Correspondance de Voltaire/1716/Lettre 22

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Correspondance : année 1716
Garnier (Œuvres complètes de Voltaire, tome 33p. 30).
◄  Lettre 21
Lettre 23  ►
22. — À M. L’ABBÉ DE CHAULIEU.
De Sully, 20 juin 1716.

Monsieur, vous avez beau vous défendre d’être mon maître, vous le serez, quoi que vous en disiez. Je sens trop le besoin que j’ai de vos conseils ; d’ailleurs les maîtres ont toujours aimé leurs disciples, et ce n’est pas là une des moindres raisons qui m’engagent à être le vôtre. Je sens qu’on ne peut guère réussir dans les grands ouvrages sans un peu de conseils et beaucoup de docilité. Je me souviens bien des critiques que monsieur le grand-prieur [1], et vous, me fîtes dans un certain souper chez M. l’abbé de Bussy. Ce souper-là fit beaucoup de bien à ma tragédie, et je crois qu’il me suffirait pour faire un bon ouvrage de boire quatre ou cinq fois avec vous. Socrate donnait ses leçons au lit, et vous les donnez à table : cela fait que vos leçons sont sans doute plus gaies que les siennes.

Je vous remercie infiniment de celles que vous m’avez données sur mon épître à M. le Régent ; et quoique vous me conseilliez de louer, je ne laisserai pas de vous obéir.

Malgré le penchant de mon cœur,
À vos conseils je m’abandonne.
Quoi ! je vais devenir flatteur !
Et c’est Chaulieu qui me l’ordonne !

Je ne puis vous en dire davantage, car cela me saisit. Je suis, avec une reconnaissance infinie, etc.

  1. Le grand-prieur était Philippe de Vendôme, mort le 24 janvier 1727, frère de Louis-Joseph, duc de Vendôme. — L’abbé de Bussy fut plus tard évêque de Luçon. Voyez l’année 1719. (Cl.)