Cours d’agriculture (Rozier)/ÉTHER

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Hôtel Serpente (Tome quatrièmep. 398-399).


ÉTHER, Je ne décrirai pas le procédé de la distillation de l’esprit de vin très-rectifié avec l’acide vitriolique très-concentré. Cette opération est délicate à exécuter, & même dangereuse entre des mains peu exercées ; on distingué trois espèces d’éther, le vitriolique, le nitreux, & l’acéteux ou éther retiré du vinaigre concentré. Le plus en usage en médecine est le premier. La manière de l’employer, est d’en verser dix à douze gouttes sur un morceau de sucre, & de le faire, promptement avaler. On croit aussitôt avoir la bouche en feu, mais dans le moment on sent une fraîcheur & un parfum très-agréable. On s’en sert comme d’un excellent sédatif, pour arrêter les vomissemens ; dans les mouvemens convulsifs qui accompagnent la dentition des enfans ; dans les coliques, les flatuosités de l’estomac. L’éther est le meilleur remède contre l’empoisonnement causé par des champignons : appliqué sur le front, il calme & dissipe les maux de tête les plus violens. Cette liqueur est singulièrement volatile, & s’évapore malgré les meilleurs bouchons en verre & usés à l’émeri. On doit la tenir dans un lieu très-frais, & le flacon plongé dans un vase rempli d’eau.