Correspondance de Voltaire/1743/Lettre 1568

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Correspondance : année 1743
Garnier (Œuvres complètes de Voltaire, tome 36p. 197).

1568. — À M. DE MONCRIF[1].

J’ai été à Versailles ; je suis revenu à Paris pour y embrasser mon ancien ami, et pour le remercier de ses bontés[2] : la plus grande qu’il puisse avoir à présent est de venir dîner avec moi, mercredi prochain. Sera-t-il assez aimable pour faire ce plaisir à son ami Voltaire ?

Ce dimanche soir, rue du Faubourg-Saint-Honoré, près de l’hôtel Charost, n° 13, afin qu’il n’en ignore.

  1. Éditeurs, de Cayrol et François.
  2. Ses démarches pour faire entrer Voltaire à l’Académie.