon qu’il en avait besoin.

36 Joseph, surnommé par les apôtres Barnabé, c’est-à-dire, enfant de consolation, qui était Lévite, et originaire de l’île de Cypre,

37 vendit aussi un fonds de terre qu’il avait, et en apporta le prix, qu’il mit aux pieds des apôtres.



ALORS un homme, nommé Ananie, et Saphire, sa femme, vendirent ensemble un fonds de terre ;

2 et cet homme ayant retenu, de concert avec sa femme, une partie du prix qu’il en avait reçu, apporta le reste, et le mit aux pieds des apôtres.

3 Mais Pierre lui dit : Ananie, comment Satan a-t-il tenté votre cœur, jusqu’à vous faire mentir au Saint-Esprit, et détourner une partie du prix de ce fonds de terre ?

4 Ne demeurait-il pas toujours à vous, si vous aviez voulu le garder ; et après même l’avoir vendu, le prix n’en était-il pas encore à vous ? Comment donc avez-vous conçu ce dessein dans votre cœur ? Ce n’est pas aux hommes que vous avez menti, mais à Dieu.

5 Ananie ayant entendu ces paroles, tomba, et rendit l’esprit ; et tous ceux qui en entendirent parler, furent saisis d’une grande crainte.

6 Aussitôt quelques jeunes gens vinrent prendre son corps, et l’ayant emporté ils l’enterrèrent.

7 Environ trois heures après, sa femme, qui ne savait point ce qui était arrivé, entra ;

8 et Pierre lui dit : Femme, dites-moi, n’avez-vous vendu votre fonds de terre que cela ? Elle lui répondit : Non, nous ne l’avons vendu que cela.

9 Alors Pierre lui dit : Comment vous êtes-vous ainsi accordés ensemble pour tenter l’Esprit du Seigneur ? Voilà ceux qui viennent d’enterrer votre mari, qui sont à cette porte, et ils vont aussi vous porter en terre.

10 Au même moment elle tomba à ses pieds, et rendit l’esprit. Ces jeunes hommes étant entrés, la trouvèrent morte, et l’emportant ils l’enterrèrent auprès de son mari.

11 Cet événement répandit une grande frayeur dans toute l’Eglise, et parmi tous ceux qui en entendirent parler.

12 Cependant les apôtres faisaient beaucoup de miracles et de prodiges parmi le peuple ; et tous les fidèles étant unis dans un même esprit, s’assemblaient dans la galerie de Salomon :

13 aucun des autres n’osait se joindre à eux ; mais le peuple leur donnait de grandes louanges :

14 et le nombre de ceux qui croyaient au Seigneur, tant hommes que femmes, se multipliait de plus en plus :

15 les apôtres, dis-je, faisaient beaucoup de miracles ; de sorte qu’on apportait les malades dans les rues, et qu’on les mettait sur des lits et sur des paillasses, afin que lorsque Pierre passerait, son ombre au moins couvrît quelqu’un d’eux, et qu’ils fussent délivrés de leurs maladies.

16 Un grand nombre de personnes accouraient aussi des villes voisines à Jérusalem, où ils amenaient les malades, et ceux qui étaient tourmentés par les esprits impurs ; et ils étaient tous guéris.

17 Alors le grand prêtre, et tous ceux qui étaient avec lui, c’est-à-dire, ceux de la secte des saducéens, étant remplis de colère, s’élevèrent ;

18 et avant fait prendre les apôtres, ils les mirent dans la prison publique.

19 Mais un ange du Seigneur ouvrit durant la nuit les portes de la prison ; et les avant fait sortir, il leur dit :

20 Allez dans le temple, et prêchez-y hardiment au peuple toutes les paroles de cette doctrine de vie.

21 Ce qu’ayant entendu, ils entrèrent au temple dè le point du jour, et se mirent à prêcher. Cependant le grand prêtre, et ceux qui étaient avec lui, étant venus, ils assemblèrent le conseil, et tous les sénateurs du peuple d’Israël, et envoyèrent à la prison, afin qu’on amenât les apôtres.

22 Les officiers y étant venus, ouvrirent la prison, et ne les ayant point trouvés, ils s’en retournèrent faire leur rapport :

23 Nous avons, dirent-ils, trouvé la prison bien fermée, et les gardes devant les portes ; mais l’ayant ouverte, nous n’avons trouvé personne dedans.

24 Le capitaine des gardes du temple, et les princes des prêtres, ayant entendu ces paroles, se trouvèrent fort en peine touchant ces hommes, ne sachant ce que deviendrait cette affaire.

25 Mais quelqu’un vint leur dire au même temps : Voilà ces hommes que vous aviez mis en prison, qui sont dans le temple, et qui enseignent le peuple.

26 Alors le capitaine des gardes du temple partit avec ses officiers, et les amena sans violence : car ils craignaient d’être lapidés par le peuple.

27 Quand ils les eurent amenés, ils les présentèrent au conseil ; et le grand prêtre leur parla en ces termes :

28 Ne vous avions-nous pas expressément défendu d’enseigner en ce nom-là ? Cependant vous avez rempli Jérusalem de votre doctrine, et vous voulez nous charger du sang de cet homme.

29 Pierre et les apôtres répondirent : Il faut plutôt obéir à Dieu qu’aux hommes.

30 Le Dieu de nos pères a ressuscité Jésus, que vous avez fait mourir en le pendant sur le bois.

31 C’est lui que Dieu a élevé par sa droite comme étant le Prince et le Sauveur, pour donner à Israël la grâce de la pénitence et de la rémission des péchés.

32 Nous sommes nous-mêmes les témoins de ce que nous vous disons ; et le Saint-Esprit, que Dieu a donné à tous ceux qui lui obéissent, l’est aussi avec nous.

33 Ayant entendu ces choses, ils étaient transportés de rage, et ils délibéraient de les faire mourir.

34 Mais un pharisien, nommé Gamaliel, docteur de la loi, qui était honoré de tout le peuple, se levant dans le conseil, commanda qu’on fît retirer les apôtres pour un peu de temps ;

35 et il dit à ceux qui étaient assemblés : Ô Israélites ! prenez garde à ce que vous allez faire à l’égard de ces personnes.

36 Car il y a quelque temps qu’il s’éleva un certain Théodas, qui prétendait être quelque chose de grand : il y eut environ quatre cents hommes qui s’attachèrent à lui ; mais il fut tué ; et tous ceux qui avaient cru en lui se dissipèrent, et furent réduits à rien.

37 Judas de Galilée s’éleva après lui dans le temps du dénombrement du peuple, et il attira à soi beaucoup de monde ; mais il périt aussi ; et tous ceux qui étaient entrés dans son parti, furent dissipés.

38 Voici donc le conseil que je vous donne : Ne vous mêlez point de ce qui regarde ces gens-là, et laissez-les faire : car si ce conseil, ou cette œuvre, vient des hommes, elle se détruira.

39 Si elle vient de Dieu, vous ne pourrez la détruire, et vous seriez en danger de combattre contre Dieu même. Ils se rendirent à son avis.

40 Et ayant fait venir les apôtres, ils leur défendirent, après les avoir fait fouetter, de parler à l’avenir au nom de Jésus ; et ils les laissèrent aller.

41 Alors les apôtres sortirent du conseil, tout remplis de joie de ce qu’ils avaient été jugés dignes de souffrir cet outrage pour le nom de Jésus.

42 Et ils ne cessaient point tous les jours d’enseigner et d’annoncer Jésus-Christ, et dans le temple et dans les maisons.



EN ce temps-là le nombre des disciples se multipliant, il s’éleva un murmure des Juifs grecs contre les Juifs hébreux, de ce que leurs veuves étaient méprisées dans la dispensation de ce qui se donnait chaque jour.

2 C’est pourquoi les douze apôtres ayant assemblé tous les disciples, leur dirent : Il n’est pas juste que nous quittions la prédication de la parole de Dieu, pour avoir soin des tables.

3 Choisissez donc, mes frères, sept hommes d’entre vous d’une probité reconnue, pleins de l’Esprit-Saint et de sagesse, à qui nous commettions ce ministère.

4 Et pour nous, nous nous appliquerons entièrement à la prière, et à la dispensation de la parole.

5 Ce discours plut à toute l’assemblée ; et ils élurent Étienne, homme plein de foi et du Saint-Esprit ; Philippe, Prochore, Nicanor, Timon, Parménas, et Nicolas, prosélyte d’Antioche.

6 Ils les présentèrent devant les apôtres, qui leur imposèrent les mains, en priant.

7 Cependant la parole du Seigneur se répandait de plus en plus, et le nombre des disciples augmentait fort dans Jérusalem. Il y en avait aussi beaucoup d’entre les prêtres qui obéissaient à la foi.

8 Or Étienne étant plein de grâce et de force, faisait de grands prodiges et de grands miracles parmi le peuple.

9 Et quelques-uns de la synagogue qui est appelée la synagogue des affranchis, des Cyrénéens, des Alexandrins, et de ceux de Cilicie et d’Asie, s’élevèrent contre Étienne, et disputaient avec lui ;

10 mais ils ne pouvaient résister à la sagesse et à l’Esprit qui parlait en lui.

11 Alors ils subornèrent des gens, pour leur faire dire, qu’ils lui avaient entendu proférer des paroles de blasphème contre Moïse et contre Dieu.

12 Ils émurent donc le peuple, les sénateurs et les scribes ; et se jetant sur Étienne, ils l’entraînèrent et l’emmenèrent au conseil.

13 Et ils produisirent contre lui de faux témoins, qui disaient : Cet homme ne cesse point de proférer des paroles de blasphème contre le lieu saint et contre la loi :

14 car nous lui avons entendu dire, que ce Jésus de Nazareth détruira ce lieu, et changera les ordonnances que Moïse nous a laissées.

15 Et tous ceux qui étaient assis dans le conseil, ayant les yeux sur lui, son visage leur parut comme le visage d’un ange.



ALORS le grand prêtre lui demanda, si ce que l’on disait de lui était véritable.

2 Il répondit : Mes frères et mes pères, écoutez-moi : Le Dieu de gloire apparut à notre père Abraham, lorsqu’il était en Mésopotamie, avant qu’il demeurât à Charan,

3 et lui dit : Sortez de votre pays et de votre parenté, et venez dans la terre que je vous montrerai.

4 Alors il sortit du pays des Chaldéens, et vint demeurer à Charan. Et après que son père fut mort, Dieu le fit passer dans cette terre que vous habitez aujourd’hui ;

5 où il ne lui donna aucun héritage, non pas même où asseoir le pied ; mais il lui promit de lui en donner la possession, et à sa postérité après lui, lorsqu’il n’avait point encore de fils.

6 Et Dieu lui prédit que pendant quatre cents ans sa postérité demeurerait dans une terre étrangère, et qu’elle serait tenue en servitude et fort maltraitée.

7 Mais j’exercerai, dit le Seigneur, ma justice contre la nation qui l’aura tenue en servitude ; et elle sortira enfin de ce pays-là, et viendra me servir dans ce lieu-ci.

8 Il fit ensuite avec lui l’alliance de la circoncision ; et ainsi Abraham ayant engendré Isaac, le circoncit le huitième jour. Isaac engendra Jacob, et Jacob les douze patriarches.

9 Les patriarches, émus d’envie, vendirent Joseph pour être mené en Égypte : mais Dieu était avec lui ;

10 et il le délivra de toutes ses afflictions ; et l’ayant rempli de sagesse, il le rendit agréable à Pharaon, roi d’Égypte, qui lui donna la conduite de son royaume et de toute sa maison.

11 Cependant toute l’Égypte et la terre de Chanaan furent affligées d’une grande famine ; et nos pères ne pouvaient trouver de quoi vivre.

12 Mais Jacob ayant entendu dire qu’il y avait du blé en Égypte, il y envoya nos pères pour la première fois.

13 Et la seconde fois qu’ils y vinrent, Joseph fut reconnu de ses frères ; et Pharaon sut de quelle famille il était.

14 Alors Joseph envoya quérir Jacob, son père, et toute sa famille, qui consistait en soixante et quinze personnes.

15 Jacob descendit donc en Égypte, où il mourut, et nos pères après lui ;

16 et ils furent transportés en Sichem, et on les mit dans le sépulcre qu’Abraham avait acheté à prix d’argent des enfants d’Hémor, fils de Sichem.

17 Mais comme le temps de la promesse que Dieu avait faite à Abraham, s’approchait, le peuple s’accrut, et se multiplia beaucoup en Égypte,

18 jusqu’au règne d’un autre roi, qui n’avait point connu Joseph.

19 Ce prince, usant d’une malice artificieuse contre notre nation, accabla nos pères de maux, jusqu’à les contraindre d’exposer leurs enfants, pour en exterminer la race.

20 Ce fut en ce temps-là que naquit Moïse, qui était agréable à Dieu. Il fut nourri trois mois dans la maison de son père.

21 Et ayant été exposé ensuite, la fille de Pharaon l’emporta, et le nourrit comme son fils.

22 Depuis, Moïse fut instruit dans toute la sagesse des Égyptiens, et devint puissant en paroles et en œuvres.

23 Mais quand il eut atteint l’âge de quarante ans, il lui vint dans l’esprit d’aller visiter ses frères, les enfants d’Israël.

24 Et voyant qu’on faisait injure à l’un d’eux, il le défendit, et le vengea en tuant l’Égyptien qui l’outrageait.

25 Or il croyait que ses frères comprendraient bien que ce serait par sa main que Dieu les délivrerait ; mais ils ne le comprirent pas.

26 Le lendemain, s’étant rencontré lorsque quelques-uns d’eux se querellaient, et tâchant de les accorder, il leur dit : Mes amis, vous êtes frères ; comment vous faites-vous injure l’un à l’autre ?

27 Mais celui qui faisait injure à l’autre, le rebuta, en lui disant : Qui vous a établi prince et juge sur nous ?

28 Ne voudriez-vous point me tuer, comme vous tuâtes hier cet Égyptien ?

29 Cette parole fut cause que Moïse s’enfuit ; et il demeura comme étranger au pays de Madian, où il eut deux fils.

30 Quarante ans après, un Ange lui apparut au désert de la montagne de Sina dans la flamme d’un buisson qui brûlait.

31 Ce que Moïse ayant aperçu, il fut étonné de ce qu’il voyait ; et s’approchant pour considérer ce que c’était, il entendit la voix du Seigneur, qui lui dit :

32 Je suis le Dieu de vos pères, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob. Et Moïse, tout tremblant, n’osait considérer ce que c’était.

33 Alors le Seigneur lui dit : Ôtez vos souliers de vos pieds : car le lieu où vous êtes est une terre sainte.

34 J’ai vu et considéré l’affliction de mon peuple, qui est en Égypte ; j’ai entendu leurs gémissements, et je suis descendu pour les délivrer. Venez donc maintenant, afin que je vous envoie en Égypte.

35 Ce Moïse qu’ils avaient rejeté en disant, Qui vous a établi prince et juge ? fut celui-là même que Dieu envoya pour prince et pour libérateur, sous la conduite de l’Ange qui lui était apparu dans le buisson.

36 Ce fut lui qui les fit sortir, faisant des prodiges et des miracles en Égypte, en la mer Rouge, et au désert, durant quarante ans.

37 C’est ce Moïse qui a dit aux enfants d’Israël : Dieu vous suscitera d’entre vos frères un prophète comme moi ; écoutez-le.

38 C’est lui qui, pendant que le peuple était assemblé dans le désert, s’entretenait avec l’Ange qui lui parlait sur la montagne de Sina. C’est lui qui était avec nos pères, et qui a reçu les paroles de vie pour nous les donner.

39 Nos pères ne voulurent point lui obéir ; mais ils le rebutèrent, retournant de cœur en Égypte,

40 et disant à Aaron : Faites-nous des dieux qui marchent devant nous : car nous ne savons ce qu’est devenu ce Moïse qui nous a tirés du pays d’Égypte.

41 Ils firent ensuite un veau, et sacrifièrent à l’idole, mettant leur joie dans cet ouvrage de leurs mains.

42 Alors Dieu se détourna d’eux, et les abandonna, de telle sorte qu’ils adorèrent l’armée du ciel, comme il est écrit au livre des Prophètes : Maison d’Israël, m’avez-vous offert des sacrifices et des hosties dans le désert durant quarante ans ?

43 Au contraire, vous avez porté le tabernacle de Moloch, et l’astre de votre dieu Rempham, qui sont des figures que vous avez faites pour les adorer. C’est pourquoi je vous transporterai au delà de Babylone.

44 Nos pères eurent dans le désert le tabernacle du témoignage, comme Dieu, parlant à Moïse, lui avait ordonné de le faire, selon le modèle qu’il avait vu.

45 Et nos pères l’ayant reçu, ils l’emportèrent, sous la conduite de Josué, au pays qui avait été possédé par les nations que Dieu chassa devant eux ; et il y fut jusqu’au temps de David,

46 qui trouva grâce devant Dieu, et qui lui demanda qu’il pût bâtir une demeure au Dieu de Jacob.

47 Ce fut néanmoins Salomon qui lui bâtit un temple.

48 Mais le Très-Haut n’habite point dans des temples faits par la main des hommes ; selon cette parole du prophète :

49 Le ciel est mon trône, et la terre est mon marchepied. Quelle maison me bâtiriez-vous ? dit le Seigneur ; et quel pourrait être le lieu de mon repos ?

50 N’est-ce pas ma main qui a fait toutes ces choses ?

51 Têtes dures, hommes incirconcis de cœur et d’oreilles ! vous résistez toujours au Saint-Esprit, et vous êtes tels que vos pères ont été.

52 Qui est celui d’entre les prophètes que vos pères n’aient point persécuté ? Ils ont tué ceux qui leur prédisaient l’avènement du Juste, que vous venez de trahir, et dont vous avez été les meurtriers ;

53 vous qui avez reçu la loi par le ministère des anges, et qui ne l’avez point gardée.

54 À ces paroles ils entrèrent dans une rage qui leur déchirait le cœur, et ils grinçaient les dents contre lui.

55 Mais Étienne étant rempli du Saint-Esprit, et levant les yeux au ciel, vit la gloire de Dieu, et Jésus qui était debout à la droite de Dieu ; et il dit : Je vois les cieux ouverts, et le Fils de l’homme, qui est debout à la droite de Dieu.

56 Alors jetant de grands cris, et se bouchant les oreilles, ils se jetèrent sur lui tous ensemble ;

57 et l’ayant entraîné hors de la ville, ils le lapidèrent ; et les témoins mirent leurs vêtements aux pieds d’un jeune homme, nommé Saul.

58 Ainsi ils lapidaient Étienne ; et il invoquait Jésus, et disait : Seigneur Jésus ! recevez mon esprit.

59 S’étant mis ensuite à genoux, il s’écria à haute voix : Seigneur ! ne leur imputez point ce péché. Après cette parole il s’endormit au Seigneur. Or Saul avait consenti comme les autres à la mort d’Étienne.



EN ce même temps il s’éleva une grande persécution contre l’Église de Jérusalem ; et tous les fidèles, excepté les apôtres, furent dispersés en divers endroits de la Judée et de la Samarie.

2 Or quelques hommes qui craignaient Dieu, prirent soin d’ensevelir Étienne, et firent ses funérailles avec un grand deuil.

3 Cependant Saul ravageait l’Église ; et entrant dans les maisons, il en tirait par force les hommes et les femmes, et les faisait mettre en prison.

4 Mais ceux qui étaient dispersés, annonçaient la parole de Dieu dans tous les lieux où ils passaient.

5 Philippe étant donc venu dans la ville de Samarie, y prêchait Jésus-Christ.

6 Et les peuples étaient attentifs aux choses que Philippe leur disait, et l’écoutaient tous avec une même ardeur, voyant les miracles qu’il faisait.

7 Car les esprits impurs sortaient des corps de plusieurs possédés, en jetant de grands cris.

8 Et beaucoup de paralytiques et de boiteux furent aussi guéris.

9 Ce qui remplit la ville d’une grande joie. Il y avait en la même ville un homme, nommé Simon, qui y avait exercé la magie auparavant, et qui avait séduit le peuple de Samarie, se disant être quelque chose de grand ;

10 de sorte qu’ils le suivaient tous, depuis le plus petit jusqu’au plus grand, et disaient : Celui-ci est la grande vertu de Dieu.

11 Et ce qui les portait à le suivre, c’est qu’il y avait déjà longtemps qu’il leur avait renversé l’esprit par ses enchantements.

12 Mais ayant cru ce que Philippe leur annonçait du royaume de Dieu, ils étaient baptisés, hommes et femmes, au nom de Jésus-Christ.

13 Alors Simon crut aussi lui-même ; et après qu’il eut été baptisé, il s’attachait à Philippe ; et voyant les prodiges et les grands miracles qui se faisaient, il en était dans l’admiration et dans le dernier étonnement.

14 Les apôtres qui étaient à Jérusalem, ayant appris que ceux de Samarie avaient reçu la parole de Dieu, ils leur envoyèrent Pierre et Jean ;

15 qui étant venus, firent des prières pour eux, afin qu’ils reçussent le Saint-Esprit :

16 car il n’était point encore descendu sur aucun d’eux ; mais ils avaient seulement été baptisés au nom du Seigneur Jésus.

17 Alors ils leur imposèrent les mains, et ils reçurent le Saint-Esprit.

18 Lorsque Simon eut vu que le Saint-Esprit était donné par l’imposition de la main des apôtres, il leur offrit de l’argent,

19 et leur dit : Donnez-moi aussi ce pouvoir, que ceux à qui j’imposerai les mains, reçoivent le Saint-Esprit. Mais Pierre lui dit :

20 Que votre argent périsse avec vous, vous qui avez cru que le don de Dieu peut s’acquérir avec de l’argent !

21 Vous n’avez point de part, et vous ne pouvez rien prétendre à ce ministère : car votre cœur n’est pas droit devant Dieu.

22 Faites donc pénitence de cette méchanceté et priez Dieu, afin que, s’il est possible, il vous pardonne cette mauvaise pensée de votre cœur :

23 car je vois que vous êtes rempli d’un fiel amer, et engagé dans les liens de l’iniquité.

24 Simon répondit : Priez, vous autres, le Seigneur pour moi, afin qu’il ne m’arrive rien de ce que vous avez dit.

25 Pierre et Jean, après avoir rendu témoignage à la vérité, et annoncé la parole du Seigneur, s’en retournèrent à Jérusalem, prêchant l’Évangile en plusieurs cantons des Samaritains.

26 Or l’ange du Seigneur parla à Philippe, et lui dit : Levez-vous, et allez vers le midi, au chemin qui descend de Jérusalem à Gaze, qui est déserte.

27 Philippe partit aussitôt, et s’y en alla. Or un Éthiopien, eunuque, l’un des premiers officiers de Candace, reine d’Éthiopie, et surintendant de tous ses trésors, était venu à Jérusalem pour adorer.

28 Et s’en retournant, il était assis dans son chariot, et lisait le prophète Isaïe. ;

29 Alors l’Esprit dit à Philippe : Avancez, et approchez-vous de ce chariot.

30 Aussitôt Philippe accourut ; et ayant entendu que l’eunuque lisait le prophète Isaïe, il lui dit : Croyez-vous entendre ce que vous lisez ?

31 Il lui répondit : Comment pourrais-je l’entendre, si quelqu’un ne me l’explique ? Et il pria Philippe de monter, et de s’asseoir près de lui.

32 Or le passage de l’Écriture qu’il lisait, était celui-ci : Il a été mené comme une brebis à la boucherie, et il n’a point ouvert la bouche, non plus qu’un agneau qui demeure muet devant celui qui le tond.

33 Dans son abaissement il a été délivré de la mort, à laquelle il avait été condamné. Qui pourra compter sa postérité, après que sa vie aura été retranchée de la terre ?

34 L’eunuque dit donc à Philippe : Je vous prie de me dire de qui le prophète entend parler : si c’est de lui-même, ou de quelque autre.

35 Alors Philippe prenant la parole, commença par cet endroit de l’Écriture à lui annoncer Jésus.

36 Après avoir marché quelque temps, ils rencontrèrent de l’eau ; et l’eunuque lui dit : Voilà de l’eau ; qu’est-ce qui empêche que je ne sois baptisé ?

37 Philippe lui répondit : Vous pouvez l’être, si vous croyez de tout votre cœur. Il lui repartit : Je crois que Jésus-Christ est le Fils de Dieu.

38 Il commanda aussitôt qu’on arrêtât son chariot, et ils descendirent tous deux dans l’eau, et Philippe baptisa l’eunuque.

39 Étant remontés hors de l’eau, l’Esprit du Seigneur enleva Philippe, et l’eunuque ne le vit plus ; mais il continua son chemin, étant plein de joie.

40 Quant à Philippe, il se trouva dans Azot ; d’où étant sorti, il annonça l’Évangile à toutes les villes par où il passa, jusqu’à ce qu’il vînt à Césarée.



CEPENDANT Saul, ne respirant encore que menaces et carnage contre les disciples du Seigneur, vint trouver le grand prêtre,

2 et lui demanda des lettres pour les synagogues de Damas ; afin que s’il trouvait quelques personnes de cette secte, hommes ou femmes, il les amenât prisonniers à Jérusalem.

3 Mais lorsqu’il était en chemin, et qu’il approchait déjà de Damas, il fut tout d’un coup environné et frappé d’une lumière du ciel.

4 Et tombant par terre, il entendit une voix qui lui disait : Saul ! Saul ! pourquoi me persécutez-vous ?

5 Il répondit : Qui êtes-vous, Seigneur ? Et le Seigneur lui dit : Je suis Jésus, que vous persécutez. Il vous est dur de regimber contre l’aiguillon.

6 Alors tout tremblant et tout effrayé, il dit : Seigneur ! que voulez-vous que je fasse ?

7 Le Seigneur lui répondit : Levez-vous, et entrez dans la ville ; on vous dira là ce qu’il faut que vous fassiez. Or les hommes qui l’accompagnaient, demeurèrent tout étonnés : car ils entendaient une voix ; mais ils ne voyaient personne.

8 Saul se leva donc de terre ; et ayant les yeux ouverts, il ne voyait point. Ainsi ils le conduisirent par la main, et le menèrent à Damas,

9 où il fut trois jours sans voir, sans manger et sans boire.

10 Or il y avait à Damas un disciple, nommé Ananie, à qui le Seigneur dit, dans une vision : Ananie ! Et il répondit : Me voici, Seigneur !

11 Le Seigneur ajouta : Levez-vous, et vous en allez dans la rue qu’on appelle Droite ; cherchez en la maison de Judas un nommé Saul, de Tarse : car il y est en prière.

12 (Et au même temps Saul voyait en vision un homme, nommé Ananie, qui entrait et lui imposait les mains, afin qu’il recouvrât la vue.)

13 Ananie lui répondit : Seigneur ! j’ai entendu dire à plusieurs, combien cet homme a fait de maux à vos saints dans Jérusalem.

14 Et même il est venu en cette ville, avec un pouvoir des princes des prêtres, pour emmener prisonniers tous ceux qui invoquent votre nom.

15 Le Seigneur lui repartit ; Allez le trouver ; parce que cet homme est un instrument que j’ai choisi pour porter mon nom devant les gentils, devant les rois, et devant les enfants d’Israël :

16 car je lui montrerai combien il faudra qu’il souffre pour mon nom.

17 Ananie s’en alla donc ; et étant entré en la maison où était Saul, il lui imposa les mains, et lui dit : Saul, mon frère, le Seigneur Jésus, qui vous est apparu dans le chemin par où vous veniez, m’a envoyé, afin que vous recouvriez la vue, et que vous soyez rempli du Saint-Esprit.

18 Aussitôt il tomba de ses yeux comme des écailles, et il recouvra la vue ; et s’étant levé, il fut baptisé.

19 Ayant ensuite mangé, il reprit des forces ; et il demeura durant quelques jours avec les disciples qui étaient à Damas.

20 Et il se mit aussitôt à prêcher Jésus dans les synagogues, assurant qu’il était le Fils de Dieu.

21 Tous ceux qui l’écoutaient, étaient frappés d’étonnement, et ils disaient : N’est-ce pas là celui qui persécutait avec tant d’ardeur dans Jérusalem, ceux qui invoquaient ce nom, et qui est venu ici pour les emmener prisonniers aux princes des prêtres ?

22 Mais Saul se fortifiait de plus en plus, et confondait les Juifs qui demeuraient à Damas, leur prouvant que Jésus était le Christ.

23 Longtemps après, les Juifs résolurent ensemble de le faire mourir.

24 Mais Saul fut averti du dessein qu’ils avaient formé contre sa vie ; et comme ils faisaient garde jour et nuit aux portes pour le tuer,

25 les disciples le prirent et le descendirent durant la nuit par la muraille dans une corbeille.

26 Étant venu à Jérusalem, il cherchait à se joindre aux disciples ; mais tous le craignaient, ne croyant pas qu’il fût lui-même disciple.

27 Alors Barnabé l’ayant pris avec lui, l’amena aux apôtres, et leur raconta comment le Seigneur lui était apparu dans le chemin, et ce qu’il lui avait dit, et comme depuis il avait parlé librement et fortement dans la ville de Damas au nom de Jésus.

28 Saul demeura donc dans Jérusalem, vivant avec eux, et parlant avec force et liberté au nom du Seigneur Jésus.

29 II parlait aussi aux gentils, et il disputait avec les Juifs grecs ; et eux cherchaient un moyen de le tuer.

30 Ce que les frères ayant reconnu, ils le menèrent à Césarée, et l’envoyèrent à Tarse.

31 Cependant l’Église était en paix par toute la Judée, la Galilée et la Samarie : et elle s’établissait, marchant dans la crainte du Seigneur, et était remplie de la consolation du Saint-Esprit.

32 Or Pierre, visitant de ville en ville tous les disciples, vint aussi voir les saints qui habitaient à Lydde.

33 II y trouva un homme, nommé Énée, qui depuis huit ans était couché sur un lit, étant paralytique ;

34 et Pierre lui dit : Énée, le Seigneur Jésus-Christ vous guérit ; levez-vous, et faites vous-même votre lit. Et aussitôt il se leva.

35 Tous ceux qui demeuraient à Lydde et à Sarone, virent cet homme guéri, et ils se convertirent au Seigneur.

36 Il y avait aussi à Joppé entre les disciples une femme, nommée Tabithe, ou Dorcas, selon que les Grecs expliquent ce nom ; elle était remplie de bonnes œuvres et des aumônes qu’elle faisait.

31 Or il arriva en ce temps-là, qu’étant tombée malade elle mourut ; et après qu’on l’eut lavée, on la mit dans une chambre haute.

38 Et comme Lydde était près de Joppé, les disciples ayant appris que Pierre y était, ils envoyèrent vers lui deux hommes, pour le prier de prendre la peine de venir jusque chez eux.

39 Pierre partit aussitôt, et s’en alla avec eux. Lorsqu’il fut arrivé, ils le menèrent à la chambre haute, où toutes les veuves se présentèrent à lui en pleurant, et lui montrant les tuniques et les robes que Dorcas leur faisait.

40 Alors Pierre ayant fait sortir tout le monde, se mit à genoux et en prière : et se tournant vers le corps, il dit : Tabithe, levez-vous. Elle ouvrit les yeux au même instant ; et ayant vu Pierre, elle se mit sur son séant.

41 Il lui donna aussitôt la main, et la leva ; et ayant appelé les saints et les veuves, il la leur rendit vivante.

42 Ce miracle fut su de toute la ville de Joppé ; et plusieurs crurent au Seigneur.

43 Et Pierre demeura plusieurs jours dans Joppé, chez un corroyeur, nommé Simon.



IL y avait à Césarée un homme nommé Corneille, qui était centenier dans une cohorte de la légion appelée l’Italienne.

2 Il était religieux, et craignant Dieu, avec toute sa maison ; il faisait beaucoup d’aumônes au peuple, et il priait Dieu incessamment.

3 Un jour vers la neuvième heure, il vit clairement dans une vision un ange de Dieu, qui se présenta devant lui, et lui dit : Corneille !

4 Alors regardant l’ange, il fut saisi de frayeur, et lui dit : Seigneur, que demandez-vous de moi ? L’ange lui répondit : Vos prières et vos aumônes sont montées jusqu’à la présence de Dieu, et il s’en est souvenu.

5 Envoyez donc présentement à Joppé, et faites venir un certain Simon, surnommé Pierre,

6 qui est logé chez un corroyeur, nommé Simon, dont la maison est près de la mer : c’est lui qui vous dira ce qu’il faut que vous fassiez.

7 Dès que l’ange qui lui parlait se fut retiré, il appela deux de ses domestiques, et un soldat craignant Dieu, du nombre de ceux qu’il commandait ;

8 et leur ayant dit tout ce qui lui était arrivé, il les envoya à Joppé.

9 Le lendemain, lorsqu’ils étaient en chemin, et qu’ils approchaient de la ville, Pierre monta sur le haut de la maison où il était, vers la sixième heure, pour prier.

10 Et ayant faim, il voulut manger. Mais pendant qu’on lui en apprêtait, il lui survint un ravissement d’esprit :

11 il vit le ciel ouvert, et comme une grande nappe, liée par les quatre coins, qui descendait du ciel en terre,

12 où il y avait de toutes sortes d’animaux terrestres à quatre pieds, de reptiles, et d’oiseaux du ciel.

13 Et il entendit une voix qui lui dit : Levez-vous, Pierre ; tuez et mangez.

14 Mais Pierre répondit : Je n’ai garde, Seigneur ! car je n’ai jamais rien mangé de tout ce qui est impur et souillé.

15 Et la voix lui parlant encore une seconde fois, lui dit : N’appelez pas impur ce que Dieu a purifié.

16 Cela s’étant fait jusqu’à trois fois, la nappe fut retirée dans le ciel.

17 Lorsque Pierre était en peine en lui-même, de ce que pouvait signifier la vision qu’il avait eue, les hommes envoyés par Corneille, s’étant enquis de la maison de Simon, se présentèrent en ce même temps à la porte ;

18 et ayant appelé quelqu’un, ils demandèrent si ce n’était pas là que Simon, surnommé Pierre, était logé.

19 Cependant Pierre pensant à la vision qu’il avait eue, l’Esprit lui dit : Voilà trois hommes qui vous demandent.

20 Levez-vous donc, descendez, et ne faites point difficulté d’aller avec eux : car c’est moi qui les ai envoyés.

21 Pierre étant descendu pour aller trouver ces hommes qui le demandaient, leur dit : Je suis celui que vous cherchez ; quel est le sujet pour lequel vous êtes venus ?

22 Ils lui répondirent : Corneille, centenier, homme juste et craignant Dieu, selon le témoignage que lui rend toute la nation juive, a été averti par un saint ange de vous faire venir en sa maison, et d’écouter vos paroles.

23 Pierre les ayant donc fait entrer, les logea ; et le lendemain il partit avec eux ; et quelques-uns des frères de la ville de Joppé l’accompagnèrent.

24 Le jour d’après ils arrivèrent à Césarée, où Corneille les attendait avec ses parents et ses plus intimes amis, qu’il avait assemblés chez lui.

25 Lorsque Pierre fut entré, Corneille vint au-devant de lui ; et se jetant à ses pieds, il l’adora.

20 Mais Pierre le releva, lui disant : Levez-vous ; je ne suis qu’un homme, non plus que vous.

27 Et s’entretenant avec lui, il entra dans la maison, où il trouva plusieurs personnes qui s’y étaient assemblées.

28 Alors il leur dit : Vous savez que les Juifs ont en grande horreur d’avoir quelque liaison avec un étranger, ou d’aller le trouver chez lui ; mais Dieu m’a fait voir que je ne devais estimer aucun homme impur ou souillé.

29 C’est pourquoi dès que vous m’avez mandé, je n’ai fait aucune difficulté de venir. Je vous prie donc de me dire, pourquoi vous m’avez envoyé quérir.

30 Alors Corneille lui dit : Il y a maintenant quatre jours que m’étant mis en prière dans ma maison, à la neuvième heure, un homme vêtu d’une robe blanche vint se présenter tout d’un coup devant moi, et me dit :

31 Corneille, votre prière a été exaucée, et Dieu s’est souvenu de vos aumônes.

32 C’est pourquoi envoyez à Joppé, et faites venir de là Simon, surnommé Pierre, qui est logé en la maison de Simon, corroyeur, près de la mer.

38 J’ai envoyé à l’heure même vers vous, et vous m’avez fait la grâce de venir. Nous voilà donc maintenant tous assemblés devant vous, pour entendre de votre bouche tout ce que le Seigneur vous a ordonné de nous dire.

34 Alors Pierre prenant la parole, dit : En vérité je vois bien que Dieu n’a point d’égard aux diverses conditions des personnes ;

35 mais qu’en toute nation, celui qui le craint, et dont les œuvres sont justes, lui est agréable.

36 Dieu a fait entendre sa parole aux enfants d’Israël, en leur annonçant la paix par Jésus-Christ, qui est le Seigneur de tous.

37 Et vous savez ce qui est arrivé dans toute la Judée, et qui a commencé par la Galilée, après le baptême que Jean a prêché :

33 comment Dieu a oint de l’Esprit-Saint et de force Jésus de Nazareth, qui allant de lieu en lieu faisait du bien partout, et guérissait tous ceux qui étaient sous la puissance du diable, parce que Dieu était avec lui.

39 Et nous sommes témoins de toutes les choses qu’il a faites dans la Judée et dans Jérusalem. Cependant ils l’ont fait mourir, l’attachant à une croix.

40 Mais Dieu l’a ressuscité le troisième jour, et a voulu qu’il se montrât vivant ;

41 non à tout le peuple, mais aux témoins que Dieu avait choisis avant tous les temps ; à nous, qui avons mangé et bu avec lui, depuis qu’il est ressuscité d’entre les morts.

42 Et il nous a commandé de prêcher et d’attester devant le peuple, que c’est lui qui a été établi de Dieu pour être le juge des vivants et des morts.

43 Tous les prophètes lui rendent témoignage, que tous ceux qui croiront en lui, recevront par son nom la rémission de leurs péchés.

44 Pierre parlait encore, lorsque le Saint-Esprit descendit sur tous ceux qui écoutaient la parole.

45 Et les fidèles circoncis qui étaient venus avec Pierre, furent frappés d’étonnement, de voir que la grâce du Saint-Esprit se répandait aussi sur les gentils :

46 car ils les entendaient parler diverses langues et glorifier Dieu.

47 Alors Pierre dit : Peut-on refuser l’eau du baptême à ceux qui ont déjà reçu le Saint-Esprit comme nous ?

48 Et il commanda qu’on les baptisât au nom du Seigneur Jésus-Christ. Après cela ils le prièrent de demeurer quelques jours avec eux.



LES apôtres et les frères qui étaient dans la Judée, apprirent que les gentils mêmes avaient reçu la parole de Dieu.

2 Et lorsque Pierre fut revenu à Jérusalem, les fidèles circoncis disputaient contre lui,

3 et lui disaient : Pourquoi avez-vous été chez des hommes incirconcis ? et pourquoi avez-vous mangé avec eux ?

4 Mais Pierre commença à leur raconter par ordre, comment la chose s’était passée :

5 Lorsque j’étais, dit-il, dans la ville de Joppé, en prière, il me survint un ravissement d’esprit, et j’eus une vision, dans laquelle je vis descendre du ciel comme une grande nappe, tenue par les quatre coins, qui s’abaissait et venait jusqu’à moi.

6 Et la considérant avec attention, j’y vis des animaux terrestres à quatre pieds, des bêtes sauvages, des reptiles, et des oiseaux du ciel.

7 J’entendis aussi une voix qui me dit : Pierre, levez-vous ; tuez et mangez.

8 Je répondis : Je n’ai garde, Seigneur ! car jamais rien d’impur et de souillé n’entra dans ma bouche.

9 Et la voix me parlant du ciel une seconde fois, me dit : N’appelez pas impur ce que Dieu a purifié.

10 Cela se fit jusqu’à trois fois ; et ensuite toutes ces choses furent retirées dans le ciel.

11 Au même temps trois hommes qui avaient été envoyés vers moi, de la ville de Césarée, se présentèrent à la porte de la maison où j’étais.

12 Et l’Esprit me dit, que j’allasse avec eux sans en faire aucune difficulté. Ces six de nos frères que vous voyez, vinrent aussi avec moi ; et nous entrâmes dans la maison de cet homme,

13 qui nous raconta comment il avait vu en sa maison un ange, qui s’était présenté devant lui, et lui avait dit : Envoyez à Joppé, et faites venir Simon, surnommé Pierre :

14 il vous dira des paroles par lesquelles vous serez sauvé, vous et toute votre maison.

15 Quand j’eus commencé à leur parler, le Saint-Esprit descendit sur eux, comme il était descendu sur nous au commencement.

16 Alors je me souvins de cette parole du Seigneur : Jean a baptisé dans l’eau ; mais vous serez baptises dans le Saint-Esprit.

17 Puis donc que Dieu leur a donné la même grâce qu’à nous, qui avons cru au Seigneur Jésus-Christ, qui étais-je, moi, pour empêcher le dessein de Dieu ?

18 Ayant entendu ce discours de Pierre, ils s’apaisèrent, et glorifièrent Dieu, en disant : Dieu a donc aussi fait part aux gentils du don de la pénitence qui mène la vie.

19 Cependant ceux qui avaient été dispersés par la persécution qui s’était élevée à la mort d’Étienne, avaient passé jusqu’en Phénicie, en Cypre et à Antioche, et n’avaient annoncé la parole qu’aux Juifs seulement.

20 Mais quelques-uns d’entre eux, qui étaient de Cypre et de Cyrène, étant entrés dans Antioche, parlèrent aussi aux Grecs, et leur annoncèrent le Seigneur Jésus.

21 Et la main du Seigneur était avec eux ; de sorte qu’un grand nombre de personnes crurent, et se convertirent au Seigneur.

22 Le bruit en étant venu jusqu’à l’Église de Jérusalem, ils envoyèrent Barnabé à Antioche ;

23 lequel y étant arrivé, et ayant vu la grâce de Dieu, il s’en réjouit, et les exhorta tous à demeurer dans le service du Seigneur, avec un cœur ferme et inébranlable :

24 car c’était un homme vraiment bon, plein du Saint-Esprit et de foi ; et un grand nombre de personnes crurent, et se joignirent au Seigneur.

25 Barnabé s’en alla ensuite à Tarse, pour chercher Saul ; et l’ayant trouvé, il l’amena à Antioche.

26 Ils demeurèrent un an entier dans cette Église, où ils instruisirent un grand nombre de personnes ; de sorte que ce fut à Antioche que les disciples commencèrent à être nommés Chrétiens.

27 En ce même temps quelques prophètes vinrent de Jérusalem à Antioche ;

28 l’un desquels, nommé Agabus, prédit par l’Esprit de Dieu, qu’il y aurait une grande famine par toute la terre ; comme elle arriva ensuite sous l’empereur Claude.

29 Et les disciples résolurent d’envoyer, chacun selon son pouvoir, quelques aumônes aux frères qui demeuraient en Judée :

30 ce qu’ils firent en effet, les envoyant aux prêtres de Jérusalem, par les mains de Barnabé et de Saul.



En ce même temps le roi Hérode employa sa puissance pour maltraiter quelques-uns de l’Église ;

2 et il fit mourir par l’épée Jacques, frère de Jean.

3 Et voyant que cela plaisait aux Juifs, il fit encore prendre Pierre ; c’étaient alors les jours des pains sans levain.

4 L’ayant donc fait arrêter, il le mit en prison, et le donna à garder à quatre bandes de quatre soldats chacune, dans le dessein de le faire mourir devant tout le peuple après la fête de Pâque.

5 Pendant que Pierre était ainsi gardé dans la prison, l’Église faisait sans cesse des prières à Dieu pour lui.

6 Mais la nuit même de devant le jour qu’Hérode avait destiné à son supplice, comme Pierre dormait entre deux soldats, lié de deux chaînes, et que les gardes qui étaient devant la porte gardaient la prison,

7 un ange du Seigneur parut tout d’un coup ; le lieu fut rempli de lumière ; et l’ange poussant Pierre par le côté, l’éveilla, et lui dit : Levez-vous promptement. Au même moment les chaînes tombèrent de ses mains.

8 Et l’ange lui dit : Mettez votre ceinture, et chaussez vos souliers. Il le fit ; et l’ange ajouta : Prenez votre vêtement, et suivez-moi.

9 Pierre sortit donc, et il le suivait, ne sachant pas que ce qui se faisait par l’ange, fût véritable ; mais s’imaginant que ce qu’il voyait, n’était qu’un songe.

10 Lorsqu’ils eurent passé le premier et le second corps de garde, ils vinrent à la porte de fer, par où l’on va à la ville, qui s’ouvrit d’elle-même devant eux ; et étant sortis, ils allèrent ensemble le long d’une rue ; et aussitôt l’ange le quitta.

11 Alors Pierre étant revenu à soi, dit en lui-même : C’est à cette heure que je reconnais véritablement que le Seigneur a envoyé son ange, et qu’il m’a délivré de la main d’Hérode, et de toute l’attente du peuple juif.

12 Et ayant pensé à ce qu’il devait faire, il vint à la maison de Marie, mère de Jean, surnommé Marc, où plusieurs personnes étaient assemblées, et en prière.

13 Quand il eut frappé à la porte, une fille, nommée Rhodé, vint pour écouter qui c’était.

14 Et ayant reconnu la voix de Pierre, elle en eut une si grande joie, qu’au lieu de lui ouvrir, elle courut dire à ceux qui étaient dans la maison, que Pierre était à la porte.

15 Ils lui dirent : Vous avez perdu l’esprit. Mais elle les assura que c’était lui. Et ils disaient : C’est son ange.

16 Cependant Pierre continuait à frapper. Ils lui ouvrirent donc ; et l’avant vu, ils furent saisis d’un extrême étonnement.

17 Mais lui, leur ayant fait signe de la main qu’ils se tussent, il leur raconta comment le Seigneur l’avait tiré de la prison, et leur dit : Faites savoir ceci à Jacques et aux frères. Et aussitôt il sortit, et s’en alla dans un autre lieu.

18 Quand il fut jour, il y eut un grand trouble parmi les soldats, pour savoir ce que Pierre était devenu.

19 Et Hérode l’ayant fait chercher, et ne l’ayant point trouvé, après avoir fait donner la question aux gardes, il commanda qu’ils fussent menés au supplice ; et il s’en alla de Judée à Césarée, où il demeura.

20 Or il était irrité contre les Tyriens et les Sidoniens : mais ils le vinrent trouver d’un commun accord ; et ayant gagné Blaste, qui était chambellan du roi, ils demandèrent la paix, parce que leur pays tirait sa subsistance des terres du roi.

21 Hérode ayant donc pris jour pour leur parler, parut vêtu d’une robe royale ; et étant assis sur son trône, il haranguait devant eux ;

22 et le peuple s’écriait dans ses acclamations : C’est la voix d’un dieu, et non d’un homme.

23 Mais au même instant un ange du Seigneur le frappa, parce qu’il n’avait pas donné gloire a Dieu ; et étant mangé de vers, il mourut.

24 Cependant la parole du Seigneur faisait de grands progrès, et se répandait de plus en plus.

25 Et après que Barnabé et Saul se furent acquittés de leur ministère, ils retournèrent à Jérusalem, ayant pris avec eux Jean, surnommé Marc.



IL y avait alors dans l’Église d’Antioche des prophètes et des docteurs, entre lesquels étaient Barnabé, et Simon qu’on appelait le Noir, Lucius le Cyrénéen, Manahen, frère de lait d’Hérode le tétrarque, et Saul.

2 Or, pendant qu’ils s’acquittaient des fonctions de leur ministère devant le Seigneur, et qu’ils jeûnaient, le Saint-Esprit leur dit : Séparez-moi Saul et Barnabé, pour l’œuvre à laquelle je les ai appelés.

3 Et après qu’ils eurent jeûné et prié, ils leur imposèrent les mains, et les laissèrent aller.

4 Étant ainsi envoyés par le Saint-Esprit, ils allèrent à Séleucie, et de là ils s’embarquèrent pour passer en Cypre.

5 Lorsqu’ils furent arrivés à Salamine, ils prêchaient la parole de Dieu dans les synagogues des Juifs ; et ils avaient avec eux Jean, pour leur servir d’aide et de ministre.

6 Ayant été dans toute l’île jusqu’à Paphos, ils trouvèrent un Juif, magicien et faux prophète, nommé Bar-Jésu,

7 qui était avec le proconsul Serge Paul, homme sage et prudent. Ce proconsul ayant envoyé quérir Barnabé et Saul, désirait d’entendre la parole de Dieu.

8 Mais Élymas, c’est-à dire, le magicien (car c’est ce que signifie ce nom d’Élymas), leur résistait, s’efforçant d’empêcher le proconsul d’embrasser la foi.

9 Alors Saul, qui s’appelle aussi Paul, étant rempli du Saint-Esprit, et regardant fixement cet homme,

10 lui dit : Ô homme plein de toute sorte de tromperie et de fourberie, enfant du diable, ennemi de toute justice ! ne cesserez-vous jamais de pervertir les voies droites du Seigneur ?

11 Mais maintenant la main du Seigneur est sur vous : vous allez devenir aveugle, et vous ne verrez point le soleil jusqu’à un certain temps. Aussitôt les ténèbres tombèrent sur lui, ses yeux s’obscurcirent ; et tournant de tous côtés, il cherchait quelqu’un qui lui donnât la main.

12 Le proconsul ayant vu ce miracle, embrassa la foi, et il admirait la doctrine du Seigneur.

13 Quand Paul, et ceux qui étaient avec lui, furent partis de Paphos, ils vinrent à Perge, en Pamphylie ; mais Jean les ayant quittés, s’en retourna à Jérusalem.

14 Et pour eux, étant partis de Perge sans s’y arrêter, ils vinrent à Antioche de Pisidie ; et étant entrés dans la synagogue au jour du sabbat, ils s’assirent.

15 Après la lecture de la loi et des prophètes, les chefs de la synagogue leur envoyèrent dire : Mes frères, si vous avez quelque exhortation à faire au peuple, vous pouvez parler.

16 Aussitôt Paul se levant, fit signe de la main qu’on lui donnât audience, et leur dit : Ô Israélites, et vous qui craignez Dieu ! écoutez :

17 Le Dieu du peuple d’Israël a choisi nos pères, et a élevé ce peuple en honneur pendant qu’ils demeuraient en Égypte, d’où il les tira avec un bras fort et élevé ;

18 et durant l’espace de quarante ans, il souffrit leurs mœurs déréglées dans le désert.

19 Puis ayant détruit sept nations de la terre de Chanaan, il la leur distribua par sort,

20 environ quatre cent cinquante ans après. Il leur donna ensuite des juges, jusqu’au prophète Samuel.

21 Alors ils demandèrent un roi ; et Dieu leur donna Saül, fils de Cis, de la tribu de Benjamin, qui régna quarante ans.

22 Puis l’ayant ôté du monde, il leur donna David pour roi, à qui il rendit témoignage, en disant : J’ai trouvé David, fils de Jessé, qui est un homme selon mon cœur, et qui accomplira toutes mes volontés.

23 Ç’a été de sa race que Dieu, selon sa promesse, a suscite Jésus pour être le Sauveur d’Israël ;

24 Jean ayant prêché avant lui à tout le peuple d’Israël le baptême de la pénitence, pour le préparer à son avènement.

25 Et lorsque Jean achevait sa course, il disait : Qui croyez-vous que je sois ? Je ne suis point celui que vous pensez ; mais il en vient un autre après moi, dont je ne suis pas digne de délier les souliers.

26 C’est à vous, mes frères, qui êtes enfants de la race d’Abraham, et à ceux d’entre vous qui craignent Dieu, que cette parole de salut a été envoyée.

27 Car les habitants de Jérusalem, et leurs princes, l’ayant méconnu, ils ont accompli, en le condamnant, les paroles des prophètes, qui se lisent chaque jour de sabbat.

28 Et quoiqu’ils ne trouvassent rien en lui qui fût digne de mort, ils demandèrent à Pilate, qu’il le fît mourir.

29 Et lorsque tout ce qui avait été écrit de lui, fut accompli, on le descendit de la croix, et on le mit dans le tombeau.

30 Mais Dieu l’a ressuscité d’entre les morts le troisième jour ; et il a été vu durant plusieurs jours par ceux

31 qui étaient venus avec lui de Galilée à Jérusalem, qui lui rendent encore aujourd’hui témoignage devant le peuple.

32 Ainsi nous vous annonçons l’accomplissement de la promesse qui a été faite a nos pères ;

33 Dieu nous en ayant fait voir l’effet, à nous qui sommes leurs enfants, en ressuscitant Jésus ; selon qu’il est écrit dans le second psaume : Vous êtes mon Fils ; je vous ai engendré aujourd’hui.

31 Et pour montrer qu’il l’a ressuscité d’entre les morts pour ne plus retourner dans la corruption du tombeau, il dit : J’accomplirai fidèlement les promesses que j’ai faites à David.

35 Et il dit encore en un autre endroit : Vous ne permettrez pas que votre Saint éprouve la corruption.

36 Car pour David, après avoir servi en son temps aux desseins de Dieu, il s’est endormi, et a été mis avec ses pères, et il a éprouvé la corruption.

37 Mais celui que Dieu a ressuscité d’entre les morts, n’a point éprouvé la corruption.

38 Sachez donc, mes frères, que c’est par lui que la rémission des péchés vous est annoncée,

39 et que quiconque croit en lui, est justifié par lui de toutes les choses dont vous n’avez pu être justifiés par la loi de Moïse.

40 Prenez donc garde qu’il ne vous arrive ce qui est prédit par les prophètes :

41 Voyez, vous qui méprisez ma parole, soyez dans l’étonnement, et tremblez de frayeur : car je ferai une œuvre en vos jours, une œuvre que vous ne croirez pas, lors même qu’on vous l’annoncera.

42 Lorsqu’ils sortaient de la synagogue, ou les pria de parler encore du même sujet au sabbat suivant.

43 Et quand l’assemblée fut séparée, plusieurs des Juifs et des prosélytes craignant Dieu, suivirent Paul et Barnabé, qui les exhortaient à persévérer dans la grâce de Dieu.

44 Le sabbat suivant, presque toute la ville s’assembla pour entendre la parole de Dieu.

45 Mais les Juifs voyant ce concours de peuple, furent remplis d’envie et de colère, et ils s’opposaient avec des paroles de blasphème, à ce que Paul disait.

46 Alors Paul et Barnabé leur dirent hardiment : Vous étiez les premiers à qui il fallait annoncer la parole de Dieu ; mais puisque vous la rejetez, et que vous vous jugez vous-mêmes indignes de la vie éternelle, nous nous en allons présentement vers les gentils.

47 Car le Seigneur nous l’a ainsi commandé, selon qu’il est écrit : Je vous ai établi pour être la lumière des gentils ; afin que vous soyez leur salut jusqu’aux extrémités de la terre.

48 Les gentils entendant ceci, se réjouirent, et ils glorifiaient la parole du Seigneur : et tous ceux qui avaient été prédestinés à la vie éternelle, embrassèrent la foi.

49 Ainsi la parole du Seigneur se répandait dans tout le pays.

50 Mais les Juifs ayant animé des femmes dévotes et de qualité, et les principaux de la ville, excitèrent une persécution contre Paul et Barnabe, et les chassèrent de leur pays.

51 Alors Paul et Barnabé ayant secoué contre eux la poussière de leurs pieds, vinrent à Icone.

52 Cependant les disciples étaient remplis de joie et du Saint-Esprit.



OR il arriva qu’étant à Icone, ils entrèrent ensemble dans la synagogue des Juifs ; et ils y parlèrent de telle sorte, qu’une grande multitude de Juifs et de Grecs embrassa la foi.

2 Mais ceux des Juifs qui demeurèrent dans l’incrédulité, excitèrent et irritèrent l’esprit des gentils contre les frères.

3 Ils demeurèrent donc longtemps en cette ville, se conduisant avec grande liberté pour la gloire du Seigneur, qui rendait témoignage à la parole de sa grâce, en leur faisant faire des prodiges et des miracles.

4 Ainsi toute la ville fut partagée, les uns étant pour les Juifs, et les autres pour les apôtres.

5 Mais comme les gentils et les Juifs, avec leurs principaux chefs, allaient se jeter sur eux pour les outrager et les lapider,

6 les apôtres l’ayant su, se réfugièrent à Lystre et à Derbe, villes de Lycaonie, et au pays d’alentour, où ils prêchaient l’Évangile.

7 Or il y avait à Lystre un homme perclus de ses jambes, qui était boiteux dès le ventre de sa mère, et qui n’avait jamais marché.

8 Cet homme entendit la prédication de Paul ; et Paul arrêtant les yeux sur lui, et voyant qu’il avait la foi qu’il serait guéri,

9 il lui dit à haute voix : Levez-vous, et tenez-vous droit sur vos pieds. Aussitôt il se leva en sautant, et commença à marcher.

10 Le peuple ayant vu ce que Paul avait fait, ils élevèrent leur voix, et dirent en langue lycaonienne : Ce sont des dieux qui sont descendus vers nous, sous la forme d’hommes.

11 Et ils appelèrent Barnabé, Jupiter ; et Paul, Mercure, parce que c’était lui qui portait la parole.

12 Et même le sacrificateur du temple de Jupiter, qui était près de la ville, amena des taureaux, et apporta des couronnes devant la porte, voulant, aussi bien que le peuple, leur sacrifier.

13 Mais les apôtres Barnabé et Paul, ayant entendu ceci, déchirèrent leurs vêtements ; et s’avançant au milieu de la multitude, ils crièrent :

14 Mes amis, que voulez-vous faire ? Nous ne sommes que des hommes non plus que vous, et sujets aux mêmes infirmités ; et nous vous avertissons de quitter ces vaines superstitions, pour vous convertir au Dieu vivant, qui a fait le ciel et la terre, la mer, et tout ce qu’ils contiennent :

15 qui dans les siècles passés a laissé marcher toutes les nations dans leurs voies,

16 sans néanmoins qu’il ait cessé de rendre toujours témoignage de ce qu’il est, en faisant du bien aux hommes, en dispensant les pluies du ciel, et les saisons favorables pour les fruits, en nous donnant la nourriture avec abondance, et remplissant nos cœurs de joie.

17 Mais quoi qu’ils pussent dire, ils eurent bien de la peine à empêcher que le peuple ne leur sacrifiât.

18 En ce même temps quelques Juifs d’Antioche et d’Icone étant survenus, gagnèrent le peuple ; et ayant lapidé Paul, ils le traînèrent hors de la ville, croyant qu’il fût mort.

19 Mais les disciples s’étant amassés autour de lui, il se leva et rentra dans la ville ; et le lendemain il partit avec Barnabé, pour aller à Derbe.

20 Et après avoir annoncé l’Évangile dans cette ville-là, et instruit plusieurs personnes, ils retournèrent à Lystre, à Icone, et à Antioche ;

21 fortifiant le courage des disciples, les exhortant à persévérer dans la foi, et leur remontrant que c’est par beaucoup de peines et d’afflictions que nous devons entrer dans le royaume de Dieu.

22 Ayant donc ordonné des prêtres en chaque Église, avec des prières et des jeunes, ils les recommandèrent au Seigneur, auquel ils avaient cru.

23 Ils traversèrent ensuite la Pisidie, et vinrent en Pamphylie ;

24 et ayant annoncé la parole du Seigneur à Perge, ils descendirent à Attalie :

25 de là ils firent voile à Antioche, d’où on les avait envoyés, en les abandonnant à la grâce de Dieu, pour l’œuvre qu’ils avaient accomplie.

20 Y étant arrivés, et ayant assemblé l’Église, ils leur racontèrent combien Dieu avait fait de grandes choses avec eux, et comme il avait ouvert aux gentils la porte de la foi.

27 Et ils demeurèrent là assez longtemps avec les disciples.



OR quelques-uns qui étaient venus de Judée, enseignaient cette doctrine aux frères : Si vous n’êtes circoncis selon la pratique de la loi de Moïse, vous ne pouvez être sauvés.

2 Paul et Barnabé s’étant donc élevés fortement contre eux, il fut résolu que Paul et Barnabé, et quelques-uns d’entre les autres, iraient à Jérusalem, vers les apôtres et les prêtres, pour leur proposer cette question.

3 Les fidèles de cette Église les ayant donc fait conduire, ils traversèrent la Phénicie et la Samarie, racontant la conversion des gentils ; ce qui donnait beaucoup de joie à tous les frères.

4 Et étant arrives à Jérusalem, ils furent reçus par l’Église, par les apôtres et par les prêtres ; et ils leur rapportèrent combien Dieu avait fait de grandes choses avec eux.

5 Mais quelques-uns de la secte des pharisiens, qui avaient embrassé la foi, s’élevèrent, et soutinrent qu’il fallait circoncire les gentils, et leur ordonner de garder la loi de Moïse.

6 Les apôtres donc, et les prêtres, s’assemblèrent pour examiner et résoudre cette affaire.

7 Et après en avoir beaucoup conféré ensemble, Pierre se leva, et leur dit : Mes frères, vous savez qu’il y a longtemps que Dieu m’a choisi d’entre nous, afin que les gentils entendissent par ma bouche la parole de l’Évangile, et qu’ils crussent.

8 Et Dieu, qui connaît les cœurs, leur a rendu témoignage, leur donnant le Saint-Esprit aussi bien qu’à nous.

9 Et il n’a point fait de différence entre eux et nous, ayant purifié leurs cœurs par la foi.

10 Pourquoi donc tentez-vous maintenant Dieu, en imposant aux disciples un joug que ni nos pères, ni nous, n’avons pu porter ?

11 Mais nous croyons que c’est par la grâce du Seigneur Jésus-Christ, que nous serons sauvés, aussi bien qu’eux.

12 Alors toute la multitude se tut ; et ils écoutaient Barnabé et Paul, qui leur racontaient combien de miracles et de prodiges Dieu avait faits par eux parmi les gentils.

13 Après qu’ils se furent tus, Jacques prit la parole, et dit : Mes frères, écoutez-moi :

14 Simon vous a représenté de quelle sorte Dieu a commencé de regarder favorablement les gentils, pour choisir parmi eux un peuple consacré à son nom ;

15 et les paroles des prophètes s’y accordent, selon qu’il est écrit :

16 Après cela je reviendrai édifier de nouveau la maison de David, qui est tombée ; je réparerai ses ruines, et la relèverai :

17 afin que le reste des hommes, et tous les gentils qui seront appelés de mon nom, cherchent le Seigneur : c’est ce que dit le Seigneur, qui fait ces choses.

18 Dieu connaît son œuvre de toute éternité.

19 C’est pourquoi je juge qu’il ne faut point inquiéter ceux d’entre les gentils qui se convertissent à Dieu ;

20 mais qu’on doit seulement leur écrire, qu’ils s’abstiennent des souillures des idoles, de la fornication, des chairs étouffées, et du sang.

21 Car quant aux Juifs, il y a depuis longtemps en chaque ville des hommes qui leur annoncent les enseignements de Moïse dans les synagogues, où on le lit chaque jour de sabbat.

22 Alors il fut résolu par les apôtres et les prêtres, avec toute l’Église, de choisir quelques-uns d’entre eux pour les envoyer à Antioche, avec Paul et Barnabe. Ils choisirent donc Jude, surnommé Barsabas, et Silas, qui étaient des principaux entre les frères ;

23 et ils écrivirent par eux cette lettre : Les Apôtres, les prêtres, et les frères : à nos frères d’entre les gentils, qui sont à Antioche, en Syrie et en Cilicie : Salut !

24 Comme nous avons su que quelques-uns qui venaient d’avec nous, vous ont troublés par leurs discours, et ont renversé vos âmes, sans toutefois que nous leur en eussions donné aucun ordre :

25 après nous être assemblés dans un même esprit, nous avons jugé à propos de vous envoyer des personnes choisies, avec nos chers frères Barnabé et Paul,

26 qui sont des hommes qui ont exposé leur vie pour le nom de notre Seigneur Jésus-Christ.

27 Nous vous envoyons donc Jude et Silas, qui vous feront entendre les mêmes choses de vive voix.

28 Car il a semblé bon au Saint-Esprit et à nous, de ne vous point imposer d’autre charge, que celles-ci qui sont nécessaires ;

29 savoir : de vous abstenir de ce qui aura été sacrifié aux idoles, du sang, des chairs étouffées, et de la fornication ; abstenez-vous de ces choses, et vous ferez bien. Adieu !

30 Ayant donc été envoyés de la sorte, ils vinrent à Antioche, ou ils assemblèrent les fidèles, et leur rendirent cette lettre,

31 qu’ils lurent avec beaucoup de consolation et de joie.

32 Jude et Silas étant eux-mêmes prophètes, consolèrent et fortifièrent aussi les frères par plusieurs discours.

33 Et après qu’ils eurent demeuré là quelque temps, les frères les renvoyèrent eu paix à ceux qui les avaient envoyés.

34 Silas néanmoins jugea à propos de demeurer à Antioche, et Jude retourna seul à Jérusalem.

35 Paul et Barnabé demeurèrent aussi à Antioche, où ils enseignaient et annonçaient avec plusieurs autres la parole du Seigneur.

36 Quelques jours après, Paul dit à Barnabé : Retournons visiter nos frères par toutes les villes où nous avons prêché la parole du Seigneur, pour voir en quel état ils sont.

37 Or Barnabé voulait prendre avec lui Jean, surnommé Marc.

38 Mais Paul le priait de considérer qu’il n’était pas à propos de prendre avec eux celui qui les avait quittés en Pamphylie, et qui ne les avait point accompagnés dans leur ministère.

39 Il se forma donc entre eux une contestation, qui fut cause qu’ils se séparèrent l’un de l’autre. Barnabé prit Marc avec lui, et s’embarqua pour aller en Cypre.

40 Et Paul ayant choisi Silas, partit avec lui, après avoir été abandonné à la grâce de Dieu par les frères.

41 Il traversa la Syrie et la Cilicie, confirmant les Églises, et leur ordonnant de garder les règlements des apôtres et des prêtres.



OR Paul arriva à Derbe, et ensuite à Lystre, où il rencontra un disciple, nommé Timothée, fils d’une femme juive fidèle et d’un père gentil.

2 Les frères qui étaient à Lystre et à Icone, rendaient un témoignage avantageux à ce disciple.

3 Paul voulut donc qu’il vînt avec lui ; et l’ayant pris auprès de lui, il le circoncit à cause des Juifs qui étaient en ces lieux-là : car tous savaient que son père était gentil.

4 Or, allant de ville en ville, ils donnaient pour règle aux fidèles, de garder les ordonnances qui avaient été établies par les apôtres et par les prêtres de Jérusalem.

5 Ainsi les Églises se fortifiaient dans la foi, et croissaient en nombre de jour en jour.

6 Lorsqu’ils eurent traversé la Phrygie et la Galatie, le Saint-Esprit leur défendit d’annoncer la parole de Dieu dans l’Asie.

7 Et étant venus en Mysie, ils se disposaient à passer en Bithynie ; mais l’Esprit de Jésus ne le leur permit pas.

8 Ils passèrent ensuite la Mysie, et descendirent à Troade ;

9 Paul eut la nuit cette vision : Un homme de Macédoine se présenta devant lui, et lui fit cette prière : Passez en Macédoine, et venez nous secourir.

10 Aussitôt qu’il eut eu cette vision, nous nous disposâmes à passer en Macédoine, ne doutant point que Dieu ne nous y appelât pour y prêcher l’Évangile.

11 Nous étant donc embarqués à Troade, nous vînmes droit à Samothrace, et le lendemain à Naples ;

12 de là à Philippes, colonie romaine, qui est la première ville qu’on rencontre de ce côté-là dans la Macédoine ; et nous y demeurâmes quelques jours.

13 Le jour du sabbat, nous sortîmes hors de la ville, et nous allâmes près de la rivière, où paraissait être le lieu ordinaire de la prière. Nous nous assîmes, et nous parlâmes aux femmes qui étaient là assemblées.

14 Il y en avait une, nommée Lydie, de la ville de Thyatire, marchande de pourpre, qui servait Dieu. Elle nous écouta ; et le Seigneur lui ouvrit le cœur, pour entendre avec soumission ce que Paul disait.

15 Après qu’elle eut été baptisée, et sa famille avec elle, elle nous fit cette prière : Si vous me croyez fidèle au Seigneur, entrez dans ma maison, et y demeurez. Et elle nous y força.

16 Or il arriva que comme nous allions au lieu ordinaire de la prière, nous rencontrâmes une servante qui, ayant un esprit de Python, apportait un grand gain à ses maîtres en devinant.

17 Elle se mit à nous suivre, Paul et nous, en criant : Ces hommes sont des serviteurs du Dieu très-haut, qui vous annoncent la voie du salut.

18 Elle fit la même chose pendant plusieurs jours. Mais Paul ayant peine à le souffrir, se retourna vers elle, et dit à l’esprit : Je te commande, au nom de Jésus-Christ, de sortir de cette fille. Et il sortit à l’heure même.

19 Mais les maîtres de cette servante, voyant qu’ils avaient perdu l’espérance de leur gain, se saisirent de Paul et de Silas ; et les ayant emmenés dans la place, devant ceux qui commandaient dans la ville,

20 ils les présentèrent aux magistrats, en leur disant : Ces hommes troublent toute notre ville : car ce sont des Juifs,

21 qui veulent introduire une manière de vie qu’il ne nous est point permis, à nous qui sommes Romains, de recevoir, ni de suivre.

22 Le peuple accourut en foule contre eux ; et les magistrats ayant fait déchirer leurs vêtements, commandèrent qu’ils fussent battus de verges.

23 Et après qu’on leur eut donné plusieurs coups, ils les mirent en prison, et ils ordonnèrent au geôlier de les garder sûrement.

24 Le geôlier ayant reçu cet ordre, les mit dans un cachot, et leur serra les pieds dans des ceps.

25 Sur le minuit, Paul et Silas s’étant mis en prière, chantaient des hymnes à la louange de Dieu ; et les prisonniers les entendaient.

26 Et tout d’un coup il se fit un si grand tremblement de terre, que les fondements de la prison en furent ébranlés ; en même temps toutes les portes s’ouvrirent, et les liens de tous les prisonniers furent rompus.

27 Le geôlier s’étant éveillé, et voyant toutes les portes de la prison ouvertes, tira son épée, et voulut se tuer, s’imaginant que les prisonniers s’étaient sauvés.

28 Mais Paul lui cria à haute voix : Ne vous faites point de mal : car nous voici encore tous.

29 Alors le geôlier ayant demandé de la lumière, entra dedans ; et tout tremblant se jeta aux pieds de Paul et de Silas ;

30 et les ayant tirés de ce lieu-là, il leur dit : Seigneurs, que faut-il que je fasse pour être sauvé ?

31 Ils lui répondirent : Croyez au Seigneur Jésus, et vous serez sauvé, vous et votre famille.

32 Et ils lui annoncèrent la parole du Seigneur, et à tous ceux qui étaient dans sa maison.

33 Et les ayant pris à cette même heure de la nuit, il lava leurs plaies ; et aussitôt il fut baptisé, avec toute sa famille.

34 Puis les ayant menés en son logement, il leur servit à manger ; et il se réjouit avec toute sa maison de ce qu’il avait cru en Dieu.

35 Le jour étant venu, les magistrats lui envoyèrent dire par des huissiers, qu’il laissât aller ces prisonniers.

36 Aussitôt le geôlier vint dire à Paul : Les magistrats ont mandé qu’on vous mît en liberté : sortez donc maintenant, et vous en allez en paix.

37 Mais Paul dit à ces huissiers : Quoi ! après nous avoir publiquement battus de verges, sans connaissance de cause, nous qui sommes citoyens romains, ils nous ont mis en prison, et maintenant ils nous en font sortir en secret ! Il n’en sera pas ainsi : il faut qu’ils viennent eux-mêmes nous en tirer.

38 Les huissiers rapportèrent ceci aux magistrats, qui eurent peur, ayant appris qu’ils étaient citoyens romains.

39 Ils vinrent donc leur faire des excuses ; et les ayant mis hors de la prison, ils les supplièrent de se retirer de leur ville.

40 Et eux, au sortir de la prison, allèrent chez Lydie ; et ayant vu les frères, ils les consolèrent ; puis ils partirent.



ILS passèrent de là par Amphipolis et par Apollonie, et vinrent à Thessalonique, ou les Juifs avaient une synagogue.

2 Paul y entra, selon sa coutume ; et il les entretint des Écritures durant trois jours de sabbat ;

3 leur découvrant et leur faisant voir, qu’il avait fallu que le Christ souffrît, et qu’il ressuscitât d’entre les morts : et ce Christ, leur disait-il, est Jésus que je vous annonce.

4 Quelques-uns d’entre eux crurent, et se joignirent à Paul et à Silas ; comme aussi une grande multitude de Grecs craignant Dieu, et plusieurs femmes de qualité.

5 Mais les Juifs, poussés d’un faux zèle, prirent avec eux quelques méchants hommes de la lie du peuple ; et ayant excité un tumulte, ils troublèrent toute la ville, et vinrent assiéger la maison de Jason, voulant enlever Paul et Silas, et les mener devant le peuple.

6 Mais ne les ayant point trouvés, ils traînèrent Jason, et quelques-uns des frères, devant les magistrats de la ville, en criant : Ce sont là ces gens qui sont venus ici troubler notre ville ;

7 et Jason les a reçus chez lui. Ils sont tous rebelles aux ordonnances de César, en soutenant qu’il y a un autre Roi, qu’ils nomment Jésus.

8 Ils émurent donc la populace, et les magistrats de la ville qui les écoutaient.

9 Mais Jason et les autres ayant donné caution, les magistrats les laissèrent aller.

10 Dès la nuit même, les frères conduisirent hors de la ville Paul et Silas, pour aller à Bérée ; où étant arrivés, ils entrèrent dans la synagogue des Juifs.

11 Or ces Juifs de Bérée étaient de plus honnêtes gens que ceux de Thessalonique ; et ils reçurent la parole de Dieu avec beaucoup d’affection et d’ardeur, examinant tous les jours les Écritures, pour voir si ce qu’on leur disait était véritable :

12 de sorte que plusieurs d’entre eux, et beaucoup de femmes grecques de qualité, et un assez grand nombre d’hommes, crurent en Jésus-Christ.

13 Mais quand les Juifs de Thessalonique surent que Paul avait aussi annoncé la parole de Dieu à Bérée, ils y vinrent émouvoir et troubler le peuple.

14 Aussitôt les frères se hâtèrent de faire sortir Paul, pour le conduire jusqu’à la mer ; et Silas avec Timothée demeurèrent à Bérée.

15 Mais ceux qui conduisaient Paul, le menèrent jusqu’à Athènes, où ils le quittèrent, après avoir reçu ordre de lui, de dire à Silas et à Timothée, qu’ils vinssent le trouver au plus tôt.

16 Pendant que Paul les attendait à Athènes, son esprit se sentait ému et comme irrité en lui-même, voyant que cette ville était si attachée à l’idolâtrie.

17 Il parlait donc dans la synagogue avec les Juifs, et avec ceux qui craignaient Dieu, et tous les jours dans la place avec ceux qui s’y rencontraient.

18 Il y eut aussi quelques philosophes épicuriens et stoïciens qui conférèrent avec lui ; et les uns disaient : Qu’est-ce que veut dire ce discoureur ? Et les autres : Il semble qu’il prêche de nouveaux dieux. Ce qu’ils disaient à cause qu’il leur annonçait Jésus et la résurrection.

19 Enfin ils le prirent et le menèrent à l’Aréopage, en lui disant : Pourrions-nous savoir de vous, quelle est cette nouvelle doctrine que vous publiez ?

20 Car vous nous dites de certaines choses dont nous n’avons point encore entendu parler. Nous voudrions donc bien savoir ce que c’est.

21 Or tous les Athéniens, et les étrangers qui demeuraient à Athènes, ne passaient tout leur temps qu’à dire et à entendre quelque chose de nouveau.

22 Paul étant donc au milieu de l’Aréopage, leur dit : Seigneurs athéniens, il me semble qu’en toutes choses vous êtes religieux jusqu’à l’excès.

23 Car ayant regardé en passant les statues de vos dieux, j’ai trouvé même un autel, sur lequel il est écrit : Au Dieu inconnu. C’est donc ce Dieu que vous adorez sans le connaître, que je vous annonce.

24 Dieu qui a fait le monde, et tout ce qui est dans le monde, étant le Seigneur du ciel et de la terre, n’habite point dans les temples bâtis par les hommes.

25 Il n’est point honoré par les ouvrages de la main des hommes, comme s’il avait besoin de ses créatures, lui qui donne à tous la vie, la respiration, et toutes choses.

26 Il a fait naître d’un seul toute la race des hommes ; et il leur a donné pour demeure toute l’étendue de la terre, ayant marqué l’ordre des saisons, et les bornes de l’habitation de chaque peuple :

27 afin qu’ils cherchassent Dieu, et qu’ils tâchassent de le trouver comme avec la main et à tâtons, quoiqu’il ne soit pas loin de chacun de nous.

28 Car c’est en lui que nous avons la vie, le mouvement et l’être ; et comme quelques-uns de vos poëtes ont dit : Nous sommes même les enfants et la race de Dieu.

29 Puis donc que nous sommes les enfants et la race de Dieu, nous ne devons pas croire que la Divinité soit semblable à de l’or, à de l’argent, ou à de la pierre, dont l’art et l’industrie des hommes a fait des figures.

30 Mais Dieu ayant laissé passer et comme dissimulé ces temps d’ignorance, fait maintenant annoncer à tous les hommes et en tous lieux, qu’ils fassent pénitence :

31 parce qu’il a arrêté un jour auquel il doit juger le monde selon la justice, par celui qu’il a destiné à en être le juge ; de quoi il a donné à tous les hommes une preuve certaine, en le ressuscitant d’entre les morts.

32 Mais lorsqu’ils entendirent parler de la résurrection des morts, les uns s’en moquèrent, et les autres dirent : Nous vous entendrons une autre fois sur ce point.

33 Ainsi Paul sortit de leur assemblée.

34 Quelques-uns néanmoins se joignirent à lui, et embrassèrent la foi ; entre lesquels fut Denys, sénateur de l’Aréopage, et une femme nommée Damaris, et d’autres avec eux.



APRÈS cela Paul étant parti d’Athènes, vint à Corinthe.

2 Et ayant trouvé un Juif, nommé Aquilas, originaire du Pont, qui était nouvellement venu d’Italie avec Priscille, sa femme, parce que l’empereur Claude avait ordonné à tous les Juifs de sortir de Rome ; il se joignit à eux.

3 Et parce que leur métier était de faire des tentes, et que c’était aussi le sien, il demeurait chez eux, et y travaillait.

4 Mais il prêchait dans la synagogue tous les jours de sabbat ; et faisant entrer dans ses discours le nom du Seigneur Jésus, il s’efforçait de persuader les Juifs et les Grecs.

5 Or quand Silas et Timothée furent venus de Macédoine, Paul s’employait à prêcher avec encore plus d’ardeur, en montrant aux Juifs que Jésus était le Christ.

6 Mais les Juifs le contredisant avec des paroles de blasphème, il secoua ses habits, et leur dit : Que votre sang soit sur votre tête ; pour moi, j’en suis innocent : je m’en vais désormais vers les gentils.

7 Et étant parti de là, il entra chez un nommé Tite Juste, qui craignait Dieu, et dont la maison tenait à la synagogue.

8 Crispe, chef d’une synagogue, crut aussi au Seigneur avec toute sa famille : et plusieurs autres des Corinthiens, ayant entendu Paul, crurent et furent baptisés.

9 Alors le Seigneur dit à Paul en vision durant la nuit : Ne craignez point ; mais parlez sans vous taire :

10 car je suis avec vous, et personne ne pourra vous maltraiter ; parce que j’ai en cette ville un grand peuple.

11 Il demeura donc un an et demi à Corinthe, leur enseignant la parole de Dieu.

12 Or Gallion étant proconsul d’Achaïe, les Juifs d’un commun accord s’élevèrent contre Paul, et le menèrent à son tribunal,

13 en disant : Celui-ci veut persuader aux hommes d’adorer Dieu d’une manière contraire à la loi.

14 Et Paul étant près de parler pour sa défense, Gallion dit aux Juifs : Ô Juifs ! s’il s’agissait de quelque injustice, ou de quelque mauvaise action, je me croirais obligé de vous entendre avec patience :

15 mais s’il ne s’agit que de contestations de doctrine, de mots, et de votre loi, démêlez vos différends comme vous l’entendrez ; car je ne veux point m’en rendre juge.

16 Il les fit retirer ainsi de son tribunal.

17 Et tous ayant saisi Sosthène, chef d’une synagogue, le battaient devant le tribunal, sans que Gallion s’en mît en peine.

18 Quand Paul eut encore demeuré là plusieurs jours, il prit congé des frères, et s’embarqua pour aller en Syrie avec Priscille et Aquilas ; s’étant fait couper les cheveux à Cenchrée, à cause d’un vœu qu’il avait fait.

19 Et il arriva à Éphèse, où il laissa Priscille et Aquilas. Pour lui, étant entré dans la synagogue, il conféra avec les Juifs,

20 qui le prièrent de demeurer plus longtemps avec eux ; mais il ne voulut point y consentir.

21 Et il prit congé d’eux, en leur disant : Je reviendrai vous voir, si c’est la volonté de Dieu. Et il partit ainsi d’Éphèse.

22 Étant abordé à Césarée, il alla à Jérusalem ; et après avoir salué l’Église, il se rendit à Antioche,

23 où il passa quelque temps ; et il en partit ensuite, traversant par ordre, et de ville en ville, la Galatie et la Phrygie, et fortifiant tous les disciples.

24 En ce même temps un Juif, nommé Apollon, originaire d’Alexandrie, homme éloquent et fort habile dans les Écritures, vint à Éphèse.

25 Il était instruit de la voie du Seigneur ; et parlant avec zèle et avec ferveur d’esprit, il expliquait et enseignait avec soin ce qui regardait Jésus, quoiqu’il n’eût connaissance que du baptême de Jean.

26 Il commença donc à parler librement et hardiment dans la synagogue ; et quand Priscille et Aquilas l’eurent entendu, ils le retirèrent chez eux, et l’instruisirent plus amplement de la voie du Seigneur.

27 Il voulut ensuite passer en Achaïe ; et les frères l’y ayant exhorté, ils écrivirent aux disciples de le recevoir ; et lorsqu’il y fut arrivé, il servit beaucoup aux fidèles.

28 Car il convainquait les Juifs publiquement avec grande force, leur montrant par les Écritures, que Jésus était le Christ.



PENDANT qu’Apollon était à Corinthe, Paul ayant traversé les hautes provinces de l’Asie, vint à Éphèse, où ayant trouvé quelques disciples,

2 il leur dit : Avez-vous reçu le Saint-Esprit depuis que vous avez embrassé la foi ? Ils lui répondirent : Nous n’avons pas seulement entendu dire qu’il y ait un Saint-Esprit.

8 Et il leur dit : Quel baptême avez-vous donc reçu ? Ils lui répondirent : Le baptême de Jean.

4 Alors Paul leur dit : Jean a baptisé du baptême de la pénitence, en disant au peuple, qu’ils devaient croire en celui qui venait après lui, c’est-à-dire, en Jésus.

5 Ce qu’ayant entendu, ils furent baptisés au nom du Seigneur Jésus.

6 Et après que Paul leur eut imposé les mains, le Saint-Esprit descendit sur eux ; et ils parlaient diverses langues, et ils prophétisaient.

7 Ils étaient en tout environ douze.

8 Paul entra ensuite dans la synagogue, où il parla avec liberté et hardiesse pendant trois mois, conférant avec les Juifs, et s’efforçant de leur persuader ce qui regarde le royaume de Dieu.

9 Mais comme quelques-uns s’endurcissaient et demeuraient dans l’incrédulité, décriant devant tout le peuple la voie du Seigneur, il se retira, et sépara ses disciples d’avec eux ; et il enseignait tous les jours dans l’école d’un nommé Tyran :

10 ce qu’il continua durant deux ans ; de sorte que tous ceux qui demeuraient en Asie, tant Juifs que gentils, entendirent la parole du Seigneur Jésus.

11 Et Dieu faisait des miracles extraordinaires par les mains de Paul ;

12 jusque-là même que lorsque les mouchoirs et les linges qui avaient touché son corps, étaient appliqués aux malades, ils étaient guéris de leurs maladies, et les esprits malins sortaient du corps des possédés.

13 Or quelques-uns des exorcistes juifs qui allaient de ville en ville, entreprirent d’invoquer le nom du Seigneur Jésus sur ceux qui étaient possédés des malins esprits, en leur disant : Nous vous conjurons par Jésus que Paul prêche.

14 Ceux qui faisaient cela, étaient sept fils d’un Juif, prince des prêtres, nommé Scéva.

15 Mais le malin esprit leur répondit : Je connais Jésus, et je sais qui est Paul ; mais vous, qui êtes-vous ?

16 Aussitôt l’homme qui était possédé d’un démon très-méchant, se jeta sur eux, et s’étant rendu maître, de deux d’entre eux, il les traita si mal qu’ils furent contraints de s’enfuir de cette maison tout nus et blessés.

17 Cet événement ayant été su de tous les Juifs et de tous les gentils qui demeuraient à Éphèse, ils furent tous saisis de crainte ; et le nom du Seigneur Jésus fut glorifié.

18 Plusieurs même de ceux qui avaient cru, venaient confesser et déclarer ce qu’ils avaient fait de mal.

19 II y en eut aussi beaucoup de ceux qui avaient exercé les arts curieux, qui apportèrent leurs livres, et les brûlèrent devant tout le monde ; et quand on en eut supputé le prix, on trouva qu’il montait à cinquante mille pièces d’argent.

20 Ainsi la parole de Dieu se répandait de plus en plus, et se fortifiait puissamment.

21 Après cela Paul se proposa par le mouvement du Saint-Esprit, de passer par la Macédoine et par l’Achaïe, et d’aller ensuite à Jérusalem, disant : Lorsque j’aurai été là, il faut que je voie aussi Rome.

22 Et ayant envoyé en Macédoine deux de ceux qui le servaient dans son ministère, Timothée et Éraste, il demeura encore quelque temps en Asie.

23 Mais la voie du Seigneur fut alors traversée par un grand trouble.

21 Car un orfèvre, nommé Démétrius, qui faisait de petits temples d’argent de la Diane d’Ephèse, et qui donnait beaucoup à gagner à ceux de ce métier,

25 les assembla avec d’autres qui travaillaient à ces sortes d’ouvrages, et leur dit : Mes amis, vous savez que c’est de ces ouvrages que vient tout notre gain ;

20 et cependant vous voyez vous-mêmes, et vous entendez dire, que ce Paul a détourné un grand nombre de personnes du culte des dieux, non-seulement à Éphèse, mais presque par toute l’Asie, en disant que les ouvrages de la main des hommes ne sont point des dieux.

27 Et il n’y a pas seulement à craindre pour nous, que notre métier ne soit décrié, mais même que le temple de la grande déesse Diane ne tombe dans le mépris, et que la majesté de celle qui est adorée dans toute l’Asie, et même dans tout l’univers, ne s’anéantisse peu à peu.

28 Ayant entendu ce discours, ils furent transportés de colère, et ils s’écrièrent : Vive la grande Diane des Éphésiens !

29 Toute la ville fut aussitôt remplie de confusion ; et ces gens-là coururent en foule à la place publique, où était le théâtre, entraînant Gains et Aristarque, Macédoniens, qui avaient accompagné Paul dans son voyage.

30 Paul voulait aller se présenter à ce peuple ; mais les disciples l’en empêchèrent.

31 Et quelques-uns aussi des asiarques, qui étaient de ses amis, l’envoyèrent prier de ne se présenter point au théâtre.

32 Cependant les uns criaient d’une manière, et les autres d’une autre : car tout ce concours de peuple n’était qu’une multitude confuse ; et la plupart même ne savaient pas pourquoi ils étaient assemblés.

33 Alors Alexandre fut tiré de la foule, étant aidé par les Juifs qui le poussaient devant eux ; et étendant la main, il demanda audience, pour se justifier devant le peuple.

34 Mais ayant reconnu qu’il était Juif, ils s’écrièrent tous comme d’une seule voix, durant près de deux heures : Vive la grande Diane des Éphésiens !

35 Après quoi le greffier de la ville les ayant apaisés, il leur dit : Seigneurs éphésiens, y a-t-il quelqu’un qui ne sache pas que la ville d’Éphèse rend un culte particulier à la grande Diane, fille de Jupiter ?

36 Puis donc qu’on ne peut pas disconvenir de cela, vous devez demeurer en paix, et ne rien faire inconsidérément.

37 Car ceux que vous avez amenés ici, ne sont ni sacrilèges, ni blasphémateurs de votre déesse.

38 Si Démétrius, et les ouvriers qui sont avec lui, ont quelque plainte à faire contre quelqu’un, on tient l’audience, et il y a des proconsuls ; qu’ils s’appellent en justice les uns les autres.

39 Si vous avez quelque autre affaire à proposer, elle pourra se terminer dans une assemblée légitime.

10 Car nous sommes en danger d’être accusés de sédition pour ce qui s’est passé aujourd’hui, ne pouvant alléguer aucune raison pour justifier ce concours tumultuaire du peuple. Ayant dit cela, il congédia toute l’assemblée.



LE tumulte étant cessé, Paul fit venir les disciples ; et les ayant exhortés, il leur dit adieu, et partit pour aller en Macédoine.

2 Après avoir parcouru cette province, et avoir fait plusieurs exhortations aux fidèles, il vint en Grèce ;

3 où ayant demeuré trois mois, il résolut de retourner par la Macédoine, à cause que les Juifs lui avaient dressé des embûches sur le chemin qu’il devait prendre pour aller par mer en Syrie.

4 Il fut accompagné par Sopatre, fils de Pyrrhus, de Bérée ; par Aristarque et par Second, qui étaient de Thessalonique ; par Gaïus, de Derbe, et par Timothée ; et par Tychique et Trophime, qui étaient tous deux d’Asie.

5 Ceux-ci étant allés devant, nous attendirent à Troade.

6 Pour nous, après les jours des pains sans levain, nous nous embarquâmes à Philippes, et nous vînmes en cinq jours les trouver à Troade, où nous en demeurâmes sept.

7 Le premier jour de la semaine, les disciples étant assemblés pour rompre le pain, Paul, qui devait partir le lendemain, leur fit un discours, qu’il continua jusqu’à minuit.

8 Or il y avait beaucoup de lampes en la salle haute où nous étions assemblés.

9 Et comme le discours de Paul dura longtemps, un jeune homme, nommé Eutyque, qui était assis sur une fenêtre, s’endormit ; et étant enfin plongé dans un profond sommeil, il tomba d’un troisième étage en bas, et on l’emporta mort.

10 Mais Paul étant descendu en bas, s’étendit sur lui ; et l’ayant embrassé, il leur dit : Ne vous troublez point, car il vit.

11 Puis étant remonté, et ayant rompu le pain et mangé, il leur parla encore jusqu’au point du jour, et s’en alla ensuite.

12 Et on ramena le jeune homme vivant ; en sorte qu’ils furent extrêmement consolés.

13 Pour nous, nous montâmes sur un vaisseau, et nous allâmes jusqu’à Asson, où nous devions reprendre Paul, selon l’ordre qu’il en avait donné : car pour lui, il avait voulu faire le chemin à pied.

14 Lors donc qu’il nous eut rejoints à Asson, nous allâmes tous ensemble à Mitylène.

15 Et continuant notre route, nous arrivâmes le lendemain vis-à-vis de Chio ; le jour suivant nous abordâmes à Samos ; et le jour d’après nous vînmes a Milet.

16 Car Paul avait résolu de passer Éphèse sans y prendre terre, afin qu’il n’eût point d’occasion de s’arrêter en Asie ; se hâtant pour être, s’il était possible, le jour de la Pentecôte à Jérusalem.

17 Étant à Milet, il envoya à Éphèse, pour faire venir les prêtres de cette Église.

18 Et quand ils furent venus le trouver, et qu’ils furent ensemble, il leur dit : Vous savez de quelle sorte je me suis conduit pendant tout le temps que j’ai été avec vous, depuis le premier jour que je suis entré en Asie :

19 que j’ai servi le seigneur avec toute humilité et avec beaucoup de larmes, parmi les traverses qui me sont survenues par la conspiration des Juifs contre moi ;

20 que je ne vous ai rien caché de tout ce qui pouvait vous être utile, rien ne m’ayant empêché de vous l’annoncer, et de vous en instruire en public et en particulier ;

21 prêchant aux Juifs, aussi bien qu’aux gentils, la pénitence envers Dieu, et la foi envers notre Seigneur Jésus-Christ.

22 Et maintenant, étant lié par le Saint-Esprit, je m’en vais à Jérusalem, sans que je sache ce qui doit m’y arriver ;

23 sinon que, dans toutes les villes par où je passe, le Saint-Esprit me fait connaître que des chaînes et des afflictions m’y sont préparées.

24 Mais je ne crains rien de toutes ces choses, et ma vie ne m’est pas plus précieuse que moi-même ; il me suffit que j’achève ma course, et que j’accomplisse le ministère que j’ai reçu du Seigneur Jésus, qui est de prêcher l’Évangile de la grâce de Dieu.

25 Je sais que vous ne verrez plus mon visage, vous tous parmi lesquels j’ai passé en prêchant le royaume de Dieu.

26 Je vous déclare, donc aujourd’hui, que je suis pur et innocent du sang de vous tous ;

27 parce que je n’ai point évité de vous annoncer toutes les volontés de Dieu.

28 Prenez donc garde à vous-mêmes, et à tout le troupeau sur lequel le Saint-Esprit vous a établis évêques, pour gouverner l’Église de Dieu, qu’il a acquise par son propre sang.

29 Car je sais qu’après mon départ, il entrera parmi vous des loups ravissants, qui n’épargneront point le troupeau ;

30 et que d’entre vous-mêmes il s’élèvera des gens qui publieront des doctrines corrompues, afin d’attirer des disciples après eux.

31 C’est pourquoi veillez, en vous souvenant que durant trois ans je n’ai point cessé, ni jour, ni nuit, d’avertir avec larmes chacun de vous.

32 Et maintenant je vous recommande à Dieu, et à la parole de sa grâce, à celui qui peut achever l’édifice que nous avons commencé, et vous donner part à son héritage avec tous ses saints.

33 Je n’ai désiré de recevoir de personne ni argent, ni or, ni vêtements ;

31 et vous savez vous-mêmes, que ces mains que vous voyez, m’ont fourni, à moi et à ceux qui étaient avec moi, tout ce qui nous était nécessaire.

35 Je vous ai montré en toute manière, qu’il faut soutenir ainsi les faibles en travaillant, et se souvenir de ces paroles que le Seigneur Jésus a dites lui-même : Qu’il y a plus de bonheur à donner, qu’à recevoir.

36 Après leur avoir ainsi parlé, il se mit à genoux, et pria avec eux tous.

37 Ils commencèrent aussitôt à fondre tous en larmes ; et se jetant au cou de Paul, ils le baisaient ;

38 étant principalement affligés de ce qu’il leur avait dit, qu’ils ne le verraient plus. Et ils le conduisirent jusqu’au vaisseau.



APRÈS que nous nous fûmes séparés d’eux avec beaucoup de peine, nous nous éloignâmes du port, et nous vînmes droit à Cos, le lendemain à Rhodes, et de là à Patare.

2 Et ayant trouve un vaisseau qui passait en Phénicie, nous montâmes dessus, et fîmes voile.

3 Quand nous fûmes à la vue de l’île de Cypre, la laissant à gauche, nous fîmes route vers la Syrie, et nous allâmes aborder à Tyr, où le vaisseau devait laisser sa charge.

4 Y ayant trouvé des disciples, nous y demeurâmes sept jours ; et l’Esprit leur faisait dire à Paul, qu’il n’allât point à Jérusalem.

5 Après que nous y eûmes passé ces sept jours, nous partîmes ; et ils vinrent tous, avec leurs femmes et leurs enfants, nous conduire jusque hors de la ville ; où ayant mis les genoux en terre sur le rivage, nous fîmes la prière.

6 Et après nous être dit adieu les uns aux autres, nous montâmes sur le vaisseau, et ils retournèrent chez eux.

7 Pour nous, de Tyr nous vînmes à Ptolémaïde, où nous achevâmes notre navigation ; et ayant salué les frères, nous demeurâmes un jour avec eux.

8 Le lendemain étant partis de là, nous vînmes à Césarée ; et étant entrés dans la maison de Philippe l’évangéliste, qui était un des sept diacres, nous demeurâmes chez lui.

9 Il avait quatre filles vierges, qui prophétisaient.

10 Pendant notre demeure en cette ville, qui fut de quelques jours, un prophète, nommé Agabus, arriva de Judée.

11 Étant venu nous voir, il prit la ceinture de Paul, et s’en liant les pieds et les mains, il dit : Voici ce que dit le Saint-Esprit : L’homme à qui est cette ceinture, sera lié de cette sorte par les Juifs dans Jérusalem, et ils le livreront entre les mains des gentils.

12 Ayant entendu cette parole, nous le priâmes, nous et ceux de ce lieu-là, de ne point aller à Jérusalem.

13 Mais Paul répondit : Que faites vous de pleurer ainsi, et de m’attendrir le cœur ? Je vous déclare que je suis tout prêt à souffrir à Jérusalem, non-seulement la prison, mais la mort même, pour le nom du Seigneur Jésus.

14 Et quand nous vîmes que nous ne pouvions le persuader, nous ne le pressâmes pas davantage, mais nous dîmes : Que la volonté du Seigneur soit faite !

15 Ces jours étant passés, nous nous disposâmes à partir, et nous allâmes à Jérusalem.

16 Quelques-uns des disciples de la ville de Césarée vinrent aussi avec nous, amenant avec eux un ancien disciple, nommé Mnason, originaire de l’île de Cypre, chez lequel nous devions loger.

17 Quand nous fûmes arrivés à Jérusalem, les frères nous reçurent avec joie.

18 Et le lendemain nous allâmes avec Paul visiter Jacques, chez lequel tous les prêtres s’assemblèrent.

19 Après les avoir embrassés, il leur raconta en détail tout ce que Dieu avait fait par son ministère, parmi les gentils.

20 Et eux, ayant entendu toutes ces choses, en glorifièrent Dieu, et lui dirent : Vous voyez, mon frère, combien de milliers de Juifs ont cru ; et cependant ils sont tous zélés pour la loi.

21 Or ils ont entendu dire, que vous enseignez à tous les Juifs qui sont parmi les gentils, de renoncer à Moïse ; et que vous dites qu’ils ne doivent pas circoncire leurs enfants, ni vivre selon les coutumes reçues parmi les Juifs.

22 Que faut-il donc faire ? Certainement il faudra qu’ils s’assemblent tous : car ils sauront que vous êtes arrivé.

23 Faites donc ce que nous allons vous dire : Nous avons ici quatre hommes qui ont fait un vœu :

24 prenez-les avec vous, et purifiez-vous avec eux, en faisant les frais de la cérémonie, afin qu’ils se rasent la tête ; et que tous sachent que ce qu’ils ont entendu dire de vous est faux, et que vous continuez à garder la loi.

25 Quant aux gentils qui ont cru, nous leur avons écrit, que nous avions jugé qu’ils devaient s’abstenir des viandes immolées aux idoles, du sang, des chairs étouffées, et de la fornication.

26 Paul ayant donc pris ces hommes, et s’étant purifié avec eux, entra au temple le jour suivant, faisant savoir les jours auxquels s’accomplirait leur purification, et quand l’offrande devrait être présentée pour chacun d’eux.

27 Mais sur la fin des sept jours, les Juifs d’Asie, l’ayant vu dans le temple, émurent tout le peuple, et se saisirent de lui, en criant :

28 Au secours, Israélites ! voici celui qui dogmatise partout contre ce peuple, contre la loi, et contre ce lieu saint ; et qui de plus a encore introduit des gentils dans le temple, et a profané ce saint lieu.

29 Ils disaient cela, parce qu’ayant vu dans la ville Trophime d’Éphèse avec Paul, ils croyaient que Paul l’avait introduit dans le temple.

30 Aussitôt toute la ville fut émue, et le peuple accourut en foule ; et s’étant saisis de Paul, ils le tirèrent hors du temple, dont les portes furent fermées en même temps.

31 Et comme ils se disposaient à le tuer, on vint dire au tribun de la cohorte qui gardait le temple, que toute la ville de Jérusalem était en trouble et en confusion.

32 Il prit au même instant des soldats et des centeniers avec lui, et courut à ces séditieux, qui voyant le tribun et les soldats, cessèrent de battre Paul.

33 Le tribun s’approchant, se saisit de lui ; et l’ayant fait lier de deux chaînes, il demandait qui il était, et ce qu’il avait fait.

34 Mais dans cette foule, les uns criaient d’une manière, et les autres d’une autre. Voyant donc qu’il ne pouvait rien apprendre de certain à cause du tumulte, il commanda qu’on le menât dans la forteresse.

35 Lorsque Paul fut sur les degrés, il fallut que les soldats le portassent, à cause de la violence et de la foule de la populace :

36 car il était suivi d’une grande multitude de peuple, qui criait : Faites-le mourir.

37 Paul étant sur le point d’entrer dans la forteresse, dit au tribun : Puis-je prendre la liberté de vous dire quelque chose ? Le tribun lui répondit : Savez-vous parler grec ?

38 N’êtes-vous pas cet Égyptien qui ces jours passés souleva et mena au désert avec lui quatre mille brigands ?

39 Paul lui répondit : Je vous assure que je suis Juif, citoyen de Tarse, ville de Cilicie qui est assez connue. Au reste, je vous prie de me permettre de parler au peuple.

40 Le tribun le lui ayant permis, il se présenta debout sur les degrés, et fit signe de la main au peuple. En même temps il se fit un grand silence, et il leur dit, en langue hébraïque :



MES frères et mes pères, écoutez ce que j’ai à vous dire maintenant pour ma justification.

2 Quand ils entendirent qu’il leur parlait en langue hébraïque, ils écoutèrent avec encore plus de silence ;

3 et il leur dit : Je suis Juif, né à Tarse, en Cilicie. J’ai été élevé dans cette ville aux pieds de Gamaliel, et instruit dans la manière la plus exacte d’observer la loi de nos pères, étant zélé pour la loi, comme vous l’êtes encore tous aujourd’hui.

4 C’est moi qui ai persécuté ceux de cette secte, jusqu’à la mort, les chargeant de chaînes, hommes et femmes, et les mettant en prison,

5 comme le grand prêtre et tout le sénat m’en sont témoins : jusque-là même qu’ayant pris d’eux des lettres pour les frères de Damas, j’y allai pour amener aussi prisonniers à Jérusalem ceux de cette même secte qui étaient là, afin qu’ils fussent punis.

6 Mais il arriva que comme j’étais en chemin, et que j’approchais de Damas vers l’heure de midi, je fus environné tout d’un coup et frappé d’une grande lumière qui venait du ciel ;

7 et étant tombé par terre, j’entendis une voix qui me disait : Saul ! Saul ! pourquoi me persécutez-vous ?

8 Je répondis : Qui êtes-vous, Seigneur ? Et celui qui me parlait, me dit : Je suis Jésus de Nazareth, que vous persécutez.

9 Ceux qui étaient avec moi, virent bien la lumière ; mais ils n’entendirent point ce que disait celui qui me parlait.

10 Alors je dis : Seigneur ! que ferai-je ? Et le Seigneur me répondit : Levez-vous, et allez à Damas ; et on vous dira là tout ce que vous devez faire.

11 Et comme le grand éclat de cette lumière m’avait aveuglé, ceux qui étaient avec moi me prirent par la main, et me menèrent à Damas.

12 Or il y avait à Damas un homme pieux selon la loi, nommé Ananie, à la vertu duquel tous les Juifs qui y demeuraient, rendaient témoignage.

13 Il vint me trouver, et s’approchant de moi, il me dit : Mon frère Saul, recouvrez la vue. Et au même instant je vis et le regardai.

14 Il me dit ensuite : Le Dieu de nos pères vous a prédestiné pour connaître sa volonté, pour voir le Juste, et pour entendre les paroles de sa bouche :

15 car vous lui rendrez témoignage devant tous les hommes, de ce que vous avez vu et entendu.

16 Qu’attendez-vous donc ? Levez-vous, et recevez le baptême, et lavez vos péchés en invoquant le nom du Seigneur.

17 Or il arriva qu’étant revenu depuis à Jérusalem, lorsque j’étais en prière dans le temple, j’eus un ravissement d’esprit,

18 et je le vis qui me dit : Hâtez-vous, et sortez promptement de Jérusalem : car ils ne recevront point le témoignage que vous leur rendrez de moi.

19 Je lui répondis : Seigneur ! ils savent eux-mêmes que c’était moi qui mettais en prison, et qui faisais fouetter dans les synagogues ceux qui croyaient en vous ;

20 et que lorsqu’on répandait le sang de votre martyr Étienne, j’étais présent, et consentais à sa mort, et je gardais les vêtements de ceux qui le lapidaient.

21 Mais il me dit : Allez-vous-en : car je vous enverrai bien loin, vers les gentils.

22 Les Juifs l’avaient écouté jusqu’à ce mot ; mais alors ils élevèrent leur voix, et crièrent : Ôtez du monde ce méchant : car ce serait un crime de le laisser vivre.

23 Et comme ils criaient, et jetaient leurs vêtements, et faisaient voler la poussière en l’air,

24 le tribun le fit mener dans la forteresse, et commanda qu’on lui donnât la question en le fouettant, pour tirer de sa bouche ce qui les faisait ainsi crier contre lui.

25 Mais quand on l’eut lié, Paul dit à un centenier qui était présent : Vous est-il permis de fouetter un citoyen romain, et qui n’a point été condamné ?

26 Le centenier ayant entendu ces paroles, alla trouver le tribun, et lui dit : Que pensez-vous faire ? Cet homme est citoyen romain.

27 Le tribun aussitôt vint à Paul, et lui dit : Êtes-vous citoyen romain ? Paul lui répondit : Oui, je le suis.

28 Le tribun lui repartit : Il m’a coûté bien de l’argent pour acquérir ce droit d’être citoyen romain. Et moi, lui répondit Paul, je le suis par ma naissance.

29 En même temps ceux qui devaient lui donner la question, se retirèrent ; et le tribun eut peur, voyant que Paul était citoyen romain, et qu’il l’avait fait lier.

30 Le lendemain, voulant savoir plus exactement de quoi il était accusé par les Juifs, il lui fit ôter ses chaînes, et ayant ordonné que les princes des prêtres et tout le conseil s’assemblassent, il amena Paul, et le présenta devant eux.



PAUL regardant fixement le conseil, dit : Mes frères, jusqu’à cette heure je me suis conduit devant Dieu avec toute la droiture d’une bonne conscience.

2 À cette parole, Ananie, grand prêtre, ordonna à ceux qui étaient près de lui, de le frapper sur le visage.

3 Alors Paul lui dit : Dieu vous frappera vous-même, muraille blanchie ! Quoi ! vous êtes assis ici pour me juger selon la loi, et cependant contre la loi vous commandez qu’on me frappe !

4 Ceux qui étaient présents, dirent à Paul : Osez-vous bien maudire le grand prêtre de Dieu ?

5 Paul leur répondit : Je ne savais pas, mes frères, que ce fût le grand prêtre : car il est écrit : Vous ne maudirez point le prince de votre peuple.

6 Or Paul sachant qu’une partie de ceux qui étaient là étaient saducéens, et l’autre pharisiens, il s’écria dans l’assemblée : Mes frères, je suis pharisien, et fils de pharisien ; et c’est à cause de l’espérance d’une autre vie, et de la résurrection des morts, que l’on veut me condamner.

7 Paul ayant parlé de la sorte, il s’émut une dissension entre les pharisiens et les saducéens, et l’assemblée fut divisée.

8 Car les saducéens disent qu’il n’y a ni résurrection, ni ange, ni esprit ; au lieu que les pharisiens reconnaissent l’un et l’autre.

9 Il s’éleva ensuite un grand bruit ; et quelques-uns des pharisiens contestaient, en disant : Nous ne trouvons point de mal en cet homme. Que savons-nous si un esprit, ou un ange, ne lui aurait point parlé ?

10 Le tumulte s’augmentant, et le tribun ayant peur que Paul ne fût mis en pièces par ces gens-là, il commanda qu’on fît venir des soldats, qui l’enlevassent d’entre leurs mains, et le menassent dans la forteresse.

11 La nuit suivante le Seigneur se présenta à lui, et lui dit : Paul, ayez bon courage : car comme vous m’avez rendu témoignage dans Jérusalem, il faut aussi que vous me rendiez témoignage dans Rome.

12 Le jour étant venu, quelques Juifs s’étant ligués, firent vœu avec serment et imprécation, de ne manger, ni boire, qu’ils n’eussent tué Paul.

13 Ils étaient plus de quarante qui avaient fait cette conjuration ;

14 et ils vinrent se présenter aux princes des prêtres et aux sénateurs, et leur dirent : Nous avons fait vœu, avec de grandes imprécations, de ne point manger que nous n’ayons tué Paul.

15 Vous n’avez donc qu’à faire savoir, de la part du conseil, au tribun, que vous le priez de faire amener demain Paul devant vous, comme pour connaître plus particulièrement de son affaire ; et nous serons prêts pour le tuer avant qu’il arrive.

16 Mais le fils de la sœur de Paul, ayant appris cette conspiration, vint et entra dans la forteresse, et en avertit Paul.

17 Paul ayant appelé un des centeniers, lui dit : Je vous prie de mener ce jeune homme au tribun : car il a quelque chose a lui dire.

18 Le centenier prit le jeune homme avec lui, et le mena au tribun, auquel il dit : Le prisonnier Paul m’a prié de vous amener ce jeune homme, qui a quelque avis à vous donner.

19 Le tribun le prenant par la main, et l’ayant tiré à part, lui demanda ce qu’il avait à lui dire.

20 Ce jeune homme lui dit : Les Juifs ont résolu ensemble de vous prier que demain vous envoyiez Paul dans leur assemblée, comme s’ils voulaient connaître plus exactement de son affaire :

21 mais ne consentez pas à leur demande ; car plus de quarante hommes d’entre eux doivent lui dresser des embûches, ayant fait vœu avec de grands serments de ne manger, ni boire, qu’ils ne l’aient tué ; et ils sont déjà tout préparés, attendant seulement que vous leur promettiez ce qu’ils désirent.

22 Le tribun ayant entendu cela, renvoya le jeune homme, et lui défendit de découvrir à personne qu’il lui eût donné cet avis ;

23 et ayant appelé deux centeniers, il leur dit : Tenez prêts, dès la troisième heure de la nuit, deux cents soldats, soixante et dix cavaliers, et deux cents archers, pour aller jusqu’à Césarée.

24 Il leur ordonna aussi d’avoir des chevaux pour monter Paul, et le mener sûrement au gouverneur Félix.

25 Car il eut peur que les Juifs ne l’enlevassent, et ne le tuassent ; et qu’après cela on ne l’accusât d’avoir reçu d’eux de l’argent pour le leur livrer.

26 Il écrivit en même temps à Félix, en ces termes : Claude Lysias : au très-excellent gouverneur Félix : Salut !

27 Les Juifs s’étant saisis de cet homme, et étant sur le point de le tuer, j’y arrivai avec des soldats, et le tirai de leurs mains, ayant su qu’il était citoyen romain.

28 Et voulant savoir de quel crime ils l’accusaient, je le menai en leur conseil ;

29 mais j’ai trouvé qu’il n’était accusé que de certaines choses qui regardent leur loi, sans qu’il y eût en lui aucun crime qui fût digne de mort ou de prison.

30 Et sur l’avis qu’on m’a donné d’une entreprise que les Juifs avaient formée pour le tuer, je vous l’ai envoyé ; ayant aussi commandé à ses accusateurs, d’aller proposer devant vous ce qu’ils ont à dire contre lui. Adieu.

31 Les soldats donc, pour exécuter l’ordre qu’ils avaient reçu, prirent Paul avec eux, et le menèrent la nuit à Antipatride.

32 Et le lendemain ils s’en retournèrent à la forteresse, l’ayant laissé entre les mains des cavaliers ;

33 qui étant arrivés à Césarée, rendirent la lettre au gouverneur, et lui présentèrent Paul.

34 Le gouverneur l’ayant lue, s’enquit de quelle province était Paul ; et avant appris qu’il était de Cilicie,

35 il lui dit : Je vous entendrai quand vos accusateurs seront venus. Et il commanda qu’on le gardât au palais d’Hérode.



CINQ jours après, Ananie, grand prêtre, descendit à Césarée, avec quelques sénateurs, et un certain orateur, nomme Tertulle ; et ils se rendirent accusateurs de Paul devant le gouverneur.

2 Paul ayant été appelé, Tertulle commença de l’accuser en ces termes : Comme c’est par vous, très-excellent Félix, que nous jouissons d’une profonde paix, et plusieurs ordres très salutaires à ce peuple ayant été établis par votre sage prévoyance,

3 nous le reconnaissons en toutes rencontres et en tous lieux, et nous vous en rendons toutes sortes d’actions de grâces.

4 Mais pour ne vous point arrêter plus longtemps, je vous prie d’écouter avec votre équité ordinaire ce que nous avons à vous dire en peu de paroles.

5 Nous avons trouvé cet homme qui est une peste publique, qui met dans tout l’univers la division et le trouble parmi tous les Juifs, et qui est le chef de la secte séditieuse des Nazaréens :

6 qui a même tenté de profaner le temple ; de sorte que nous nous étions saisis de lui, et voulions le juger selon notre loi ;

7 mais le tribun Lysias étant survenu, nous l’a arraché d’entre les mains avec grande violence,

8 ordonnant que ses accusateurs viendraient comparaître devant vous ; et vous pourrez vous-même en l’interrogeant reconnaître la vérité de toutes les choses dont nous l’accusons.

9 Les Juifs ajoutèrent, que tout cela était véritable.

10 Mais le gouverneur ayant fait signe à Paul de parler, il le fit de cette sorte : J’entreprendrai avec d’autant plus de confiance de me justifier devant vous, que je sais qu’il y a plusieurs années que vous gouvernez cette province.

11 Car il vous est aisé de savoir qu’il n’y a pas plus de douze jours que je suis venu à Jérusalem pour adorer Dieu ;

12 et ils ne m’ont point trouvé disputant avec personne, ni amassant le peuple, soit dans le temple, soit dans les synagogues,

13 soit dans la ville ; et ils ne sauraient prouver aucun des chefs dont ils m’accusent maintenant.

14 Il est vrai, et je le reconnais devant vous, que selon cette secte, qu’ils appellent hérésie, je sers le Dieu de nos pères, croyant toutes les choses qui sont écrites dans la loi et dans les prophètes ;

15 espérant en Dieu, comme ils l’espèrent eux-mêmes, que tous les hommes justes et injustes ressusciteront un jour.

16 C’est pourquoi je travaille incessamment à conserver ma conscience exempte de reproche devant Dieu et devant les hommes.

17 Mais étant venu, après plusieurs années, pour faire des aumônes à ma nation, et rendre à Dieu mes offrandes et mes vœux ;

18 lorsque j’étais encore dans ces exercices de religion, ils m’ont trouvé purifié dans le temple, sans amas de peuple et sans tumulte :

19 et ce sont certains Juifs d’Asie, qui devaient comparaître devant vous, et se rendre accusateurs, s’ils avaient quelque chose à dire contre moi.

20 Mais que ceux-ci mêmes déclarent s’ils m’ont trouvé coupable de quoi que ce soit, lorsque j’ai comparu dans leur assemblée ;

21 si ce n’est qu’on veuille me faire un crime de cette parole que j’ai dite hautement en leur présence : C’est à cause de la résurrection des morts, que vous voulez me condamner aujourd’hui.

22 Félix ayant entendu tous ces discours, les remit a une autre fois, en disant : Lorsque je me serai plus exactement informé de cette secte, et que le tribun Lysias sera venu de Jérusalem, je connaîtrai de votre affaire.

23 Il commanda ensuite à un centenier de garder Paul, mais en le tenant moins resserré, et sans empêcher aucun des siens de le servir,

24 Quelques jours après, Félix étant revenu à Césarée, avec Drusille, sa femme, qui était Juive, fit venir Paul, et il écouta ce qu’il lui dit de la foi en Jésus-Christ.

25 Mais comme Paul lui parlait de la justice, de la chasteté, et du jugement à venir, Félix en fut effrayé, et lui dit : C’est assez pour cette heure, retirez-vous ; quand j’aurai le temps, je vous manderai.

26 Et parce qu’il espérait que Paul lui donnerait de l’argent, il l’envoyait quérir souvent, et s’entretenait avec lui.

27 Deux ans s’étant passés, Félix eut pour successeur Porcius Festus ; et voulant obliger les Juifs, il laissa Paul en prison.



FESTUS étant donc arrivé dans la province, vint trois jours après de Césarée à Jérusalem.

2 Et les princes des prêtres, avec les premiers d’entre les Juifs, vinrent le trouver, pour accuser Paul devant lui ;

3 et ils lui demandaient comme une grâce, qu’il le fit venir à Jérusalem, leur dessein étant de le faire assassiner par des gens qu’ils avaient disposés sur le chemin.

4 Mais Festus leur répondit, que Paul était en prison à Césarée, où il irait dans peu de jours.

5 Que les principaux donc d’entre vous, leur dit-il, y viennent avec moi ; et si cet homme a commis quelque crime, qu’ils l’en accusent.

6 Ayant demeuré à Jérusalem huit ou dix jours au plus, il revint à Césarée ; et le lendemain s’étant assis sur le tribunal, il commanda qu’on amenât Paul.

7 Et comme on l’eut amené, les Juifs qui étaient venus de Jérusalem, se présentèrent tous autour du tribunal, accusant Paul de plusieurs grands crimes, dont ils ne pouvaient apporter aucune preuve.

8 Et Paul se défendait en disant : Je n’ai rien fait, ni contre la loi des Juifs, ni contre le temple, ni contre César.

9 Mais Festus étant bien aise de favoriser les Juifs, dit à Paul : Voulez-vous venir à Jérusalem, et y être jugé devant moi sur les choses dont on vous accuse ?

10 Paul lui répondit : Me voici devant le tribunal de César ; c’est là qu’il faut que je sois jugé : je n’ai fait aucun tort aux Juifs, comme vous-même le savez fort bien.

11 S’il se trouve que je leur aie fait quelque tort, ou que j’aie commis quelque crime digne de mort, je ne refuse pas de mourir : mais s’il n’y a rien de véritable dans toutes les accusations qu’ils font contre moi, personne ne peut me livrer entre leurs mains. J’en appelle à César.

12 Alors Festus, après en avoir conféré avec son conseil, répondit : Vous en avez appelé à César, vous irez devant César.

13 Quelques jours après, le roi Agrippa et Berénice vinrent a Césarée pour saluer Festus.

14 Et comme ils y demeurèrent plusieurs jours, Festus parla au roi de l’affaire de Paul, en lui disant : Il y a un homme que Félix a laissé prisonnier ;

15 que les princes des prêtres et les sénateurs des Juifs vinrent accuser devant moi, lorsque j’étais à Jérusalem, me demandant que je le condamnasse à la mort.

16 Mais je leur répondis, que ce n’était point la coutume des Romains de condamner un homme avant que l’accusé ait ses accusateurs présents devant lui, et qu’on lui ait donné la liberté de se justifier du crime dont on l’accuse.

17 Après qu’ils furent venus ici, je m’assis dès le lendemain sur le tribunal, ne voulant point différer cette affaire, et je commandai que cet homme fût amené.

18 Ses accusateurs étant devant lui, ne lui reprochèrent aucun des crimes dont je m’étais attendu qu’ils l’accuseraient :

19 mais ils avaient seulement quelques disputes avec lui touchant leur superstition, et touchant un certain Jésus mort, que Paul assurait être vivant.

20 Ne sachant donc quelle résolution je devais prendre sur cette affaire, je lui demandai s’il voulait bien aller à Jérusalem, pour y être jugé sur les points dont on l’accusait.

21 Mais Paul en ayant appelé, et voulant que sa cause fût réservée à la connaissance d’Auguste, j’ai ordonné qu’on le gardât jusqu’à ce que je l’envoyasse à César.

22 Agrippa dit à Festus : Il y a déjà du temps que j’ai envie d’entendre parler cet homme. Vous l’entendrez demain, répondit Festus.

23 Le lendemain donc, Agrippa et Bérénice vinrent avec grande pompe ; et étant entrés dans la salle des audiences avec les tribuns et les principaux de la ville, Paul fut amené par le commandement de Festus.

24 Et Festus dit à Agrippa : Ô roi Agrippa, et vous tous qui êtes ici présents avec nous ! vous voyez cet homme contre lequel tout le peuple juif est venu me trouver à Jérusalem, me représentant avec de grandes instances et de grands cris, qu’il n’était pas juste de le laisser vivre plus longtemps.

25 Cependant j’ai trouvé qu’il n’avait rien fait qui fût digne de mort ; et comme lui-même en a appelé à Auguste, j’ai résolu de le lui envoyer.

26 Mais parce que je n’ai rien de certain à en écrire à l’empereur, je l’ai fait venir devant cette assemblée, et principalement devant vous, ô roi Agrippa ! afin qu’après avoir examiné son affaire, je sache ce que je dois en écrire.

27 Car il me semble qu’il ne serait pas raisonnable d’envoyer un prisonnier, sans marquer en même temps quels sont les crimes dont on l’accuse.



ALORS Agrippa dit à Paul : On vous permet de parler pour votre défense. Paul aussitôt ayant étendu la main, commença à se justifier de cette sorte :

2 Je m’estime heureux, ô roi Agrippa ! de pouvoir aujourd’hui me justifier devant vous, de toutes les choses dont les Juifs m’accusent ;

3 parce que vous êtes pleinement informé de toutes les coutumes des Juifs, et de toutes les questions qui sont entre eux : c’est pourquoi je vous supplie de m’écouter avec patience.

4 Premièrement, pour ce qui regarde la vie que j’ai menée dans Jérusalem parmi ceux de ma nation depuis ma jeunesse, elle est connue de tous les Juifs :

5 car, s’ils veulent rendre témoignage à la vérité, ils savent que dès mes plus tendres années j’ai vécu en pharisien, faisant profession de cette secte, qui est la plus approuvée de notre religion.

6 Et cependant on m’oblige aujourd’hui de paraître devant des juges, parce que j’espère en la promesse que Dieu a faite à nos pères ;

7 de laquelle nos douze tribus, qui servent Dieu nuit et jour, espèrent d’obtenir l’effet. C’est cette espérance, ô roi ! qui est le sujet de l’accusation que les Juifs forment contre moi.

8 Vous semble-t-il donc incroyable que Dieu ressuscite les morts ?

9 Pour moi, j’avais cru d’abord qu’il n’y avait rien que je ne dusse faire contre le nom de Jésus de Nazareth.

10 Et c’est ce que j’ai exécuté dans Jérusalem, où j’ai mis en prison plusieurs des saints, en ayant reçu le pouvoir des princes des prêtres ; et lorsqu’on les faisait mourir, j’y ai donné mon consentement.

11 J’ai été souvent dans toutes les synagogues, où, à force de tourments et de supplices, je les forçais de blasphémer ; et étant transporté de fureur contre eux, je les persécutais jusque dans les villes étrangères.

12 Un jour donc, que j’allais dans ce dessein à Damas, avec un pouvoir et une commission des princes des prêtres,

13 lorsque j’étais en chemin, ô roi ! je vis en plein midi briller du ciel une lumière plus éclatante que celle du soleil, qui m’environna, et tous ceux qui m’accompagnaient.

14 Et étant tous tombés par terre, j’entendis une voix qui me disait en langue hébraïque : Saul ! Saul ! pourquoi me persécutez-vous ? Il vous est dur de regimber contre l’aiguillon.

15 Je dis alors : Qui êtes-vous, Seigneur ? Et le Seigneur me dit : Je suis Jésus, que vous persécutez.

16 Mais levez-vous, et vous tenez debout : car je vous ai apparu afin de vous établir ministre et témoin des choses que vous avez vues, et de celles aussi que je vous montrerai en vous apparaissant de nouveau ;

17 et je vous délivrerai de ce peuple, et des gentils auxquels je vous envoie maintenant,

18 pour leur ouvrir les yeux : afin qu’ils se convertissent des ténèbres à la lumière, et de la puissance de Satan à Dieu ; et que par la foi qu’ils auront en moi, ils reçoivent la rémission de leurs péchés, et qu’ils aient part à l’héritage des saints.

19 Je ne résistai donc point, ô roi Agrippa ! à la vision céleste :

20 mais j’annonçai premièrement à ceux de Damas, et ensuite dans Jérusalem, dans toute la Judée, et aux gentils, qu’ils fissent pénitence, et qu’ils se convertissent à Dieu, en faisant de dignes œuvres de pénitence.

21 Voilà le sujet pour lequel les Juifs s’étant saisis de moi dans le temple, se sont efforcés de me tuer.

22 Mais par l’assistance que Dieu m’a donnée, j’ai subsisté jusques à aujourd’hui, rendant témoignage de Jésus aux grands et aux petits, et ne disant autre chose que ce que les prophètes et Moïse ont prédit devoir arriver ;

23 savoir : que le Christ souffrirait la mort, et qu’il serait le premier qui ressusciterait d’entre les morts, et qui annoncerait la lumière à la nation et aux gentils.

24 Lorsqu’il disait ces choses pour sa justification, Festus s’écria : Vous êtes insensé, Paul ; votre grand savoir vous fait perdre le sens.

25 Paul lui répondit : Je ne suis point insensé, très-excellent Festus ; mais les paroles que je viens de dire, sont des paroles de vérité et de bon sens.

26 Car le roi est bien informé de tout ceci ; et je parle devant lui avec d’autant plus de liberté, que je crois qu’il n’ignore rien de ce que je dis ; parce que ce ne sont pas des choses qui se soient passées en secret.

27 Ô roi Agrippa ! ne croyez-vous pas aux prophètes ? Je sais que vous y croyez.

28 Alors Agrippa dit à Paul : Il ne s’en faut guère que vous ne me persuadiez d’être chrétien.

29 Paul lui repartit : Plût à Dieu que non-seulement il ne s’en fallût guère, mais qu’il ne s’en fallut rien du tout, que vous et tous ceux qui m’écoutent présentement, devinssiez tels que je suis, à la réserve de ces liens !

30 Paul ayant dit ces paroles, le roi, le gouverneur, Bérénice, et ceux qui étaient assis avec eux, se levèrent ;

31 et s’étant retirés à part, ils parlèrent ensemble, et dirent : Cet homme n’a rien fait qui soit digne de mort ou de prison.

32 Et Agrippa dit à Festus : Il aurait pu être renvoyé absous, s’il n’en eût point appelé à César.



APRÈS qu’il eut été résolu que Paul irait par mer en Italie, et qu’on le mettrait avec d’autres prisonniers entre les mains d’un nomme Jules, centenier dans une cohorte de la légion appelée Auguste,

2 nous montâmes sur un vaisseau d’Adrumète, et nous levâmes l’ancre pour aller côtoyer les terres d’Asie ; ayant avec nous Aristarque, Macédonien, de Thessalonique.

3 Le jour suivant nous arrivâmes à Sidon ; et Jules traitant Paul avec humanité, lui permit d’aller voir ses amis, et de pourvoir lui-même à ses besoins.

4 Étant partis de là, nous prîmes notre route au-dessous de Cypre, parce que les vents étaient contraires.

5 Et après avoir traversé la mer de Cilicie et de Pamphylie, nous arrivâmes à Lystre de Lycie ;

6 où le centenier ayant trouvé un vaisseau d’Alexandrie, qui faisait voile en Italie, il nous y fit embarquer.

7 Nous allâmes fort lentement pendant plusieurs jours, et nous arrivâmes avec grande difficulté vis-à-vis de Gnide ; et parce que le vent nous empêchait d’avancer, nous côtoyâmes l’île de Crète, vers Salmone.

8 Et allant avec peine le long de la côte, nous abordâmes a un lieu nommé Bons-Ports, près duquel était la ville de Thalasse.

9 Mais parce que beaucoup de temps s’était écoulé, et que la navigation devenait périlleuse, le temps du jeûne étant déjà passé, Paul donna cet avis à ceux qui nous conduisaient :

10 Mes amis, leur dit-il, je vois que la navigation va devenir très-fâcheuse et pleine de péril, non-seulement pour le vaisseau et sa charge, mais aussi pour nos personnes et nos vies.

11 Mais le centenier ajoutait plus de foi aux avis du pilote et du maître du vaisseau, qu’à ce que disait Paul.

12 Et comme le port n’était pas propre pour hiverner, la plupart furent d’avis de se remettre en mer, pour tâcher de gagner Phénice, qui est un port de Crète, qui regarde les vents du couchant d’hiver et d’été, afin d’y passer l’hiver.

13 Le vent du midi commençant à souffler doucement, ils pensèrent qu’ils viendraient à bout de leur dessein ; et ayant levé l’ancre d’Asson, ils côtoyèrent de près l’île de Crète.

14 Mais il se leva peu après un vent impétueux d’entre le levant et le nord, qui donnait contre l’île ;

15 et comme il emportait le vaisseau, sans que nous pussions y résister, on le laissa aller au gré du vent.

16 Nous fûmes poussés au-dessous d’une petite île, appelée Caude, où nous pûmes à peine être maîtres de l’esquif.

17 Mais l’ayant enfin tiré à nous, les matelots employèrent toutes sortes de moyens, et lièrent le vaisseau par-dessous, craignant d’être jetés sur des bancs de sable ; ils abaissèrent le mât, et s’abandonnèrent ainsi à la mer.

18 Et comme nous étions rudement battus de la tempête, le jour suivant ils jetèrent les marchandises dans la mer.

19 Trois jours après, ils y jetèrent aussi de leurs propres mains les agrès du vaisseau.

20 Le soleil ni les étoiles ne parurent point durant plusieurs jours ; et la tempête était toujours si violente, que nous perdîmes toute espérance de nous sauver.

21 Mais parce qu’il y avait longtemps que personne n’avait mangé, Paul se leva au milieu d’eux, et leur dit : Sans doute, mes amis, vous eussiez mieux fait de me croire, et de ne point partir de Crète, pour nous épargner tant de peine et une si grande perte.

22 Je vous exhorte néanmoins à avoir bon courage ; parce que personne ne périra, et il n’y aura que le vaisseau de perdu.

23 Car cette nuit même, un ange du Dieu à qui je suis, et que je sers, m’a apparu,

24 et m’a dit : Paul, ne craignez point : il faut que vous comparaissiez devant César ; et je vous annonce que Dieu vous a donné tous ceux qui naviguent avec vous.

25 C’est pourquoi, mes amis, ayez bon courage : car j’ai cette confiance en Dieu, que ce qui m’a été dit arrivera.

26 Mais nous devons être jetés contre une certaine île.

27 La quatorzième nuit, comme nous naviguions sur la mer Adriatique, les matelots crurent vers le minuit qu’ils approchaient de quelque terre.

28 Et ayant jete la sonde, ils trouvèrent vingt brasses ; et un peu plus loin, ils n’en trouvèrent que quinze.

29 Alors craignant que nous n’allassions donner contre quelque écueil, ils jetèrent quatre ancres de la poupe, et ils attendaient avec impatience que le jour vînt.

30 Or, comme les matelots cherchaient à s’enfuir du vaisseau, et qu’ils descendaient l’esquif en mer, sous prétexte d’aller jeter des ancres du côté de la proue,

31 Paul dit au centenier et aux soldats : Si ces gens-ci ne demeurent dans le vaisseau, vous ne pouvez vous sauver.

32 Alors les soldats coupèrent les câbles de l’esquif, et le laissèrent tomber.

33 Sur le point du jour, Paul les exhorta tous à prendre de la nourriture, en leur disant : Il y a aujourd’hui quatorze jours que vous êtes à jeun, et que vous n’avez rien pris, en attendant la fin de la tempête.

34 C’est pourquoi je vous exhorte à prendre de la nourriture pour pouvoir vous sauver : car il ne tombera pas un seul cheveu de la tête d’aucun de vous.

35 Après avoir dit cela, il prit du pain, et ayant rendu grâces à Dieu devant tous, il le rompit, et commença à manger.

36 Tous les autres prirent courage à son exemple, et se mirent aussi à manger.

37 Or nous étions dans le vaisseau deux cent soixante et seize personnes en tout.

38 Quand ils furent rassasiés, ils soulagèrent le vaisseau en jetant le blé dans la mer.

39 Le jour étant venu, ils ne reconnurent point quelle terre c’était ; mais ils aperçurent un golfe où il y avait un rivage, et ils résolurent d’y faire échouer le vaisseau, s’ils pouvaient.

40 Ils retirèrent les ancres, et lâchèrent en même temps les attaches des gouvernails ; et s’abandonnant à la mer, après avoir mis la voile de l’artimon au vent, ils tiraient vers le rivage.

41 Mais ayant rencontré une langue de terre qui avait la mer des deux côtés, ils y firent échouer le vaisseau ; et la proue s’y étant enfoncée, demeurait immobile ; mais la poupe se rompait par la violence des vagues.

42 Les soldats étaient d’avis de tuer les prisonniers ; de peur que quelqu’un d’eux s’étant sauvé à la nage, ne s’enfuît.

43 Mais le centenier les en empêcha, parce qu’il voulait conserver Paul ; et il commanda que ceux qui pouvaient nager, se jetassent les premiers hors du vaisseau, et se sauvassent à terre.

44 Les autres se mirent sur des planches, ou sur des pièces du vaisseau. Et ainsi ils gagnèrent tous la terre, et se sauvèrent.



NOUS étant ainsi sauvés, nous reconnûmes que l’île s’appelait Malte ; et les barbares nous traitèrent avec beaucoup de bonté :

2 car ils nous reçurent tous chez eux, et ils y allumèrent un grand feu, à cause de la pluie et du froid qu’il faisait.

3 Alors Paul ayant ramassé quelques sarments, et les ayant mis au feu, une vipère que la chaleur en fit sortir, le prit à la main.

4 Quand les barbares virent cette bête qui pendait à sa main, ils s’entre-dirent : Cet homme est sans doute quelque meurtrier, puisque après avoir été sauvé de la mer, la vengeance divine le poursuit encore, et ne veut pas le laisser vivre.

5 Mais Paul ayant secoué la vipère dans le feu, n’en reçut aucun mal.

6 Les barbares s’attendaient qu’il enflerait, ou qu’il tomberait mort tout d’un coup ; mais après avoir attendu longtemps, lorsqu’ils virent qu’il ne lui en arrivait aucun mal, ils changèrent de sentiment, et dirent que c’était un dieu.

7 Il y avait dans cet endroit-là des terres qui appartenaient à un nommé Publius, le premier de cette île, qui nous reçut fort humainement, et qui exerça envers nous l’hospitalité durant trois jours.

8 Or il se rencontra que son père était malade de fièvre et de dyssenterie : Paul alla donc le voir, et ayant fait sa prière, il lui imposa les mains, et le guérit.

9 Après ce miracle, tous ceux de l’île qui étaient malades, vinrent à lui, et furent guéris.

10 Ils nous rendirent aussi de grands honneurs ; et lorsque nous nous remîmes en mer, ils nous pourvurent de tout ce qui nous était nécessaire pour notre voyage.

11 Au bout de trois mois, nous nous embarquâmes sur un vaisseau d’Alexandrie, qui avait passé l’hiver dans l’île, et qui portait pour enseigne Castor et Pollux.

12 Nous abordâmes à Syracuse, où nous demeurâmes trois jours.

13 De là, en côtoyant la Sicile, nous vînmes à Rhége ; et un jour après, le vent du midi s’étant levé, nous arrivâmes en deux jours à Pouzzoles ;

14 où nous trouvâmes des frères qui nous prièrent de demeurer chez eux sept jours ; et ensuite nous prîmes le chemin de Rome.

15 Lorsque les frères de Rome eurent appris des nouvelles de notre arrivée, ils vinrent au-devant de nous jusqu’au lieu appelé le Marché d’Appius, et aux Trois-Loges ; et Paul les ayant vus, rendit grâces à Dieu, et fut rempli d’une nouvelle confiance.

16 Quand nous fûmes arrivés à Rome, il fut permis à Paul de demeurer où il voudrait avec un soldat qui le gardait.

17 Trois jours après, Paul pria les principaux d’entre les Juifs de venir le trouver ; et quand ils furent venus, il leur dit : Mes frères, quoique je n’eusse rien fait contre le peuple, ni contre les coutumes de nos pères, j’ai été arrêté prisonnier à Jérusalem, et mis entre les mains des Romains ;

18 qui m’ayant examiné, voulaient me mettre en liberté, parce qu’ils ne me trouvaient coupable d’aucun crime qui méritât la mort.

19 Mais les Juifs s’y opposant, j’ai été contraint d’en appeler à César, sans que j’aie dessein néanmoins d’accuser en aucune chose ceux de ma nation.

20 C’est pour ce sujet que je vous ai priés de venir ici, afin de vous voir et de vous parler : car c’est pour ce qui fait l’espérance d’Israël que je suis lié de cette chaîne.

21 Ils lui répondirent : Nous n’avons point recu de lettres de Judée sur votre sujet, et il n’est venu aucun de nos frères de ce pays-là qui nous ait dit du mal de vous.

22 Mais nous voudrions bien que vous nous dissiez vous-même vos sentiments : car ce que nous savons de cette secte, c’est qu’on la combat partout.

23 Ayant donc pris jour avec lui, ils vinrent en grand nombre le trouver en son logis ; et il leur prêchait le royaume de Dieu, leur confirmant ce qu’il leur disait par plusieurs témoignages ; et depuis le matin jusqu’au soir il tâchait de leur persuader, par la loi de Moïse et par les prophètes, ce qui regarde Jésus.

24 Les uns croyaient ce qu’il disait, et les autres ne le croyaient pas.

25 Et ne pouvant s’accorder entre eux, ils se retiraient ; ce qui donna sujet à Paul de leur dire cette parole : C’est avec grande raison que le Saint-Esprit, qui a parlé à nos pères par le prophète Isaïe,

26 a dit : Allez vers ce peuple, et lui dites : Vous écouterez, et en écoutant vous n’entendrez point ; vous verrez, et en voyant vous ne verrez point.

27 Car le cœur de ce peuple s’est appesanti, et leurs oreilles sont devenues sourdes, et ils ont fermé leurs yeux ; de peur que leurs yeux ne voient, que leurs oreilles n’entendent, que leur cœur ne comprenne, et que s’étant convertis, je ne les guérisse.

28 Sachez donc, que ce salut de Dieu est envoyé aux gentils, et qu’ils le recevront.

29 Lorsqu’il leur eut dit ces choses, les Juifs s’en allèrent, ayant de grandes contestations entre eux.

30 Paul ensuite demeura deux ans entiers dans un logis qu’il avait loué, où il recevait tous ceux qui venaient le voir ;

31 prêchant le royaume de Dieu, et enseignant ce qui regarde le Seigneur Jésus-Christ avec toute liberté, sans que personne l’en empêchât.



◄   Saint Jean sommaire Aux Romains   ►