Mozilla.svg

Cinq-Mars/XXII

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Michel Lévy frères (p. 340-355).


CHAPITRE XXII

L’orage


 ::Blow, blow, thou winter wind ;
Thou art not so unkind
As man’s ingratitude :
Thy touth is not so keen,
Because thou art not seen
Altho’ thy breath be rude.
Heig-ho ! sing, heig-ho ! unto the green holly,
Most friendship is feigning ; most loving mere folly.


Shakspeare.


Souffle, souffle, vent d’hiver,
Tu n’es pas si cruel
Que l’ingratitude de l’homme ;
Ta dent n’est pas si pénétrante,
Car tu es invisible.
Quoique ton souffle soit rude,
Hé, ho, hé ! chante ; hé, ho, hé ! dans le houx vert ;
La plupart des amis sont faux, les amants fous.


Au milieu de cette longue et superbe chaîne des Pyrénées qui forme l’isthme crénelé de la Péninsule, au centre de ces pyramides bleues chargées de neige, de forêts et de gazons, s’ouvre un étroit défilé, un sentier taillé dans le lit desséché d’un torrent perpendiculaire ; il circule parmi les rocs, se glisse sous les ponts de neige épaissie, serpente au bord des précipices inondés, pour escalader les montagnes voisines d’Urdoz et d’Oloron, et, s’élevant enfin sur leur dos inégal, laboure leur cime nébuleuse ; pays nouveau qui a encore ses monts et ses profondeurs, tourne à droite, quitte la France et descend en Espagne. Jamais le fer relevé de la mule n’a laissé sa trace dans ces détours ; l’homme peut à peine s’y tenir debout, il lui faut la chaussure de corde qui ne peut pas glisser, et le trèfle du bâton ferré qui s’enfonce dans les fentes des rochers.

Dans les beaux mois de l’été, le pastour, vêtu de sa cape brune, et le bélier noir à la longue barbe, y conduisent des troupeaux dont la laine tombante balaye le gazon. On n’entend plus dans ces lieux escarpés que le bruit des grosses clochettes que portent les moutons, et dont les tintements inégaux produisent des accords imprévus, des gammes fortuites, qui étonnent le voyageur et réjouissent leur berger sauvage et silencieux. Mais, lorsque vient le long mois de septembre, un linceul de neige se déroule de la cime des monts jusqu’à leur base, et ne respecte que ce sentier profondément creusé, quelques gorges ouvertes par les torrents, et quelques rocs de granit qui allongent leur forme bizarre comme les ossements d’un monde enseveli.

C’est alors qu’on voit accourir de légers troupeaux d’isards qui, renversant sur leur dos leurs cornes recourbées, s’élancent de rocher en rocher, comme si le vent les faisait bondir devant lui, et prennent possession de leur désert aérien ; des volées de corbeaux et de corneilles tournent sans cesse dans les gouffres et les puits naturels, qu’elles transforment en ténébreux colombiers, tandis que l’ours brun, suivi de sa famille velue qui se joue et se roule autour de lui sur la neige, descend avec lenteur de sa retraite envahie par les frimas. Mais ce ne sont là ni les plus sauvages ni les plus cruels habitants que ramène l’hiver dans ces montagnes ; le contrebandier rassuré se hasarde jusqu’à se construire une demeure de bois sur la barrière même de la nature et de la politique ; là des traités inconnus, des échanges occultes, se font entre les deux Navarres, au milieu des brouillards et des vents.

Ce fut dans cet étroit sentier, sur le versant de la France, qu’environ deux mois après les scènes que nous avons vues se passer à Paris, deux voyageurs venant d’Espagne s’arrêtèrent à minuit, fatigués et pleins d’épouvante. On entendait des coups de fusil dans la montagne.

— Les coquins ! comme ils nous ont poursuivis ! dit l’un d’eux ; je n’en puis plus ! sans vous j’étais pris.

— Et vous le serez encore, ainsi que ce damné papier, si vous perdez votre temps en paroles ; voilà un second coup de feu sur le roc de Saint-Pierre-de-l’Aigle ; ils nous croient partis par la côte du Limaçon ; mais, en bas, ils s’apercevront du contraire. Descendez. C’est une ronde, sans doute, qui chasse les contrebandiers. Descendez !

— Eh ! comment ? je n’y vois pas.

— Descendez toujours, et prenez-moi le bras.

— Soutenez-moi ; je glisse avec mes bottes, dit le premier voyageur, s’accrochant aux pointes du roc pour s’assurer de la solidité du terrain avant d’y poser le pied.

— Allez donc, allez donc ! lui dit l’autre en le poussant ; voilà un de ces drôles qui passent sur notre tête.

En effet, l’ombre d’un homme armé d’un long fusil se dessina sur la neige. Les deux aventuriers se tinrent immobiles. Il passa ; ils continuèrent à descendre.

— Ils nous prendront ! dit celui qui soutenait l’autre, nous sommes tournés. Donnez-moi votre diable de parchemin ; je porte l’habit des contrebandiers, et je me ferai passer pour tel en cherchant asile chez eux ; mais vous n’auriez pas de ressource avec votre habit galonné.

— Vous avez raison, dit son compagnon en s’arrêtant sur une pointe de roc.

Et, restant suspendu au milieu de la pente, il lui donna un rouleau de bois creux.

Un coup de fusil partit, et une balle vint s’enterrer en sifflant et en frissonnant dans la neige à leurs pieds.

— Averti ! dit le premier. Roulez en bas ; si vous n’êtes pas mort, vous suivrez la route. À gauche du Gave est Sainte-Marie ; mais tournez à droite, traversez Oloron, et vous êtes sur le chemin de Pau et sauvé. Allons, roulez !

En parlant, il poussa son camarade, et, sans daigner le regarder, ne voulant ni monter ni descendre, se mit à suivre horizontalement le front du mont, en s’accrochant aux pierres, aux branches, aux plantes même, avec une adresse de chat sauvage, et bientôt se trouva sur un tertre solide, devant une petite case de planches à jour, à travers lesquelles on voyait une lumière. L’aventurier tourna tout autour comme un loup affamé autour d’un parc, et, appliquant son œil à l’une des ouvertures, vit des choses qui le décidèrent apparemment, car, sans hésiter, il poussa la porte chancelante, que ne fermait pas même un faible loquet. La case entière s’ébranla au coup de poing qu’il avait donné ; il vit alors qu’elle était divisée en deux cellules par une cloison. Un grand flambeau de cire jaune éclairait la première ; là, une jeune fille, pâle et d’une effroyable maigreur, était accroupie dans un coin sur la terre humide où coulait la neige fondue sous les planches de la chaumière. Des cheveux noirs, mêlés et couverts de poussière, mais très-longs, tombaient en désordre sur son vêtement de bure brune ; le capuchon rouge des Pyrénées couvrait sa tête et ses épaules ; elle baissait les yeux et filait une petite quenouille attachée à sa ceinture. L’entrée d’un homme ne la troubla pas.

— Eh ! eh ! la moza [1], lève-toi et donne-moi à boire ; je suis las et j’ai soif.

La jeune fille ne répondit pas, et, sans lever les yeux, continua de filer avec application.

— Entends-tu ? dit l’étranger la poussant avec le pied ; va dire au patron, que j’ai vu là, qu’un ami vient le voir, et donne-moi à boire avant. Je coucherai ici.

Elle répondit d’une voix enrouée en filant toujours :

— Je bois la neige qui fond sur le rocher, ou l’écume verte qui nage sur l’eau des marais ; mais, quand j’ai bien filé, on me donne l’eau de la source de fer.

Quand je dors, le lézard froid passe sur mon visage ; mais lorsque j’ai bien lavé une mule, on jette le foin ; le foin est chaud ; le foin est bon et chaud ; je le mets sur mes pieds de marbre.

— Quelle histoire me fais-tu là ? dit Jacques ; je ne parle pas de toi.

Elle poursuivit :

— On me fait tenir un homme pendant qu’on le tue. Oh ! que j’ai eu du sang sur les mains ! Que Dieu leur pardonne si cela se peut. Ils m’ont fait tenir sa tête et le baquet rempli d’une eau rouge. Ô ciel ! moi qui étais l’épouse de Dieu ! on jette leurs corps dans l’abîme de neige ; mais le vautour les trouve ; il tapisse son nid avec leurs cheveux. Je te vois à présent plein de vie, je te verrai sanglant, pâle et mort.

L’aventurier, haussant les épaules, se mit à siffler en entrant, et poussa la seconde porte ; il trouva l’homme qu’il avait vu par les fentes de la cabane : il portait le berret[2] bleu des Basques sur l’oreille, et, couvert d’un ample manteau, assis sur un bât de mulet, courbé sur un large brasier de fonte, fumait un cigare et vidait une outre placée à son côté. La lueur de la braise éclairait son visage gras et jaune, ainsi que la chambre où étaient rangées des selles de mulet autour du brasero comme des siéges. Il souleva la tête sans se déranger.

— Ah ! ah ! c’est toi, Jacques ? dit-il, c’est bien toi ? Quoiqu’il y ait quatre ans que je ne t’aie vu, je te reconnais, tu n’es pas changé, brigand ; c’est toujours ta grande face de vaurien. Mets-toi là et buvons un coup.

— Oui, me voilà encore ici ; mais comment diable y es-tu, toi ? Je te croyais juge, Houmain !

— Et moi, donc, je te croyais bien capitaine espagnol, Jacques !

— Ah ! je l’ai été quelque temps, c’est vrai, et puis prisonnier ; mais je m’en suis tiré assez joliment, et j’ai repris l’ancien état, l’état libre, la bonne vieille contrebande.

Viva ! viva ! jaleo ! s’écria Houmain ; nous autres braves, nous sommes bons à tout. Ah çà ! mais… tu as donc toujours passé par les autres ports[3] ? car je ne t’ai pas revu depuis que j’ai repris le métier.

— Oui, oui, j’ai passé par où tu ne passeras pas, va ! dit Jacques.

— Et qu’apportes-tu ?

— Une marchandise inconnue ; mes mules viendront demain.

— Sont-ce les ceintures de soie, les cigares ou la laine ?

— Tu le sauras plus tard, amigo, dit le spadassin ; donne-moi l’outre, j’ai soif.

— Tiens, bois, c’est du vrai valdepenas ! Nous sommes si heureux ici, nous autres bandoleros ! Aï ! jaleo ! jaleo ! [4] bois donc, les amis vont venir.

— Quels amis ? dit Jacques laissant retomber l’outre.

— Ne t’inquiète pas, bois toujours ; je vais te conter ça, et puis nous chanterons la Tirana [5] andalouse !

L’aventurier prit l’outre et fit semblant de boire tranquillement.

— Quelle est donc cette grande diablesse que j’ai vue à ta porte ? reprit-il ; elle a l’air à moitié morte.

— Non, non ; elle n’est que folle ; bois toujours, je te conterai ça ;

Et, prenant à sa ceinture rouge le long poignard dentelé de chaque côté en manière de scie, Houmain s’en servit pour retourner et enflammer la braise, et dit d’un air grave :

— Tu sauras d’abord, si tu ne le sais pas, que là-bas (il montrait le côté de la France) ce vieux loup de Richelieu les mène tambour battant.

— Ah ! ah ! dit Jacques.

— Oui ; on l’appelle le roi du Roi. Tu sais ? Cependant il y a un petit jeune homme qui est à peu près aussi fort que lui, et qu’on appelle M. le Grand. Ce petit bonhomme commande presque toute l’armée de Perpignan dans ce moment-ci, et il est arrivé il y a un mois ; mais le vieux est toujours à Narbonne, et il est bien fin. Pour le Roi, il est tantôt comme ci, tantôt comme ça (en parlant, Houmain retournait sa main sur le dos et du côté de la paume) ; oui, entre le zist et le zest. Mais en attendant qu’il se décide, moi je suis pour le zist, c’est-à-dire Cardinaliste, et j’ai toujours fait les affaires de monseigneur, depuis la première qu’il me donna il y a bientôt trois ans. Je vais te la conter.

Il avait besoin de gens de caractère et d’esprit pour une petite expédition, et me fit chercher pour être lieutenant criminel.

— Ah ! ah ! c’est un joli poste, on me l’avait dit.

— Oui, c’est un trafic comme le nôtre, où l’on vend la corde au lieu du fil ; c’est moins honnête, car on tue plus souvent, mais aussi c’est plus solide : chaque chose a son prix.

— C’est juste, dit Jacques.

— Me voilà donc en robe rouge ; je servis à en donner une jaune en soufre à un grand beau garçon qui était curé à Loudun, et qui était dans un couvent de nonnes comme un loup dans la bergerie : aussi il lui en cuit.

— Ah ! ah ! ah ! c’est fort drôle ! s’écria Jacques en riant.

— Bois toujours, continua Houmain. Oui, je t’assure, Jago, que je l’ai vu, après l’affaire, réduit en petits tas noirs comme ce charbon, tiens, ce charbon-là au bout de mon poignard. Ce que c’est que de nous ! voilà comme nous serons chez le diable.

— Oh ! pas de ces plaisanteries-là ! dit l’autre très-gravement ; vous savez bien que moi j’ai de la religion.

— Ah ! je ne dis pas non : cela peut être, reprit Houmain du même ton, Richelieu est bien Cardinal ! mais, enfin, n’importe. Tu sauras que, comme j’étais rapporteur, cela me rapporta…

— Ah ! de l’esprit, coquin !

— Oui, toujours un peu ! Je dis donc que cela me rapporta cinq cents piastres ; car Armand Duplessis paye bien son monde ; il n’y a rien à dire, si ce n’est que l’argent n’est pas à lui ; mais nous faisons tous comme cela. Alors, ma foi, j’ai voulu placer cet argent dans notre ancien négoce ; je suis revenu ici. Le métier va bien, heureusement : il y a peine de mort contre nous, et la marchandise renchérit.

— Qu’est-ce que je vois là ? s’écria Jacques ; un éclair dans ce mois-ci !

— Oui, les orages vont commencer : il y en a déjà eu deux. Nous sommes dans le nuage ; entends-tu les roulements ? Mais ce n’est rien ; va, bois toujours. Il est une heure du matin à peu près, nous achèverons l’outre et la nuit ensemble. Je te disais donc que je fis connaissance avec notre président, un grand drôle nommé Laubardemont. Je ne sais pas si tu le connais.

— Oui, oui, un peu, dit Jacques ; c’est un fier avare, mais c’est égal ; parle.

— Eh bien, comme nous n’avions rien de caché l’un pour l’autre, je lui dis mes petits projets de commerce, et lui recommandai, quand l’occasion des bonnes affaires se présenterait, de penser à son camarade du tribunal. Il n’y a pas manqué, je n’ai pas à me plaindre.

— Ah ! ah ! dit Jacques. Et qu’a-t-il fait ?

— D’abord il y a deux ans qu’il m’a amené lui-même, en croupe, sa nièce, que tu as vue à la porte.

— Sa nièce ! dit Jacques en se levant, et tu la traites comme une esclave ! Demonio !

— Bois toujours, continua Houmain en attisant doucement la braise avec son poignard ; c’est lui-même qui l’a désiré. Rassieds-toi.

Jacques se rassit.

— Je crois, poursuivit le contrebandier, qu’il n’aurait pas même été fâché de la savoir… tu m’entends. Il aurait mieux aimé la savoir sous la neige que dessus, mais il ne voulait pas l’y mettre lui-même, parce qu’il est bon parent, comme il le dit.

— Et comme je le sais, dit le nouveau venu, mais va…

— On conçoit qu’un homme comme lui, qui vit à la cour, n’aime pas avoir une nièce folle chez lui. C’est tout simple. Si j’avais continué aussi mon rôle d’homme de robe, j’en aurais fait autant en pareil cas. Mais ici nous ne représentons pas, comme tu vois, et je l’ai prise pour criada[6] : elle a montré plus de bon sens que je n’aurais cru, quoiqu’elle n’ait presque jamais dit qu’un seul mot, et qu’elle ait fait la délicate d’abord. À présent, elle brosse un mulet comme un garçon. Elle a un peu de fièvre depuis quelques jours cependant ; mais ça finira de manière ou d’autre. Ah çà ! ne va pas dire à Laubardemont qu’elle vit encore : il croirait que c’est par économie que je l’ai gardée pour servante.

— Comment ! est-ce qu’il est ici ? s’écria Jacques.

— Bois toujours, reprit le flegmatique Houmain, qui donnait lui-même un grand exemple de cette leçon, sa phrase favorite, et commençait à fermer à demi les yeux d’un air tendre. C’est, vois-tu, la seconde affaire que j’ai avec ce petit bon Lombard dimon, démon, des monts, comme tu voudras. Je l’aime comme mes yeux, et je veux que nous buvions à sa santé ce petit vin de Jurançon que voici ; c’est le vin d’un luron, du feu roi Henri. Que nous sommes heureux ici ! L’Espagne dans la main droite, la France dans la gauche, entre l’outre et la bouteille ! La bouteille ! j’ai quitté tout pour elle !

Et il fit sauter le goulot d’une bouteille de vin blanc. Après en avoir pris de longues gorgées, il continua, tandis que l’étranger le dévorait des yeux :

— Oui, il est ici, et il doit avoir froid aux pieds, car il court la montagne depuis la fin du jour avec des gardes à lui et nos camarades, tu sais, nos bandoleros, les vrais contrabandistas.

— Et pourquoi courent-ils ? dit Jacques.

— Ah ! voilà le plaisant de l’affaire ! dit l’ivrogne. C’est pour arrêter deux coquins qui veulent apporter ici soixante mille soldats espagnols en papier dans leur poche. Tu ne comprends pas peut-être à demi-mot, croquant ! hein ? eh bien, c’est pourtant comme je te dis, dans leur propre poche !

— Si, si, je comprends ! dit Jacques en tâtant son poignard dans sa ceinture et regardant la porte.

— Eh bien, enfant du diable, chantons la Tirana, prends ta bouteille, jette ton cigare, et chante.

À ces mots, l’hôte chancelant, se mit à chanter en espagnol, entrecoupant ses chants de rasades qu’il jetait dans son gosier en se renversant, tandis que Jacques, toujours assis, le regardait d’un œil sombre à la lueur du brasier, et méditait ce qu’il allait faire.

Moi qui suis contrebandier et qui n’ai peur de rien, me voilà. Je les défie tous, je veille sur moi-même, et on me respecte [7].

, , , jaleo ! Jeunes filles, jeunes filles, qui veut m’acheter du fil noir ?

La lueur d’un éclair entra par une petite lucarne, et remplit la chambre d’une odeur de soufre ; une effroyable détonation le suivit de près : la cabane trembla, et une poutre tomba en dehors.

— Oh ! eh ! la maison ! s’écria le buveur ; le diable est chez nous ! les amis ne viennent donc pas ?

— Chantons, dit Jacques en rapprochant le bât sur lequel il était assis de celui de Houmain.

Celui-ci but pour se raffermir, et reprit :

 
Jaleo ! jaleo ! mon cheval est fatigué ! et moi je marche en courant près de lui.
Aï ! aï ! aï ! la ronde vient et la fusillade s’élève dans la montagne,
Aï ! aï ! aï ! mon petit cheval, tire-moi de ce danger.
Vive ! vive mon cheval ! mon cheval qui a le chanfrein blanc !
Jeunes filles, jaleo ! jeunes filles, achetez-moi du fil noir !


En achevant il sentit son siége vaciller, et tomba à la renverse ; Jacques, après s’en être débarrassé ainsi, s’élançait vers la porte, lorsqu’elle s’ouvrit, et son visage se heurta contre la figure pâle et glacée de la folle. Il recula.

— Le juge ! dit-elle en entrant.

Et elle tomba étendue sur la terre froide.

Jacques avait déjà passé un pied par-dessus elle ; mais une autre figure apparut, livide et surprise, celle d’un homme de grande taille, couvert d’un manteau ruisselant de neige. Il recula encore, et rit d’horreur et de rage. C’était Laubardemont suivi d’hommes armés ; ils se regardèrent.

— Eh ! eh ! ca…a…ma…ra…de coquin ! dit Houmain, se relevant avec peine, serais-tu royaliste, par hasard ?

Mais lorsqu’il vit ces deux hommes qui semblaient

pétrifiés l’un par l’autre, il se tut comme eux, ayant la conscience de son ivresse, et s’approcha en trébuchant pour relever la folle, toujours étendue entre le juge et le capitaine. Le premier prit la parole.

— N’êtes-vous pas celui que nous poursuivions tout à l’heure ?

— C’est lui, dirent les gens de sa suite tout d’une voix, l’autre est échappé.

Jacques recula jusqu’aux planches fendues qui formaient le mur chancelant de la case : s’enveloppant dans son manteau comme un ours acculé contre un arbre par une meute nombreuse, et voulant faire diversion et s’assurer un moment de réflexion, il répondit avec une voix forte et sombre :

— Le premier qui passera ce brasier et le corps de cette fille est un homme mort !

Et il tira un long poignard de son manteau. En ce moment, Houmain, agenouillé, retourna la tête de la jeune femme ; les yeux en étaient fermés ; il l’approcha du brasier, dont la lueur l’éclaira.

— Ah ! grand Dieu ! s’écria Laubardemont s’oubliant par effroi, Jeanne encore !

— Soyez tranquille, mon… on… seigneur, dit Houmain en essayant de soulever les longues paupières noires qui retombaient, et la tête qui se renversait comme un lin mouillé ; soi…yez tranquille ; ne… e…vou…ous fâchez pas, elle est bien morte, très-morte.

Jacques posa le pied sur ce corps comme sur une barrière, et, se courbant avec un rire féroce sous le visage de Laubardemont, lui dit à demi-voix :

— Laisse-moi passer, et je ne te compromettrai pas, courtisan ; je ne te dirai pas qu’elle fut ta nièce et que je suis ton fils.

Laubardemont se recueillit, regarda ses gens qui se pressaient autour de lui avec des carabines avancées, et, leur faisant signe de se retirer à quelques pas, il répondit d’une voix très-basse :

— Livre-moi le traité, et tu passeras.

— Le voilà dans ma ceinture ; mais si l’on y touche, je t’appellerai mon père tout haut. Que dira ton maître ?

— Donne-le-moi, et je te pardonnerai ta vie.

— Laisse-moi passer, et je te pardonnerai de me l’avoir donnée.

— Toujours le même, brigand ?

— Oui, assassin !

— Que t’importe un enfant qui conspire ? dit le juge.

— Que t’importe un vieillard qui règne ? répondit l’autre.

— Donne-moi ce papier ; j’ai fait serment de l’avoir.

— Laisse-le-moi, j’ai juré de le reporter.

— Quel peut être ton serment et ton Dieu ? dit Laubardemont.

— Et le tien, reprit Jacques, est-ce le crucifix de fer rouge ?

Mais, se levant entre eux, Houmain riant et chancelant, dit au juge en lui frappant sur l’épaule :

— Vous êtes bien longtemps à vous expliquer, l’…ami ; est-ce que vous le connaîtriez d’ancienne date ? C’est… est un bon garçon.

— Moi ! non ! s’écria Laubardemont à haute voix, je ne l’ai jamais vu.

Pendant cet instant, Jacques, que protégeaient l’ivrogne et la petitesse de la chambre embarrassée, s’élança avec violence contre les faibles planches qui formaient le mur, d’un coup de talon en jeta deux dehors et passa par l’espace qu’elles avaient laissé. Tout ce côté de la cabane fut brisé, elle chancela tout entière ; le vent y entra avec violence.

— Eh ! eh ! Demonio ! santo Demonio ! où vas-tu ? s’écria le contrebandier ; tu casses ma maison ! et c’est le côté du Gave.

Tous s’approchèrent avec précaution, arrachèrent les planches qui restaient, et se penchèrent sur l’abîme. Ils contemplèrent un spectacle étrange : l’orage était dans toute sa force, et c’était un orage des Pyrénées, d’immenses éclairs partaient ensemble des quatre points de l’horizon, et leurs feux se succédaient si vite, qu’on n’en voyait pas l’intervalle, et qu’ils paraissaient immobiles et durables ; seulement la voûte flamboyante s’éteignait quelquefois tout à coup, puis reprenait ses lueurs constantes. Ce n’était plus la flamme qui semblait étrangère à cette nuit, c’était l’obscurité. L’on eût dit que dans ce ciel naturellement lumineux, il se faisait des éclipses d’un moment, tant les éclairs étaient longs et tant leur absence était rapide. Les pics allongés et les rochers blanchis se détachaient sur ce fond rouge comme des blocs de marbre sur une coupole d’airain brûlant et simulant au milieu des frimas les prodiges du volcan ; les eaux jaillissaient comme des flammes, les neiges s’écoulaient comme une lave éblouissante.

Dans leur amas mouvant se débattait un homme, et ses efforts le faisaient entrer plus en avant dans le gouffre tournoyant et liquide ; ses genoux ne se voyaient déjà plus ; en vain il tenait embrassé un énorme glaçon pyramidal et transparent, que les éclairs faisaient briller comme un rocher de cristal ; ce glaçon même fondait par sa base et glissait lentement sur la pente du rocher. On entendait sous la nappe de neige le bruit des quartiers de granit qui se heurtaient, en tombant, à des profondeurs immenses. Cependant on aurait pu le sauver encore ; l’espace de quatre pieds à peine le séparait de Laubardemont.

— J’enfonce ! s’écria-t-il ; tends-moi quelque chose et tu auras le traité.

— Donne-le-moi, et je te tendrai ce mousquet, dit le juge.

— Le voilà, dit le spadassin, puisque le diable est pour Richelieu.

Et lâchant d’une main son glissant appui, il jeta un rouleau de bois dans la cabane. Laubardemont y rentra, se précipitant sur le traité comme un loup sur sa proie. Jacques avait en vain étendu son bras ; on le vit glisser lentement avec le bloc énorme et dégelé qui croulait sur lui, et s’enfoncer sans bruit dans les neiges.

— Ah ! misérable ! tu m’as trompé ! s’écria-t-il ; mais on ne m’a pas pris le traité… je te l’ai donné… entends-tu… mon père !

Il disparut sous la couche épaisse et blanche de la neige ; on ne vit plus à sa place que cette nappe éblouissante que sillonnait la foudre en s’y éteignant ; on n’entendit plus que les roulements du tonnerre et le sifflement des eaux qui tourbillonnaient contre les rochers, car les hommes groupés autour d’un cadavre et d’un scélérat, dans la cabane à demi brisée, se taisaient glacés par l’horreur, et craignaient que Dieu ne vînt à diriger la foudre[8].


  1. La fille.
  2. Petit bonnet de laine.
  3. Noms des chemins qui mènent d’Espagne en France par les Pyrénées.
  4. Exclamation et jurement habituel et intraduisible.
  5. Sorte de ballade.
  6. Servante.
  7. Aucune expression française ne peut représenter la précision énergique de cette romance espagnole. Il faut l’entendre chanter par la voix nasillarde et éclatante, dure et molle, vive et nonchalante tour à tour de quelque Andalous qui caresse de l’extrémité des doigts les cordes d’une petite guitare. Le mouvement est celui d’une danse, et les pensées celles d’un chant de guerre.


    Yo quo sey contrabandista
    Y campo por mi respeto,
    A todos los desafio
    Pues a nodie tengo miedo.

    Ay, jaleo ! Muchachas,
    Quien me merca un hilo negro ?
    Mi caballo esta cansado,
    Y yo me marcho corriendo.

    ay ! ay ! que viene la ronda,
    y se mueve el tiroteo ;
    ay ! ay ! cavallito mio,
    ay ! saca me deste aprieto.

    viva, viva mi cavallo,
    cavallo mio carreto :
    ay ! jaleo ! muchachas, ay ! jalo…

  8. « Il vécut et mourut avec des brigands. Ne voilà-t-il pas une punition divine dans la famille de ce juge, pour expier en quelque façon la mort cruelle et impitoyable de ce pauvre Grandier, dont le sang crie vengeance ? » (Patin, lettre lxv, du 22 décembre 1631.)