Correspondance de Voltaire/1749/Lettre 1959

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Correspondance : année 1749
Texte établi par Condorcet, Garnier (Œuvres complètes de Voltaire, tome 37p. 2).

1959. — DE STANISLAS,
roi de pologne, duc de lorraine et de bar.
Le 13 mars.

Je serais, mon cher Voltaire, au désespoir, si je me trouvais aussi embarassé à répondre à vos sentiments pour moi qu’à la production de votre incomparable génie : car il n’y a ni vers ni prose qui soient capables de vous exprimer combien je suis sensible à tout ce que vous me dites. Toute mon éloquence est au fond de mon cœur. C’est par son langage que vous connaîtrez ma façon de m’expliquer pour vous marquer ma reconnaissance de la part que vous avez prise à ma légère incommodité, et pour vous assurer combien je suis de tout mon cœur à vous.

Stanislas, roi.