Correspondance de Voltaire/1749/Lettre 1988

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Correspondance : année 1749
Texte établi par Condorcet, Garnier (Œuvres complètes de Voltaire, tome 37p. 35).
1988. — À FRÉDÉRIC II, ROI DE PRUSSE.
À Lunéville, ce 28 juillet[1].

Sire, Votre Majesté m’a ramené à la poésie. Il n’y a pas moyen d’abandonner un art que vous cultivez. Permettez que j’envoie à Votre Majesté une Épître[2] un peu longue que j’ai faite, avant mon départ de Paris, pour une de mes nièces, qui est aussi possédée du démon de la poésie. Vous y verrez, sire, la vie de Paris peinte assez au naturel. Celle qu’on mène à Potsdam, auprès de Votre Majesté, est un peu différente, et j’attends vos ordres pour jouir encore de l’honneur que vous daignez me faire. Sain ou malade, il n’importe ; je vous ai promis que je partirais dès que Mme du Châtelet serait relevée de couche ; ce sera probablement pour le milieu de septembre, ou, au plus tard, pour la fin. Ainsi je ferai bientôt, pour voir mon Auguste, un voyage un peu plus long que Virgile n’en faisait pour voir le sien. J’apporterai à vos pieds tout ce que j’ai fait, et vous daignerez me faire part de vos ouvrages. Après cela, je mourrai content, et je pourrai bien me faire enterrer dans votre église catholique. Un Anglais fit mettre sur son tombeau : Ci-gît l’ami du chevalier Sidney[3]. Je ferai mettre sur le mien : Ci-gît l’admirateur de Frédéric le Grand.

Il n’y a pas longtemps qu’un prince, en lisant une nouvelle édition qu’on vient de faire de votre Anti-Machiavel, fut fâché de ce que vous y dites de Charles XII. « Il a beau faire, dit-il en colère, il ne l’effacera pas. » On lui répondit : « Charles XII a été le premier des grenadiers, et le roi de Prusse est le premier des rois. »

Croyez, sire, que mon enthousiasme pour vous a toujours été le même, et que si vous étiez roi des Indes je ferais le voyage de Lahore et de Delhi, Croyez que rien n’égale le profond respect et l’éternel attachement de V,

  1. La lettre 1994 est la réponse à celle-ci.
  2. Voyez, tome X, l’épître à Mme Denis sur la Vie de Paris et la Vie de Versailles.
  3. Voyez tome XXXIV, page 503.