Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence/14

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Texte établi par Édouard Laboulaye, Garnier (p. 229-234).


CHAPITRE XIV.


TIBÈRE[1].


Comme on voit un fleuve miner lentement et sans bruit les digues qu’on lui oppose, et, enfin, les renverser dans un moment et couvrir les campagnes qu’elles conservaient, ainsi la puissance souveraine sous Auguste agit insensiblement et renversa[2] sous Tibère avec violence.

Il y avait une loi de majesté contre ceux qui commettaient quelque attentat contre le peuple romain[3]. Tibère se saisit de cette loi et l’appliqua, non pas aux cas pour lesquels elle avait été faite, mais à tout ce qui put servir sa haine ou ses défiances. Ce n’étaient pas seulement les actions qui tombaient dans le cas de cette loi, mais des paroles, des signes et des pensées même : car ce qui se dit dans ces épanchements de cœur que la conversation produit entre deux amis ne peut être regardé que comme des pensées. Il n’y eut donc plus de liberté dans les festins, de confiance dans les parentés, de fidélité dans les esclaves ; la dissimulation et la tristesse du prince se communiquant partout, l’amitié fut regardée comme un écueil, l’ingénuité comme une imprudence, la vertu comme une affectation qui pouvait rappeler dans l’esprit des peuples le bonheur des temps précédents.

Il n’y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l’on exerce à l’ombre des lois et avec les couleurs de la justice, lorsqu’on va, pour ainsi dire, noyer des malheureux sur la planche même sur laquelle ils s’étaient sauvés.

Et, comme il n’est jamais arrivé qu’un tyran ait manqué d’instruments de sa tyrannie, Tibère trouva toujours des juges prêts à condamner autant de gens qu’il en put soupçonner[4]. Du temps de la république[5], le Sénat, qui ne jugeait point en corps les affaires des particuliers, connaissait, par une délégation du peuple, des crimes qu’on imputait aux alliés. Tibère lui renvoya de même le jugement de tout ce qu’il appelait crime de lèse-majesté contre lui. Ce corps tomba dans un état de bassesse qui ne peut s’exprimer : les sénateurs allaient au-devant de la servitude ; sous la faveur de Séjan, les plus illustres d’entre eux faisaient le métier de délateurs.

Il me semble que je vois plusieurs causes de cet esprit de servitude qui régnait pour lors dans le Sénat. Après que César eut vaincu le parti de la République, les amis et les ennemis qu’il avait dans le Sénat concoururent également à ôter toutes les bornes que les lois avaient mises à sa puissance, et à lui déférer des honneurs excessifs : les uns cherchaient à lui plaire ; les autres, à le rendre odieux. Dion nous dit que quelques-uns allèrent jusqu’à proposer qu’il lui fût permis de jouir de toutes les femmes qu’il lui plairait. Cela fit qu’il ne se défia point du Sénat, et qu’il y fut assassiné ; mais cela fit aussi que, dans les règnes suivants, il n’y eut point de flatterie qui fût sans exemple, et qui pût révolter les esprits.

Avant que Rome fût gouvernée par un seul, les richesses des principaux Romains étaient immenses, quelles que fussent les voies qu’ils employaient pour les acquérir. Elles furent presque toutes ôtées sous les Empereurs[6]: les sénateurs n’avaient plus ces grands clients qui les comblaient de biens ; on ne pouvait guère rien prendre dans les provinces que pour César, surtout lorsque ses procurateurs, qui étaient à peu près comme sont aujourd’hui nos intendants, y furent établis. Cependant, quoique la source des richesses fût coupée, les dépenses subsistaient toujours, le train de vie était pris, et on ne pouvait plus le soutenir que par la faveur de l’Empereur.

Auguste avait ôté au peuple la puissance de faire des lois et celle de juger les crimes publics ; mais il lui avait laissé ou, du moins, avait paru lui laisser celle d’élire les magistrats. Tibère, qui craignait les assemblées d’un peuple si nombreux, lui ôta encore ce privilège et le donna au Sénat, c’est-à-dire à lui-même[7] : or on ne saurait croire combien cette décadence du pouvoir du peuple avilit l’âme des Grands. Lorsque le peuple disposait des dignités, les magistrats qui les briguaient faisaient bien des bassesses ; mais elles étaient jointes à une certaine magnificence qui les cachait, soit qu’ils donnassent des jeux ou de certains repas au peuple, soit qu’ils lui distribuassent de l’argent ou des grains[8] : quoique le motif fût bas, le moyen avait quelque chose de noble, parce qu’il convient toujours à un grand homme d’obtenir par des libéralités la faveur du peuple. Mais, lorsque le peuple n’eut plus rien à donner, et que le prince, au nom du sénat, disposa de tous les emplois, on les demanda et on les obtint par des voies indignes : la flatterie, l’infamie, les crimes, furent des arts nécessaires pour y parvenir.

Il ne paraît pourtant point que Tibère voulût avilir le sénat : il ne se plaignait de rien tant que du penchant qui entraînait ce corps à la servitude ; toute sa vie est pleine de ses dégoûts là-dessus. Mais il était comme la plupart des hommes : il voulait des choses contradictoires ; sa politique générale n’était point d’accord avec ses passions particulières. Il aurait désiré un sénat libre et capable de faire respecter son gouvernement ; mais il voulait aussi un sénat qui satisfît à tous les moments ses craintes, ses jalousies, ses haines ; enfin, l’homme d’État cédait continuellement à l’homme.

Nous avons dit que le peuple avait autrefois obtenu des patriciens qu’il aurait des magistrats de son corps, qui le défendraient contre les insultes et les injustices qu’on pourrait lui faire. Afin qu’ils fussent en état d’exercer ce pouvoir, on les déclara sacrés et inviolables, et on ordonna que quiconque maltraiterait un tribun, de fait ou par parole, serait sur-le-champ puni de mort. Or, les empereurs étant revêtus de la puissance des tribuns, ils en obtinrent les privilèges, et c’est sur ce fondement qu’on fit mourir tant de gens, que les délateurs purent enfin faire leur métier tout à leur aise, et que l’accusation de lèse-majesté, ce crime, dit Pline, de ceux à qui on ne peut point imputer de crime[9], fut étendue à ce qu’on voulut.

Je crois pourtant que quelques-uns de ces titres d’accusation n’étaient pas si ridicules qu’ils nous paraissent aujourd’hui, et je ne puis penser que Tibère eût fait accuser un homme pour avoir vendu avec sa maison la statue de l’Empereur[10], que Domitien eût fait condamner à mort une femme pour s’être déshabillée devant son image, et un citoyen parce qu’il avait la description de toute la terre peinte sur les murailles de sa chambre[11], si ces actions n’avaient réveillé dans l’esprit des Romains que l’idée qu’elles nous donnent à présent. Je crois qu’une partie de cela est fondée sur ce que, Rome ayant changé de gouvernement, ce qui ne nous paraît pas de conséquence pouvait l’être pour lors. J’en juge par ce que nous voyons aujourd’hui chez une nation qui ne peut pas être soupçonnée de tyrannie, où il est défendu[12]de boire à la santé d’une certaine personne[13].

Je ne puis rien passer qui serve à faire connaître le génie du peuple romain. Il s’était si fort accoutumé à obéir et à faire toute sa félicité de la différence de ses maîtres qu’après la mort de Germanicus, il donna des marques de deuil, de regret et de désespoir que l’on ne trouve plus parmi nous. Il faut voir les historiens décrire la désolation publique[14], si grande, si longue, si peu modérée ; et cela n’était point joué : car le corps entier du peuple n’affecte, ne flatte, ni ne dissimule.

Le peuple romain, qui n’avait plus de part au gouvernement, composé presque d’affranchis ou de gens sans industrie, qui vivaient aux dépens du trésor public, ne sentait que son impuissance ; il s’affligeait comme les enfants et les femmes, qui se désolent par le sentiment de leur faiblesse : il était mal ; il plaça ses craintes et ses espérances sur la personne de Germanicus, et, cet objet lui étant enlevé, il tomba dans le désespoir.

Il n’y a point de gens qui craignent si fort les malheurs que ceux que la misère de leur condition pourrait rassurer, et qui devraient dire avec Andromaque « Plût à Dieu que je craignisse ![15] » Il y a aujourd’hui à Naples cinquante mille hommes[16] qui ne vivent que d’herbes et n’ont pour tout bien que la moitié d’un habit de toile. Ces gens-là, les plus malheureux de la Terre, tombent dans un abattement affreux à la moindre fumée du Vésuve ; ils ont la sottise de craindre de devenir malheureux.


  1. Comp. Saint-Évremond : Réflexions sur les Romains, ch. XVII.
  2. C'est-à-dire renversa toutes les institutions républicaines, et emporta la liberté.
  3. Trahison, sédition, concussion, etc.
  4. A. Tibère trouva toujours le sénat prêt à condamner autant de gens qu’il en put soupçonner ; ce corps tomba dans un état bassesse, etc.
  5. Dans A. cette phrase est en note et ainsi rédigée : Avant les empereurs le sénat, occupé des affaires publiques, ne jugeoit point en corps les affaires des particuliers.
  6. A. met ici cette note : Les grands de Rome étaient déjà pauvres du temps d’Auguste ; on ne voulait plus être édile ni tribun du peuple ; beaucoup même ne se souciaient pas d’êtres sénateurs. (Édition de 1734). (M.)
  7. Tacite, Annal., liv. I, ch. XV. Dion, liv. LIV. (M.) A. ajoute : Caligula rétablit les comices, et les ôta ensuite. (M.). (M.)
  8. A. A une certaine magnificence qui les cachoit, par exemple de donner des jeux, ou bien de certains repas au peuple, de lui distribuer de l’argent ou des grains.
  9. Unicum crimen eorum qui crimin vacarent. Plinc, Panegyr. c. 42. Tacite, Ann., II, 72.
  10. Tacite, Ann., II, 73. Tibère n’accusa pas Falanius, tout au contraire, il le protégea.
  11. Suèt., in Domit., c. x. Il y avait d’autres charges contre l’accusé et notamment : quod habere imperatoriam genesin vulgo ferebatur ; c’est-à-dire qu’un horoscope lui promettait l’empire.
  12. A. Où c’est un crime capital de boire, etc.
  13. En Angleterre il était défendu de boire à la santé du jeune homme qui est de l’autre côté de l’eau, c’est à dire du prétendant.
  14. Voyez Tacite, Ann., III, 82. (M.)
  15. Montesquieu fait ici allusion à un passage des Troyennes. Andromaque a caché son fils dans le tombeau d'Hector. Ulysse veut lui arracher son secret ; il épie ses regards et, la voyant trembler, il s'écria : Bene est, tenetur. Perge, festina, atirahe. Quid respicis trepidasque ? Jam certe perit — Utinam timerem, répond Andromaque ; solutus ex longo est motus. (Aubert.)
  16. Les Lazzaroni.