Bouquets et prières/La première Communion d’Inès

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

LA PREMIÈRE COMMUNION


d’Inès.



Tes yeux noirs, ma fille,
Sont plus doux ce soir,
Que l’encens qui brille
Au saint encensoir !
Tu sembles un ange,
Sous son voile encor,
Qui rêve, et s’arrange
Pour prendre l’essor.


Jeune âme sauvage,
Tremblante en mes bras,
Confie au plus sage
Tes doux embarras :
Dans cette belle heure,
On cause avec Dieu ;
Va, pour ce qui pleure,
Lui parler un peu !

Si l’enfant lui porte
Trois souhaits en fleurs,
Il ouvre sa porte
À ces vœux sans pleurs :
Pour rêver ces choses,
Baisse bien les yeux,
Et laisse tes roses
S’exhaler aux cieux !

Pour l’hymne éphémère
De ta voix d’oiseau,
Demande à sa mère

L’appui d’un roseau ;
Pour tes jeunes ailes
Un vol sans effroi ;
Ton soleil pour elles,
Ton bonheur pour moi !