Chansons populaires de la Basse-Bretagne/Les tailleurs de Langoat

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


LES TAILLEURS DE LANGOAT
____


Deux jeunes tailleurs de Langoat,
_____Ramazi, ramazèn,
_____Faradi, madèn !
Deux jeunes tailleurs de Langoat
Sont venus chez nous travailler.

Ils n’étaient pas bien entrés dans la maison,
Qu’ils ont demandé leur déjeuner.

Chacun une croûte, chacun une bouchée
Ont mangé les tailleurs.

Si bien que le mari disait à la femme :
— Voici des gens dont la nourriture coûte trop cher.

Mais la femme répondait toujours :
— Pour un jour nous ne nous en ressentirons pas.

Quand furent sonnées dix heures, à Runan,
On mit là bouillie sur le feu.

Plein la grande chaudière, jusqu’au gratin,
Ont mangé les tailleurs.

Si bien que le mari disait à la femme :
— Voici des gens dont la nourriture coûte trop cher.

Mais la femme répondait toujours :
— Pour un jour, nous ne nous en ressentirons pas.

Quand furent sonnées trois heures, à Runan,
On mit la crêpière sur le feu.

Chacun une crêpe, chacun une douzaine
Ont mangé les tailleurs.

Si bien que le mari disait à la femme :
— Voici des gens dont la nourriture coûte trop cher.

Mais la femme répondait toujours :
— Pour un jour nous ne nous en ressentirons pas.

Quand furent sonnées sept heures, à Runan,
On mit le pot sur le feu.



Chacun leur quartier de lard, chacun leur andouille,
Ont mangé les tailleurs.

Si bien que le mari disait à la femme :
— Voici des gens dont la nourriture coûte trop cher.

Mais la femme répondait toujours :
— Pour un jour, nous ne nous en ressentirons pas.

— Attrape-moi la clef de là,
Pour que je leur donne de l’argent.

Ils ont eu chacun dix-huit deniers,
Ils ont fait chacun un petit bonnet.


Charles Mallégol, Morlaix.
__________