Calligrammes/Tristesse d’une étoile

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Calligrammes
Poèmes de la paix et de la guerre (1913-1916)
Mercure de France (p. 192).
TRISTESSE D’UNE ÉTOILE


Une belle Minerve est l’enfant de ma tête
Une étoile de sang me couronne à jamais
La raison est au fond et le ciel est au faîte
Du chef où dès longtemps Déesse tu t’armais

C’est pourquoi de mes maux ce n’était pas le pire
Ce trou presque mortel et qui s’est étoilé
Mais le secret malheur qui nourrit mon délire
Est bien plus grand qu’aucun âme ait jamais celé

Et je porte avec moi cette ardente souffrance
Comme le ver luisant tient son corps enflammé
Comme au cœur du soldat il palpite la France
Et comme au cœur du lys le pollen parfumé