Biographie nationale de Belgique/Tome 2/BRANDT, Jean

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  Tome 1 Tome 2 Tome 3  ►



BRANDT (Jean), magistrat, philologue, commentateur, né à Anvers, le 30 septembre 1559, mort le 28 août 1639. Après avoir terminé ses humanités, il alla étudier an collége du Porc, à Louvain, et y obtint le grade de maître ès-arts. Il s’attacha ensuite à l’étude de la jurisprudence; mais les troubles qui déchiraient sa patrie le décidèrent bientôt à passer en France. Il s’arrêta d’abord à Orléans, où il fréquenta les cours de Jean Robert et de Guillaume Fournier; il se rendit ensuite à Bourges, y entendit le célèbre Cujas et eut le bonheur d’être reçu docteur par l’illustre professeur, pour lequel il conserva la plus respectueuse estime. Après avoir visité l’Italie, Brandt revint par l’Allemagne et vint se fixer à Bruxelles où il exerça pendant cinq ans comme avocat. Marié ensuite à Anvers, il y devint, le 22 janvier 1591, secrétaire de la commune, fonctions qu’il occupa pendant trente et un ans, au bout desquels elles furent confiées, sur sa demande, à Henri Brandt, son fils aîné. En récompense de ses longs et bons services, il fut alors nommé, à l’unanimité, sénateur de la ville.

De l’avis de ses biographes, Brandt était aussi savant que modeste, plein de politesse et de sincérité, passionné pour les belles-lettres et toujours disposé à obliger ceux qui les cultivaient. Il avait pour devise : Libenter, ardenter, constanter. On lui doit les ouvrages suivants : 1° Elogia Ciceroniana Romanorum domi militiæque illustrium. Anvers, 1612, in-4°. C’est un résumé de tous les traits historiques répandus dans les ouvrages de Cicéron, et relatifs à la vie des hommes illustres. — 2° C. Julii Cæsaris opera, enrichis de notes politiques et critiques. Francfort, 1606, in-4°, édition très-estimée. Idem, ibidem, 1669, in-4°. Les mêmes notes ont été réproduites dans l’édition de Cambridge, 1716. — 3° Spicilegium criticum in omnia Apuleii opera, dans l’édition d’Apulée, par G. Elmenhorst. Francf., 1621, in-4°. — 4° De perfecti et veri senatoris officio. Anvers, 1633, in-4°. — 5° Vita Philippi Rubens. C’est une vie du frère de Pierre-Paul Rubens; il composa encore d’autres ouvrages restés inédits, mais que Valère André avait vu chez Brandt et dont voici les titres : 6° Commentarius in sex Terentii Comædias. — 7° Breves notæ ad Arnobium et Minucii Felicis Octavium. — 8° Lud. Guicciardini Belgiographia ex Italico sermone latine reddita. Il mourut âgé de près de quatre-vingts ans. Son corps repose dans l’église abbatiale de Saint-Michel, vis-à-vis l’autel du Saint-Sacrement, où l’on voit son épitaphe, qui intéresse surtout en ce qu’elle rappelle que Brandt était le père de la première femme de P.-P. Rubens.

Aug. Vander Meersch.

Delvenne, Biographie des Pays-Bas. — Sweertius, p. 400. — Valère André, pp. 465 et 667. — Sanderus, Chorographia sacra Brabantiæ, t. I, p. 119. — Paquot, Mémoires littéraires, t. I.