Mozilla.svg

Cours d’agriculture (Rozier)/ACCOUPLEMENT

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hôtel Serpente (Tome premierp. 223-224).


ACCOUPLEMENT. Ce mot exprime, en parlant des animaux, la conjonction du mâle & de la femelle pour la génération. En agriculture, on l’applique plus particulièrement à l’assemblage de deux animaux, comme de deux bœufs, attachés sous le même joug. Il y a pour eux, deux sortes d’accouplemens. Dans certains pays, on les attache au joug par les cornes ; & dans d’autres, on leur met au col un collier. Lequel de ces deux accouplemens vaut le mieux ? il est difficile de prononcer. Dans la majeure partie du royaume, on se sert du joug ; & l’on dit que le levier étant plus long, l’animal a plus de force, puisqu’il ne tire que par son poids. En Normandie, en Hollande, &c. l’on soutient que le collier fatigue moins l’animal ; & dans chaque endroit, on s’étaie de l’expérience du pays. Dans l’un & dans l’autre, a-t-on jamais fait l’expérience comparée ? elle mérite certainement bien la peine qu’on s’en occupe. D’après l’inspection des vertèbres du col du bœuf, si j’avois à prononcer, je préférerois le joug au collier : l’animal a le mouvement libre de toutes les parties de son corps. L’encolure du bœuf n’est pas comme celle du cheval ; le collier a beau être bien fait, bien rembourré, il porte toujours sur la partie antérieure & supérieure de l’épaule, gêne l’action de l’omoplate & des muscles qui s’y attachent : d’ailleurs, le fanon du bœuf est gêné & replié dans le collier. La longueur du levier que nécessite le joug, me détermine.

Une grande attention à avoir lorsqu’on accouple deux bœufs, soit pour labourer, soit pour tirer la charrette, est qu’ils soient tous les deux d’égale hauteur & d’égale force : autrement, le plus petit ou le plus foible ruineroit l’autre. On doit accoupler serré, afin que les animaux tirent également.