Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée/Sculpture

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

CATALOGUE

I. SCULPTURE

MONUMENTS — STATUES — BAS-RELIEFS
EN PIERRE, MARBRE, BOIS, IVOIRE, ETC.
MONUMENTS ET FRAGMENTS D’ARCHITECTURE EN PIERRE


1 à 4. — Autels gallo-romains élevés à Jupiter par les mariniers de Paris, sous le règne de l’empereur Tibère, et découverts dans les fouilles faites sous le chœur de Notre-Dame de Paris en l’an 1711.

Le premier de ces autels (n°1) est complet ; il se compose de deux assises superposées et forme un cippe carré dont les faces présentent des personnages sculptés en relief.

Sur la première face est la figure de Jupiter ; le dieu est représenté debout ; la partie gauche du corps est couverte d’une draperie et dans la main droite est une pique sans fer ; au-dessus de la tête on lit : iovis.

La seconde face représente la figure de Vulcain : le dieu du feu est coiffé d’un bonnet de forgeron ; il tient d’une main les tenailles et de l’autre le marteau ; au-dessus est l’inscription : volcanvs.

Sur la face opposée l’on voit le Mars gaulois, esus, cueillant le gui sacré : il a le bras droit levé et tient une hache dont il frappe un arbre placé auprès de lui.

La quatrième face de cet autel représente un taureau debout au milieu des feuillages. Il porte trois grues ; l’une est posée sur sa tête, et les deux autres se tiennent sur son corps. Au-dessus on lit l’inscription : tarvos trigaranvs. — Hr 1m,07.

Le second de ces autels (n°2) est incomplet ; la partie supérieure existe seule. Trois des faces sont sculptées à figures ; la quatrième porte l’inscription de consécration ainsi conçue :

tib. caesare. aug. iovi. opTum… maxsumo Mo… navtae. parisiaci. publice. posiervant.

Sur chacune des autres faces, on voit trois demi-figures velues et armées de la lance et du bouclier. D’un côté on lit : evrises, et d’un autre on distingue les caractères suivants : Senani. v.... ilom. ; — quant aux autres lettres, elles ont entièrement disparu.

Le troisième autel (n°3) est également incomplet ; la partie supérieure seule existe encore.

Les faces sont de même décorées de sculptures en relief. Sur la première, on distingue un homme vêtu d’une draperie et coiffé d’un bonnet ; il a la main droite posée sur la tête d’un cheval qui est près de lui et il tient de la gauche une sorte de lance ; au-dessus, on lit : castor.

Le côté suivant représente une figure semblable, et dans la même attitude ; mais elle est tout à fait mutilée, et l’inscription est enlevée. Il y a tout lieu de croire que ce devait être la figure de Pollux.

Sur la troisième face est un vieillard à tête chevelue et barbue, portant de grandes cornes branchues et entourées chacune d’un gros anneau ; au-dessus ou lit : cernunnos.

Sur la quatrième face, on retrouve une figure de profil, nue et brandissant une masse sur la tête d’un serpent qui se dresse à son côté. L’inscription est presque complètement effacée.

Le quatrième autel (n°4), également incomplet, et de forme analogue aux précédents, est décoré comme les autres de bas-reliefs à figures ; aucune inscription ne se retrouve au-dessus des personnages qui sont fort mutilés et parmi lesquels on distingue seulement un homme couvert d’une cuirasse et portant une lance dans la main droite, ainsi qu’une femme vêtue et parée d’un bracelet au bras droit.

Ces divers fragments ont été trouvés pendant les travaux de construction de l’autel du chœur de Notre-Dame, élevé en exécution du vœu de Louis XIII ; ils étaient placés au-dessous d’un mur qui traversait toute la largeur du chœur ; ils sont tous de la même époque et datent, comme il est dit plus haut, du règne de Tibère, empereur, mort l’an 37 de J.-C.


5. — Autel gallo-romain à quatre faces trouvé dans les fouilles de Saint-Landri. — ive siècle.

La première face présente une figure de Diane Lucifère vêtue d’une tunique et tenant dans la main droite un flambeau ; au-dessus de la tête sont les vestiges d’une draperie flottante.

Sur la seconde face est un guerrier couvert d’une tunique attachée sur l’épaule gauche. Il est coiffé d’un casque à cimier.

Sur la troisième face on distingue un guerrier armé d’une cuirasse dont la ceinture est enrichie d’un dessin en relief. — Cette cuirasse se termine, à son extrémité inférieure, par des lambrequins brodés. Sur le pectoral est une tête de Méduse. Le frontal du casque qui couvre la tête de ce guerrier est décoré d’une chimère.

La quatrième face de cet autel est couverte de feuilles d’eau sculptées en relief. — Hr 1m.


6. — Fragments d’un autel de forme analogue au précédent et de même époque.

Toute la partie supérieure manque. Trois des faces n’offrent que l’extrémité des figures des personnages représentés sur les parties détruites. La quatrième est sculptée à feuilles d’eau.


7. — Fragments d’une frise gallo-romaine, trouvés dans les fouilles de Saint-Landri, en 1829.

Le sujet de ces bas-reliefs est une chasse aux lièvres. Deux de ces animaux sont vivement poursuivis par des chiens ; — des génies tendent des filets dans lesquels les lièvres se précipitent pour échapper à leurs ennemis. — Hr 0m,50 ; Lr 3m,20.


8. — Fragment d’un bas-relief trouvé dans les mêmes fouilles de Saint-Landri.

Ce fragment présente un torse d’homme nu de grandeur naturelle ; les mains sont attachées derrière le dos, et l’on voit l’extrémité d’une lanière qui sert à lier les bras du captif ; près de lui est un autre torse couvert d’un vêtement militaire que relève une ceinture. — Hr 0m,52.

Ces divers fragments de sculpture gallo-romaine (nos5,6, 7, 8) semblent remonter tous à peu près à la même époque, au ive siècle. — Quelques médailles ont été trouvées en même temps : ce sont celles d’Antonin, de Faustine, de Posthume, et enfin, la plus récente, celle de Maximus, qui usurpa l’autorité suprême dans les Gaules, et y régna depuis l’an 383 jusqu’à l’an 388.

Cette dernière médaille peut donc préciser à peu près la date du monument qui a été sans doute élevé pour consacrer la mémoire de la bataille remportée par cet empereur sur Gratien, qui fut mis en déroute sous les murs de Paris, et qui fut pris et mis à mort à Lyon en 383.


9. — Le taureau de saint Marcel. Bas-relief gallo-romain trouvé dans la base du clocher de l’église Saint-Marcel. — Lr 1m,03.


10 à 21. — Fragments d’architecture gallo-romaine, figures, frontons d’architecture, corniches, pieds droits à figures et à feuilles d’eau, moulures, etc., trouvés dans les fouilles du Palais de Justice


22. — Inscription gallo-romaine, trouvée dans les fouilles du Palais de Justice.

Cette inscription est incomplète ; elle paraît néanmoins se rapporter à la mort d’une jeune fille. Les caractères que l’on peut lire sont les suivants :

....e. rapvistis. aia.... ....rat. propenso. d.... ...ixto. lasciva........ns. comis. pia. ca... ...atorum. mort... ...io. ivngit.ses... — Lr 0m,84.


23. 24. — Fragments gallo-romains en pierre sculptée, fûts de colonnes et débris de sculptures, trouvés dans les fouilles du nouveau Tribunal de Commerce en 1860 et donnés au Musée par M. Bailly, architecte du gouvernement.


25 à 36. — Chapiteaux avec figures, animaux chimériques, feuillages et ornements en relief, provenant de la nef de l’église Saint-Germain-des-Prés. — xie siècle.


37. — Bénitier en pierre, trouvé dans les fouilles faites dans la rue de Constantine, sur l’emplacement de l’ancienne église Saint-Martial. — xiie siècle.


38. 39. — Chapiteaux décorés de feuillages en relief, trouvés dans les fouilles faites sur l’emplacement de l’ancienne église Saint-Martial. — xiie siècle.


40 à 55. — Fragments d’architecture provenant de l’ancienne église de Deuil, département de Seine-et-Oise : deux chapiteaux accouplés, quatre chapiteaux d’angles, une base, huit corbeaux et une assise de moulures.

Ces fragments ont été donnés au Musée par M. Rabier fils, à Deuil, 1868.


56. — Pilier principal de la porte Sainte-Anne ou porte de la tour méridionale de Notre-Dame de Paris, supportant la figiure de saint Marcel, neuvième évêque de Paris, mort le 1er novembre 436. — Commencement du xiiie siècle.

Le saint évêque est debout, la tête coiffée de la mitre, et vêtu du costume épiscopal complet, avec l’aube, la tunicelle, l’étole, la chasuble relevée et l’amiet ; la main droite est dans l’attitude de la bénédiction ; la gauche tient la crosse, dont le sabot s’appuie sur la tête d’un dragon ailé que le saint foule aux pieds et qui sort d’une tombe placée au-dessous, Cette tombe, que recouvre un arceau soutenu par deux colonnettes, est celle d’une femme couverte de son linceul. Une dame de race noble selon le monde, dit la Légende dorée, mais bien méprisable à cause de ses vices, ayant rendu le dernier soupir, fut portée en grande pompe à son cercueil ; mais un horrible serpent vint dévorer son cadavre et prit pour demeure le tombeau de la malheureuse, dont les restes lui servaient de nourriture. Les habitants de ces lieux s’enfuirent alors de leurs maisons, tout épouvantés. Le bienheureux saint Marcel comprit que c’était lui qui devait triompher du monstre. Lorsque le serpent, sortant d’un bois, s’en revenait vers le sépulcre, Marcel se présenta devant lui en priant ; le monstre, dès ce moment, sembla demander grâce en baissant la tête et en agitant la queue ; il suivit ensuite le saint évêque pendant près de trois milles, à la vue de tout le peuple…… Alors saint Marcel lui parla ainsi avec autorité : « Dès ce soir, va-t-en habiter les déserts ou replonge-toi dans la mer », et puis on n’en a vu aucune trace[1].

La partie supérieure du pilier présente la forme d’une tour couronnée de tourelles, et percée d’ouvertures cintrées et ogivales. — Lors de la restauration de la porte Sainte-Anne, le pilier de saint Marcel dut être remplacé et l’original a été apporté à l’Hôtel de Cluny. La tôle du saint a été restaurée ainsi que celle du monstre et le bâton de la crosse. — Hr 4m,70.


57 à 59. — Chapiteaux, fragments d’architecture et de sculpture, épis, etc., provenant de Notre-Dame de Paris. — xiiie siècle.


60. — Fragment du grand bas-relief de Notre-Dame de Paris, l’Adoration des Mages. — xiiie siècle.


61. — Statue mutilée provenant de la décoration extérieure de Notre-Dame de Paris. — xiiie siècle.


62 à 74. — Statues mutilées de même provenance. — xiiie, xive, xve et xvie siècles.

Ces statues renversées à la fin du siècle dernier ont été retrouvées dans la rue de la Santé où elles servaient de bornes.


75 à 78. — Fragments divers provenant de l’ancienne décoration de la Sainte-Chapelle de Paris : 1° balustrades, fleurs de lis des balcons ; 2° lettres initiales ; 3° colonnettes. — xiiie siècle.


79 à 82. — Statues mutilées, en pierre, provenant de la décoration intérieure de la Sainte-Chapelle de Paris. — xiiie siècle.


83. 84. — Fragments de statues de même provenance, présentant encore quelques traces de peinture. — xiiie siècle.


85. — Chapiteaux, fragments de sculpture et d’architecture provenant de la Sainte-Chapelle de Paris. — xiiie siècle.


86. — Porche du cloître des Bénédictins d’Argenteuil, démoli en 1855, et donné au Musée par M. Rigaud, de Paris. — Style roman.

Un riche seigneur français nommé Ermanric, et Nummane, son épouse, dit l’abbé Lebœuf dans son Histoire du diocèse de Paris, fondèrent à Argenteuil, au viie siècle, un monastère de filles dont le roi Clotaire III approuva l’établissement vers l’an 665. Les fondateurs se soumirent dès lors à l’abbaye de Saint-Denis.

Plus tard, Charlemagne donna ce prieuré à l’une de ses filles, Théodrate, fondatrice d’une nouvelle institution de Bénédictines. Les incursions des Normands et des Danois le long des bords de la Seine devinrent, au dire de Dulaure, très fatales à la paix de ce monastère, et furent peut-être le germe des désordres scandaleux qui autorisèrent les prétentions de Suger, abbé de Saint-Denis, sur cette communauté. Il fit valoir les anciens droits des religieux de Saint-Denis sur l’abbaye d’Argenteuil, et pour leur donner plus de poids, il prétexta la conduite irrégulière des religieuses de son temps. L’évêque de Paris s’opposa fortement aux projets de Suger ; les religieuses, de leur côté, qui craignaient avec raison leur expulsion, se présentèrent pour se défendre. Grands débats entre les parties, d’où suivit une espèce de concile qui se tint dans l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés, au commencement de 1129. Le légat qui y présidait décida par sa sentence qu’il fallait chasser les filles de leur monastère et y mettre en place des moines bénédictins. Les religieuses d’Argenteuil se réfugièrent donc dans différentes communautés[2]. La prieure était alors la célèbre Héloïse, qui se retira, avec sept ou huit de ses compagnes, au Paraclet, maison qu’Abailard leur céda et qui, par les soins de cette illustre religieuse, devint une des plus brillantes abbayes du royaume.

Le monastère d’Argenteuil possédait une célèbre relique, la robe de Notre-Seigneur, qui lui venait de l’abbesse Théodrate qui l’avait reçue de Charlemagne, son père, auquel elle avait été remise par l’impératrice Irène. Disparue lors des invasions des Normands, la robe du Christ ne fut retrouvée qu’en l’an 1156, et devint l’objet d’un culte fervent et d’un pèlerinage annuel qui donna une grande célébrité à l’abbaye. Les chroniques nous rapportent les noms des augustes visiteurs qui se rendirent à Argenteuil pour faire hommage à la sainte relique, et nous y trouvons la présence de Henri III, plus tard celle de Louis XIII, de Marie de Médicis, d’Anne d’Autriche et du cardinal de Richelieu.

Le porche du couvent des Bénédictins d’Argenteuil, qui se compose de trois grandes arcades en plein cintre, d’architecture romane, et qui présente un élégant exemple de la décoration par lignes brisées, existait encore sur place en 1855, dans une maison particulière appartenant à M. Rigaud et construite sur une partie de l’emplacement de l’ancienne abbaye. Cet intéressant fragment d’architecture monastique ayant été offert à l’Hôtel de Cluny par son propriétaire, a été démonté pierre par pierre, transporté à Paris, puis réédifié en son état primitif dans les jardins du Musée.

L’arcade centrale est de forme trilobée, et les deux piliers sur lesquels elle s’appuie sont flanqués chacun de dix colonnettes aux chapiteaux historiés. La même disposition se répète pour les deux arcades latérales dont les cintres sont ornés de bâtons rompus, comme celle du milieu. — Lr 13m,50 ; Hr 4m,70.


87. — Colonne avec son chapiteau, provenant du même cloître des Bénédictins d’Argenteuil et appartenant à la même époque.

Cette colonne, dont le chapiteau ainsi que la base sont sculptés avec une grande finesse d’exécution, a été également donnée au Musée par M. Rigaud, et transportée d’Argenteuil à l’Hôtel de Cluny en 1855.


88. 89. — Piliers d’angles et de retombées provenant de l’ancienne tour de la commanderie de Saint-Jean-de-Latran, détruite en 1854. — xiiie siècle.

La commanderie de Saint-Jean-de-Latran, située en face du Collège de France, et désignée, antérieurement au xvie siècle, sous le titre de Saint-Jean-de-l’Hôpital ou Saint-Jean-de-Jérusalem, existait déjà en 1130 et occupait le vaste espace compris entre la rue Saint-Jacques et celle Jean-de-Beauvais d’un côte, la place Cambrai et la rue des Noyers de l’autre.

L’entrée principale, située en face de la porte actuelle du Collège de France, la grange aux dîmes, édifice du xiiie siècle, aux voûtes ogivales et aux nervures croisées, le logis du commandeur et le cloître, avaient été rasés depuis longtemps.

La tour, intéressant spécimen de l’architecture militaire du moyen âge, était encore debout en 1854 ; mais l’ouverture de la rue des Écoles a malheureusement amené la destruction, au mois de décembre de la même année, de ce précieux monument, unique en son genre sur le sol du vieux Paris.

Cette tour, construction carrée, à l’extérieur austère, qui était destinée, selon Dulaure, au logement des pèlerins se rendant à Jerusalem, ou plutôt, comme Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/52 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/53 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/54 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/55 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/56 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/57 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/58 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/59 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/60 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/61 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/62 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/63 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/64 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/65 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/66 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/67 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/68 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/69 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/70 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/71 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/72 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/73 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/74 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/75 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/76 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/77 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/78 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/79 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/80 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/81 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/82 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/83 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/84 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/85 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/86 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/87 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/88 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/89 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/90 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/91 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/92 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/93 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/94 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/95 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/96 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/97 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/98 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/99 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/100 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/101 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/102 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/103 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/104 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/105 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/106 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/107 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/108 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/109 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/110 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/111 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/112 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/113 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/114 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/115 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/116 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/117 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/118 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/119 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/120 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/121 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/122 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/123 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/124 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/125 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/126 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/127 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/128 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/129 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/130 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/131 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/132 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/133 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/134 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/135 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/136 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/137 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/138 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/139 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/140 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/141 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/142 Page:Du Sommerard - Catalogue et description des objets d’art de l’antiquité, du moyen âge et de la Renaissance exposés au musée.djvu/143


  1. Baron de Guilhermy, Itinéraire archéologique.
  2. Dulaure, Histoire des environs de Paris.