Cours d’agriculture (Rozier)/ABSORBANT

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Hôtel Serpente (Tome premierp. 205-206).


ABSORBANT. C’est le nom que l’on donne à tous les médicamens terrestres & poreux, dont la propriété est de s’imbiber, & de se charger des humeurs surabondantes & aigres qui croupissent dans l’estomac. Ces remèdes conviennent particulièrement aux enfans dont les premières voies sont le plus souvent farcies de matières acides : les substances absorbantes venant à s’unir avec les acides, forment un sel neutre qui procure les effets d’un purgatif. Pour en tirer un avantage plus certain, on les mêle avec un purgatif à doses égales ; la rhubarbe est le purgatif que l’expérience a prouvé être le meilleur.

Les doses varient suivant l’âge & les forces. Pour un enfant d’un an, six à sept grains de rhubarbe en poudre, & autant de magnésie blanche, ou d’yeux d’écrevisses ; pour un enfant de deux ans, on double la dose ; on diminue, ou bien l’on augmente en raison des effets ; pour les personnes qui sont d’un âge fait, on donne vingt-quatre grains de l’un & de l’autre, s’ils éprouvent l’incommodité des aigreurs. (Voyez ce mot) M. B.


Absorbant, Médecine vétérinaire. On comprend sous la dénomination d’absorbant, les coquilles d’huîtres, d’œufs, de limaçons ; l’os de sèche, les os, les cornés des animaux, calcinés à feu ouvert ; les yeux d’écrevisse, la craie, les bols d’Arménie & de Blois, la magnésie blanche. Tous les sels végétaux tirés par la calcination peuvent être employés comme absorbans.

Les absorbans terreux ne se dissolvent jamais aussi complettement dans l’estomac que les sels alkalis : ces derniers sont plus incisifs ; ils augmentent plus la transpiration, & poussent davantage aux urines. On emploie les absorbans pour les animaux dans les mêmes cas qu’ils sont indiqués pour l’homme. Il sera bon de les unir aux stomachiques & aux fondans.

Le mot absorbant se dit encore des pores. (Voyez ce mot) C’est par les pores que les maladies de la peau se communiquent, soit aux hommes, soit aux animaux ; & pour ceux-ci, le farcin, la gale, &c,