Correspondance de Voltaire/1749/Lettre 1976

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Correspondance : année 1749
Texte établi par Condorcet, Garnier (Œuvres complètes de Voltaire, tome 37p. 21).

1976. — À M. LE MARQUIS ROUILLÉ DU COUDRAY.

Voilà ce qu’un citoyen fort zélé, et peut-être un peu bavard, avait griffonné il y a quelques jours. Si cela amuse M. du Coudray, s’il daigne en amuser monsieur le contrôleur général, le bavard sera très-honoré. M. du Coudray est très-humblement supplié de renvoyer le manuscrit à Paris[1] dans la rue Traversine[2], quand il s’en sera ennuyé.

  1. C’est ce qu’il n’a point fait, puisque le voici. (Note de M. de La Bédoyère.) — Il s’agit dans ce billet à M. du Coudray, de la Lettre sur le Vingtième, qu’on a vue tome XXIII, page 305. Le billet et la Lettre ont été publiés, en 1829, par M. H. de La Bédoyère, et font partie du tome VI des Mélanges de la Société des Bibliophiles, qui a donné à Bouchot la permission de réimprimer ces deux pièces, sa propriété.
  2. Appelée depuis Traversière-Saint-Honoré.