Coups d’ailes/Nos clochers

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bibliothèque de l’Action française (p. 115-116).

Nos clochers


Ils sont jolis nos clochers blancs,
Les chers clochers de nos villages,
Toujours jeunes malgré les ans
Et sans rides à leurs visages.

Pointés vers le ciel, nuit et jour,
Ils sont une longue prière
Qui dit la foi, l’espoir, l’amour
Du paysan, fils de la terre.


Ils ont espéré comme nous,
Ayant partagé notre histoire ;
Et quand nous sommes à genoux,
En les regardant, il faut croire.

Près d’eux, nous avons tous rêvé ;
Près d’eux, l’enfant devient un homme ;
Et près d’eux, l’ouvrage achevé,
Nous dormirons le dernier somme.

Mais eux, ils resteront debout,
Les fins clochers de nos églises,
Fiers et jolis, pieux surtout,
Résistant à toutes les brises.

Ils veilleront sur nos enfants
Et sur le coeur de la patrie !
Ils sont si bons les clochers blancs :
On dirait la terre qui prie !