Biographie nationale de Belgique/Tome 1/ALDRINGEN, Marc

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  - Tome 1 Tome 2  ►



ALDRINGEN (Marc), évêque de Seckau, né à Luxembourg, décédé en 1664. Le manuscrit intitulé Viri illustres de Luxembourg porte : « Marc, comte d’Aldringen, Luxembourgeois, frère de Paul, docteur en théologie, de chanoine honoraire de Salzbourg devient évêque de Seckau en Styrie, prince du saint-empire romain. Il fut frère aussi et héritier de Jean, comte d’Aldringen, général en chef de l’armée impériale, tous fils d’un citoyen luxembourgeois dont l’aîné des frères est mort jésuite. »

Cet évêque, né de parents obscurs, dut son élévation à ses illustres frères. (Voir Aldringen, Jean). Il fut successivement directeur consistorial de Salzbourg, chanoine d’Olmutz, suffragant de Passau et évêque de Seckau en Styrie, où il figure sur les diptyques sous le nom de Jean IV, Marcus, comte d’Altringen. Il fut nommé à l’évêché de Seckau le 18 septembre 1633 et mourut en 1664. C’est donc par erreur que D. Calmet fixe la mort de ce prince de l’Église en 1644, Bertholet et Neyen en 1654, et Perret en 1659. Bien que les évêques de Seckau n’eussent pas siége aux conseils de l’Empire, depuis que le pape Honorius III eut assujetti ces évêques à relever fief et à prêter hommage à l’archevêque de Salzbourg, ils continuèrent cependant de jouir du privilége de porter le titre de Princes de l’Empire, que leur avait d’abord octroyé l’empereur Frédéric II, le 26 octobre 1218, privilége confirmé plus tard, par diplôme impérial du 17 juin 1251. Marc d’Aldringen, quatre ans avant sa mort, le 17 janvier 1660, se ressouvevenant de son pays natal, fonda, au collège de Luxembourg, une bourse de trois mille florins du Rhin qui existe encore de nos jours à l’athénée de cette ville.

A. de Noue.

Neyen, Biographie Luxembourgeoise — Wiltheim, Disquis. Antiq. Lux. — Aquilinus, Staats und Kirchens Geschichte von Steyermarck. Schematismus der Diocese Seckau. — Bucelinus, part. I, Germ. Sacr., pp. 50-51. — Vitriarii Institut. Juris publici, p. 1243.