Biographie nationale de Belgique/Tome 3/BUSCHMANN, Gustave

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  Tome 2 Tome 3 Tome 4  ►



BUSCHMANN (Gustave), peintre, né à Anvers en 1818, mort en 1852. Cet artiste reçut, comme Van Dyck, ses premières leçons de sa mère; plus tard il étudia avec J. van Regemorter, puis avec F. De Brackeleer et enfin à l’Académie d’Anvers avec Mathieu van Bree. Gustave Buschmann, mort à la fleur de l’âge, promettait un grand artiste. En parfaite communion d’idées avec son frère Ernest (voir ci-dessous), il consacra comme lui sa vie à l’étude des beaux-arts et de la littérature artistique.

En 1831 il fréquenta en même temps que son frère, pendant cinq années, le Collége de l’enseignement universel à Paris. Revenu à Anvers, il se livra avec une ardeur continue et fatale à sa santé aux travaux de l’atelier comme aux études historiques. Les deux frères furent pendant, trop peu de temps, à la tête de cette jeune renaissance anversoise à laquelle l’école flamande moderne doit une phalange d’hommes qui font honneur au pays. Lorsque la maladie empêcha Ernest de donner son cours d’histoire à l’Académie d’Anvers, c’est Gustave qui le remplaça. La trop courte carrière de celui-ci ne fut cependant pas perdue pour l’art; voici l’indication des principales œuvres qu’il a laissées et qui se font surtout remarquer par un coloris de beaucoup d’éclat et une connaissance exacte des époques auxquelles il empruntait ses sujets : 1839. Exposition de Bruxelles : Edouard III à Crécy et reconnaissant le corps de nean l’Aveugle. — 1839. Exposition de Cologne : Intérieur. — 1842. Exposition de Liége : Escouade de soldats. — 1843. Exposition d’Anvers : Le vicaire de Wakefield. — 1843. Exposition de la Haye : Le récit du soldat. — 1843. Même exposition : Un page. — 1844. Exposition de Cologne : Une école d’armes. — 1844. Exposition de Gand : Retour des croisés. — 1845. Le gouvernement commande à Buschmann un tableau qui orne l’église de Saint-Nicolas : cette toile lui valut une médaille en vermeil. — 1847. Exposition Gand : Embuscade, Intérieur de corps de garde. — Préparatifs pour le bal masqué. — 1848. Exposition de Bruxelles : Rebecca.

Les autres tableaux connus de Gustave Buschmann sont : Bernard de Palissy et Henri III. — L’armurier dans son atelier. — Front de bœuf, scène d’Ivanhoë. — La veillée des armes. — Translation des reliques de sainte Catherine. Ce tableau est placé à l’église de Sinay (Flandre orientale). — Le chevalier au donjon. — Camp de croisés. — Copie du portrait de Léopold Ier de Winterhalter, à l’hôtel de ville d’Arlon. — Descente des Normands près du Burght d’Anvers.

Gustave Buschmann visita l’Allemagne en 1844, Paris en 1831 et 1850 et la Hollande en 1846. Une excursion qu’il fit dans le Luxembourg fut racontée par lui dans la Revue d’Anvers en 1842 sous le titre de Impressions de voyage par un artiste anversois. Il a laissé quelques eaux-fortes, rapidement et spirituellement enlevées, dont voici les sujets : Croquades, neuf têtes d’homme (c’est la première pièce de l’auteur). — La Noyade. — Le tombeau. — Explosion du brûlot envoyé par la ville d’Anvers contre le pont Farnèse en 1585. — Femme nue assise.

Ad. Siret.