Chefs-d’œuvre poétiques des dames françaises/Mademoiselle Descartes

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

MADEMOISELLE DESCARTES.


Catherine Descartes, fille d’un conseiller au parlement de Bretagne et nièce du célèbre philosophe de ce nom, se rendit, par son savoir et par ses talents, tellement digne d’une si belle origine, qu’elle donna lieu à dire que l’esprit du grand Descartes était tombé en quenouille. L’ouvrage le plus considérable que l’on ait d’elle est une relation de la mort de son oncle, en vers et en prose. Elle fit ensuite l’Ombre de Descartes à mademoiselle de la Vigne, dont elle était amie, ainsi que de mademoiselle de Scudéry. Ces deux morceaux et quelques autres petites pièces éparses dans divers recueils forment tout ce qu’a composé cette illustre fille.

Mademoiselle Descartes vécut fort sédentaire au fond de la Bretagne. Ses études continuelles lui causèrent la pierre, dont elle mourut en 1706. Elle était née à Rennes en 1635.


L’OMBRE DE DESCARTES,

A MADEMOISELLE DE LA VIGNE.

fragment.


Merveille de nos jours , jeune et belle héroïne,
Qui, sous les doux appas d’une beauté divine,
Cachez tant de vertu, d’esprit et de savoir,
Ne vous étonnez pas qu’un mort vous vienne voir.

Si je pus autrefois, pour une jeune reine[1],
Dont je connoissois peu l’ame inégale et vaine,
Abandonner des lieux si fleuris et si verds,
Pour aller la chercher au pays des hivers.
Je devois bien pour vous quitter ces climats sombres,
Où, loin de la lumière, errent les pâles ombres.
Quelque espace entre nous que mette le trépas,
Pour être auprès de vous, que n’entreprend-on pas ?
Je n’ai pu vous entendre estimer mes ouvrages,
Et vous voir chaque jour en feuilleter les pages.
Sans sentir en mon cœur tout ce qu’on peut sentir
Dans le séjour glacé dont je viens de partir.
Depuis que de mes jours je vis couper la trame,
Aucun autre plaisir n’avoit touché mon ame ;
J’apprenois cependant que les vrais beaux esprits
Lisoient avec estime et goûtoient mes écrits ;
Mais je voyois toujours régner cette science ,
Ou plutôt cette fière et pénible ignorance,
Par qui, d’un vain sçavoir flatté mal à propos,
Un esprit s’accoutume à se payer de mots.

Partout cette orgueilleuse, avec son Aristote,
Des sçavants de ce temps est encor la marotte.
Tout ce qu’on dit contre elle est une nouveauté,
Et sans autre examen doit être rejeté :
Comme si les erreurs où furent ces grands hommes
Méritoient du respect dans le siècle où nous sommes ,
Et, cessant d’être erreurs par leur antiquité,
Avoient enfin prescrit contre la vérité.
Mais je sais que ce temps va bientôt disparoitre ;
Bientôt tous les sçavants me vont avoir pour maître ;
Tout suivra votre exemple, et par vous quelque jour,

J’aurai de mon côté la Sorbonne et la cour.
Ces grandes vérités qui parurent nouvelles,
Paroîtront désormais claires, solides, belles :
Tel docteur qui sans vous n’auroit jamais cédé,
Dès que vous parlerez sera persuadé.
Quand la vérité sort d’une bouche si belle,
Elle force bientôt l’esprit le plus rebelle.
Et manqua-t-on jamais à la faire goûter,
Lorsqu’avec tant de grâce on se fait écouter ?
De faux dogmes détruits et d’erreurs étouffées,
Vous m’allez ériger cent superbes trophées ;
Par vos illustres soins, mes écrits à leur tour,
De tous les vrais sçavants vont devenir l’amour.
J’aperçois nos deux noms, toujours joints l’un à l’autre,
Porter chez nos neveux ma gloire avec la vôtre,
Et j’entends déjà dire en cent climats divers :
Descartes et La Vigne ont instruit l’univers…


FRAGMENT
DE LA RÉPONSE DE MADEMOISELLE DE LA VIGNE


A L’OMBRE DE DESCARTES.


Si j’osois, grand génie, en croire vos paroles ;
Ombre, si vos serments n’étoient toujours frivoles,
Quel espoir flatteroit mon esprit et mon cœur !
Que je me promettrois de science et d’honneur !
Je verrois par mes soins la vieille erreur détruite,
L’école avec la cour heureusement instruite.
Et tout le monde enfin, par ma voix excité,
Dans vos doctes écrits chercher la vérité.

En vain me flattez-vous d’une telle promesse,
J’y répondrai fort mal, je connois ma foiblesse ;
Je n’ai d’un vieux docteur ni l’art ni les façons,
Et ne me sens point propre à donner des leçons.
Aux grandes vérités je puis céder sans peine ;
Mais de les débiter je ne suis pas si vaine.
Je laisse à nos sçavants l’art de les étaler,
Et je ne les apprends que pour n’en point parler…



  1. Christine, reine de Suède.