Bouquets et prières/La Page Blanche

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

LA PAGE BLANCHE.


À ma Fille.



 
Ondine ! prends cette page,
Dans ton livre vierge encor ;
Ta plume éloquente et sage
Peut m’y verser un trésor.
Sur sa blancheur que j’envie
Ton âme se répandra,
Et du trouble de ma vie,
Un jour me consolera.

Seule en mon sentier mobile,
Au vaisseau navigateur,
Sous la lumière tranquille,
D’un jeune astre protecteur,
J’écrirai de mon voyage,
Les écueils et les ennuis,
Et tu sauras, dans l’orage,
Quelle étoile je poursuis !
 
Chère ! adieu. Ce mot d’alarme,
Que vient d’essayer ma main,
Ce mot trempé d’une larme
Ouvre mon triste chemin !…
Mais ton regard qui m’écoute
Ne veut pas répondre adieu ;
Étends-le donc sur ma route,
Comme un doux rayon de feu !