Chefs-d’œuvre poétiques des dames françaises/Madame Deshoulières

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

MADAME DESHOULIÈRES.


Antoinette du Ligier de la Garde, née à Paris en 1633, d’une famille noble qui ne négligea rien pour son éducation, épousa, en 1651, Guillaume de Lafon de Boisguerin, seigneur Deshoulières, lieutenant-colonel d’un des régiments du grand Condé, depuis major de Rocroi et lieutenant de roi de Dourlens. Ses poésies ont été imprimées en 1688 et 1693. Les plus anciens ouvrages qu’on ait d’elle sont de 1658 ; mais ses Idylles et ses Réflexions morales sont ce qu’il y a de plus estimé parmi ses œuvres. Madame Deshoulières fut reçue dans les Académies d’Arles et des Ricovrati de Padoue, et mourut en 1694, un an après son époux. Cette dame, qui doit prendre rang parmi les premiers poètes français, connaissait parfaitement le latin, l’italien et l’espagnol. Elle composa deux tragédies (Genseric et Jule-Antoine), qu’elle eut le bon esprit de ne pas risquer sur le théâtre.


RONDEAU.


Le bel esprit, au siècle de Marot,
Des dons du ciel passoit pour le gros lot ;
Des grands seigneurs il donnoit l’accointance,
Menoit parfois à noble jouissance,
Et, qui plus est, faisoit bouillir le pot.

Or est passé le temps où d’un bon mot,
Stance ou ballade, on payoit son écot ;
Plus n’en voyons qui prenne pour finance
Le bel esprit.

A prix d’argent, l’auteur comme le sot
Boit sa chopine et mange son gigot ;
Heureux encor d’avoir telle pitance !
Maints ont le chef plus rempli que la pance ;
Le fat est riche, et nous voyons capot
Le bel esprit.


RONDEAU.


Contre l’amour voulez-vous vous défendre ?
Empêchez-vous et de voir et d’entendre,
Gens dont le cœur s’explique avec esprit.
Il en est peu de ce genre maudit,
Mais trop encor pour mettre un cœur en cendre.

Quand une fois il leur plaît de nous rendre
D’amoureux soins, qu’ils prennent d’un air tendre,
On lit en vain tout ce qu’Ovide écrit
Contre l’amour.

De la raison il ne faut rien attendre :
Trop de malheurs n’ont su que trop apprendre
Qu’elle n’est rien dès que le cœur agit.
La seule fuite, Iris, nous garantit ;
C’est le parti le plus utile à prendre
Contre l’amour.



MADRIGAL.


Alcidon, contre sa bergère,
Gagea trois baisers que son chien
Trouveroit plutôt que le sien
Un flageolet caché sous la fougère.
La bergère perdit ; et, pour ne point payer,
Elle voulut tout employer.
Mais, contre un tendre amant, c’est en vain qu’on s’obstine.
Si des baisers gagés par Alcidon,
Le premier fut pure rapine,
Les deux autres furent un don.


STANCES.


Agréables transports qu’un tendre amour inspire,
Désirs impatiens, qu’estes-vous devenus ?
Dans le cœur du berger pour qui le mien soupire,
Je vous cherche, je vous désire,
Et je ne vous retrouve plus.

Son rival est absent, et la nuit qui s’avance
Pour la troisième fois a triomphé du jour,
Sans qu’il ait triomphé de cette heureuse absence ;
Avec si peu d’impatience,
Hélas ! on n’a guère d’amour !

Il ne sent plus pour moy ce qu’on sent quand on aime,
L’infidèle a passé sous de nouvelles lois.

Il me dit bien encor que son mal est extrême ;
Mais il ne le dit plus de mesme
Qu’il me le disoit autrefois.

Revenez dans mon cœur, paisible indifférence,
Que l’amour a changée en de cruels soucis.
Je ne reconnois plus sa fatale puissance,
Et, grâce à tant de négligence,
Je ne veux plus aimer Tircis.

Je ne veux plus l’aimer ; ah ! discours téméraire !
Voudrois-je éteindre un feu qui fait tout mon bonheur ?
Amour, redonnez-luy le dessein de me plaire ;
Mais quoy que l’ingrat puisse faire,
Ne sortez jamais de mon cœur !


BALLADE.


A caution tous amans sont sujets,
Cette maxime en ma teste est écrite :
Point n’ay de foy pour leurs tourmens secrets,
Point auprès d’eux n’ai besoin d’eau bénite.
Dans cœur humain probité plus n’habite.
Trop bien encor a-t-on les mesmes dits
Qu’avant qu’astuce au monde fust venue ;
Mais pour d’effets, la mode en est perdue :
On n’aime plus comme on aimoit jadis.

Riches atours, table, nombreux valets.
Font aujourd’huy les trois quarts du mérite.
Si des amans soumis, constans, discrets,

Il est encor ; la troupe en est petite.
Amour d’un mois est amour décrépite.
Amans brutaux sont les plus applaudis.
Soupirs et pleurs feroient passer pour grue.
Faveur est dite aussitost qu’obtenue :
On n’aime plus comme on aimoit jadis.

Jeunes beautés en vain tendent filets :
Les jouvenceaux, cette engeance maudite,
Font bande à part près des plus doux objets ;
D’estre indolent chacun se félicite.
Nul en amour ne daigne être hypocrite ;
Ou si par fois un de ces étourdis
A quelques soins s’abaisse et s’habitue,
Don de mercy seul il n’a pas en vue :
On n’aime plus comme on aimoit jadis.

Tous jeunes cœurs se trouvent ainsi faits.
Telle denrée aux folles on débite.
Cœurs de barbons sont un peu moins coquets ;
Quand il fut vieux, le diable fut hermite.
Mais rien chez eux à tendresse n’invite.
Par maints hivers désirs sont refroidis.
Par maux fréquens humeur devient bourrue.
Quand une fois on a teste chenue,
On n’aime plus comme on aimoit jadis.



LE RUISSEAU.

IDYLLE.


Ruisseau, nous paraissons avoir un même sort ;
D’un cours précipité nous allons l’un et l’autre,
Vous à la mer, nous à la mort :
Mais, hélas ! que d’ailleurs je vois peu de rapport
Entre votre course et la nôtre !
Vous vous abandonnez sans remords, sans terreur,
A votre pente naturelle ;
Point de loi parmi vous ne la rend criminelle.
La vieillesse chez vous n’a rien qui fasse horreur.
Près de la fin de votre course
Vous êtes plus fort et plus beau
Que vous n’êtes à votre source.
Vous retrouvez toujours quelqu’agrément nouveau.
Si de ces paisibles bocages
La fraîcheur de vos eaux augmente les appas,
Votre bienfait ne se perd pas ;
Par de délicieux ombrages
Ils embellissent vos rivages ;
Sur un sable brûlant, entre des prés fleuris,
Coule toujours votre onde pure ;
Mille et mille poissons dans votre sein nourris
Ne vous attirent point de chagrins, de mépris :
Avec tant de bonheur d’où vient votre murmure ?
Hélas ! votre sort est si doux !
Taisez-vous, ruisseau, c’est à nous
A nous plaindre de la nature.

De tant de passions que nourrit notre cœur,
Apprenez qu’il n’en est pas une
Qui ne traîne après soi le trouble, la douleur,
Le repentir ou l’infortune.
Elles déchirent nuit et jour
Les cœurs dont elles sont maîtresses
Mais de ces fatales foiblesses,
La plus à craindre c’est l’amour.
Ses douceurs même sont cruelles.
Elles font cependant l’objet de tous les vœux.
Tous les autres plaisirs ne touchent point sans elles ;
Mais des plus forts liens le tems use les nœuds,
Et le cœur le plus amoureux
Devient tranquille, ou passe à des amours nouvelles.
Ruisseau, que vous êtes heureux !
Il n’est point parmi vous de ruisseaux infidelles.
Lorsque les ordres absolus
De l’Être indépendant qui gouverne le monde,
Font qu’un autre ruisseau se mêle avec votre onde ;
Quand vous êtes unis, vous ne vous quittez plus.
A ce que vous voulez, jamais il ne s’oppose ;
Dans votre sein il cherche à s’abymer :
Vous et lui jusques à la mer
Vous n’êtes qu’une même chose.
De toutes sortes d’unions
Que notre vie est éloignée !
De trahisons, d’horreurs et de dissensions
Elle est toujours accompagnée ;
Qu’avez-vous mérité, ruisseau tranquille et doux,
Pour être traité mieux que nous ?
Qu’on ne me vante point ces biens imaginaires,
Ces prérogatives, ces droits,
Qu’inventa notre orgueil pour masquer nos misères ;
C’est lui seul qui nous dit que par un juste choix,

Le ciel mit, en formant les hommes,
Les autres êtres sous leurs loix.
A ne nous point flatter nous sommes
Leurs tyrans plutôt que leurs rois ;
Pourquoi vous mettre à la torture ?
Pourquoi vous enfermer dans cent canaux divers ;
Et pourquoi renverser l’ordre de la nature,
En vous forçant de jaillir dans les airs ?
Si tout doit obéir à nos ordres suprêmes,
Si tout est fait pour nous, s’il ne faut que vouloir.
Que n’employons-nous mieux ce souverain pouvoir ?
Que ne régnons-nous sur nous-mêmes ?
Mais, hélas ! de ses sens esclave malheureux,
L’homme ose se dire le maître
Des animaux qui sont peut-être
Plus libres qu’il ne l’est, plus doux, plus généreux ?
Et dont la foiblesse a fait naître
Cet empire insolent qu’il exerce sur eux ?
Mais que fais-je ? Où va me conduire
La pitié des rigueurs dont contr’eux nous usons ?
Ai-je quelqu’espoir de détruire
Des erreurs où nous nous plaisons ?
Non, pour l’orgueil et pour les injustices
Le cœur humain semble être fait.
Tandis qu’on se pardonne aisément tous les vices,
On n’en peut souffrir le portrait.
Hélas ! on n’a plus rien à craindre,
Les vices n’ont point de censeurs ;
Le monde n’est rempli que de lâches flatteurs ;
Savoir vivre, c’est savoir feindre.
Ruisseau, ce n’est plus que chez vous
Qu’on trouve encor de la franchise ;
On y voit la laideur ou la beauté qu’en nous
La bizarre nature a mise :

Aucun défaut ne s’y déguise ;
Aux rois comme aux bergers vous les reprochez tous.
Aussi ne consulte-t-on guère
De vos tranquilles eaux le fidèle cristal ;
On évite de même un ami trop sincère ;
Ce déplorable goût est le goût général.
Les leçons font rougir, personne ne les souffre :
Le fourbe veut paroître homme de probité.
Enfin, dans cet horrible gouffre
De misère et de vanité,
Je me perds ; et plus j’envisage
La foiblesse de l’homme et sa malignité,
Et moins de la Divinité
En lui je reconnois l’image.
Courez, ruisseau, courez ; fuyez-nous, reportez
Vos ondes dans le sein des mers dont vous sortez ;
Tandis que pour remplir la dure destinée
Où nous sommes assujettis,
Nous irons reporter la vie infortunée,
Que le hasard nous a donnée,
Dans le sein du néant d’où nous sommes sortis.


LES FLEURS.

IDYLLE.


Que votre éclat est peu durable,
Charmantes fleurs, honneur de nos jardins !
Souvent un jour commence et finit vos destins,
Et le sort le plus favorable
Ne vous laisse briller que deux ou trois matins.
Ah ! consolez-vous-en, jonquilles, tubéreuses :

Vous vivez peu de jours, mais vous vivez heureuses !
Les médisans ni les jaloux
Ne gênent point l’innocente tendresse
Que le printemps fait naître entre Zéphire et vous.
Jamais trop de délicatesse
Ne mêle d’amertume à vos plus doux plaisirs.
Que pour d’autres que vous il pousse des soupirs,
Que loin de vous il folâtre sans cesse,
Vous ne ressentez point la mortelle tristesse
Qui désole les tendres cœurs,
Lorsque pleins d’une ardeur extrême
On voit l’ingrat objet qu’on aime
Manquer d’empressement, ou s’engager ailleurs.
Pour plaire vous n’avez seulement qu’à paroître :
Plus heureuses que nous, ce n’est que le trépas
Qui vous fait perdre vos appas.
Plus heureuses que nous, vous mourez pour renaître.
Tristes réflexions, inutiles souhaits ;
Quand une fois nous cessons d’être,
Aimables fleurs, c’est pour jamais !
Un redoutable instant nous détruit sans réserve :
On ne voit au delà qu’un obscur avenir.
A peine de nos noms un léger souvenir
Parmi les hommes se conserve :
Nous rentrons pour toujours dans le parfait repos
D’où nous a tirés la nature,
Dans cette affreuse nuit qui confond les héros
Avec le lâche et le parjure,
Et dont les fiers destins, par de cruelles loix,
Ne laissent sortir qu’une fois.
Mais, hélas ! pour vouloir revivre,
La vie est-elle un bien si doux ?
Quand nous l’aimons tant, songeons-nous
De combien de chagrins sa perte nous délivre ?

Elle n’est qu’un amas de craintes, de douleurs,
De travaux, de soucis, de peines.
Pour qui connaît les misères humaines,
Mourir n’est pas le plus grand des malheurs !
Cependant, agréables fleurs,
Par des liens honteux attachés à la vie,
Elle fait seule tous nos soins,
Et nous ne vous portons envie
Que par où nous devons vous envier le moins.


LES MOUTONS.

IDYLLE


Hélas ! petits moutons, que vous êtes heureux !
Vous paissez dans nos champs sans soucis, sans alarmes :
Aussitôt aimés qu’amoureux,
On ne vous force point à répandre des larmes ;
Vous ne formez jamais d’inutiles désirs.
Dans vos tranquilles cœurs l’amour suit la nature :
Sans ressentir ses maux, vous avez ses plaisirs.
L’ambition, l’honneur, l’intérêt, l’imposture,
Qui font tant de maux parmi nous,
Ne se rencontrent point chez vous.
Cependant nous avons la raison pour partage,
Et vous en ignorez l’usage.
Innocens animaux, n’en soyez point jaloux ;
Ce n’est pas un grand avantage.
Cette fière raison, dont on fait tant de bruit,
Contre les passions n’est pas un sûr remède :
Un peu de vin la trouble, un enfant la séduit ;
Et déchirer un cœur qui l’appelle à son aide,

Est tout l’effet qu’elle produit.
Toujours impuissante et sévère,
Elle s’oppose à tout et ne surmonte rien.
Sous la garde de votre chien,
Vous devez beaucoup moins redouter la colère
Des loups cruels et ravissans,
Que, sous l’autorité d’une telle chimère,
Nous ne devons craindre nos sens.
Ne vaudroit-il pas mieux vivre comme vous faites,
Dans une douce oisiveté ?
Ne vaudroit-il pas mieux être comme vous êtes,
Dans une heureuse obscurité,
Que d’avoir, sans tranquillité,
Des richesses, de la naissance,
De l’esprit et de la beauté ?
Ces prétendus trésors, dont on fait vanité,
Valent moins que votre indolence :
Ils nous livrent sans cesse à des soins criminels ;
Par eux plus d’un remords nous ronge ;
Nous voulons les rendre éternels,
Sans songer qu’eux et nous passerons comme un songe.
Il n’est dans ce vaste univers
Rien d’assuré, rien de solide :
Des choses d’ici-bas la fortune décide
Selon ses caprices divers.
Tout l’effort de notre prudence
Ne peut nous dérober au moindre de ses coups.
Paissez, moutons, paissez sans règle et sans science ;
Malgré la trompeuse apparence,
Vous êtes plus sages que nous.



LES OISEAUX.

IDYLLE


L’air n’est plus obscurci par des brouillards épais,
Les prez font éclater les couleurs les plus vives,
Et dans leurs humides palais
L’hiver ne retient plus les Nayades captives.
Les bergers, accordant leur musette à leur voix,
D’un pied léger foulent l’herbe naissante :
Les troupeaux ne sont plus sous leurs rustiques toits.
Mille et mille oiseaux à la fois,
Ranimant leur voix languissante,
Réveillent les échos endormis dans ces bois.
Où brilloient les glaçons, on voit naistre les roses :
Quel dieu chasse l’horreur qui régnoit dans ces lieux ?
Quel dieu les embellit ? Le plus petit des dieux
Fait seul tant de métamorphoses ;
Il fournit au printemps tout ce qu’il a d’appas :
Si l’Amour ne s’en mesloit pas,
On verroit périr toutes choses.
Il est l’ame de l’univers ;
Comme il triomphe des hivers
Qui désolent nos champs par une rude guerre,
D’un cœur indifférent il bannit les froideurs.
L’indifférence est pour les cœurs
Ce que l’hiver est pour la terre.
Que nous servent, hélas ! de si douces leçons ?
Tous les ans la nature en vain les renouvelle ;
Loin de la croire, à peine nous naissons,
Qu’on nous apprend à combattre contre elle.

Nous aimons mieux, par un bizarre choix,
Ingrats, esclaves que nous sommes,
Suivre ce qu’inventa le caprice des hommes,
Que d’obéir à nos premières loix.
Que votre sort est différent du nostre,
Petits oiseaux qui me charmez !
Voulez-vous aimer, vous aimez :
Un lieu vous déplaist-il, vous passez dans un autre.
On ne connoist chez vous ni vertus, ni défauts :
Vous paroissez toujours sous le mesme plumage,
Et jamais dans les bois on n’a vu les corbeaux
Des rossignols emprunter le ramage :
Il n’est de sincère langage,
Il n’est de liberté que chez les animaux.
L’usage, le devoir, l’austère bienséance,
Tout exige de nous des droits dont je me plains ;
Et tout enfin du cœur des perfides humains
Ne laisse voir que l’apparence.
Contre nos trahisons la nature en courroux
Ne nous donne plus rien sans peine.
Nous cultivons les vergers et la plaine,
Tandis, petits oiseaux, qu’elle fait tout pour vous.
Les filets qu’on vous tend sont la seule infortune
Que vous avez à redouter :
Cette crainte nous est commune.
Sur nostre liberté chacun veut attenter :
Par des dehors trompeurs on tâche à nous surprendre.
Hélas ! pauvres petits oiseaux,
Des ruses du chasseur songez à vous défendre !
Vivre dans la contrainte est le plus grand des maux



LETTRE

A M. LE PELLETIER DE SOUZY,

INTENDANT DE FLANDRE.


Il ne vous plaist donc plus de mettre
Pour moy quelque chose de doux
Dans les lettres de mon époux ?
D’un pareil procédé que puis-je me promettre ?
Ah ! si je n’en montrois de vifs ressentimens,
Vostre paresse avec le temps
Pourroit encor plus se permettre.
Quoy ! du plus éclairé de tous les intendans
Tous les huit jours voir une lettre
Sans rencontrer mon nom dedans ?
Non, je ne sçaurois m’en remettre,
Et je ne suis point faite à de tels accidens.
Peut-estre avez-vous cru que c’estoit assez faire
Que d’avoir fait les premiers pas,
Et que je ne méritois pas
Qu’un peu plus loin on poussast une affaire.
Je ne veux point ici vous vanter mes appas :
Mais, soit dit entre nous, quand il s’agit de plaire,
Vous estes un peu trop tost las.
Pour s’établir dans les cœurs délicats,
L’empressement est nécessaire,
Et de vous autres magistrats
Ce n’est pas la route ordinaire
Accoutumez qu’on vous fasse la cour,
Vous ne pouvez la taire aux autres :

On vous doit toujours du retour ;
La fortune, la gloire et le cruel amour
Font leur propre affaire des vostres.
Mais, à parler de bonne foy,
Ces raisons où l’orgueil se fonde
Ne sont point des raisons pour moy,
Et, sans trop me flatter, je croy
Qu’on peut me séparer de la foule du monde.
Je veux vous en convaincre, et si le ciel seconde
Les vœux que mon dépit fera,
Vous m’estimerez tant, qu’une charmante brune
Qu’unit à vostre sort une heureuse fortune
Peut-estre un jour en grondera.
Dès que la nouvelle verdure
Annoncera le retour du printemps,
Pour tenter cette belle et galante aventure.
Je quitteray ces lieux charmans ;
Et d’avance je vous asseure
Que si pour nous encor vostre fière humeur dure,
Ce ne sera pas pour long-temps


ÉPITRE

À M. LE MARÉCHAL DUC DE VIVONNE,

VICE-AMIRAL DE FRANCE.


Qu’il fait beau faire voyage
Quand de froid on est transi !
Puissent les ennuis, la rage.
Les chagrins et le souci,
Estre de votre équipage.

Puisse tout l’air épaissi
Vous régaler d’un orage.
Puisse l’enfant sans merci
Vous forcer à rendre hommage
A quelque Iris de village
Au teint couleur de souci,
Au pied sentant le fromage,
Qui soit de tortu corsage
Par quelque pitaud grossi,
Dont le cœur fourbe et volage
Vous aime coussi coussi,
Qui, pour couronner l’ouvrage.
Ait à vostre grand dommage
D’autres mais et d’autres si,
Cent fois pires que ceux-cy.
Vous allez croire, je gage,
Que par un pur badinage
Je vous écris tout ceci.
D’autres diroient seignor si :
Mais moy qui hais l’esclavage,
Je vous dis que c’est l’image
D’un couroux qui se soulage.
Pourquoy partiez-vous aussi ?
Je refrognay mon visage
Quand on me dit : Pour Roissi
Le mareschal démesnage.
Hé quoy, vous pliez bagage,
Lorsque d’un air radouci
Dame d’assez haut parage
Vient manger vostre potage
Jeunes gens de ce temps-cy
N’en feroient pas davantage
Rien pourtant d’afreux présage
N’éclate en vous dont voicv

Un portrait en racourcy.
Un pur et charmant langage
Brillant, sans être farci
De ces grands mots dont l’usage
N’a jamais bien réussi.
Un génie heureux et sage
Qui par rien n’est rétréci.
Un renom qui n’est noirci
Par nul vilain tripotage.
Un cœur jamais endurci
Pour ceux que le sort outrage.
Un antique et haut lignage
Bien nettement éclairci.
Une conduite, un courage
Que connoist plus d’une plage,
Qui du peuple circonci
A le croissant obscurci ;
Qui sur ce fameux rivage
Où d’Etna le voisinage
Répand un goust de roussi,
Fit ployer l’orgueil du Tage ;
Qui vous fit passer à nage
Le profond Rhein tout ainsi
Que le moindre marescage :
Terrible et fameux passage
Qui fit froncer le sourci
Aux braves à triple étage ;
Enfin, tout ce qu’en partage
Eut le plus grand personnage,
Vous l’avez eu, Dieu merci.
Bonsoir, héros de nostre âge,
Le Sommeil dans un nuage
Vient de passer par icy.



ÉPITRE

A M. MASCARON,

ÉVÊQUE DE TULLE.


Des bords du fameux Lignon,
Le moyen de vous écrire ?
L’air de ce pays inspire
Je ne sais quoy de frippon,
Qui n’est pas propre à vous dire.
Depuis que feu Céladon,
Pour la précieuse Astrée,
L’ame de douleur outrée
Mit ses jours à l’abandon ;
Amour résolut, dit-on,
Que l’air de cette contrée
Rendroit le plus fier dragon
Doux comme un petit mouton.
Depuis que j’y suis entrée,
J’ai déjà changé de ton.
Je ne me meurs pas encore ;
Mais, entre nous, j’ai bien peur
D’une inquiète langueur
Qui me force à voir l’aurore
J’ai partout l’esprit rêveur.
Un tel changement d’humeur
Me fait trembler pour mon cœur
S’il alloit devenir tendre,
S’il formoit la moindre ardeur,
Il seroit bientôt en cendre

Hélas ! loin de badiner,
Loin d’être fourbe et volage,
Comme veut le bel usage,
Il iroit s’abandonner,
En jeune cœur qui se pique
De sentiment héroïque,
A ces beaux engagemens
Qu’on trouve dans les romans
Oui, malgré ce qu’on pratique,
Il aimeroit à l’antique.
Ah ! que de fâcheuses nuits,
Que de soupçons, que d’alarmes,
Que de chagrins, que d’ennuis,
Que de soupirs, que de larmes !
Il vaut mieux, si je le puis,
M’arracher à tous les charmes
Du beau séjour où je suis.
Sans consulter davantage,
Quittons ce fatal rivage ;
Mais quittons-le sans retour,
Ce rivage où chaque jour,
Sans avoir eu part au crime,
Chaque cœur sert de victime
Aux vengeances de l’amour.
Ici, tout ce qui respire
Se plaint, languit et soupire.
Dans les forêts les oiseaux,
Dans les plaines le zéphire,
Les bergers sous les ormeaux,
Les Nayades dans les eaux,
Tout sent l’amoureux martyre ;
Et tout sert, en nous parlant
Contre l’austère sagesse,
A mettre en goût de tendresse

Le cœur le plus indolent.
Vous, dont l’ame indifférente
Ne connoît aucun souci,
Pour l’avoir toujours contente,
Profitez de tout ceci ;
Et, quelqu’espoir qui vous tente,
Ne venez jamais ici.


A MES ENFANTS.


Dans ces prés fleuris
Qu’arrose la Seine,
Cherchez qui vous mène,
Mes chères brebis.
J’ai fait, pour vous rendre
Le destin plus doux,
Ce qu’on peut attendre
D’une amitié tendre ;
Mais son long courroux
Détruit, empoisonne
Tous mes soins pour vous,
Et vous abandonne
Aux fureurs des loups.
Seriez-vous leur proie,
Aimable troupeau ?
Vous, de ce hameau
L’honneur et la joie ;
Vous qui, gras et beaux,
Me donniez sans cesse,
Sur l’herbette épaisse,
Des plaisirs nouveaux.

Que je vous regrette !
Mais il faut céder ;
Sans chien, sans houlette,
Puis-je vous garder ?
L’injuste fortune
Me les a ravis.
En vain j’importune
Le ciel par mes cris ;
Il rit de mes craintes,
Et, sourd à mes plaintes,
Houlette ni chien,
Il ne me rend rien.
Puissiez-vous, contentes
Et sans mon secours,
Passer d’heureux jours,
Brebis innocentes,
Brebis, mes amours !
Que Pan vous défende ;
Hélas ! il le sait,
Je ne lui demande
Que ce seul bienfait.
Oui, brebis chéries,
Qu’avec tant de soin
J’ai toujours nourries,
Je prends à témoin
Ces bois, ces prairies,
Que si les faveurs
Du dieu des pasteurs
Vous gardent d’outrages,
Et vous font avoir
Du matin au soir
De gras pâturages,
J’en conserverai
Tant que je vivrai

La douce mémoire,
Et que mes chansons,
En mille façons,
Porteront sa gloire
Du rivage heureux
Où, vif et pompeux,
L’astre qui mesure
Les nuits et les jours,
Commençant son cours,
Rend à la nature
Toute sa parure,
Jusqu’en ces climats
Où, sans doute las
D’éclairer le monde,
Il va chez Thétis
Rallumer dans l’onde
Ses feux amortis.


ÉPITRE

A LOUIS XIV,

SUR SON VOYAGE EN FLANDRE

EN 1684.


Pourquoi chercher une nouvelle gloire ?
Sous vos lauriers goûtez un doux repos :
Assez d’exploits d’immortelle mémoire
Vous font passer les antiques héros.
Pour vous, grand roy, pour le bien de la France,
Que reste-t-il encore à souhaiter ?

Vos soins chez elle ont remis l’abondance ;
Vostre valeur, qui pourroit tout dompter,
La rend terrible aux nations étranges ;
Et quelque loin qu’on porte les louanges,
Il n’en est point qui vous puisse flatter.

A vous chanter nos voix sont toujours prestes ;
Mais quand nos vers à la postérité
Pourroient vous peindre aussi grand que vous estes :
Quand de vos loix ils diroient l’équité,
De vostre bras les rapides conquestes,
De vostre esprit la noble activité,
De vostre abord le charme inévitable,
Quelle en seroit pour vous l’utilité ?
Lorsque le vray paroist peu vraysemblable,
Il n’a sur nous que peu d’autorité.

Ces conquérans qu’eurent Rome et la Grèce,
Ces demi-dieux sur cent livres chantez,
Ont eu le sort que trop de gloire laisse :
On les a cru servilement flattez.
Tant de vertus qu’en eux l’histoire assemble
Est, disoit-on, le prix de leurs bienfaits ;
Et si vous seul, sous qui l’univers tremble,
N’eussiez plus fait qu’ils n’ont tous fait ensemble,
On douteroit encor de leurs hauts faits.

De leur valeur la vostre nous assure ;
Vous la rendez croyable en l’effaçant.
Un tel secours chez la race future
Sera pour vous un secours impuissant.
Quelques efforts que la nature fasse
Pour les héros que sa main formera,

Loin d’en trouver quelqu’un qui vous efface,
Jamais aucun ne vous égalera.

N’allez donc plus exposer une vie
D’où le bonheur de l’univers dépend.
Voyez la paix de tous les biens suivie,
Qui dans les bras des plaisirs vous attend.
Épargnez-nous de mortelles alarmes :
Où courez-vous, par la gloire animé ?
Si la victoire a pour vous tant de charmes,
Vous pouvez vaincre ici sans être armé.
N’appelez point une indigne foiblesse
Quelques momens donnez à la tendresse :
Les plus grands cœurs n’ont pas le moins aimé.

Mais aux travaux de la fière Bellonne
J’oppose en vain le repos le plus doux.
Les faux plaisirs que l’oisiveté donne
Ne sont pas faits pour un roy comme vous
Instruit de tout, appliqué sans relâche,
Et toujours grand dans les moindres projets,
Lorsque la paix aux périls vous arrache,
Une autre gloire à son tour vous attache,
Et vous immole au bien de vos sujets.

Ainsi l’on voit le maître du tonnerre
Diversement occupé dans les cieux :
Tantôt vainqueur dans l’insolente guerre
Qui fit périr les Titans furieux ;
Tantôt veillant au bonheur de la terre.
Porter partout un regard curieux ;
Y rétablir le calme, l’innocence ;
Estre de tous la crainte et l’espérance,
Et le plus grand et le meilleur des dieux.

Craint, adoré… Mais j’entends la victoire
Qui vous appelle à des exploits nouveaux.
Que de hauts faits vont grossir votre histoire !
Partez, courez à des destins si beaux.
Je vois l’Espagne, aux traités infidelle,
De ses pays payer ses attentats ;
Je vois vos coups détruire les États
Du fier voisin qui soutient sa querelle ;
Et je vous vois, vainqueur en cent combats,
Donner la paix et la rendre éternelle.