Bible Sacy/Saint Jean

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher



Chapitres   1.   2.   3.   4.   5.   6.   7.   8.   9.   10.   11.   12.   13.   14.   15.   16.   17.   18.   19.   20.   21.   Livres

ÉVANGILE


DE


SAINT JEAN.
________




AU commencement était le Verbe, et le Verbe était avec Dieu ; et le Verbe était Dieu.

2 Il était au commencement avec Dieu.

3 Toutes choses ont été faites par lui ; et rien de ce qui a été fait, n’a été fait sans lui.

4 En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes ;

5 et la lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont point comprise.

6 Il y eut un homme envoyé de Dieu, qui s’appelait Jean.

7 Il vint pour servir de témoin, pour rendre témoignage à la lumière, afin que tous crussent par lui.

8 Il n’était pas la lumière ; mais il vint pour rendre témoignage à celui qui était la lumière.

9 Celui-là était la vraie lumière, qui éclaire tout homme venant en ce monde.

10 Il était dans le monde, et le monde a été fait par lui, et le monde ne l’a point connu.

11 Il est venu chez soi, et les siens ne l’ont point reçu.

12 Mais il a donné à tous ceux qui l’ont reçu, le pouvoir d’être faits enfants de Dieu ; à ceux qui croient en son nom,

13 qui ne sont point nés du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu même.

14 Et le Verbe a été fait chair, et il a habité parmi nous ; et nous avons vu sa gloire, sa gloire telle que le Fils unique devait la recevoir du Père ; il a, dis-je, habité parmi nous, plein de grâce et de vérité.

15 Jean rend témoignage de lui, et il crie, en disant : Voici celui dont je vous disais : Celui qui doit venir après moi, m’a été préféré, parce qu’il était avant moi.

16 Et nous avons tous reçu de sa plénitude, et grâce pour grâce.

17 Car la loi a été donnée par Moïse ; mais la grâce et la vérité a été apportée par Jésus-Christ.

18 Nul n’a jamais vu Dieu : le Fils unique qui est dans le sein du Père, est celui qui en a donné la connaissance.

19 Or voici le témoignage que rendit Jean, lorsque les Juifs envoyèrent de Jérusalem des prêtres et des Lévites, pour lui demander : Qui êtes-vous ?

20 Car il confessa, et il ne le nia pas : il confessa qu’il n’était point le Christ.

21 Ils lui demandèrent : Quoi donc ! êtes-vous Élie ? Et il leur dit : Je ne le suis point. Êtes-vous prophète ? ajoutèrent-ils. Et il leur répondit : Non.

22 Qui êtes-vous donc, lui dirent-ils, afin que nous rendions réponse à ceux qui nous ont envoyés ? Que dites-vous de vous-même ?

23 Je suis, leur dit-il, la voix de celui qui crie dans le désert : Rendez droite la voie du Seigneur, comme a dit le prophète Isaïe.

24 Or ceux qu’on lui avait envoyés, étaient des pharisiens.

25 Ils lui firent encore une nouvelle demande, et lui dirent : Pourquoi donc baptisez-vous, si vous n’êtes ni le Christ, ni Élie, ni prophète ?

26 Jean leur répondit : Pour moi, je baptise dans l’eau ; mais il y en a un au milieu de vous, que vous ne connaissez pas.

27 C’est lui qui doit venir après moi, qui m’a été préféré ; et je ne suis pas digne de dénouer les cordons de ses souliers.

28 Ceci se passa à Béthanie, au delà du Jourdain, où Jean baptisait.

29 Le lendemain, Jean vit Jésus qui venait à lui, et il dit : Voici l’Agneau de Dieu ! voici celui qui ôte le péché du monde !

30 C’est celui-là même de qui j’ai dit : Il vient après moi un homme qui m’a été préféré, parce qu’il était avant moi.

31 Pour moi, je ne le connaissais pas ; mais je suis venu baptiser dans l’eau, afin qu’il soit connu dans Israël.

32 Et Jean rendit alors ce témoignage, en disant : J’ai vu le Saint-Esprit descendre du ciel comme une colombe, et demeurer sur lui.

33 Pour moi, je ne le connaissais pas ; mais celui qui m’a envoyé baptiser dans l’eau, m’a dit : Celui sur qui vous verrez descendre et demeurer le Saint-Esprit, est celui qui baptise dans le Saint-Esprit.

34 Je l’ai vu, et j’ai rendu témoignage qu’il est le Fils de Dieu.

35 Le lendemain, Jean était encore , avec deux de ses disciples ;

36 et jetant la vue sur Jésus qui passait, il dit : Voilà l’Agneau de Dieu !

37 Ces deux disciples l’ayant entendu parler ainsi, suivirent Jésus.

38 Alors Jésus se retourna, et voyant qu’ils le suivaient, il leur dit : Que cherchez-vous ? Ils lui répondirent : Rabbi (c’est-à-dire, Maître) ! où demeurez-vous ?

39 Il leur dit : Venez et voyez. Ils vinrent, et virent où il demeurait, et ils demeurèrent chez lui ce jour-là. Il était alors environ la dixième heure du jour.

40 André, frère de Simon-Pierre, était l’un des deux qui avaient entendu dire ceci à Jean, et qui avaient suivi Jésus.

41 Et ayant trouvé le premier son frère Simon, il lui dit : Nous avons trouvé le Messie (c’est-à-dire, le Christ).

42 Il l’amena à Jésus. Jésus l’ayant regardé, lui dit : Vous êtes Simon, fils de Jean ; vous serez appelé Céphas (c’est-à-dire, Pierre).

43 Le lendemain, Jésus voulant s’en aller en Galilée, trouva Philippe, et lui dit : Suivez-moi.

44 Philippe était de la ville de Bethsaïde, d’où étaient aussi André et Pierre.

45 Et Philippe ayant trouvé Nathanaël, lui dit : Nous avons trouvé celui de qui Moïse a écrit dans la loi, et que les prophètes ont prédit ; savoir, Jésus de Nazareth, fils de Joseph.

46 Nathanaël lui dit : Peut-il venir quelque chose de bon de Nazareth ? Philippe lui dit : Venez et voyez.

47 Jésus voyant Nathanaël qui venait le trouver, dit de lui : Voici un vrai Israélite, sans déguisement et sans artifice.

48 Nathanaël lui dit : D’où me connaissez-vous ? Jésus lui répondit : Avant que Philippe vous eût appelé, je vous ai vu, lorsque vous étiez sous le figuier.

49 Nathanaël lui dit : Rabbi (c’est-à-dire, Maître) ! vous êtes le Fils de Dieu, vous êtes le Roi d’Israël.

50 Jésus lui répondit : Vous croyez, ! parce que je vous ai dit que je vous ai vu sous le figuier ; vous verrez de bien plus grandes choses.

51 Et il ajouta : En vérité, en vérité je vous le dis : vous verrez le ciel ouvert, et les anges de Dieu monter et descendre sur le Fils de l’homme.



TROIS jours après, il se fit des noces à Cana en Galilée ; et la mère de Jésus y était.

2 Jésus fut aussi convié aux noces avec ses disciples.

3 Et le vin venant à manquer, la mère de Jésus lui dit : Ils n’ont point de vin.

4 Jésus lui répondit : Femme, qu’y a-t-il de commun entre vous et moi ? Mon heure n’est pas encore venue.

5 Sa mère dit à ceux qui servaient : Faites tout ce qu’il vous dira.

6 Or il y avait là six grandes urnes de pierre, pour servir aux purifications qui étaient en usage parmi les Juifs, dont chacune tenait deux ou trois mesures.

7 Jésus leur dit : Emplissez les urnes d’eau. Et ils les remplirent jusqu’au haut.

8 Alors il leur dit : Puisez maintenant, et portez-en au maître d’hôtel. Et ils lui en portèrent.

9 Le maître d’hôtel ayant goûté cette eau qui avait été changée en vin, et ne sachant d’où venait ce vin, quoique les serviteurs qui avaient puisé l’eau le sussent bien, il appela l’époux,

10 et lui dit : Tout homme sert d’abord le bon vin, et après qu’on a beaucoup bu, il en sert alors de moindre ; mais pour vous, vous avez réservé le bon vin jusqu’à cette heure.

11 Ce fut là le premier des miracles de Jésus, qui fut fait à Cana en Galilée ; et par là il fit éclater sa gloire, et ses disciples crurent en lui.

12 Après cela il alla à Capharnaüm, avec sa mère, ses frères et ses disciples ; mais ils n’y demeurèrent pas longtemps :

13 car la pâque des Juifs étant proche, Jésus s’en alla à Jérusalem.

14 Et ayant trouvé dans le temple des gens qui vendaient des bœufs, des moutons et des colombes, comme aussi des changeurs qui étaient assis à leurs bureaux,

15 il fit un fouet avec des cordes, et les chassa tous du temple, avec les moutons et les bœufs ; et il jeta par terre l’argent des changeurs, et renversa leurs bureaux ;

16 et il dit à ceux qui vendaient des colombes : Ôtez tout cela d’ici, et ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic

17 Alors ses disciples se souvinrent qu’il est écrit : Le zèle de votre maison me dévore.

18 Les Juifs donc prenant la parole, lui dirent : Par quel miracle nous montrez-vous que vous avez droit de faire de telles choses ?

19 Jésus leur répondit : Détruisez ce temple, et je le rétablirai en trois jours.

20 Les Juifs lui répartirent : Ce temple a été quarante-six ans à bâtir, et vous le rétablirez en trois jours !

21 Mais il entendait parler du temple de son corps.

22 Après donc qu’il fut ressuscité d’entre les morts, ses disciples se ressouvinrent qu’il leur avait dit cela, et ils crurent à l’Écriture et à la parole que Jésus avait dite.

23 Pendant qu’il était dans Jérusalem, à la fête de Pâque, plusieurs crurent en son nom, voyant les miracles qu’il faisait.

24 Mais Jésus ne se fiait point à eux, parce qu’il les connaissait tous,

25 et qu’il n’avait pas besoin que personne lui rendît témoignage d’aucun homme : car il connaissait par lui-même ce qu’il y avait dans l’homme.



OR il y avait un homme d’entre les pharisiens, nommé Nicodème, sénateur des Juifs,

2 qui vint la nuit trouver Jésus, et lui dit : Maître ! nous savons que vous êtes venu de la part de Dieu pour nous instruire, comme un docteur : car personne ne saurait faire les miracles que vous faites, si Dieu n’est avec lui.

3 Jésus lui répondit : En vérité, en vérité je vous le dis : personne ne peut voir le royaume de Dieu, s’il ne naît de nouveau.

4 Nicodème lui dit : Comment peut naître un homme qui est déjà vieux ? Peut-il rentrer dans le sein de sa mère, pour naître une seconde fois ?

5 Jésus lui répondit : En vérité, en vérité je vous le dis : si un homme ne renaît de l’eau et du Saint-Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu.

6 Ce qui est né de la chair, est chair ; et ce qui est né de l’Esprit, est esprit.

7 Ne vous étonnez pas de ce que je vous ai dit, qu’il faut que vous naissiez de nouveau.

8 L’Esprit souffle où il veut, et vous entendez sa voix : mais vous ne savez d’où il vient, ni où il va : il en est de même de tout homme qui est né de l’Esprit.

9 Nicodème lui répondit : Comment cela peut-il se faire ?

10 Jésus lui dit : Quoi ! vous êtes maître en Israël, et vous ignorez ces choses ?

11 En vérité, en vérité je vous dis, que nous ne disons que ce que nous savons, et que nous ne rendons témoignage que de ce que nous avons vu ; et cependant vous ne recevez point notre témoignage.

12 Mais si vous ne me croyez pas lorsque je vous parle des choses de la terre, comment me croirez-vous quand je vous parlerai des choses du ciel ?

13 Aussi personne n’est monté au ciel, que celui qui est descendu du ciel ; savoir, le Fils de l’homme qui est dans le ciel.

14 Et comme Moïse éleva dans le désert le serpent d’airain, il faut de même que le Fils de l’homme soit élevé en haut ;

15 afin que tout homme qui croit en lui, ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle.

16 Car Dieu a tellement aimé le monde, qu’il a donné son Fils unique ; afin que tout homme qui croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle.

17 Car Dieu n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour juger le monde, mais afin que le monde soit sauvé par lui.

18 Celui qui croit en lui, n’est pas condamné ; mais celui qui ne croit pas, est déjà condamné, parce qu’il ne croit pas au nom du Fils unique de Dieu.

19 Et le sujet de cette condamnation est, que la lumière est venue dans le monde, et que les hommes ont mieux aimé les ténèbres que la lumière ; parce que leurs œuvres étaient mauvaises.

20 Car quiconque fait le mal, hait la lumière, et ne s’approche point de la lumière ; de peur que ses œuvres ne soient condamnées.

21 Mais celui qui fait ce que la vérité lui prescrit, s’approche de la lumière, afin que ses œuvres soient découvertes ; parce qu’elles sont faites en Dieu.

22 Après cela Jésus étant venu en Judée, suivi de ses disciples, il y demeurait avec eux, et y baptisait.

23 Jean baptisait aussi à Ennon, près de Salim, parce qu’il y avait là beaucoup d’eau ; et plusieurs y venaient, et y étaient baptises :

24 car alors Jean n’avait pas encore été mis en prison.

25 Il s’excita donc une dispute entre les disciples de Jean et les Juifs, touchant le baptême.

26 Et les premiers étant venus trouver Jean, ils lui dirent : Maître, celui qui était avec vous au delà du Jourdain, et auquel vous avez rendu témoignage, baptise maintenant, et tous vont à lui.

27 Jean leur répondit : L’homme ne peut rien recevoir, s’il ne lui a été donné du ciel.

28 Vous me rendez vous-mêmes témoignage, que j’ai dit que je ne suis point le Christ, mais que j’ai été envoyé devant lui.

29 L’époux est celui à qui est l’épouse ; mais l’ami de l’époux, qui se tient debout et qui l’écoute, est ravi de joie à cause qu’il entend la voix de l’époux. Je me vois donc maintenant dans l’accomplissement de cette joie.

30 Il faut qu’il croisse, et que je diminue.

31 Celui qui est venu d’en haut, est au-dessus de tous. Celui qui tire son origine de la terre, est de la terre, et ses paroles tiennent de la terre. Celui qui est venu du ciel, est au-dessus de tous ;

32 et il rend témoignage de ce qu’il a vu et de ce qu’il a entendu, et personne ne reçoit son témoignage.

33 Celui qui reçoit son témoignage, atteste que Dieu est véritable.

31 Celui que Dieu a envoyé, ne dit que des paroles de Dieu ; parce que Dieu ne lui donne pas son Esprit par mesure.

35 Le Père aime le Fils, et lui a mis toutes choses entre les mains.

36 Celui qui croit au Fils, a la vie éternelle : et au contraire, celui qui ne croit pas au Fils, ne verra point la vie ; mais la colère de Dieu demeure sur lui.



JÉSUS ayant donc su que les pharisiens avaient appris qu’il faisait plus de disciples, et baptisait plus de personnes que Jean,

2 (quoique Jésus ne baptisât pas lui-même, mais ses disciples,)

3 il quitta la Judée, et s’en alla de nouveau en Galilée.

4 Et comme il fallait qu’il passât par la Samarie,

5 il vint en une ville de Samarie, nommée Sichar, près de l’héritage que Jacob donna à son fils Joseph.

6 Or il y avait là un puits qu’on appelait la fontaine de Jacob. Et Jésus étant fatigué du chemin, s’assit sur cette fontaine pour se reposer. Il était environ la sixième heure au jour.

7 Il vint alors une femme de Samarie pour tirer de l’eau. Jésus lui dit : Donnez-moi à boire.

8 Car ses disciples étaient allés à la ville, pour acheter à manger.

9 Mais cette femme samaritaine lui dit : Comment vous qui êtes Juif, me demandez-vous à boire, à moi qui suis Samaritaine ? Car les Juifs n’ont point de commerce avec les Samaritains.

10 Jésus lui répondit : Si vous connaissiez le don de Dieu, et qui est celui qui vous dit, Donnez-moi à boire ; vous lui en auriez peut-être demandé vous-même, et il vous aurait donné de l’eau vive.

11 Cette femme lui dit : Seigneur ! vous n’avez pas de quoi en puiser, et le puits est profond : d’où auriez-vous donc de l’eau vive ?

12 Êtes-vous plus grand que notre père Jacob, qui nous a donné ce puits, et en a bu lui-même, aussi bien que ses enfants et ses troupeaux ?

13 Jésus lui répondit : Quiconque boit de cette eau, aura encore soif : au lieu que celui qui boira de l’eau que je lui donnerai, n’aura jamais soif ;

14 mais l’eau que je lui donnerai, deviendra en lui une fontaine d’eau qui rejaillira jusque dans la vie éternelle.

15 Cette femme lui dit : Seigneur ! donnez-moi de cette eau, afin que je n’aie plus soif, et que je ne vienne plus ici pour en tirer.

16 Jésus lui dit : Allez, appelez votre mari, et venez ici.

17 Cette femme lui répondit : Je n’ai point de mari. Jésus lui dit : Vous avez raison de dire que vous n’avez point de mari :

18 car vous avez eu cinq maris, et maintenant celui que vous avez n’est pas votre mari : vous avez dit vrai en cela.

19 Cette femme lui dit : Seigneur ! je vois bien que vous êtes un prophète.

20 Nos pères ont adoré sur cette montagne ; et vous autres, vous dites que c’est dans Jérusalem qu’est le lieu où il faut adorer.

21 Jésus lui dit : Femme, croyez en moi : le temps va venir que ce ne sera plus uniquement sur cette montagne, ni dans Jérusalem, que vous adorerez le Père.

22 Vous adorez ce que vous ne connaissez point : pour nous, nous adorons ce que nous connaissons ; car le salut vient des Juifs.

23 Mais le temps vient, et il est déjà venu, que les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité : car ce sont là les adorateurs que le Père cherche.

24 Dieu est esprit ; et il faut que ceux qui l’adorent, l’adorent en esprit et en vérité.

25 Cette femme lui répondit : Je sais que le Messie (c’est-à-dire, le Christ) doit venir : lors donc qu’il sera venu, il nous annoncera toutes choses.

26 Jésus lui dit : C’est moi-même qui vous parle.

27 En même temps ses disciples arrivèrent, et ils s’étonnaient de ce qu’il parlait avec une femme. Néanmoins nul ne lui dit : Que lui demandez-vous ? ou, D’où vient que vous parlez avec elle ?

28 Cette femme cependant laissant là sa cruche, s’en retourna à la ville, et commença à dire à tout le monde :

29 Venez voir un homme qui m’a dit tout ce que j’ai jamais fait. Ne serait-ce point le Christ ?

30 Ils sortirent donc de la ville, et vinrent le trouver.

31 Cependant ses disciples le priaient de prendre quelque chose, en lui disant : Maître ! mangez.

32 Et il leur dit : J’ai une nourriture à prendre que vous ne connaissez pas.

33 Les disciples se disaient donc l’un à l’autre : Quelqu’un lui aurait-il apporté à manger ?

34 Jésus leur dit : Ma nourriture est de faire la volonté de celui qui m’a envové, et d’accomplir son œuvre.

35 Ne dites-vous pas vous-mêmes, que dans quatre mois la moisson viendra ? Mais moi, je vous dis : Levez vos yeux, et considérez les campagnes qui sont déjà blanches et prêtes à moissonner :

36 et celui qui moissonne reçoit la récompense, et amasse les fruits pour la vie éternelle ; afin que celui qui sème soit dans la joie, aussi bien que celui qui moissonne.

37 Car ce que l’on dit d’ordinaire, est vrai en cette rencontre : que l’un sème, et l’autre moissonne.

38 Je vous ai envoyés moissonner ce qui n’est pas venu par votre travail : d’autres ont travaillé, et vous êtes entrés dans leurs travaux.

39 Or il y eut beaucoup de Samaritains de cette ville-là qui crurent en lui sur le rapport de cette femme, qui les assurait qu’il lui avait dit tout ce qu’elle avait jamais fait.

40 Les Samaritains étant donc venus le trouver, le prièrent de demeurer chez eux ; et il y demeura deux jours.

41 Et il y en eut beaucoup plus qui crurent en lui, pour l’avoir entendu parler ;

42 de sorte qu’ils disaient à cette femme : Ce n’est plus sur ce que vous nous en avez dit que nous croyons en lui : car nous l’avons entendu nous-mêmes, et nous savons qu’il est vraiment le Sauveur du monde.

43 Deux jours après, il sortit de ce lieu, et s’en alla en Galilée :

44 car Jésus témoigna lui-même, qu’un prophète n’est point honoré dans son pays.

45 Étant donc revenu en Galilée, les Galiléens le reçurent avec joie, parce qu’ils avaient vu tout ce qu’il avait fait à Jérusalem au jour de la fête : car ils avaient aussi été eux-mêmes à cette fête.

46 Jésus vint donc de nouveau à Cana en Galilée, où il avait changé l’eau en vin. Or il y avait un officier dont le fils était malade à Capharnaüm.

47 Cet officier ayant appris que Jésus venait de Judée en Galilée, alla le trouver, et le pria de vouloir venir pour guérir son fils qui était près de mourir.

48 Jésus lui dit : Si vous ne voyez vous autres des miracles et des prodiges, vous ne croyez point.

49 Cet officier lui dit : Seigneur ! venez avant que mon fils meure.

50 Jésus lui dit : Allez ; votre fils se porte bien. Il crut à la parole que Jésus lui avait dite, et s’en alla.

51 Et comme il était en chemin, ses serviteurs vinrent au-devant de lui, et lui dirent : Votre fils se porte bien.

52 Et s’étant informé de l’heure à laquelle il s’était trouvé mieux, ils lui repondirent : Hier, à la septième heure du jour, la fièvre le quitta.

53 Son père reconnut que c’était à cette heure-là que Jésus lui avait dit : Votre fils se porte bien. Et il crut, lui et toute sa famille.

54 Ce fut là le second miracle que Jésus fit, étant revenu de Judée en Galilée.



APRES cela la fête des Juifs étant arrivée, Jésus s’en alla à Jérusalem.

2 Or il y avait à Jérusalem la piscine des brebis, qui s’appelle en hébreu Bethsaïda, qui avait cinq galeries,

3 dans lesquelles étaient couchés un grand nombre de malades, d’aveugles, de boiteux et de ceux qui avaient les membres desséchés ; et tous attendaient que l’eau fût remuée.

4 Car l’ange du Seigneur en un certain temps descendait dans cette piscine, et en remuait l’eau ; et celui qui y entrait le premier après que l’eau avait été ainsi remuée, était guéri, quelque maladie qu’il eût.

5 Or il y avait là un homme qui était malade depuis trente-huit ans.

6 Jésus l’ayant vu couché, et connaissant qu’il était malade depuis fort longtemps, lui dit : Voulez-vous être guéri ?

7 Le malade lui répondit : Seigneur ! je n’ai personne pour me jeter dans la piscine après que l’eau a été remuée : et pendant le temps que je mets à y aller, un autre y descend avant moi.

8 Jésus lui dit : Levez-vous, emportez votre lit, et marchez.

9 À l’instant cet homme fut guéri ; et prenant son lit, il commença à marcher. Or ce jour-là était un jour de sabbat.

10 Les Juifs dirent donc à celui qui avait été guéri : C’est aujourd’hui le sabbat, il ne vous est pas permis d’emporter votre lit.

11 Il leur répondit : Celui qui m’a guéri, m’a dit : Emportez votre lit, et marchez.

12 Ils lui demandèrent : Qui est donc cet homme qui vous a dit : Emportez votre lit, et marchez ?

13 Mais celui qui avait été guéri, ne savait pas lui-même qui il était : car Jésus s’était retiré de la foule du peuple qui était là.

14 Depuis, Jésus trouva cet homme dans le temple, et lui dit : Vous voyez que vous êtes guéri ; ne péchez plus à l’avenir, de peur qu’il ne vous arrive quelque chose de pis.

15 Cet homme s’en alla trouver les Juifs, et leur dit que c’était Jésus qui l’avait guéri.

16 Et c’est pour cette raison que les Juifs persécutaient Jésus, parce qu’il faisait ces choses le jour du sabbat.

17 Alors Jésus leur dit : Mon Père ne cesse point d’agir jusqu’à présent, et j’agis aussi incessamment.

18 Mais les Juifs cherchaient encore avec plus d’ardeur à le faire mourir ; parce que non-seulement il ne gardait pas le sabbat, mais qu’il disait même que Dieu était son Père, se faisant ainsi égal à Dieu. Jésus ajouta donc, et leur dit :

19 En vérité, en vérité je vous dis, que le Fils ne peut rien faire de lui-même, et qu’il ne fait que ce qu’il voit faire au Père : car tout ce que le Père fait, le Fils aussi le fait comme lui ;

20 parce que le Père aime le Fils, et lui montre tout ce qu’il fait ; et il lui montrera des œuvres encore plus grandes que celles-ci, en sorte que vous en serez vous-mêmes remplis d’admiration.

21 Car comme le Père ressuscite les morts, et leur rend la vie ; ainsi le Fils donne la vie à qui il lui plaît.

22 Car le Père ne juge personne : mais il a donné tout pouvoir de juger au Fils ;

23 afin que tous honorent le Fils, comme ils honorent le Père. Celui qui n’honore point le Fils, n’honore point le Père qui a envoyé.

24 En vérité, en vérité je vous le dis : celui qui entend ma parole, et qui croit à celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle, et il ne tombe point dans la condamnation ; mais il est déjà passé de la mort à la vie.

25 En vérité, en vérité je vous le dis : l’heure vient, et elle est déjà venue, où les morts entendront la voix du Fils de Dieu ; et ceux qui l’entendront vivront.

26 Car comme le Père a la vie en lui-même, il a aussi donné au Fils d’avoir la vie en lui-même ;

27 et il lui a donné le pouvoir de juger, parce qu’il est Fils de l’homme.

28 Ne vous étonnez pas de ceci : car le temps vient où tous ceux qui sont dans les sépulcres, entendront la voix du Fils de Dieu :

29 et ceux qui auront fait de bonnes œuvres, sortiront des tombeaux pour ressusciter à la vie ; mais ceux qui en auront fait de mauvaises, en sortiront pour ressusciter à leur condamnation.

30 Je ne puis rien faire de moi-même. Je juge selon ce que j’entends, et mon jugement est juste ; parce que je ne cherche pas ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé.

31 Si c’est moi qui rends témoignage de moi-même, mon témoignage n’est pas véritable.

32 Mais il y en a un autre qui rend témoignage de moi ; et je sais que le témoignage qu’il en rend, est véritable.

33 Vous avez envoyé à Jean ; et il a rendu témoignage à la vérité.

34 Pour moi, ce n’est pas d’un homme que je reçois le témoignage ; mais je dis ceci afin que vous soyez sauvés.

35 Jean était une lampe ardente et luisante ; et vous avez voulu vous réjouir pour un peu de temps à la lueur de sa lumière.

36 Mais pour moi, j’ai un témoignage plus grand que celui de Jean : car les œuvres que mon Père m’a donné pouvoir de faire, les œuvres, dis-je, que je fais, rendent témoignage de moi, que c’est mon Père qui m’a envoyé ;

37 et mon Père qui m’a envoyé, a rendu lui-même témoignage de moi. Vous n’avez jamais entendu sa voix, ni rien vu qui le représentât ;

38 et sa parole ne demeure point en vous ; parce que vous ne croyez point à celui qu’il a envoyé.

39 Vous lisez avec soin les Écritures, parce que vous croyez y trouver la vie éternelle ; et ce sont elles qui rendent témoignage de moi.

40 Mais vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie.

41 Je ne tire point ma gloire des hommes.

42 Mais je vous connais ; et je sais que vous n’avez point en vous l’amour de Dieu.

43 Je suis venu au nom de mon Père, et vous ne me recevez pas : si un autre vient en son propre nom, vous le recevrez.

44 Comment pouvez-vous croire, vous qui recherchez la gloire que vous vous donnez les uns aux autres, et qui ne recherchez point la gloire qui vient de Dieu seul ?

45 Ne pensez pas que ce soit moi qui doive vous accuser devant le Père : vous avez un accusateur, qui est Moïse, en qui vous espérez.

46 Car si vous croyiez Moïse, vous me croiriez aussi ; parce que c’est de moi qu’il a écrit.

47 Si vous ne croyez pas ce qu’il a écrit, comment croirez-vous ce que je vous dis ?



JÉSUS s’en alla ensuite au delà de la mer de Galilée, qui est le lac de Tibériade ;

2 et une grande foule de peuple le suivait ; parce qu’ils voyaient les miracles qu’il faisait sur les malades.

3 Jésus monta donc sur une montagne, et s’y assit avec ses disciples.

4 Or le jour de Pâque, qui est la grande fête des Juifs, était proche.

5 Jésus ayant donc levé les yeux, et voyant qu’une grande foule de peuple venait à lui, dit à Philippe : D’où achèterons-nous des pains pour donner à manger à tout ce monde ?

6 Mais il disait cela pour le tenter : car il savait bien ce qu’il devait faire.

7 Philippe lui répondit : Quand on aurait pour deux cents deniers de pain, cela ne suffirait pas pour en donner à chacun tant soit peu.

8 Un de ses disciples, qui était André, frère de Simon-Pierre, lui dit :

9 Il y a ici un petit garçon qui a cinq pains d’orge et deux poissons ; mais qu’est-ce que cela pourtant de gens ?

10 Jésus lui dit donc : Faites-les asseoir. Or il y avait beaucoup d’herbe dans ce lieu-là ; et environ cinq mille hommes s’y assirent.

11 Jésus prit donc les pains ; et ayant rendu grâces, il les distribua à ceux qui étaient assis ; et il leur donna de même des deux poissons autant qu’ils en voulurent.

12 Après qu’ils furent rassasiés, il dit à ses disciples : Ramassez les morceaux qui sont restés, afin que rien ne se perde.

13 Ils les ramassèrent donc, et emplirent douze paniers des morceaux qui étaient restés des cinq pains d’orge, après que tous en eurent mangé.

14 Et ces personnes ayant vu le miracle qu’avait fait Jésus, disaient : C’est là vraiment le prophète qui doit venir dans le monde.

15 Mais Jésus sachant qu’ils devaient venir l’enlever pour le faire roi, s’enfuit encore sur la montagne, lui seul.

16 Lorsque le soir fut venu, ses disciples descendirent au bord de la mer,

17 et étant montés sur une barque, ils s’avancèrent vers Capharnaüm, qui était au delà de la mer. Or il était déjà nuit, et Jésus n’était pas encore venu à eux.

18 Cependant la mer commençait à s’enfler, à cause d’un grand vent qui soufflait.

19 Et comme ils eurent fait environ vingt-cinq ou trente stades, ils virent Jésus qui marchait sur la mer, et qui était proche de leur barque : ce qui les remplit de frayeur.

20 Mais il leur dit : C’est moi ; ne craignez point.

21 Ils voulurent donc le prendre dans leur barque ; et la barque se trouva aussitôt au lieu où ils allaient.

22 Le lendemain le peuple, qui était demeuré de l’autre côté de la mer, remarqua qu’il n’y avait point eu là d’autre barque, et que Jésus n’y était point entré avec ses disciples, mais que les disciples seuls s’en étaient allés ;

23 et comme il était depuis arrivé d’autres barques de Tibériade près le lieu où le Seigneur, après avoir rendu grâces, les avait nourris de cinq pains ;

24 et qu’ils connurent enfin que Jésus n’était point là non plus que ses disciples, ils entrèrent dans ces barques, et vinrent à Capharnaüm chercher Jésus.

25 Et l’ayant trouvé au delà de la mer, ils lui dirent : Maître ! quand êtes-vous venu ici ?

26 Jésus leur répondit : En vérité, en vérité je vous le dis : vous me cherchez, non à cause des miracles que vous avez vus, mais parce que je vous ai donné du pain à manger, et que vous avez été rassasiés.

27 Travaillez pour avoir, non la nourriture qui périt, mais celle qui demeure pour la vie éternelle, et que le Fils de l’homme vous donnera ; parce que c’est en lui que Dieu le Père a imprimé son sceau et son caractère.

28 Ils lui dirent : Que ferons-nous pour faire des œuvres de Dieu ?

29 Jésus leur répondit : L’œuvre de Dieu est que vous croyiez en celui qu’il a envoyé.

30 Ils lui dirent : Quel miracle donc faites-vous, afin qu’en le voyant nous vous croyions ? Que faites-vous d’extraordinaire ?

31 Nos pères ont mangé la manne dans le désert, selon ce qui est écrit : Il leur a donné à manger le pain du ciel.

32 Jésus leur répondit : En vérité, en vérité je vous le dis : Moïse ne vous a point donné le pain du ciel ; mais c’est mon Père qui vous donne le véritable pain du ciel.

33 Car le pain de Dieu est celui qui est descendu du ciel, et qui donne la vie au monde.

34 Ils lui dirent donc : Seigneur ! donnez-nous toujours ce pain.

35 Jésus leur répondit : Je suis le pain de vie : celui qui vient à moi, n’aura point faim ; et celui qui croit en moi, n’aura jamais soif.

36 Mais je vous l’ai déjà dit : vous m’avez vu, et vous ne croyez point.

37 Tous ceux que mon Père m’a donnés, viendront à moi ; et je ne jetterai point dehors celui qui vient à moi :

38 car je suis descendu du ciel, non pour faire ma volonté, mais pour faire la volonté de celui qui m’a envoyé.

39 Or la volonté de mon Père qui m’a envoyé, est que je ne perde aucun de tous ceux qu’il m’a donnés, mais que je les ressuscite tous au dernier jour.

40 La volonté de mon Père qui m’a envoyé, est que quiconque voit le Fils, et croit en lui, ait la vie éternelle ; et je le ressusciterai au dernier jour.

41 Les Juifs se mirent donc à murmurer contre lui, parce qu’il avait dit : Je suis le pain vivant, qui suis descendu du ciel.

42 Et ils disaient : N’est-ce pas là Jésus, fils de Joseph, dont nous connaissons le père et la mère ? Comment donc dit-il qu’il est descendu du ciel ?

43 Mais Jésus leur répondit : Ne murmurez point entre vous.

44 Personne ne peut venir à moi, si mon Père qui m’a envoyé, ne l’attire ; et je le ressusciterai au dernier jour.

45 Il est écrit dans les Prophètes : Ils seront tous enseignés de Dieu. Tous ceux donc qui ont entendu la voix du Père, et ont été enseignés de lui, viennent à moi.

46 Ce n’est pas qu’aucun homme ait vu le Père, si ce n’est celui qui est de Dieu : car c’est celui-là qui a vu le Père.

47 En vérité, en vérité je vous le dis : celui qui croit en moi, a la vie éternelle.

48 Je suis le pain de vie.

49 Vos pères ont mangé la manne dans le désert, et ils sont morts.

50 Mais voici le pain qui est descendu du ciel, afin que celui qui en mange, ne meure point.

51 Je suis le pain vivant, qui suis descendu du ciel.

52 Si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement ; et le pain que je donnerai, c’est ma chair que je dois donner pour la vie du monde.

53 Les Juifs disputaient donc entre eux, en disant : Comment celui-ci peut-il nous donner sa chair à manger ?

54 Et Jésus leur dit : En vérité, en vérité je vous le dis : si vous ne mangez la chair du Fils de l’homme, et ne buvez son sang, vous n’aurez point la vie en vous.

55 Celui qui mange ma chair, et boit mon sang, a la vie éternelle, et je le ressusciterai au dernier jour :

56 car ma chair est véritablement une nourriture, et mon sang est véritablement un breuvage.

57 Celui qui mange ma chair, et qui boit mon sang, demeure en moi, et je demeure en lui.

58 Comme mon Père qui m’a envoyé est vivant, et que je vis par mon Père ; de même celui qui me mange, vivra aussi par moi.

59 C’est ici le pain qui est descendu du ciel. Ce n’est pas comme la manne que vos pères ont mangée, et qui ne les a pas empêchés de mourir. Celui qui mange ce pain, vivra éternellement.

60 Ce fut en enseignant dans la synagogue de Capharnaüm, que Jésus dit ces choses.

61 Plusieurs donc de ses disciples l’ayant entendu, dirent : Ces paroles sont bien dures, et qui peut les écouter ?

62 Mais Jésus connaissant en lui-même que ses disciples murmuraient sur ce sujet, leur dit : Cela vous scandalise-t-il ?

63 Que sera-ce donc, si vous voyez le Fils de l’homme monter où il était auparavant ?

64 C’est l’esprit qui vivifie ; la chair ne sert de rien : les paroles que je vous dis sont esprit et vie.

65 Mais il y en a quelques-uns d’entre vous qui ne croient pas. Car Jésus savait dès le commencement qui étaient ceux qui ne croyaient point, et qui serait celui qui le trahirait.

66 Et il leur disait : C’est pour cela que je vous ai dit que personne ne peut venir à moi, s’il ne lui est donné par mon Père.

67 Dès lors plusieurs de ses disciples se retirèrent de sa suite, et ils n’allaient plus avec lui.

68 Et Jésus sur cela dit aux douze apôtres : Et vous, ne voulez-vous point aussi me quitter ?

69 Simon-Pierre lui répondit : À qui irions-nous, Seigneur ? Vous avez les paroles de la vie éternelle.

70 Nous croyons, et nous savons que vous êtes le Christ, le Fils de Dieu.

71 Jésus leur répondit : Ne vous ai-je pas choisis au nombre de douze ? et néanmoins un de vous est un démon.

72 Ce qu’il disait de Judas Iscariote, fils de Simon : car c’était lui qui devait le trahir, quoiqu’il fût l’un des douze.



DEPUIS ce temps-là Jésus parcourait la Galilée, ne voulant pas aller en Judée, parce que les Juifs cherchaient à le faire mourir.

2 Mais la fête des Juifs, appelée des Tabernacles, étant proche,

3 ses frères lui dirent : Quittez ce lieu, et vous en allez en Judée, afin que vos disciples voient aussi les œuvres que vous faites.

4 Car personne n’agit en secret, lorsqu’il veut être connu dans le public : puisque vous faites ces choses, faites-vous connaître au monde.

5 Car ses frères ne croyaient pas en lui.

6 Jésus leur dit donc : Mon temps n’est pas encore venu ; mais pour le vôtre, il est toujours prêt.

7 Le monde ne saurait vous haïr : mais pour moi, il me hait ; parce que je rends témoignage contre lui, que ses œuvres sont mauvaises.

8 Allez, vous autres, à cette fête ; pour moi, je n’y vais pas encore, parce que mon temps n’est pas encore accompli.

9 Ayant dit ces choses, il demeura en Galilée.

10 Mais lorsque ses frères furent partis, il alla aussi lui-même à la fête, non pas publiquement, mais comme s’il eût voulu se cacher.

11 Les Juifs donc le cherchaient pendant cette fête, et ils disaient : Où est-il ?

12 Et on faisait plusieurs discours de lui en secret parmi le peuple : car les uns disaient : C’est un homme de bien. Les autres disaient : Non, mais il séduit le peuple.

13 Personne néanmoins n’osait en parler avec liberté, par la crainte qu’on avait des Juifs.

14 Or, vers le milieu de la fête, Jésus monta au temple, où il se mit à enseigner.

15 Et les Juifs en étant étonnés, ils disaient : Comment cet homme sait-il les saintes lettres, lui qui n’a point étudié ?

16 Jésus leur répondit : Ma doctrine n’est pas ma doctrine ; mais c’est la doctrine de celui qui m’a envoyé.

17 Si quelqu’un veut faire la volonté de Dieu, il reconnaîtra si ma doctrine est de lui, ou si je parle de moi-même.

18 Celui qui parle de son propre mouvement, cherche sa propre gloire ; mais celui qui cherche la gloire de celui qui l’a envoyé, est véridique, et il n’y a point en lui d’injustice.

19 Moïse ne vous a-t-il pas donné la loi ? Et néanmoins nul de vous n’accomplit la loi.

20 Pourquoi cherchez-vous à me faire mourir ? Le peuple lui répondit : Vous êtes possédé du démon. Qui est-ce qui cherche à vous faire mourir ?

21 Jésus leur répondit : J’ai fait une œuvre le jour du sabbat, et vous en êtes tous surpris.

22 Cependant Moïse vous ayant donné la loi de la circoncision (quoiqu’elle vienne des patriarches, et non de Moïse), pour obéir à cette loi vous donnez la circoncision le jour même du sabbat.

23 Si un homme peut recevoir la circoncision le jour du sabbat, pour ne pas violer la loi de Moïse ; pourquoi vous mettez-vous en colère contre moi, parce que j’ai guéri un homme dans tout son corps au jour du sabbat ?

24 Ne jugez pas selon l’apparence ; mais jugez selon la justice.

25 Alors quelques personnes de Jérusalem commencèrent à dire : N’est-ce pas là celui qu’ils cherchent pour le faire mourir ?

26 Et néanmoins le voilà qui parle devant tout le monde, sans qu’ils lui disent rien. Est-ce donc qu’en effet les sénateurs ont reconnu qu’il est véritablement le Christ ?

27 Mais nous savons cependant d’où est celui-ci ; au lieu que quand le Christ viendra, personne ne saura d’où il est.

28 Jésus cependant continuait à les instruire, et disait à haute voix dans le temple : Vous me connaissez, et vous savez d’où je suis : et je ne suis pas venu de moi-même ; mais celui qui m’a envoyé est véritable, et vous ne le connaissez point.

29 Pour moi, je le connais ; parce que je suis de lui, et qu’il m’a envoyé.

30 Ils cherchaient donc les moyens de le prendre ; et néanmoins personne ne mit la main sur lui, parce que son heure n’était pas encore venue.

31 Mais plusieurs du peuple crurent en lui, et disaient entre eux : Quand le Christ viendra, fera-t-il plus de miracles que n’en fait celui-ci ?

32 Les pharisiens entendirent ces discours que le peuple faisait de lui ; et les princes des prêtres, avec eux, envoyèrent des archers pour le prendre.

33 Jésus leur dit donc : Je suis encore avec vous pour un peu de temps, et je vais ensuite vers celui qui m’a envoyé.

34 Vous me chercherez, et vous ne me trouverez point ; et vous ne pouvez venir où je serai.

35 Les Juifs dirent donc entre eux : Où est-ce qu’il s’en ira, que nous ne pourrons le trouver ? Ira-t-il vers les gentils qui sont dispersés par tout le monde ? et instruira-t-il les gentils ?

36 Que signifie cette parole qu’il vient de dire : Vous me chercherez, et vous ne me trouverez point ; et vous ne pouvez venir où je serai ?

37 Le dernier jour de la fête, qui était un jour solennel, Jésus se tenant debout disait à haute voix : Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi, et qu’il boive.

38 Si quelqu’un croit en moi, il sortira des fleuves d’eau vive de son cœur, comme dit l’Écriture.

39 Ce qu’il entendait de l’Esprit que devaient recevoir ceux qui croiraient en lui : car le Saint-Esprit n’avait pas encore été donné, parce que Jésus n’était pas encore glorifié.

40 Cependant plusieurs d’entre le peuple écoutant ces paroles, disaient : Cet homme est assurément un prophète.

41 D’autres disaient : C’est le Christ. Mais quelques autres disaient : Le Christ viendra-t-il de Galilée ?

42 L’Écriture ne dit-elle pas, que le Christ viendra de la race de David, et de la petite ville de Bethléhem, d’où était David ?

43 Le peuple était ainsi divisé sur son sujet ;

44 et quelques-uns d’entre eux avaient envie de le prendre ; mais néanmoins personne ne mit la main sur lui.

45 Les archers retournèrent donc vers les princes des prêtres et les pharisiens, qui leur dirent : Pourquoi ne l’avez-vous pas amené ?

46 Les archers leur répondirent : Jamais homme n’a parlé comme cet homme-là.

47 Les pharisiens leur répliquèrent : Êtes-vous donc aussi vous-mêmes séduits ?

48 Y a-t-il quelqu’un des sénateurs, ou des pharisiens, qui ait cru en lui ?

49 Car pour cette populace qui ne sait ce que c’est que la loi, ce sont des gens maudits de Dieu.

50 Sur cela Nicodème, l’un d’entre eux, et le même qui était venu trouver Jésus la nuit, leur dit :

51 Notre loi permet-elle de condamner personne sans l’avoir auparavant entendu, et sans s’être informé de ses actions ?

52 Ils lui répondirent : Est-ce que vous êtes aussi Galiléen ? Lisez avec soin les Écritures, et apprenez qu’il ne sort point de prophète de Galilée.

53 Et chacun s’en retourna en sa maison.



POUR Jésus, il s’en alla sur la montagne des Oliviers.

2 Mais dès la pointe du jour il retourna au temple, où tout le peuple s’amassa autour de lui ; et s’étant assis, il commença à les instruire.

3 Alors les scribes et les pharisiens lui amenèrent une femme qui avait été surprise en adultère ; et la faisant tenir debout au milieu du peuple,

4 ils dirent à Jésus : Maître ! cette femme vient d’être surprise en adultère.

5 Or Moïse nous a ordonné dans la loi, de lapider les adultères. Quel est donc sur cela votre sentiment ?

6 Ils disaient ceci en le tentant, afin d’avoir de quoi l’accuser. Mais Jésus se baissant, écrivait avec son doigt sur la terre.

7 Comme donc ils continuaient à l’interroger, il se leva, et leur dit : Que celui d’entre vous qui est sans péché, lui jette le premier la pierre.

8 Puis se baissant de nouveau, il continua d’écrire sur la terre.

9 Mais pour eux, l’ayant entendu parler de la sorte, ils se retirèrent l’un après l’autre, les vieillards sortant les premiers : et ainsi Jésus demeura seul avec la femme, qui était au milieu de la place.

10 Alors Jésus se relevant, lui dit : Femme, où sont vos accusateurs ? Personne ne vous a-t-il condamnée ?

11 Elle lui dit : Non, Seigneur ! Jésus lui répondit : Je ne vous condamnerai pas non plus. Allez-vous-en, et à l’avenir ne péchez plus.

12 Jésus parlant de nouveau au peuple, leur dit : Je suis la lumière du monde : celui qui me suit, ne marche point dans les ténèbres ; mais il aura la lumière de la vie.

13 Les pharisiens lui dirent donc : Vous vous rendez témoignage à vous-même ; et ainsi votre témoignage n’est pas véritable.

14 Jésus leur répondit : Quoique je me rende témoignage à moi-même, mon témoignage est véritable ; parce que je sais d’où je viens, et où je vais : mais pour vous, vous ne savez d’où je viens, ni où je vais.

15 Vous jugez selon la chair : mais pour moi, je ne juge personne :

16 et si je jugeais, mon jugement serait véritable ; parce que je ne suis pas seul, mais moi et mon Père qui m’a envoyé.

17 Il est écrit dans votre loi, que le témoignage de deux hommes est véritable.

18 Or je me rends témoignage à moi-même ; et mon Père qui m’a envoyé, me rend aussi témoignage.

19 Ils lui disaient donc : Où est-il votre Père ? Jésus leur répondit : Vous ne connaissez ni moi ni mon Père ; si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Père.

20 Jésus dit ces choses enseignant dans le temple, au lieu où était le trésor ; et personne ne se saisit de lui, parce que son heure n’était pas encore venue.

21 Jésus leur dit encore : Je m’en vais, et vous me chercherez, et vous mourrez dans votre péché. Vous ne pouvez venir où je vais.

22 Les Juifs disaient donc : Veut-il dire qu’il se tuera lui-même, lorsqu’il dit : Vous ne pouvez venir où je vais ?

23 Et il leur dit : Pour vous, vous êtes d’ici-bas ; mais pour moi, je suis d’en haut. Vous êtes de ce monde ; et moi, je ne suis pas de ce monde.

24 Je vous ai donc dit que vous mourrez dans vos péchés ; parce qu’en effet, si vous ne me croyez ce que je suis, vous mourrez dans votre péché.

25 Ils lui dirent : Qui êtes-vous donc ? Jésus leur répondit : Je suis le principe de toutes choses, moi-même qui vous parle.

26 J’ai beaucoup de choses à dire de vous, et à condamner en vous : mais celui qui m’a envoyé est véritable ; et je ne dis dans le monde que ce que j’ai appris de lui.

27 Et ils ne comprirent point qu’il disait que Dieu était son Père.

28 Jésus leur dit donc : Quand vous aurez élevé en haut le Fils de l’homme, alors vous connaîtrez ce que je suis : car je ne fais rien de moi-même ; mais je ne dis que ce que mon Père m’a enseigné.

29 Et celui qui m’a envoyé, est avec moi, et ne m’a point laissé seul ; parce que je fais toujours ce qui lui est agréable.

30 Lorsqu’il disait ces choses, plusieurs crurent en lui.

31 Jésus dit donc aux Juifs qui croyaient en lui : Si vous demeurez dans l’observation de ma parole, vous serez véritablement mes disciples ;

32 et vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres.

33 Ils lui répondirent : Nous sommes de la race d’Abraham, et nous n’avons jamais été esclaves de personne ; comment donc dites-vous que nous serons rendus libres ?

34 Jésus leur répondit : En vérité, en vérité je vous dis, que quiconque commet le péché, est esclave du péché.

35 Or l’esclave ne demeure pas toujours en la maison ; mais le fils y demeure toujours.

36 Si donc le Fils vous met en liberté, vous serez véritablement libres.

37 Je sais que vous êtes enfants d’Abraham : mais vous voulez me faire mourir, parce que ma parole ne trouve point d’entrée en vous.

38 Pour moi, je dis ce que j’ai vu dans mon Père ; et vous, vous faites ce que vous avez vu dans votre père.

39 Ils lui répondirent : C’est Abraham qui est notre père. Jésus leur dit : Si vous êtes enfants d’Abraham, faites donc les œuvres d’Abraham.

10 Mais maintenant vous cherchez à me faire mourir, moi qui vous ai dit la vérité que j’ai apprise de Dieu : c’est ce qu’Abraham n’a point fait.

41 Vous faites les œuvres de votre père. Ils lui dirent : Nous ne sommes pas des enfants bâtards : nous n’avons tous qu’un Père qui est Dieu.

42 Jésus leur dit donc : Si Dieu était votre Père, vous m’aimeriez, parce que c’est de Dieu que je suis sorti, et c’est de sa part que je suis venu : car je ne suis pas venu de moi-même, mais c’est lui qui m’a envoyé.

43 Pourquoi ne connaissez-vous point mon langage ? C’est que vous ne pouvez écouter ma parole.

44 Vous êtes les enfants du diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été homicide dès le commencement, et il n’est point demeuré dans la vérité, parce que la vérité n’est point en lui. Lorsqu’il dit des mensonges, il dit ce qu’il trouve dans lui-même : car il est menteur, et père du mensonge.

45 Mais pour moi, lorsque je dis la vérité, vous ne me croyez pas.

46 Qui de vous me convaincra d’aucun péché ? Si je vous dis la vérité, pourquoi ne me croyez-vous pas ?

47 Celui qui est de Dieu, écoute les paroles de Dieu. C’est pour cela que vous ne les écoutez point, parce que vous n’êtes point de Dieu.

48 Les Juifs lui répondirent donc : N’avons-nous pas raison de dire que vous êtes un Samaritain, et que vous êtes possédé du démon ?

49 Jésus leur repartit : Je ne suis point possédé du démon : mais j’honore mon Père ; et vous, vous me déshonorez.

50 Pour moi, je ne recherche point ma propre gloire : un autre la recherchera, et me fera justice.

51 En vérité, en vérité je vous le dis : si quelqu’un garde ma parole, il ne mourra jamais.

52 Les Juifs lui dirent : Nous connaissons bien maintenant que vous êtes possédé du démon : Abraham est mort, et les prophètes aussi ; et vous dites : Si quelqu’un garde ma parole, il ne mourra jamais.

53 Êtes-vous plus grand que notre père Abraham qui est mort, et que les prophètes qui sont morts aussi ? Qui prétendez-vous être ?

54 Jésus leur répondit : Si je me glorifie moi-même, ma gloire n’est rien. C’est mon Père qui me glorifie ; lui dont vous dites qu’il est votre Dieu,

55 tandis que vous ne le connaissez pas. Mais pour moi, je le connais ; et si je disais que je ne le connais pas, je serais un menteur comme vous. Mais je le connais, et je garde sa parole.

56 Abraham, votre père, a désiré avec ardeur de voir mon jour : il l’a vu, et il en a été rempli de joie.

57 Les Juifs lui dirent : Vous n’avez pas encore cinquante ans, et vous avez vu Abraham ?

58 Jésus leur répondit : En vérité, en vérité je vous le dis : je suis avant qu’Abraham fût.

59 Là-dessus ils prirent des pierres pour les lui jeter ; mais Jésus se cacha, et sortit du temple.



LORSQUE Jésus passait, il vit un homme qui était aveugle dès sa naissance ;

2 et ses disciples lui firent cette demande : Maître ! est-ce le péché de cet homme, ou le péché de ceux qui l’ont mis au monde, qui est cause qu’il est né aveugle ?

3 Jésus leur répondit : Ce n’est point qu’il ait péché, ni ceux qui l’ont mis au monde ; mais c’est afin que les œuvres de la puissance de Dieu éclatent en lui.

4 Il faut que je fasse les œuvres de celui qui m’a envoyé, pendant qu’il est jour : la nuit vient, dans laquelle personne ne peut agir.

5 Tant que je suis dans le monde, je suis la lumière du monde.

6 Après avoir dit cela, il cracha à terre, et ayant fait de la boue avec sa salive, il oignit de cette boue les yeux de l’aveugle,

7 et lui dit : Allez vous laver dans la piscine de Siloé (qui signifie Envoyé). Il y alla donc, il s’y lava, et il en revint voyant clair.

8 Ses voisins, et ceux qui l’avaient vu auparavant demander l’aumône, disaient : N’est-ce pas là celui qui était assis, et qui demandait l’aumône ? Les uns répondaient : c’est lui.

9 D’autres disaient : Non, c’en est un qui lui ressemble. Mais il leur disait : c’est moi-même.

10 Ils lui dirent donc : Comment vos yeux se sont-ils ouverts ?

11 Il leur répondit : Cet homme qu’on appelle Jésus, a fait de la boue, et en a oint mes yeux, et il m’a dit : Allez à la piscine de Siloé, et vous y lavez. J’y ai été, je m’y suis lavé, et je vois.

12 Ils lui dirent : Où est-il ? Il leur répondit : Je ne sais.

13 Alors ils amenèrent aux pharisiens cet homme qui avait été aveugle.

14 Or c’était le jour du sabbat que Jésus avait fait cette boue, et lui avait ouvert les yeux.

15 Les pharisiens l’interrogèrent donc aussi eux-mêmes, pour savoir comment il avait recouvré la vue. Et il leur dit : Il m’a mis de la boue sur les yeux ; je me suis lavé, et je vois.

16 Sur quoi quelques-uns des pharisiens dirent : Cet homme n’est point envoyé de Dieu, puisqu’il ne garde point le sabbat. Mais d’autres disaient : Comment un méchant homme pourrait-il faire de tels prodiges ? Et il y avait sur cela de la division entre eux.

17 Ils dirent donc de nouveau à l’aveugle : Et toi, que dis-tu de cet homme qui t’a ouvert les yeux ? Il répondit : Je dis que c’est un prophète.

18 Mais les Juifs ne crurent point que cet homme eût été aveugle, et qu’il eût recouvré la vue, jusqu’à ce qu’ils eussent fait venir son père et sa mère,

19 qu’ils interrogèrent, en leur disant : Est-ce là votre fils que vous dites être né aveugle ? Comment donc voit-il maintenant ?

20 Le père et la mère leur répondirent : Nous savons que c’est là notre fils, et qu’il est né aveugle :

21 mais nous ne savons comment il voit maintenant, et nous ne savons pas non plus qui lui a ouvert les yeux. Interrogez-le, il a de l’âge ; qu’il réponde pour lui-même.

22 Son père et sa mère parlaient de la sorte parce qu’ils craignaient les Juifs : car les Juifs avaient déjà résolu ensemble, que quiconque reconnaîtrait Jésus pour être le Christ, serait chassé de la synagogue.

23 Ce fut ce qui obligea le père et la mère de répondre : Il a de l’âge, interrogez-le lui-même.

24 Il appelèrent donc une seconde fois cet homme qui avait été aveugle, et lui dirent : Rends gloire à Dieu ; nous savons que cet homme est un pécheur.

25 Il leur répondit : Si c’est un pécheur, je n’en sais rien : tout ce que je sais, c’est que j’étais aveugle, et que je vois maintenant.

26 Ils lui dirent encore : Que t’a-t-il fait ? et comment t’a-t-il ouvert les yeux ?

27 Il leur répondit : Je vous l’ai déjà dit, et vous l’avez entendu : pourquoi voulez-vous l’entendre encore une fois ? Est-ce que vous voulez devenir aussi ses disciples ?

28 Sur quoi ils le chargèrent d’injures, et lui dirent : Sois toi-même son disciple ; pour nous, nous sommes disciples de Moïse.

29 Nous savons que Dieu a parlé à Moïse ; mais pour celui-ci, nous ne savons d’où il est.

30 Cet homme leur répondit : C’est ce qui est étonnant, que vous ne sachiez d’où il est, et qu’il m’ait ouvert les yeux.

31 Or nous savons que Dieu n’exauce point les pécheurs ; mais si quelqu’un honore, et qu’il fasse sa volonté, c’est celui-là qu’il exauce.

32 Depuis que le monde est, on n’a jamais entendu dire que personne ait ouvert les yeux à un aveugle-né.

33 Si cet homme n’était point envoyé de Dieu, il ne pourrait rien faire de tout ce qu’il fait.

34 Ils lui répondirent : Tu n’es que péché dès le ventre de ta mère, et tu veux nous enseigner ! Et ils le chassèrent.

35 Jésus apprit qu’ils l’avaient ainsi chassé ; et l’ayant rencontré, il lui dit : Croyez-vous au Fils de Dieu ?

36 Il lui répondit : Qui est-il, Seigneur ! afin que je croie en lui ?

37 Jésus lui dit : Vous l’avez vu, et c’est celui-là même qui vous parle.

38 Il lui répondit : Je crois, Seigneur ! Et se prosternant, il l’adora.

39 Et Jésus ajouta : Je suis venu dans ce monde pour exercer un jugement, afin que ceux qui ne voient point voient, et que ceux qui voient deviennent aveugles.

40 Quelques pharisiens qui étaient avec lui, entendirent ces paroles, et lui dirent : Sommes-nous donc aussi des aveugles ?

41 Jésus leur répondit : Si vous étiez aveugles, vous n’auriez point de péché : mais maintenant vous dites que vous voyez ; et c’est pour cela que votre péché demeure en vous.



EN vérité, en vérité je vous le dis : celui qui n’entre pas par la porte dans la bergerie des brebis, mais qui y monte par un autre endroit, est un voleur et un larron.

2 Mais celui qui entre par la porte, est le pasteur des brebis.

3 C’est à celui-là que le portier ouvre, et les brebis entendent sa voix ; il appelle ses propres brebis par leur nom, et il les fait sortir.

4 Et lorsqu’il a fait sortir ses propres brebis, il va devant elles, et les brebis le suivent, parce qu’elles connaissent sa voix.

5 Elles ne suivent point un étranger : mais elles le fuient, parce qu’elles ne connaissent point la voix des étrangers.

6 Jésus leur dit cette parabole ; mais ils n’entendirent point de quoi il leur parlait.

7 Jésus leur dit donc encore : En vérité, en vérité je vous le dis : je suis la porte des brebis.

8 Tous ceux qui sont venus sont des voleurs et des larrons ; et les brebis ne les ont point écoutés.

9 Je suis la porte. Si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé : il entrera, il sortira, et il trouvera des pâturages.

10 Le voleur ne vient que pour voler, pour égorger et pour perdre : pour moi, je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu’elles l’aient abondamment.

11 Je suis le bon Pasteur. Le bon pasteur donne sa vie pour ses brebis.

12 Mais le mercenaire, et celui qui n’est point pasteur, et à qui les brebis n’appartiennent pas, voyant venir le loup, abandonne les brebis, et s’enfuit ; et le loup les ravit, et disperse le troupeau.

13 Le mercenaire s’enfuit, parce qu’il est mercenaire, et qu’il ne se met point en peine des brebis.

14 Pour moi, je suis le bon Pasteur : je connais mes brebis, et mes brebis me connaissent ;

15 comme mon Père me connaît, et que je connais mon Père ; et je donne ma vie pour mes brebis.

16 J’ai encore d’autres brebis qui ne sont pas de cette bergerie ; il faut aussi que je les amène. Elles écouteront ma voix ; et il n’y aura qu’un troupeau, et qu’un Pasteur.

17 C’est pour cela que mon Père m’aime, parce que je quitte ma vie pour la reprendre.

18 Personne ne me la ravit ; mais c’est moi qui la quitte de moi-même : j’ai le pouvoir de la quitter, et j’ai le pouvoir de la reprendre. C’est le commandement que j’ai reçu de mon Père.

19 Ce discours excita une nouvelle division parmi les Juifs.

20 Plusieurs d’entre eux disaient : Il est possédé du démon, et il a perdu le sens ; pourquoi l’écoutez-vous ?

21 Mais les autres disaient : Ce ne sont pas là les paroles d’un homme possédé du démon : le démon peut-il ouvrir les yeux des aveugles ?

22 Or on faisait à Jérusalem la fête de la dédicace ; et c’était l’hiver.

23 Et Jésus se promenant dans le temple, dans la galerie de Salomon,

24 les Juifs s’assemblèrent autour de lui, et lui dirent : Jusques à quand nous tiendrez-vous l’esprit en suspens ? Si vous êtes le Christ, dites-le-nous clairement.

25 Jésus leur répondit : Je vous parle, et vous ne me croyez pas. Les œuvres que je fais au nom de mon Père, rendent témoignage de moi :

26 mais pour vous, vous ne croyez pas, parce que vous n’êtes pas de mes brebis.

27 Mes brebis entendent ma voix ; je les connais, et elles me suivent :

28 je leur donne la vie éternelle, et elles ne périront jamais ; et nul ne les ravira d’entre mes mains.

29 Ce que mon Père m’a donné, est plus grand que toutes choses ; et personne ne peut le ravir de la main de mon Père.

30 Mon Père et moi, nous sommes une même chose.

31 Alors les Juifs prirent des pierres pour le lapider.

32 Et Jésus leur dit : J’ai fait devant vous plusieurs bonnes œuvres par la puissance de mon Père, pour laquelle est-ce que vous me lapidez ?

33 Les Juifs lui répondirent : Ce n’est pas pour aucune bonne œuvre que nous vous lapidons ; mais à cause de votre blasphème, et parce qu’étant homme, vous vous faites Dieu.

34 Jésus leur repartit : N’est-il pas écrit dans votre loi : J’ai dit que vous êtes des dieux ?

35 Si donc elle appelle dieux ceux à qui la parole de Dieu était adressée, et que l’Écriture ne puisse être détruite ;

36 pourquoi dites-vous que je blasphème, moi que mon Père a sanctifié et envoyé dans le monde, parce que j’ai dit que je suis Fils de Dieu ?

37 Si je ne fais pas les œuvres de mon Père, ne me croyez pas.

38 Mais si je les fais, quand vous ne voudriez pas me croire, croyez à mes œuvres ; afin que vous connaissiez, et que vous croyiez que mon Père est en moi, et moi dans mon Père.

39 Les Juifs alors tâchèrent de le prendre ; mais il s’échappa de leurs mains,

40 et s’en alla de nouveau au delà du Jourdain, au même lieu où Jean avait d’abord baptisé ; et il demeura là.

41 Plusieurs vinrent l’y trouver, et ils disaient : Jean n’a fait aucun miracle ;

42 mais tout ce que Jean a dit de celui-ci était vrai. Et il y en eut beaucoup qui crurent en lui.



IL y avait un homme malade, nommé Lazare, qui était du bourg de Béthanie, où demeuraient Marie, et Marthe, sa sœur.

2 Cette Marie était celle qui répandit sur le Seigneur une huile de parfum, et qui lui essuya les pieds avec ses cheveux ; et Lazare, qui était alors malade, était son frère.

3 Ses sœurs envoyèrent donc dire à Jésus : Seigneur ! celui que vous aimez est malade.

4 Ce que Jésus ayant entendu, il dit : Cette maladie ne va point à la mort ; mais elle n’est que pour la gloire de Dieu, et afin que le Fils de Dieu en soit glorifié.

5 Or Jésus aimait Marthe, et Marie, sa sœur, et Lazare.

6 Ayant donc entendu dire qu’il était malade, il demeura encore deux jours au lieu où il était ;

7 et il dit ensuite à ses disciples : Retournons en Judée.

8 Ses disciples lui dirent : Maître ! il n’y a qu’un moment que les Juifs voulaient vous lapider, et vous parlez déjà de retourner parmi eux ?

9 Jésus leur répondit : N’y a-t-il pas douze heures au jour ? Celui qui marche durant le jour, ne se heurte point, parce qu’il voit la lumière de ce monde ;

10 mais celui qui marche la nuit, se heurte, parce qu’il n’a point de lumière.

11 Il leur parla de la sorte, et ensuite il leur dit : Notre ami Lazare dort ; mais je m’en vais le réveiller.

12 Ses disciples lui répondirent : Seigneur ! s’il dort, il sera guéri.

13 Mais Jésus entendait parler de sa mort ; au lieu qu’ils crurent qu’il leur parlait du sommeil ordinaire.

14 Jésus leur dit donc alors clairement : Lazare est mort ;

15 et je me réjouis pour vous de ce que je n’étais pas là, afin que vous croyiez. Mais allons à lui.

16 Sur quoi Thomas, appelé Didyme, dit aux autres disciples : Allons aussi nous autres, afin de mourir avec lui.

17 Jésus étant arrivé, trouva qu’il y avait déjà quatre jours que Lazare était dans le tombeau.

18 Et comme Béthanie n’était éloignée de Jérusalem que d’environ quinze stades,

19 il y avait quantité de Juifs qui étaient venus voir Marthe et Marie, pour les consoler de la mort de leur frère.

20 Marthe ayant donc appris que Jésus venait, alla au-devant de lui, et Marie demeura dans la maison.

21 Alors Marthe dit à Jésus : Seigneur ! si vous eussiez été ici, mon frère ne serait pas mort :

22 mais je sais que présentement même Dieu vous accordera tout ce que vous lui demanderez.

23 Jésus lui répondit : Votre frère ressuscitera.

24 Marthe lui dit : Je sais qu’il ressuscitera en la résurrection qui se fera au dernier jour.

25 Jésus lui repartit : Je suis la résurrection et la vie : celui qui croit en moi, quand il serait mort, vivra.

26 Et quiconque vit et croit en moi, ne mourra point à jamais. Croyez-vous cela ?

27 Elle lui répondit : Oui, Seigneur ! je crois que vous êtes le Christ, le Fils du Dieu vivant, qui êtes venu dans ce monde.

28 Lorsqu’elle eut ainsi parlé, elle s’en alla, et appela secrètement Marie, sa sœur, en lui disant : Le Maître est venu, et il vous demande.

29 Ce qu’elle n’eut pas plutôt entendu, qu’elle se leva, et vint le trouver.

30 Car Jésus n’était pas encore entré dans le bourg ; mais il était au même lieu où Marthe l’avait rencontré.

31 Cependant les Juifs qui étaient avec Marie dans la maison, et qui la consolaient, ayant vu qu’elle s’était levée si promptement, et qu’elle était sortie, la suivirent, en disant : Elle s’en va au sépulcre, pour y pleurer.

32 Lorsque Marie fut venue au lieu où était Jésus, l’ayant vu, elle se jeta à ses pieds, et lui dit : Seigneur ! si vous eussiez été ici, mon frère ne serait pas mort.

33 Jésus voyant qu’elle pleurait, et que les Juifs qui étaient venus avec elle pleuraient aussi, frémit en son esprit, et se troubla lui-même ;

34 et il leur dit : Où l’avez-vous mis ? Ils lui répondirent : Seigneur ! venez et voyez.

35 Alors Jésus pleura.

36 Et les Juifs dirent entre eux : Voyez comme il l’aimait.

37 Mais il y en eut aussi quelques-uns qui dirent : Ne pouvait-il pas empêcher qu’il ne mourût, lui qui a ouvert les yeux à un aveugle-né ?

38 Jésus frémissant donc de nouveau en lui-même, vint au sépulcre (c’était une grotte, et on avait mis une pierre par-dessus).

39 Jésus leur dit : Ôtez la pierre. Marthe, qui était sœur du mort, lui dit : Seigneur ! il sent déjà mauvais : car il y a quatre jours qu’il est là.

40 Jésus lui répondit : Ne vous ai-je pas dit, que si vous croyez, vous verrez la gloire de Dieu ?

41 Ils ôtèrent donc la pierre ; et Jésus levant les yeux en haut, dit ces paroles : Mon Père ! je vous rends grâces de ce que vous m’avez exaucé.

42 Pour moi, je savais que vous m’exaucez toujours ; mais je dis ceci pour ce peuple qui m’environne, afin qu’ils croient que c’est vous qui m’avez envoyé.

43 Ayant dit ces mots, il cria d’une voix forte : Lazare, sortez dehors.

44 Et à l’heure même le mort sortit, ayant les pieds et les mains liés de bandes, et le visage enveloppé d’un linge. Alors Jésus leur dit : Déliez-le, et le laissez aller.

45 Plusieurs donc d’entre les Juifs, qui étaient venus voir Marie et Marthe, et qui avaient vu ce que Jésus avait fait, crurent en lui.

46 Mais quelques-uns d’eux s’en allèrent trouver les pharisiens, et leur rapportèrent ce que Jésus avait fait.

47 Les princes des prêtres et les pharisiens tinrent donc conseil ensemble, et dirent : Que faisons-nous ? Cet homme fait plusieurs miracles.

48 si nous le laissons faire, tous croiront en lui ; et les Romains viendront, et ruineront notre ville et notre nation.

49 Mais l’un d’eux, nommé Caïphe, qui était le grand prêtre de cette année-là, leur dit : Vous n’y entendez rien ;

50 et vous ne considérez pas qu’il vous est avantageux qu’un seul homme meure pour le peuple, et que toute la nation ne périsse point.

51 Or il ne disait pas ceci de lui-même : mais étant grand prêtre cette année-là, il prophétisa que Jésus devait mourir pour la nation des Juifs ;

52 et non-seulement pour cette nation, mais aussi pour rassembler et réunir les enfants de Dieu, qui étaient dispersés.

53 Ils ne pensèrent donc plus depuis ce jour-là, qu’à trouver le moyen de le faire mourir.

54 C’est pourquoi Jésus ne se montrait plus en public parmi les Juifs ; mais il se retira dans une contrée près du désert, en une ville nommée Éphrem, où il se tint avec ses disciples.

55 Or la pâque des Juifs était proche ; et plusieurs de ce quartier-là étant allés à Jérusalem avant la pâque pour se purifier,

56 ils cherchaient Jésus, et se disaient dans le temple les uns aux autres : Que pensez-vous de ce qu’il n’est point venu à ce jour de fête ? Mais les princes des prêtres et les pharisiens avaient donné ordre, que si quelqu’un savait où il était, il le découvrît, afin qu’ils le fissent prendre.



SIX jours avant la pâque, Jésus vint à Béthanie, où était mort Lazare qu’il avait ressuscité.

2 On lui apprêta là à souper : Marthe servait, et Lazare était un de ceux qui étaient à table avec lui.

3 Mais Marie ayant pris une livre d’huile de parfum de vrai nard, qui était de grand prix, elle le répandit sur les pieds de Jésus, et les essuya avec ses cheveux ; et toute la maison fut remplie de l’odeur de ce parfum.

4 Alors l’un de ses disciples, savoir, Judas Iscariote, qui devait le trahir, dit :

5 Pourquoi n’a-t-on pas vendu ce parfum trois cents deniers, qu’on aurait donnés aux pauvres ?

6 Il disait ceci, non qu’il se souciât des pauvres, mais parce qu’il était larron, et qu’ayant la bourse, il portait l’argent qu’on y mettait.

7 Mais Jésus dit : Laissez-la faire, parce qu’elle a gardé ce parfum pour le jour de ma sépulture.

8 Car vous avez toujours des pauvres parmi vous ; mais pour moi, vous ne m’aurez pas toujours.

9 Une grande multitude de Juifs ayant su qu’il était là, y vinrent, non-seulement pour Jésus, mais aussi pour voir Lazare, qu’il avait ressuscité d’entre les morts.

10 Mais les princes des prêtres délibérèrent de faire mourir aussi Lazare ;

11 parce que beaucoup de Juifs se retiraient d’avec eux à cause de lui, et croyaient en Jésus.

12 Le lendemain une grande quantité de peuple qui était venu pour la fête, ayant appris que Jésus venait à Jérusalem,

13 ils prirent des branches de palmier, et allèrent au-devant de lui, en criant : Hosanna, salut et gloire ! Béni soit le Roi d’Israël qui vient au nom du Seigneur !

14 Et Jésus ayant trouvé un ânon, monta dessus, selon qu’il est écrit :

15 Ne craignez point, fille de Sion : voici votre Roi qui vient monté sur le poulain d’une ânesse.

16 Les disciples ne firent point d’abord attention à cela ; mais quand Jésus fut entré dans sa gloire, ils se souvinrent alors que ces choses avaient été écrites de lui, et que ce qu’ils avaient fait à son égard, en était l’accomplissement.

17 Le grand nombre de ceux qui s’étaient trouvés avec lui lorsqu’il avait appelé Lazare du tombeau, et l’avait ressuscité d’entre les morts, lui rendait témoignage.

18 Et ce fut aussi ce qui fit sortir tant de peuple pour aller au-devant de lui, parce qu’ils avaient entendu dire qu’il avait fait ce miracle.

19 Les pharisiens dirent donc entre eux : Vous voyez que nous ne gagnons rien : voilà tout le monde qui court après lui.

20 Or il y eut quelques gentils de ceux qui étaient venus pour adorer au jour de la fête,

21 qui s’adressèrent à Philippe, qui était de Bethsaïde en Galilée, et lui firent cette prière : Seigneur, nous voudrions bien voir Jésus.

22 Philippe vint le dire à André, et André et Philippe le dirent ensemble à Jésus.

23 Jésus leur répondit : L’heure est venue où le Fils de l’homme doit être glorifié.

24 En vérité, en vérité je vous le dis : si le grain de froment ne meurt après qu’on l’a jeté en terre, il demeure seul ; mais quand il est mort, il porte beaucoup de fruit.

25 Celui qui aime sa vie, la perdra ; mais celui qui hait sa vie dans ce monde, la conserve pour la vie éternelle.

26 Si quelqu’un me sert, qu’il me suive : et où je serai, là sera aussi mon serviteur. si quelqu’un me sert, mon Père l’honorera.

27 Maintenant mon âme est troublée ; et que dirai-je ? Mon Père ! délivrez-moi de cette heure ; mais c’est pour cela que je suis venu en cette heure.

28 Mon Père ! glorifiez votre nom. Au même temps on entendit une voix du ciel, qui dit : Je l’ai déjà glorifié, et je le glorifierai encore.

29 Le peuple qui était là, et qui avait entendu le son de cette voix, disait que c’était un coup de tonnerre ; d’autres disaient : C’est un ange qui lui a parlé.

30 Jésus répondit : Ce n’est pas pour moi que cette voix s’est fait entendre, mais pour vous.

31 C’est maintenant que le monde va être jugé ; c’est maintenant que le prince de ce monde va être chassé dehors.

32 Et pour moi, quand j’aurai été élevé de la terre, j’attirerai tout à moi.

33 (Ce qu’il disait pour marquer de quelle mort il devait mourir.)

34 Le peuple lui répondit : Nous avons appris de la loi, que le Christ doit demeurer éternellement. Comment donc dites-vous qu’il faut que le Fils de l’homme soit élevé de la terre ? Qui est ce Fils de l’homme ?

35 Jésus leur répondit : La lumière est encore avec vous pour un peu de temps : marchez pendant que vous avez la lumière, de peur que les ténèbres ne vous surprennent : celui qui marche dans les ténèbres, ne sait où il va.

36 Pendant que vous avez la lumière, croyez en la lumière, afin que vous soyez des enfants de lumière. Jésus parla de la sorte, et se retirant il se cacha d’eux.

37 Mais quoiqu’il eût fait tant de miracles devant eux, ils ne croyaient point en lui ;

38 afin que cette parole du prophète Isaïe fût accomplie : Seigneur ! qui a cru à la parole qu’il a entendue de nous ? et à qui le bras du Seigneur a-t-il été révélé ?

39 C’est pour cela qu’ils ne pouvaient croire, parce qu’Isaïe a dit encore :

40 Il a aveuglé leurs yeux, et il a endurci leur cœur : de peur qu’ils ne voient des yeux, et ne comprennent du cœur ; et qu’ils ne viennent à se convertir, et que je ne les guérisse.

41 Isaïe a dit ces choses, lorsqu’il a vu sa gloire, et qu’il a parlé de lui.

42 Plusieurs néanmoins des sénateurs mêmes crurent en lui ; mais à cause des pharisiens ils n’osaient le reconnaître publiquement, de crainte d’être chassés de la synagogue.

43 Car ils ont plus aimé la gloire des hommes, que la gloire de Dieu.

44 Or Jésus s’écria, et dit : Celui qui croit en moi, ne croit pas en moi, mais en celui qui m’a envoyé ;

45 et celui qui me voit, voit celui qui m’a envoyé.

46 Je suis venu dans le monde, moi qui suis la lumière, afin que tous ceux qui croient en moi, ne demeurent point dans les ténèbres.

47 Si quelqu’un entend mes paroles et ne les garde pas, je ne le juge point : car je ne suis pas venu pour juger le monde, mais pour sauver le monde.

48 Celui qui me méprise, et qui ne reçoit point mes paroles, a pour juge la parole même que j’ai annoncée ; ce sera elle qui le jugera au dernier jour.

49 Car je n’ai point parlé de moi-même ; mais mon Père qui m’a envoyé, est celui qui m’a prescrit par son commandement ce que je dois dire, et comment je dois parler ;

50 et je sais que son commandement est la vie éternelle. Ce que je dis donc, je le dis selon que mon Père me l’a ordonné.



AVANT la fête de Pâque, Jésus sachant que son heure était venue de passer de ce monde à son Père ; comme il avait aimé les siens qui étaient dans le monde, il les aima jusqu’à la fin.

2 Et après le souper, le diable ayant déjà mis dans le cœur de Judas Iscariote, fils de Simon, le dessein de le trahir ;

3 Jésus qui savait que son Père lui avait mis toutes choses entre les mains, qu’il était sorti de Dieu, et qu’il s’en retournait à Dieu,

4 se leva de table, quitta ses vêtements, et ayant pris un linge, il le mit autour de lui.

5 Puis ayant versé de l’eau dans un bassin, il commença à laver les pieds de ses disciples, et à les essuyer avec le linge qu’il avait autour de lui.

6 Il vint donc à Simon-Pierre, qui lui dit : Quoi, Seigneur ! vous me laveriez les pieds ?

7 Jésus lui répondit : Vous ne savez pas maintenant ce que je fais ; mais vous le saurez ensuite.

8 Pierre lui dit : Vous ne me laverez jamais les pieds. Jésus lui repartit : Si je ne vous lave, vous n’aurez point de part avec moi.

9 Alors Simon-Pierre lui dit : Seigneur ! non-seulement les pieds, mais aussi les mains et la tête.

10 Jésus lui dit : Celui qui a été déjà lavé, n’a plus besoin que de se laver les pieds, et il est pur dans tout le reste : et pour vous aussi, vous êtes purs, mais non pas tous.

11 Car il savait qui était celui qui devait le trahir ; et c’est pour cela qu’il dit : Vous n’êtes pas tous purs.

12 Après donc qu’il leur eut lavé les pieds, il reprit ses vêtements ; et s’étant remis à table, il leur dit : Savez-vous ce que je viens de vous faire ?

13 Vous m’appelez votre Maître et votre Seigneur : et vous avez raison ; car je le suis.

14 Si donc je vous ai lavé les pieds, moi qui suis votre Seigneur et votre Maître, vous devez aussi vous laver les pieds les uns aux autres :

15 car je vous ai donné l’exemple ; afin que ce que je vous ai fait, vous le fassiez aussi vous autres.

16 En vérité, en vérité je vous le dis : le serviteur n'est pas plus grand que son maître ; et l'envoyé n'est pas plus grand que celui qui l'a envoyé.

17 si vous savez ces choses, vous serez heureux pourvu que vous les pratiquiez.

18 Je ne dis pas ceci de vous tous : je sais qui sont ceux que j’ai choisis ; mais il faut que cette parole de l’Écriture soit accomplie : Celui qui mange du pain avec moi, lèvera le pied contre moi.

19 Je vous dis ceci dès maintenant, et avant qu’il arrive ; afin que lorsqu’il arrivera, vous me croyiez ce que je suis.

20 En vérité, en vérité je vous le dis : quiconque reçoit celui que j’aurai envoyé, me reçoit moi-même ; et qui me reçoit, reçoit celui qui m’a envoyé.

21 Jésus ayant dit ces choses, se troubla en son esprit, et parla ouvertement, en disant : En vérité, en vérité je vous le dis : un d’entre vous me trahira.

22 Les disciples se regardaient donc l’un l’autre, ne sachant de qui il parlait.

23 Mais l’un d’eux que Jésus aimait, étant couché sur le sein de Jésus,

24 Simon-Pierre lui fit signe de s’enquérir, qui était celui dont Jésus parlait.

25 Ce disciple se reposant donc sur le sein de Jésus, lui dit : Seigneur ! qui est-ce ?

26 Jésus lui répondit : C’est celui à qui je présenterai du pain que j’aurai trempé. Et ayant trempé du pain, il le donna à Judas Iscariote, fils de Simon.

27 Et quand il eut pris ce morceau, Satan entra en lui. Et Jésus lui dit : Faites au plus tôt ce que vous faites.

28 Mais nul de ceux qui étaient à table, ne comprit pourquoi il lui avait dit cela.

29 Car quelques-uns pensaient qu’à cause que Judas avait la bourse, Jésus avait voulu lui dire : Achetez-nous ce qui nous est nécessaire pour la fête ; ou qu’il lui donnait ses ordres pour distribuer quelque chose aux pauvres.

30 Judas ayant donc reçu ce morceau, sortit aussitôt ; et il était nuit.

31 Après qu’il fut sorti, Jésus dit : Maintenant le Fils de l’homme est glorifié, et Dieu est glorifié en lui.

32 Si Dieu est glorifié en lui, Dieu le glorifiera aussi en lui-même ; et c’est bientôt qu’il le glorifiera.

33 Mes petits enfants, je n’ai plus que peu de temps à être avec vous. Vous me chercherez ; et comme j’ai dit aux Juifs, qu’ils ne pouvaient venir où je vais, je vous le dis aussi à vous-mêmes présentement.

34 Je vous fais un commandement nouveau, qui est, que vous vous aimiez les uns les autres, et que vous vous entr’aimiez comme je vous ai aimés.

35 C’est en cela que tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres.

36 Simon-Pierre lui dit : Seigneur ! où allez-vous ? Jésus lui répondit : Vous ne pouvez maintenant me suivre où je vais ; mais vous me suivrez après.

37 Pierre lui dit : Pourquoi ne puis-je pas vous suivre maintenant ? Je donnerai ma vie pour vous.

38 Jésus lui repartit : Vous donnerez votre vie pour moi ! En vérité, en vérité je vous le dis : le coq ne chantera point, que vous ne m’ayez renoncé trois fois.



QUE votre cœur ne se trouble point. Vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi.

2 Il y a plusieurs demeures dans la maison de mon Père. Si cela n’était, je vous l’aurais dit : car je m’en vais vous préparer le lieu ;

3 et après que je m’en serai allé, et que je vous aurai préparé le lieu, je reviendrai, et vous retirerai à moi, afin que là où je serai, vous y soyez aussi.

4 Vous savez bien où je vais, et vous en savez la voie.

5 Thomas lui dit : Seigneur ! nous ne savons où vous allez ; et comment pouvons-nous en savoir la voie ?

6 Jésus lui dit : Je suis la voie, la vérité et la vie : personne ne vient au Père que par moi.

7 Si vous m’aviez connu, vous auriez aussi connu mon Père ; et vous le connaîtrez bientôt, et vous l’avez déjà vu.

8 Philippe lui dit : Seigneur ! montrez-nous votre Père, et il nous suffit.

9 Jésus lui répondit : Il y a si longtemps que je suis avec vous, et vous ne me connaissez pas encore ? Philippe, celui qui me voit, voit aussi mon Père. Comment donc dites-vous : Montrez-nous votre Père ?

10 Ne croyez-vous pas que je suis dans mon Père, et que mon Père est en moi ? Ce que je vous dis, je ne vous le dis pas de moi-même ; mais mon Père qui demeure en moi, fait lui-même les œuvres que je fais.

11 Ne croyez-vous pas que je suis dans mon Père, et que mon Père est en moi ? Croyez-le au moins à cause des œuvres que je fais.

12 En vérité, en vérité je vous le dis : celui qui croit en moi, fera lui-même les œuvres que je fais, et en fera encore de plus grandes ; parce que je m’en vais à mon Père.

13 Et tout ce que vous demanderez à mon Père en mon nom, je le ferai ; afin que le Père soit glorifié dans le Fils.

14 Si vous me demandez quelque chose en mon nom, je le ferai.

15 Si vous m’aimez, gardez mes commandements ;

16 et je prierai mon Père, et il vous donnera un autre Consolateur, afin qu’il demeure éternellement avec vous :

17 l’Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu’il ne le voit point, et qu’il ne le connaît point. Mais pour vous, vous le connaîtrez ; parce qu’il demeurera avec vous, et qu’il sera en vous.

18 Je ne vous laisserai point orphelins : je viendrai à vous.

19 Encore un peu de temps, et le monde ne me verra plus. Mais pour vous, vous me verrez ; parce que je vivrai, et que vous vivrez aussi.

20 En ce jour-là vous connaîtrez que je suis en mon Père, et vous en moi, et moi en vous.

21 Celui qui a mes commandements, et qui les garde, c’est celui-là qui m’aime. Or celui qui m’aime, sera aimé de mon Père ; et je l’aimerai aussi, et je me découvrirai moi-même à lui.

22 Judas, non pas l’Iscariote, lui dit : Seigneur ! d’où vient que vous vous découvrirez vous-même à nous, et non pas au monde ?

23 Jésus lui répondit : Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, et mon Père l’aimera ; et nous viendrons à lui, et nous ferons en lui notre demeure.

24 Celui qui ne m’aime point, ne garde point mes paroles ; et la parole que vous avez entendue, n’est point ma parole, mais celle de mon Père qui m’a envoyé.

25 Je vous ai dit ceci, demeurant encore avec vous.

26 Mais le Consolateur, qui est le Saint-Esprit, que mon Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous fera ressouvenir de tout ce que je vous ai dit.

27 Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix ; je ne vous la donne pas comme le monde la donne. Que votre cœur ne se trouble point, et qu’il ne soit point saisi de frayeur.

28 Vous avez entendu ce que je vous ai dit : Je m’en vais, et je reviens à vous. Si vous m’aimiez, vous vous réjouiriez de ce que je m’en vais à mon Père ; parce que mon Père est plus grand que moi.

29 Et je vous le dis maintenant avant que cela arrive, afin que lorsqu’il sera arrivé, vous ayez une ferme croyance en moi.

30 Je ne vous parlerai plus guère : car le prince de ce monde va venir, quoiqu’il n’ait rien en moi qui lui appartienne :

31 mais afin que le monde connaisse que j’aime mon Père, et que je fais ce que mon Père m’a ordonné. Levez-vous, sortons d’ici.



JE suis la vraie vigne, et mon Père est le vigneron.

2 Il retranchera toutes les branches qui ne portent point de fruit en moi ; et il émondera toutes celles qui portent du fruit, afin qu’elles en portent davantage.

3 Vous êtes déjà purs, selon ce que je vous ai dit.

4 Demeurez en moi, et moi en vous. Comme la branche ne saurait porter de fruit d’elle-même, et si elle ne demeure attachée au cep de la vigne ; il en est ainsi de vous autres, si vous ne demeurez en moi.

5 Je suis le cep de la vigne, et vous en êtes les branches. Celui qui demeure en moi, et en qui je demeure, porte beaucoup de fruit : car vous ne pouvez rien faire sans moi.

6 Si quelqu’un ne demeure pas en moi, il sera jeté dehors comme un sarment inutile ; il séchera, et on le ramassera pour le jeter au feu, et il brûlera.

7 Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, vous demanderez tout ce que vous voudrez, et il vous sera accordé.

8 C’est la gloire de mon Père, que vous rapportiez beaucoup de fruit, et que vous deveniez mes disciples.

9 Comme mon Père m’a aimé, je vous ai aussi aimés. Demeurez dans mon amour.

10 Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour ; comme j’ai moi-même gardé les commandements de mon Père, et que je demeure dans son amour.

11 Je vous ai dit ces choses, afin que ma joie demeure en vous, et que votre joie soit pleine et parfaite.

12 Le commandement que je vous donne, est de vous aimer les uns les autres, comme je vous ai aimés.

13 Personne ne peut avoir un plus grand amour, que de donner sa vie pour ses amis.

14 Vous êtes mes amis, si vous faites tout ce que je vous commande.

15 Je ne vous donnerai plus le nom de serviteurs, parce que le serviteur ne sait ce que fait son maître ; mais je vous ai appelés mes amis, parce que je vous ai fait savoir tout ce que j’ai appris de mon Père.

16 Ce n’est pas vous qui m’avez choisi : mais c’est moi qui vous ai choisis ; et je vous ai établis, afin que vous marchiez, que vous rapportiez du fruit, et que votre fruit demeure toujours, et que mon Père vous donne tout ce que vous lui demanderez en mon nom.

17 Ce que je vous commande, est de vous aimer les uns les autres.

18 Si le monde vous hait, sachez qu’il m’a haï avant vous.

19 Si vous étiez du monde, le monde aimerait ce qui serait à lui ; mais parce que vous n’êtes point du monde, et que je vous ai choisis du milieu du monde, c’est pour cela que le monde vous hait.

20 Souvenez-vous de la parole que je vous ai dite : Le serviteur n’est pas plus grand que son maître. S’ils m’ont persécuté, ils vous persécuteront aussi : s’ils ont gardé mes paroles, ils garderont aussi les vôtres.

21 Mais ils vous feront tous ces mauvais traitements à cause de mon nom : parce qu’ils ne connaissent point celui qui m’a envoyé.

22 Si je n’étais point venu, et que je ne leur eusse point parlé, ils n’auraient point le péché qu’ils ont ; mais maintenant ils n’ont point d’excuse de leur péché.

23 Celui qui me hait, hait aussi mon Père.

24 Si je n’avais pas fait parmi eux des œuvres qu’aucun autre n’a faites, ils n’auraient point le péché qu’ils ont ; mais maintenant ils les ont vues, et ils ont haï et moi et mon Père :

25 afin que la parole qui est écrite dans leur loi, soit accomplie : Ils m’ont haï sans aucun sujet.

26 Mais lorsque le Consolateur, l’Esprit de vérité, qui procède du Père, et que je vous enverrai de la part de mon Père, sera venu, il rendra témoignage de moi ;

27 et vous en rendrez aussi témoignage, parce que vous êtes dès le commencement avec moi.



JE vous ai dit ces choses, afin que vous n’en soyez point scandalisés.

2 Ils vous chasseront des synagogues ; et le temps vient que quiconque vous fera mourir, croira faire une chose agréable à Dieu.

3 Ils vous traiteront de la sorte, parce qu’ils ne connaissent ni mon Père, ni moi.

4 Or je vous ai dit ces choses, afin que lorsque ce temps-là sera venu, vous vous souveniez que je vous les ai dites.

5 Je ne vous les ai pas dites dès le commencement, parce que j’étais avec vous. Mais maintenant je m’en vais à celui qui m’a envoyé, et aucun de vous ne me demande où je vais.

6 Mais parce que je vous ai dit ces choses, votre cœur a été rempli de tristesse.

7 Cependant je vous dis la vérité : Il vous est utile que je m’en aille : car si je ne m’en vais point, le Consolateur ne viendra point à vous ; mais si je m’en vais, je vous l’enverrai.

8 Et lorsqu’il sera venu, il convaincra le monde touchant le péché, touchant la justice, et touchant le jugement :

9 touchant le péché, parce qu’ils n’ont point cru en moi ;

10 touchant la justice, parce que je m’en vais à mon Père, et que vous ne me verrez plus ;

11 et touchant le jugement, parce que le prince de ce monde est déjà jugé.

12 J’ai encore beaucoup de choses à vous dire ; mais vous ne pouvez les porter présentement.

13 Quand cet Esprit de vérité sera venu, il vous enseignera toute vérité : car il ne parlera pas de lui-même ; mais il dira tout ce qu’il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir.

14 Il me glorifiera, parce qu’il recevra de ce qui est à moi, et il vous l’annoncera.

15 Tout ce qu’a mon Père, est à moi, c’est pourquoi je vous dis, qu’il recevra de ce qui est à moi, et vous l’annoncera.

16 Encore un peu de temps, et vous ne me verrez plus ; et encore un peu de temps, et vous me verrez ; parce que je m’en vais à mon Père.

17 Sur cela quelques-uns de ses disciples se dirent les uns aux autres : Que veut-il nous dire par là : Encore un peu de temps, et vous ne me verrez plus ; et encore un peu de temps, et vous me verrez ; parce que je m’en vais à mon Père.

18 Ils disaient donc : Que signifie ce qu’il dit : Encore un peu de temps ? Nous ne savons ce qu’il veut dire.

19 Mais Jésus connaissant qu’ils voulaient l’interroger là-dessus, il leur dit : Vous vous demandez les uns aux autres ce que j’ai voulu dire par ces paroles : Encore un peu de temps, et vous ne me verrez plus ; et encore un peu de temps, et vous me verrez.

20 En vérité, en vérité je vous le dis : vous pleurerez et vous gémirez, et le monde se réjouira : vous serez dans la tristesse ; mais votre tristesse se changera en joie.

21 Une femme lorsqu’elle enfante, est dans la douleur, parce que son heure est venue ; mais après qu’elle a enfanté un fils, elle ne se souvient plus de tous ses maux, dans la joie qu’elle a d’avoir mis un homme au monde.

22 C’est donc ainsi que vous êtes maintenant dans la tristesse ; mais je vous verrai de nouveau, et votre cœur se réjouira ; et personne ne vous ravira votre joie.

23 En ce jour-là vous ne m’interrogerez plus de rien. En vérité, en vérité je vous le dis : si vous demandez quelque chose à mon Père en mon nom, il vous le donnera.

24 Jusqu’ici vous n’avez rien demandé en mon nom. Demandez, et vous recevrez ; afin que votre joie soit pleine et parfaite.

25 Je vous ai dit ces choses en paraboles : l’heure vient en laquelle je ne vous entretiendrai plus en paraboles ; mais je vous parlerai ouvertement de mon Père.

26 En ce jour-là vous demanderez en mon nom ; et je ne vous dis point que je prierai mon Père pour vous :

27 car mon Père vous aime lui-même, parce que vous m’avez aimé, et que vous avez cru que je suis sorti de Dieu.

28 Je suis sorti de mon Père, et je suis venu dans le monde : maintenant je laisse le monde, et je m’en retourne à mon Père.

29 Ses disciples lui dirent : C’est maintenant que vous parlez tout ouvertement, et que vous n’usez d’aucune parabole.

30 Nous voyons bien à présent que vous savez tout, et que vous n’avez pas besoin que personne vous interroge : c’est pour cela que nous croyons que vous êtes sorti de Dieu.

31 Jésus leur répondit : Vous croyez maintenant ?

32 Le temps va venir, et il est déjà venu, que vous serez dispersés chacun de son côté, et que vous me laisserez seul ; mais je ne suis pas seul, parce que mon Père est avec moi.

33 Je vous ai dit ces choses, afin que vous trouviez la paix en moi. Vous aurez à souffrir bien des afflictions dans le monde ; mais ayez confiance, j’ai vaincu le monde.



JÉSUS ayant dit ces choses, leva les yeux au ciel, et dit : Mon Père ! l’heure est venue ; glorifiez votre Fils, afin que votre Fils vous glorifie :

2 comme vous lui avez donné puissance sur tous les hommes, afin qu’il donne la vie éternelle à tous ceux que vous lui avez donnés.

3 Or la vie éternelle consiste à vous connaître, vous qui êtes le seul Dieu véritable, et Jésus-Christ que vous avez envoyé.

4 Je vous ai glorifié sur la terre ; j’ai achevé l’ouvrage dont vous m’aviez chargé.

5 Et vous, mon Père ! glorifiez-moi donc aussi maintenant en vous-même, de cette gloire que j’ai eue en vous avant que le monde fût.

6 J’ai fait connaître votre nom aux hommes que vous m’avez donnés en les séparant du monde. Ils étaient à vous, et vous me les avez donnés ; et ils ont gardé votre parole.

7 Ils savent présentement que tout ce que vous m’avez donné, vient de vous :

8 parce que je leur ai donné les paroles que vous m’avez données, et ils les ont reçues ; ils ont reconnu véritablement que je suis sorti de vous, et ils ont cru que vous m’avez envoyé.

9 C’est pour eux que je prie. Je ne prie point pour le monde, mais pour ceux que vous m’avez donnés, parce qu’ils sont à vous.

10 Tout ce qui est à moi, est à vous ; et tout ce qui est à vous, est à moi : et je suis glorifié en eux.

11 Je ne serai bientôt plus dans le monde ; mais pour eux, ils sont encore dans le monde ; et moi, je m’en retourne à vous. Père saint ! conservez en votre nom ceux que vous m’avez donnés, afin qu’ils soient un, comme nous.

12 Lorsque j’étais avec eux, je les conservais en votre nom. J’ai conservé ceux que vous m’avez donnés, et nul d’eux ne s’est perdu : il n’y a eu de perdu que celui qui était enfant de perdition, afin que l’Écriture fût accomplie.

13 Mais maintenant je viens à vous ; et je dis ceci étant encore dans le monde, afin qu’ils aient en eux-mêmes la plénitude de ma joie.

14 Je leur ai donné votre parole, et le monde les a haïs, parce qu’ils ne sont point du monde, comme je ne suis point moi-même du monde.

15 Je ne vous prie pas de les ôter du monde, mais de les garder du mal.

16 Ils ne sont point du monde, comme je ne suis point moi-même du monde.

17 Sanctifiez-les dans la vérité. Votre parole est la vérité même.

18 Comme vous m’avez envoyé dans le monde, je les ai aussi envoyés dans le monde.

19 Et je me sanctifie moi-même pour eux, afin qu’ils soient aussi sanctifiés dans la vérité.

20 Je ne prie pas pour eux seulement, mais encore pour ceux qui doivent croire en moi par leur parole ;

21 afin qu’ils soient un tous ensemble, comme vous, mon Père ! êtes en moi, et moi en vous : qu’ils soient de même un en nous ; afin que le monde croie que vous m’avez envoyé.

22 Et je leur ai donné la gloire que vous m’avez donnée ; afin qu’ils soient un, comme nous sommes un.

23 Je suis en eux, et vous en moi ; afin qu’ils soient consommés dans l’unité, et que le monde connaisse que vous m’avez envoyé, et que vous les avez aimés, comme vous m’avez aimé.

24 Mon Père ! je désire que là où je suis, ceux que vous m’avez donnés y soient aussi avec moi ; afin qu’ils contemplent ma gloire que vous m’avez donnée, parce que vous m’avez aimé avant la création du monde.

25 Père juste ! le monde ne vous a point connu : mais moi, je vous ai connu ; et ceux-ci ont connu que vous m’avez envoyé.

26 Je leur ai fait connaître votre nom, et le leur ferai connaître encore ; afin que l’amour dont vous m’avez aimé, soit en eux, et que je sois moi-même en eux.



JÉSUS ayant dit ces choses, s’en alla avec ses disciples au delà du torrent de Cédron, où il y avait un jardin, dans lequel il entra, lui et ses disciples.

2 Judas qui le trahissait, connaissait aussi ce lieu-là ; parce que Jésus y avait souvent été avec ses disciples.

3 Judas ayant donc pris avec lui une compagnie de soldats, et des gens envoyés par les princes des prêtres et par les pharisiens, il vint en ce lieu avec des lanternes, des flambeaux et des armes.

4 Mais Jésus, qui savait tout ce qui devait lui arriver, vint au-devant d’eux, et leur dit : Qui cherchez-vous ?

5 Ils lui répondirent : Jésus de Nazareth. Jésus leur dit : C’est moi. Or Judas qui le trahissait, était aussi là présent avec eux.

6 Lors donc que Jésus leur eut dit, C’est moi ; ils reculèrent, et tombèrent par terre.

7 Il leur demanda encore une fois : Qui cherchez-vous ? Et ils lui dirent : Jésus de Nazareth.

8 Jésus leur répondit : Je vous ai dit que c’est moi. Si c’est donc moi que vous cherchez, laissez aller ceux-ci.

9 Afin que cette parole qu’il avait dite, fût accomplie : Je n’ai perdu aucun de ceux que vous m’avez donnés.

10 Alors Simon-Pierre qui avait une épée, la tira, en frappa un des gens du grand prêtre, et lui coupa l’oreille droite ; et cet homme s’appelait Malchus.

11 Mais Jésus dit à Pierre : Remettez votre épée dans le fourreau ; ne faut-il pas que je boive le calice que mon Père m’a donné ?

12 Les soldats et leur capitaine, avec les gens envoyés par les Juifs, prirent donc Jésus, et le lièrent ;

13 et ils l’amenèrent premièrement chez Anne, parce qu’il était beau-père de Caïphe, qui était grand prêtre cette année-là.

14 Et Caïphe était celui qui avait donné ce conseil aux Juifs : qu’il était avantageux qu’un seul homme mourût pour tout le peuple.

15 Cependant Simon-Pierre suivit Jésus, comme aussi un autre disciple qui, étant connu du grand prêtre, entra avec Jésus dans la cour de la maison du grand prêtre ;

16 mais Pierre demeura dehors à la porte. Alors cet autre disciple qui était connu du grand prêtre, sortit, et parla à la portière, qui fit entrer Pierre.

17 Cette servante qui gardait la porte, dit donc à Pierre : N’êtes-vous pas aussi des disciples de cet homme ? Il lui répondit : Je n’en suis point.

18 Les serviteurs et les gens qui avaient pris Jésus, étaient auprès du feu, où ils se chauffaient, parce qu’il faisait froid ; et Pierre était aussi avec eux, et se chauffait.

19 Cependant le grand prêtre interrogea Jésus touchant ses disciples et touchant sa doctrine.

20 Jésus lui répondit : J’ai parlé publiquement à tout le monde ; j’ai toujours enseigné dans la synagogue et dans le temple, où tous les Juifs s’assemblent ; et je n’ai rien dit en secret.

21 Pourquoi donc m’interrogez-vous ? Interrogez ceux qui m’ont entendu, pour savoir ce que je leur ai dit. Ce sont ceux-là qui savent ce que j’ai enseigné.

22 Comme il eut dit cela, un des officiers qui était là présent, donna un soufflet à Jésus, en lui disant : Est-ce ainsi que vous répondez au grand prêtre ?

23 Jésus lui répondit : Si j’ai mal parlé, faites voir le mal que j’ai dit ; mais si j’ai bien parlé, pourquoi me frappez-vous ?

24 Anne l’envoya donc alors lié à Caïphe, le grand prêtre.

25 Cependant Simon-Pierre était debout près du feu, et se chauffait. Quelques-uns donc lui dirent : N’êtes-vous pas aussi de ses disciples. Il le nia, en disant : Je n’en suis point.

26 Alors un des gens du grand prêtre, parent de celui à qui Pierre avait coupé l’oreille, lui dit : Ne vous ai-je pas vu dans le jardin avec cet homme ?

27 Pierre le nia encore une fois ; et le coq chanta aussitôt.

28 Ils menèrent donc ensuite Jésus de chez Caïphe au prétoire. C’était le matin ; et pour eux, ils n’entrèrent point dans le prétoire, afin de ne se pas souiller, et de pouvoir manger la pâque.

29 Pilate vint donc les trouver dehors, et leur dit : Quel est le crime dont vous accusez cet homme ?

30 Ils lui répondirent : Si ce n’était point un méchant, nous ne vous l’aurions pas livré entre les mains.

31 Pilate leur dit : Prenez-le vous-mêmes, et le jugez selon votre loi. Mais les Juifs lui répondirent, Il ne nous est pas permis de faire mourir personne :

32 afin que ce que Jésus avait dit, lorsqu’il avait marqué de quelle mort il devait mourir, fût accompli.

33 Pilate étant donc rentré dans le palais, et ayant fait venir Jésus, lui dit : Êtes-vous le Roi des Juifs ?

34 Jésus lui répondit : Dites-vous cela de vous-même, ou si d’autres vous l’ont dit de moi ?

35 Pilate lui répliqua : Est-ce que je suis Juif ? Ceux de votre nation et les princes des prêtres vous ont livré entre mes mains : qu’avez-vous fait ?

36 Jésus lui répondit : Mon royaume n’est pas de ce monde. Si mon royaume était de ce monde, mes gens auraient combattu pour m’empêcher de tomber entre les mains des Juifs ; mais mon royaume n’est point d’ici.

37 Pilate lui dit alors : Vous êtes donc Roi ? Jésus lui repartit : Vous le dites ; je suis Roi. Je ne suis né, et je ne suis venu dans le monde, que pour rendre témoignage à la vérité. Quiconque appartient à la vérité, écoute ma voix.

38 Pilate lui dit : Qu’est-ce que la vérité ? Et ayant dit ces mots, il sortit encore pour aller vers les Juifs, et leur dit : Je ne trouve aucun crime en cet homme.

39 Mais comme c’est la coutume que je vous délivre un criminel à la fête de Pâque, voulez-vous que je vous délivre le Roi des Juifs ?

40 Alors ils se mirent de nouveau à crier tous ensemble : Nous ne voulons point celui-ci, mais Barabbas. Or Barabbas était un voleur.



PILATE prit donc alors Jésus, et le fit fouetter.

2 Et les soldats ayant fait une couronne d’épines entrelacées, la lui mirent sur la tête, et le revêtirent d’un manteau d’écarlate.

3 Puis ils venaient lui dire : Salut au Roi des Juifs ! Et ils lui donnaient des soufflets.

4 Pilate sortit donc encore une fois hors du palais, et dit aux Juifs : Voici que je vous l’amène dehors, afin que vous sachiez que je ne trouve en lui aucun crime.

5 Jésus sortit donc, portant une couronne d’épines et un manteau d’écarlate ; et Pilate leur dit : Voici l’homme !

6 Les princes des prêtres et leurs gens l’ayant vu, se mirent à crier, en disant : Crucifiez-le ! crucifiez-le ! Pilate leur dit : Prenez-le vous-mêmes, et le crucifiez : car pour moi, je ne trouve en lui aucun crime.

7 Les Juifs lui répondirent : Nous avons une loi, et selon notre loi il doit mourir ; parce qu’il s’est fait Fils de Dieu.

8 Pilate ayant donc entendu ces paroles, craignit encore davantage ;

9 et étant rentré dans le prétoire, il dit à Jésus : D’où êtes-vous ? Mais Jésus ne lui fit aucune réponse.

10 Alors Pilate lui dit : Vous ne me parlez point ? Ne savez-vous pas que j’ai le pouvoir de vous faire attacher à une croix, et que j’ai le pouvoir de vous délivrer ?

11 Jésus lui répondit : Vous n’auriez aucun pouvoir sur moi, s’il ne vous avait été donné d’en haut. C’est pourquoi celui qui m’a livré à vous, est coupable d’un plus grand péché.

12 Depuis cela Pilate cherchait un moyen de le délivrer. Mais les Juifs criaient : Si vous délivrez cet homme, vous n’êtes point ami de César : car quiconque se fait roi, se déclare contre César.

13 Pilate ayant entendu ce discours, mena Jésus hors du prétoire, et s’assit dans son tribunal, au lieu appelé en grec, Lithostrotos, et en hébreu, Gabbatha.

14 C’était le jour de la préparation de la pâque, et il était environ la sixième heure ; et il dit aux Juifs : Voilà votre Roi !

15 Mais ils se mirent à crier : Ôtez-le, ôtez-le du monde ! crucifiez-le ! Pilate leur dit : Crucifierai-je votre Roi ? Les princes des prêtres lui répondirent : Nous n’avons point d’autre roi que César.

16 Alors donc il le leur abandonna pour être crucifié. Ainsi ils prirent Jésus, et l’emmenèrent.

17 Et portant sa croix, il vint au lieu appelé le Calvaire, qui se nomme en hébreu, Golgotha ;

18 où ils le crucifièrent, et deux autres avec lui, l’un d’un côté, l’autre de l’autre, et Jésus au milieu.

19 Pilate fit aussi une inscription, qu’il fit mettre au haut de la croix, où étaient écrits ces mots : Jésus de Nazareth, Roi des Juifs.

20 Beaucoup de Juifs lurent cette inscription, parce que le lieu où Jésus avait été crucifié était proche de la ville ; et cette inscription était en hébreu, en grec et en latin.

21 Les princes des prêtres dirent donc à Pilate : Ne mettez pas, Roi des Juifs : mais qu’il s’est dit Roi des Juifs.

22 Pilate leur répondit : Ce qui est écrit, est écrit.

23 Les soldats ayant crucifié Jésus, prirent ses vêtements et les divisèrent en quatre parts, une pour chaque soldat. Ils prirent aussi la tunique ; et comme elle était sans couture, et d’un seul tissu depuis le haut jusqu’en bas,

24 ils dirent entre eux. Ne la coupons point, mais jetons au sort à qui l’aura : afin que cette parole de l’Écriture fût accomplie : Ils ont partagé entre eux mes vêtements, et ils ont jeté ma robe au sort. Voilà ce que firent les soldats.

25 Cependant la mère de Jésus, et la sœur de sa mère, Marie, femme de Cléophas, et Marie-Magdeleine, se tenaient auprès de sa croix.

26 Jésus ayant donc vu sa mère, et près d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : Femme, voilà votre fils.

27 Puis il dit au disciple : Voilà votre mère. Et depuis cette heure-là, ce disciple la prit chez lui.

28 Après cela Jésus sachant que toutes choses étaient accomplies ; afin qu’une parole de l’Écriture s’accomplît encore, il dit : J’ai soif.

29 Et comme il y avait là un vase plein de vinaigre, les soldats en emplirent une éponge, et l’environnant d’hysope, la lui présentèrent à la bouche.

30 Jésus ayant donc pris le vinaigre, dit : Tout est accompli. Et baissant la tête, il rendit l’esprit.

31 Or, de peur que les corps ne demeurassent à la croix le jour du sabbat, parce que c’en était la veille et la préparation, et que ce jour du sabbat était une grande fête, les Juifs prièrent Pilate de leur faire rompre les jambes, et de les faire ôter de là.

33 Il vint donc des soldats qui rompirent les jambes au premier, et de même à l’autre qu’on avait crucifié avec lui.

33 Puis étant venus à Jésus, et voyant qu’il était déjà mort, ils ne lui rompirent point les jambes ;

34 mais un des soldats lui perça le côté avec une lance ; et aussitôt il en sortit du sang et de l’eau.

35 Celui qui l’a vu, en rend témoignage (et son témoignage est véritable, et il sait qu’il dit vrai), afin que vous le croyiez aussi.

36 Car ces choses ont été faites afin que cette parole de l’Écriture fût accomplie : Vous ne briserez aucun de ses os.

37 Il est dit encore dans un autre endroit de l’Écriture : Ils verront celui qu’ils ont percé.

38 Après cela Joseph d’Arimathie, qui était disciple de Jésus, mais en secret, parce qu’il craignait les Juifs, demanda à Pilate qu’il lui permît d’enlever le corps de Jésus ; et Pilate le lui ayant permis, il vint et enleva le corps de Jésus.

39 Nicodème, qui était venu trouver Jésus la première fois durant la nuit, y vint aussi, avec environ cent livres d’une composition de myrrhe et d’aloès ;

40 et ayant pris le corps de Jésus, ils l’enveloppèrent dans des linceuls avec des aromates, selon la manière d’ensevelir qui est en usage parmi les Juifs.

41 Or il y avait au lieu où il avait été crucifié un jardin, et dans ce jardin un sépulcre tout neuf, où personne n’avait encore été mis.

42 Comme donc c’était le jour de la préparation du grand jour du sabbat des Juifs, et que ce sépulcre était proche, ils y mirent Jésus.



LE premier jour de la semaine, Marie-Magdeleine vint dès le matin au sépulcre, lorsqu’il faisait encore obscur ; et elle vit que la pierre avait été ôtée du sépulcre.

2 Elle courut donc, et vint trouver Simon-Pierre, et cet autre disciple que Jésus aimait, et leur dit : Ils ont enlevé du sépulcre le Seigneur, et nous ne savons où ils l’ont mis.

3 Pierre sortit aussitôt, et cet autre disciple aussi, et ils s’en allèrent au sépulcre.

4 Ils couraient l’un et l’autre ensemble ; mais cet autre disciple courut plus vite que Pierre, et arriva le premier au sépulcre ;

5 et s’étant baissé, il vit les linceuls qui étaient à terre ; mais il n’entra point.

6 Simon-Pierre qui le suivait, arriva ensuite ; et entrant dans le sépulcre, il vit les linceuls qui y étaient,

7 et le suaire qu’on avait mis sur sa tête, lequel n’était pas avec les linceuls, mais plié en un lieu à part.

8 Alors donc cet autre disciple qui était arrivé le premier au sépulcre, y entra aussi ; et il vit, et il crut :

9 car ils ne savaient pas encore ce que l’Écriture enseigne, qu’il fallait qu’il ressuscitât d’entre les morts.

10 Ces disciples s’en retournèrent donc ensuite chez eux.

11 Mais Marie se tint dehors, près du sépulcre, versant des larmes. Et comme elle pleurait, s’étant baissée pour regarder dans le sépulcre,

12 elle vit deux anges vêtus de blanc, assis au lieu où avait été le corps de Jésus, l’un à la tête, et l’autre aux pieds.

13 Ils lui dirent : Femme, pourquoi pleurez-vous ? Elle leur répondit : C’est qu’ils ont enlevé mon Seigneur, et je ne sais où ils l’ont mis.

14 Ayant dit cela, elle se retourna, et vit Jésus debout, sans savoir néanmoins que ce fût Jésus.

15 Alors Jésus lui dit : Femme, pourquoi pleurez-vous ? Qui cherchez-vous ? Elle, pensant que ce fût le jardinier, lui dit : Seigneur, si c’est vous qui l’avez enlevé, dites-moi où vous l’avez mis, et je l’emporterai.

16 Jésus lui dit : Marie ! Aussitôt elle se retourna, et lui dit : Rabboni (c’est-à-dire, mon Maître) !

17 Jésus lui répondit : Ne me touchez point ; car je ne suis pas encore monté vers mon Père : mais allez trouver mes frères, et dites-leur de ma part : Je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu.

18 Marie-Magdeleine vint donc dire aux disciples, qu’elle avait vu le Seigneur, et qu’il lui avait dit ces choses.

19 Sur le soir du même jour, qui était le premier de la semaine, les portes du lieu où les disciples étaient assemblés, de peur des Juifs, étant fermées, Jésus vint, et se tint au milieu d’eux, et leur dit : La paix soit avec vous !

20 Ce qu’ayant dit, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples eurent donc une grande joie de voir le Seigneur.

21 Et il leur dit une seconde fois : La paix soit avec vous ! Comme mon Père m’a envoyé, je vous envoie aussi de même.

22 Ayant dit ces mots, il souffla sur eux, et leur dit : Recevez le Saint-Esprit.

23 Les péchés seront remis à ceux à qui vous les remettrez, et ils seront retenus à ceux à qui vous les retiendrez.

24 Or Thomas, l’un des douze apôtres, appelé Didyme, n’était pas avec eux lorsque Jésus vint.

25 Les autres disciples lui dirent donc : Nous avons vu le Seigneur. Mais il leur dit : Si je ne vois dans ses mains la marque des clous qui les ont percées, et si je ne mets mon doigt dans le trou des clous, et ma main dans la plaie de son côté, je ne le croirai point.

26 Huit jours après, les disciples étant encore dans le même lieu, et Thomas avec eux, Jésus vint, les portes étant fermées, et il se tint au milieu d’eux, et leur dit : La paix soit avec vous !

27 Il dit ensuite à Thomas : Portez ici votre doigt, et considérez mes mains ; approchez aussi votre main, et mettez-la dans mon côté ; et ne soyez point incrédule, mais fidèle.

28 Thomas répondit, et lui dit : Mon Seigneur et mon Dieu !

29 Jésus lui dit : Vous avez cru, Thomas, parce que vous m’avez vu : heureux ceux qui ont cru sans avoir vu !

30 Jésus a fait à la vue de ses disciples beaucoup d’autres miracles, qui ne sont point écrits dans ce livre :

31 mais ceux-ci sont écrits afin que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu ; et qu’en croyant vous ayez la vie en son nom.



JÉSUS se fit voir encore depuis à ses disciples, sur le bord de la mer de Tibériade ; et il s’y fit voir de cette sorte :

2 Simon-Pierre, et Thomas, appelé Didyme ; Nathanaël, qui était de Cana en Galilée ; les fils de Zébédée, et deux autres de ses disciples, étaient ensemble.

3 Simon-Pierre leur dit : Je vais pêcher. Ils lui dirent : Nous allons aussi avec vous. Ils s’en allèrent donc, et entrèrent dans une barque ; mais cette nuit-là ils ne prirent rien.

4 Le matin étant venu, Jésus parut sur le rivage, sans que ses disciples connussent que c’était Jésus.

5 Jésus leur dit donc : Enfants, n’avez-vous rien à manger ? Ils lui répondirent : Non.

6 Il leur dit : Jetez le filet au côté droit de la barque, et vous en trouverez. Ils le jetèrent aussitôt, et ils ne pouvaient plus le tirer, tant il était chargé de poissons.

7 Alors le disciple que Jésus aimait, dit à Pierre : C’est le Seigneur. Et Simon-Pierre ayant appris que c’était le Seigneur, mit son habit (car il était nu), et il se jeta dans la mer.

8 Les autres disciples vinrent avec la barque ; et comme ils n’étaient loin de la terre que d’environ deux cents coudées, ils y tirèrent leur filet plein de poissons.

9 Lors donc qu’ils furent descendus à terre, ils trouvèrent des charbons allumés, et du poisson mis dessus, et du pain.

10 Jésus leur dit : Apportez quelques-uns de ces poissons que vous venez de prendre.

11 Alors Simon-Pierre monta dans la barque, et tira à terre le filet, qui était plein de cent cinquante-trois grands poissons. Et quoiqu’il y en eût tant, le filet ne se rompit point.

12 Jésus leur dit : Venez, dînez. Et nul de ceux qui se mirent là pour manger, n’osait lui demander, Qui êtes-vous ? car ils savaient que c’était le Seigneur.

13 Jésus vint donc, prit le pain, et leur en donna, et du poisson de même.

14 Ce fut là la troisième fois que Jésus apparut à ses disciples, depuis qu’il fut ressuscité d’entre les morts.

15 Après donc qu’ils eurent dîné, Jésus dit à Simon-Pierre : Simon, fils de Jean, m’aimez-vous plus que ne font ceux-ci ? Pierre lui répondit : Oui, Seigneur ! vous savez que je vous aime. Jésus lui dit : Paissez mes agneaux.

16 Il lui demanda de nouveau : Simon, fils de Jean, m’aimez-vous ? Pierre lui répondit : Oui, Seigneur ! vous savez que je vous aime. Jésus lui dit : Paissez mes agneaux.

17 Il lui demanda pour la troisième fois : Simon, fils de Jean, m’aimez-vous ? Pierre fut touché de ce qu’il lui demandait pour la troisième fois, M’aimez-vous ? et il lui dit : Seigneur ! vous savez toutes choses ; vous connaissez que je vous aime. Jésus lui dit : Paissez mes brebis.

18 En vérité, en vérité je vous le dis : lorsque vous étiez plus jeune, vous vous ceigniez vous-même, et vous alliez où vous vouliez ; mais lorsque vous serez vieux, vous étendrez vos mains, et un autre vous ceindra, et vous mènera où vous ne voudrez pas.

19 Or il dit cela pour marquer par quelle mort il devait glorifier Dieu. Et après avoir ainsi parlé, il lui dit : Suivez-moi.

20 Pierre s’étant retourné, vit venir après lui le disciple que Jésus aimait, et qui pendant la cène s’était reposé sur son sein, et lui avait dit : Seigneur ! qui est celui qui vous trahira ?

21 Pierre donc l’ayant vu, dit à Jésus : Et celui-ci, Seigneur ! que deviendra-t-il ?

22 Jésus lui dit : Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne, que vous importe ? Pour vous, suivez-moi.

23 Il courut sur cela un bruit parmi les frères, que ce disciple ne mourrait point. Jésus néanmoins n’avait pas dit, Il ne mourra point ; mais, Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne, que vous importe ?

24 C’est ce même disciple qui rend témoignage de ces choses, et qui a écrit ceci ; et nous savons que son témoignage est véritable.

25 Jésus a fait encore beaucoup d’autres choses ; et si on les rapportait en détail, je ne crois pas que le monde même pût contenir les livres qu’on en écrirait.