Chansons populaires de la Basse-Bretagne/La batelière (deuxième version)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


LA BATELIÈRE


(DEUXIÈME VERSION)
____


— Je vous salue, petite Isabelle, avec votre petit bateau !
Que fais-tu là sur la mer, toute seule ?
Tes regards et ta mine, je les trouve aussi brillants
Que le soleil béni, quand il parait au firmament.
— Qu’est-ce que ces paroles que vous m’avez dites,
Qui vont jusqu’à mon cœur me causer de la gène ?
Moi je suis une orpheline, âgée de quinze ans,
Et j’ai beaucoup à faire attention qu’il ne m’arrive rien :
Bien tard je serais après à me mettre à pleurer ;
L’honneur, quand il est perdu, on n’en trouve plus à acheter.
— Ce n’est pas pour (te faire) perdre ton honneur et ta virginité,
Petite Isabelle, que j’ai pris tant de liberté.
C’est pour te demander si tu consentirais
A prendre un jeune homme dans ta barque.
— Oh ! oui, dit-elle, jeune homme, approchez de ma barque,
Les paroles que vous avez dites m’ont rassurée.

La petite Isabelle disait, quand elle approchait de son pays ;
— J’ai attrapé un pigeon, je ne sais s’il restera ;
J’ai attrapé un pigeon dans mon bâtiment,
Et je viens l’enlever, avec un cœur content.


Louis Le Talec. — Pâtre
sur la montagne de Bré. — 31 août 1868.
__________