Carnage

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Paons
Georges Richard (p. 3).




I


CARNAGE



La blessure de bruit que font dans l’étendue
Les cris aigres des paons,
S’est, à mesure, ouverte, élargie, épandue…
Elle plane en suspens.

La nappe du silence en est toute percée
Et laisse, par ces trous,
S’enfuir l’aérienne extase dispersée
Au travers du ciel roux.

Et j’écoute couler le sang de cette plaie
Fait de nuages d or,
De rosiers effeuillés dont le parfum supplée
A l’odeur du sang bleu des blessés et des morts.