Cent Ballades (Christine de Pisan)/Ballade VII

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Ha ! Fortune trés doloureuse,
Que tu m’as mis du hault au bas !
Ta pointure trés venimeuse
A mis mon cuer en mains debas.
Ne me povoyes nuire en cas
Ou tu me fusses plus crueuse,
Que de moy oster le soulas,
Qui ma vie tenoit joyeuse.

Je fus jadis si eüreuse
Ce me sembloit qu’il n’estoit pas
Ou monde plus beneüreuse ;
Alors ne craignoie tes las,
Grever ne me pouoit plein pas
Ta trés fausse envie haïneuse,
Que de moy oster le soulas,
Qui ma vie tenoit joyeuse.

Horrible, inconstant, tenebreuse,
Trop m’as fait jus flatir a cas
Par ta grant malice envieuse
Par qui me viennent maulx a tas.
Que ne vengoyes tu, helas !
Autrement t’yre mal piteuse,
Que de moy oster le solas,

Qui ma vie tenoit joyeuse ?

Trés doulz Princes, ne fu ce pas
Cruaulté male et despiteuse,
Que de moy oster le solas,
Qui ma vie tenoit joyeuse ?