Chansons populaires de la Basse-Bretagne/Les gars de Lorient

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


LES GARS DE LORIENT
____
(première Version)


   De mon escabeau, au seuil de ma porte,
Je vois ma douce sur la mer ;

   Je vois ma douce je vois mon envie,
Je vois (celle qui fait) toute ma satisfaction !...

   Les matelots de Lorient
Sont des gars fièrement friands ;

   Mais ils n’ont pas beaucoup d’honneur
A voler des filles du seuil de leur porte.

   Ils ont volé ma douce jolie,
Pour l’emporter dans leur navire !

   Ma jeune douce pleurait,
Ne trouvait personne qui la consolât,

   Ne trouvait personne qui la consolât ;
Si ce n’est le capitaine, qui le faisait.

   — Taisez-vous, fillette, ne pleurez pas !
Votre vie du moins vous ne perdrez pas ;

   Votre vie du moins vous ne perdrez pas,
Votre honneur peut-être, je ne dis pas ;

   A la même table nous souperons,
Dans le même lit nous coucherons. »

   La jeune fille alors dit
Au capitaine, quand elle l’entendit :

   — « J’aime mieux cent fois mourir.
Et au milieu de la mer me précipiter ;

Et me précipiter au milieu de la mer,
Plutôt que de perdre mon honneur !

   Plutôt que de perdre mon honneur,
Lequel est assurément le meilleur des trésors !

   Car l’honneur, quand il est perdu,
On a beau le chercher, on ne le trouve pas ;


   Non, on ne le trouve pas, au marché,
A acheter, sac par sac !

   On a beau le chercher, on ne le trouve pas
A acheter, en aucun lieu au monde. »

   Le capitaine disait
A ses matelots, ce jour-là :

   — « Emmenez cette fillette à la maison,
Car je ne suis pas un pirate ;

   Un pirate jamais je n’ai été,
Et ne le serai jamais, je pense ! »


Chanté par Claude Quiger,
à Morlaix, le 15 février 1879.
__________