Correspondance de Voltaire/1760/Lettre 4370

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Correspondance : année 1760
Garnier (Œuvres complètes de Voltaire, tome 41p. 96).

4370. — À M. DESPREZ DE CRASSY, L’AINÉ,
à crassy[1].

Monsieur, si vous avez été malade, je le suis encore ; mais la différence de vous à moi, c’est que la vieillesse rend mes maux incurables ; ils sont bien soulagés par le plaisir que me donne le gain de votre procès. Je voudrais être en état de vous donner des preuves du respectueux attachement avec lequel j’ai l’honneur d’être, monsieur, votre très-humble et très-obéissant serviteur.


Voltaire.

  1. Billet inédit communiqué par M. Armand Gasté, maître de conférences à la Faculté des lettres de Caen. La signature est seule autographe. Le billet est de la main d’un secrétaire. L’adresse est à monsieur de Prez de Crassier, l’aîné, à Crassier.