Chansons du Chat noir/Un Bal à l’hôtel de ville

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mac-Nab ()
Henri Heugel (p. 27-35).


No 3

UN BAL À L’HÔTEL DE VILLE



melody = \relative c' { 
  \key c \major
  \time 6/8
  \tempo "Allegro."
\set Score.tempoHideNote = ##t
    \tempo 4 = 110
  \autoBeamOff 
\partial 4. c'8 c c
d4 c8 b4 a8
g4 g8 a4 a8 | \break
g4 c8 b4.
c4. c8 c c
d4 c8 b4 a8
g4 g8 a4 a8 | \break
g4 c8 b4.
c4 e,8 e d8. e16
f4 f8 f e f
g4 g8 c4 g8 | \break
f4 e8 e4.
d4 e8 e d e
f4 f8 f e f
g4 g8 a4 a8 | \break
g4 c8 b4.
\partial 4. c4. \bar ":|." c4^\markup { Pour finir } r8 r4 r8
R2.*2 r4 r8 \bar "||"
}
text = \lyricmode {
Un soir j’dis à ma femm’_: «_Fau -- drait
Qu’j’aille à l’Hô -- tel de vil -- le_:
Y’a z’un bal é -- pa -- tant, pa -- raît
Qu’on n’s’y fait pas trop d’bi -- "le ! »" 
"« Mais," mon homm’, qu’ell’ dit, 
Tu n’as pas d’ha -- "bit ! »" 
"« Bah !" c’est pas ça qui m’gê -- "ne :" 
Pass’ moi mon com -- plet 
Qu’t’as ra -- fis -- to -- lé 
Pour la noce à U -- gè -- "ne ! »" "me !———"
}

upper = \relative c'' {
  \clef treble
  \key c \major
  \time 6/8
\partial 4. r4 r8
  d8 [r c] b [r a]
  g r r <c, f a> r r

<c e g>8 r r b'4.\startTrillSpan ( \acciaccatura { a16 b } c8\stopTrillSpan) r r c4 c8
  d8 [r c] b [r a]
  g r r <c, f a> r r

<c e g>8 r r b'4.\startTrillSpan ( \acciaccatura { a16 b } c8\stopTrillSpan) r r r4 r8
  <f, c a>8 r r r4 r8
  <g f b,> r r <e c'> r r

<c f>4._\markup { \italic lié. } (<c e>)
  <b d>4 r8 r4 r8
  <a c f>8 r r r4 r8
  <g b g'>8 r r <c f a> r r | \break

<c e g>8 r r b'4.\startTrillSpan ( \acciaccatura { a16 b } 
  c8\stopTrillSpan) r r c8 r r 
   \change Staff = "lower" \stemUp b,4.\startTrillSpan ( \acciaccatura { a16 b } c8\stopTrillSpan)
   \change Staff = "upper" \stemNeutral
r r <g b f'>4.
(<c e>8) r r <b d g>-. r r 
<c e c'>-. r r
}

lower = \relative c' {
  \clef bass
  \key c \major
  \time 6/8
\partial 4. r4 r8
<g b d>\arpeggio^\markup { \italic sec. } r r <fis b dis> r r
<e b' e> r r d r r

g r r 
\set doubleSlurs = ##t
<g b f'>4.( <c e>8 ) r r r4 r8
<g b d>8 r r <fis b dis> r r
<e b' e> r r d r r

g8 r r <g b f'>4. (<c e>8) r r r4 r8
<f,, f'>8 r r r4 r8
<g g'>8 r r <c c'> r r

<d f>4. (<c g'>)
<g g'>4 r8 r4 r8
<f f'>8 r r r4 r8
<e e'>8 r r <d d'> r r

<g g'>8 r r <g' b f'>4. (<c e>8) r r
<c e>8 r r \stemDown <g, b f'>4. (<c e>8) r r \stemNeutral b4.\startTrillSpan ( \acciaccatura { a16 b } c8\stopTrillSpan) r r^\pp <g g'>-. r r
<c, c'>8-. r r
}
\score {
  <<
    \new Voice = "mel"
    {  \autoBeamOff \melody }
    \new Lyrics \lyricsto mel \text
    \set Lyrics.instrumentName = #"Chant"
    \set Staff.midiInstrument = #"piccolo"
    \new PianoStaff <<
    \set PianoStaff.instrumentName = #"Piano"
      \new Staff = "upper" \upper
      \new Staff = "lower" \lower
    >>
  >>
  \layout {
    \context { \Staff \RemoveEmptyStaves }
    indent = 0.5\cm
    \override Rest #'style = #'classical
    \override Score.BarNumber #'stencil = ##f
    % line-width = #120
    \set fontSize = #-1
  }
  \midi { }
}
\header { tagline = ##f}




UN BAL À L’HÔTEL DE VILLE


Chansons-du-chat-noir-p31.png


Un soir j’ dis à ma femm’ : « Faudrait
        Qu’ j’aille à l’hôtel de ville :
Y’a z’un bal épatant, paraît
        Qu’on n’ s’y fait pas trop d’ bile ! »
            « Mais, mon homm’, qu’ell’ dit,
            Tu n’as pas d’habit ! »
        « Bah ! c’est pas ça qui m’ gêne :
            Pass’ moi mon complet
            Qu’ t’ as rafistolé
        Pour la noce à Ugène ! »


J’arrive à la porte du bal,
        J’ vois des gens qu’on salue,
C’est tout l’ conseil municipal
        Debout en grand’ tenue :
            Des complets marrons
            Et des chapeaux ronds,
        Dam’, c’est pas d’ la p’tit’ bière ;
            Tous ces gaillards-là,
            Ils ont pigé ça
        À la Bell’ Jardinière !

Chansons-du-chat-noir-p32.png

J’entre et j’ tomb’ dans un restaurant
        Où d’un coup d’œil rapide
J’avise un’ espèc’ de croquant
        Qui versait du liquide.
            J’avale un d’mi-s’tier
            Et j’ tends pour payer

        Quarant’ sous au bonhomme.
            Il me dit : « Monsieurr,
            Vous faites erreur,
        C’est à l’œil qu’on consomme ! »

Quand j’ai vu ça, j’ m’en suis flanqué
        Par-dessus les oreilles ;
Jamais j’avais tant tortillé
        Ni tant sifflé d’bouteilles.
            Comme on peut pas tout
            Manger d’un seul coup,
        J’en ai mis plein mes poches.
            Quand on a bon cœur,
            On pense à sa sœur,
        À sa femme, à ses mioches !

Chansons-du-chat-noir-p33.png

Après ça j’arrive en m’ prom’nant
    Dans l’ fumoir où qu’ l’on fume.

Je m’assois et j’ tir’ tranquill’ment
        Mon brûl’gueul’ que j’allume.
            Mais v’là qu’un larbin,
            Pour fair’ le malin,
        M’ tend un’ boît’ de cigares ;
            J’ la mets sous mon bras.
            Des panatellas !
        Quel coup pour la fanfare !

Soudain j’ me dis : « C’est pas tout ça,
        T’ es au bal, faut qu’ tu danses
Et qu’ tu montr’ à tous ces muff’-là
        Qu’ tu connais les conv’nances ! »
            J’ fais l’ tour du salon
            Comme un papillon,
        Et j’ dégote un’ bell’ brune :
            « Madam’, que j’y dis,
            V’là mon abatis,
        Nous allons en suer une ! »

« Pardon, fait un vilain gommeux,
        C’est moi qui l’a r’tenue. »
Alors on s’attrap’ tous les deux,
        J’arrach’ sa queue d’ morue.
            Y m’ pouss’ dans un coin
            Et m’ colle un coup d’poing
        Sans mêm’ que j’y réponde.
            Et voilà comme on
            R’çoit des coups d’ tampon
        Quand on va dans l’ grand monde !

J’ai l’œil poché, mais c’est égal,
        J’ai rigolé tout d’ même,

Car, voyez-vous, un pareil bal,
        Faut avouer qu’ c’est la crème.
            Le nec plus ultra,
            C’est qu’à c’t endroit-là
        Ça coût’ pas un centime.
            Aussi, nom d’un chien,
            Je r’piqu’ l’an prochain
        Avec ma légitime !


Chansons-du-chat-noir-p35.png