Chefs-d’œuvre poétiques des dames françaises/Flore de Rose

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

FLORE DE ROSE.


Nous ne connaissons de cette trouveresse que les vers suivants, relatifs à Guillaume de Lorris, auteur critique de ce temps, et qui faisaient partie d’un morceau intitulé Conseil à Jean de Meung (le continuateur de Lorris, et connu aussi sous le nom de Clopinel).

Guillaume de Lorris, dit Flore, ne fut pas toujours juste, car

Peult-on l’estre, quant on se plainct ?
Quant sort d’aultruy, sans espoyr, ou jalouze,
L’esprit, du cuer, brief, querelles espouze…
Puiz, ung amant croit ce qu’il creinct.
Maiz n’alla poinct, en vray satyre,
Tout voyle embler aux amors ingénus ;
Seiz vains escartz, ormais, n’ont faict Vénus
Rougir d’aveoir monté sa lyre.
Sien dart, loing nous fasse douler,
Cuer luy soubrit, se bousche n’oze ;
Et flours estanchent, de la roze,
Sang que l’espine feist couler.