100%.png

Chansons rouges/L’Agonie de l’Artiste

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Maurice Boukay (
Ernest Flammarion, éditeur (p. 83-88).


L’AGONIE DE L’ARTISTE

Steinlen-Chansons-rouge-p85.png


À la mémoire de Paul Verlaine.
Un artiste chante :

  \relative c'' {
  \override Rest #'style = #'classical
  \set fontSize = #-1
  \key c \major
  \time 6/8
  \tempo "Moderato."
  \set Score.tempoHideNote = ##t
    \tempo 4 = 100
  \autoBeamOff
  \set Staff.midiInstrument = #"piccolo"
\compressFullBarRests
R4.*6 \bar "||" 
  r4 r8 r4 c8 \( | c c c a a a 
g4. \) r4 a8 \( | a a a 
  << { e' }
        \\
     { a, }
  >>
  e' d \)
c4 b r8 g \( | c c c a a fis \)
g4 g8 r4 g8 \( | g g 
  << { c }
        \\
     { g }
  >>
  b b a
g4. \) r4 g8^\markup { \italic Pressez } \(
   \tempo 4 = 110
  g g^\< g a\! a a \)
d^\markup { \italic Rit} r16 d d8 c4 c8 | c4. d4 e8
% {page suivante}
d4 d8 r a^\markup { a tempo } \( 
  \tempo 4 = 100
  g | f d4 g8 g g 
g8. g16 \) r g a4 g8 | b4. <g b> | b^\markup { \italic Rall. }
  \tempo 4 = 90
  d | c4.~ c4 r8
\bar "|."
}
\addlyrics {
Voi -- ci l’heu -- re d’a -- go -- ni -- ser,
Rien ne m’est "plus, fors" ma souf -- fran -- ce.
Je vois vert, c’é -- tait l’es -- pé -- ran -- ce.
Du "vert !" "Mon cœur" va se bri -- "ser !"
J’eus des a -- mis. Fra -- ter -- ni -- "ser !"
Dig, ding, "don !" Ce fut un men -- son -- ge.
J’a -- vais l’a -- "mour :" c’é -- tait un son -- ge.
Du "bleu !" Mon cœur va se bri -- ser.
}
\layout {
  indent = #0
  line-width = #120
  \context {
    \Score
    \remove "Bar_number_engraver"
  }
}


Voici l’heure d’agoniser :
Rien ne m’est plus, fors ma souffrance.
Je vois vert : C’était l’espérance.
Du vert ! Mon cœur va se briser !

J’eus des amis. Fraterniser !
Dig, ding, don : Ce fut un mensonge.
J’avais l’amour. C’était un songe.
Du bleu ! Mon cœur va se briser.

Ils m’ont dit, voulant me griser :
« Nous buvons à ta gloire, frère ! »
J’ai bu. La coupe était amère.
Du gris ! Mon cœur va se briser.

Elle dit : « Je veux apaiser
Ta douleur avec mes tendresses. »
Elle sentait d’autres caresses.
De l’or ! Mon cœur va se briser.


Je n’aurai plus un seul baiser.
Nous n’irons plus au bois, mesdames.
Et les hommes sont nés des femmes.
Du noir ! Mon cœur va se briser.

Le mal est près de m’épuiser.
Sur mes cheveux la neige tombe ;
La neige tombe sur ma tombe.
Du blanc ! Mon cœur va se briser.

Voici mon cœur paralysé.
Jésus s’en allait à l’école
Portant sa croix sur son épaule !
Du jour ! Mon cœur est tôt brisé !…

Voici mon amour épuisé…
Adieu la vie ! Adieu chimère !
Berce-moi dans tes bras, ma mère.
La nuit ! La nuit ! Mon cœur… Brisé !