Chansons populaires de la Basse-Bretagne/Le meunier

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


LE MEUNIER
____


   Un jeune meunier du moulin de Lojou, [1]
Près de la chapelle de Pierre, — vous savez son nom, —
   A eu la pensée, comme il en avait sujet,
D’écrire son rêve, en une chanson bretonne.

   Une nuit, après mon souper, j’avais été me promener ;
Par la chaussée de mon moulin je passais,

   Quand j’entendis chanter une voix triomphante,
Comme la voix des anges, (et qui) s’en allait au fil de l’eau courante.

   Quand je fus allé au lit, comme déjà je reposais,
(Je crois qu’était passée l’heure de minuit)

__________Une voix de sansonnet
__________Vint me réveiller...
__________Jamais grâce plus belle
__________Ne vit mon œil,

   (Que quand) il vit ma maîtresse, reine du ciel,
Avec son air gracieux, son visage tourné de mon côté,

__________Dans sa main un bouquet de lavande,
__________Avec, au milieu, un diamant,
__________(Qui luisait) à la façon d’un miroir :
__________Elle le jeta dans l’eau.

   Et, deux jours après, vers le matin,
Je trouvai le bouquet, dans le canal de la roue de mon moulin,

__________Sans qu’il eût changé le moins du monde,
__________Par la vertu du diamant,
__________(Et qui) s’en allait au fil de l’eau courante...

(Incomplet)____


Chanté par Marguerite Philippe.
__________


  1. Moulin en Trézélan (Côtes du Nord).