Chansons posthumes de Pierre-Jean de Béranger/Gutenberg

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


GUTENBERG


À MM. LES STRASBOURGEOIS, QUI, EN 1840, M’ONT INVITÉ À LA SOLENNITÉ
DE L’INAUGURATION DE LA STATUE EXÉCUTÉE PAR DAVID



Messieurs, pitié pour ma vieillesse !
C’est en vain que votre cité,
Glorieux berceau de la presse,
M’appelle à sa solennité.
Garder mon coin vaut mieux, me semble,
Que, vieux et pauvre pèlerin,
M’en aller d’une voix qui tremble
Attrister les échos du Rhin.


Eh ! n’aurez-vous pas Lamartine,
Le poëte qui nous ravit !
Les nobles vers qu’il vous destine [1]
De ses travaux paieront David. [2]
Gutenberg, s’il voit sa statue,
S’il entend l’hymne harmonieux,
À sa gloire tant débattue [3]
Pourra croire enfin dans les cieux.

Un enfant joue avec deux verres, [4]
Et le télescope est trouvé
Strasbourg, l’homme que tu révères,
Qu’a-t-il voulu ? qu’a-t-il rêvé ?
Dieu lui cria-t-il aux oreilles
Qu’il lui donnait plus qu’un métier,
Et que la lampe de ses veilles
Éclairerait le monde entier ?

Qu’espérait-il, profit ou gloire,
Quand devant l’âtre il se courbait,
Coulant le plomb d’une écritoire
Dans les moules d’un alphabet ?
Dès qu’une ligne enfin s’agence,
Il dit, ravi de l’épeler :
Victoire ! Humaine intelligence,
Va, tu ne peux plus reculer !

Quoique souvent pris de débauche,
Le monde pèse l’œuf au nid.
Ce qu’au hasard chacun ébauche,
Il le rejette ou le finit.
Lui seul parfait une pensée.
Trouve-t-elle un trône en chemin,
Dans un temple est-elle encensée :
C’est l’ouvrage du genre humain.

Quoi ! vais-je éteindre une auréole ?
Strasbourg s’est-il donc abusé ?
Non, Gutenberg est un symbole :
C’est le progrès éternisé.
De n’aller pas lui rendre hommage,
Noble cité, j’ai des regrets.
Mais déjà d’un plus long voyage
Le Temps me dit : Fais les apprêts.

  1. M. de Lamartine devait assister à cette fête, et l’on annonçait des vers de lui à cette occasion.
  2. David, toujours désintéressé, n’a pas voulu faire payer le travail de cette admirable statue.
  3. Outre que plusieurs villes ont disputé à Strasbourg et Mayence d’avoir été les berceaux de l’imprimerie, l’honneur de l’invention a été disputé à Gutenberg en faveur d’hommes plus ou moins connus avant lui et de son temps. C’est un procès que l’opinion publique a décidé, sans trop pouvoir l’approfondir. On ne peut nier que Gutenberg présente les meilleurs titres à l’honneur de l’application complète du nouveau procédé.
  4. On prétend que l’enfant d’un lunettier de Hollande, ayant réuni deux verres de force différente, donna lieu à l’invention du télescope, dont Galilée tira dès lors un si grand parti.