Correspondance de Voltaire/1765/Lettre 6075

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Correspondance : année 1765
Garnier (Œuvres complètes de Voltaire, tome 44p. 34-35).

#lst:Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome44.djvu/44

Adieu, monsieur. Je ne peux mieux finir ma carrière qu’en regrettant de n’avoir pas eu l’honneur de vivre avec vous. Tant que je vivrai, vous n’aurez point de partisan plus zélé, ni d’ami plus véritable.

  1. Les traductions en italien, par Albergati Capacelli, de Phèdre et d’Idoménée ; et, par Paradisi, de la Mort de César et de Tancrède.