100%.png

Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence/13

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Texte établi par Édouard Laboulaye, Garnier (p. 219-228).


CHAPITRE XIII.


AUGUSTE[1].


Sextus Pompée tenait la Sicile et la Sardaigne ; il était maître de la mer, et il avait avec lui une infinité de fugitifs et de proscrits qui combattaient pour leurs dernières espérances. Octave lui fit deux guerres très laborieuses, et, après bien des mauvais succès, il le vainquit par l’habileté d’Agrippa.

Les conjurés avaient presque tous fini malheureusement leur vie[2] ; et il était bien naturel que des gens qui étaient à la tête d’un parti abattu tant de fois, dans des guerres où l’on ne se faisait aucun quartier, eussent péri de mort violente. De là, cependant, on tira la conséquence d’une vengeance céleste qui punissait les meurtriers de César et proscrivait leur cause[3].

Octave gagna les soldats de Lépidus et le dépouilla de la puissance du triumvirat ; il lui envia même la consolation de mener une vie obscure et le força de se trouver comme homme privé, dans les assemblées du peuple. On est bien aise de voir l’humiliation de ce Lépidus. C’était le plus méchant citoyen qui fût dans la République ; toujours le premier à commencer les troubles, formant sans cesse des projets funestes, où il était obligé d’associer de plus habiles gens que lui. Un auteur moderne s’est plu à en faire l’éloge[4] et cite Antoine, qui, dans une de ses lettres, lui donne la qualité d’honnête homme. Mais un honnête homme pour Antoine ne devait guère l’être pour les autres.

Je crois qu’Octave est le seul de tous les capitaines romains qui ait gagné l’affection des soldats en leur donnant sans cesse des marques d’une lâcheté naturelle. Dans ces temps-là, les soldats faisaient plus de cas de la libéralité de leur général que de son courage[5]. Peut-être même que ce fut un bonheur pour lui de n’avoir point eu cette valeur qui peut donner l’empire[6], et que cela même l’y porta : on le craignit moins. Il n’est pas impossible que les choses qui le déshonorèrent le plus aient été celles qui le servirent le mieux : s’il avait d’abord montré une grande âme, tout le monde se serait méfié de lui, et, s’il eût eu de la hardiesse, il n’aurait pas donné à Antoine le temps de faire toutes les extravagances qui le perdirent.

Antoine, se préparant contre Octave, jura à ses soldats que, deux mois après sa victoire, il rétablirait la République ; ce qui fait bien voir que les soldats mêmes étaient jaloux de la liberté de leur patrie, quoiqu’ils la détruisissent sans cesse, n’y ayant rien de si aveugle qu’une armée.

La bataille d’Actium se donna. Cléopâtre fuit et entraîna Antoine avec elle. II est certain que, dans la suite, elle le trahit[7]. Peut-être que, par cet esprit de coquetterie inconcevable des femmes, elle avait formé le dessein de mettre encore à ses pieds un troisième maître du monde.

Une femme[8], à qui Antoine avait sacrifié le monde entier, le trahit ; tant de capitaines et tant de rois, qu’il avait agrandis ou faits, lui manquèrent ; et, comme si la générosité avait été liée à la servitude, une troupe de gladiateurs lui conserva une fidélité héroïque. Comblez un homme de bienfaits, la première idée que vous lui inspirez, c’est de chercher les moyens de les conserver : ce sont de nouveaux intérêts que vous lui donnez à défendre.

Ce qu’il y a de surprenant dans ces guerres, c’est qu’une bataille décidait presque toujours l’affaire, et qu’une défaite ne se réparait pas.

Les soldats romains n’avaient point proprement d’esprit de parti : ils ne combattaient point pour une certaine chose, mais pour une certaine personne ; ils ne connaissaient que leur chef, qui les engageait par des espérances immenses ; mais, le chef battu n’étant plus en état de remplir ses promesses, ils se tournaient d’un autre côté. Les provinces n’entraient point non plus sincèrement dans la querelle : car il leur importait fort peu qui eût le dessus, du Sénat ou du peuple. Ainsi, sitôt qu’un des chefs était battu, elles se donnaient à l’autre[9] ; car il fallait que chaque ville songeât à se justifier devant le vainqueur, qui, ayant des promesses immenses à tenir aux soldats, devait leur sacrifier les pays les plus coupables.

Nous avons eu en France deux sortes de guerres civiles : les unes avaient pour prétexte la religion, et elles ont duré, parce que le motif subsistait après la victoire ; les autres n’avaient pas proprement de motif, mais étaient excitées par la légèreté ou l’ambition de quelques grands, et elles étaient d’abord étouffées[10].

Auguste (c’est le nom que la flatterie donna à Octave[11]) établit l’ordre, c’est-à-dire une servitude durable ; car, dans un État libre où l’on vient d’usurper la souveraineté, on appelle règle tout ce qui peut fonder l’autorité sans bornes d’un seul, et on nomme trouble, dissension, mauvais gouvernement, tout ce qui peut maintenir l’honnête liberté des sujets.

Tous les gens qui avaient eu des projets ambitieux avaient travaillé à mettre une espèce d’anarchie dans la République. Pompée, Crassus et César y réussirent à merveille : ils établirent une impunité de tous les crimes publics ; tout ce qui pouvait arrêter la corruption des mœurs, tout ce qui pouvait faire une bonne police[12], ils l’abolirent ; et, comme les bons législateurs cherchent à rendre leurs concitoyens meilleurs, ceux-ci travaillaient à les rendre pires. Ils introduisirent donc la coutume de corrompre le peuple à prix d’argent, et, quand on était accusé de brigues, on corrompait aussi les juges. Ils firent troubler les élections par toutes sortes de violences, et, quand on était mis en justice, on intimidait encore les juges[13] ; l’autorité même du peuple était anéantie : témoin Gabinius, qui, après avoir rétabli, malgré le peuple, Ptolomée à main armée, vint froidement demander le triomphe[14].

Ces premiers hommes de la République cherchaient à dégoûter le peuple de son pouvoir et à devenir nécessaires en rendant extrêmes les inconvénients du gouvernement républicain. Mais, lorsque Auguste fut une fois le maître, la politique le fit travailler à rétablir l’ordre, pour faire sentir le bonheur du gouvernement d’un seul.

Lorsque Auguste avait les armes à la main, il craignait les révoltes des soldats, et non pas les conjurations des citoyens ; c’est pour cela qu’il ménagea les premiers et fut si cruel aux autres. Lorsqu’il fut en paix, il craignit les conjurations, et, ayant toujours devant les yeux le destin de César, pour éviter son sort, il songea à s’éloigner de sa conduite. Voilà la clef de toute la vie d’Auguste. Il porta dans le Sénat une cuirasse sous sa robe, il refusa le nom de dictateur, et, au lieu que César disait insolemment que la République n’était rien, et que ses paroles étaient des lois, Auguste ne parla que de la dignité du Sénat et de son respect pour la République[15]. Il songea donc à établir le gouvernement le plus capable de plaire qui fût possible sans choquer ses intérêts, et il en fit un aristocratique par rapport au civil et monarchique par rapport au militaire : gouvernement ambigu, qui, n’étant pas soutenu par ses propres forces, ne pouvait subsister que tandis qu’il plairait au monarque, et était entièrement monarchique, par conséquent.

On a mis en question si Auguste avait eu véritablement le dessein de se démettre de l’empire. Mais qui ne voit que, s’il l’eût voulu, il était impossible qu’il n’y eût réussi ? Ce qui fait voir que c’était un jeu, c’est qu’il demanda tous les dix ans qu’on le soulageât de ce poids, et qu’il le porta toujours. C’étaient de petites finesses pour se faire encore donner ce qu’il ne croyait pas avoir assez acquis. Je me détermine par toute la vie d’Auguste, et, quoique les hommes soient fort bizarres, cependant il arrive très rarement qu’ils renoncent dans un moment à ce à quoi ils ont réfléchi pendant toute leur vie. Toutes les actions d’Auguste, tous ses règlements, tendaient visiblement à l’établissement de la monarchie. Sylla se défait de la dictature ; mais, dans toute la vie de Sylla, au milieu de ses violences, on voit un esprit républicain : tous ses règlements, quoique tyranniquement exécutés, tendent toujours à une certaine forme de république. Sylla, homme emporté, mène violemment les Romains à la liberté ; Auguste, rusé tyran[16], les conduit doucement à la servitude. Pendant que, sous Sylla, la République reprenait des forces, tout le monde criait à la tyrannie, et, pendant que, sous Auguste, la tyrannie se fortifiait, on ne parlait que de liberté.

La coutume des triomphes, qui avaient tant contribué à la grandeur de Rome, se perdit sous Auguste, ou plutôt cet honneur devint un privilège de la souveraineté[17]. La plupart des choses qui arrivèrent sous les Empereurs avaient leur origine dans la République[18], et il faut les rapprocher ; celui-là seul avait droit de demander le triomphe sous les auspices duquel la guerre s’était faite[19] : or elle se faisait toujours sous les auspices du chef et, par conséquent, de l’Empereur, qui était le chef de toutes les armées.

Comme, du temps de la République, on eut pour principe de faire continuellement la guerre, sous les Empereurs, la maxime fut d’entretenir la paix : les victoires ne furent regardées que comme des sujets d’inquiétude, avec des armées qui pouvaient mettre leurs services à trop haut prix.

Ceux qui eurent quelque commandement craignirent d’entreprendre de trop grandes choses ; il fallut modérer sa gloire, de façon qu’elle ne réveillât que l’attention, et non pas la jalousie du prince, et ne point paraître devant lui avec un éclat que ses yeux ne pouvaient souffrir[20].

Auguste fut fort retenu à accorder le droit de bourgeoisie romain[21] ; il fit des lois[22] pour empêcher qu’on n’affranchît trop d’esclaves[23] ; iI recommanda par son testament que l’on gardât ces deux maximes, et qu’on ne cherchât point à étendre l’Empire par de nouvelles guerres.

Ces trois choses étaient très bien liées ensemble dès qu’il n’y avait plus de guerres, il ne fallait plus de bourgeoisie nouvelle, ni d’affranchissements.

Lorsque Rome avait des guerres continuelles, il fallait qu’elle réparât continuellement ses habitants. Dans les commencements, on y mena une partie du peuple de la ville vaincue ; dans la suite, plusieurs citoyens des villes voisines y vinrent pour avoir part au droit de suffrage, et ils s’y établirent en si grand nombre que, sur les plaintes des alliés, on fut souvent obligé de les leur renvoyer ; enfin, on y arriva en foule des provinces. Les lois favorisèrent les mariages et même les rendirent nécessaires. Rome fit, dans toutes ses guerres, un nombre d’esclaves prodigieux, et, lorsque ses citoyens furent comblés de richesses, ils en achetèrent de toutes parts ; mais ils les affranchirent sans nombre, par générosité, par avarice, par faiblesse[24] : les uns voulaient récompenser des esclaves fidèles ; les autres voulaient recevoir, en leur nom, le blé que la République distribuait aux pauvres citoyens ; d’autres, enfin, désiraient d’avoir à leur pompe funèbre beaucoup de gens qui la suivissent avec un chapeau de fleurs[25]. Le peuple fut presque composé d’affranchis[26] : de façon que ces maîtres du monde, non seulement dans les commencements, mais dans tous les temps, furent, pour la plupart, d’origine servile.

Le nombre du petit peuple, presque tout composé d’affranchis ou de fils d’affranchis, devenant incommode, on en fit des colonies, par le moyen desquelles on s’assura de la fidélité des provinces. C’était une circulation des hommes de tout l’univers : Rome les recevait esclaves et les renvoyait Romains.

Sous prétexte de quelques tumultes arrivés dans les élections, Auguste mit dans la ville un gouverneur et une garnison[27] ; il rendit les corps des légions éternels, les plaça sur les frontières, et établit des fonds particuliers pour les payer ; enfin, il ordonna que les vétérans recevraient leur récompense en argent, et non pas en terres[28].

II résultait plusieurs mauvais effets de cette distribution des terres que l’on faisait depuis Sylla : la propriété des biens des citoyens était rendue incertaine. Si on ne menait pas dans un même lieu les soldats d’une cohorte, ils se dégoûtaient de leur établissement, laissaient les terres incultes, et devenaient de dangereux citoyens[29] : mais, si on les distribuait par légions, les ambitieux pouvaient trouver, contre la République, des armées dans un moment.

Auguste fit des établissements fixes pour la marine. Comme, avant lui, les Romains n’avaient point eu des corps perpétuels de troupes de terre, ils n’en avaient point non plus de troupes de mer. Les flottes d’Auguste eurent pour objet principal la sûreté des convois et la communication des diverses parties de l’Empire : car, d’ailleurs, les Romains étaient les maîtres de toute la Méditerranée. On ne naviguait dans ces temps-là que dans cette mer, et ils n’avaient aucun ennemi à craindre[30].

Dion remarque très bien que, depuis les Empereurs, il fut plus difficile d’écrire l’histoire : tout devint secret ; toutes les dépêches des provinces furent portées dans le cabinet des Empereurs ; on ne sut plus que ce que la folie et la hardiesse des tyrans ne voulurent point cacher, ou ce que les historiens conjecturèrent.


  1. Comp. Saint-Évremond : Réflexions sur les Romains, ch. XVI.
  2. De nos jours, presque tous ceux qui jugèrent Charles Ier eurent une fin tragique. C’est qu’il n’est guère possible de faire des actions pareilles, sans avoir, de tous cotés de mortels ennemis, et par conséquent de courir une infinité de périls. (M.)
  3. Suet., in Julio, c. LXXXIX.
  4. L’abbé de Saint-Réal. (M.) L’ouvrage auquel Montesqieu fait allusion a pour titre : Réflexions sur Lépide ; on l’a faussement attribué à l’abbé de Saint-Réal ; il est du marquis de La Bastles. (Aubert.)
  5. A. : que de sa valeur.
  6. A. Peut-être même que ce fut un bonheur pour lui de n’avoir eu aucune des qualités qui pouvoient lui procurer l’empire, etc.
  7. Voyez Dion, liv. LI, ch. XIV et XV. (M.)
  8. Ce paragraphe n’est pas dans A.
  9. Il n’y avait point de garnisons dans les villes pour les contenir ; et les Romains n’avaient eu besoin d’assurer leur empire que par des armées ou des colonies. (M.)
  10. Allusion aux guerres de la Fronde.
  11. Suet., in Aug., C. VII.
    La plupart des ambitieux qui s’élèvent prennent de nouveaux titres pour autoriser un nouveau pouvoir. Mais Auguste voulut cacher une puissance nouvelle sous des noms connus et des dignités ordinaires : il se fit appeler empereur, pour conserver son autorité sur les légions ; se fit créer tribun, pour disposer du peuple ; et prince, pour le gouverner. (Saint-Évremond).
  12. Un bon gouvernement.
  13. Cela se voit bien dans les Lettres de Cicéron à Atticus. (M.)
  14. César fit la guerre aux Gaulois, et Crassus aux Parthes, sans qu’il y eût eu aucune délibération du sénat ni aucun décret du peuple. Voyez Dion. (M.)
  15. Saint-Évremond : « La plupart des ambitieux qui s’élevèrent prennent de nouveaux titres pour autoriser un nouveau pouvoir. Mais Auguste voulut cacher une puissance nouvelle sous des noms connus et des dignités ordinaires : il se fit appeler empereur pour conserver son autorité sur les légions, se fit créer tribun pur disposer du peuple, et prince du sénat, pour le gouverner. »
  16. J’emploie ici ce mot dans le sens des Grecs et des Romains, qui donnaient ce nom à tous ceux qui avaient renversé la démocratie. (M.) A ajoute : Car d’ailleurs, depuis la loi du peuple, Auguste était devenu prince légitime : lege regia quæ de ejus imperio lata est, populus ei et in eum omne imperium transtulit. Institutes, livre I, Édition de 1734. (M.)
  17. On ne donna plus aux particuliers que les ornements triomphaux. Dion, in Aug. (M.)
  18. Les Romains ayant changé de gouvernement, sans avoir été envahis, les mêmes coutumes restèrent après le changement du gouvernement, dont la forme même resta à peu près. (M.)
  19. Dion, in Aug., liv. LIV, dit qu’Agrippa négligea par modestie de rendre compte au sénat de son expédition contre les peuples du Bosphore, et refusa même le triomphe ; et que depuis lui personne de ses pareils ne triompha ; mais c’était une grâce qu’Auguste voulait faire à Agrippa, et qu’Antoine ne fit point à Ventidius la première fois qu’il vainquit les Parthes. (M.)
  20. Ceci est imité du récit de Tacite sur le retour d'Agricola à Rome, après ses victoires dans la Grande-Bretagne. Vita Agricola
  21. Suétone, in Aug., c. 40. (M.)
  22. Idem, Ibid. Voyez les Institutes, liv. I, titre VI. (M.)
  23. Dion, in Aug. (M.)
  24. Denys d’Halicarnasse, liv. IV. (M.)
  25. Un chapeau de fleurs est une couronne. Dans quelques unes de nos vieilles coutumes, il est dit qu’une fille n’héritera pas de son père, s’il l’a doté à son mariage, ne fût-ce que d’un chapel de roses.
  26. Voyez Tacite. Annal., liv. XIII, ch. XXVII. Late fusum id corpus, etc. (M.)
  27. Le préfet de la ville et les prétoriens.
  28. Il régla que les soldats prétoriens auraient cinq mille drachmes [4,347 francs] ; deux mille après seize ans de service, et les autres trois mille drachmes après vingt ans. Dion, in August. (M.)
  29. Voyez Tacite, Annal., liv. XIV, ch. XXVII, sur les soldats menés à Tarente et à Antium. (M.)
  30. A. Auguste fit des établissements fixes pour la marine. Avant lui les Romains n'en avoient point eu. Comme ils étoient maîtres de la Méditerranée, et qu'on ne navigeoit dans ce temps-là que dans cette mer, ils n'avoient aucun ennemi à craindre.