Biographies de l’honorable Barthélemi Joliette et de M le Grand vicaire A Manseau/Chapitre XXXII

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


XXXII.

Témoignage d’honneur et d’estime rendu à l’honorable B. Joliette, par la Cour de Rome.


Les éclatants témoignages que l’Honorable Joliette venait de donner de sa foi et de son attachement à l’Église lui avait attiré les félicitations de ses compatriotes catholiques dont il se montrait le si glorieux modèle. Les journaux du temps ne tarissaient pas d’éloges à son adresse.

Au milieu de ce concert des catholiques et de toute la presse canadienne, la voix de Rome se fit entendre pour proclamer les services éminents rendus à la cause religieuse par le fondateur du village d’Industrie. Cette pièce fait trop d’honneur à un enfant du Canada pour être passée sous silence. Nous nous faisons un devoir de la reproduire, persuadé que la lecture de ce document sera un véritable plaisir pour tous les citoyens de Joliette.


« Très-Illustre Monsieur. »


« C’est avec la plus grande satisfaction que la Sacrée Congrégation de la Propagande de la Foi a appris que, parmi les sacrifices que fait votre Seigneurie pour le soutien de la religion, sacrifices que vous continuez encore avec la même ardeur, vous avez bâti à grands frais une magnifique Église, pour y célébrer dignement le culte divin et procurer le salut des âmes.

Quoique nous sachions bien qu’en tout cela, vous avez recherché non les louanges des hommes mais la plus grande gloire de Dieu, et que votre zèle bien connu n’a pas besoin d’être excité, cependant, nous ne pouvons nous empêcher, au nom de la Sacrée Congrégation, de louer dans le Seigneur, votre amour ardent, et votre piété, de vous témoigner notre affectueuse estime et de vous exhorter en même temps, à continuer de protéger et soutenir de toutes vos forces la sainte religion catholique.

À cela, nous ajoutons un petit cadeau en argent, savoir : une médaille de l’œuvre précieuse de la propagation de la foi, que vous recevrez volontiers, comme gage de notre attachement et de notre considération.

Nous prions Dieu qu’il conserve longtemps votre seigneurie et la préserve de tout danger.

De Votre Seigneurie,
Le très-affectionné,
J. Th. Franzoni, Préfet.

Rome, 25 juillet 1844.


Des paroles aussi flatteuses et tombées de si haut, redisent trop éloquemment, le zèle, le dévouement, la générosité, la modestie de l’Honorable B. Joliette, pour qu’il soit besoin d’y joindre le tribut de nos faibles éloges. Et pourtant ces belles actions qui lui valaient ces pompeuses louanges, n’étaient encore que le prélude des œuvres vraiment admirables, qui jetteront sur le soir de sa vie de si brillants reflets de gloire.