Correspondance 1812-1876, 3/1853/CCCLXI

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


CCCLXI

À M. CHARLES DUVERNET, À PARIS


Nohant, 30 janvier 1853.


Chers amis,

Je suis contente que vous soyez contents, que Paris vous amuse, que la bonne Berthe y ouvre de grands yeux. Je pense vous y rejoindre le mois prochain. Rien de nouveau dans le pays, que vous ne sachiez : la mort de madame Vergne et la banqueroute de M. Chabenat. Planet, qui est venu dîner avec nous aujourd’hui, m’a dit que tu y étais pour quelques milliers de francs. C’est fort désagréable sans doute ; mais ce l’est moins que si la chose fût arrivée il y a quelques mois. — Je sais que ta mère se porte bien, Borie l’ayant vue, il y a deux jours. Quant à Nohant, c’est toujours la même régularité monastique : le déjeuner, l’heure de promenade, les cinq heures de travail de ceux qui travaillent, le dîner, le cent de dominos, la tapisserie pendant laquelle Manceau me fait la lecture de quelque roman ; Nini, assise sur la table, brodant aussi ; Borie ronflant, le nez dans le calorifère et prétendant qu’il ne dort plus du tout ; Solange le faisant enrager ; Émile[1] disant des sentences. Nous avons ici un temps magnifique, du soleil chaud, ou un ciel gris et doux. Les amandiers fleurissent, et je crois que les rossignols vont arriver. Je fais faire des travaux, dont je ne sais pas m’occuper beaucoup et qui ne me montent pas la tête, comme ceux qui consument d’impatience et d’activité fiévreuse notre bon Planet. Je l’ai trouvé mieux moralement que je ne m’y attendais, mais bien changé, quoique son état général soit amélioré. Solange va repartir et me laisse Nini. Elle ira vous voir.

Racontez-moi si vous avez vu l’impératrice et quelle mine qu’elle a. Puisque Sa Majesté la promène pour la présenter à la population, vous avez le droit d’exiger qu’on vous la montre.

Bonsoir, mes chers enfants ; je m’aperçois que je vous écris sur une feuille simple. Ce n’est point par paresse ; mais l’heure du sommeil arrive, et comme j’ai la vertu de me coucher à une heure du matin, je n’y dois pas déroger. Ce progrès que j’ai fait de dormir la nuit m’a remis sur mes pattes. Je me porte très bien depuis un mois. Et toi, te trouves-tu bien de l’air de Paris ? Il ne vaut certes pas celui du Coudray ; mais la distraction est une compensation, surtout pour les organisations nerveuses. J’espère que ma grosse Eugénie ne va pas perdre ses couleurs et son embonpoint berrichons.

Je vous embrasse de cœur tous deux, ainsi que la petite Berthe. Je donne trois coups de poing à ton gros gars. Engage-le de ma part à ne pas trop écrire de lettres, ça pourrait le fatiguer. Une pichenette à Marquis le rentier[2] ; heureux vieillard !

Tout mon monde vous envoie amitiés, compliments, hommages.

  1. Émile Aucante.
  2. Le chien de Nohant, adopté par la famille Duvernet.