Biographie nationale de Belgique/Tome 1/ANSIAUX, Jean-Hubert-Joseph

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  - Tome 1 Tome 2  ►



ANSIAUX (Jean-Hubert-Joseph), compositeur de musique, était fils de Toussaint Ansiaux, et naquit le 16 décembre 1781, à Huy. La position fortunée de ses parents lui permit, dès son plus bas âge, de s’instruire à loisir dans l’art qu’il affectionnait. Deux bons professeurs, M. Henkart, pour les principes de la musique et l’harmonie, et M. Tingry, pour l’étude du piano, développèrent avec succès les dispositions naturelles du jeune Ansiaux, qui s’était adonné à la composition avant d’en avoir appris les règles. Au bout de peu d’années, tous les secrets de l’art d’écrire lui étaient devenus familiers, et il produisit, entre autres œuvres de musique d’église, un Te Deum à huit voix et orchestre, qui lui valut les félicitations de plusieurs maîtres célèbres, lorsqu’il se rendit à Paris, en 1808.

De retour à Huy, il devint, dès cette époque, le Mécène des musiciens et le soutien de toutes les institutions artistiques de cette ville. Il travailla activement à rendre son ancienne importance à la chapelle musicale de l’église collégiale de Notre-Dame, organisa des concerts de chant et de symphonie, dirigea la Société Philharmonique ; en un mot, rien ne resta hors de la portée de son zèle infatigable.

Tant de travaux, tant d’efforts, joints aux émotions et aux fatigues résultant de la composition musicale, furent peut-être la cause du décès prématuré d’Ansiaux, qui mourut subitement dans sa demeure, assis devant son pupitre, ayant à peine atteint l’âge de quarante-cinq ans, le 4 décembre 1826.

Outre son premier Te Deum à huit voix, Ansiaux en a composé deux autres, dont le dernier, jusqu’alors inédit, fut exécuté à Bruxelles, à l’église de Sainte-Gudule, le 16 décembre 1854, jour à la fois anniversaire de la naissance du roi Leopold et du compositeur ; neuf messes ; plusieurs mottets ; trois ouvertures ; deux opéras : Les Revenants et Numa, restés en manuscrit ; un oratorio intitulé : Le Sacrifice de Jephté ; des ouvrages pour harmonie militaire ; enfin un grand nombre de morceaux de chant et de piano.

Chev. L. de Burbure.