Correspondance de Voltaire/1750/Lettre 2060

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Correspondance : année 1750
Texte établi par Condorcet, Garnier (Œuvres complètes de Voltaire, tome 37p. 102).

2060. — À MADAME DE GRAFFIGNY.
Ce lundi au soir.

Il faut que je répare, madame, la sottise que j’ai faite de vous mener à la comédie dans un poulailler, et de cacher Mlle de Ligneville[1] dans un balcon. Souffrez que, mercredi, je vienne vous prendre ; nous vous placerons dans la troisième loge. Il y a des choses nouvelles dont je veux que vous soyez juge. Vous n’imaginez pas l’envie que j’ai de vous plaire ; elle égale mon respectueux attachement. V.

  1. Catherine de Ligneville (Lignéville ou Ligniville), née en 1719, nièce de Mme de Graffigny ; mariée, en 1751, à Helvétius, dont elle devint veuve à la fin de 1771 ; elle mourut le 12 août 1800.