Mozilla.svg

Chapelle de Notre-Dame de Bon-Secours/Bref de S.S. Pie VII

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Paroisse de Saint-Louis de Fontainebleau
impr. de E. Jacquin (p. 17-24).


BREF DE S. S. PIE VII


EN FAVEUR DE


L’ASSOCIATION DE NOTRE-DAME DE BON-SECOURS.




PIE VII, souverain Pontife,
pour durer à perpétuité.


Informé qu’il existe à Fontainebleau, ville du diocèse de Meaux, une pieuse Confrérie de fidèles de l’un et de l’autre sexe, sous l’invocation de Notre-Dame de Bon-Secours, laquelle Confrérie est ou va être canoniquement érigée dans une Chapelle du même nom, et dont les membres se proposent de se livrer à diverses œuvres de piété et de charité ; voulant que cette Confrérie s’accroisse de jour en jour, et appuyé sur la miséricorde de Dieu et l’autorité des bienheureux apôtres, Pierre et Paul, nous accordons l’Indulgence plénière, le jour de leur entrée dans ladite Confrérie, à tous ceux de ses membres qui, après s’être confessés dans de véritables sentiments de pénitence, communieront en ce jour : même indulgence, à l’article de la mort, pour tous les membres actuels ou futurs qui, après s’être également confessés, communieront, ou, s’ils ne le peuvent, invoqueront avec dévotion, de bouche ou du moins de cœur, le saint nom de Jésus : même indulgence chaque année, le jour de l’Assomption et le premier Dimanche d’octobre, pour tous les membres actuels ou futurs qui, après s’être confessés et avoir communié, visiteront avec dévotion la Chapelle de la Confrérie, et y prieront pour la paix entre les princes chrétiens, l’extirpation des hérésies et l’exaltation de l’Église, notre Mère. En outre, nous accordons une indulgence de sept années et de sept quarantaines à tous les membres actuels ou futurs qui, après s’être confessés et avoir communié, visiteront la Chapelle de la Confrérie, et y prieront pour les fins accoutumées, quatre jours de l’année, soit de travail, soit de fêtes, lesquels jours ils doivent choisir une fois seulement et avec l’approbation de l’Évêque. Enfin, nous accordons soixante jours d’indulgence à chacun des membres actuels ou futurs, toutes les fois qu’ils assisteront à la messe et aux autres offices qui se diront dans la Chapelle de la Confrérie, ou bien à ses assemblées publiques ou particulières, en quelque lieu qu’elle les tienne : même indulgence, toutes les fois qu’ils exerceront quelqu’une des œuvres suivantes : donner l’hospitalité aux pauvres ; réconcilier soi-même ou faire réconcilier des ennemis ; accompagner au cimetière les corps des défunts de la Confrérie ou des autres qui n’en sont point ; suivre avec piété toutes sortes de processions autorisées par l’Évêque ; accompagner le Saint-Sacrement, soit dans les processions solennelles, soit lorsqu’on le porte aux malades, ou pour quelque autre cause, en quelque lieu et en quelque temps que ce soit ; ou, si on ne le peut, réciter une fois, au son de la Cloche, l’Oraison Dominicale et la Salutation Angélique pour l’âme des défunts et défuntes de la Confrérie : enseigner aux ignorants les Commandements de Dieu et les choses nécessaires au salut. Toutes ces indulgences pourront être appliquées, en tout ou en partie, aux âmes du Purgatoire : et ne voulant priver personne de ces grâces spirituelles, nous accordons les mêmes indulgences à tous les membres actuels ou futurs de ladite Confrérie, en quelque lieu qu’ils habitent, pourvu qu’ils accomplissent les œuvres prescrites pour gagner ces indulgences ; qu’ils visitent avec dévotion leur propre Église, aux jours ci-dessus marqués ; ou, s’ils sont infirmes ou retenus par quelque empêchement légitime, qu’ils fassent, selon leur pouvoir, d’autres œuvres de piété, et prient pour les fins accoutumées ; et cela nonobstant toutes dispositions à ce contraires : les présentes devant durer à perpétuité.

Donné à Rome, à Sainte-Marie-Majeure, sous l’Anneau du Pêcheur, le 2 juillet de l’an 1819, et de notre Pontificat le 20e.

Signé : F. L. Cardl. Gonsalvi.


Exécution du Bref de SA SAINTETÉ.


Jean-Joseph-Marie-Victoire de Cosnac, par la grâce de Dieu, et l’autorité du Saint-Siége, Évêque de Meaux :

Vu par nous un Rescrit du Saint-Siége en faveur d’une pieuse Confrérie de fidèles de l’un et de l’autre sexe, sous l’invocation de Notre-Dame de Bon-Secours, laquelle Confrérie est érigée à Fontainebleau, ville de notre Diocèse, nous avons permis et par ces présentes permettons son exécution ; ainsi que la publication des indulgences qu’y accorde le Souverain Pontife, et leur application aux fidèles de ladite ville de Fontainebleau.

Donné à Meaux, sous notre seing et le sceau de nos armes, sous la signature du secrétaire de notre Diocèse, l’an du Seigneur 1819, le 7 de décembre.


J.-J.-M.-V., Évêque de Meaux.
Par mandement :
Breul, secrétaire