Correspondance 1812-1876, 5/1864/DLXV

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


DLXV

À MADAME SIMONNET, À MONGIVRAY,
PRÈS LA CHÂTRE


Palaiseau, 24 juillet 1864.


Ma chère enfant,

René a dû te dire comment nous sommes partis tout à coup pour Guillery. Nous voilà revenus, laissant notre pauvre enfant dans la tombe de son arrière-grand-père. Maurice et Lina, que j’ai embarqués pour Nîmes, ont été bien soulagés de me voir, et ils ont écouté mes consolations avec un cœur bien tendre. Mais quelle douleur ! Maurice, qui s’était exténué à soigner son enfant et qui le croyait sauvé ! Je reviens brisée de fatigue ; mais j’ai besoin de courage pour leur en donner, et je supporterai mon propre chagrin aussi bien que je pourrai. Écris-leur à Nîmes, chez Boucoiran, au Courrier du Gard. Ils vont voyager un mois pour se remettre et se secouer ; mais ils auront leur pied-à-terre à Nîmes et ils y recevront leurs lettres. J’ai oublié de donner leur adresse à Ludre ; fais-la-lui savoir tout de suite. Ces témoignages d’affection leur feront du bien.

Aussitôt que je pourrai, j’écrirai au ministre pour Albert, sois tranquille.

Je t’embrasse tendrement, ainsi que ta mère.

G. SAND.