Biographie nationale de Belgique/Tome 3/CASTELAIN, Martin

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  Tome 2 Tome 3 Tome 4  ►



CASTELAIN (Martin), surnommé l’aveugle de Wervick, mécanicien, né à Wervick vers la fin du xvie siècle, mort à Anvers en 1640. Dès l’âge de trois ans, il fut atteint d’une maladie qui le priva de la vue ; malgré cette infirmité, il parvint sans maître, grâce à son adresse et à sa persévérance, à se rendre non-seulement habile dans l’art du tourneur, mais à confectionner des orgues, des flûtes, des trompettes et d’autres instruments de musique, aussi remarquables par la justesse des tons que par leur bonne construction. Une si merveilleuse dextérité ne pouvait resper inaperçue ; bientôt on ne parla plus que de l’habile artiste ; chacun à l’envi voulu aller le voir, et son atelier reçut la visite de grands et illustres personnages. Le prince d’Orange voulut être son ami et Jacques Rohault, si connu par ses ouvrages de mathématiques et de physique, s’efforça vainement, en lui rendant visite, de lui donner une idée nette et précise de la lumière. Tout en ayant acquis une réputation européenne, Castelain ne recueillait pas cependant, dans la petite ville qu’il habitait, assez de bénéfices par son talent et il quitta Wervick pour aller vivre à Anvers, où la protection de quelques riches familles ne lui fit point défaut. C’est dans cette ville qu’il termina sa carrière. La famille de Castelain compte encore des descendants à Wervick et ils se rappellent avec orgueil l’illustre aveugle.

Aug. Vander Meersch.

Biographie générale, publiée par Didot. — Biographie de la Flandre occidentale, t. I, p. 67. — Piron, Levensbeschryvingen. — Guicciardin, Description des Pays-Bas, p. 390.